• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Après un calme relatif dans le Donbass, les FAU augmentent à nouveau le (...)

Après un calme relatif dans le Donbass, les FAU augmentent à nouveau le nombre de leurs bombardements et le calibre des armes utilisées

Après les attaques ratées contre Gorlovka, il y a deux semaines, et les inspections consécutives menées par le commandement des Forces Armées Ukrainiennes (FAU), un calme relatif s’était installé sur la ligne de front, permettant une diminution importante du nombre de bombardements frappant le territoire de la République Populaire de Donetsk (RPD).

Il faut dire qu’en plus d’avoir infligé de lourdes pertes à l’armée ukrainienne lors des attaques contre Gorlovka, l’armée de la RPD a répondu avec force à la mort du commandant Mamaï, en utilisant pour la première fois, et de manière publique, ses lance-roquettes multiples Tchebourachka d’un calibre de 217 mm (créés et produits en RPD) contre des positions de l’armée ukrainienne.

Mais au milieu de ce « faux calme » en termes de bombardements, les nouvelles tentatives de percer les lignes menées par des unités des FAU le 28 puis le 31 mai, la présence constante d’armes lourdes près de la ligne de front côté ukrainien, et les exercices récents de l’aviation ukrainienne en vue de sa réutilisation dans le Donbass, n’indiquaient qu’une chose : que ce calme n’allait pas durer.

Et malheureusement cette prédiction s’est avérée juste. Si du 1er au 2 juin, l’armée ukrainienne n’a violé le cessez-le-feu qu’à 3 reprises et avec peu d’armes interdites par les accords de Minsk, la donne a changé en 24 heures à peine.

Du 2 au 3 juin, l’armée ukrainienne est passée à 20 violations du cessez-le-feu, durant lesquelles elle a utilisé les obus de mortier de 120 mm à 28 reprises et les obus de mortiers de 82 mm à neuf reprises, endommageant deux habitations, un gazoduc et une ligne électrique à Dokoutchayevsk.

Et cette tendance se poursuit, avec les 16 violations du cessez-le-feu par les FAU durant les dernières 24 h, durant lesquelles l’armée ukrainienne a de nouveau utilisé l’artillerie de 122 mm à sept reprises, les mortiers de 120 mm à 35 reprises et les mortiers de 82 mm à 46 reprises, endommageant trois habitations à Alexandrovka.

Et la situation concernant la station d’épuration ne s’améliore pas, bien au contraire. Après avoir refusé de faire reculer ses troupes, et empêché à plusieurs reprises les remplacements d’équipes de travailleurs qui font fonctionner la station, en bombardant la route ou en tirant sur les observateurs de l’OSCE pour les décourager d’accompagner les convois, les FAU sont passé au minage de la route qui mène à la station d’épuration.

Carte de l'OSCE

L’OSCE a enregistré ce sabotage total des accords de Minsk, et cette violation complète de toutes les conventions internationales régissant les lois de la guerre, puisqu’il s’agit d’une infrastructure civile vitale. En tout c’est 18 mines antichars qui ont été disposées sur la route menant à la station.

Et histoire de décourager totalement les travailleurs de venir faire tourner la station d’épuration, l’armée ukrainienne a bombardé cette nuit le territoire de la station elle-même. La direction de la station a retrouvé des restes d’obus explosés près des bâtiments administrative et du garage de la station.

Cette montée des tensions a lieu sur fond de nouveaux exercices de l’OTAN à la frontière avec la Russie à quelques jours du début de la coupe du monde de football, qui pourrait offrir à l’Ukraine la diversion médiatique et le blocage diplomatique qu’elle pense être nécessaires pour lancer son éventuelle offensive contre le Donbass (l’Ukraine considérant que la Russie ne tentera rien pour défendre le Donbass pendant que la coupe du monde a lieu sur son territoire).

Ce « plan » des plus hasardeux semble néanmoins avoir oublié ce que la RPD a prouvé encore récemment : les deux républiques populaires peuvent se défendre seules, elles en ont non seulement les moyens humains, mais aussi les moyens en termes d’armement créé et produit sur place. Une leçon que l’armée ukrainienne ferait bien de méditer avant d’envoyer ses soldats à une mort certaine dans un nouveau chaudron.

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  2.07/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 5 juin 14:54

    Desserrer l’étreinte mortelle autour de la station de filtrage est du ressort du capitaine, aidé de ses sous-officiers et de ses supérieurs. Sans oublier les sapeurs et engins de déminage.

    Là dessus, nous français ne pouvons que nous sentir inutiles. A ceci près qu’il est moins pire là d’être inutiles voyeurs qu’inutiles aveugles.

    Sur la carte OBSE, le signe I.P. désigne des communes ? Ou des unités combattantes ?

    • Christelle Néant Christelle Néant 6 juin 09:15

      @JC_Lavau
      Le sigle Н.П. signifie localité. Le ton commence à monter sérieusement côté RPD. On va voir si les Ukrainiens comprennent le message ou pas....


    • JC_Lavau JC_Lavau 5 juin 22:19

      Il y a un net boycott.

      Le sens des responsabilités chez les Gorgonavoxiens est questionnable.
      Tant pis pour le franglais de mon dernier mot.

      • Christelle Néant Christelle Néant 6 juin 09:16

        @JC_Lavau
        Si certains s’amusent à ça, tant pis pour eux. C’est leur conscience et les conséquences de leurs actes ou non actes qu’ils devront affronter. Pour ma part je suis droite dans mes bottes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès