• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Alliance thé au lait

Alliance thé au lait

La noblesse anglaise avait beau prendre l’habitude de diluer le thé avec du lait, à l’époque victorienne, la consommation effrénée du précieux breuvage pesait tout de même lourd sur la balance commerciale, d’autant plus que l’Empire du Milieu demandait à être payé en argent, sonnant et trébuchant, faute de trouver un produit britannique digne d’intérêt.

De nos jours, en Chine, on continue à le consommer sans lait, contrairement aux quelques vestiges, nostalgiques de l’Empire britannique, ici et là en Asie du Sud-Ouest.

« Milk Tea Alliance » est un mouvement de solidarité démocratique et des droits de l’homme, composé de « netizens », un mot- valise pour citoyens du « net », originaires de Thaïlande, Myanmar, Taiwan et Hong Kong, se livrant à une guerre de « mèmes internet » sans merci à l’encontre de la « toute-puissante » Chine, une sorte de « cyber-guerre » à coup d’émojis, spécialement crées par « twitter » pour l’occasion. (BBC)

Ce qui avait commencé par la simple maladresse d’une vedette de télévision thaïe sur « twitter », est devenu un enjeu géopolitique, grâce aux concours des médias occidentaux, « mainstream et alternatifs », qui se sont emparés du sujet avec gratitude, appelant « l’événement » « un moment rare de solidarité régionale ». 

La malheureuse star avait commis l’indélicatesse de qualifier la région administrative spéciale, Hong Kong, de pays souverain, ce qui lui avait valu un « shit-storm » entre cyber-geeks chinois d’un côté et thaïs, birmans, taiwanais et hongkongais de l’autre.

En déclenchant la Révolution culturelle, le Grand Timonier, Mao Tsé-Toung, s’était déjà amplement servi de la plus ancienne stratégie politique qui soit, diviser pour mieux régner, « divide et impera ».

Actuellement, c’est le « National Endowment for Democracy », pour le compte d’un Empire déclinant, qui s’y essaye, en déplaçant le centre de gravité du « printemps arabe » vers l’est, avec un message, facile à comprendre pour tout le monde, « la liberté ou l’oppression ».

Seulement, la Chine, cible de ces « efforts de démocratisation », n’est pas une quelconque « pétrodictature », mais bientôt la première puissance économique de la planète.

Le « National Endowment for Democracy » est une organisation privée « d’utilité publique », fondée en 1983 sous le gouvernement du Président Ronald Reagan, financée par le Congrès américain, dont l’objectif déclaré est « le renforcement des institutions démocratiques à travers le monde ». Wikipedia

Simultanément avec les efforts de démocratisation de la vie publique de la « région administrative spéciale » de Hong Kong par des figures de proue du NED, l’activiste Joshua Wong et le magnat de presse Jimmy Lay, condamné récemment à un an de prison pour son implication dans les manifestations « pro démocratie » de 2019 et la « campagne d’information » sur de présumés violations des droits de l’homme dans la province autonome de Xinjiang, s’ouvre, de manière inespérée, un nouveau front, au sud-ouest de la Chine, au Myanmar.

Ancienne colonie multi-ethnique de l’Empire britannique, 130 minorités ethniques, le Myanmar est essentiellement dirigé depuis 1962 par une junte militaire, depuis 1988 par un « Conseil d’état pour la paix et le développement » pour laisser place en 2011 à une sorte de « pouvoir civil », toujours sous contrôle des généraux, avec finalement un « intermezzo démocratique » entre 2015 et le 1er février 2021, date à laquelle les généraux déclarèrent l’état d’urgence, en arrêtant la Premier Ministre Aung San Suu Kyi, fille du défunt libérateur de la nation du joug britannique, le général Aung San, ainsi que le président Win Myint, en nommant le général Myint Swe président par intérim.

Membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, la Chine et la Russie, contrairement au reste du monde, comment en pouvait-il être autrement, exigent, certes, la libération immédiate de la Premier Ministre et le Président, se refusent en revanche à toute ingérence dans les affaires d’un état souverain.

Il faut dire que pour le « National Endowment for Democracy » Aung San Suu Kyi n’est pas n’importe qui. Un peu à l’instar de l’icône ouïghoure, la milliardaire Rebiya Kadeer, 6ème fortune de Chine, présidente du « World Uyghur Congress » entre 2006 et 2017, et le « Dalaï-lama », la « passionaria » birmane, certes tombée momentanément en disgrâce à cause de sa gestion calamiteuse de la crise des Rohingyas, ou plutôt à cause de quelques têtes brûlées parmi ses supporters (1), qui sillonnent actuellement les rues de la capitale économique Yangon, anciennement Rangoon, joue à nouveau pleinement son rôle d’avocate pour la démocratie.

Pétrifié par la crainte d’un déclin économique et social, plutôt que de s’inspirer de certains aspects positifs d’une gouvernance alternative des affaires publiques, l’occident, l’Europe et les Etats-Unis, préfèrent continuer leur politique d’endiguement des temps de la Guerre froide, une erreur.

Contrairement aux pays occidentaux, qui, depuis la dernière crise financière en 2008 ne cessent de pomper des sommes astronomiques dans les marchés financiers, dans le but de maintenir en vie un système économique à bout de souffle, la Chine avait saisi l’occasion pour investir massivement dans son infrastructure.

Actuellement, la Chine dispose d’un réseau ferroviaire ultraperformant de 141'000 km, transportant chaque année 1,7 milliards de passagers, dont 37'900 km de lignes à grande vitesse, deux tiers du réseau mondial de trains à grande vitesse. D’ici 2035 les autorités chinoises comptent doubler cette capacité. (2)

Pour comparaison, les Etats-Unis disposent d’une seule ligne de train à grande vitesse et le Royaume Uni fut capable d’en construire une en vingt ans entre Londres et l’entrée du tunnel sous la Manche, ce qui représente 0,2% du réseau chinois. En ce qui concerne le réseau ferroviaire allemand de la « Deutsche Bahn », jadis un gage de fierté nationale, n’est plus que l’ombre d’un passé glorieux, grâce aux efforts de privatisation de son ancien directeur Hartmut Mehdorn entre 1999 et 2009, d’abord sous le gouvernement socialiste de Gerhard Schröder et ensuite sous l’actuelle Chancelière Angela Merkel.

Au niveau du coût, une comparaison entre la Chine et les pays qui favorisent le partenariat public-privé parle d’elle-même. En Europe, 1 km de tracée à grande vitesse coûte entre 25 et 39 millions USD et aux Etats-Unis 56 millions USD. En Chine ce coût se réduit à 17 millions USD par km avec un prix moyen du billet de train trois quarts moins cher que dans le reste du monde. Le coût de la main d’œuvre et les prix fonciers y sont certes plus avantageux, mais, comme tout capitaliste qui se respecte sait, c’est le profit qui fait le prix.

Il faut dire que pour un bénéfice économique et social global, le Parti communiste est prêt à construire à prix coûtant, reliant des régions aussi éloignées que le Tibet ou la capitale du Xinjiang, Ürümqi avec le reste du pays.

On attend avec impatience les premiers résultats du plan de relance du nouveau président américain Joseph Biden qui vient de découvrir les bienfaits d’une infrastructure moderne pour l’économie. Toujours est-il, son nouveau Secrétaire aux Transports, Pete Buttigieg, qui dispose d’une large expérience en la matière en tant qu’ancien maire de la commune de South-Bend dans l’état d’Indiana, veut que « Les Etats-Unis deviennent le leader mondial du transport ferroviaire à grande vitesse ».

(1) https://www.youtube.com/watch?v=Hr24DLS16C8 Does US meddling in Myanmar risk Syria / Libya style war ?

(2) https://www.youtube.com/watch?v=belm4kDAHgM China High Speed Rail Network


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 17 avril 16:47

    « La noblesse anglaise avait beau prendre l’habitude de diluer le thé avec du lait, à l’époque victorienne, ... ».

    Je vois que vous ne maîtrisez pas l’art du « tea time ». On dilue le lait avec du thé et non le contraire. smiley


    • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 17 avril 16:54

      @amiaplacidus
      bien vu. notez, les deux sont liquides.


    • Jeekes Jeekes 17 avril 17:08

      @amiaplacidus
       
      Ah non, par d’accord.
      D’abord on ne dilue pas le thé avec du lait, on n’y rajoute qu’un ’’nuage.’’
       
      OK, en même temps qu’est-ce qu’on peut attendre d’un peuple qui fait bouillir la viande et qui bouffe du poisson avec de la gelée à la menthe ?
       
       smiley
       
       


    • amiaplacidus amiaplacidus 17 avril 17:14

      @Jeekes

      Apprenez, mon bon monsieur, que l’on commence par verser le lait, froid, dans la tasse et ce n’est qu’ensuite que l’on verse le thé. Toute autre façon de procéder ne serait qu’une faute de goût en se plaçant du point de vue grand-breton.

      Il s’agit donc bien de diluer le lait avec du thé.


    • amiaplacidus amiaplacidus 17 avril 17:21

      @Bruno Hubacher

      Votre article mérite mieux que ma petite remarque à propos du « tea time ».

      J’en partage assez largement les idées.

      Avec toutefois une nuance qui me paraît importante : si, historiquement, les Chinois n’ont pas été interventionnistes (en dehors de leur pré carré), il y a de fortes craintes qu’ils deviennent.

      Même s’ils n’étaient pas impérialistes (au sens actuel du terme), néanmoins, ils pensaient, et pense toujours, qu’il y a un pays, l’empire du milieu, entouré de quelques peuplades plus ou moins barbares.
      Les Chinois méprisent volontiers tout ce qui n’est pas chinois, simplement, comme ils sont polis, ils ne le montrent pas.


    • Pauline pas Bismutée 17 avril 17:22

      @amiaplacidus et Jeekes

      Maintenant c’est le « bubble tea ».
      Ne me demandez pas, not my cup of tea !


    • amiaplacidus amiaplacidus 17 avril 17:26

      @Pauline pas Bismutée

      Shocking !


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 avril 17:26

      @amiaplacidus

      ça fait un moment que les Chinois sont interventionnistes en Afrique, mas avec élégance, avec des baguettes, pas avec un colt, un lasso et un stetson.
      il y a un monde entre s’imposer et se rendre indispensable


    • Jeekes Jeekes 17 avril 17:26

      @amiaplacidus
       
      Ben non, j’savais pas. Faut dire que j’aime pô le thé, avec ou sans lait.
      Mais merci de l’info, j’me coucherais moins bête... 
       
      Ceci n’enlève rien à la gastronomie tout à fait particulière (et vomitive) de ce peuple dégénéré. Normal pour des insulaires, à force de se reproduire entre eux, ils ont chopés la myxomatose !
       


    • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 17 avril 17:33

      @amiaplacidus
      Ou je veux en venir, c’est que ce n’est pas en voulant contenir le développement économique de la Chine que l’Europe arrivera à stopper le ralentissement du sien. Pour cette raison je prends pour exemple le développement du réseau ferroviaire chinois. En dix ans. Vous imaginez ? L’Europe en serait tout à fait capable, mais avec un autre modèle économique de développement. 


    • Pauline pas Bismutée 17 avril 17:37

      @amiaplacidus

      Si, il leur arrive de le montrer ! (assez souvent même)
      Dans les pays que je cite ils sont tolérés uniquement pour leur argent... (il y a aussi des chinois polis et respectueux, évidemment, mais ce n’est pas la majorité)
      Ils ne sont pas aimés en Asie,
      Et un chinois de Hong Kong dira qu’il est ...de Hong Kong !


    • Pauline pas Bismutée 17 avril 17:40

      @Pauline pas Bismutée

      C’était rapport a :
      ’Les Chinois méprisent volontiers tout ce qui n’est pas chinois, simplement, comme ils sont polis, ils ne le montrent pas’


    • L'apostilleur L’apostilleur 18 avril 09:44

      @amiaplicidus

      « ...historiquement, les Chinois n’ont pas été interventionnistes... »

      Sous les Ming, la marine chinoise dominait les mers avec son immense flotte et son exceptionnel amiral Zeng He.
      Deux campagnes maritimes à quelques decennies d’intervalle, devaient envahir le Japon. Elles ont été anéanties par un ouragan. 
      Rien d’intéressant pour la Chine n’ayant été rapporté de ces gigantesques expéditions, à la mort de son amiral (1523) , la Chine decida la destruction de sa marine laissant la place aux européens portugais, espagnols, hollandais... et s’isolait derrière ses murs


    • L'apostilleur L’apostilleur 18 avril 09:53

      @amiaplacidus
      « ...Les Chinois méprisent volontiers tout ce qui n’est pas chinois, simplement, comme ils sont polis... »

      Nous n’avons pas la même expérience !!
      Les chinois sont des rustres dont la proximité est difficile pour nous européens.
      Je confirme le commentaire de Pauline... ils ne sont pas appréciés non plus en Asie. 
      Ils sont conscients de ce « handicap », des écoles britanniques et françaises transmettent notre savoir-vivre aux élites.


    • Captain Marlo Captain Marlo 18 avril 20:30

      @Jeekes
      OK, en même temps qu’est-ce qu’on peut attendre d’un peuple qui fait bouillir la viande et qui bouffe du poisson avec de la gelée à la menthe ?

      De l’humour !!


    • Pauline pas Bismutée 17 avril 17:18

      Il y a aussi l’impact écologique du rouleau compresseur chinois dans la région. On peut ajouter l’influence désastreuse des barrages chinois sur le bassin du Mékong, qui est en train d’impacter gravement sur les ressources (eau, faune et flore) du Cambodge, du Vietnam, de la Thaïlande et du Laos.

      Laos, déjà ‘bouffé’ par la Chine, il existe d’ailleurs tout au nord du Laos une ‘enclave ’avec casinos- puisqu’interdits sur le territoire chinois- gardés par des gardes…chinois, fréquentés vous l’avez deviné par des… chinois, avec garde-manger inclus pour le restaurant : le « zoo » avec ours et tigres..

      « Last days of the Mighty Mekong » Brian Eyler. (pour l’écologie)


      • samy Levrai samy Levrai 18 avril 09:43

        Shenzen est en train d’exploser en terme de développement, le « camp du bien » a juste sacrifié Hong-Kong qui grâce à eux va perdre tout ce qui faisait sa spécificité...

        on passe à quoi maintenant ?


        • L'apostilleur L’apostilleur 18 avril 10:27

          @ l’auteur 

          « ...de présumés violations des droits de l’homme dans la province autonome de Xinjiang.. »

          « ...la « passionaria » birmane, certes tombée momentanément en disgrâce à cause de sa gestion calamiteuse de la crise des Rohingyas, ou plutôt à cause de quelques têtes brûlées ... »


          Des lignes inhabituelles sur AV.


          • Aujourd’hui Il y a très peu de bonimenteurs sur AGV qui en mémoire
            cela :

             

            Ainsi c’est à New York que la Directrice-adjointe du centre, Anita Cicero, ouvre, le 18 octobre 2019, un nouvel exercice de gestion de crise « fait maison » sous l’appellation « Event 201 ».

            « En tant que directrice-adjointe du « Johns Hopkins Center for Health Security » et au nom de nos partenaires, le « World Economic Forum » et la « Fondation Bill et Melinda Gates », je vous souhaite la bienvenue à notre exercice de simulation de déclenchement d’une épidémie planétaire « Event 201 ». »

            Dans une introduction à l’exercice, sur son site internet, le centre avertit : « Ces dernières années, le monde a connu un nombre croissant de pandémies, au point que pas moins que 200 incidents sont à déplorer chaque année au niveau mondial. Des experts s’accordent à dire que ce n’est qu’une question de temps que ces épidémies locales deviennent une menace globale. Il est donc crucial d’établir d’ores et déjà une coopération efficace entre les secteurs publics et privés. »

            Il est intéressant de constater que parmi les membres de la cellule de crise « ad hoc » il n’y a aucun membre élu du secteur public. (2) En outre, Il n’est pas moins « intéressant » que, dans une interview, accordée au quotidien allemand « Die Zeit » le 21 septembre 2020, le Président du co-sponsor de l’événement, le « World Economic Forum », Dr. Klaus Schwab, abjure le néolibéralisme, en appelant à une « redéfinition du capitalisme global », un aveu d’échec lourd de sens.

            Il faut dire que les exercices pandémiques sont un peu la marque de fabrique de la « maison Hopkins ». Le plus connu est peut-être l’opération « Dark Winter » entre le 22 et le 23 juin 2001 sur la base militaire « Andrews Air Force » dans le Maryland, concoctée par Dr. « Strangelove » Thomas Ingelsby, à nouveau animateur de la version « Event 201 », mettant en scène une attaque bioterroriste contre la ville d’Oklahoma City par la propagation d’agents pathogènes causant la variole...........................................................

            https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/event-201-227723


            • sylvain sylvain 18 avril 14:40

              D’une certaine manière, l’occident se retrouve dans la même position que l’urss face aux EU a la fin de la guerre froide : une belle capacité de nuisance, mais plus grand chose d’autre


              • Le problème, ils continuent de mentir.

                Cependant nous continuons à les croire  !

                C’est quasiment du suicide .

                Il faut absolument stopper ce cycle pervers


                • JP94 18 avril 23:30

                  Un article très plaisant à lire ... sans doute très suisse ( avec une tasse de thé à la cerise et un petit morceau de chocolat de quelques kilos à portée de la main pour faire passer). Mais il y a quelque chose de balzacien à nous offrir en entrée ainsi avec une précision horlogère (sans citer de marque) le thé à l’anglaise pour nous brosser en fait une problématique d’ampleur.

                  Mon fils a travaillé à l’UIC -mais pas moi, donc je ne suis pas en mesure de donner trop de détails. Il avait fait un article pour une revue ...russe.

                  En gros, il évoquait quelques fait choquants sur la casse programmée du Rail y compris par la puissance publique, ceci à coups d’investissements incohérents : de l’argent public investi dans des projets reliant des départements éloignés, mais sans que l’un se concerte avec l’autre : résultat, de l’argent pour le Rail, mais gaspillé, lucratif pour les entreprises privées ayant réalisé les travaux ... suite à ça, il n’y a plus qu’à accuser son chien d’avoir la rage pour le tuer et privatiser ( désastre en GB).

                  A l’échelle de l’UE, tout est axé sur la privatisation : l’UE crache nos millions (nos impôts) , par exemple en Bulgarie, mais pose comme condition des privatisations forcées ...le projet n’est conçu que comme source de profit privé.

                  Gestion quoi qu’il en soit à court terme...le rendement du Capital...( après un lessivage suisse).

                  Autre chose : on nous dit ici que l’UE impose la privatisation de la SNCF. Certes, la Commission européenne a pour antienne les privatisations comme ... casse du monopôle public...

                  Mais en réalité, dans les puissances capitalistes telles que les USA et la RFA, le fret ferroviaire est public ! et fonctionne très bien. Par contre le réseau voyageurs aux USA, est digne d’un pays du Tiers Monde...

                  Pourtant, si l’on compare les émissions en CO2 et autres, la disproportion entre rail et air est sidérante ( un rapport de 1 à 150  enfin, il faudrait vérifier).

                  Autre point sur les tarifs : pour faire les 6800 km du Transsibérien, avec RZD, en catégorie « couloirs couchettes », c’est 100€ et sinon, 250€ Bien sûr, on, peut préférer le luxe dispendieux de compagnies privées en milliers d’euros ( pour épouser un banquier suisse amateur de voyages). Et dans les wagons de RZD, vous avez l’hôtesse avec le Samovar qui vous sert à volonté le thé et le reste  sans nuage de lait.

                  Et en Russie, il reste les trains de nuit... que malheureusement, on nous a presque supprimés en France ( car le train à vitesse modérée a aussi ses adeptes).

                  La Russie se lance dans les TGV ( Moscou St Pétersbourg) ... mais ce sera avec la Chine : conséquence des politiques industrielles de nos élites : or ce n’est pas nouveau : Louis Armand, résistant gaulliste et premier président de l’UIC ( Union Internationale du Chemin de Fer) ne préconisait-il pas, dès les années 50 et en opposition totale avec les visées du CNR, la privatisation du Rail !!! trahison précoce !

                  Revenons à la Suisse j’y suis allé plusieurs fois en TGV, c’est pas mal du tout le Lyria en 1ère classe ... mais tout de même, il m’a paru que le TGV n’y donnait pas toute sa puissance, ça vous aurait eu un petit air de montagnes russes...paradoxe qu’un Suisse nous parle de trains à grande vitesse sur de grands espaces ! ou pays paradoxal...féru d’ingénierie et ayant offert au monde de si fameux mathématiciens mais réputé pour ses lacs profonds et ses hautes montagnes ( et ses montres hors de prix).

                  Déçu par la vitesse du TGV en Suisse, j’y ai cherché en vain un train-couchettes très lent ...afin de ne pas me retrouver en Italie ou en Autriche en pleine nuit ...


                  • Xovkipeu 19 avril 08:15

                    l’Asie c’est des milliards de construction de matériels informatiques pour télécommunications. Tu m’étonnes qu’une pause thé, ça les fait du bien. Tout ces asiatiques qui ne mangent quasiment rien, ils sont tous mincse. Puis après nous en occident on nous dit que le thé minceur contient du thé vert. Les pays asiatiques ont aussi eu des préjugés des époques de domination coloniale européenne. Comme Banania et son chocolat pour les africains.



                      • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 23 avril 10:11

                        @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
                        Quel est le rapport avec l’article ?


                      • Depuis 2018 les services secrets américains signalaient au gouv.us qu’en Chine les apprentis sorciers notamment français jouaient avec le feu d’un virus hyper mortel . 

                        UN MONDE MENTEUR

                        https://www.francesoir.fr/videos-le-defi-de-la-verite/patrick-jaulent-force-de-jouer-avec-des-allumettes-finit-par-mettre-le


                        • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 23 avril 10:10

                          @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
                          Quel est le rapport avec l’article ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité