• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Après le Brexit, « Rule, Britannia ! »

Après le Brexit, « Rule, Britannia ! »

La presse et les experts autorisés répètent à l'envi que le Royaume-Uni a un sombre avenir. Hors l'Europe, point de salut... C'est oublier qu'avant de rejoindre le rang des laquais serviles de Washington, Londres était au centre d'un empire aux frontières inégalées. La Grande-Bretagne a inventé le commerce international, reste un des derniers points dynamiques d'Europe et les canons de sa Majesté sont encore opérationnels...

La formidable opportunité d’émancipation du vieil empire britannique, offerte par le Brexit, est née d’une monumentale erreur d’analyse. Le 23 juin 2016, le premier ministre David Cameron, coupé comme nombre de ses homologues de la réalité du pays, croit qu’il peut proposer un référendum à la population britannique : « Voulez-vous quitter l’Union Européenne ? » Le premier ministre est convaincu, comme toute l’élite internationale de la capitale, qu’il va imposer l’attachement européiste de la « City », la première place financière au monde, aux ploucs eurosceptiques du parti UKIP qui progressent en province… Raté, malgré une campagne médiatique alarmiste, la population répond « oui » à 51,9% !

James Cameron repart évidemment se cacher dans les jupes de la finance, aussitôt embauché par l’entreprise américaine First Data Corp., comme Gordon Brown avant lui, recruté par le fonds de gestion Pimco, ou l’inégalable Tony Blair, parti chez JP Morgan…

N’en déplaise, le processus de sortie de la Grande-Bretagne (British Exit, contracté en « Brexit ») est enclenché. Désormais, les élites londoniennes et Bruxelles font tout pour faire revenir la population sur sa décision.

Depuis les débuts de la construction européenne, le Royaume-Uni n’a pourtant cessé d’exiger un partenariat à la carte. Ceux qui ont l’occasion de visiter la Grande-Bretagne constatent encore aujourd’hui que les étals du pays, s’ils ne sont toujours pas ouverts aux fruits et légumes des pays du sud de l’Europe, proposent à l’envi les produits agricoles du Commonwealth.

Les Britanniques ont réussi à repousser le cauchemar du terrorisme en ne rétablissant pas de frontière physique en Irlande du Nord. Les enragés de l’IRA n’auront pas de « check points » britanniques à faire exploser. De toute façon, tout le monde en Irlande a intérêt à ce que le miracle économique perdure. Il y a 400 000 emplois à la clé de chaque côté de la frontière.

Par ailleurs, le risque de voir les entreprises financières de la City partir s’installer à Wall Street ou sur d’autres places financières européennes n’est pas passé aux actes. La Finance internationale, Rothschild parmi d’autres, est déjà chez elle à Londres. Le pays reste exceptionnellement dynamique en termes de business et d’innovation et les Britanniques n’ont pas à apprendre le commerce. 

Alors, si l’Amérique de Donald Trump ne veut plus jouer au grand frère, ce n’est pas plus mal, car la Grande-Bretagne n’a jamais oublié son passé d’empire ni ses partenaires du Commonwealth. Elle piaffait d’impatience de reprendre sa place au sommet et de redéployer ses soldats dans ses colonies. La réouverture d’une base britannique à Bahreïn, en 2018, et les nombreux projets de redéploiement de la présence britannique en Asie du Sud et dans l’Océan indien en sont la preuve. Qu’on se le dise, « Rule, Britannia !, Britannia rule the waves ! », la chanson patriotique du régiment royal du Norfolk, n’est plus un vestige en terre d’Albion. Les soldats de sa Majesté reprennent la mer.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Bachi Bouzouk Paracétamol 20 février 09:54

    Après l’antiquité tardive baptisée « moyen-age », Rome n’a jamais retrouvésa position hégémonique.

    Le « saint » Empire Romain Germanique était plus romain que germanique, si ce n’est que le pape était bien resté à Rome (la ville, pas l’empire).

    L’épopée coloniale est terminée pour les Anglais comme pour les Français.


    • julius 1ER 21 février 10:29

      @Paracétamol

      rien à dire de plus mais pour avoir vécu quelques années en Angleterre j’ai le souvenir d’anglais toujours nostalgiques de leur empire un peu inconsciemment d’ailleurs comme si l’EMPIRE n’avait jamais cessé d’exister ???? 

      paradoxe ou traumatisme ... that is the question ?????
      cette illusion d’empire maintenue par cette idée du Commonwealth explique peut-être encore cela et je pense que ce Brexit a été réalisé pour une part déterminante avec ce genre de pensée sous-jacente contredite dans les faits puisque la plus grosse part du commerce du RU est réalisée avec les pays intra-UE !!!
      en fait n’en déplaise à l’auteur je pense que les Anglais se suicident en quittant l’UE 
      en fait c’est très Shakespearien comme attitude !!!


    • velosolex velosolex 20 février 10:21

      « C’est oublier qu’avant de rejoindre le rang des laquais serviles de Washington, Londres était au centre d’un empire aux frontières inégalées. »

      Ben, c’est justement le cœur du problème. Pas mal d’anglais, pas seulement des vieux colonels nostalgiques de l’empire des indes n’ont pas vu que le monde avait évolué, et qu’il ne savait à rien de bomber le torse quand on n’a plus de muscles...L’article très superficiel, ne traite pas non plus du problème de l’immigration, qui a été en réalité la goutte d’eau qui a fait débordé le brexit, dans une Angleterre ultra libérale, et qui a laminé les salaires des plus pauvres, les mettant en compétition avec les polonais : Bruxelles étant montré comme le bouc émissaire. Rien de changé, l’europe a été montré comme l’origine du mal, vieux réflexe de toujours. Quand à la disparition de la frontière physique de l’Irlande du nord, appartenant toujours au royaume uni, c’est justement l’europe qui l’a imposée. Ces imbéciles n’avaient même pas anticipé les conséquences catastrophiques. Des économistes faisaient remarqué qu’avant que la date du brexit soit patente, le fret des marchandises sera impacté bien avant, par l’absence d’accord et d’incertitude, un porte container mettant une quinzaine de jours d’un continent à l’autre. 


      • Decouz 20 février 11:58

        Les anciennes colonies comme l’Inde dicteront ou négocieront leurs conditions, rien ne dit que ce sera plus avantageux que les conditions européennes pour le Royaume Uni, et rien ne dit que ces anciennes possessions aient une préférence pour traiter avec leur ancien maître.


        • François Vesin François Vesin 20 février 13:39

          Et si nous étions totalement hors sujet ?

          Je vous invite à lire le lien ci-dessous qui fait état

          d’un Brexit totalement téléguidé par La City 

          dans la perspective d’une gouvernance mondialisée

          dont elle serait la principale gestionnaire ...

          http://lesakerfrancophone.fr/geopolitique-du-brexit

          L’avenir du Royaume Uni et à fortiori les peuples qui le composent

          ne pèsent rien dans cette perspective, pas moins en tous cas que

          l’effondrement programmé de toutes les autres nations européennes !


          • Clouz0 Clouz0 20 février 14:23

            @François Vesin

            Comme il est toujours intéressant de savoir à qui l’on a affaire, votre lien ci-dessus, est en provenance de Russia Today, avec comme intervenante Valérie Burgault :

            "Valérie Bugault, 2ème sur la liste de l’UPR pour la circonscription Ile-de-France présentera une conférence à Massy sur le thème : « Pourquoi faut-il sortir de l’Union Européenne ? ».
            La conférence sera suivie d’un débat de la salle avec les candidats de la liste IDF qui seront présents.


            On situe mieux.


          • François Vesin François Vesin 20 février 14:54

            @Clouz0
            «  On situe mieux ... »

            Encore un amoureux des petites boites sans lesquelles certains petits
            « esprits » étriqués se plaisent à enfermer ceux qui ne leur ressemblent pas
            1) mon lien est en provenance du Saker-Francophone
            2) RT France semble être le dernier espace de liberté médiatique
            si j’en crois la présence de Frédérique Tadeï...
            3) je revendique haut et fort mon voeu de voir la France
            s’affranchir de l’empire maastrichien, de l’euro et de L’OTAN


          • julius 1ER 21 février 11:38

            La formidable opportunité d’émancipation du vieil empire britannique, offerte par le Brexit, est née d’une monumentale erreur d’analyse.

            @l’auteur, 

            finalement si je devais retenir une chose de cet article ce serait cette phrase tellement ambigue, paradoxale et oxymorienne et qui finalement ne veut pas dire grand-chose .... c’est de la masturbation intellectuelle rien de plus, rien de moins !!!


            • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 22 février 18:51

              Quel galimatias de gourages...

               

              Quelqu’un peut dire à l’auteur pourquoi le cameron a ’ initié ’ le référendum sur le brexit ?

              Non, laissez, il le sait...

              Mais ne peut se résoudre à admettre...

               

              Le référendum initié par cameron l’a été suite à un ’ problème ’.

              Ce problème est très simple.

              Dans les ’ actionnaires ’ de la BCE, il y a ceux qui sont membres d la monnaie unique, et ceux qui n’en sont pas ’ membres ’.

              Le fait que des états puissent être membres sans être ’ partenaires ’ de la monnaie unique n’est pas le sujet.

               

              On revient au sujet ?

              Le royaume-fédéré d’outre-manche est actionnaire de la BCE, et même un de plus gros.

              MAIS il n’est pas membre de la monnaie unique...

              Ce qui fait que le royaume-fédéré d’outre-manche n’a pas de gouverneur siégeant à la BCE...

               

              C’est long ?

              Oué, mais c’est pour vous permettre de bien prendre conscience de ce qui a mené à un ’ truc ’ qui pourrait bien être la fin du pillage financier perpétré depuis la ’ city ’, entre autres...

              Le cameron, il aurait bien voulut avoir son mot à dire quant à la ’ politique ’ d’une banque dont son état est actionnaire, mais comme les statuts de la BCE n’attribuent de siège à la gouvernance qu’aux ’ partenaires ’de la monnaie unique, ben il n’a pas pu...

              Et du coup, il a tenté un coup de bluff-poker.

              Mais en étant totalement hors-sol de la populace.

              Il a ’ cru ’ qu’une campagne meRdiacratique suffirait à faire veauter comme il le voulait.

              Sauf que un petit malin ( facho inside, qui a démissionné une fois qu’il a réalisé ce qu’il avait réussi à faire... ) a joué sur les mêmes ’ cordes sensibles ’ que partout ou la populace est paupérisée au profit du’une infime partie de la population.

               

              C’est bientôt finit, vous bilez pas...

              Et donc en ’ flattant ’ les instincts pour le moins grégaires des ses compatriotes, en désignant les...

              Nan, pas les ’ arabes ’...

              Nan, pas les juifs, encore raté...

               

              Vous savez qui sont les ’ arabes ’ des Helvètes ?

              Non ?

              Accrochez-vous à vos dentiers...

              Ce sont les Français...

              Bah si.

              Les Français qui viennent travailler en Suisse tous les jours, et qui ’ volent ’ le travail des Suisses...

               

              Les ’ arabes ’ des Anglais ?

              C’est juste improbable...

              Vous savez quelle nationalité fut ’ foutue à la porte ’ dans les années 30, en France, comme ’ réponse ’ à une ’ crise ’ qui n’en était absolument pas une ?

               

              Vous y êtes.

              Les polonais.

              Les Anglais en ont même lapidé un, dites-donc...

              Si si...

              Un peut comme pour une ’ ratonnade ’ qui aurait ’ mal tourné ’ chez nous, si vous conceptualisez le truc...

              Et là, vous devriez vous demander...

              Ils sont si nombreux que ça, les polacks, chez les britishs ?

              Bah non, même pas...

              Mais quand il faut un bouc-émissaire, il suffit qu’un fumier pointe du doigt le premier ’ faible ’ venu, et le ’ tour est joué ’...

               

              Le rapport avec la BCE et le référendum ?

              Le cameron a tenté d’obtenir un plébiscite populaire pour pouvoir ’ réformer ’ la BCE...

               

              Alors si vous avez quelques notions, concernant la BCE, vous devez vous dire qu’il y a bien quelques trucs ’ anormaux ’ à la BCE...

              Mais de là à laisser des non-partenaires de la monnaie unique décider de la politique menée ( qui n’a rien de ’ monétaire ’.. et si vous voulez démontrer le contraire, essayez toujours... ), ce serait... comme laisser un banquier décider de la régulation bancaire... Ah merde, c’est déjà le cas... pour le système bancaire...

               

              Et je vous le redit, ce n’est pas pour autant que la BCE ne doit pas être ’ réformée ’...

              Mais certainement pas en filant les clefs des coffres à la city et autres wall-street.

               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès