• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Attitude bipolaire autour de la future « invasion de l’Ukraine par la (...)

Attitude bipolaire autour de la future « invasion de l’Ukraine par la Russie » entre hystérie occidentale et calme apparent à Kiev

Alors que de plus en plus de pays commencent à évacuer leur personnel diplomatique et leurs familles hors d’Ukraine, entretenant l’hystérie autour de la menace d’une invasion (imaginaire) du pays par la Russie, les autorités ukrainiennes appellent à garder son calme en disant que rien n’indique qu’un tel scénario soit imminent. Cette attitude radicalement différente entre Kiev et ses patrons occidentaux à de quoi surprendre, et amène à se poser la question suivante : l’invasion de l’Ukraine par la Russie n’est-elle qu’un conte de fées inventé par l’Occident, ou Kiev joue-t-elle un mauvais remake de la célèbre chanson « Tout va très bien Madame la Marquise » ?

JPEG

Après les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie, c’est au tour du Canada, des Pays-Bas et de l’Allemagne de proposer aux familles de leurs diplomates de quitter l’Ukraine s’ils le souhaitent, et de recommander à leurs ressortissants de ne pas s’y rendre. Même son de cloche du côté du Japon, qui a aussi recommandé à ses ressortissants de quitter le pays « tant qu’il y a des vols commerciaux », et envisage leur évacuation. La France, de son côté appelle juste ses ressortissants à éviter de se rendre en Ukraine, sauf voyage absolument indispensable.

Dans le même temps, la compagnie aérienne Lufthansa a changé les horaires de ses vols vers l’Ukraine, officiellement pour des raisons opérationnelles, et d’après les médias ukrainiens, ce serait pour éviter que son personnel de bord soit obligé de dormir sur place (avec le risque de se retrouver coincé là-bas en cas d’escalade brutale de la situation).

Face à ces réactions en chaîne des pays occidentaux, le discours appelant au calme et disant qu’il n’y a pas d’invasion imminente de l’Ukraine par la Russie, tenu hier soir par les autorités ukrainiennes, a de quoi provoquer une dissonance cognitive.

En effet, hier, 24 janvier 2022, le Président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a convoqué une réunion extraordinaire du Conseil de Sécurité Nationale et de Défense de l’Ukraine, à l’issue de laquelle beaucoup s’attendaient à des déclarations importantes.

Mais au lieu de cela, à l’issue de la réunion, le ministre ukrainien de la Défense, Alexeï Reznikov a appelé à ne pas paniquer, et a déclaré que les informations dont disposent les autorités ukrainiennes n’indiquent pas que la Russie prépare une invasion de l’Ukraine dans un avenir immédiat.

«  Je n’accorde pas une grande importance à un tel scénario. Nos forces armées, notre commandement et notre état-major ont toutes les options en main et savent comment agir. À ce jour, les éléments factuels observés par nos services de renseignement et ceux des pays partenaires (suggèrent) qu’aucune force de frappe n’a été créée par la fédération de Russie indiquant qu’elle lancera une offensive demain. Il n’y a pas de telle menace. Je vous demande donc de ne pas semer la panique  », a-t-il déclaré.

Face à cette déclaration qui se veut rassurante, beaucoup de commentateurs se sont demandés pourquoi Zelensky a réuni en urgence le Conseil de Sécurité Nationale et de Défense de l’Ukraine, si « tout va très bien Madame la Marquise ».

La réponse est peut-être à chercher dans la déclaration qu’a faite le Premier-ministre ukrainien, Denis Chmygal, à l’issue de cette même réunion.

«  Le message clé est de ne pas paniquer, de ne pas faire d’accusations infondées. Il est très important aujourd’hui, du point de vue de l’économie, de rester calme, d’être fermement engagé dans notre travail », a-t-il déclaré.

Ces deux déclarations appelant à ne pas paniquer, alors que la semaine dernière, le ministère ukrainien de la Culture a commencé à distribuer dans les entreprises de Kiev des brochures contenant des instructions à suivre en cas de guerre, et que l’armée ukrainienne accumule dans le Donbass tout ce qu’il lui faut pour une offensive, sonnent quelque peu faux.

Les autorités ukrainiennes ont beau avoir opéré un nouveau revirement de rhétorique, en retirant le projet de loi controversé sur la période de transition (qui viole totalement les accords de Minsk, voir mon article de 2021 à ce sujet), en se disant prêtes à négocier (de Reznikov qui se dit prêt à discuter avec Sergueï Choïgou, le ministre russe de la Défense, à la délégation ukrainienne au sein du groupe de contact qui a fait semblant de vouloir discuter de la décentralisation de l’Ukraine avant de se raviser), ou en jurant leurs grands dieux que Kiev ne va attaquer personne, la réalité sur le terrain raconte une toute autre histoire.

En effet, confirmant les informations fournies récemment par la milice populaire de la RPD (République Populaire de Donetsk), l’agence de presse du ministère ukrainien de la Défense, ArmyInform, a annoncé que des instructeurs britanniques entraînent les soldats ukrainiens au maniement des lance-roquettes antichars NLAW, que Londres a livré il y a peu en grandes quantités à l’Ukraine.

Ce sont aussi des instructeurs britanniques qui ont formé les cinq groupes de sabotage-reconnaissance ukrainiens qui viennent d’arriver en région de Lissitchansk, face à la RPL (République Populaire de Lougansk). D’après les informations de la milice populaire de la RPL, ces groupes ont pour mission de mener des actes de sabotage sur des infrastructures civiles vitales, dont la station d’épuration ouest, qui fournit une partie de l’eau potable de la République.

Et le déploiement des soldats ukrainiens se fait parfois aux dépens de la population civile, comme dans le village de Lopaskino, où les soldats de la 79e brigade des Forces Armées Ukrainiennes (FAU) ont expulsé les habitants de la rue Karl Marx de leurs maisons pour y installer le personnel du 3e bataillon.

La milice populaire de la RPL a aussi signalé une forte augmentation des communications radios sur les fréquences des FAU, que Kiev est en train de préparer des places supplémentaires dans les hôpitaux militaires pour recevoir les malades et les blessés, et que deux fours crématoires mobiles ont été repérés à Kramatorsk.

Dans le même temps, Kiev crée et entraîne des unités de défense territoriale, et il n’y a pas que dans le Donbass que l’armée ukrainienne accumule troupes et équipement. Ainsi, le chef du parlement de Crimée, Vladimir Konstantinov, a déclaré que l’armée ukrainienne a intensifié ses activités près de la frontière avec la péninsule.

« Les soldats ukrainiens ont essaimé sur les zones les plus proches de la Crimée, et le comédien jouant le rôle du président affirme qu’ils « n’oublieront pas » notre péninsule. Cela signifie que nous devons nous préparer à une nouvelle manifestation « d’amour » ukrainien à notre égard », a-t-il déclaré lors d’une réunion du présidium du Parlement.

Si l’Ukraine semble continuer ses préparatifs pour une offensive dans le Donbass (voire une provocation contre la Crimée), pourquoi alors faire croire que tout va bien ? Premièrement, pour écarter d’elle l’accusation d’avoir provoqué l’escalade et la reprise du conflit, en faisant croire qu’elle n’a pas de plans belliqueux, et qu’elle n’est que la victime de la méchante Russie.

Deuxièmement, parce que l’hystérie occidentale a des effets délétères sur l’économie ukrainienne, comme l’a révélé le lapsus du Premier-ministre Ukrainien. Les annonces de départ des familles des diplomates et de début d’évacuation du personnel de certaines ambassades occidentales, ont fait chuter la hryvnia, rendu les investisseurs nerveux, fait baisser la valeur boursière des grandes compagnies ukrainiennes, et poussé les étrangers à revendre leurs biens immobiliers en Ukraine.

De plus, qui irait prêter de l’argent à un pays sur le point d’être envahi ? Personne. Résultat l’Ukraine pourrait avoir du mal à obtenir de nouveaux prêts pour rembourser les échéances des précédents, et risque le défaut de paiement.

Voilà pourquoi l’Ukraine essaye de calmer le jeu publiquement : pour stopper les pertes financières que subit le pays, alors qu’aucune action militaire n’a encore été menée dans un sens ou dans l’autre. Il est d’ailleurs possible que ces pertes financières dues à l’hystérie médiatique occidentale soient un moyen (créé délibérément par Washington) pour obliger Zelensky à lancer son pays dans une guerre dont il sait qu’il sortira perdant.

Le Président ukrainien est désormais coincé entre Charybde et Scylla. Entre le défaut de paiement et l’effondrement total du pays, ou la reprise de la guerre dans le Donbass, la défaite de son armée, et potentiellement la perte de nouveaux territoires. Deux options qui lui vaudront l’inimitié du peuple ukrainien.

Il reste à voir si une troisième option se dégagera (par miracle) de la réunion qui doit avoir lieu demain à Paris entre les conseillers politiques du Format Normandie.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • nemesis 26 janvier 08:58

    Y va rien se passer en Ukraine.

    C du cinéma pour faire bouger les bourses. Pas celles des machos... celles de la finance.

     smiley


    • charlyposte charlyposte 26 janvier 09:24

      Une vente d’armes déguisée via l’Ukraine smiley Poutine doit bien rire, moi aussi smiley


      • charlyposte charlyposte 26 janvier 09:32

        Vous avez aimé l’arnaque financière de BIG-PHARMA et tutti-quanti smiley vous allez aimer l’arnaque d’une vraie fausse guerre smiley c’est tout bon pour l’industrie de l’armement en attendant l’autre arnaque à venir, celle de la dette... MDR smiley


        • Krokodilo Krokodilo 26 janvier 15:45

          Analyse riche et claire, ça change des débats sur France-info... Hier , par un expert militaire au nom connu, je résume : Poutine est vieux, il a envie d’une aventure militaire, il a massé ses troupes, il va y avoir au Donbass un incendie d’une école ou une provoc du genre, prétexte à une invasion ! Voilà, voilà...

          Néanmoins, ici ou là sous l’effet de la trouille, nentend des choses qu’on taisait autrefois, comme les discriminations en Lrttonie envers les russophones... Ou la reconnaissance de l’ancienne promesse fait eàla Russie ua sujet de l’Otan, ou le passé historique commun, ou la solution pacifique dans la régionalisation. Macron est bien isolé quand il reparle (tardivement...) des accords de Minsk


          • Krokodilo Krokodilo 26 janvier 15:48

            Effectivement, Zelenski a été élu sur la promesse de faire la paix, il n’a même pas essayé, et il est sûr d’une catastrophe s’il fait la guerre. il est perdant des deux côtés, je ne sais pas quand seront les prochaines élections, mais elles vont être intéressantes à suivre.





              • Macron c’est fait étrier lors de sa présentation au conseil de l’Europe .

                Consigne est donnée de faire oublier cet échec.

                Quant à cette situation Ukrainienne , la Russie est en place chez elle, elle ne bouge pas facilement .
                Quant aux ricains c’est du bullshit .

                La France et ses 114 000 effectifs de l’armée de terre , une vaste rigolade .

                https://amp.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L576xH432/le_lapin_macron-7cf41.webp


                • @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot

                  Quant a Bidul , il insulte les journalistes américains .


                • yakafokon 27 janvier 08:19

                  @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
                  C’est moins grave de se faire étrier, que de se faire selle ou éperons !
                  Mais par-contre s’il s’était fait étriller, là on pourrait s’inquiéter !


                • Lynwec 26 janvier 19:11

                  Nous sommes dans une phase préparatoire qui ressemble assez à celle qui a précédé la guerre contre l’Irak : la propagande bat son plein en vue de créer de toutes pièces le camp des bons et des méchants.

                  Le procédé date quelque peu et à force, certains gags ne font plus rire, il va falloir changer le logiciel, comme on dit...


                  • Venceslas Venceslas 27 janvier 03:52

                    @Lynwec
                    Ma foi, Poutine n’accepte pas que les promesses faites à Gorbatchev ET DEVANT TÉMOINS QUI ONT D’AILLEURS TÉMOIGNÉS, ne soient pas tenues. Ouh, le vilain ! J’suis sûr qu’il détient même des armes de destruction massive. Ça justifie bien une intervention, ça !


                  • TSS (...tologue) 26 janvier 19:45

                    L’otan qui n’est qu’une emanation des US avec quelques suçons

                    à l’arriere installe des missiles à la frontière russe en s’asseyant

                    sur ce qui fut signé il y a quelques années.

                    Quelle serait la reaction des US si les russes en installaient à la

                    frontière mexicaine ,il suffit de se rappeler Cuba et la baie des cochons... !!


                    • goc goc 26 janvier 20:20

                      Au début de la 2eme GM les nazis et les soviétiques ont signé un accord de non agression. Mais en 40 Hitler a décidé d’envahir l’URSS et de fut l’opération Barbaroza.

                      Aujourd’hui les historiens avancent une idée originale basée sur l’éludes des armes et du matériel présent au début de Barbaroza. Ce serait celle que si les nazis ont planifié l’invasion de l’URSS, cette dernière aurait aussi planifié l’invasion de l’Allemagne, et qu’au final ce sont les premiers qui ont « gagné ».

                      Tout ça pour dire que si on regarde attentivement les déploiements des différents types d’armes et même de combattants, il est facile de savoir qui attaque qui et qui défend quoi. Bref montre-moi les photos aériennes et je te dirais qui va envahir et qui va défendre.

                      Donc tout discours belliciste prétendant « qu’on » est sur le point d’etre attaqué, s’il ne correspond pas à la réalité des forces en place, n’est que mensonge et propagande.


                      • yakafokon 27 janvier 08:28

                        @goc
                        Je rappelle que le gouvernement américain savait pertinemment que l’Allemagne avait interdiction de se réarmer après sa défaite de la 1ère guerre mondiale.
                        Ce qui n’a pas empêché les usines Ford et General Motors installées en Allemagne de tourner à plein rendement pour fabriquer les blindés légers de transport de troupes destinés à la Wehrmacht et à la Waffen SS !
                        Business is business !


                      • yakafokon 27 janvier 07:48

                        La manière dont vous présentez les choses, démontre à l’évidence que vous ne vivez pas dans le Donbass, et que vous n’avez aucune idée des dirigeants ukrainiens qui siègent à la Rada ( l’Assemblée Nationale ukrainienne ) après le putsch du Maïdan à Kiev ! Alors, je vais vous aider à y voir clair : allez sur le site animé par Christelle Néant, cette journaliste française ( une vraie, pas une de salon ), qui vit depuis plusieurs années dans le Donbass, à Donetsk, sous les obus tirés par les milices nazies qui dirigent l’Ukraine ! www.donbass-insider.com

                        Ces joyeux nazillons se sont mis à massacrer tous les ukrainiens qui parlaient russe ( leur langue maternelle ), d’abord à Kiev, puis à Odessa, mais quand ils ont voulu en faire autant dans le Donbass, les habitants ont pris les armes ( il y a de nombreuses caches d’armes et de munitions datant de l’ère soviétique ), et ont infligé aux milices nazies ukrainiennes ( Pravy Sektor, Svoboda, le bataillon Azov, le parti de Stepan Bandera ) une franche déculottée !

                        C’est cette obsession à vouloir massacrer les russophones jusqu’au dernier qui a poussé les habitants de Crimée à organiser un référendum d’indépendance, basé sur la résolution de l’ONU sur le droit des peuples opprimés à décider eux-mêmes de leur destinée. Le résultat a été sans appel : OUI à une écrasante majorité ! Mêmes les tatars musulmans ont voté pour l’indépendance. Les militaires ukrainiens de Sébastopol ont été désarmés par les marins de la base navale russe, sans qu’un seul coup de feu ne soit tiré ( ils ne voulaient pas être confondus avec les nazis ). J’ai pu voir sur Internet le magnifique feu d’artifice qui a été tiré sur la rade de Sébastopol, devant une foule en délire ! Mais comme les nazis se faisaient insistants, la Crimée a demandé à être réintégrée à la Russie, ce qui lui a été accordé par Moscou, qui n’allait pas se priver de ce cadeau offert sur un plateau d’argent ! Maintenant que la Crimée est russe, elle le restera pour toujours, et elle est reliée à la mère-patrie par le pont autoroutier et ferroviaire de Kerch...et les velléités guerrières ukrainiennes se sont subitement calmées !

                        Dans le Donbass, la majorité des habitants détient maintenant un passeport russe, ce qui fait d’eux des russes de-facto.

                        Ce qui signifie clairement que si une attaque massive ukrainienne se produit, et que des citoyens russes se font tuer sous les obus, ce sont les forces russes qui vont intervenir avec tous les moyens dont elles disposent, et il ne leur faudra que quelque jours pour investir Kiev, capturer tous les députés nazis de la Rada, et les traduire devant un « Nuremberg-bis » pour crimes de guerre et tentative d’épuration !

                        Ensuite, l’armée russe se retirera, pour permettre aux ukrainiens d’organiser de véritables élections démocratiques, en veillant toutefois à ce que jamais l’Ukraine ne fasse partie de l’OTAN !

                        La Russie n’a jamais voulu annexer l’Ukraine ( elle est déjà le plus vaste pays du monde, et est relativement peu peuplée ). Elle préfère l’avoir comme état-tampon, pour éloigner l’OTAN de ses frontières !

                        Conclusion : si les Etats-Unis n’avaient pas foutu la merde en fomentant le coup d’état du Maïdan, le Donbass ne se serait pas soulevé, et la Crimée serait toujours ukrainienne ! Les américains ont toujours su comment déclencher des guerres, mais n’ont jamais su les finir. Il manque à leurs dirigeants une chose essentielle : l’intelligence !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès