• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Catalogne : Tentative de coup d’état en cours !

Catalogne : Tentative de coup d’état en cours !

Le tribunal constitutionnel espagnol s'était réuni samedi pour examiner une demande émanant du gouvernement central visant à interdire la candidature de Carles Puigdemont à la présidence de la Généralitat de Catalogne.

En effet celui-ci s'est réfugié en Belgique avec une partie de l'ancien gouvernement régional depuis fin octobre pour échapper aux pousuites de la justice espagnole qui lui reproche d'avoir enfreint la légalité, en organisant un référendum d'auto-détermination interdit par la constitution espagnole et dont l'interdiction a été confirmée par le tribunal constitutionnel espagnol. Elle lui reproche aussi d'avoir utilisé illégalement de l'argent public pour organiser cette consultation et faire de la propagande pour que le résultat soit positif. Elle lui reproche enfin d'avoir par la suite proclamé l'indépendance de la communauté autonome. Carles Puigdemont et ses conseillers sont donc poursuivis pour les délits de Rébellion, Sedition et prévarication. Les membres du bureau du parlement et une autre partie de l'ancien gouvernement régional qui étaient aussi poursuivis pour les mêmes délits ont par contre choisi de se présenter devant la justice et ont tous été mis en prison préventive. La plupart ont été libérés depuis seul l'ancien vice-président de la generalitat a été maintenu en prison, car contrairement aux autres il a jusqu'à présent refusé de s'engager à renoncer à la voie illégale pour obtenir l'indépendance de la communauté autonome.

Toutes les personalités politiques poursuivies qu'elles soient en prison en Espagne ou exilées en Belgique ont été autorisées à participer aux élections du 21 décembre 2017 prévues par le gouvernement central suite à la dissolution du parlement. La majorité indépendantiste élue le 21 décembre a donc désigné le nouveau président du parlement ainsi que le candidat au poste de président de la Generalitat, il s'agit de Carles Puigdemont et il est le seul candidat.

Donc samedi le TC a rejeté la demande du gouvernement central visant à interdir à Mr Puidgemont d'etre candidat, par contre il a exigé que le candidat soit présent lors du débat d'investiture et qu'il demande pour cela une autorisation spéciale au tribunal suprême qui instruit les poursuites dont il est l'objet pour pouvoir comparaitre devant la chambre en vue de son investiture.

Après avoir hésité Carles Puigdemont a renoncé à cette demande et a répété son intention de faire voter le parlement en son absence avec un débat à distance depuis la Belgique, c'est d'ailleurs ce qui avait provoqué la plainte du gouvernement central devant le tribunal constitutionnel.

Le nouveau président du parlement catalan avait le choix entre passer outre aux injonction du TC et organiser l'investiture quand même, présenter un autre candidat ou suspendre la réunion jusqu'à que le problème juridique soit règlé.

Il est resté dans la légalité en choisissant la troisième solution.

L'investiture devant avoir lieu mardi 30, AM les indépendantistes avaient prévu une manifestation devant le parlement, ils devaient etre maintenus derrière les portes fermées du jardin de la citadella qui entoure le parlement.

Malgré la suspension de la séance d'investiture décidée par le président du parlement, ils ont décidé de maintenir, la manifestation.

C'est alors que vers 16h15 des groupes de manifestants ont franchi les barrières de sécurité, bousculé les cordons de la police catalane ont envahi le parc avec l'intention d'envahir le parlement et de l'occuper !

Les principaux organisateurs ont annoncé alors qu'ils voulaient maintenir le caractère pacifique qui a caractèrisé le mouvement jusqu'à présent, se sont désoladirisés des violences et ont demandé aux manifestants de rentrer chez eux.

Les députés sont alors sortis du parlement les uns pour approuver les manifestants (indépendantistes) quant aux autres ils ont été copieusement insultés, menacés et traités de "fascistes" notamment Inès Arimadas la leader de Ciudadanos, arrivés en tête de tous les partis le 21 décembre, meme Domenech le leader local de podemos a subi le meme sort ! 

On ne fait plus de quartier, tout ce qui ne soutient pas l'ex président repris de justice et putchiste est considéré comme ennemi et doit quitter la Catalogne !

En fait on pense que ce coup est l'oeuvre d'une alliance formée entre les jusqu'au boutistes anarchistes de la cup et des éléments fascisants du parti démocrates catalans proches de l'extrème-droite flamande !

Bel exemple de ce que peut donner une alliance Rouge/Bruns, les extrèmes se rejoignent pour precher la haine détruire l'état de droit et la démocratie !

A l'heure actuelle la situation est confuse autour du parlement de Barcelone, on ne sait si des émeutiers ne sont parvenus à entrer à l'intérieur du batiment. En tout cas des individus ont déplié des tentes dans le jardin et s'apprètent à y passer la nuit preuve si besoin est que l'opération était préméditée !

Les Mossos police catalane ont reconstitué des barrages pour empêcher la foule de s'agglutiner dans les jardins mais n'ont pas pour l'instant chassés ceux qui y sont !

Ils affirment controler la situation et etre en mesure de protéger le batiment mais cela reste encore à démontrer !

Une nuit d'incertitude s'annonce, le mouvement catalan prend en tout cas un tournant beaucoup moins débonnaire, la division incontestable des indépendantistes provoque la radicalisation à l'extrème des plus virilents !

Jusquà présent la population catalane a refusé de s'engager dans l'aventure, jusqu'à quand ?

Malheureusement l'entêtement des indépendantistes qui renoncent à vouloir maintenir unalatéralement l'indépendance risque de faire basculer ce pays dans la guerre civile et détruire les richesses accumulées en Catalogne depuis 40 ans, cela alors qu'ils sont à tout casser deux millions et demies sur 40 millions d'espagnols dont 5 millions d'électeurs catalans !

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • taketheeffinbus 31 janvier 11:40

    Article complétement orienté et partis pris, poubelle.


    • doume 31 janvier 11:57

      @taketheeffinbus


      vous pouvez ne pas etre d’accord ! et contredire ! Mais mon article ne contient ni d’informations fausses, ni d’allégations injurueuses pour qui que ce soit ! Pour le reste je revendique le droit à la liberté d’expression ! 

      • Mmarvinbear Mmarvinbear 31 janvier 12:53

        @doume

        C’est un bel exemple de « liberté d’expression » à la sauce catalane, une illustration de la mentalité de l’extrême-gauche : tu peux t’exprimer librement à condition que ce soit pour soutenir ou justifier le Dogme.

        Toute autre opinion est « fasciste ».

        Ils sont tellement obsédés et partisans que les indépendantistes qui traitent les autres de « phalangistes » ne voient pas qu’ils le sont eux-même au fond.

      • Alren Alren 31 janvier 13:10

        @doume

        « Pour le reste je revendique le droit à la liberté d’expression ! »

        Il vous est reconnu ce droit puisque votre article qui par le choix du vocabulaire est loin d’être neutre a été publié sur Agoravox.

        Mais il est de la liberté des lecteurs de le rejeter en termes aussi vifs que les vôtres.

        Vous parlez (sérieusement ?) d’un risque de guerre civile.
        Avez-vous oublié que la guerre civile qui a déchiré l’Espagne et l’a ruinée pour longtemps était le fait de l’extrême-droite espagnole soutenue par toute la droite et l’Église catholique, matériellement par Mussolini et Hitler, implicitement par les conservateurs britanniques et français et non le fait des républicains, communistes anarchistes qui ont dus se défendre après la victoire de la gauche aux élections ?

        Ici encore, c’est le gouvernement espagnol qui a usé de violences pour interdire de connaître la volonté des Catalans et de violence encore en arrêtant ou contraignant à l’exil des élus.

        Si c’était Maduro qui avait agi ainsi au Venezuela votre discours aurait-il été le même ?


      • doume 31 janvier 13:47

        @Alren
        Je vais vous surprendre ! Par rapport au Vénézuela mon opinion est toute autre, j’ai soutenu Chavez à fond tant qu’il était là. Comme pour la répression maladroite utilsée par Rajoy contre les électeurs catalans du premier octobre, je critique néanmoins l’usage disproportionné de la force utilisé contre ses opposants par Maduro, je considère néanmoins que quoi qu’en disent les états-unis, l’union européenne et Mr Macron, Nicolas Maduro est légitimement le président du Vénézuela et je souhaite qu’il soit réélu pour poursuivre l’oeuvre de son prédécesseur, mais comme pour le gouvernement espagnol, je resterai vigilent quant à la manière aussi bien pour mr Rajoy que pour Mr maduro de répondre aux critiques de l’opposition !


        Un mot sur la guerre civile :

        Comme l’a dit Pedro Sanchez premier secrétaire du PSOE, je trouve indécent de la part d’un Puigdemont leader bourgeois de droite de se comparer à Luis Campanys qui lui en passant ne demandait pas l’indépendance de la catalogne mais son existence en tant que république c’est vrai dans un état fédéral espagnol ou il a par ailleurs occupé des fonctions importantes dans le gouvernement.
        Faire une comparaison entre la Catalogne de 1936 et 2017-2018 est hors de propos, cela n’a rien à voir !
        En 1976 les principaux partis de gauche, d’abord le psoe mais aussi le parti communiste par la voix de son leader historique Santiago Carillo ont choisi la voix du compromis pour une monarchie parlementaire avec des droits d’autonomies très larges pour les territoires. Ils ont ainsi permis ainsi le rétablissement, de l’état de droit et de la démocratie pour l’Espagne depuis 40 ans.

        C’est cette magnifique entreprise que Mr Puigdemont et les pieds nickelés de Bruxelles veulent ruiner pour un nationalisme séparatiste ne menant nulle part.

        C’est non seulement la nation espagnole qui est menacée mais l’existence même de l’Europe que nous essayons de construire depuis 1950 qui est remise en question !
        En tant que socialiste, comme Joseph Borell ancien président du parlement européen, je n’aurai de cesse de dénoncer l’aventurisme criminel des sécessionnistes catalans !
         
        Comme pour la construction de l’Europe tout n’est pas brillant en Espagne, il y a encore des progrès à faire, Pedro Sanchez a obtenu de Mariano Rajoy la création d’une commision au congrès sur la réforme de la constitution. Aller vers un état fédéral serait souhaitable, il s’agirait d’une réponse du 21 eme siècle au défi territorial espagnol, mais rien ne serait plus mortifère que d’appuyer l’entreprise de destruction commencée par les indépendantistes catalans avec l’appui de la frange la plus ultra de l’extrème gauche !


      • doume 31 janvier 14:06

        Je voudrai ajouter aussi par rapport à l’attitude de Maduro vis à vis de l’Espagne.

        Ce n’est pas parce que le gouvernement espagnol a une attitude injuste et détestable vis à vis du Vénézuela et de l’Amérique latine en général qu’il faut appliquer le principe stupide qui dit que les ennemis de mes ennemis sont mes amis !
        C’est stupide ! Stupide pour Maduro de soutenir l’aventurisme des nationalistes catalans sans connaitre réellement le fond de leurs intentions, encore plus stupide de faire cause commune avec les fascistes verts de l’islam politique par exemple en faisant cause commune avec le régime iranien ou encore toujours dans le meme ordre d’idée avec le régime néo-stalinien de Corée du nord. la dessus je n’étais d’ailleurs pas d’accord avec Hugo Chavez ! 

      • Lugsama Lugsama 2 février 17:48

        @doume

        « Micolas Maduro est légitimement le président du Vénézuela et je souhaite qu’il soit réélu pour poursuivre l’oeuvre de son prédécesseur »


        La fin de la démocratie, la corruption, la criminalité ou la misère et la faim ? Quel parti de son oeuvre admiré vous ??

      • doume 31 janvier 13:16

        Dernière minute :

        Les manifestants qui campaient hier soir dans le parc de citadella ont décidé de stopper le mouvement à pret de minuit à la suite d’un vote serré 61 pour le retrait 59 contre !
        on pourra remarquer au passage qu’il s’agit d’une centaine de personnes ! Rien à voir avec un rassemblement massif !

        Roger torrent a suspendu la séance d’investiture mais ne l’a ni annulée, ni reportée et maintient la seule candidature de Carles Puigdemont. La situation n’a pas dégénéré cette nuit comme on pouvait le craindre mais reste fragile.

        Face à l’entêtement des nationalistes l’immobilisme du gouvernement central qui parie sur le pourrissement et la lassitude comme seule solution, le danger est toujours là, aussi bien pour la survie de la nation espagnole que pour l’existence de l’Europe que nous sommes laborieusement en train de construire, il est grand temps qu’aussi bien du coté du pouvoir de Madrid que des acteurs nationalistes catalans il y ait de nouvelles forces qui arrêtent rapidement ce blocage !

        • exocet exocet 31 janvier 15:59

          Doume / Tableau de bord

          • Premier article le 17/01/2018

          Avec seulement deux artyicles et des commentaires entièrement orientés contre les Catalans.

          Doume, c’est un prénom espagnol, ou bien c’est une barbouze madrilène qui fait sa désinformation en se faisant passer pour un Corse ?


          • doume 31 janvier 16:34

            @exocet
            Vous n’y êtes pas ! 

            Je ne suis ni corse, ni espagnol mais parisien d’origine et pas plus fier que cela de l’être (il faut bien naître quelque part) 
            je me considère comme 
            Citoyen du monde, 
            Socialiste pour le partage des richesses et anti-capitaliste 
            Internationaliste.
            Les notions de patrie, de nation, de terroir ne m’intéressent pas, j’exècre le nationalisme qu’il soit de droite ou d’extrême droite dans les états nation ou régionaliste dans les territoires. Par contre, j’apprécie, les cultures, le folklore et les langues régionales dès l’instant qu’elles ne sont pas utilisées pour le replis sur soi, la haine ou le mépris des autres ! Naturellement je suis aussi un pragmatique et je reconnais les organisations des états ou fédérations d’états comme un moyen pour le citoyen de se protéger et de prospérer, c’est pourquoi je défend l’existence de l’état espagnol et la construction de l’Europe qui sont intimement liés, la dislocation des états qui la compose mettrait fin au projet européen.
            Oui mes articles sont orientés, j’ai des convictions et je les affiche sans complexe et sans détour, je suis « comprometido » comme disent les espagnols, c’est la devise du journal catalan El periodico !

            Il faudra vous y habituer ! Par contre vous verrez aussi que j’accepte la contradiction,

            « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »1031

            VOLTAIRE (1694-1778), citation apocryphe 


            Je dirai même plus, je prend plaisir à polémiquer, alors loin de moi d’empêcher mes interlocuteurs de me contredire !

            Je réside à Toulouse depuis bientôt quarante ans, j’aime la Catalogne et j’y vais souvent !

            Voilà pour compléter le tableau de bord et en savoir un peu plus sur moi !

          • Mmarvinbear Mmarvinbear 1er février 00:30

            @doume


            Socialiste pour le partage des richesses et anti-capitaliste Internationaliste.

            Heu oui mais sans le capitalisme il n’y a pas de richesse...

          • Ken_le_sous-vivant Ken_le_sous-vivant 2 février 07:38

            @doume

            Citoyen du monde ne veut rien dire.

            Avez-vous seulement franchi les frontières françaises une seule fois ?

            Vous vous apercevrez vite que vous ne partagez ni la langue, ni la culture, ni les coutumes des locaux. Donc vous serez un étranger et traité comme tel ! Pas un citoyen du monde.

            Que l’on devienne tous citoyen du monde est le rêve de l’oligarchie vénale et apatride : anglais, burger king et films hollywoodiens pour tout le monde. Quel pied !

            Si pour vous être citoyen du monde, c’est prendre l’avion pour squatter les piscines des hôtels et faire le boutiques aux enseignes occidentales, then yes you’ll be a citizen of the globalized world village, lucky you !


          • baldis30 31 janvier 19:59

            bonsoir,

            une bonne guerre civile en Catalogne aurait véritablement de l’intérêt pour mettre en œuvre les nouvelles techniques de maîtrise des villes, et des populations. certains en rêvent tout en rêvant d’étendre ensuite l’expérience en d’autres nations ...

            le crétinisme politicien des indépendantistes est manifeste : des m’as-t-vu prétentieux et incompétents seulement préoccupés de leur ego !

            Ainsi que le dit une loi de Murphy :

            « la leçon des leçons de l’Histoire c’est qu’on ne retient pas les leçons de l’Histoire »

            pas plus en Catalogne que chez VW, Mercédès, BMW et autres dans l’utilisation des gaz ...

            Est-ce l’époque qui veut cela ?


            • doume 31 janvier 20:27

              On pourrait donner un titre à ce commentaire : L’indépendantisme catalan et le féminisme


              Hier soir, alors que la bronca devant le parlement organisé par les partisans du fugitif de Bruxelles battait son plein la jeune lider du parti Ciudadanos en Catalogne avait décidé de sortir du parlement par la porte centrale malgré les manifestants qui y étaient massés. Malgré son courage Inès Arrimadas a du essuyer les menaces et les injures des indépendantistes qui montraient leur vrai visage anti-démocratique et autoritaire, elle a du être protégée par les mossos pour pouvoir rejoindre sa voiture, honte aux excités qui ont tenté la nuit dernière un véritable coup d’état.
              ce n’est pas la première fois que la lider de la formation orange est victimes d’injures sexistes, que ce soit sur twitter ou ailleurs ! On peut alors vraiment s’interroger sur la fibre féministe de ce mouvement !
              Une fois de plus on ne peut s’empêcher que de faire une comparaison avec l’autre combat catalan celui de 1936 ! quelle différence avec la république espagnole qui avait donné le droit de vote aux femmes pour la première fois en Europe ! quel combat admirable de ces femmes anarchistes qui avaient pris les armes pour la première fois de leur vie en Catalogne et ailleurs pour défendre la république ! Cette région avait été l’ultime refuge des républicains qui fuyant la répression franquiste avaiient franchi en masse la frontière française !
              il est vrai que leur combat n’a pas été vain, le « virus » du féminisme a gagné tous les secteurs de la société espagnole au 21 eme siècle, après les femmes aux postes de responsabilité dans les différentes législatures socialistes, le débarquement des femmes s’est effectuée aussi dans les partis les plus conservateurs, Soraya Saenz de Santa Maria vice-présidente du gouvernement et chargée de la catalogne après le 155 qu’on peut ne pas apprécier a ailleurs et la catalane Montserrat en sont de brillants exemple !
              La fureur de voir leur monopole contesté en Catalogne par cette femme Inès Arrimadas explique sans doute cette réaction assez désagréable des partisans de Puigdemont, c’est d’autant plus condamnable et explique sans doute l’étonnant succès de la lider catalane de Ciudadanos !
              En tout cas les révélations aujourd’hui dont toute la presse de la péninsule fait ses choux gras sur la communication téléphonique de Puigdemont hier soir, prouve bien qu’il s’agit d’une tentative de coup d’état organisée par l’ex président lui meme, son découragement suite à l’échec certain de cette tentative désespérée le prouve amplement, le « héros » de l’indépendantisme catalan sombre dans le ridicule !

              • McGurk McGurk 31 janvier 21:10

                * « Il est resté dans la légalité en choisissant la troisième solution. »

                Resté dans la légalité, c’est une plaisanterie ?

                Le plus grand gangster de la démocratie de ces dernières années qui prend à la fois en otage sa région et son pays natal - qu’il hait sans borne -, déclare l’indépendance d’une région qui n’est qu’une des nombreuses identités de l’Espagne et qui fuit comme un lâche la justice car c’est un ennemi des Espagnols et de l’Etat ?

                Un hors-la-loi qui va se réfugier à Bruxelles chez ses frères, tout aussi bandits que lui, et défiant à la fois un mandat d’arrêt national et européen à son encontre et coule des jours heureux sans craindre la justice ?

                Un gars qui n’a pas les couilles d’assumer ses actes et passer par la case prison comme il l’aurait mérité et qui veut, via ordinateur, administrer une région entière ?

                ...c’est quoi pour vous la légalité ?

                * « Catalogne : tentative de coup d’Etat en cours ! »

                Les reproches du tribunal sont parfaitement clairs et lucides. On a pas le droit de balancer du l’huile sur le feu et de se barrer quand tout tourne mal sans assumer ses conneries.

                Un élu se doit d’être sur place et de faire son devoir. Mais dans son cas, étant donné son passif, il ne devrait pas être autorisé à exercer vu la gravité de ses crimes. C’est hallucinant de l’y avoir tout de même autorisé.

                Il a bien d’autres cerbères pour reprendre le flambeau de son entreprise de destruction massive. Pourtant, il a choisi la pire des solutions en bravant, comme à son habitude, l’Etat et son pays. Incompréhensible.

                * "Une nuit d’incertitude s’annonce, le mouvement catalan prend en tout cas un tournant beaucoup moins débonnaire, la division incontestable des indépendantistes provoque la radicalisation à l’extrème des plus virilents !"

                C’est peut-être une bonne chose pour les discréditer une bonne fois pour toutes et que le pays retrouve sa stabilité.


                • doume 31 janvier 21:29

                  @McGurk
                  Je n’ai effectivement jamais compris pourquoi des gens condamnés (en prison) ou recherchés par la justice (les fuyards de Bruxelles) avaient eu le droit de se présenter aux élections. Carles Puigdemont a été élu député le 21 décembre et ce n’est pas sa candidature à la présidence sur la quelle le tribunal constitutionnel espagnol s’est prononcé mais le fait qu’il devait être présent lors de son investiture, et que le président de la Catalogne réside chez lui et non à l’étranger, c’est effectivement la moindre des choses.

                  Cela dénote des discordances dans l’appareil politico-judiciaire espagnol, une telle situation serait impossible ici en France !
                  Cela prouve que contrairement à ceux qui crie à la dictature, l’Espagne est bien une démocratie, une démocratie ou d’ailleurs le système autonomique n’existe nulle part ailleurs !
                  Pourvu que cela dure, l’attitude irresponsable des indépendantistes pourraient amener une guerre civile qui se solderait par le retour des vieux démons en réaction à des autorités qui se seraient montrées incapables de maintenir l’ordre !
                  Pour ma part je soutiens le gouvernement actuellement au pouvoir à Madrid pour résoudre cette crise sans violence et rétablir le vivre ensemble dans cette région déchirée par les aventuriers qui comme vous dites n’ont même pas le courage d’assumer leurs actes ! « cobard » est le mot espagnol exact pour les qualifier !

                • doume 31 janvier 21:41

                  Quand je dis que Roger Torrent est resté dans la légalité, ce n’est pas pour lui envoyer des fleurs, il appartient à l’erc, un parti qui a toujours refusé le « compromis » constitutionnel de 1978, contrairement d’ailleurs à ceux qui ont fondé l’ancêtre du parti de Mr Puigdemont !

                  Mais il semble que depuis quelques temps, l’erc se modère un peu contrairement d’ailleurs à l’autre parti qui se radicalise. Hélas la loi électorale en vigueur partout en Espagne a permis aux indépendantistes de trouver une majorité en siège au parlement en s’alliant avec un parti d’ultra-gauche avec le quel ils ne partagent rien à part la volonté de mettre la pagaille. Ce sont eux qui ont fait ce cirque hier soir, bien aidés il est vrai par les partisans du manipulateur de Bruxelles ! 

                • McGurk McGurk 31 janvier 21:56

                  * "Cela prouve que contrairement à ceux qui crie à la dictature, l’Espagne est bien une démocratie, une démocratie ou d’ailleurs le système autonomique n’existe nulle part ailleurs !« 

                  Oui j’admire pas mal leur sang froid, surtout avant qu’il ne fuie à l’étranger, à suivre les procédures jusqu’au bout et imperturbablement. En France, on aurait sans doute envoyé les CRS puis l’armée.

                  Ceux qui crient à la dictature sont souvent ceux qui soutiennent les pouvoirs non démocratiques ou même l’anarchie au nom d’idéaux purement fictifs (qu’on nous a balancé dans la presse pendant des mois). Mais trop confondent volontairement un peu tout et font surtout un mélange entre peuple/Etat, démocratie/dictature, liberté d’expression/d’action, identité culturelle régionale/nationale.

                  Malheureusement pour eux, cela démontre finalement que le pouvoir européen de Bruxelles n’est pas démocratique, car il ne respecte pas la volonté de l’Espagne, et qu’en plus il protège un criminel de haut rang »au nom de la Justice« . Finalement, c’est un gros boulet pour le parti indépendantiste et il y a probablement plus charismatique que ce type à la coupe de playmobil.

                  * »Pourvu que cela dure, l’attitude irresponsable des indépendantistes pourraient amener une guerre civile« 

                  C’est justement ce que les indépendantistes ont prévu, continuer leur entreprise de démolition du pays. Le président du parlement régional a tout de même osé confirmer la candidature d’un criminel...à distance, c’est dire si les complicités remontent quand même très loin.

                  L’argument de la Cour d’avoir utilisé l’argent public à des fins de propagande est tout à fait exact. Celui qui a permis ce lavage de cerveau à coup de meetings, affiches et diffusion d’informations délétères. Ce n’est, en définitive, pas loin des méthodes fascistes de la dernière guerre.

                  Une véritable guerre leur permettrait non seulement d’avoir un véritable argument pour leur projet désastreux mais de devenir une sorte de nouveau »Kosovo" (même si la situation est ici parfaitement différente). En bref, leur donner du crédit pour créer le paradis des riches.


                  • doume 1er février 13:59

                    @McGurk
                    Oui Carles Puigdemont a pris pour exemple le cas yougoslave pour imaginer ce que pourrait être l’accès à l’indépendance pour la Catalogne. Il s’est particulièrement intéressé au processus à l’époque, liant même des contacts notamment avec les slovènes qui perdurent encore.


                    Mais il a commis une erreur fatale, l’Espagne n’est pas la Yougoslavie. A l’époque ce pays était déjà une fédération de républiques reconnaissant le droit à l’autodétermination qui sortait tout juste du communisme et sur le quel l’influence russe était encore importante.Effectivement au début l’Europe s’est montrée réticente à l’indépendance slovène, mais le volontarisme d’une Allemagne qui était confrontée pour son unité à combattre l’influence russe et la sympathie historique pour les populations germanophones des Balkans a eu vite fait de vaincre les quelques réticences de la France et de l’Angleterre !

                    Il en est tout autrement pour l’Espagne, d’abord la sympathie historique allemande penche du coté de Madrid, en suite de puis 1978 l’Espagne de monarchie parlementaire est bien intégrée dans le concert démocratique, y compris à l’intérieur la gauche socialiste et communiste qui se trouvait plutôt encline à une alliance avec les nationalistes catalans face aux menées putschistes de l’extrême droite dans le reste de l’Espagne, n’y trouve plus le même intérêt parce que la démocratie parlementaire a permis qu’elle y trouve sa place dans un jeu avec une droite démocratique et parlementaire. Même à la gauche du psoe, le podemos n’a jamais ouvertement épousé la cause des nationalistes catalans, on se souvient des réticences d’Ada Colau à ouvrir des bureaux de vote à Barcelone pour le référendum du 1 er octobre ! Bref Carles Puigdemont croyait que l’Europe finirait par appuyer son entreprise comme elle l’a fait pour l’ex Yougoslavie, il s’est heurté à un refus unanime, mis à part le cas des pieds nickelés belges et de leur propre scissionnisme flamand. Carles Puigdemont ne pouvait compter sur aucun soutien en Espagne, parce que aucune région ne s’était soulevée pour faire la même chose et le gouvernement central espagnol disposait d’une autorité incontestée, à quelques nuances prêt aucun parti politique espagnol y compris les régionalistes des autres provinces ne sont volées à son secours ! 

                    Son seul atout est la majorité au parlement qui lui permets de bloquer les institutions catalanes, là encore c’est bien fragile car il repose sur une loi électorale anti-démocratique qui permet d’avantager des régions rurales arriérées par rapport aux villes.
                     
                    Isolé à l’extérieur, isolé à l’intérieur de l’Espagne et ne disposant même pas de l’unanimité à l’intérieur de la Catalogne elle-même, le processus d’indépendance imaginé par Puigdemont est donc voué à l’échec.
                    Là encore si le gouvernement central ne commet pas d’erreurs notamment pour le maintien de l’ordre, le temps joue contre les indépendantistes qui finiront par être obligés d’accepter une solution comme celle du pays basque !
                    Les dissensions feutrées entre les deux partis du bloc indépendantiste en Catalogne ne font d’ailleurs que renforcer cette hypothèse malgré la petite CUP qui joue les boute feu et qui est le véritable piège dans le quel Madrid ne doit pas tomber dans la gestion de l’ordre !

                  • doume 1er février 14:13

                    Des nouvelles sur la gestion juridique de la crise.

                    Voici un lien vers des explications du ministre espagnol de la justice publié dans le journal catalan La Vangauardia.


                    On y voit quelques indications qui expliquent que des personnes poursuivies aient pu se présenter aux élections et être élues. En fait c’est parce que les procédures judiciaires ne sont pas parvenues à leur terme, si elles sont condamnées ces personnes ne pourront effectivement exercer aucun mandat public, ce qui est logique.

                    On peut toute fois remarquer dans ce cas, qu’il aurait fallu soit juger en urgence, soit attendre que les procédures judiciaires aient été effectuées pour faire des élections.C’est un problème de cohérence sur le quel devront se pencher ceux qui vont être chargés de mettre à jour les procédures constitutionnelles.

                    • Lugsama Lugsama 2 février 17:58

                      De toutes façon des aveux involontaires de Puiguedemont lui même « il est claire que cette histoire s’est terminé », que le plan du gouvernement « à triomphé », et « le ridicule historique ».


                      Il ne reste plus que des gesticulations médiatiques irresponsable pour éxciter les foules, les dirigeants eux ont bien saisie le ridicule de leur position.

                      • jaja jaja 2 février 18:32

                        Notez que la fameuse « démocratie espagnole » détient, outre le vice-président du Parlement catalan, les leaders des deux principales associations indépendantistes ( ANC et Omnium cultural) et a mis en examen des centaines de personnes, des Maires et des responsables politiques...

                        Le « refus » de Puigdemont de se livrer à une justice étrangère se comprend dans ces conditions... Par ailleurs malgré tout ce qui est dit notez que les indépendantistes ont la majorité absolue en sièges et qu’ils sont majoritaires en voix sur le bloc néo franquiste d’Arrimadas(et ses ralliés du PSOE) qui lui est opposé....

                        Mais bon les « démocrates » d’Agoravox, soutiens de la monarchie espagnole contre la République catalane, n’ont rien à faire d’un résultat d’une élection si elle n’est pas en faveur de leurs amis politiques...


                        • jaja jaja 2 février 19:04

                          Et c’est au nom de l’Europe que l’auteur défend la répression des forces politiques de la monarchie issue du franquisme contre les républicains catalans :
                          « C’est non seulement la nation espagnole qui est menacée mais l’existence même de l’Europe que nous essayons de construire depuis 1950 qui est remise en question ! » nous dit-il...

                          La défense de l’État-nation impérialiste espagnol est déjà curieuse pour quelqu’un se disant de gauche : « la dislocation des états qui la compose mettrait fin au projet européen » affirme l’auteur, alors que ce sont bien par la police de ces États que se fait la répression des classes populaires et par leur armée que perdurent la domination néo-coloniale des peuples soumis à leur pillage économique...
                          Quand à l’Europe et ses institutions capitalistes sa défense est incongrue... Une autre Europe socialiste passera par la destruction de l’UE actuelle...

                          Et de se moquer grassement de Puigdemont, comme le fait l’auteur, qui est effectivement face à un mur ne fait pas avancer les choses... La leçon que pourrait en tirer la gauche catalane c’est, comme le répètent depuis des décennies tous les penseurs révolutionnaires depuis Marx et Bakounine c’est que jamais la société ne peut changer fondamentalement par les urnes et une légalité tronquée...

                          En Catalogne c’est maintenant à la rue de parler !


                          • doume 2 février 21:59

                            @jaja
                            Que faisaient vos avis mardi soir dans le parc de la ciutadella ?

                            Dans le plus pur style anti-démocratique, ils avaient l’intention de tenter un coup de force, envahir le parlement pour obliger son président à faire voter une investiture illégale d’une personne réfugiée à l’étranger et poursuivie par la justice de son pays !
                            Voilà votre conception de la démocratie, envahir les assemblées et y faire pression par la menace, voir la menace physique !
                            Excusez du peu, ils avaient tous sur le visage, un masque à l’effigie de ce repris de justice, bourgeois bien de droite qui a des amitiés « particulières » en Belgique, je n’insisterai pas tout le monde connait la nature du parti nationaliste flamand, xénophobe et anti-immigrés. Ils ont proféré des injures sexistes à destination d’Inès Arrimadas ! Cela n’est pas la première fois d’ailleurs. 
                            Cela en dit long sur leur conception du féminisme !
                            Ne parlons même pas du culte de la personnalité donc et quelle personnalité !
                            Ils ont bonne mine vos amis !
                            Je vous l’ai déjà dit ce n’est pas en une république sociale et populaire que le fugitif de Bruxelles veut transformer la Catalogne, mais en un paradis fiscal !
                            Vous dites qu’il n’a pas à répondre devant une justice étrangère !
                            La catalogne est une région d’Espagne depuis le moyen-age ! Elle faisait partie de la couronne catalo-aragonaise puis du royaume d’Espagne après la fusion par mariage avec la Castille !
                            Ce n’est pas parce que au début du 20 eme siècle des illuminés ont essayé de refaire l’histoire en inventant une colonisation espagnole qui n’a jamais existé que c’est la vérité historique. La catalogne n’a jamais été une colonie espagnole et fait partie de celle-ci depuis plusieurs siècles.
                            Alors oui j’espère que tous ces zigotos seront jugés et punis comme ils le méritent, pour avoir en période de crise utilisé l’argent public pour bourrer le crane de certains citoyens, pour s’être servi de la generalitat pour exercer une véritable dictature et imposer la haine de l’Espagne, pour avoir monté les catalans les uns contre les autres !
                            Ne parlons pas des menaces exercées sur les maires qui refusaient d’organiser le fameux référendum !

                            Conclusion la démocratie n’est pas l’anarchie et ce n’est pas à deux millions d’individus arriérés aux quels on a bourré le crane à décider pour 40 millions d’espagnols dont 7 millions de catalans !
                            Le rôle du suffrage universel c’est d’élire, pas de rendre la justice et de décider qui est coupable et qu’il ne l’est pas ! La démocratie s’exerce dans les règles si on s’en affranchit, c’est un grand n’importe quoi, depuis que la république existe, ici en France ou ailleurs les dictateurs ont toujours fait confirmé leur coup contre la démocratie par des votes populaires, Bonaparte, Napoléon 3 et dernièrement un certain Adolf Hitler ! 

                            Ce qui me fait rire d’ailleurs c’est que les mêmes qui disent ne plus reconnaître les autorités espagnoles continuent à siéger au congrès des députés à Madrid, portent plainte devant les tribunaux espagnols et dénoncent le supposé viol du droit autonomique par le gouvernement central

                            La vérité c’est comme d’habitude, vous vous alliez avec n’importe qui, peu importe les moyens c’est la fin qui compte !
                            La fuite en avant devant ce qui apparaît comme une farce de plus en plus ridicule ne vous mènera nulle part !

                            Suite au prochain épisode qui ne manquera pas de les enfoncer un peu plus loin !

                             

                          • jaja jaja 2 février 23:02

                            @doume

                            Parler de « pur style anti-démocratique » à propos d’un peuple qui a gagné les élections contre vos amis néo-franquistes est un peu fort de café !
                            Sont emprisonnés des gens qui n’ont jamais pratiqué la violence mais qui l’ont subi, y compris dans les fourgons de la police...

                            Je vous fais remarquer au passage que sur la question des immigrés c’est en Catalogne qu’a eu lieu la plus grande manifestation de soutien à l’accueil des réfugiés (160 000 manifestants, source policière)... et que les femmes sont nombreuses dans le mouvement indépendantiste (Carme Forcadell, ancienne Présidente du Parlement renversé par par le coup d’État espagnol, Marta Rovira, Anna Gabriel, Maria Sirvent... et que la CUP est  une organisation politique « assembléïste »  municipaliste, anticapitaliste, indépendantiste, écologiste et féministe !

                            Tenter de faire passer les Catalans pour des racistes et sexistes est un mensonge éhonté de votre part ! Les Catalans n’ont plus que la rue pour faire valoir leurs droits ! Ils ont bien raison de manifester et ils sont d’ailleurs réprimés par vos amis de la Guardia Civil et du Parti Populaire issu du fascisme... comme ici mardi soir :
                            https://www.facebook.com/Spainonymous/videos/1621640747917958/

                            Vous soutenez, vous, une monarchie répressive qui agit en dépit du Droit international garantissant le droit à l’autodétermination des peuples comme le rappelle le juriste Alfred de Zayas, expert auprès de l’ONU, dont j’ai déjà publiè certaines déclarations défendant le droit du peuple catalan à s’auto-déterminer librement sans ingérence espagnole..

                            Votre « vérité » historique n’est que mensonge et la lutte catalane remonte bien plus loin que le début du XXème siècle comme vous le dites .Même un journal comme Sud-Ouest peut vous apprendre ce que fut l’histoire de la Catalogne et son long conflit avec l’Espagne... histoire qui vous échappe complètement :

                            « Ecrasés par les impôts imposés par Madrid pour financer la guerre franco-espagnole déclenchée en 1635, des centaines de paysans catalans se révoltent. Rassemblés à Barcelone, ils tuent le vice-roi qui représente le pouvoir central espagnol. La légendaire « guerre des Faucheurs » (« guerra dels Segadors ») qui a nourri le nationalisme catalan, constitue encore le thème de l’actuel hymne catalan. »
                            http://www.sudouest.fr/2017/10/01/referendum-en-catalogne-la-longue-histoire-d-un-vieux-reve-d-independance-3818929-6109.php

                            Et vous osez dire que je m’allie avec n’importe qui alors que vous déclarez sans honte que vous espérez que « ces zigotos (les dirigeants indépendantistes) seront jugés et punis comme ils le méritent » par les néo-franquistes de Rajoy le corrompu au service de la monarchie tout aussi corrompue....

                            Avec une gauche comme la vôtre il n’y a plus besoin d’extrême droite pour faire le sale boulot ! Vous deviez vénérer Francisco Franco qui fit fusiller le Président catalan Lluis Companys, franquistes qui se sont réunis récemment pour fêter l’anniversaire de sa mort et en profiter pour provoquer les indépendantistes et que l’on voit jusque dans les cortèges d’Arrimadas et du PP !

                            Visca Catalunya lliure !


                          • jaja jaja 2 février 23:14

                            « De la volonté de mutiler politiquement la Catalogne

                            Quelqu’un peut-il considérer que la Catalogne et sa relation avec l’Etat peut être normale quand les dirigeants nationalistes sont en prison et, en conséquence, avec le nationalisme plus qu’affaibli, presque stérilisé, pour faire de la politique ? La Catalogne va être une société mutilée où la compétition politique va se retrouver viciée de manière inexorable. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire de l’Espagne que l’on essaye la mutilation politique de la Catalogne. Les résultats ont toujours été terribles. Pourquoi en irait-il différemment aujourd’hui ? »

                            (Javier Pérez Royo, juriste)


                          • doume 2 février 23:31

                            @jaja Comme toutes les communautes autonomes d’espagne la catalogne continuera a faire de la politique dans le cadre legal et constitutionnel. Les nationalistes pourront revenir dans le jeu democratique quand ils respecteront les lois ! Cela ne saurait tarder pour l’erc, contrairement a ses predecesseurs Roger Torrent a choisi cela plutot que la prison et les tribunaux d’ou la fureur des putschistes ! La Catalogne n’appartient pas a quelques illumines, elle appartient a tous les espagnols ! Cette opinion est en plus partagee par plus de la moitie des catalans. Ce parlement est anti-democratique car il ne represente pas la realite des citoyens !


                          • doume 3 février 14:06

                            @jaja
                            Finalement vous vous prétendez, internationaliste, prolétarien et anti-capitaliste, en fait vous n’êtes qu’un nationaliste régional !

                            Vous n’êtes pas compagnon de route des nationalistes catalans comme disait Léon Trostky à une époque ou il s’agissait de combattre une rébellion militaire proche des nazis allemands, vous appartenez à la mouvance de l’indépendantisme catalan !. Tous vos discours, toutes vos références le prouvent, bien que vous essayiez de le cacher et de vous justifier en insistant sur le caractère prétendument néo-franquiste du pouvoir démocratique élu à Madrid ! Vous niez toute légitimité à une loi fondamentale constitutionnelle approuvée en 1978 par 80 pour cent des espagnols et 96 pour cent des catalans et vous soutenez ceux qui la foulent au pied, en s’appuyant sur un parlement qui ne représente pas la réalité des idées des citoyens de Catalogne. Ne vous en déplaise il n’y a pas que des nationalistes en Catalogne qui haïssent l’Espagne et veulent s’en séparer, vous refusez à ceux là qu’ils aient le droit de s’exprimer.
                            Finalement vous préférez les errements du séparatisme petit bourgeois qui monte les prolétaires les uns contre les autres à l’internationalisme qui défend l’intérêt des prolétaires de tous les pays qui n’a pas de patrie !
                            Je connaissais le npa comme un mouvement politique, peu respectueux du suffrage universel qu’il a toujours considéré comme bourgeois, je savais sa tendance à se moquer d’être groupusculaire et à négliger le rassemblement qui seul peut permettre la victoire, je découvre en vous lisant que ce parti est contaminé par le nationalisme réactionnaire régional.
                            Finalement il s’agit d’un déviationnisme de plus, corrompu par les idées conservatrices. Cela existe depuis longtemps, déjà à l’époque de la révolution française, les girondins et royalistes de tout poil qui voulaient arrêter la révolution s’appuyaient sur ces particularismes régionaux anti-républicains.
                            Vous auriez vécu au 18 eme siècle, vous auriez comploté avec les chouans contre la république.
                            Ce n’est pas pour rien que notre grande révolution française avait imposé une nouvelle organisation territoriale centralisée avec 80 départements , pour qu’à Paris, à Marseille à Lyon comme Bordeaux ou a Toulouse, on ait les mêmes droits, les mêmes devoirs, les mêmes lois et qu’on parle la même langue celle de la république : Le Français !
                            Notre constitution stipule dans un de ses articles qu’elle est une et indivisible et c’est tant mieux !
                            Cela me déçoit, vraiment je tombe de haut ! Décidément je préfère le Podemos d’Ada Colau et de Pablo Iglesias, le même Pablo Iglesias qui a déclaré qu’il espérait qu’on allait bientôt en finir avec les batailles de drapeaux !

                            Sache une chose, si le peuple espagnol le voulait et désirait rétablir la république, je serai mille fois à ces cotés, pour la remise en cause de l’unité de l’Espagne, il ne faut pas compter sur moi !

                          • jaja jaja 2 février 23:30

                            Alfred de Zayas, Professeur de droit international à la Geneva School of Diplomacy et expert indépendant des Nations unies pour la promotion d’un ordre international démocratique et équitable :

                            « Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est une expression de démocratie. Et l’autodétermination, du ius cogens, va bien au-delà de la décolonisation. Il me paraît incompréhensible aujourd’hui qu’un Etat comme l’Espagne, qui se reconnaît dans les valeurs européennes, puisse refuser aux Catalans de s’exprimer et mettre des dirigeants indépendantistes en prison sous prétexte qu’ils seraient des criminels alors qu’ils manifestent pacifiquement. En droit international, c’est un anachronisme total. »

                            https://www.letemps.ch/monde/2017/09/27/alfred-zayas-necessaire-laisser-catalans-sexprimer


                            • doume 3 février 20:01

                              https://www.youtube.com/watch?v=eq2AvrZl7Sc


                              Le 25 Mars 2014, l’Espagne était en deuil, elle enterrait le premier président de la démocratie espagnole Adolfo Suarez : l’homme qui lors de la tentative de coup d’état du 23 fevrier 1981 était seul resté debout en compagnie du secrétaire général du parti communiste Santiago Carillo qui lui aussi avait refusé de se coucher comme l’avait ordonné le chef des putschistes.

                               Le 25 Mars 2014 l’Espagne toute entière a offert à cet homme des funérailles nationales dignes d’un roi ! Elle avait voulu montrer ainsi à quel point elle tenait à cette construction qui avait mis fin à 40 ans de dictature ! 

                              Alors que tous ceux qui en ce moment insultent cette démocratie en l’accusant des pire des maux se rappellent bien ces heures tragiques et se souviennent qu’il fut un temps ou des repris de justice ne pouvaient se présenter aux élections !

                              Le jour du coup d’état, peu avant 22h00, le président en exercice de la generalité de Catalogne Jordi Pujol avait fait diffuser dans toute l’Espagne sur Radio National et Radio Exterior une allocution ou il appelait au calme !

                              Quelle différence avec Puigdemont et sa clique !

                              LONGUE VIE A LA DEMOCRATIE ESPAGNOLE !

                              • jaja jaja 3 février 22:54

                                @doume

                                Adolfo Suarez cet infâme manoeuvrier au service de la monarchie post-franquiste et qui n’a rien à voir avec les lauriers que vous lui tressez ci-dessus :

                                « Voilà comment Adolfo Suárez (président du gouvernement pendant la Transition démocratique des années 70) avoua involontairement, devant caméras, pourquoi il n’y eut pas de référendum sur « Monarchie ou République » : "Nous faisions des sondages et nous perdions (en cas de référendum) ».

                                1995 : voilà la la bévue que commit, devant caméras, l’artisan majeur de la Transition que fut le premier président de gouvernement démocratique, Adolfo Suárez (par ailleurs, transition, transition, le dernier ministre président du Movimiento franquiste) : tout sourire, il avoua, en croyant avoir coupé son micro, à son interlocutrice la célèbre journaliste Victoria Prego, qui l’interrogeait sur la légitimité de la monarchie, qu’il s’était décidé à ne pas soumettre à référendum le choix entre monarchie et république car il savait, par des sondages réalisés en secret, que la république l’aurait emporté. D’où l’astuce d’inclure (sic) le roi, subrepticement, dans la loi de réforme politique que consacra le vote constitutionnel.

                                Tout un résumé de ce que fut la démarche, pipée, par laquelle advinrent la démocratie et la Constitution auxquelles on demande aujourd’hui aux Catalans, recourant à l’autrement démocratique consultation d’autodétermination, de bien vouloir se soumettre… »

                                https://blogs.mediapart.fr/antoine-montpellier/blog/300118/document-la-monarchie-espagnole-incluse-en-fraude-dans-le-vote-de-la-constitution


                              • jaja jaja 3 février 23:06

                                @doume toujours...

                                « Finalement vous vous prétendez, internationaliste, prolétarien et anti-capitaliste, en fait vous n’êtes qu’un nationaliste régional ! Vous n’êtes pas compagnon de route des nationalistes catalans comme disait Léon Trostky à une époque ou il s’agissait de combattre une rébellion militaire proche des nazis allemands, vous appartenez à la mouvance de l’indépendantisme catalan !. Tous vos discours, toutes vos références le prouvent, bien que vous essayiez de le cacher et de vous justifier en insistant sur le caractère prétendument néo-franquiste du pouvoir démocratique élu à Madrid !  »

                                Cette manie d’imaginer que votre contradicteur vous cache des choses...Sachez que je suis un fervent supporter de la CUP indépendantiste, anticapitaliste et anti-impérialiste... Curieux que vous ne vous en soyez pas rendu compte avant ! Je ne cache donc rien, je soutiens l’indépendance de la Catalogne et condamne l’État-nation impérialiste espagnol qui, comme tous les États impérialistes, est l’ennemi historique des travailleurs, celui qui les réprime avec son armée, sa police et sa justice et les maintient sous le joug du système capitaliste....


                              • jaja jaja 3 février 23:18

                                @Doume

                                Quant à Trotsky il écrivait dès 1931 toute sa sympathie pour le « caractère progressiste, révolutionnaire-démocratique de la lutte nationale catalane contre la suzeraineté espagnole, l’impérialisme bourgeois et le centralisme bureaucratique. » et ne se contentait donc pas d’être un compagnon de route de l’indépendantisme catalan comme vous le dites faussement...

                                Vous n’avez visiblement pas compris ou ne connaissez rien de ses positions politiques sur la Catalogne....

                                La situation est certes différente et à actualiser aujourd’hui mais l’étape historique pour ce peuple reste la même même si ça vous choque comme tous les défenseurs des États-Nations impérialistes....

                                https://www.marxists.org/francais/trotsky/oeuvres/1931/05/lt19310517.htm


                              • doume 3 février 23:32

                                @jaja


                                Mais arrêtez donc vos citations foireuses, les textes que vous allez chercher je ne sais ou.
                                Cela fait bientôt 40 ans que l’Espagne est en démocratie grâce à Juan Carlos, à Adolfo Suarez à Felipe Gonzalez et à Santiago Carillo ainsi qu’aux leaders de l’UGT et des commissions ouvrières et aussi les catalans Josep Taradellas et Jordi Pujol !
                                C’est eux qui ont décidé d’un compromis permettant le retour à la démocratie sans affrontements, il s’en est fallu de peu qu’ils échouent en 1981,
                                N’empêche vous pourrez toujours raconter ce que vous voulez, l’immense majorité des espagnols tient à ce compromis qui leur permet de vivre en liberté et en paix !
                                En Catalogne même, malgré une équipe de putschistes qui ont fait d’abord main basse sur le mouvement autonomiste en suite sur la generalitat et sur de nombreuses municipalités, le cirque du 1 er octobre, la perspective économique qui s’est dégradée à cause de l’inquiétude due à l’instabilité politique et au futur de la communauté autonome, ainsi qu’à la menace par rapport à sa persistance dans l’espace européen, a commencé à réveiller un sentiment de danger dans la population, enfin, vos amis aventuriers n’auront plus jamais les mains libres, je m’en réjouis !
                                Pour le reste, on vous connait, vous appartenez à un mouvement qui ne dépasse jamais 5 pour cent aux élections parce qu’il est sectaire, anti-démocratique, irréaliste et utopique, vous n’êtes capables que de faire le coup de poing dans des situations troubles mais cela ne dure jamais longtemps, donc pas grande importance, on discute histoire de discuter !

                              • jaja jaja 3 février 23:36

                                @Doume

                                Et ce qu’en disent les anarchistes catalans pour l’indépendance comme Jordi Martí Font, membre de la CGT (centrale anarcho-syndicaliste, branche catalane) interviewé ici par Jérémie Berthuin1.

                                « Détruire le franquisme passe par l’indépendance de la Catalogne

                                « Vu de l’extérieur cela peut paraître étrange que des libertaires, anti-étatistes comme nous, puissent être au coude à coude avec des personnes qui se mobilisent pour une Catalogne indépendante. Je vous invite à venir mettre un pied sur notre terre, et vous comprendrez assurément la profondeur de notre combat. Un combat marqué du sceau de l’auto-organisation, de rues qui vivent et crient leur désir de liberté »...

                                Et en passant ils expliquent pourquoi fut votée la Constitution de 78 et l’analysent en profondeur :

                                « Le franquisme newlook gouverne donc l’Espagne actuelle avec l’aval de l’ensemble des partis politiques. Car tous, y compris le Parti Communistes Espagnol (du temps où avec ses partenaires italiens et français il tentait une synthèse entre pratiques staliniennes et discours social-démocrate connue comme « Eurocommunisme ») firent allégeance à la royauté issue du franquisme. Le PSUC (Parti socialiste unifié de Catalogne, également communiste) en profita même pour mandater l’un de ses (brillants) intellectuels, Jordi Solé Tura, comme « constitutionnaliste » de 1978…

                                Aucun parti ne maintint donc frontalement l’opposition au fascisme, si ce n’est les mouvements sociaux. Pire, le PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol) se vautra dans le clientélisme face à l’aubaine inespérée de mettre ses cadres aux affaires.

                                Franco, quelques années avant de gagner son lit de mort qu’une justice naturelle l’obligea à garder quelques semaines afin de définitivement passer l’arme à droite, avait précisé à son peuple, le 30 décembre 1969 : Todo ha quedado atado y bien atado (Tout est resté lié, bien lié)14. Le « tout », c’est l’Espagne chrétienne qui avait livrée croisade face aux hérétiques rouges ; le « lien », c’est évidemment le franquisme. Donc, détruire le franquisme, c’est défaire le lien maintenant le tout, c’est donc, défaire l’Espagne. Bien sûr, on pourra m’accuser de syllogisme mais, les manifestations nationalistes de ces dernières semaines, ayant pour seul mot d’ordre l’incarcération du président destitué de la Generalitat, Carles Puigdemont15 ; les bras tendus (même si minoritaires) ; les Cara al sol16  ; les drapeaux rouge et or d’une monarchie coloniale génocidaire, tant du côté africain qu’américain ; l’interdiction de la couleur jaune ou de l’utilisation de termes tels que « gouvernement en exil » lors de la dernière campagne électorale… ne peuvent laisser indifférents et ne peuvent surtout pas laisser penser à quoi que ce soit d’autre qu’à un retour en force des franquistes.

                                http://www.grand-angle-libertaire.net/lindependance-catalane-en-debat/


                              • jaja jaja 3 février 23:42

                                @jDoume : « Mais arrêtez donc vos citations foireuses, les textes que vous allez chercher je ne sais ou. »

                                Il y a un lien à tous les textes que je place dans mes commentaires... Qu’ils ne vous plaisent pas est évident mais dire que vais les chercher « je ne sais où » est une preuve de votre mauvaise foi...

                                Je ne réponds pas à vos attaques idiotes sur le Npa qui n’est pas l’objet de votre article qui porte sur la Catalogne...

                                Et j’arrête là avec vous et vos amis politiques de la monarchie espagnole issue du franquisme !


                              • doume 4 février 09:02

                                @jaja
                                « Le franquisme newlook gouverne donc l’Espagne actuelle avec l’aval de l’ensemble des partis politiques. Car tous, y compris le Parti Communistes Espagnol (du temps où avec ses partenaires italiens et français il tentait une synthèse entre pratiques staliniennes et discours social-démocrate connue comme « Eurocommunisme ») firent allégeance à la royauté issue du franquisme. Le PSUC (Parti socialiste unifié de Catalogne, également communiste) en profita même pour mandater l’un de ses (brillants) intellectuels, Jordi Solé Tura, comme « constitutionnaliste otre aveu » de 1978…

                                Aucun parti ne maintint donc frontalement l’opposition au fascisme, si ce n’est les mouvements sociaux. Pire, le PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol) se vautra dans le clientélisme face à l’aubaine inespérée de mettre ses cadres aux affaires."

                                Voilà tout est dit !
                                Votre aveuglement anti-communiste petit bourgeois vous amène à vous allier avec la droite en Catalogne, alors que la logique serait de rassembler la gauche (CUP, ERC, PSUC, Podem etc ...)
                                Pas étonnant, ceci a été une constante du gauchisme jusqu’à l’effondrement de l’union soviétique en 1990, cela n’a pas entièrement disparu d’après ce que je peux voir !

                                Encore une fois si Trostky a écrit des choses s’approchant et encore, attention aux nuances que vous gommez volontairement, ce n’était pas l’époque, en effet il faut se rappeler que le mouvement communiste de l’époque était dominé par Staline ce qui n’est plus le cas depuis longtemps, mais cela comme le reste vous et vos amis le niez ! 

                                En suite avec vos citations vous ne perdez rien pour attendre, j’ai relu le passage de Trotsky que vous citez sur la guerre d’espagne et le nationalisme catalan.

                                Vous avez sorti des phrases de leur contexte pour étayer votre démonstration ! Je vais prendre le temps de copier intégralement ce texte, en soulignant en rouge les passages qui au contraire vont dans le sens de ce que j’ai dit, contrairement à vous, je serai honnêteté puisque je copierai l’intégralité du texte

                                A plus tard !

                              • jaja jaja 4 février 16:17

                                @doume : « Votre aveuglement anti-communiste petit bourgeois vous amène à vous allier avec la droite en Catalogne, alors que la logique serait de rassembler la gauche (CUP, ERC, PSUC, Podem etc ...) »

                                Rassembler ce qui peut l’être est juste... Notez que CUP et ERC sont déjà toutes deux dans le camp indépendantiste ainsi qu’une fraction de Podem (Anticapitalistas) qui penche vers l’indépendance et opposée à Pablo Iglésias....

                                Et je préfère effectivement une indépendance catalane, même sous direction bourgeoise, qui aura le mérite de casser l’unité de l’État-nation impérialiste espagnol, ennemi N°1 des prolétaires d’Espagne et des différentes nationalités de la péninsule ibérique. Ce qui n’empêche en rien la gauche révolutionnaire (CUP, CGT, CNT etc.de se battre pour faire prévaloir leur hégémonie sur la Bourgeoisie catalane...

                                Notez aussi que la grande bourgeoisie, les banques et les grandes entreprises de Catalogne ont déjà fait le même choix anti-indépendantiste que la Bourgeoisie espagnoliste....

                                Notez aussi que l’histoire récente de la Catalogne c’est aussi la trahison du parti stalinien durant la Guerre d’Espagne écrasant les révolutionnaires du POUM et de la CNT, condamnant la socialisation des moyens de production effectuée par les anarchistes et fusillant les militants sur ordre de Moscou... Ce qui laisse des traces dans les mémoires...

                                Et j’adore vos qualificatifs de « petit-bourgeois » à mon égard quand on sait que vous tressez des louanges à un traître à la classe ouvrière comme l’est Adolfo Suarez, l’aile gauche « socialiste » de la monarchie corrompue issue du franquisme et libéral convaincu...


                              • doume 3 février 23:42

                                @jaja


                                En suite Perdez l’habitude de faire parler les militants politiques disparus à leur place !
                                Trotsky aurait peut être combattu Mariano Rajoy, mais il n’aurait jamais donné comme conseil d’envahir un parlement en portant des masques à l’effigie d’un militant de droite bourgeois dont le projet est de construire un paradis fiscal !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

doume


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès