• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Brèves : Géopolitique, Amours coupables et Incestes nécessaires entre (...)

Brèves : Géopolitique, Amours coupables et Incestes nécessaires entre cousins

Géopolitique : une introduction nourrie

Le philosophe Alain de Benoist anime une émission sur TVLibertés, introduction nourrie à la géopolitique, en compagnie de trois géopoliticiens contemporains : Pascal Gauchon, Hervé Juvin et Gérard Dussouy. On y voit à l’œuvre un réalisme politique, une Realpolitik, un machiavélianisme.

Pour être clair, à 24:50, Pascal Gauchon : "On oublie parfois que les nations n'ont pas d'amis, elles n'ont que des intérêts, et en fonction de ses intérêts des alliés plus ou moins durables ou provisoires, c'est la première chose qu'on apprend. De ce point de vue toute une partie du discours des dirigeants, européens notamment, qui semblent inspirés par les meilleurs sentiments, est peut-être inspiré des meilleurs sentiments, mais aussi des plus mauvaises pensées. On doit réapprendre cela."

Alain de Benoist définit la géopolitique, accrédité par les trois autres, pour commencer à 4:10, comme "l'influence que peuvent avoir les facteurs de la géographie physique sur l'Histoire et sur la politique, c'est-à-dire les rapports entre l'espace et la puissance - définition canonique qui reste un peu floue." Pascal Gauchon d'ajouter : "La géopolitique est l'étude des rapports de force dans l'espace, dans les territoires. Après on peut approfondir, de quels types de rapports s'agit-il : économique, politique, culturel ... L'espace : est-ce que c'est local, est-ce que c'est mondial ... et on peut penser entre autres à l'hyperespace." Ainsi Gérard Dussouy de corroborer, en évoquant "l'espace des représentations, notamment de soi, le champ symbolique, comme quoi on n'a pas affaire au réel mais aux représentations qu'on s'en fait". Hervé Juvin termine cette présentation en évoquant l'ouvrage Prisoners of Geography de Tim Marshall, comme quoi toutefois les peuplements sont quand même largement déterminés par leurs habitats, sans rémission véritable en dehors des privilégiés.

La géopolitique, c'est un peu la psychanalyse de la Terre ...

 

Amours coupables en matières culturelles ?

il y a beaucoup plus de fans de J.R.R. Tolkien (le Seigneur des Anneaux) ou G.R.R. Martin (Game of Thrones), notamment grâce à leurs adaptations audiovisuelles évidemment, que de fans d'Histoire, bizarrement - même si ces oeuvres s'inspirent d'une féodalité merveilleuse ! ...

Dans la vie courante, cette "tectonique des peuples" est largement perçu comme populiste ou nationaliste par le monde média-culturel. Bref, amours coupables ? ... Ce qui nous entraîne dans la fantasy, on le honnit dans la sphère médiatico-politique, idéaliste en politique !. Est-ce à dire qu'au fond, nous nous laissons tous entraîner par le patriotisme, voire le communautarisme et même le racisme, par exemple entre un elfe et un nain ! un hobbit (semi-homme) et un homme ! un Rohirim et un Gondoréen ! etc. ?

Il faut croire, parce que même si c'est mis en scène, joué et pris à la légère, ça nous entraîne, mais si ça se passait entre des personnages noirs, bruns, basanés et blancs, tout de suite ce serait le tollé ! ... Faut-il interdire la fantasy pour autant ? Je ne crois pas.

Songeons au philosophe Georges Bataille, la Littérature et le mal. C'est que "les gens heureux n'ont pas d'histoire", donc la littérature a besoin du mal, pour être littéraire, sinon fin de l'histoire ! ... Aussi, l'auteur et le lecteur ont besoin de ce que Georges Bataille appelle une hypermorale.

Et ainsi de suite de toutes les autres représentations artistiques, notamment quand elles choisissent des thèmes sordides, etc. or il y en a plein, carrément indécents pour nos jours progressisto-universalistes (du moins au plan socio-politico-médiatique), telle que la série des Saw, y compris Saw 6.

 

L'espèce humaine a survécu grâce au cousinage sexuel et marital

L'endogamie (sexe intra-familial, consanguin) n'est pas rentable pour le groupe. Il faut lire Georges Bataille (l’Érotisme) à ce sujet, qui suppose que l'échange des filles/épouses entre tribus, clans, noblesses, est avant tout un principe altruiste, plutôt que de se les réserver égoïstement (sans compter la dégénérescence génétique empiriquement innée, si des gènes parentaux sont maladifs, ils risquent de se déclencher plus facilement).

En fait, même si sur Internet il y a un mème contre Christine Boutin qui s'est mariée à son cousin, il semblerait que les lignées les plus robustes soient entre cousins ! Voyez vous-mêmes :

Or le fait est que, l'humanité n'ayant pas dépassé le milliard sur Terre avant 1800 voilà deux siècles seulement, alors qu'homo sapiens a de 50 à 500.000 ans, si nous sommes là aujourd'hui pour en parler, c'est incontestablement que nos ancêtres s'accouplèrent entre cousins, par régions relativement isolées, avant le développement des technologies du déplacement. En fait, depuis 1800 surtout. Encore voilà un siècle, les mariages entre cousins ne dérangeaient personne. Et on entend toujours régulièrement des histoires de touche-pipi entre cousins, c'est même un peu comme ça, en jouant au docteur, qu'on découvre en partie la sexualité, avec des cousins ou des copains de cour de récré. Donc bon.

 

___________________________________________

Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Laconique Laconique 29 août 14:03

    « Saw 6 » : Humour ?


    • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 30 août 19:42

      Je ne vous ferai pas l’affront de répondre, Laconique.


    • kimonovert 29 août 14:53

      Le philosophe Alain de Benoist anime une émission sur TVLibertés,

      Une première ligne, 3 fautes :
      - philosophe,
      - Alain de Benoist,
      - TVLibertés. On voit que les vacances ont fait tout oublier !


      • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 30 août 19:43

        Et à part dire des sottises, qu’avez-vous à dire ? Vous n’êtes pas obligé de répondre, si la réponse est rien.


      • Laconique Laconique 29 août 16:16

        Si Tolkien est raciste, que dire de Lovecraft ? Houellebecq a écrit un très bon essai là-dessus (son meilleur livre) : H.P. Lovecraft. Contre le monde, contre la vie.


        • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 30 août 19:44

          Il y a un goût pour tout cela, du moins, une fascination. Et cela nous renvoie tous, en forme de parabole, à nos propres appartenances, quand même nous les dénierions.


        • Le narcissisme des petites différences.


          • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 30 août 19:44

            C’est une remarque très narcissique que celle-là. Toutes les cultures du monde sont un tel « jeu » sur les différences.


          • Paul Leleu 29 août 20:20

            Georges Bataille se trompe : les gens heureux ont une histoire, et elle est même souvent beaucoup plus épaisse et intéressante que celle des gens malheureux. En effet, les gens malheureux sont en moyenne des velléitaires, des étriqués, des nuls et des merdeux.

            Le vrai problème du bonheur c’est juste qu’il n’entre pas dans les outils de l’industrie narrative (roman et cinéma) ... dès lors, il FAUT des gens malheureux... en fait, le biais vient de là...

            il existe un art pour les gens heureux : la poésie par exemple.

            Mais les inepties de Georges Bataille nous renseignent énormément sur la « modernité » occidentale... l’art de se rabaisser au rang des médiocres, de s’empêcher d’être heureux, dans le seul but de rentrer dans les cases de l’industrie narrative.


            • Marzhin Tavernier Marzhin Tavernier 30 août 19:48

              Paul Leleu se trompe, il panique devant « le pessimisme », du moins ce qu’il prend pour tel, parce qu’il a défini les malheureux à son image : velléitaire, étriqué, nul, « ennuyeux » et médiocre, pour la simple raison que Georges Bataille n’a rien à voir avec la modernité occidentale répandue, avec ou sans guillemets. Ce serait bien de le lire avant tout. Goerges Bataille parle d’un bonheur terrible, qui dépasse Paul Leleu.


            • Paul Leleu 2 septembre 20:36

              @Marzhin Tavernier

              Georges Bataille incarne la modernité occidentale... ces ineptes qui CROIENT AVOIR COMPRIS quelque chose au monde, à la culture classique et à l’histoire... sortir un concept comme celui de Bataille montre simplement la conception totalement pauvre et étriquée de la « littérature » que se fait cet homme...

              pour se donner un genre, les modernes accusent les autres de « ne pas supporter le pessimisme » comme si on était des puceaux... argument disqualificatoire utilité par TOUS les modernes... c’est complètement éculé... le pessimisme est une ineptie de sous-occidental... il est juste l’inverse de l’optimisme... c’est une manière de pensée totalement pauvre.

              mais il faudrait en plus que je me prosterne D’AUTORITE devant les nouveaux curés de la religion moderne... car les modernes ont gardé des anciens le goût du pouvoir, de la mauvaise foi, de l’anathème et de l’excommunication...

              Avant de lire un nimbus comme Bataille, je lis les grands classiques... je vous conseille d’en faire autant, ça vous sortira de cette littérature du ras des pâquerettes ... et vous ouvrira à des bonheurs bien plus « terribles »


            • ddacoudre ddacoudre 1er septembre 08:10

              Bonjour Un sujet épineux que le développer dans un article restrictif. Le développement sexuel à été recouvert de tabou à la suite du développement d’une économie de rareté. Zhttp://ddacoudre.over-blog.com/2019/08/la-rarete.html Celle ci a entraîné une concentration humaine qui a facilité la promiscuité. Elle même a généré tous les tabous et totems, pour produire et se répartir la RARETÉ. Leurs enseignements sont devenues la MORALE. EN soit celle ci n’existe pas. Les condamnations et les punitions qui s’y rattachent sont la preuve d’un échec culturel éducatif . Ces pratiques punitives sont le résultat de L’analphabétisme qui a jalonné le développement humain. Aujourd’hui les science humaine et celle de la biologie nous donnent des fondements sur lesquels appuyer notre réflexion. Le développement sexuel se fait dans l’environnement familiale, ou organisé par des rituel de passage adulte qui est le moment de la capacité d’enfanter. Ce n’est que récemment que l’amour est devenue le lien privilégié d’une liaison sexuelle, Romeo et Juliette en témoigne. Si ce sont les préoccupations économiques qui étaient déterminants. Beaucoup d’erreurs jalonnent l’évolution de nos moeurs. Encore aujourd’hui. Le développement de l’autonomie économique à permise l’émancipation de la femme mais nous savons que ce n’est pas sans problèmes d’affrontements compétitif. Il y a pas compétition mais complémentarité. Il y a pas égalité mais complémentarité. Toutes les espèces ont un processus d’auto régulation. La consanguinité en a été un. instruire pour que l’on ne s’y adonne est une chose que nous ne faisons pas . Nous préférons l’interdit punitif marque de l’échec de l’éducation qui conduit au contrôle interne de tous les individus. Actuellement nous nous inscrivons exactement dans l’inverse, c’est à dire une régression. Cordialement ddacoudre OverBlog

              .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès