• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Un cheval de Troie dans la forteresse de l’austérité

Un cheval de Troie dans la forteresse de l’austérité

La Grèce a inventé la démocratie. La mythologie grecque a poli le miroir dans lequel l’Occident se regarde. La Grèce a même inventé la dénomination de la péninsule asiatique : Europe

 « De nos jours, seuls les criminels ont l’audace de porter dommage à autrui sans l’aide de la philosophie » Robert Musil, L’Homme sans qualités. L’Odyssée raconte qu’il a fallu dix ans à Ulysse pour rentrer chez lui après la fin de la guerre de Troie. Ses descendants font aujourd’hui l’histoire dans le foyer d’origine de la démocratie. Et ils ne vont nulle part. Ils ont déjà placé leur cheval de Troie dans la forteresse de l’intolérance et de l’austérité. Il n’y a pas de retour en arrière après la restauration de la dignité. Et si les Muses s’en chargent, la drachme reviendra.

Les soi-disant institutions de l'UE – pilotées par les politiciens des pays riches de l'Union européenne, d'une médiocrité cosmique – se sont comportées comme des barbares tout au long du voyage, ce qui montre comment l'ensemble du tableau de la construction kafkaïenne de l'UE vengeresse hait la démocratie.

Bruxelles et Berlin ont prouvé qu’ils sont dans la continuité du business des changements de régime. Parodiant les exploits des 'exceptionnalistes' en Irak en 2003, ils prônaient la destruction d’un gouvernement démocratiquement élu en Europe par un Shock and Awe économique. Leur rêve glauque était d’imposer une austérité renouvelée à un gouvernement technocratique intérimaire non élu [sorte de proconsulat style Mac Arthur au Japon en 1945, NdT].

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras vote à Athènes, le 5 Juillet, 2015 © REUTERS/Christian Hartmann

La Commission européenne (CE) veut que la Grèce reste dans la zone euro bien que l’écart se creuse entre les négociateurs. La semaine dernière, des tactiques alarmistes implacables – déployées par Jeroen Dijsselbloem, le président de l’Eurogroupe, et le président de la Commission européenne et opportuniste certifié Jean-Claude Juncker – ont affirmé que le vote non signifierait un Grexit [sortie de la Grèce hors de l’Europe, NdT]. Maintenant, la possibilité réelle d’un Grexit menace de détruire l’euro. La plus grande peur de ces politiciens d’une médiocrité cosmique est que d’autres démocraties européennes – à commencer par l’Espagne à l’automne – emboîtent résolument le pas à la Grèce en disant non à l’obsession de l’austérité. Le simple fait que cela se produise, déjà, est l’acte d’accusation ultime contre la troïka, dont les costards à taille unique enfilés aux économies des pays membres on toujours conduit à la récession, au chômage et à la pauvreté généralisée. Leur notion de l’Europe est morte et enterré.

 

Tout est insoutenable

Maintenant, c'est l'heure des Thermopyles. Bats-toi ou meurs. Il n'y a pas de feuille de route, encore, sur la façon dont la Grèce peut survivre dans la zone euro sans faire éclater sa société déjà meurtrie et malade. Cela impliquerait la fin des politiques profondément anti-européennes.

Le sommet de ce mardi impliquant la chancelière Merkel et le président français Hollande révèle le désespoir de dernière minute des politicards à la médiocrité cosmique. Merkel court maintenant un risque réel de passer dans l’histoire comme celle qui a provoqué le Grexit. Et un Grexit – aussi douloureux que cela puisse être – reste une solution.

La Grèce est incapable de restructurer les prêts de la BCE. © REUTERS / Wolfgang Rattay

La dette de la Grèce est absolument insoutenable – comme on dit en novlangue. Une certaine forme de restructuration est inévitable. Cela signifie qu’un nouveau plan de sauvetage doit être élaboré par les ministres des Finances de la zone euro. Cela peut prendre des semaines pour forger une nouvelle entente. À court terme, la Banque centrale européenne (BCE) est sur une corde raide, ayant à décider quoi faire du système bancaire grec. Le peuple grec a bénéficié de moins de 10% des plans de sauvetage précédents d’un montant de €240 Mds. Quatre-vingt-dix pourcents de cet argent a servi essentiellement à renflouer les banques commerciales allemandes et françaises – la Grèce ayant du souscrire des prêts d’urgence pour les payer. Et pour obtenir ces prêts, Athènes s’est vue imposer l’austérité et un néolibéralisme déchaîné. Tout porte à croire que la zone euro va continuer à jouer dur. Même si le FMI lui-même admet qu’un certain soulagement de la dette est inévitable, et même si Mme Merkel elle-même, avec un peu d’espionnage de la NSA publié par Wikileaks, a admis (en octobre 2011, déjà) que la dette de la Grèce était insoutenable. La dette du gouvernement grec est encore un énorme €320 Mds [dont $150 Mds imposés pour acheter des armes aux USA, en France et en Allemagne, NdT] , 78% étant dû à la troïka. Et malgré ça, la troïka est tentée de serrer la vis encore plus – utilisant maintenant la tactique des distributeurs automatiques de billets vides pour provoquer un changement de régime. Pourtant, cela peut provoquer un retour de flamme et précipiter – quoi d’autre ? – le Grexit. Et le Grexit ne sera que le début d’une nouvelle tragédie inspirée par Sophocle. Dés lors qu’une nation rompt avec la monnaie unique, l’union monétaire elle-même est totalement exposée. Le Déesse du Marché, néolibérale, sera ardemment à la recherche de sa prochaine victime – Espagne, Italie, Irlande.

Le cheval de Troie de la démocratie se trouve maintenant, en silence, dans la forteresse de l’austérité. La bataille est sur le point de commencer.
Traduit par jj, relu par Diane pour le Saker Francophone Via tlaxcala-int

 

URL de cette page : http://escrocratie.tk/un-cheval-de-troie-dans-la-forteresse-de-lausterite

 

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • adeline 9 juillet 2015 19:21

    Merci, j’ai une question qui me turlupinne, pourquoi dans tous les pays « austérisés » et la France (depuis ce jour) ont dans leur paquets de réformes celle du notariat ? je n’arrive pas à trouver de lien.


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 9 juillet 2015 22:27

      @adeline

      La réponse courte ? Les notaires ne sont pas financiari-zables (en gros : vous n’êtes pas cotés en bourse) comme les taxis, c’est pareil

      je peux vous faire une réponse longue si vous voulez


    • zygzornifle zygzornifle 10 juillet 2015 11:37

      ce cheval finira comme tous les autres dans les lasagnes de chez Spanghero ......


      • Ruut Ruut 10 juillet 2015 16:07

        Les notaires ne sont pas encore soumis au dictat des banques dont les banquiers veulent les flinguer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires