• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Américanisation du monde, histoire et perspective

Américanisation du monde, histoire et perspective

L'américanisation du monde est un processus complexe, qui implique des guerres, mais aussi une diplomatie culturelle savamment conçue pour se répandre à travers le monde. Dans un long entretien, disponible en intégralité sur Youtube, Ludovic Tournès, professeur à l'université de Genève, résume tous les aspects de ce vaste projet civilisateur.

Un terrain de basket-ball dans la jungle des Philippines ; une statue de la liberté à Taïpei ; des camions livrant du Coca-Cola dans les rues de Lahore ; un campus Rockefeller à l'université de Lyon ; un McDonald's à Alexandrie : autant de signes de la dimension planétaire de l'empreinte états-unienne.

Dans un long entretien publié il y a quelques jours sur Youtube (ci-dessous), le professeur d'histoire internationale à l'université de Genève Ludovic Tournès détaille quels sont les mécanismes ayant conduit les Etats-Unis à se penser comme une "nation-monde", dont la vocation est de façonner la planète à leur image. Ainsi, "le processus d’américanisation est le fruit d’un nationalisme spécifique qui ignore la distinction entre le national et l’international et tente de créer une communauté illimitée à l’échelle de la planète".

Selon Ludovic Tournès, le processus d'américanisation fut aussi conduit à l'intérieur des frontière américaine, dans le but d'acculturer les populations d'immigrants débarquées dans le Nouveau Monde. Ce double processus, interne et externe, d'acculturation fonctionne de manière identique, à travers l'éducation et le cinéma, notamment.

L'américanisation, c'est aussi l'exportation de la culture matérielle états-unienne, de modes de production (fordisme et taylorisme) et de management d'entreprise, ainsi qu'une idée particulière de la démocratie libérale, dont la promotion souvent violente à travers le monde a été l'apanage des Etats-Unis depuis le début du 20e siècle.

Américanisation et philanthropie

A ces mécanismes s'ajoute l'action mondiale, parfois coordonnée, des grandes fondations philanthropiques américaines (Rockefeller, Carnegie, Ford, etc.), notamment dans la promotion de la santé et de programmes d'études universitaire (sociologie, études américaines, etc.). Ces fondtions sont des lieux de cristallisation de l’universalisme américain, qui a pour credo que ce qui est bon pour les États-Unis l’est aussi pour le monde.

Ainsi, le programme mondial et la philosophie de la fondation Rockefeller, exposés lors de la première réunion de son Board of Trustees, le 22 mai 1913, sont les suivants : apporter les lumières du progrès dans l’ensemble du monde et promouvoir l’organisation rationnelle de la société sur le modèle états-unien. Pour atteindre cet objectif, le soutien à la recherche et à l’enseignement supérieur est un moyen privilégié. Notons en passant que cet esprit missionnaire est, dès le début, en lien étroit avec les préoccupations du gouvernement américain en matière de politique étrangère.

L’action remarquable de la fondation Rockefeller dans le domaine de la santé et de l’hygiène est particulièrement révélatrice de cet état de fait. La fondation Rockefeller s’intéressa très tôt à la Chine, où elle financa dès le début du 20e siècle la création d’une faculté de médecine "destinée à former une élite de praticiens supposés permettre la pénétration […] de la médecine scientifique occidentale et la modernisation de la médecine locale jugée […] conservatrice et proche du charlatanisme."

Pour aller plus loin, lire : Ludovic Tournès, Américanisation, Une histoire mondiale (XVIIIe-XXIe siècle), Fayard, 2020.


Moyenne des avis sur cet article :  2.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Séraphin 6 septembre 10:16

    Ce n’est en effet pas d’aujourd’hui, et ça n’a jamais été innocent : « Quand les stars du jazz américain étaient instrumentalisées pour combattre le communisme ».


    • Parrhesia Parrhesia 6 septembre 10:45

      >>> ...  : autant de signes de la dimension planétaire de l’empreinte états-unienne. <<<

      Faux !!!

      Il convient de lire plus précisément :

      >>> autant de signes de la dimension planétaire de l’empreinte mondialiste du N. O. M. sur les États-Unis comme sur le reste du monde  !!! <<<

      Ici, les États-Unis ne sont plus que l’instrument du N.O.M. de la même façon que l’Euro n’est plus qu’un l’instrument du N.O.M. via la contre-europe ou que nos trois derniers présidents français n’ont plus été que des instruments du N.O.M. via le quatrième pouvoir (celui des media) entre les mains du capitalisme financiarisé !!!

      Même si l’Américain moyen ne s’en pas plus compte que le neuneu français moyen !!!


      • Parrhesia Parrhesia 6 septembre 10:47

        @Parrhesia
        Merci de lire : « même si l’Américain moyen ne s’en rend pas plus compte que... »


      • titi 6 septembre 14:31

        @L’auteur

        « le processus d’américanisation est le fruit d’un nationalisme spécifique qui ignore la distinction entre le national et l’international et tente de créer une communauté illimitée à l’échelle de la planète »

        Déjà les états unis sont le fruit d’un transfert de population, d’abord de l’Europe, puis du reste du monde vers ce « nouveau monde ».

        Les habitants du monde entier peuvent donc « se reconnaitre » dans les USA.

        Sauf... la France, dont les premiers flux migratoires se sont établis au Canada et pas aux USA, et les flux suivants formaient le gros des propriétaires fonciers de la Confédération qui ont tout perdu avec la victoire de l’Union.

        Ensuite demandez à vos ainés ce qu’était la vie dans les années 50-60... l’accès à l’eau, aux sanitaires, à une salle de bain.

        Dans le même temps à la télé tournait « ma sorcière bien aimée » : une grande maison, une cuisine intégrée, un voiture.

        Pas étonnant que ça fasse rêver...

        Comme cela fait rêver aujourd’hui ceux qui vivent dans des pays ou l’accès à l’eau, aux sanitaires, à une salle de bain, n’est pas garanti.

        Les USA surfent sur la médiocrité des autres.

        Il ne faudrait inverser les vraies responsabilités.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Martin Bernard


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité