• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Alexandre Zakhartchenko - Il n’y a pas de place pour les traîtres (...)

Alexandre Zakhartchenko - Il n’y a pas de place pour les traîtres comme Ianoukovytch dans le Donbass

Le chef de la République Populaire de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, a commenté les articles de certains médias sur les plans de retour dans le Donbass de l'ancienne élite politique ukrainienne, et a aussi évalué les commentaires négatifs des habitants de Donetsk concernant cette nouvelle, lors de la conférence de presse du 27 mars.

« La négativité sur les réseaux sociaux, comme réponse des habitants de la République Populaire de Donetsk à cette nouvelle, est une réaction normale de personnes normales.

De fait, Ianoukovytch est le président actuel de l'Ukraine. Il n'a pas remis son pouvoir, il n'y a pas eu d'élections normales, et tout ce qui a eu lieu pendant son exil et sa fuite, est une prise illégale du pouvoir. Mais je voudrais éclaircir les choses une fois pour toutes : Ianoukovytch n'a aucun lien avec tout ce qui concerne la République Populaire de Donetsk.

Qu'il ait été le président ou qu'il le soit de nouveau à l'avenir, on s'en fiche. Où était le président le 26 mai 2014 ? Et lors de l'assaut sur Debaltsevo ? D'abord il était à Kharkov, puis il s'est enfui en Russie. Le président n'était pas avec son peuple ! Et cela s'applique à tous : Ianoukovytch, Azarov, Klimenko, Arbouzov, mon homonyme Zakhartchenko et d'autres. Je suggère d'ajouter ces personnes à la liste de ceux qui sont interdits d'entrée en République Populaire de Donetsk. Nous n'avons rien à faire avec les traîtres !

Si cela concernait le fait que Ianoukovytch apparaisse bientôt à Kiev, nous nous serions assis pour en discuter. Pour Ianoukovytch, Kiev est le point dont il s'est enfui et le point où il doit retourner. Qu'est ce que cela a à voir avec Donetsk ? Le président n'a pas été renversé d'ici, sa voiture n'a pas été la cible de tirs à Donetsk, il n'y a pas eu de pneus brûlés près de ses fenêtres. Si Ianoukovytch avait agi avec sagesse en 2013-2014 : il n'aurait même pas été nécessaire de demander l'aide militaire de la fédération de Russie, il aurait simplement suffi de donner des armes aux gens du Donbass, et alors il n'y aurait pas eu de guerre.

Nous aurions dispersé le Maïdan en deux heures. Nous aurions réussi à éviter les dizaines de milliers de morts de ces trois dernières années. En tant que président normal il devait comprendre ce qu'il risquait, des milliers de vies de citoyens, la destruction de l'économie, et de manière générale le destin du pays. Au lieu d'agir, il s'est enfui en Russie comme un lâche, et maintenant il veut revenir  ? Pas chez nous. Il y a Kharkov, Kiev …. Nous pouvons faire une collecte pour lui acheter un ticket s'il n'a pas d'argent, » a déclaré le chef de la République Populaire de Donetsk.

Source : Site officiel du chef de la RPD Alexandre Zakhartchenko

Agence DONi News / Traduction officielle par Christelle Néant

Note de la traductrice : Cette déclaration fait suite à la publication par des médias ukrainiens d'un plan d'action de règlement du conflit dans l'est de l'Ukraine élaboré par Paul Manafort, l'ex-conseiller de Ianoukovytch, prévoyant que ce dernier retournerait en Ukraine en tant que gouverneur de la RPD et de la RPL.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • howahkan 28 mars 2017 18:29

    Salut, je ne peux que reprendre la fin

    Si Ianoukovytch avait agi avec sagesse en 2013-2014 : il n’aurait même pas été nécessaire de demander l’aide militaire de la fédération de Russie, il aurait simplement suffi de donner des armes aux gens du Donbass, et alors il n’y aurait pas eu de guerre.

    Nous aurions dispersé le Maïdan en deux heures. Nous aurions réussi à éviter les dizaines de milliers de morts de ces trois dernières années. En tant que président normal il devait comprendre ce qu’il risquait, des milliers de vies de citoyens, la destruction de l’économie, et de manière générale le destin du pays. Au lieu d’agir, il s’est enfui en Russie comme un lâche, et maintenant il veut revenir  ? Pas chez nous. Il y a Kharkov, Kiev …. Nous pouvons faire une collecte pour lui acheter un ticket s’il n’a pas d’argent, » a déclaré le chef de la République Populaire de Donetsk.


    • roman_garev 29 mars 2017 11:32

      À admirer le camps des pionniers « Droujba » (camp pour les enfants en vacances) à Tchassov Iar dans la partie du Donbass occupée par les « libérateurs »-punisseurs volontaires.

      La seule photo en pleines couleurs montre ce camp avant l’arrivée des libérateurs qui ont soit détruit, soit pillé les meubles , les jouets, la vaisselle, le linge... La seule chose qu’ils ont laissé dans les ruines du camp, c’est les tas de seringues...
      Gloire à l’Ukraine !

      • zygzornifle zygzornifle 29 mars 2017 13:12

        @roman_garev


         faut vite les faire rentrer dans l’UE avec la Turquie ..... 

      • zygzornifle zygzornifle 29 mars 2017 13:11
        Il n’y a pas de place pour les traîtres comme Ianoukovytch dans le Donbass..... Pas grave on a de la place chez les LR et les PS , les traîtres nous on les vénère ....

        • malitourne malitourne 29 mars 2017 15:35

          Je comprends le message de Zakhartchenko, après ce que le peuple de Donetsk et de Lugansk a enduré et continue de subir. Mais si ianoukovitchn’est pas le bienvenu, ce qui est compréhensible également, ca signifie alors une secéssion inévitable de ces 2 républiques. Qu’en pensez vous Christelle ?


          • Christelle Néant Christelle Néant 29 mars 2017 16:02

            @malitourne
            Elle est déjà engagée et effectivement inévitable. J’en ai parlé dans un autre article sur l’intégration en cours de la RPD et de la RPL au sein de la fédération de Russie : https://dnipress.com/fr/posts/le-donbass-mene-pas-a-pas-son-integration-avec-la-russie-et-seloigne-dune-ukraine-en-pleine-desintegration/


          • JP94 29 mars 2017 17:45

            Apparemment, on n’a pas évoqué ici des infos concernant l’Ukraine mais se passant à Paris.


            Pourtant s’est tenu à l’INALCO scandaleusement un colloque sur l’Ukraine organisé par les Banderistes, notamment le fasciste ukrainien Vyatrovych ( qui n’est même pas historien).

            Ceci avec l’aval des institutions universitaires françaises ! 

            Des universitaires n’adhérant pas aux thèses fascistes, mais bien naïfs, ont cru bon d’y aller - cautionnant de facto ce colloque - nos fachos se sont bien réjouis. Ils escomptaient dénoncer, paraît-il, les mensonges des organisateurs et invités ( invitée d’honneur et co-organisatrise, Annette Wievorka).

            Le thème était explicité comme tel : « balayer les malentendus entre Juifs et Ukrainiens », tous les deux ayant été victimes du bolchévisme - le cas des judéo-bolchéviques les mettant du côté bolchévique. Donc pas de pogroms de Bandera qui était en fait un ami des Juifs, qu’il a voulu sauver. S’il y a eu quelques Juifs tués, c’est un peu de leur faute ( de celle de leurs compères Judéo-bolchéviques, après on avait du mal à distinguer, et puis c’est le fait d’individus isolés, indisciplinés.Le bandérisme n’a jamais été antisémite, tout ça c’est de la propagande soviétique« .

            Après ce colloque honteux pour nos institutions, nos universitaires avaient promis de réagir très vivement , de le dénoncer urbi et orbi, car ils n’ont pas pu en placer une devant une assemblée de fanatiques. ( Alexandre Werth et Annette Wievorka, par contre, assument totalement leur présence auprès des bandéristes et vont continuer de collaborer, partageant leurs thèses).

            Mais on attend toujours...

            Noter que le premier compte-rendu a été rédigé en anglais alors que le colloque était en France,et en français. ( rédigé par une universitaire qui y est allée, croyant »en placer une".)

            Une pétition avait été lancée pour le dénoncer par d’autres universitaires, contre ce colloque.

            l’historienne Annie Lacroix-Riz avait quant à elle appelé ses collègues à se mobiliser face à de telles initiatives et ne pas jouer le jeu des Vyatrovych .

            • Christelle Néant Christelle Néant 29 mars 2017 18:06

              @JP94
              Nous avions publié l’article d’un lecteur à ce sujet, mais comme l’article n’était pas de moi je ne l’ai pas publié ici : https://dnipress.com/fr/posts/un-revisionniste-ukrainien-invite-par-luniversite-pantheon-assas/


            • roman_garev 29 mars 2017 22:11

              @JP94
              « Le bandérisme n’a jamais été antisémite... » dixit leur Goebbels de nos jours.


              Vraiment, ce tribu rural arriéré des bandéristes, serfs éternels des Polonais, n’étaient jamais et ne sont pas QUE antisémites. Ils sont anti-tout-ce-qui-les-entoure : anti-polonais, anti-hongrois, anti-sémites, anti-slovaques, anti-russes et surtout anti-ukrainiens lorsque ceux-ci ne se déclarent pas en hâte admirateurs de Bandera... 

            • JP94 29 mars 2017 22:23

              @Christelle Néant
              Merci, l’affaire n’est pas terminée et les réactions publiques, on les attend encore ! 

              Ils ont été plus rapides à se rendre à ce colloque qui promeut le bandérisme auprès de ses ex-victimes... enfin de certains historiens qui s’en réclament et qui marchent ! 

              Libération a fait un gros article pour faire publicité de ce colloque, en exposant complaisamment toutes ces thèses révisionnistes , mais le décodex du Monde ne s’est pas déclenché... comme c’est bizarre !

            • JP94 29 mars 2017 22:33

              @roman_garev
              Effectivement ils sont anti-tout ce qui les entoure, mais au bout du compte, comme à l’époque, les nationalistes s’entendent.

              Rien de cela ne serait possible si ces bandéristes n’avaient pas leurs bases arrières au Canada et à Washington, car tout cela nécessite de gros moyens.

              Ils ont aussi pour projet de faire casser le non-lieu dont a bénéficié Schwarzbart, l’homme qui a abattu Simon Petlioura en plein Paris en 1926.
              A l’époque, le jury populaire et le tribunal parisien avaient été horrifiés par les crimes abominables et les pogroms relatés par des survivants venus témoigner contre Petlioura.

              Et le geste de Schwarzbart avait été jugé juste.

              Mais les fascistes ne regrettent jamais qu’une chose : ne pas avoir tué plus. 
              Ils ne reviennent jamais sur leurs crimes et le jour venu, ils continueront.

              Le problème est aussi la complaisance à leur égard non seulement de nos gouvernants, mais aussi des institutions universitaires en France. Sans oublier qu’au Canada et aux USA, les bandéristes financent à profusion des bourses pour promouvoir leurs thèses.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès