• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Afghanistan, la condition des femmes de Shugnan sous le régime (...)

Afghanistan, la condition des femmes de Shugnan sous le régime taliban

Il s'agit d'un témoignage local venant d'une région ignorée par les médias internationaux. Dans le nord-est de l'Afghanistan, Shugnan a une population et des valeurs similaires à celles du Pamir tadjik frontalier. Un jeune homme, Arif Pamirzad, nous explique à quel point la position et l'éducation traditionnelles des femmes sont menacées par la chute récente du district. Il appelle les dirigeants taliban à adopter une politique responsable afin de protéger la prochaine génération et l'avenir de son peuple.

Cet article est une traduction du texte de Bernard Grua paru, en anglais, sur le site du "Pamir Institute".

 

Le bon niveau d'instruction à Shugnan

 

 

Comme tous les Afghans le savent, Shugnan (également orthographié Shighnan) est le seul endroit où vous pouvez trouver plus de 80 à 85% de personnes instruites. C'était également l'un des districts les plus sûrs de tout l'Afghanistan. Au cours de l'histoire de notre région, Shugnan était le seul endroit qui n'ait jamais cessé d'apprendre et d'aller à l'école. Je veux dire, quel que soit le gouvernement ou le régime, les Shugnis n'ont jamais fermé ses écoles ou les portes d'autres établissements d'enseignement. Shugnan est l'un des lieux multi-religieux et pluraliste en Afghanistan, et en particulier au Badakhshan.

 

 

La position des femmes à Shugnan avant la chute

 

Les femmes sont l'un des puissants pouvoirs de cette société et elles ont travaillé aux côtés des hommes. Il n'y avait aucune restrictions spécifiques pour les femmes. Elles pouvaient ouvrir un magasin pour développer leur économie familiale ou faire tout ce qu'elles voulaient. Elles pouvaient aller à l'école, suivre des cours. Elles pouvaient se divertir. Elles pouvaient occuper des emplois gouvernementaux ou travailler dans une ONG. Mais, compte tenu de la situation actuelle, la plupart d'entre elles ont perdu la chance qu'elles avaient avant le régime taliban.

 

 

La condition des femmes sous le nouvel ordre taliban

 

Après la chute de Shugnan, les talibans ont imposé de nombreuses restrictions à tous les Shugnis, en particulier aux femmes, comme :

  • les femmes de plus de 15 ans doivent se couvrir le visage,
  • les femmes ne vont jamais nulle part sans leur mari ou tout autre parent proche (comme : mari, fils ou frère),
  • les filles qui ont dépassé le 7e niveau [environ 13 ans] ne peuvent pas aller à l'école,
  • les femmes et les filles ne peuvent pas aller pique-niquer ou se divertir,
  • et d'autres obstacles et défis auxquels elles sont confrontées.

 

Aujourd'hui, je suis en contact avec des femmes et surtout ces jeunes filles. Elles sont en dernière année d'école ou d'université. Elles sont dans une situation douloureuse et en état de détresse psychologique. Je suis sûr que la plupart d'entre elles avaient de meilleurs rêves et objectifs. Et elles voulaient atteindre leurs rêves et leurs objectifs.

 

Mon appel

 

Finalement, ma recommandation est pour les Taliban. S'il vous plaît, laissez les filles aller à l'école, à l'université et dans d'autres lieux d'éducation pour s'instruire. Si vous ne les y autorisez pas, cela signifie que vous en privez la prochaine génération de ce pays. Et cette méthode va nous conduire au désastre.

 

 

Arif Pamirzad, Shugnan, 9 octobre 2021

 

À propos de l'auteur

 

Je suis Arif Pamirzad de Shugnan-Badakhshan-Afghanistan. J'accomplis le dernier semestre d'enseignement de la faculté des technologies de l'information. Je travaille comme stagiaire informatique à l'UBRS (Hôpital provincial Ustad Burhanuddin Rabani Shahid). J'écris ces informations sur la condition des femmes à Shugnan et j'espère que vous les publierez sur votre site internet afin qu'elles soient largement partagées.

 

À propos du district de Shugnan

 

Wikipédia : Le district de Shighnan (en persan : شهرستان سغنان‎ -en tadjik : Ноҳияи Шиғнони) est l'un des 28 districts de la province du Badakhshan dans l'est de l'Afghanistan. Il fait partie de la région historique de Shighnan qui est aujourd'hui divisée entre l'Afghanistan et le Tadjikistan. Le district borde la rivière Panj et le Tadjikistan au nord-est, le district de Maimay à l'ouest, le district de Raghistan au sud-ouest, les districts de Kohistan, Arghanj Khwa et Shuhada au sud et le district d'Ishkashim au sud-est.

Les Khowar, les Tadjiks, les Khoshey et les Pamiris sont les principaux groupes ethniques. Seule la langue farsi (persan) et shughnani est parlée et comprise en shughnan.

 

Belle vue sur la rivière Panj, sur la frontière entre l'Afghanistan et le Tadjikistan dans la région de Shughnon-shughnan CC BY-SA 3.0 par Khwahan
Belle vue sur la rivière Panj, sur la frontière entre l'Afghanistan et le Tadjikistan dans la région de Shughnon-shughnan CC BY-SA 3.0 par Khwahan

 

Pont d'amitié entre le Tadjikistan et l'Afghanistan De l'autre côté de la rivière Panj dans la région Shughnon–Shughnan. CC BY-SA 3.0 par Khwahan
Pont d'amitié entre le Tadjikistan et l'Afghanistan De l'autre côté de la rivière Panj dans la région Shughnon–Shughnan. CC BY-SA 3.0 par Khwahan

Moyenne des avis sur cet article :  2.85/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 13 octobre 12:12

    Les talibans ? C’est une vieille histoire : lien.

    Il faut bien un retour sur investissement. La CIA n’est pas une entreprise à fonds perdus.


    • Bernard Grua Bernard Grua 13 octobre 14:27

      @Docteur Faustroll
      Ce n’est pas mal, ce type de commentaire. On peut le poster sous n’importe quel article parlant d’Afghanistan. On n’a pas besoin d’en lire le texte. Ici, il s’agissait de la condition des femmes, pour info. 


    • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 13 octobre 15:46

      @Bernard Grua

      ah, je croyais que ça parlait des talibans


    • alinea alinea 13 octobre 15:34

      Néanmoins merci pour cet article.. qui nous balance notre impuissance dans la figure ! J’aime mieux sentir que nous pourrions tenter quelque chose du côté de l’empire américain, chez nous, en France, et même là, l’impuissance semble totale.

      C’est une information qui ne nous étonne pas et qui me rend impatiente de voir la fin imminente de notre monde d’ingérence, de pillage, d’irrespect.. et quoi ?? la fin du jugement et de notre modèle obsolète encore hissé haut dans l’esprit des occidentaux !


      • Albert123 13 octobre 16:10

        Problème de riche bobo dégénéré que celui qui consiste à s’inquiéter du sort des lointains quand son prochain doit subir un apartheid sanitaire.


        • ZenZoe ZenZoe 13 octobre 18:20

          L’Afghanistan est selon toutes les études le pire pays au monde concernant les droits des femmes (suivent selon les études le Congo, la Syrie, le Pakistan, la Somalie, l’Inde, l’Egypte...).

          Une fois qu’on a dit ça, que fait-on, ou plutôt que peut-on faire en tant que simple citoyen ? Pas grand chose à vrai dire. Le mieux est de s’occuper de ses proches, de les rendre heureux, d’aider les malheureux près de chez soi, c’est déjà énorme. Pour le reste, laisser les habitants de ces pays se dépatouiller. Quand ils en auront marre, ils changeront d’eux-mêmes, ce n’est pas à nous de forcer leur destin.


          • rugueux 13 octobre 22:12

            Honnêtement la condition des femmes en Afghanistan on s’en tape. Vous parlez de quelques bobonnes privilégiées, tout comme nos journaleux et autres bien pensants parisiens s’émouvaient des scènes de chaos à l’aéroport de Kaboul. Tout au plus quelques dizaines de milliers de traitres qui fuyaient, sur un pays de presque 40 millions d’habitants.

            Pensez-vous que ce pays serait tombé aussi vite, aussi totalement si les talibans n’avaient eu un très large et profond soutien de la majorité de la population ?
            Le sort quelques bonnes femmes occidentalisées vivant à Kaboul ou dans les grandes villes c’est à mourir de rire, lissez cela à BHL, Clémentine Hautaine et autres LGBTQXYZ inclusives. La France a autre chose à faire que de mettre son nez dans les affaires d’un pays souverain qui mène la politique qu’il veut.


            • Edmond 13 octobre 22:34

              On apprend aussi que les Afghans ne trouvent plus de quoi se nourrir depuis le retour des Talibans. Les soldats ’ricains seraient partis avec la boustifaille ? De plus, sans la fertilisation hebdomadaire de leurs champs par les bombes humanitaires, les haricots ne poussent plus (par contre ce qu’on cultivait avant c’est plutot le pavot)


              • zygzornifle zygzornifle 14 octobre 10:43

                Fallait s’attendre a quoi, qu’elle puisse se balader en short, discuter avec tout le monde, conduire une voiture, choisir son docteur, pouvoir voter, pouvoir divorcer sans se faire décapiter, écrire des livres, composer de la musique, se déplacer par tout sans contrainte ?

                Et on va encore trouver des excuses aux Talibans ....


                • Albert123 14 octobre 15:51

                  @zygzornifle

                  bah non le projet c’est pillule du lendemain et tinder à volonté.

                  Bref le paradis des expats et autres négriers mondialistes qui veulent pouvoir péter du petit cul à volonté sans la contrainte des mouflets qui pourrait advenir et ce partout autour du monde et de ses hotels.


                • zygzornifle zygzornifle 15 octobre 08:50

                  @Albert123

                   Il y a la papauté pour cela ....


                • Bernard Grua Bernard Grua 14 octobre 11:41

                  J’espère que ce papier intéressera certaines personnes. Pour les autres, je ne vois sincèrement pas quoi répondre aux commentaire qui précèdent.


                  • alinea alinea 14 octobre 17:31

                    @Bernard Grua
                    Votre papier nous a intéressées, mais il ne nous apprend rien, que vouliez-vous qu’on vous dise ? on pose juste un mot pour marquer notre passage...


                  • zygzornifle zygzornifle 15 octobre 08:53

                    Rien ne changera chez les Musulmans fous de dieu, le pire c’est qu’ils exportent leur manière de vivre, en Europe par exemple qui est une passoire a allahu akbar...


                    • ergdor ergdor 15 octobre 09:24

                      Les commentaires de cet article atteignent le fond de l’ignominie.

                      Parmi ce florilège d’inconscience et d’égoïsme : « on s’en tape », « on le sait déjà ».

                      Pas un mot de compassion pour ces femmes, pour ce peuple, pas la moindre compréhension de la réalité décrite.

                      Quelle horreur ! le comble de tout ce qui est détestable : suffisance, arrogance, stupidité haineuse.

                      C’est donc ça Agoravox, la voix du peuple ? à vomir.


                      • Bernard Grua Bernard Grua 15 octobre 14:24

                        @ergdor

                        Les commentaires de cet article atteignent le fond de l’ignominie.

                        Tout à fait d’accord avec vous. 

                        C’est donc ça Agoravox, la voix du peuple ?

                        Non, « ça », ce sont des trolls qui utilisent Agoravox comme le réseau social de la haine. On les retrouve systématiquement. Ils sont une petite dizaine. Ils sont même moins nombreux que les partages Facebook. Et, bien-sûr, moins nombreux que les mille lecteurs déjà atteints par ce papier. Donc ne perdons pas espoir. Le seul point qui me gêne, c’est que ce purin décourage d’autres commentateurs. Il y en a parfois d’érudits ou très bien informés, qui apportent une vraie valeur ajoutée. Ils nous aident à nous instruire. Ce ne sera pas le cas cette fois-ci.
                        En attendant, même si ce papier est assez simple, il a quand même permis à un jeune d’Afghanistan de faire diffuser son message. Cela peut lui donner, ainsi qu’à ses ami(e)s l’impression de ne pas être totalement oublié.

                      • alinea alinea 15 octobre 14:34

                        @Bernard Grua, ergdor
                        Vous vous plantez complet !!
                        Personnellement j’aime, admire assez les Afghans, je connais assez leur Histoire pour être sûre que ce qu’ils vivent aujourd’hui est le fait de l’occident, d’accord ?
                        Le bon cœur des grenouilles de bénitier, c’est vrai, ce n’est pas mon monde.
                        Est-ce que vous vous rendez compte que nous, ici, ou même ailleurs, on n’y peut rien ?
                        Vous auriez aimé ce genre de commentaire : ah oui c’est odieux, pauvres femmes ? typique des progressistes au grand cœur, des dames de charité ? la charité, c’est les « supérieurs » qui la distribuent aux « inférieurs » ; pas mon genre.
                        Le problème est politique, nous sommes du mauvais côté, il faut nous démerder pour changer la donne.
                        Je me réjouis, si c’est vrai, que les Afghans se retrouvent chez eux, sans étrangers gentils au grand cœur !
                        Libre à vous de vous croire supérieurs en égrenant votre compassion, mais ne comptez pas sur moi pour y croire.


                      • Bernard Grua Bernard Grua 15 octobre 15:10

                        @alinea
                        Il n’y a aucun plantage. Les faits sont têtus :
                         7 trolls
                         14 partages FB
                         1000 lecteurs ce soir.


                      • alinea alinea 15 octobre 16:02

                        @Bernard Grua
                        En ce qui concerne ce site, il part en vrille littéralement ! mais l’époque est dure ici aussi et tant de choses ont été dites.
                        En ce qui concerne l’Afghanistan, la plupart des Afghans n’ont pas aimé le régime communiste, et notre ami et idole Massoud, en se rebellant a participé de la dégringolade !
                        Je me rebiffe de votre commentaire avec ergdg... parce que je souffre dans mes tripes de ces intrusions de notre empire, partout dans le monde, mais particulièrement au Moyen Orient et particulièrement en Afghanistan.
                        Mon impuissance, ici, en France, sur ce site, dans mon village est totale, mon ressenti, écorché !
                        Alors je ne me reste que la confiance en les principaux intéressés ; les Afghans. Nous on a Macron, sa petite bande de mondialistes, eux ont les Talibans... ils ne peuvent rien pour nous, nous ne pouvons rien pour eux...


                      • ZenZoe ZenZoe 15 octobre 16:26

                        @ergdor et Bernard Grua
                        Honnêtement, je ne pensais pas que mon post atteignait le fond de l’ignominie !
                        Vous n’exagérez pas un chouïa là ?

                        Sur l’article : on pourrait argumenter que le rôle d’un reporter ne devrait plus se cantonner de nos jours à relayer ce que tout le monde sait déjà, mais à proposer aussi des actions concrètes, ne pensez-vous pas ? Les organismes à contacter, où s’engager, que faire etc..
                        Après, les gens réagissent ou pas, selon leurs sensibilités, leurs moyens, leur disponibilité. C’est leur choix, et vous n’avez pas à dicter leur conduite ni même leur façon de penser. Votre morale à deux balles est exécrable. Que savez-vous du quotidien des gens qui selon vous sont des égoïstes et des inconscients ?
                        Qu’est-ce qui vous donne le droit de les juger ?

                        Sur mon opinion à moi si elle vous intéresse : je laisse aux peuples le droit de disposer d’eux-mêmes et refuse le droit d’ingérence, source de catastrophes humanitaires invraisemblables depuis que le concept a été inventé. Si les Occidentaux n’avaient pas mis leur nez dans ce qui ne les regardait pas, qui sait si tous ces peuples n’auraient pas d’eux-mêmes choisi une voie qui leur convenait mieux, tout comme nous l’avons fait en 1789, tout comme les pays de l’Est l’ont fait dans les années 80 ? Je me méfie de l’arrogance occidentale voyez-vous, qui considère les autres peuples comme incapables de s’organiser, qui refuse de voir que d’autres voies sont possibles, et je me méfie tout particulièrement des Occidentaux donneurs de leçons qui se considèrent non seulement au-dessus des autres peuples qu’ils entendent ’’aider’’, mais aussi au-dessus de leurs propres concitoyens qui ne seraient que des bourrins sans coeur. J’appelle ça le syndrome BHL, vous voyez ?
                        Moi j’essaie de rendre mes proches heureux, je les aide quand je peux, je rends service à qui me le demande, je nourris et soigne des animaux errants, et je paie des impôts aussi pour que de l’aide humanitaire soit envoyée aux Afghans et aux autres.
                        Et tous ceux qui voudraient me donner mauvaise conscience parce que je n’en ferais pas assez, je les emm... cordialement.


                      • Bernard Grua Bernard Grua 15 octobre 16:39

                        @ZenZoe
                        Je ne vous comptait pas au nombre des sept trolls. Comment avez vous pu assimiler votre premier commentaire au lisier déversé par d’autres ? Les « discussions » sous cet article sont bien curieuses.


                      • ZenZoe ZenZoe 15 octobre 17:02

                        @Bernard Grua
                        En tout cas, vous avez dit quelque chose de très juste : Il y en a parfois d’érudits ou très bien informés, qui apportent une vraie valeur ajoutée.

                        C’est pour ça que je contine à venir sur AX, pour ces érudits-là, il y en a parfois qui sont drôles aussi, et on a aussi besoin de rire.
                        Quant aux autres, les trolls comme vous dites, bah on survole, on se dit que ça leur fait du bien, ils traversent sans doute une mauvaise passe.
                        J’ai remarqué que si on poste un commentaire intéressant, d’autres suivent, et les trolls sont vite oubliés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité