• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ce qui ne va pas avec les sanctions étasuniennes contre l’Iran

Ce qui ne va pas avec les sanctions étasuniennes contre l’Iran

C’était une promesse de campagne de Donald Trump, qui a l’avantage de solidifier le clivage entre ses partisans et ses opposants, étant donné qu’Obama avait signé l’accord. Il ne faut sans doute pas voir plus loin les raisons pour lesquelles le locataire de la Maison Blanche a retiré son pays de l’accord. L’occasion de revenir sur bien des aspects néfastes de la diplomatie étasunienne.

 

Arbitraire défense de leurs propres intérêts
 
Il ne faut sans doute pas partir du principe qu’aucune sanction ne saurait être imposée à un Etat. Des circonstances qui le rendent nécessaires et un cadre qui les légitime peuvent, exceptionnellement, le permettre. Mais une prise de recul sur les pratiques étasuniennes amène à beaucoup de méfiance. Les sanctions contre Cuba étaient totalement injustifiées, et inhumaines par le dur poids qu’elles ont fait peser sur la population pendant des décennies. Idem sur la Russie de Poutine, dont on se demande bien pourquoi elle mériterait plus de sanctions que l’Arabie-Saoudite, en guerre au Yemen, et qui y utilise des bombres à fragmentation ou au phosphore interdites, en toute impunité.
 
Bref, le caractère profondément arbitraire des sanctions étasuniennes devrait inciter à la prudence. Voilà que PSA pourrait ne plus avoir le droit de vendre des voitures en Iran, après en avoir écoulé plus de 400 000 l’an dernier  ! Pourtant, le constructeur français ne vend plus une voiture outre-Atlantique depuis longtemps, et ne compte plus GM parmi ses actionnaires. Pourquoi donc une entreprise française, qui n’est pas présente aux Etats-Unis devrait donc cesser ses ventes en Iran si Washington le souhaite ? Voici un nouvel exemple du caractère extraterritorial du droit étasunien, imposé au reste du monde, sans que personne, ou presque, ne remette en cause cette pratique détestable.
 
Même Renault, dont le partenaire Nissan est très présent aux Etats-Unis, ne devrait pas se soucier de la décision de Trump. Après tout, si Washington veut quitter l’accord, pourquoi cela devrait-il affecter les décisions d’entreprises d’autres nationalités  ? Si la France est toujours dans l’accord, alors absolument rien ne devrait changer pour PSA et Renault. Et si les Etats-Unis en venaient à sanctionner des entreprises non étasuniennes du fait de leur présence en Iran, la France devrait en rétorsion sanctionner des entreprises étasuniennes pour bien signifier à l’Oncle Sam que ce n’est pas lui qui peut dicter à l’ensemble du monde ce qu’il convient de faire ou de ne pas faire en Iran et ailleurs.
 
Cela est d’autant plus choquant que les positions étasuniennes sont bouffies de conflits d’intérêt ou d’arbitraire. Déjà, lors de la première phase de sanction à l’encontre de l’Iran, les constructeurs étasuniens étaient à pied d’œuvre pour remplacer les Français, sans grand succès il est vrai. Et plus globalement, le différentiel de traitement entre l’Iran et l’Arabie Saoudite est totalement illégitime sur le fond. La seconde n’est-elle pas au moins aussi condamnable que la première, que ce soit pour le conflit au Yemen et les armes qu’elle y utilise, ce qui avait fait dire à Jérémy Corbyn, s’opposant aux frappes en Syrie, que Londres devrait bombarder Riyad en suivant une telle logique.
 
 
Le deux poids deux mesures entre les deux principales puissances du Moyen-Orient en dit long sur l’arbitraire des positions étasuniennes et fait douter de la légitimité de la décision de quitter l’accord sur le nucléaire de Donald Trump, mélange de posture et d’arbitraire. Et cela nous rappelle la manière détestable qu’ont les Etats-Unis de vouloir imposer leurs décisions au reste du monde.

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Parrhesia Parrhesia 15 mai 09:37
    Excellent, clair et documenté !
    Une remarque, toutefois, si vous le permettez !
    Ce ne sont pas, à proprement parler, les Etats-Unis qui s’imposent au reste du monde occidental...
    Plus exactement, c’est le Nouvel Ordre Mondial qui s’impose aux Etats-Unis comme au reste du monde occidental !
    Les Etats-Unis ne font que suivre avec d’autant plus d’empressement que leurs intérêts sont le plus souvent liés à ceux du N.O.M. dont ils restent le bras armé !
    Bonne journée à vous !

    • DACH 15 mai 11:19

      Comment expliquer ce que nous aconfié 2 membres de l’équipe d’enquête de l’AIEA de Vienne : ’’l’accès à certains sites nous a été interdit ’’ Et cela dure depuis 2015 ! Quelle signification donner à ces refuss ?


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 15 mai 15:33

        @DACH

        Oh purée, Daesh, t’es là aussi !!!?

        Qu’est-ce que t’as fait pour te retrouver dans le Purgatoire d’Agoravox ?
        T’es pas au Paradis ?

        Je te préviens qu’ici il y a beaucoup de poutiniens, ça va être un peu pénible pour toi, mais à la longue on s’y fait. Il a même réussi à faire ami ami avec Erdogan c’est dire !


      • DACH 15 mai 17:21

        @Olivier Perriet=vous êtes toujours enfermé dans votre école maternelle ! peu d’espoir de vous retrouver adulte....


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 16 mai 09:35

        @DACH

        Excusez moi, vu votre pseudo, c’est pas très crédible de m’accuser d’être un gamin.

        Encore que... les gamins sont souvent moins bêtes que les adultes, surtout les adultes du Proche Orient qui se comportent comme des gamins.

        Je prends donc votre critique comme un compliment smiley


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 15 mai 12:01

        Bonjour,

        Que dire pour l’instant ? à la fois beaucoup et pas grand chose.

        Trump a dénoncé un accord, en pointant ses manques.

        Comme tout accord, rien n’est parfait et chaque partie transige, sinon ce n’est plus un accord mais un diktat.

        Il y aura forcément des autre propositions.

        Sinon..... On va en revenir à une gué-guerre idiote, puisque personne ne pense une seconde à un vrai conflit avec l’Iran, après les différents fiascos irakiens, libyens, syriens.

        La preuve par l’absurde, c’est la situation israélo-palestinienne, après des tentatives d’accords dans les années 90, qui ont bien failli aboutir mais que chaque camp a minutieusement saboté.

        Le résultat, c’est que les faucons de chaque camp sont au pouvoir (Likoud, Hamas), mais qu’il n’y a rien, sauf cette pseudo-guerre, où personne ne peut gagner à ce jour :
        sauf accident nucléaire, Israël ne sera pas rayé de la carte demain, et la Cisjordanie ne sera pas évacuée par les Palestiniens demain.

        Les critiques du processus de paix dirigent...mais ne proposent rien de mieux ! On devrait compter sur Trump et l’Iran pour être moins bêtes, le pire n’est jamais sûr.

        Le deal sous-jacent, qui est plus porté par Israël et l’Arabie que par les USA, c’est :
        « D’accord, Assad reste au pouvoir, la Syrie devient un satellite de l’Iran. C’est une avancée stratégique importante pour vous. Qu’êtes vous prêts à lâcher en échange de cette reconnaissance ? »

        On peut discuter de la légitimité des politiques des puissances régionales au Moyen Orient, mais il est clair qu’il y a une inquiétude sur la place de l’Iran, et qu’il faut en tenir compte. On ne les raisonnera pas depuis l’extérieur, en estimant qu’il n’y a aucun problème.


        • eau-du-robinet eau-du-robinet 15 mai 13:44

          Bonjour,
          .
          ’’Ce qui ne va pas avec les sanctions étasuniennes contre l’Iran’’
          .
          Avec ses sanctions il fait plaisir à l’état d’Israël en plus il cible les entreprises européennes qui vont perdre plusieurs dizaines milliards d’Euros, liée aux ruptures des contrats en cours impose par les U.S.A. ... par exemple la vente d’une centaine d’Airbus ....
          .
          Trump vient de déclarer la guerre économique, notamment contre l’UE !!!
          .


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 15 mai 15:34

            @eau-du-robinet

            Il ne vous est pas venu à l’idée que les entreprises US pourraient aussi être ravies de faire du commerce avec l’Iran ?


          • eau-du-robinet eau-du-robinet 15 mai 16:57

            @Olivier Perriet
            .
            Vous avez raison.
            .
            Le problème c’est que les américains traitent que avec des pays vassaux !
            Hors le régime Iranien actuel n’est pas (encore) soumis aux intérêts américain.
            Un pays vassal est aussi appelle un ’’pays ami’’.
            .
            Les américains et les israéliens n’acceptent pas qu’il y à des pays souverains !
            .
            Dont l’objectif des américains consisté à remettre en place une marionnette au pouvoir en Iran qui obéit aux ordres (intérêts) américains, idem en Syrie, etc... !!!
            .
            L’histoire de répète :
            Exemple : Le renversement du président Iranien Mossadegh démocratiquement élu (1951 -1953) par les services secrets américains (Agent de la CIA : Kermit Roosevelt)
            https://www.youtube.com/watch?v=3wszOnyMr1M&t=172s
            .


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 15 mai 17:07

            @eau-du-robinet

            C’est une interprétation qui est auto justifiante, et implique de soutenir par principe n’importe quoi, pourvu que le gouvernement des USA n’aime pas.

            Obama, qui a levé les sanctions, était donc anti américain (sans que vous le sachiez, car à l’époque, vous ne l’aimiez pas non plus)


          • eau-du-robinet eau-du-robinet 15 mai 18:07

            @Olivier Perriet
            .
            La politique d’Obama était bien plus dans l’intérêt des américains que celle de D. Trump ...
            - Obama caire
            - paix ou lieu de vouloir chercher la guerre avec l’Iran
            hors D. TRUMP tente de détruire l’Obama caire
            et de détruire
            l’accord sur le nucléaire avec l’Iran ...
            - Le refus d’Obama d’intervenir en Syrie en 2013 malgré le franchissement de la « ligne rouge » que constituait l’utilisation par Bachar el-Assad d’armes chimiques contre la population. Aucune preuve à pu être fourni que Bachar avait utilisé des armes chimiques ! L’enquête de Carla Del Ponte à été saboté par les pays de l’OTAN !
            .
            - Barack Obama a dressé un bilan positif de sa présidence, soulignant les points forts de sa politique intérieure comme la mise en place d’un plan de relance de 787 milliards de dollars en 2009 qui a contribué à faire baisser le taux de chômage de 11% en 2011 à 5% en 2015
            .
            Obama :: Ce bilan contient également des points critiqué, principalement pour la faiblesse et les contradictions de sa politique extérieure, ses hésitations à s’impliquer directement en Syrie, le désengagement états unien du conflit israélo-palestinien, ou encore son impuissance face au problème de Guantanamo, ainsi que dans la résolution de problèmes internes comme les fortes inégalités sociales. Et oui toutes les présidents subissent des fortes pressions de la part de l’AIPAC qui pèsent lourd sur la politique étrangère des États-Unis.
            .


          • Doume65 15 mai 14:10
            « Les sanctions contre Cuba étaient totalement injustifiées »
            Bonjour.
            les documents déclassifiés montent que ces sanctions n’avaient pour seul but que d’affamer le peuple cubain afin qu’il se retourne contre Castro. Le but n’a pas changé. Tout le monde le sait, et la seule justification qui perdure est la peur de l’Oncle Sam, le plus grand parrain de mafia que l’humanité n’ait jamais connu. Et c’est la même chose pour toutes les sanctions étasuniennes.

            • Tom France Tom France 16 mai 15:10

              Et bien dans la mesure ou nous sommes prisonniers aujourd’hui, il faudrait se libérer de l’ue, de l’euro et de l’otan et abandonner le dollar dans les échanges internationaux pour ne plus subir ces sanctions illégitimes et illégales ! D’autant que trump reproche sans doute le fait que les entreprises européennes sont plus présentes de les US et veut se retirer pour ça, pour satisfaire ses lubies, sans parler du tout puissant lobby sioniste qui a joué un rôle fondamental dans cette politique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès