• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Chine, la recherche scientifique au service de quoi ?

Chine, la recherche scientifique au service de quoi ?

La Chine attire de plus en plus les regards sur le bienfondé de ses recherches scientifiques. Notamment en matière de recherche marine.

Des scientifiques chinois veulent mener des recherches dans les eaux américaines - Washington devrait-il les laisser faire ?

Ces dernières années, des scientifiques chinois - et les agences gouvernementales qui les soutiennent - ont fixé leur regard sur les eaux américaines, en particulier celles situées près du territoire américain de Guam. Cela a soulevé des questions sur la capacité de la politique actuelle à protéger de manière adéquate les intérêts des États-Unis.

La marine de l’Armée de libération du peuple (PLAN) n’est pas le seul élément de la puissance maritime chinoise exploitant les grandes voies navigables du monde. Aujourd'hui, les navires de recherche océanographique chinois opèrent couramment dans des zones d'importance stratégique de la région indo-pacifique. Depuis les plateformes de la grande flotte de navires de recherche chinois, les scientifiques chinois poursuivent leurs programmes de recherche dans de nouveaux lieux exotiques : Madagascar, la Micronésie, Benham Rise dans la mer des Philippines, la Mer d'Arabie et la zone de fracture Clarion-Clipperton (française) au sud de Hawaii.

L’expansion rapide des activités de recherche océanographique en Chine hors de la région - ou « océan lointain » - soulève d’importantes questions pour les pays indo-pacifiques. De nombreux lieux d’intérêt pour les océanographes chinois se situent dans la zone économique exclusive de deux cents milles marins d’autres pays. La Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) habilite les États côtiers à décider d'autoriser ou non la recherche scientifique marine (RSM) dans leurs zones économiques exclusives. Devraient-ils approuver la RSM chinoise ? Si oui, dans quelles conditions ? Et si les scientifiques chinois ne font pas ce qu'ils disent faire ? Quels sont les risques de l'ignorance ?

Pays indo-pacifique et État doté de la plus grande zone économique exclusive au monde, les États-Unis sont confrontés aux mêmes questions. Ces dernières années, des scientifiques chinois - et les agences gouvernementales qui les soutiennent - ont fixé leur regard sur les eaux américaines, en particulier celles situées près du territoire américain de Guam. Cela a soulevé des questions sur la capacité de la politique actuelle à protéger de manière adéquate les intérêts des États-Unis.

La politique américaine consiste depuis longtemps à ouvrir les eaux de la zone économique exclusive des États-Unis aux activités des scientifiques étrangers. Dans de nombreux cas, il n’exige même pas de permis ou de préavis pour entreprendre une RSM. Bien que cette politique soit admirable pour son engagement ferme en faveur de la liberté maritime, cette approche expose les États-Unis à l’exploitation par la République populaire de Chine (RPC), un concurrent stratégique au programme océanique très différent de celui américain.

La RSM de l'océan lointain chinoise sert directement les intérêts de l'État, y compris les intérêts de la sécurité. Nombre de ces opérations s'apparentent davantage à des "enquêtes militaires", similaires aux travaux effectués par les navires de mission spéciale de la marine américaine tels que le USNS Bowditch. Bien que les enquêtes militaires ne soient pas illégales, le fait que la Chine les dissimule sous le costume de RSM nuit aux intérêts des États-Unis d’au moins deux manières. Cela empêche les États-Unis d’évaluer avec précision l’échelle et le contenu des efforts de collecte de données chinois. En outre, cela porte atteinte aux intérêts des États-Unis pour la liberté maritime en permettant à la Chine de poursuivre des objectifs militaires sans rendre ces libertés réciproques aux États-Unis et aux autres États-nations. Pour contrer ces possibles effets néfastes, Washington envisage de faire valoir avec plus de vigueur ses droits aux États côtiers en vertu de la Convention des Nations Unies sur le Droit de la mer.


Moyenne des avis sur cet article :  1.17/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Aéroclette Aéroclette 6 novembre 12:44

    D’un grand et vrai peuple (qu’on est plus), d’une très vieille civilisation (en décadence chez nous), d’un progrès constant (1980 5,5 millions d’emplois industriels, 2,6 maintenant), d’un QI et d’une instruction en constante progression (alors que les nôtres chutent).

     

    Bref au service de l’avenir de la Chine, être le géant du monde. Nous c’est de devenir un nain africain....un pygmée en somme smiley)


    • Alren Alren 6 novembre 17:51

      @Aéroclette

      Si l’on additionne les différentes composantes de l’attraction d’un pays : culture, arts, sports, science, retour sur investissement, la France est la première puissance mondiale devant les E-U, la GB et l’Allemagne.
      En 2040, le français sera la langue internationale la plus parlée dans le monde, devant l’anglais.

      Renseignez-vous avant de dire n’importe quoi (comme d’habitude) !

      La décadence n’existe pas non plus. C’est un concept sans fondement pour expliquer les mutations historiques.


    • Paul Leleu 7 novembre 00:27

      @Alren

      en tous cas, ça fait plaisir de voir la Chine revenir au premier plan et commencer à dominer le monde...

      en effet, après un siècle de sous-civilisation américaine, je suis certain que l’humanité se portera mieux sous l’influence chinoise et sa grande culture...


    • samy Levrai samy Levrai 6 novembre 13:23

      Pauvres américains qui respectent toujours le droit international et qui sont victimes des méchants partout dans le monde...


      • amiaplacidus amiaplacidus 6 novembre 14:27

        @samy Levrai

        Vous avez pleinement raison.

        Autre exemple de l’acharnement anti-étatuniens, la Russie qui persiste à mettre son pays en plein milieu des bases militaires US.


      • aimable 6 novembre 13:50

        les Américains ont raison de se méfier des Chinois , leurs intentions sont certainement de construire des bases sous marine près de leurs côtes , sans compter des bases aériennes invisibles sur leur territoire.


        • Doume65 6 novembre 18:09

          @aimable
          « leurs intentions sont certainement de construire des bases sous marine près de leurs côtes »
          Tu regardes trop de James Bond


        • Paul Leleu 7 novembre 00:30

          @aimable

          j’espère que les chinois vont rapidement faire leur sort aux américains... ce sera un bon débarras...


        •  C BARRATIER C BARRATIER 6 novembre 17:52

          Les Chinois font comme les Français et surtout comme les usa

          Font ils partie de l’UNCLOS, sI OUI ils respecteront leur charte ou la dénonceront. Trump donne l’exemple. Vivent les USA 


          • Richard 12 novembre 01:20

            « [...]Nombre de ces op ?rations s’apparentent davantage ? des »enqu ?tes militaires« , [...]Bien que les enqu ?tes militaires ne soient pas ill ?gales, le fait que la Chine les dissimule sous le costume de RSM[...] »

            J’imagine que vous avez des preuves qui affirment vos accusations ? Ou bien c’est juste des suppositions jet ?s en l’air sans aucune source ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès