• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Ukraine : le camp euro-atlantique prend la responsabilité d’engager (...)

Ukraine : le camp euro-atlantique prend la responsabilité d’engager un « conflit de haute intensité » avec la Russie

Nous publions ci-dessous la juste analyse de l’observateur italien Manlio Dinucci.
Alors que le « débat » euro-verrouillé de la présidentielle contourne globalement la question de la paix, alors que le nouveau gouvernement allemand SPD/FDP/Verts bat des records d’atlantisme et de russophobie, alors que Macron oriente sa présidence temporaire de l’UE vers la dissolution de la défense « nationale » française dans une armée euro-atlantique pilotée par Washington et Berlin, le G7 et l’UE-OTAN se coalisent pour forcer Moscou à accepter l’intégration de l’Ukraine – sous influence directe des néonazis – , au sein de l’Alliance atlantique (et de l’UE : c’est d’ailleurs la même chose de ce point de vue). C’est presque un ultimatum que le récent G7 vient d’ailleurs de lancer à Moscou sur ces thématiques.
Qu’eût-on dit à l’Ouest si, à l’époque de l’URSS, le Pacte de Varsovie avait prétendu s’élargir au Mexique, au Canada ou à l’Italie ? En violant les promesses les plus formelles faites à Moscou lors de la « réunification » allemande (pas d’élargissement de l’OTAN aux frontières de la Russie et à l’ « étranger proche » !), les Occidentaux prennent la responsabilité d’un bras de fer avec Moscou qui peut parfaitement conduire à la Troisième guerre mondiale : car la Chine pourrait-elle alors laisser la Russie, soit capituler en abandonnant ses intérêts fondamentaux, soit affronter militairement seule l’Occident, au risque que, par la suite, la Chine reste isolée face à l’impérialisme US, chef de file mondial des guerres d’agression ?
Visiteurs de ce site, il n’y a pas de combat plus urgent que celui de la paix : cela ne signifie pas qu’il faille laisser tomber les autres combats, progrès social, indépendance nationale, santé publique, mais qu’il faut absolument faire davantage le lien entre tous ces combats et la défense de la paix. Sans s’aligner sur quiconque, refusons la PROPAGANDE DE GUERRE qui présente la Russie comme un « ennemi stratégique » alors qu’en 1944, le général de Gaulle déclarait que « la Russie soviétique a joué le rôle principal dans notre libération ». Il est plus que choquant de voir le gouvernement allemand proposer, toute mémoire historique enfouie, faire en ce moment la propagande de l’annexion de l’Ukraine à la sacro-sainte « Europe ».
Quant à une guerre contre la Chine, pays le plus peuplé du monde et porteur d’une civilisation trimillénaire, toute guerre contre elle signifie par avance un SUICIDE, ou plutôt, un ASSASSINAT DE L’HUMANITE. – Georges Gastaud

https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/ukraine-le-camp-euro-atlantique-prend-la-responsabilite-dengager-un-conflit-de-haute-intensite-avec-la-russie/


La poudrière ukrainienne et la mèche – Manlio Dinucci

Roger Wicker, membre de la Commission pour les services armés du Sénat des États-Unis, a déclaré dans une interview à Fox News (8 décembre) qu’il n’excluait pas une intervention militaire directe des USA contre la Russie pour “défendre l’Ukraine” et, sans que l’intervieweur le lui ait demandé, a ajouté : “Vous savez que nous n’excluons pas l’action nucléaire en premier usage”, c’est-à-dire d’utiliser les premiers les armes nucléaires. C’est un message transversal à Moscou sur la détermination des États-Unis à soutenir une éventuelle attaque de Kiev contre les Russes du Donbass. Elle serait certainement présentée comme riposte à une attaque effectuée par les Russes du Donbass. Dans l’esprit de qui depuis 2014 a effectué la stratégie de la tension contre la Russie, cette attaque serait de toutes façons un acte vainqueur.

Moscou aurait deux alternatives : ne pas intervenir militairement en défense des Russes du Donbasss, en laissant qu’ils soient submergés par l’attaque ukrainienne soutenue par l’OTAN et obligés d’abandonner la région pour se réfugier en Russie, décision qui serait traumatisante pour Moscou surtout sur le plan intérieur ; ou bien intervenir militairement pour arrêter l’attaque ukrainienne, en s’exposant à la condamnation internationale pour agression et invasion d’un État souverain.

Les généraux ukrainiens ont prévenu qu’ils ne seraient pas en mesure de “repousser les troupes russes sans une massive perfusion d’aide militaire d’Occident”. La perfusion a déjà commencé : les États-Unis, qui ont déjà donné à Kiev une aide militaire de 2,5 milliards de dollars, lui ont fourni en novembre encore 88 tonnes de munitions dans le cadre d’un “paquet” de 60 millions de dollars, comprenant aussi des missiles Javelin déjà déployés contre les Russes du Donbass. En même temps les USA ont envoyé en Ukraine plus de 150 conseillers militaires qui, ayant à leurs côtés ceux d’une douzaine d’alliés OTAN, dirigent de fait les opérations.

La situation est plus explosive encore parce que l’Ukraine -aujourd’hui partenaire mais, de fait, déjà membre de l’OTAN- pourrait être officiellement admise comme le 31ème membre de l’Alliance : et en conséquence, sur la base de l’Article 5 du Traité de l’Atlantique Nord, les 30 autres membres de l’OTAN devraient intervenir militairement sur le front du Donbass en soutien de l’Ukraine contre la Russie. Le Ministère des Affaires étrangères russe a demandé à l’OTAN de ne pas admettre l’Ukraine, pour ne pas accroître ultérieurement la tension militaire et politique en Europe, rappelant que depuis la fin de la guerre froide la Russie a reçu des assurances réitérées que la juridiction et les forces militaires OTAN ne seraient pas avancées d’un pouce vers l’Est, mais que ces promesses n’ont pas été tenues. Le Ministère des Affaires étrangères russe a ensuite proposé à l’OTAN d’ouvrir des négociations pour des accords à long terme empêchant l’ultérieure expansion de l’OTAN à l’Est et le déploiement de systèmes d’armes dans le voisinage immédiat du territoire russe. La proposition a été sèchement repoussée le 10 décembre par l’OTAN, via le secrétaire général Stoltenberg : “Le rapport de l’OTAN avec l’Ukraine sera décidé par les 30 membres de l’Alliance et par l’Ukraine, et par personne d’autre”.

Immédiatement après, hier 13 décembre, les ministres des Affaires étrangères du G7 (États-Unis, Canada, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Japon) et le Haut Représentant de l’Union Européenne, qui se sont rencontrés à Liverpool, ont déclaré être “unis dans la condamnation du renforcement militaire de la Russie et de sa réthorique agressive à l’égard de l’Ukraine” et que “la Russie ne devrait avoir aucun doute sur le fait qu’une ultérieure agression militaire contre l’Ukraine aurait comme réponse des conséquences massives et de graves coûts”.

Pendant ce temps la Finlande, membre de l’Ue et actif partenaire OTAN contre la Russie, annonce l’achat de 64 chasseurs F-35A de Lockheed Martin pour un prix de 8,4 milliards d’euros qui, avec leurs infrastructures, atteint les 10 milliards, auxquels le gouvernement ajoutera 10 autres milliards d’euros pour leur maintenance et modernisation. Les 64 F-35A d’attaque nucléaires seront déployés aux frontières de la Russie, à 200 km seulement de Saint-Petersbourg, de fait sous commandement des USA qui, comme rappelle le sénateur Wicker, n’excluent pas d’utiliser les premiers les armes nucléaires.

Edition de mardi 1’ décembre 2021 d’il manifesto – https://ilmanifesto.it/la-polveriera-ucraina-e-la-miccia/ – Traduit de l’italien par M-A P


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • sylvain sylvain 15 décembre 2021 18:45

    Le Ministère des Affaires étrangères russe a ensuite proposé à l’OTAN d’ouvrir des négociations pour des accords à long terme empêchant l’ultérieure expansion de l’OTAN à l’Est et le déploiement de systèmes d’armes dans le voisinage immédiat du territoire russe. La proposition a été sèchement repoussée le 10 décembre par l’OTAN, via le secrétaire général Stoltenberg : “Le rapport de l’OTAN avec l’Ukraine sera décidé par les 30 membres de l’Alliance et par l’Ukraine, et par personne d’autre”.


    Et ça vous parait pas logique ?? Je ne pense pas que les russes seraient très réceptifs si on leur disait qui intégrer ou ne pas intégrer dans leurs alliances. L’ukraine est tout autant aux portes de la russie que de l’europe me semble t il, et constituée de russophiles et d’europhiles . Si la russie avait de quoi créer une alliance, militaire ou autre, avec l’ukraine, je ne pense pas qu’elle se génerait


    • titi titi 16 décembre 2021 10:15

      @L’auteur

      En l’espèce ce n’est pas le camp euro-atlantique qui occupe une partie du territoire de la Russie, mais l’inverse.

      Que l’Ukraine veuille recouvrer la pleine souveraineté de son territoire dont les frontières ont été garanties par plusieurs pays, dont la Russie, parait tout a fait justifié.

      Faudrait pas inverser les rôles.


      • mursili mursili 16 décembre 2021 12:43

        Ah, ces Russes, ils sont terribles...

        18/03/2014 Des milliers d’habitants de Sébastopol célèbrent leur retour en Russie sur la place Nakhimov

        https://www.youtube.com/watch?v=t9AWGnFCi9U


        • Aaltar Aaltar 16 décembre 2021 15:19

          Les russes massent 170 000 le long de la frontière Ukrainiène et l’information devient que l’Europe... (l’OTAN) veut prendre la responsabilité d’un conflit majeur.

          C’est amusant la malhonnêteté intellectuelle...

          On devrait faire pareil à Kaliningrad pour voir si la Russie trouve qu’il serait normal qu’on l’affuble de vouloir la guerre.


          • Hervé Hum Hervé Hum 16 décembre 2021 15:37

            blablabla....


            • Trelawney 16 décembre 2021 17:48

              La Russie a massé 170 000 soldats à la frontière ukrainienne. L’Ukraine ne fait ni partie de l’Otan, ni partie de l’UE, mais s’adresse à ces organismes pour demander un arbitrage.

              L’Otan (France, RU, Allemagne, USA) envoie des avions espions au dessus de la mer noire. Ce sont les eaux internationales, ils font ce qu’ils veulent. Des SU27 les accompagnent. Ce sont des eaux internationales, les russes font aussi ce qu’ils veulent.

              Poutine comme Biden savent qu’ils n’interviendront pas. Mais ca permet de vendre de l’armement l’Ukraine.

              Si la Russie envahit l’Ukraine, les américains les provoqueront et au premier incident, ce sont les gazoducs russes qui partent en fumée. Les arabes et les américains s’arrangeront pour vendre du gaz à l’UE et on verra ce que fera la Russie sans la vente de ses matières premières.

              De plus la Chine lorgne sur les richesses de la Sibérie. Ce sera l’occasion pour elle d’agrandir son pays. Il y aura quelques bombes nucléaires par ci par là. Mais dans ce domaine, la Russie a plus à perdre qu’à gagner


              • Xenozoid Xenozoid 16 décembre 2021 17:51

                @Trelawney

                De plus la Chine lorgne sur les richesses de la Sibérie. Ce sera l’occasion pour elle d’agrandir son pays. Il y aura quelques bombes nucléaires par ci par là. Mais dans ce domaine, la Russie a plus à perdre qu’à gagner,

                non ? la chine va occupé la russie apres avoir nuke les amerloques en passant ?


              • vachefolle vachefolle 17 décembre 2021 21:38

                @Trelawney
                vendre des armes a l’ukraine .... LOL
                Donner de l’argent a l’ukraine pour que l’ukraine achete des armes.
                Bref... du simple DON en nature des américains.
                Mais tout ca est du bluff qui comme tout bluff peut degenerer.


              • yakafokon 16 janvier 11:02

                @Trelawney
                Si les gazoducs russes partent en fumée, la Russie ripostera en vitrifiant le sol américain, et en passant même une 2ème couche si nécessaire !


              • microf 16 décembre 2021 23:01

                Il ya longtemps de cela que la Russie a dit á l´Occident « nous sommes prêts ».


                • La Campanella 17 décembre 2021 09:19

                  Poutine est un mafieux 

                  je ne pense pas qu il prenne le risque de faire la connerie de s’enliser en Ukraine 

                  l’arme de Poutine c’est le bluff par rapport à sa superbe armée invincible qui fait bander tous les petits collabos francais 

                  bientôt ils vont nous annoncer qu’il va déployer un destroyer impérial et une armée de cyborgs...

                  En réalité c est du bluff Et il ne prendra jamais le risque d’un échec probable en Ukraine 

                  si les gens pensent sincèrement que la Russie va s’y balader , c’est qu’ils sont sacrément stupides 

                  l’ukraine mènera une guérilla comme toutes les nations qui n’ont pas les capacités de lutter à la régulière contre une autre armée 


                  • yakafokon 16 janvier 10:47

                    @La Campanella
                    Faut arrêter de regarder BFM-TV, si tu veux guérir de ta myopie intellectuelle !
                    La Russie est de loin le pays qui détient le plus d’ogives nucléaires ( 8.500 ogives de 850 KT pour la Russie, contre 7.700 ogives de 350 KT pour les Etats-Unis ), et surtout des missiles mirvés comme le Sarmat ( contenant 10 ogives hypersoniques, à trajectoires basses indépendantes, épousant les reliefs du terrain à la vitesse de mach 27 ( 29.700 km/h ). Il y a aussi le missile de croisière hypersonique Zircon ( portée 1.000 km ), qui peut être tiré d’un sous-marin de classe Boreï ( 16 silos verticaux ).
                    Quant à son aviation, honnêtement je préfère le Sukhoï Su-57 à la « dinde volante » ( c’est comme ça que les pilotes américains ont surnommé le F-35 Lockheed-Martin ). C’est un bombardier d’appui au sol monomoteur ( c’est risqué ), qui vaut la peau des fesses, et qui n’est toujours pas au point !
                    Mais ça n’est pas grave, du moment qu’il y a des crétins pour l’acheter !


                  • microf 17 décembre 2021 11:22

                    La guerre n´est pas bonne car ce sont les personnes qui meurent.

                    Mais s´il ya une guerre que j´aimerai voir avant de mourir, c´est cette guerre Occident-Russie.

                    Il faut q´il yait un vainqueur car ce ping-pong de tous les jours cause de plus en plus de problèmes.

                    Que le meilleurs gagne, et, nous nous rangerons du côté du vainqueur.

                    Toutefois ce que je sais, c´est que dans cette confrontation, c´est la Russie qui va gagner, et la Russie cette fois, ne s´arrêtera plus á Berlin, mais ira jusqu´au Portugal, alors, le voeu de De Gaule sera exaucé, á savoir, une Europe de Wladivostock jusqu´au Portugal.


                    • chantecler chantecler 17 décembre 2021 11:38

                      @microf
                      Faut dire qu’à Berlin elle avait a y faire .
                      Quelques comptes à régler .
                      Il me semble que c’est l’Allemagne qui a déclaré la guerre à l’URSS .
                      Et une guerre « totale »
                      Parce que si vous avez cru que l’URSS avait envie d’annexer l’Espagne ou le Portugal , ou même la France c’est que vous êtes vraiment neuneu !
                      Non Berlin et neutraliser la Prusse qui fournissait tous les chefs de guerre ça lui suffisait .
                      Le reste c’est de la guerre froide , la plus grande entourloupe américaine, encore que la Corée et le Vietnam n’ont pas été une partie de plaisir .
                      Mais c’était pas l’URSS !
                      Nuance .
                      Nous on a pas eu le choix : c’était le protectorat US et encore De Gaulle a limité les dégâts .
                      Pour un temps .
                      Aujourd’hui on paie !
                      Mais sous l’occupation on a déjà pas mal payé .... !
                      Bon je sais , tel que vous êtes structuré , je ne vous ferai pas changer d’avis sur des choses que vous ruminez depuis des dizaines d’années , peut être déjà chez vos parents ... !


                    • La Campanella 17 décembre 2021 13:48

                      @microf

                      la Russie n’a même pas les moyens d’envahir la Lettonie alors l’Europe ...
                       


                    • microf 17 décembre 2021 14:32

                      @chantecler
                      Merci.
                      Cela n´a rien á voir avec être structuré, et votre commentaire est tout en même temps, on n´y comprend plus rien.
                      Vous même donnez la réponse dans votre commentaire, á savoir, c´est l´Occident qui cherche les problèmes á la Russie et la Russie se défend.
                      Vous écrivez ceci « Il me semble que c’est l’Allemagne qui a déclaré la guerre à l’URSS . » 

                      Voila encore que cela recommence ce n´est même plus l´Allemagne á elle seule qui cherche des problèmes á la Russie, mais cette fois-ci, c´est toute l´Europe l´OTAN ( France, Espagne, Portugal... ) . Alors si guerre il ya, pourquoi la Russie doit s´arrêter en chemin ? La Russie doit règler une fois pour toute ce problème en exaucant le voeu de De Gaule á savoir lorsqu´il dit ceci dans un Discours prononcé en novembre 1959 á Strasbourg : « Oui, c’est l’Europe, depuis l’Atlantique jusqu’à l’Oural, c’est l’Europe, c’est toute l’Europe, qui décidera du destin du monde ! »
                      En parlant de l´L´Oural, De Gaule parlait de la Russie.

                      Comme tout bon francais, c´était aussi de la prétention de De Gaule de penser ainsi car L´Europe ne peut pas décider du sort du monde, mais ferait mieux de penser á décider du sort de son espace géographique, et, cette fois-ci, voila enfin une bonne opportunité.

                      Je sais que vous ne connaissez pas bien l´histoire, que vous n´êtes pas bien informé, sinon vous aurez su dans quel contexte j´ai écrit cela, car cette citation ne vient pas de @microf.


                    • microf 17 décembre 2021 14:33

                      @La Campanella
                      Continuez á chercher les problèmes á la Russie, bientôt vous allez parlez le Russe.


                    • La Campanella 18 décembre 2021 13:36

                      @microf

                      pas besoin les russes parlent très bien l’anglais
                      ils n’ont pas mis bcp de temps pour apprendre la langue de l’empire !


                    • yakafokon 16 janvier 10:55

                      @La Campanella
                      C’est quoi ce troll ?
                      Ils n’ont rien trouvé de plus intelligent ?
                      Pour la Lettonie, même pas besoin de se déplacer ! On appuie sur un bouton, et...plus de Lettonie !
                      Mais la Russie ne s’intéresse pas à ce pays qui est à peine plus grand que la Principauté de Monaco, et qui ne représente pas un danger pour elle !


                    • altaos 17 décembre 2021 23:21

                      « la Russie n’a meme pas les moyens d’ envahir la lettonie »

                      à ce niveau d’ignorance et de bétise infantile ,on peut le traiter d’abruti fini


                      • Fanny 18 décembre 2021 00:47

                        La situation est dangereuse.

                        Deux facteurs :

                        Les Russes considèrent que les citoyens russes d’Ukraine sont un peu leurs concitoyens. Restes de l’Histoire passée. Si l’Ukraine décide d’une attaque militaire d’envergure contre ces pseudo-concitoyens dans le Donbass, le risque d’une implication militaire russe serait très élevé, avec toutes les conséquences qu’on peut imaginer.

                        L’autre facteur est allemand. Quand la Yougoslavie a chancelé, l’Allemagne a immédiatement mis de l’huile sur le feu en reconnaissant la Slovénie, puis la Croatie … C’est un ministre des AE écologiste qui menait l‘offensive, en se fichant totalement de Bruxelles et de l’avis des autres membres de l’UE. L’enjeu était de faire de la Slovénie et de la Croatie une zone d’influence économique principalement allemande, ce qui arriva. Il me semble que Mitterrand en était inquiet. En Ukraine, l’enjeu est le même : faire de l’Ukraine une zone économique allemande. Il se trouve que la ministre des AE allemande est une écologiste très remontée contre Moscou. Et l’Allemagne se souvient des sympathies de l’Ukraine de l’Ouest pour ses soldats, au siècle dernier. Macron pourrait s’en inquiéter comme autrefois Mitterrand, mais il n’en a peut-être pas le caractère ni la vision historique.

                        Ces deux facteurs sont tempérés par le fait que l’Allemagne n’a pas d’armée opérationnelle pour une guerre en Ukraine et qu’une implication directe de l’OTAN poserait une question délicate : les USA sont-ils prêts à affronter la Russie pour le Donbass ? Et la Russie risquerait un coût économique considérable, et aussi politique en termes de cohésion de son immense territoire, si elle décidait d’envahir le Donbass.

                        Le plus probable est que la tension perdure, sauf si l’Ukraine (ses dirigeants), en grande difficulté, juge qu’une guerre est ce qui peut lui arriver de mieux. On se souvient de la Pologne au siècle dernier.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité