• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Catalogne : « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils (...)

Catalogne : « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes »

    

Il ne s'agit pas ici de prendre parti pour un camp ou pour l'autre, mais plutôt de regarder la réalité en face, avec du recul.

 Certes, les indépendantistes n'ont pas été des plus « franc-jeu » ces derniers jours/semaines1 : défiance envers l’État de droit sans en assumer les conséquences, utilisation systématique de la posture de la victime des « violences policières » à grand renfort d'images choc via les réseaux sociaux, soupçons de bourrage d'urnes, etc.

 Bien sûr, ces derniers se sont probablement retrouvés, malgré eux, une nouvelle fois les jouets de Bruxelles et autres réseaux Soros, qui œuvrent à la destruction des nations. Les habituelles « convergences des luttes » (droits LGBT, anti-poutinisme, etc.) qui ont été remarquées en marge des rassemblements, en constituent sans doute la meilleure preuve.

 Peut-être, sont-ils en effet « minoritaires » et n'ont donc-ils pas la légitimité qu'ils prétendent avoir. Toutefois, l'honnêteté intellectuelle pourrait nous obliger à faire une différence, d'un point de vue statistique, entre des catalans unionistes et des citoyens espagnols non-catalans installés en Catalogne (pour lesquels l'indépendance aurait effectivement un prix).

 Enfin, oui l'indépendance de la Catalogne créerait un précédent historique, avec un sérieux risque « d'effet domino » partout en Europe, ce qui contribuerait à affaiblir encore un peu plus les nations européennes.

 Mais trop nombreux sont ceux qui parmi les défenseurs de l’État nation oublient de poser la seule question qui vaille à ce stade : Comment en est-on arrivé là ?

 Tout d'abord partons d'une simple observation du réel : depuis une dizaine d'années au moins, la Catalogne n'est pas/plus l'Espagne, du moins celle qui rayonne culturellement dans le monde. Quiconque s'y rendra, baignera dans une ambiance intégralement et exclusivement catalane : radios, télévisions, enseignement supérieur, panneaux de signalisation, cartes de restaurant, conversations, en langue catalane ; drapeaux catalans flottants sur les balcons ; patronymes catalans, etc. Et gare au touriste français qui tenterait de communiquer en castillan avec un accent qui trahirait un peu trop ses origines, on lui répondrait immédiatement...en français ! (expérience plusieurs fois vécue et partagée).

 N'est-ce pas là la conséquence (logique) d'une politique voulue de l’État central espagnol qui a consisté, depuis la fin de la dictature franquiste, à laisser toujours un peu plus d'autonomie à la Catalogne au nom d'une Espagne « diverse » ?

 Autre constat, plus que n'importe quelle autre autonomie espagnole, la Catalogne dispose aujourd'hui d'un certain nombre d'atouts et d'instruments qui lui permettrait de gérer au mieux un détachement de l'Espagne : Une capitale au rayonnement mondial (Barcelone), un bon niveau de vie, de bonnes infrastructures, une façade maritime, un territoire attractif, du tourisme de masse, et, surtout, une « volonté de puissance », à savoir un nombre suffisamment important d'individus se réclamant de l'identité catalane, bien décidés à prendre collectivement leur destin en main sans demander « d'autorisation ». Si le projet d'indépendance de la Catalogne, ne s'inscrit effectivement pas dans la légalité, il n'en demeure pas moins réaliste. Bien entendu, il y aurait des laissés-pour-compte, mais quelles indépendances n'en produisent pas ?

 

Toute proportion gardée, ceci pourrait faire écho à l'une de mes anciennes publications : « Vivre ensemble dans le multiculturalisme dites-vous ? »2 où j'avais tenté de démontrer qu'à l'échelle d'un pays comme la France ou l'Angleterre, le multiculturalisme était la matrice du communautarisme, et de la nécessité, par conséquent, d'imposer une « culture commune de référence » pour garantir la cohésion nationale.

 Partant ainsi de cette réflexion, à l'échelle de l'Espagne et de la Catalogne, le « communautarisme régional » pourrait bien être la matrice du séparatisme.

 

1http://www.lefigaro.fr/international/2017/09/28/01003-20170928ARTFIG00067-ce-qu-il-faut-savoir-sur-le-referendum-d-independance-en-catalogne-prevu-dimanche.php

2http://la-centrale-a-idees.over-blog.com/2017/01/vivre-ensemble-dans-le-multiculturalisme-dites-vous.html  


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 10 octobre 10:35

    Les peuples peuvent-ils disposer d’eux-mêmes ?

    La réponse faites aux Français en 2007 après le référendum de 2005, est : Non !

    Le résultat d’un référendum, expression la plus complète d’un peuple, n’oblige pas à son respect par la classe dominante. La Démocratie n’est qu’une façade Potemkine, un enduit superficiel, une illusion.

    Les Français ont-ils protesté ? Se sont-ils révoltés en masse contre la tyrannie qui se dévoilait à l’occasion ? Ont-ils provoqué une grève générale ? Non ! Ils ont admis leur défaite, courbé l’échine et regagné leur niche.

    Pour éviter toute risque de rechute, plus aucun référendum sur l’UE ne sera organisé. Sarkozy a fait ce qu’on lui a demandé. Il a doublé la dette publique, livrant la Nation et les « sujets » français pieds et poings liés à l’oligarchie.

    « Vous bougez une oreille, on augmente les taux et on vous ruine en 24 heure chrono ! »

    Quel rapport avec l’article et la Catalogne ? L’oligarchie n’a pas de frontières. Pour ces gens-là, l’indépendance, la reprise du pouvoir par le peuple, est inacceptable, anti-historique.

    Ce n’est pas négociable.

     


    • Durand Durand 10 octobre 11:42

      @Daniel Roux


       « Les Français ont-ils protesté ? Se sont-ils révoltés en masse contre la tyrannie qui se dévoilait à l’occasion ? Ont-ils provoqué une grève générale ? Non ! Ils ont admis leur défaite, courbé l’échine et regagné leur niche. »

      Je ne suis pas daccord avec vous sur ce point : le Traité de Lisbonne à été présenté aux Français comme un « mini-traité » par Sarkosi (Merkel, à l’époque à protesté, disant qu’il ne s’agissait pas d’un « mini-traité »...) et à retourné l’argument des détracteurs du TCE qui consistait à protester contre une soit-disant « Constitution Européenne », alors que le TCE n’avait rien d’une constitution et tout d’un traité international ordinaire, comme les traités européens précédents.

       Sarko a donc retourné l’argument erroné des nonnistes de 2005 en disant que le Traité de Lisbonne n’était absolument pas une Constitution pour l’Europe, et ça a suffit pour démobiliser les français qui n’y ont vu que du feu...

      Non, le TCE et le Traité de Lisbonne n’étaient pas une constitution pour l’Europe mais, par différentes clauses, étaient destinés à faire ratifier pour la première fois depuis le Traité de Rome, la primauté absolue du droit communautaire sur les droits nationaux de chacun des 28, se substituant par là- même aux 28 sources du droit des 28 constitutions nationales.

      Le Traité de Lisbonne est un putch constitutionnel contre les 28 constitutions nationales qui fut habilement déguisé en « mini-traité » par Sarko et la clique UMPS pour que les Français ne se rendent pas compte de sa portée juridique qui, jusque là, n’avais jamais été atteinte par les traités précédents. 

      Il n’y a donc pas matière à critiquer la passivité des français alors que c’est l’ensemble de leur classe politique qui les à bernés, Sarko en tête...

      Depuis la mise en application du Traité de Lisbonne, au premier Janvier 2009, les parlements nationaux, sénats et autres conseils et cours constitutionnelles des états membres ne sont plus que des éléments de décor destinés à cultiver l’illusion démocratique au sein des peuples de l’Union Européenne et les exécutifs, toujours dirigés par la même classe politique, grassement rémunérée pour maintenir cette illusion, est désormais chargée de transcrire dans les différents droits nationaux, les ordres, prudemments déguisés en « recommandations », que la Commission Européenne non-élue édite chaque année pour chacun des états membres sous la forme de Grandes Orientations de Politique Économique (GOPÉ).

      Ce qu’il faut absolument comprendre, c’est qu’avec le Traité de Lisbonne, la construction européenne a atteint son stade ultime d’achèvement... L’édification d’une construction fédérale étant définitivement abolie par le refus constant des Allemands, des Néerlandais et dans une moindre mesure, des Belges, à tout transfer compensatoire des États riches vers les états pauvres, comme cela se fait aux États Unis ou bien en France, entre les régions...







    • Durand Durand 10 octobre 12:37


      Concernant le problème catalan, pour lequel mon com précédant définit le contexte, il ne peut s’agir ni d’une revendication économique – puisque la Catalogne est de loin la région la plus riche d’Espagne avec un revenu/ habitant parmi les plus élevé d’Europe –, ni d’un problème identitaire, puisque son statut actuel lui a permis d’aller jusqu’à la quasi-éradiquation de l’enseignement en Castillan.

      Qui peut me dire de quoi souffrent précisément les Catalans et en quoi leur indépendance leur apporterait un soulagement ?

      Pour moi, il ne s’agit que d’une manipulation de Puigdemont et de sa bande de jeunes loups, plus enclins à s’accaparer un pouvoir absolu sur le peuple Catalan que mobilisés pour défendre ses intérêts, dont je serais curieux de comprendre ce qui les menace... 

      Le « haro contre Madrid » pue le faux prétexte à plein nez, comme le « haro contre Rome » des indépendantistes lombards et vénitiens.

      La question qu’il faut se poser ne concerne donc pas les « pauvres » Catalans, Lombards ou Vénitiens, mais l’affaiblissement des états-nations, suite à la sécession de leurs plus riches provinces et au profit de quel pouvoir supranational, autre que les divers organismes de l’Union Européenne et de leurs maître de la City et de wall street...

      L’état actuel des traités européens explique la prudence de Bruxelles car aucune clause n’est prévue pour réintégrer automatiquement une région sécessionniste dans l’Union Européenne. Pour l’instant, une telle ré-adhésion impliquerait un accord unanime des états membres dont on sait qu’il serait loin d’être acquis... 

      Et là, je vais contredire le propos que je tiens dans mon com précédant concernant l’achèvement de l’UE grâce au Traité de Lisbonne... Je ne serais pas étonné, en effet, qu’une modification des règles soit promue, dans un avenir proche, pour faciliter la réintégration au sein de l’UE, des régions devenues « nations »... 
      Ça doit gamberger ferme, à la Commission, pour trouver des moyens et des motifs suffisamment détournés et indirects pour faire avaliser une telle mesure par chaque État-membre... !






    • Durand Durand 10 octobre 14:38

      @Daniel Roux


      Erratum : « "et les exécutifs, toujours dirigés par la même classe politique, grassement rémunérée pour maintenir cette illusion, est désormais chargée de transcrire dans les différents droits nationaux, les ordres, prudemments déguisés en « recommandations »,... »

      Lire : et les exécutifs, toujours dirigés par la même classe politique, grassement rémunérée pour maintenir cette illusion, sont désormais chargés de transcrire dans les différents droits nationaux, les ordres, prudemments déguisés en « recommandations »,...



    • Durand Durand 10 octobre 15:12


      Je reprends mon propos :

       « Et là, je vais contredire le propos que je tiens dans mon com précédant concernant l’achèvement de l’UE grâce au Traité de Lisbonne... Je ne serais pas étonné, en effet, qu’une modification des règles soit promue, dans un avenir proche, pour faciliter la réintégration au sein de l’UE, des régions devenues « nations »... 
      Ça doit gamberger ferme, à la Commission, pour trouver des moyens et des motifs suffisamment détournés et indirects pour faire avaliser une telle mesure par chaque État-membre... !« 

      À ce stade, n’y a-t-il pas une incompatibilité entre les traités européens et le droit international ?

      En effet, dans le cadre actuel des traités, rien n’empêche un État membre qui verrait s’éclipser une de ses provinces, de lui interdire, »grâce« à la règle de l’unanimité nécessaire à l’intégration d’un nouvel État membre, l’accès à l’Union Européenne. 

      Dans ce cas, ce sont bien les traités européens qui, en le limitant, s’opposent au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes – en l’occurrence à réintégrer l’UE – quand-bien-même la nation issue de ce peuple »régional" présenterait les critères requis ! CQFD






    • Doume65 11 octobre 17:49

      @Durand
      « Je ne serais pas étonné, en effet, qu’une modification des règles soit promue, dans un avenir proche, pour faciliter la réintégration au sein de l’UE »

      Bien vu, surtout lorsqu’on sait que (ce que ne dit pas l’article alors qu’il prétend revenir au sources du problème) c’est l’UE qui a décidé, à travers une charte, de promouvoir les langues régionales, et partant, donner aux gens un sentiment d’appartenance à une région, plutôt qu’une nation (à quelques exceptions près, c’est la langue qui fait une nation). Comme le rappelait Asselineau, il y a deux ans, cette charte n’a pas été ratifiée par la France car elle était anticonstitutionnelle. Depuis, Sarkozy a fait modifier la constitution en catimini pour qu’elle devienne compatible avec la charte européenne. Une autre traitrise de plus de ce Président.


    • Quelle soupe ! Le mouvement LGBT n’a rien à voir avec le nationalisme ou le régionalisme. En Belgique, les flamands sont moins favorable au mariage homosexuel que les francophones plus nostalgiques de la Belgique de papa (si je puis dire,...).


      • jaja jaja 10 octobre 11:04

        Ce qui est prévu si Carles Puigdemont proclame unilatéralement l’indépendance dès ce soir c’est la répression des Catalans et pas les billets de Soros comme le disent certains partisans de la monarchie franquiste espagnole...

        En cas d’indépendance proclamée l’article 155 de la Constitution monarchique s’appliquera. Il permet la mise sous tutelle de la Catalogne par l’Espagne.

        L’article 155 n’est pas applicable sans instaurer un système puissant de répression . La droite de Rajoy va donc probablement appliquer l’article 116, qui imposera l’état d’urgence en Catalogne... Elle aura besoin du vote du PSOE (Parti socialiste) pour faire passer cet article répressif au Parlement de Madrid.

        Ce qui autoriserait des gardes à vue de 10 jours avant de passer en justice, des perquisitions de locaux et domiciles sans mandats de justice, la suspension des droits de manifestation, de grève et de réunion.

        Ceci (à moins que Carles Puigdemont ne renonce à appliquer le résultat du Référendum) est le scénario le plus probable.


        • Durand Durand 10 octobre 12:47

          @jaja


          Vous lui enverez des oranges, à votre Puigdemont ! Ce n’est pas ce qui manque dans les dizaines de milliers d’hectares d’orangeraies abandonnées au profit des importations du Maghreb et d’Israël, en Catalogne, dans la province de Valence ainsi qu’au Portugal ! 
          Vive la Politique Agricole Commune, la libre concurrence et la libre circulation des capitaux, des biens et des personnes promues par l’Union européenne que vous ne combattez pas ! 



        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 octobre 06:55

          @jaja
          L’épisode théâtral catalan « du chaos constructif cher à Soros », n’est qu’une étape vers l’ Europe fédérale, et la fin de l’ Espagne en tant qu’État Nation.


          Sauf, évidemment, si les Espagnols comprennent qu’ils se sont faits pigeonner par l’ Europe, que le Gouvernement espagnol refuse le démembrement de son pays, et sort de l’ UE.

          Comme pour la politique économique imposée par la Commission européenne, la seule solution pour éviter les prétentions fédérales de l’ Europe, c’est de se barrer !!

        • PUNTERET, MAZZANTINI, CORCHAITO


          • microf 10 octobre 16:29

            Je ne comprends jusqu´á présent rien dans ce problème de la Catalogne, ce que je comprends, c´est que les Catalans ne veulent plus rester dans l´Espagne, mais pourquoi veut-on les retenir ?.
            Le divorce est bien accepté lorsque deux personnes ne veulent plus vivre ensembles.
            Il ya une dame qui veut mourrir par Euthanasie, elle veut suprimer sa vie qu´elle ne s´est pas donnée, et tout ceci est accepté, alors, il faut laisser les Catalans s´en aller s´ils le souhaitent, du moins c´est mon avis.

            D´un autre côté on lit que la Catalogne c´est l´une des régions les plus propère d´Espagne, nous savons que les riches ne veulent jamais partager avec les pauvres, un exemple l´Europe.
            L´Europe qui est très riche et qui est l´une des région les plus propère région du monde aujourd´hui, jouis d´un des plus haut niveau de vie du monde, est comme la Catalogne.
            Cet Europe d´aujourd´hui s´enferme, est devenu une forteresse, ne veut pas voir les pauvres qui frappent á sa porte, dit que c´est trop, alors que cet Europe a des moyens capables de prendre tous ces misérables et les nourrir, mais non, cet Europe ne le veut pas, la Catalogne ne fait qu´imiter cet égoisme.
            La richesse est la source de tous les maux, si les Catalans et les autres pays riches étaient pauvres, certainement qu´ils réagiraient autrement, auraient plus de sensibilité envers les autres, ne voudraient pas se singulariser.


            • docdory docdory 10 octobre 18:12

              Il est étonnant de constater qu’aucun commentateur médiatique n’a soulevé l’obstacle principal qui finira par avoir raison des velléités indépendantistes de la Catalogne.


              Bien que n’y connaissant rien en football, je crois savoir que l’équipe catalane de Barcelone est une des deux ou trois plus importantes équipes d’Espagne, voire d’Europe, et qu’elle contient de nombreux joueurs aux salaires colossaux.
              Cet équipe est actuellement dans un championnat d’Espagne où elle est confrontée à d’autres équipes richement dotées ( Real et Atletico de Madrid, Séville, Villaréal, La Corogne etc ...).

              Evidemment, dans une Catalogne indépendante, le club de Barcelone se retrouverait ipso facto à jouer contre des équipes purement catalanes dans un championnat de Catalogne.
              Il est clair que des matchs opposant le club de football de Barcelone à des clubs tels que ceux, par exemple, de Mollet del Valles, San Feliu de Llobrigat, Santa Coloma de Gramenet ou encore de Palafrugell,et ce dans le cadre d’un futur championnat national catalan, risquent fort d’attirer nettement moins les foules qu’un match Barcelone vs Madrid dans le cadre d’un championnat d’Espagne.
               Le nouveau « classico » de la Catalogne indépendante opposerait Barcelone à Girona, et ferait peut-être venir du monde, mais pas plus que ça !

              Qui dit fréquentation moindre des stades dit baisse massive du salaire et de la notoriété des joueurs. Il est donc vraisemblable que les joueurs du club de Barcelone chercheraient à tout prix à fuir cette équipe devenue celle d’un pays de seconde zone, et que l’équipe de Barcelone deviendrait, par voie de conséquence, une équipe de seconde zone !
              Je ne suis pas certain que ce soit le souhait de la majorité des Barcelonais...

              • Xenozoid Xenozoid 10 octobre 18:15

                @docdory


                je pensais a cela aussi... le football.

              • Self con troll Self con troll 11 octobre 07:34

                @docdory
                Il parait que les supporters de l’OM veulent faire sécession. Ils en ont marre que l’argent du Quatar aille tout au PSG.
                C’est une atteinte sournoise à l’unité nationale dont on cache l’importance. Mais, dans certaines villes, il reste des bistrots, où on peut en mesurer l’importance.

                NB. y’a plus de bistrot dans mon patelin, je suis pas sûr où va l’argent


              • av88 10 octobre 18:37

                L’Europe des Euro-régions, voilà le but. Remplacer les états-nations par des entités plus petites (diviser pour régner)

                Ces états-nations qui avec leurs normes sociales, environnementales, financières, sont un obstacle au principe directeur de l’UE "libre circulation des biens, services, personnes, capitaux".

                Même Mélenchon commence à prendre conscience de ceci.

                http://www.alterinfo.net/Mr-Melenchon-et-Mr-Asselineau-sur-l-independance-de-la-Catalogne_a133345.html


                • BA 10 octobre 20:21

                  La République indépendante de Catalogne.

                  C’est une nouvelle nation qui est en train de naître : la République indépendante de Catalogne.

                  Mardi 10 octobre 2017 :

                  Le président de la région a ouvert la voie à la constitution de la République indépendante de Catalogne en gardant ouverte la voie de la négociation avec Madrid.

                  Carles Puigdemont ouvre le processus vers l’indépendance de la Catalogne, mais veut garder ouverte la voie de la négociation avec Madrid. Le président régional a annoncé mardi soir devant le Parlement de Barcelone qu’il ouvre la voie à la constitution de la République indépendante de Catalogne après avoir pris acte des résultats du référendum qui s’est tenu le 1er octobre dernier , en dépit de l’interdiction du Tribunal constitutionnel espagnol. Il a ainsi demandé au Parlement catalan un mandat pour déclarer l’indépendance de la Catalogne, et prévoit un dialogue avec Madrid qui pourra durer des semaines, avec l’aide d’une médiation nationale ou internationale.

                  Il tente donc de trouver une voie intermédiaire au milieu des dissensions du camp indépendantiste, entre ceux qui lui réclament d’aller jusqu’au bout et les appels à la modération de certains de ses camarades de parti. « Nous allons faire ce que nous sommes venus faire », avait-il répété ces derniers jours, décidé à faire le saut dans le vide, sans donner plus de détails sur ses plans. 

                  https://www.lesechos.fr/monde/europe/030689931910-catalogne-puigdemont-lance-un-processus-dindependance-ouvert-a-la-negociation-2121132.php


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 octobre 06:46

                    @BA
                    Indépendance de l’Espagne et dépendance à Bruxelles !
                    Il ne faut pas rêver, il s’agit de la mise en place de l’ Europe fédérale.


                    C’est pourtant clair, les Indépendantistes catalans sont pro européens !
                    « La Catalogne sera indépendante et membre de l’ UE »

                    Quand on voit l’état de la Grèce, entièrement sous tutelle et gérée par Bruxelles, les Catalans devraient se faire du mouron !
                    « Grèce- 4 ans d’austérité en 40 photos »

                  • BA 10 octobre 20:59

                    La République indépendante de Catalogne.

                    C’est une nouvelle nation qui est en train de naître : la République indépendante de Catalogne.

                    Problème : ce soir, le gouvernement espagnol juge « inadmissible » la déclaration implicite d’indépendance de la Catalogne.

                    Mardi 10 octobre 2017, vers 20 heures 35 :

                    Catalogne : Madrid juge « inadmissible » une déclaration implicite d’indépendance.

                    Le gouvernement espagnol a jugé « inadmissible », ce mardi soir, une déclaration implicite d’indépendance de la part de l’exécutif catalan.

                    Le président séparatiste catalan Carles Puigdemont a proclamé, dans la soirée, le droit de la région du nord-est de l’Espagne à devenir un Etat indépendant.

                    « J’assume le mandat selon lequel la Catalogne doit devenir un Etat indépendant sous la forme d’une République », a-t-il dit devant le Parlement de Barcelone.

                    Mais le président catalan a également proposé « de suspendre la mise en oeuvre de cette déclaration d’indépendance pour entamer des discussions afin de parvenir à une solution négociée ».

                    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/10/10/97001-20171010FILWWW00331-catalogne-madrid-jugeinadmissible-une-declaration-implicite-d-independance.php


                    • BA 10 octobre 23:18

                      D’un point de vue juridique :

                      Le parlement de Catalogne compte 135 députés.

                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Parlement_de_Catalogne

                      La majorité absolue est de 68 députés.

                      Mardi 10 octobre 2017, une majorité de 72 députés a signé la proclamation d’indépendance de la République de Catalogne.

                      Citation :

                      La déclaration est donc symbolique, mais de plus en plus concrète. Le Parlement catalan a signé, dans la soirée de mardi 10 octobre, la proclamation d’indépendance de République de Catalogne. Une déclaration dont la mise en œuvre a toutefois été suspendue dans l’immédiat par le président catalan, Carles Puidgemont, afin de privilégier le dialogue avec Madrid.

                      http://www.lemonde.fr/europe/live/2017/10/10/crise-en-catalogne-suivez-en-direct-le-discours-du-president-catalan-carles-puigdemont_5198961_3214.html

                      La fameuse déclaration d’indépendance signée par les 72 députés indépendantistes vient d’être publiée par El Mundo : 

                      https://twitter.com/ElMundoEnVivo/status/917845085638856705/photo/1?ref_src=twsrc%5Etfw&ref_url=http%3A%2F%2Fwww.lemonde.fr%2Feurope%2Flive%2F2017%2F10%2F10%2Fcrise-en-catalogne-suivez-en-direct-le-discours-du-president-catalan-carles-puigdemont_5198961_3214.html


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 octobre 06:37

                        Comment en est-on arrivé là ? Bonne question ! Comme d’habitude dans la construction européenne, en prenant des décisions dans le dos des peuples. Exemple de la zone euro : elle a été décidée en juin 1965 à Washington, en précisant que cela devait rester secret jusqu’à son application 35 ans plus tard.


                        Depuis le Congrès européen de la Haye en 1948, l’objectif est une Europe fédérale, supprimant les Etats Nations.

                        L’Europe fédérale prévue : voici la carte. La méthode utilisée est celle des petits pas avec effet de cliquet, chaque décision est définitive, puis on avance vers la décision suivante. De manière à ce que les citoyens ne s’aperçoivent de rien..., avec moult mensonges sur les économies que cela allait procurer.

                        Les diverses étapes ont été : « décentralisation » - « suppression des frontières » - « transfert des compétences étatiques aux Régions et aux Instances européennes » - « redécoupages territoriaux » - « euro-régions à taille européenne » .

                        Tous les éléments administratifs de la fin des Etats Nations sont déjà en place !
                        - Le Comité européen des Régions existe déjà.

                        - Les grands pays, la France, l’ Italie, l’Allemagne et l’ Espagne sont découpées en « régions à taille européenne ». C’est fait.

                        - Les régions à cheval sur les frontières dites « territoires transfrontaliers », existent déjà. Dont la région transfrontalière Catalogne - Languedoc, depuis 2004.


                        Ne reste plus qu’à obliger les Gouvernements à se faire harakiri, à transférer leurs derniers pouvoirs aux Régions. C’est indiqué dans les GOPé de la Commission européenne, paragraphe 4 : Sous le titre : « Simplifier les échelons administratifs. »

                        Vous n’avez rien vu venir ? C’est normal, on n’explique pas aux pigeons le charme des petits pois.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès