• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > À peine entré en vigueur, le nouveau cessez-le-feu est violé par les FAU (...)

À peine entré en vigueur, le nouveau cessez-le-feu est violé par les FAU qui tirent sur le convoi d’un député russe

Aujourd’hui 5 mars 2018 à 1 h 00 heure locale, un nouveau cessez-le-feu est entré en vigueur afin d’essayer d’enrayer la tendance à l’escalade qui était lentement, mais sûrement, visible depuis le début de l’année.

Juste avant l’entrée en vigueur du nouveau cessez-le-feu, l’armée ukrainienne s’est déchaînée, tirant 483 munitions (contre 177 durant les 24 h précédentes), dont 82 obus de mortier de 82 mm et 120 mm sur le territoire de la République Populaire de Donetsk.

Après l’entrée en vigueur de la nouvelle trêve, le silence s’est fait sur la ligne de front. Pour seulement 10 heures à peine… Dès 11 h 10, l’armée ukrainienne ouvrait à nouveau le feu sur la localité de Leninskoye (dans le Sud de la RPD), à coup d’armes légères, et de fusils de snipers.

Pensant pouvoir profiter de cette nouvelle trêve, et évaluer si elle était réellement respectée, le député russe de la Douma et président du parti Rodina (Patrie), Alexeï Jouravlev, accompagné de journalistes, s’est rendu sur la ligne de front près de Kroutaya Balka, voir les soldats de la RPD.

Alexeï Jouravlev

Mais alors qu’ils étaient en route, à 13 h 45, l’armée ukrainienne a ouvert le feu sur les véhicules qui se dirigeaient vers le front. Les FAU ont tiré 10 obus de mortier de 82 mm depuis Avdeyevka, vers Kroutaya Balka.

Une des voitures a souffert et est désormais inutilisable, mais aucune victime n’est à déplorer. Les collègues de REN TV qui se trouvaient avec lui ont filmé ce qui s’est passé.

Comme on peut le voir dans le Donbass, les cessez-le-feu se suivent et se ressemblent, et malheureusement pas en bien… Il y a de moins en moins de différences entre avant et après nouveau cessez-le-feu.

Dans le Sud de la RPD, où nous nous sommes rendus du 28 février au 1er mars, la situation était loin d’être calme, alors que prenait fin le cessez-le-feu du Nouvel An.

Si sur d’autres points de la ligne de front, les soldats ont pu constater une évolution négative de la situation après la signature de la loi de réintégration du Donbass par Porochenko, à Sakhanka qui est l’un des points chauds, constamment bombardé, les soldats n’ont vu presque aucune différence.

Comme nous le dit l’un des soldats interrogés, il est plus facile de compter les jours où les soldats ukrainiens ne tirent pas que l’inverse. Mais malgré cela, ils pensent qu’il n’y aura pas d’offensive de la part de l’armée ukrainienne, car elle n’en serait plus capable après les chaudrons de 2014 et 2015.

Nous dormons cette nuit-là avec les soldats non loin des positions, et avons pu entendre ce que le mot « cessez-le-feu » voulait dire pour l’armée ukrainienne. Dès la nuit tombée, des salves de tir se font entendre en provenance de Chirokino (qui est sous contrôle ukrainien). Des tirs groupés, qui s’interrompent, avant de reprendre 30-45 minutes plus tard.

Le cessez-le-feu est mort, vive le cessez-le-feu…

Voir le reportage filmé à Sakhanka :

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès