• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Brésil : le fascisme se combat et sera vaincu

Brésil : le fascisme se combat et sera vaincu

28 octobre, nuit noire sur le Brésil. Le fasciste Bolsonaro élu président du Brésil avec 55% des voix contre 45% à Haddad le candidat du parti des travailleurRésultat d’une campagne électorale ultra violente intervenant à la suite du coup d’état de Temer en mai 2016 suivi de l’emprisonnement – condamné par l’ONU – de Lula, principale figure de l’opposition et ultra favori dans les sondages.

 

29 Octobre 2018 – Paris – Déclaration de la Commission internationale du PRCF

Comme le laissaient entendre les sondages, Bolsonaro, le candidat fasciste du grand capital brésilien et de l’impérialisme étasunien, l’a emporté dimanche.
Cette défaite a un cause centrale : la politique de collaboration de classe du PT incapable d’apporter au mouvement ouvrier, aux paysans sans terre, à la jeunesse populaire ce qu’ils étaient en droit d’attendre d’un gouvernement progressiste. Non pas que des gestes positifs ne furent pas accomplis mais l’essentiel, la mise en perspective du socialisme dans un processus révolutionnaire, n’a pas été faite. Le PT réformiste s’est englué dès lors dans des compromissions avec le capital trahissant son mandat. Le PT en se mettant au service du capital n’a fait que préparer sa propre fin. Les masses ce sont logiquement détournées du PT et l’espace politique s’est ouvert pour Bolsonaro et ses bandes fascistes. D’autant que la droite classique avait engagé un processus de fascisation tant sur le plan socio-économique que politique avec le coup d’État contre la présidente élue et l’ancien président Lula. Mais sa corruption ne lui permettait pas d’aller au bout de ce processus de réaction sur toute la ligne.

Le patronat, les marchés financiers, le gouvernement des Etats Unis, les églises ont fait le choix du fascisme

Aussi le patronat brésilien, les grands propriétaires terriens, les marchés financiers, le gouvernement des Etats-Unis, les églises ont fait le choix du fascisme. Fernando Haddad le candidat du PT l’a confirmé “Une partie significative de l’élite brésilienne a renoncé à la social-démocratie pour le fascisme” : quel terrible constat qui devrait faire rougir de honte le PT et toute la social-démocratie internationale !
Mais les conséquences désormais sont devant les travailleurs et le peuple brésilien.

Les travailleurs et nos camarades brésiliens ont tout notre soutien

Notre première pensée va à nos camarades communistes du Parti Communiste Brésilien. Notre solidarité leur est acquise à eux qui seront les premiers visés par les fascistes. Mais nous savons que le Parti de Luis Carlos Prestes ou d’Oscar Niemeyer, nous savons que “Les cavaliers de l’espérance” que sont nos indomptables camarades feront face comme ils l’ont toujours fait y compris sous la dictature militaire fasciste de 1964 à 1985. Nous serons solidaires du mouvement ouvrier, paysan, et étudiant et de toutes les forces progressistes du Brésil. Mais ce résultat électoral, préparé par la complicté de l’oligarche brésilienne et interntionale, aura aussi des conséquences sur le rapport des forces et la lutte de classes à l’échelle internationale, à commencer par la situation en l’Amérique latine. Les menaces ouvertes proférées par le candidat et son équipe contre le Vénézuéla laissent entendre une accentuation de la pression économico-militaire contre les gouvernements populaires du sous-continent. Là encore, nous ferons tout pour activer la solidarité internationaliste.

Le fascisme sera vaincu, aux ténèbres succédera le jour

Pour paraphraser le grand Dimitrov, le fascisme est une parenthèse de l’histoire. La parenthèse aussi douloureuse et difficile soit-elle, se refermera, et le jour succèdera aux ténèbres.
Une fois encore disons avec force que le fascisme est une des armes du capitalisme en crise. Il n’est pas une maladie. Il est l’expression de la volonté de capital de terroriser le mouvement populaire pour lui imposer sa politique de régression sociale, de baisse des salaires, de casse des droits du monde du travail, de précarisation à outrance, de privatisation massive, de destruction des services publics, de chômage de masse. La violence du capitalisme se déploie ouvertement avec le fascisme pour imposer par la force sa politique quand le consentement populaire s’effrite et que ses intérêts lui semblent menacés. L’histoire nous montre qu’avant le fascisme une période de transition appelé fascisation prépare le terrain au fascisme, à la dictature terroriste de grand capital financier. C’est à ce moment là et contre ces fourriers du fascisme qu’il faut agir si l’on ne veut pas permettre au fascisme d’accéder au pouvoir. Aujourd’hui être un anti-fasciste conséquent dans les faits et pas seulement en parole, c’est donc lutter contre ceux qui enfantent le fascisme en s’attaquant aux conquêtes sociales et aux libertés démocratiques, en détruisant la souveraineté des peuples, en criminalisant le communisme. En combattant les Macron, les Le Pen, les LR, la fausse gauche et la vraie droite, les ours savants de la social-démocratie, le Medef et leur état-major l’ Union Européenne qui, comme hier Renzi en Italie ou Temer au Brésil, ont ouvert la voie aux fascistes.

Le fascisme se combat, nos anciens l’ont fait ici et ailleurs, et ils ont vaincu

Le fascisme se combat, nos anciens l’ont fait ici et ailleurs, et ils ont vaincu.
Ne cédons ni aux lamentations, ni au découragement, ni à l’amertume. Seul le combat sied aux communistes. Pour nous, militants révolutionnaires marxistes et léninistes, chez qui l’ anti-fascisme est consubstantiel à notre identité politique, nous savons et nous proclamons :

le fascisme ne passera pas.

https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/bresil-le-fascisme-se-combat-et-sera-vaincu/


Moyenne des avis sur cet article :  2.16/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Spartacus Spartacus 29 octobre 13:28
    La responsabilité repose entièrement sur les épaules du PT et tes « camarades ». Lula et Dilma ont ruiné l’économie Brésilienne en s’en foutant plein les poches.
    Ajouter l’encensement par les élus gauchistes et l’exemple du socialisme en paradoxe avec la vue concrète saisissante de la misère des réfugiés Vénézuéliens qui fuient le bonheur socialiste.

    Encore une énième expérience socialo-communiste qui part en couille, corruption, affairisme d’état, misère généralisée....

    Allons allons, le fascisme c’est du communisme sans l’appropriation des moyens de production.
    Mussolini était un ancien communiste.
    Hitler un ancien du parti National Socialiste.

    « Huit des dix points (du Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels) ont été exécutés par les nazis avec un radicalisme qui aurait enchanté Marx. 
    Seuls deux points n’ont pas encore complètement étés adoptés par les nazis, à savoir l’expropriation de la propriété foncière et l’affectation de la rente foncière aux dépenses de l’État (point n°1 du Manifeste) et l’abolition de l’héritage (point n°3). 
    Cependant, leurs méthodes de taxation, leur planisme agricole et leur politique concernant la limitation des fermages sont chaque jour un pas dans le sens du marxisme. »
    Ludwig von Mises -1944 



    • Paul Leleu 29 octobre 13:53

      @Spartacus


      concernant le Venezuela, il vous aura échappé qu’il est victime de répression économique de la part du capitalisme international... ça n’a pas l’air de vous déranger... quant aux chavistes, ils sont trop mous, et - à l’instar du PT bresélien- se complait dans le réformisme et les compromis bourgeois... il n’y a eu aucune expropriation des capitalistes au Vénézuela, moins encore de gestion socialisée de l’économie... 

      La crise vénézuelienne tient essentiellement à la trahison des collabos-bourgeois, à la molesse des chavistes, et à la haine racialo-capitaliste des milliardaires américains... Mais, votre amour du peuple ne va pas jusque là, semble-t-il... 

      Comparrez donc la misère au Venezuela sous agression américaine, avec les pays capitalistes voisins, et vous verrez... comparrez Cuba assiégée à Haïti la bonne capitaliste... regardez le Honduras d’où fuient des milliers de pauvres... ils fuient le capitalisme... tout comme des millions d’africains chez nous.

    • Lugsama Lugsama 29 octobre 14:00

      @Paul Leleu

      C’est bon, les répressions imaginaires du vilain capitalisme ça ne marche plus en 2018. Quand on applique la politique la plus débile qui soit on obtiens des résultats débiles, logique.

      De même que les cubains, vénézuéliens, africains et autre réfugiés fuient le capitalisme pour s’installer aux USA et en Europe, c’est bien connu. Fallait oser la sortir celle la.


    • Paul Leleu 29 octobre 14:02

      @Spartacus

      « Encore une énième expérience socialo-communiste qui part en couille, corruption, affairisme d’état, misère généralisée.... »

      Lénine et Staline ne laissaient pas les traitres détruire le socialisme de l’intérieur comme les chavistes réformistes... la terreur avait changé de camp... moyennant quoi, la russie passa du tasrisme arriéré et des défaites militaires, à la victoire séculaire sur le nazisme arrogant, libéra la planète du fascisme, équilibra le joug nucléaire étasunien, et reconstruisit son économie 2 fois détruite (1918 et 1945) avec une vivacité et une efficacité que ne pouvaient égaler nos économies capitalistes à peine touchées par la guerre... cela se matérialisa par la victoire soviétique dans la conquête spatiale (premier vol de Youri Gagarine) qui démontra comment le socialisme avait, selon les mots de Churchill, « fait passer la russie en 20 ans du moyen-age à l’ère atomique »...


    • Lugsama Lugsama 29 octobre 14:04

      @Paul Leleu

      « il n’y a eu aucune expropriation des capitalistes au Vénézuela » si et cette grande honte fachiste c’est même fait en direct à la télévision et explique bien des problèmes actuels.


    • Paul Leleu 29 octobre 14:10

      @Lugsama

      « De même que les cubains, vénézuéliens, africains et autre réfugiés fuient le capitalisme pour s’installer aux USA et en Europe, c’est bien connu. Fallait oser la sortir celle la. »

      et vous croyez qu’ils fuient alors quoi les migrants ? je serais curieux d’entendre votre réponse smiley L’Afrique et l’Amérique latine sont nos goulags occidentaux... loin des yeux, loin du coeur, n’est-ce pas...

      25 000 morts par jour de la faim dans le monde capitaliste... la « modernistation agricole » infligée par les « marchés efficaces » empêche les humains de se nourrir dans le monde libre... c’est un fait, même si ça vous dérange... et les rares pays qui essayent d’échaper à ce génocide libéral sont vicitmes d’agressions militaires et d’embargos économiques.


    • Paul Leleu 29 octobre 14:15

      @Lugsama

      « « il n’y a eu aucune expropriation des capitalistes au Vénézuela » si et cette grande honte fachiste c’est même fait en direct à la télévision et explique bien des problèmes actuels. »

      ben, visiblement, ils ont la main molle... encore un petit effort... on ne transige pas avec le crime... et les exploiteurs et usuriers doivent être châtiés et expropirés...

      à l’époque où les venezueliens pauvres fermaient leur gueule et crevaient en silence (avant Chavez), ça vous allait très bien. Maintenant qu’ils résistent et qu’ils luttent ça vous ennerve... Le bon peuple doit crever en silence, c’est cela ce que vous appelez « la prospérité »...


    • Spartacus Spartacus 29 octobre 15:10

      @Paul Leleu
      Il n’y a pas d’embargo contre le Vénézuéla.
      Voici par exemple une preuve : http://www.descifrado.com/2018/10/26/gobierno-anuncia-importacion-de-mas-de-14-mil-toneladas-de-trigo-durum-desde-ee-uu/

      Il y a des pénuries des produits alimentaires cultivés sur place et made in Venezuéla. Ça marche pas la pleurnicherie que « c’est pas nous, c’est les autres »..

      Cuba « assiégé »...Quelle tarte à la crème !
      Regarde ton agence de voyage, y’a plein de promos. La gueule d’un pays « assiégé » qui commerce avec quasi tous les pays sauf les USA.

      L’amour du peuple, c’est justement de le laisser libre et pas lui imposer une idéologie a vomir.
      Ne pas faire fuir 25% de la population et faire rêver de s’enfuir 70% des autres qui n’ont pas les moyens ou le courage de se tirer.

      C’est quand même un événement « HISTORIQUE ».

      Le Forum de sao Paolo qui devait mettre la dictature communiste sur l’Amérique du sud qui s’écroule.
      Le Brésil qui chasse les gauchistes, on ne s’en rend pas compte, mais c’est un nouveau mur de Berlin qui tombe.


    • Lugsama Lugsama 29 octobre 16:22

      @Paul Leleu

      Oui ils se sont pas suffisement apauvris avec ces débilités fachisante certainement..
      Avant Chavez le pays était le plus riche du continent et maintenant c’est l’un des plus pauvres du monde, quel progrès. Le peuple qui crève en silence et est obligé de fermer sa gueule c’est bien le chavisme et c’est incontestable.

      Quand aux Vénézuéliens et autres réfugiés qui fuient le capitalisme pour les USA et l’Europe, merci encore de nous faire rire.


    • JP94 29 octobre 17:33

      @Paul Leleu
      Une émigration dont on parle peu et pourtant intraeuropéenne : l’Ukraine fasciste se vide et ça se chiffre en millions ( dont pas mal en Russie) et là, pas de barrière de l’UE, qui finance pourtant ce régime pourri.
      L’Espagne non débarrassée de ses franquistes se vide soit vers la France, soit vers l’Amérique latine ..
      L’ex-RDA s’est vidée depuis l’Annexion par la RFA. ( appelée réunification .. )
      Par ailleurs il ne faut pas oublier l’exil d’Allemagne ’ en millions) , d’Irlande, d’Angleterre, d’Italie vers l’Amérique avant 1914 


    • taktak 29 octobre 18:03

      @Lugsama
      Et si vous nous parliez de l’Argentine de Macri, frappée d’hyperinflation, où les marmites du peuple sont vides, réduisant les gens à taper sur leurs casseroles

      Quant au brésil, cela fait deux ans et demi que par un coup d’état le PT a été chassé du pouvoir. Bref, la catastrophe économique c’est celle de la politique de TEMER et de la droite.

      Et je parle pas des 6 millions de personnes qui meurent de faim en Colombie selon les propres chiffres de l’ONU.
      Ni de ceux forcés de prendre la route de l’exil au Honduras en raison là aussi des coups d’état et de la dictature imposée par les USA

      La réalité c’est que le capitalisme partout en amérique latine mène le peuple à la misère et partout installe des régimes brutaux et dictatoriaux. Les forces populaires, de gauche y ont ouvert une période démocratique, que l’oligarchie milliardaires veut s’empresser de refermer en s’appuyant comme dans les années 60 et 70 sur les fascistes.

      Le gouvernement de Bolsnoraro ce sera l’alliance des militaires violents et des chicago boys violents.
      On sait ce que cela donne (Pinochet, Videla et cie).


    • Spartacus Spartacus 30 octobre 10:25

      @taktak
      Le whataboutisme... (de l’anglais (what-about) « qu’en est il de »
      Même ce concept gauchiste est éculé....
      Inventé par le politbureau quand les cocos étaient acculé sur devoir justifier leurs crimes odieux ont enseigné à tous les gauchiste du monde de dire « mais qu’en est il de »...

      La thématique c’est le Brésil.
      Et les Colombiens meurent plus des enculés de gauchiste FARC qui les terrorisent et les prennent en otage.
      Le Honduras est un pays qui n’est pas géré et dominé par un cartel de la drogue.
      Les USA n’y sont pour rien et au moins par rapport à Cuba ils peuvent fuir eux.
      Les Chicago Boys sont des universitaires, qui ont libéré le Chili, permis son extension et rendu le Chili plus riche et remis la démocratie à la place d’une dictature militaire.
      Le président élu actuel du Chili, Sebastian Pinera est même le frère d’un « Chicago Boy » José Pinera ministre des réformes sociales qui a l’époque a libéralisé dans la paix et rendu la démocratie au peuple.
      Ils en ont un tel bon souvenir de ce ministre social que les gens ont voté pour son frère. C’est dire !


    • eric 31 octobre 11:30

      @Paul Leleu Parfaitement exact ! Dans la période qui a précédé la vague de décolonisation, liée à l’égoïsme européen, mais aussi aux pressions américaines et soviétique, et qui s’est souvent accompagnée d’instabilité, tous ces pays ignoraient la famine, la violence, l’émigration sauvage. Pas de mort de faim en AOF. Pas d’épidémies grâce aux médecins de l’Institut Pasteur, parcourant la brousse en bicyclette.


    • foufouille foufouille 29 octobre 13:45
      le peuple n’a pas le droit de choisi ?


      • Paul Leleu 29 octobre 13:55

        @foufouille


        bah, vous savez, quand le peuple choisit Maduro ou Allende, vos amis ne lui laissent guère le droit de choisir... 

      • sls0 sls0 29 octobre 14:42

        @foufouille
        Au Brésil 85 à 90% de l’information c’est Globo.
        Pas une seule fois un représentant du PT est passé sur les ondes ou un journal.
        Les 45% m’ont même étonné.
        Le peuple à le droit de choisir mais il a aussi le droit d’être informé.
        Globo destitue jusqu’en Argentine.
        Très puissant Globo en Amérique latine. Je n’ai pas de télé mais même chez moi il y a Globo international.

        Quand on voit qu’en France un peu plus démocratique que c’est les médias qui font le président, n’allez pas en demander plus à un pays moi gâté.


      • Cadoudal Cadoudal 29 octobre 14:53

        @foufouille

        En France la gauchiasserie va soit retourner sa veste et rejoindre le camp natio ou bien mourir, les minorités n’ont plus besoins d’eux,les prochaines élections locales en France vont voir l’arrivée au pouvoir de partis politique ethniques ou bien salafistes dans les Mairies des villes anciennement coco . La gauche qui a perdu la classe ouvrière blanche va perdre maintenant le vote arabe et africain. Tant mieux au moins le choix sera clair.

        Allez, un petit canon pour la route :

        https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/candace-owens-vs-l-imposture-78984


      • foufouille foufouille 29 octobre 16:27

        @Paul Leleu
        tu as toujours le droit de ne pas voter comme moi. ta connerie est valable pour poutine ?


      • foufouille foufouille 29 octobre 16:29

        @sls0
        on s’en fout des médias comme pour poutine. les autres sont interdits de tracts et cie ?
        en france, c’est la connerie UPQR qui dit ce genre de connerie.


      • gardiole 29 octobre 18:12

        @sls0
        Globo n’a pas empêché l’élection de Lula et Roussef.

        Et si cette chaîne a l’influence que vous lui attribuez, alors, effectivement, le score d’Haddad est vraiment étonnant.


      • marceau 29 octobre 21:57

        @sls0

        -En France c’est la même chose puisque 95% des « journalistes » sont des gauchards, ils sont la preuve de la collusion entre le grand patronat propriétaire des journeaux et des chaines TV et les journalistes gauchards qui travaille pour cette presse détenue par le patronat !


      • Lugsama Lugsama 29 octobre 14:02

        On combat le fachisme au brésil mais on supporte celui de gauche..


        • tinga 29 octobre 14:25

          Le nouvel ordre mondial se met en place, quand le capitalisme a des problèmes, il sait ou sont ses meilleurs alliés, BFM a choisi Bolsonaro. La destruction de l’environnement, le profit comme valeur universelle, les populations manipulées, ça sent pas très bon...


          • marceau 29 octobre 14:43

            @tinga

            Au Brésil il ne s’agit pas de mettre en place un nouvel ordre mondiale, mais de faire cesser la violence, les trafics, la misère, le sous développement dont la population de ce pays subit les conséquences depuis trop longtemps sans qu’aucun des dirigeants passés ,de ce pays, n’ait pu modifier le cours des événements !


          • amiaplacidus amiaplacidus 29 octobre 14:59

            @tinga

            En fait, Bolsonaro va faire en brutal pour le Brésil ce que Macron fait en douceur pour la France.

            Même objectif : prendre aux pauvres pour donner aux très riches, sans vaseline dans un cas, avec dans l’autre.


          • marceau 30 octobre 18:12

            @tinga

            Ou t’as vu que le capitalisme avait des problèmes ? Il se porte bien, très bien même aux USA, en Allemagne, en Chine, en Corée, au Japon, en GB, aux Pays-Bas, au Danemark, en suisse, en Norvège, en Finlande,au EAU, en Arabie, au Koweit, au Qatar........... 


          • marceau 29 octobre 14:38

            - Toujours amusant de lire les momies marxistes sortir, de temps à autre, de leurs sarcophages pour étaler leur débilité idéologique.
            - Cela fait près d’un siècle qu’ils se vautrent, sur pratiquement tous les continents, dans les pires horreurs, les pires crimes, les pires turpitudes, les pires erreurs et ils continuent, benoîtement, comme si rien ne s’était passé , à déclamer, à déballer toujours les mêmes inepties, les mêmes âneries sur l’avenir radieux que leur p.tain d’idéologie, apportera au monde.
            - Ces types sont d’une bêtise affligeante, totalement imperméable à la raison, à la connaissance à l’expérience, ils se réfugient dans leurs délires idéologiques , théoriques, abstraits pour enfumer les crédules, les naïfs, les incultes .Heureusement pour eux et pour nous, ces derniers sont de moins en moins nombreux à se laisser manipuler par ces gourous de malheur !


            • Zaza Zaza 29 octobre 16:07

              Le travail de sape purineuse sociétaliste multiculturelle du gauchiste finit par payer.


              • Odin Odin 29 octobre 16:29

                Les brésiliens ont mis au pouvoir le PT en 2003 et jusqu’en 2016.

                Pendant 13 ans les brésiliens ont fait confiance au PT pour gérer le pays et le redresser, pour quel résultat !

                Avec le PT ce pays de 208 millions d’habitants, plus de 15 fois la superficie de la France avec un PIB de 2.140 milliards (9ème) des richesses colossales en plus du pétrole, s’est retrouvé avec une croissance molle, un chômage en hausse, une explosion de l’insécurité et est devenu le pays le plus inégalitaire d’Amérique latine après le Honduras et la Colombie. 

                Maintenant, les cocus de cette dernière élection, les néo-bolcheviques, viennent nous seriner « non au fascisme ». 13 ans de gestion calamiteuse, de corruption et ils s’étonnent, comme d’habitude, que le peuple les foutent à la porte.

                Cette « gauchiasse » est à gerber avec ses comparaisons pour débiles mentaux à l’exemple de Coquerel :

                « le néo-libéralisme a préféré Hitler au Front populaire »

                Aucun respect pour le vote démocratique des brésiliens, la débilité militante n’a pas de limite.


                • taktak 29 octobre 18:21

                  @Odin
                  PIB du Brésil en 2003 558 milliards de dollars
                  PIB du Brésil en 2016 1 800 milliards de dollars
                  Croissance moyenne annuelle : 9.5

                  Pour comparaison le mexique c’est 3%
                  Le PT n’a pas ruiné le brésil, loin de la.

                  En revanche la droite a enfoncé le Brésil dans la crise et plonge le peuple dans la misère et la violence


                • Odin Odin 29 octobre 20:04

                  @taktak

                  Si vous voulez parler de l’évolution du PIB du Brésil il faut, si l’on souhaite être cohérent, le mettre en corrélation avec l’évolution de la production de pétrole qui a augmenté d’une façon exponentielle à partir de la période de la « dictature » en 1981 :

                  http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?codeTheme=5&codeStat=RS.PET.PROD.PP.BD&codePays=BRA&optionsPeriodes=Aucune&codeTheme2=5&codeStat2=x&codePays2=BRA&optionsDetPeriodes=avecNomP&langue=fr

                  Concernant la croissance annuelle du PIB du Brésil elle a été de :

                  2003 : 1,14 %

                  2004 : 5,76 %

                  2005 : 3,20 %

                  2006 : 3,96 %

                  2007 : 6,06 %

                  2008 : 5,09 %

                  2009 : -0,13 %

                  2010 : 7,54 %

                  2011 : 3,99 %

                  2012 : 1,98 %

                  2013 : 3,01 %

                  2014 : 0,51 %

                  2015 : -3,55 %

                  2016 : -3,47 %

                  http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?langue=fr&codePays=BRA&codeStat=NY.GDP.MKTP.KD.ZG&codeStat2=x


                • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 29 octobre 17:00

                  Article idéologique sans aucun intérêt, puisque personne ne sait ce que Bolsonaro va réellement faire.


                  • marceau 29 octobre 17:08

                    Voilà une règle immuable.Les gauchards (communistes, socialistes,maoistes, castristes, polpotistes.....) exploitent , instrumentalisent, comme toujours, la crédulité, la pauvreté, la naïveté, l’ignorance des catégories sociales les plus pauvres, les plus fragiles, les plus manipulables pour accéder au pouvoir en leur promettant des lendemains qui chantent (travail, salaires, maisons, voitures....).Au bout de quelques temps, comme prendre aux riches ne marche pas, comme l’échec devient patent, comme à chaque fois, les gauchards durcissent leur mainmise sur le pays et sa population, contrôle des médias, violences répressives, tueries, atteintes aux libertés.....ce qui leur permet de conserver le pouvoir pendant encore quelques temps....jusqu’à l’effondrement final et définitif !


                    • Trelawney Trelawney 29 octobre 17:09

                      OSS 117 « Savez-vous seulement ce que c’est une dictature Dolorès ? Une dictature c’est quand les gens sont communistes, déjà. Qu’ils ont froid, avec des chapeaux gris et des chaussures à fermeture éclair. C’est ça, une dictature, Dolorès. »

                      Dolores « Comment vous appelez un pays qui a comme président un militaire avec les pleins pouvoirs, une police secrète, une seule chaîne de télévision et dont toute l’information est contrôlée par l’État ? », OSS 117 « J’appelle ça la France, mademoiselle. Et pas n’importe laquelle ; la France du général de Gaulle. »

                      • JP94 29 octobre 17:37

                        @Trelawney
                        Et quand c’est contrôlé par le Capital ( banques, marchands d’armes etc ) qui contrôle aussi l’Etat ...c’est donc la Démocratie, selon vous ? 


                      • JP94 29 octobre 17:52

                        Les 45 % de Haddad, dans ce contexte, sont un exploit.

                        Il ne faut pas oublier que Lula a été empêché d’être candidat par un trucage judiciaire qui met en doute le fait que le Brésil serait un état de droit. 

                        Ensuite pourquoi le président ne se représente-t-il pas, lui qui a été mis en place pour empêcher la Justice de le condamner pour ses malversations . ? parce que ça ne suffisait pas à le faire passer.

                        Bolsonaro est l’aboutissement du processus.

                        Un coup d’Etat militaire, comme le Brésil en a connu, organisé par les Etats-unis contre le président communiste très populaire ,ça passait mal... et surtout, les Etats-unis ont peaufiné la méthode et pouvaient s’en passer. 

                        On attend des sanctions économiques de nos Tartufe européens si prompts à dénoncer les « régimes autoritaires » ... et à sanctionner économiquement...

                        Mais ce sera comme pour le régime raciste de l’Apartheid, les affaires d’abord ...

                        et nos médias se tairont sur les crimes qui se commettront au Brésil comme ils se commettent déjà en Colombie contre tout ce qui s’oppose au fascisme du pouvoir ( la différence avec le fascisme européen, étant que les Paramlitaires sont en théorie hors du contrôle de l’Etat et indépendants des partis politiques... 3500 militants ,syndicalistes ouvriers ou paysans , tous les candidats communistes à la présidentielle assassinés ? 

                        4,, 6 millions de Colombiens déplacés y compris, en millions, au Venezuela !! 

                        Qui le sait 

                        Qui sait le coup d’Etat contre Manuel Zelaya au Honduras ( même pas communiste mais juste un peu trop à l’écoute du peupleà . Le putschiste qui a pris le pouvoir a été reconnu 2 heures après par Hillary Clinton ...tout comme la « scission » de la Colombie par le Panama devenu colonie américaine.

                        Le Mexique a été annexé pour moitié par les Etats-unis au 19ème siècle ; aucun souci en Europe ..

                        Et à présent c’est notre tour ...


                        • soi même 29 octobre 18:15

                          Le titre me laisse songeur quand l’on a un peut de mémoire ,le petit père du peuple où le grand Timonier, au le génie du Danube, bref rien à envié au Nationalsozialismus, ou au Fascisme.

                          Dites moi ou y a eu un pays communisme sans tache ?


                          • marceau 29 octobre 20:50

                            http://www.bvoltaire.fr/colonialisme-et-racisme-anti-indigene-parlons-en/x

                            Petite leçon de marxisme par Marx, lui-même, pour tous ces toquards gauchards 


                            • Massada Massada 30 octobre 07:39

                              Il nous a débarrassé de toute cette gauche pro palestinienne et s’est déclaré favorable à un transfert de l’ambassade du Brésil en Israël à Jérusalem.


                              • soi même 30 octobre 17:05

                                @Massada, ( Il nous a débarrassé de toute cette gauche pro palestinienne ) T’es un fasciste bon tient, autrement dit un autocrate. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès