• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Comment éviter le bain de sang au Kurdistan ?

Comment éviter le bain de sang au Kurdistan ?

40 jours de honte de la France, de l’Europe et de l’Occident depuis le début de l’invasion de la province d’Afrine par les blindés d’Erdogan. 40 jours de bombardement ininterrompu subis par 800.000 habitants, dont la moitié de réfugiés syriens. Au prétexte de roquettes envoyées par les kurdes (en réalité une provocation organisée par les services secrets turcs, comme du temps des Sudètes et de Dantsig en 1938), les blindés turcs ont envahis le Nord de la Syrie le 20 janvier 2018. Sans mandat de l’ONU, sans autorisation du gouvernement Syrien qui a officiellement protesté auprès des Nations Unis. Erdogan réclame officiellement une zone de contrôle profonde de 30 Km le long de la frontière Turco-kurde de 950 Km, afin d’y extirper les forces kurdes et de les remplacer par une partie des réfugiés se trouvant en Turquie. Malgré le vote à l’unanimité par le Parlement Européen (condamnant à la fois la violation des droits de l’Homme en Turquie et ce démentiel projet officiel de nettoyage ethnique pro charia dans le Nord de la Syrie), Emmanuel Macron a déclaré « comprendre » la Turquie en lui demandant « en même temps » de la « retenue ». Que contient ce curieux concept de « compréhension » face à une invasion brutale violant toutes les lois internationales ? Que contient cette notion soit disant conditionnelle de « retenue » ? Pour la diplomatie française ayant perdu la face au Parlement Européen, à quel endroit (négocié en secret ?) les chars d’Erdogan doivent-ils s’arrêter ? De quelle manière « retenue » les mercenaires djihadistes enrôlés par Erdogan peuvent-ils faire le sale travail de nettoyage (de curetage) local après chaque bombardement ? De quelle façon les patriotes kurdes défendant pied à pied leur terre ancestrale, doivent ils combattre avec « retenue » ? 

Pour Emmanuel Macron et l'ensemble des marcheurs, combien de villages kurdes Erdogan a-t-il déjà rasé et combien peut-il encore en détruire avec « retenue ». Nous attendons les photos aériennes et satellites expressément demandées dans le précédent article sur les bourgades kurdes saccagées par l’avancée du tapis de bombes turc. Pourquoi Emmanuel Macron demande immédiatement à l’ONU, trois jours après le début des bombardements du gouvernement syrien, un cesser le feu sur la Ghouta (enclave rebelle djihadiste de 400.000 habitants près de Damas), en se « retenant » pendant 5 semaines de réclamer la cessation des bombardements turco-djihadiste sur la zone de Safrine pourtant plus grande et plus peuplée ? Pas une ligne à ce sujet non plus dans le texte voté au Conseil de Sécurité par la France, la Russie, la Grande Bretagne, les USA et la Chine. Pourquoi cette immorale, injuste et étrange « retenue » protestataire ? Quand allons-nous cesser de marcher sur la tête diplomatiquement ? (Il est vrai qu’on le fait déjà largement en haut lieu avec l’aveugle –ou intéressé— soutien aux banques dérégulées voyous).

 

Quelles solutions matérielles et diplomatiques envisageables pour « retenir » enfin les actions de dévastations du dictateur fou et criminel pro charia Erdogan ? 

 

Va-t-on accepter sans rien dire le sanglant rouleau compresseur turc sur toute la frontière syro-kurde ? Va-t-on accepter cet effroyable nouveau et long Vietnam au Kurdistan ? (ce qui embrasera de facto toute les régions contenant des kurdes, y compris en Turquie).

 

Va-t-on acceptant une nouvelle avancée des forces turco-djihadistes vers le sud, permettant au islamistes et à DAECH de recevoir à nouveau des armes, des munitions et des renforts en soldats d’Allah ? (ce qui relancera la guerre en Syrie pour plusieurs décennies).

 

Laisserons nous certaines puissances extérieures tirer les ficelles, attiser les haines et alimenter la guerre ?

 

Ou bien va-t-on trouver les moyens diplomatiques et matériels de calmer le fou furieux Erdogan ? (qui n’avait cessé de trahir l’ONU et l’OTAN pendant des années en armant ses propres mercenaires djihadistes et en soutenant quasi ouvertement DAECH)

 

Va-t-on rechercher et trouver une solution constitutionnelle acceptable par tous les partis Syriens ? 

 

Va-t-on proposer en échange un nouveau plan Marshall de reconstruction avec plein d’emplois et de « responsabilités » à la clé pour inciter les factions à s’entendre ? 

 

Pour éviter le génocide culturel voire physique contenu dans le projet guerrier d’Erdogan, devons-nous armer les kurdes ? Quand ? Dans 2 ans ou 20 ans ?

 

Pour inciter la Turquie à revenir sagement dans ses frontières, devons-nous établir une liste de sanctions économiques ? Seront-elles vraiment utiles ?

 

L’aveuglement ou la destruction des radars et missiles sol air russes et américains aux mains des turcs peut-il être un geste militaire d’avertissement compréhensible par Erdogan ? Comment ? La tactique « mongole » dans le cadre d’une opération aérienne soigneusement préparée intitulée « Ourga » ? La Russie va-t-elle s’y opposer militairement avec ses propres missiles sol air et sa propre aviation ? N’y aura-t-il pas un danger de grave escalade internationale ? La Russie sera-t-elle capable de financer une politique de réarmement massif avec son économie retardée parce que gangrenée par la corruption et les mafias ? Les pays d'Europe accepteront-ils de doubler le budget de défense ?

 

Les internautes de tous pays gagneraient à largement diffuser ces questions et ce débat. Sussiter une réaction populaire générale, internationale et massive pourrait « retenir » l’action criminelle d’Erdogan et d’un grand nombre de gouvernements incroyablement complices dans cette boucherie syrienne (ainsi que dans tous les autres foyers de guerre). Refusez l’argument du « confidentiel défense » qui permet d’occulter d’ignobles accords militaires et diplomatiques. Refusez le blocage direct ou indirect des débats. Seule une large transparence et une intense web-communication pourrait éblouir et faire reculer petit à petit les forces de la mort dans chaque dictature ou « démocrature ». Pour ces dernières, bien que ce sera très difficile à causes des mesures tyranniques officielles ou cachées, nous ne devons pas sous estimer l’influence de leurs prochain calendriers électoraux… Quant aux complètes dictatures, qu’il leur soit répété qu’aucune n’est éternelle. Elles se sont toutes très mal terminées. En préambule, suite au spectaculaire vote unanime du parlement Européen, nous devrions mobiliser la cour de justice européenne (puisque la Turquie est encore membre du Conseil de l’Europe) et la cour internationale de justice dès maintenant (pièces et photos à l’appui). Elles devraient s’activer médiatiquement et devenir suffisamment menaçantes pour faire réfléchir Erdogan (et tous les futurs Erdogan de la Terre).

 

JPEG - 1.9 Mo
Carte de la situation militaire à AFRINE au 2 Mars 2018

Documents joints à cet article

Comment éviter le bain de sang au Kurdistan ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Jean Roque Jean Roque 2 mars 10:25

    Le américains ont installé 20 bases au Kurdistan et surarment les kurdes. On accepte pas des armes pour jouer aux billes.


    • REMY Ronald REMY Ronald 2 mars 11:12

      @Jean Roque
      Bonjour.
      Propagande bas de gamme de troll sous-payé ?
      Vous savez très bien qu’il n’y a pas de militaires américains dans la province d’Afrine.
      Quant aux fameuses armes anti-char promises, en dehors d’un maigre petit lot, les combattants kurdes d’Afrine les attendent toujours.
      De même qu’on attend toujours les photos aériennes et satellite des destructions de village dans cette province depuis 40 jours, alors que nous sommes déjà inondés d’images de destruction sur l’enclave de la Ghouta près de Damas après une seule semaine de bombardement.
      L’intoxication médiatique massive et la censure sont clairement à chaque fois au service d’Erdogan. La question est : Pourquoi ?
      A+
      Cordialement.


    • sirocco sirocco 2 mars 22:42

      @REMY Ronald

      Le fait que les Américains ne se trouvent pas dans la province d’Afrine les empêche-t-il d’armer les Kurdes ?


    • JC_Lavau JC_Lavau 4 mars 11:02

      @sirocco. Les tazunis sont juste terrifiés par le fait que la Turquie leur échappe des mains.


    • leypanou 2 mars 10:59

       De quelle façon les patriotes kurdes défendant pied à pied leur terre ancestrale, doivent ils combattre avec « retenue » ?  : je vous ai déjà répondu que c’est faux.

      Le territoire occupé actuellement par les Kurdes syriens n’est en rien leur terre ancestrale, qui est autrement moins étendue. Les SDF se sont octroyés le contrôle de ces territoires avec l’aide des États-Unis -qui ont trouvé là un moyen d’occuper indéfiniment une partie de la Syrie, avec plusieurs bases militaires-, et des fois même avec l’accord de Daesh comme à Raqqa par exemple et en faisant du nettoyage ethnique en éliminant les non-kurdes de ces territoires (détails ici).

      La bataille d’Afrin n’est qu’un début, Raqqa aussi devrait passer sous contrôle du gouvernement légitime syrien.


      • REMY Ronald REMY Ronald 2 mars 11:25

        @leypanou
        Bonjour.
        Vous affirmez une grossière contre-vérité.
        Cet article et les deux précédents parlent de la province d’Afrine, qui est une province à majorité kurde depuis des lustres. Une province pacifique et exemplaire, ayant doublé sa population ces dernières années car ayant accueilli plus de 400.000 réfugiés syriens non kurdes. Mais quand on veut tuer son chien, on prétend qu’il a la rage. On diffuse donc médiatiquement des erreurs pour faciliter médiatiquement les futures épurations ethniques. Erdogan a clairement annoncé et martelé qu’il souhaitait débarrasser sa frontière turque des kurdes et les remplacer par les réfugiés actuellement en Turquie. Comme Hitler dans Mein Kampf, il a annoncé ce qu’il allait faire. Mais les occidentaux ont préféré adopter l’attitude des 3 singes (aveuglement, surdité et mutisme). Une horrible complicité de nombreux gouvernements avec les inévitables collabos de l’indéfendable.
        A+
        Cordialement.


      • samy Levrai samy Levrai 2 mars 11:06

        La Syrie est un pays souverain, nous n’avons aucun droit d’y être ni de nous occuper de ses affaires internes sauf mandat de l’ONU ou invitation du président de la république légitime, Bachar El Assad.


        Et devines quoi, il ne nous a rien demandé ou plutôt si Bachar El assad a bien dit que nous n’avions aucune credibilité et que nous devrions la fermer !



        • REMY Ronald REMY Ronald 2 mars 11:34

          @samy Levrai
          Bonjour.
          Vous affirmez une grossière contre-vérité.
          Travail bâclé de troll sous payé ?
          Dès le début de l’invasion de la province kurde d’Afrine, le gouvernement syrien a déposé une plainte officielle auprès des Nations Unies.
          Le dictateur Erdogan a enfoncé les frontières syriennes sans mandat de l’ONU et sans autorisation syrienne. Les milices pro-gouvernementales syriennes arrivées ouvertement en renfort par le sud ont également été systématiquement bombardées par les canons turcs.
          Le gouvernement syrien a toujours systématiquement protesté contre l’ingérence turque au profit des djihadistes pro charia souhaitant prendre Damas.
          A+
          cordialement.


        • Scuba 2 mars 12:49

          @samy Levrai

          si nous n’avons rien à y faire, les turcs non plus, pour les même raisons..

        • samy Levrai samy Levrai 2 mars 13:40

          @REMY Ronald
          Aurais tu des problèmes de lecture ou de compréhension  ? il n’y a aucune contre vérité dans ce que j’ai écrit, il s’agit juste de ce que tu avais envie de comprendre qui fait que tu crois cela.


          Tes pleurnicheries autour des kurdes me semblent juste à coté de la plaque quand on a assisté à ces nombreuses années de guerres du club de blancs contre la Syrie et de la destruction de ce pays par les malades qui te semblent si cool. Tu parles bien d’écrire une constitution pour ce pays membre de la bougnoulie n’est ce pas ? tu ne parles pas du droit des peuples à disposer d’eux meme ou je me trompe ?

          cordialement.


        • samy Levrai samy Levrai 2 mars 13:47

          @Scuba
          Absolument mais se concentrer sur un seul acteur et sur une seule soit disant victime, on ne fait que se moquer du monde, chose que le Remy fait sans cesse sur ce sujet.


        • REMY Ronald REMY Ronald 2 mars 14:10

          @samy Levrai
          J’ai parlé de toutes les guerres dans ce texte et dans d’autres.
          Ce sont les médias et les gouvernements (que vous avez décidé de soutenir coûte que coûte, contre toute logique et moralité), qui ne parlent que de la Ghouta, après n’avoir jamais parlé d’Afrine et ne voulant toujours pas parler d’Afrine. Bah, perte de temps de ma part, face à une avalanche de propagande grossière bas de gamme dans les réseaux sociaux en provenance de trolls probablement sous-payés. Un tel soutien unilatéral à l’idéologie mortifère et à la guerre d’invasion prônée par un dictateur islamiste, c’est désespérant.


        • samy Levrai samy Levrai 2 mars 14:51

          @REMY Ronald
          Ton approche sectaire (les kurdes, les kurdes, les kurdes !) , raciste ( il faut punir, mettre des sanctions, écrire pour eux une autre constitution, etc... ) , conditionné ( les USA et le club de blancs servile sont les gentils, les russes des irresponsables copains avec des dictateurs sanguinaires...).

          me laisse pantois.
          Il est évident que je soutiens les pays souverains et leur chef d’Etat légitime qu’ils s’appellent Poutine, El assad, Erdogan, Jun Ung ,... contre toutes les attaques illégales auxquels ils pourraient faire face.
          Je ne soutiens pas Erdogan ( il n’est pas ma tasse de thé à la menthe) mais il est le chef de l’Etat élu de son pays, il a prevenu que les interets vitaux de son pays s’opposent à la creation d’un Etat kurde, alors moi je ne suis pas étonné qu’il passe aux actes et je trouve que les nigauds qui sont étonnés feraient mieux de la fermer et de réfléchir aux politiques qui ont été menés en Syrie en toute illegalité internationale par « l’occident » et ses alliés takfirs saoudiens qatari et turques...

          Nous n’avons rien à faire là bas , nous n’avons aucune leçon à donner et nous n’avons aucune credibilité vis à vis des syriens.

          Avant de traiter les autres de troll, tu devrais faire face aux arguments qui te sont opposés car je trouve que tu les contournes beaucoup.


        • sirocco sirocco 2 mars 22:53

          @REMY Ronald

          « Travail bâclé de troll sous payé ? »

           
          Tous les gens qui ne sont pas de votre avis sont des trolls sous-payés ? Vous vous répétez.


        • Doume65 2 mars 11:07

          « Pourquoi cette immorale, injuste et étrange retenue protestataire ?  »
          C’est évident : Ni l’ONU ni la « communauté internationale » ne se sont opposées aux déploiements de forces étasuniennes illégaux et à leur maintien une fois DAESH vaincu en Syrie. Pas plus pour les attaques israéliennes. Partant de là, on ne peut plus rien dire contre la Turquie.


          • REMY Ronald REMY Ronald 2 mars 12:03

            @Doume65
            La première invasion impunie du Nord de la Syrie par le dictateur islamiste Erdogan s’appelait « Bouclier de l’Euphrate » date d’août 2016. Elle avait pour objectif d’empêcher l’avancée des vainqueurs de DAECH en direction d’Afrine. Le but de l’armée turque est d’empêcher l’unification territoriale des 3 provinces kurdes de Syrie (des provinces ayant déjà subi des purifications ethniques dans le passé et les dernières décennies au profit des turkmènes).
            .
            Quant aux kurdes, ils combattent au côté de milices syriennes, arabes, sunnites, chiites ou chrétiennes. La purification éthnique soit disant orchestrée par les kurdes est une fable grossière. Afrine la travailleuse et la pacifique a doublé sa population en accueillant plus de 400.000 régugiés syriens non kurdes.
            .
            La propagande anti-kurde qui se déverse dans les médias occidentaux est démentielle. Tout est fait pour alimenter la haine et la guerre. Maintenant c’est au tour de la zone d’Afrine de subir en toute impunité l’invasion turque. Erdogan annonce officiellement que Manbij est la prochaine étape pour ses blindés et demande aux américains de partir. Des blindés turcs vendus et entretenus par l’Allemagne. Des chasseurs bombardier Phantom turcs entretenus par israël. L’OTAN va payer très cher son abandon des kurdes d’Afrine.
            A+
            cordialement.


          • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 2 mars 12:31

            @REMY Ronald

            L’unification des régions kurdes au nord de la Syrie c’est la garantie d’une guerre, souvenez-vous de la carte que je vous ai lié dans votre avant-dernier article avec des turkmènes au milieu de kurdes de Syrie.

            Les forces syriennes avaient dit qu’elle entreraient dans Afrin en 2016, en théorie pour préserver l’intégrité territoriale de la Syrie d’avant guerre, elles ne l’ont pas fait...
            Erdogan a donc stratégiquement choisi d’empêcher l’union territoriale qui aboutirait forcément à des envies sécessionnistes, forcément à une indépendance, et forcément à une base arrière officielle du PKK turc, et forcément à une guerre ouverte... et forcément à des tensions Turco-Iraniennes.

            Quand BHL est de votre avis, il est fort conseillé de compter les victimes potentielles des différents scénarios !.


          • REMY Ronald REMY Ronald 2 mars 12:55

            @La Voix De Ton Maître
            Bonjour.
            Erdogan a donc stratégiquement choisi d’empêcher l’union territoriale qui aboutirait forcément à des envies sécessionnistes, forcément à une indépendance, et forcément à une base arrière officielle du PKK turc, et forcément à une guerre ouverte...
            C’est exactement, mot pour mot, l’argumentaire du tyran islamiste Erdogan servi à Macron et aux autres gouvernements occidentaux.
            Les kurdes n’ont jamais réclamé l’indépendance. Seule l’autonomie dans la future république fédérale syrienne les intéresse.
            Erdogan accuse les kurdes syrien de vouloir préparer une guerre d’indépendance. Il leur fait donc la guerre en Syrie après avoir fait organiser par les services secrets turcs de grossières provocations de frontière. Bref, on est en plein remake de Munich 1938. Il ne reste plus qu’à attendre, sans surtout rien dire, qu’il ait tout saccagé sur 30 km de profondeur le long des 950 Km de la frontière turco-syrienne pendant plusieurs années (car cette guerre d’invasion dévastatrice dans les montagnes kurdes va lui prendre des années). Bref, la glorieuse politique des 3 singes : ne pas voir les horreurs, ne pas entendre les appels au secours et surtout ne rien dire sur ce viol manifeste des lois universelles et des règles internationales...
            On paiera très cher plus tard notre immonde lâcheté.
            A+
            Cordialement.


          • samy Levrai samy Levrai 2 mars 15:12

            @REMY Ronald
            « Les kurdes n’ont jamais réclamé l’indépendance. Seule l’autonomie dans la future république fédérale syrienne les intéresse. »

            Une « autonomie » avec leur armée, leur police, leur parlement, leur lois,leur justice, leur monnaie... cela s’appelle de la novlang pour neuneus
            « Erdogan accuse les kurdes syrien de vouloir préparer une guerre d’indépendance. »
            sans dec tu n’as pas entendu parler de ce qui se passe du coté de Der Azzor et partout en Syrie avec la complicité des USA en toute illégalité internationale ? 
            « ne pas entendre les appels au secours et surtout ne rien dire sur ce viol manifeste des lois universelles et des règles internationales...On paiera très cher plus tard notre immonde lâcheté. »
            où étais tu depuis le début de l’invasion de la Syrie par les hordes islamistes armées , entraînées et payées par nous et nos alliés ? 
            Je ne te trouve pas du tout credible sur le sujet pourquoi t’acharnes tu  ? 

          • sirocco sirocco 2 mars 23:17

            @REMY Ronald

            « Les kurdes n’ont jamais réclamé l’indépendance. »

             
            Ceux de Syrie, pas encore puisqu’ils sont toujours en train de se battre.

            Mais rappelez-vous les Kurdes d’Irak, c’est du passé récent : les flammes du dernier bombardement américain sur Mossoul n’étaient pas encore éteintes que les Kurdes organisaient déjà un référendum pour leur indépendance (sur un territoire qui englobait bien sûr la plupart des champs pétroliers du nord de l’Irak, on n’est pas chaudement soutenu par Israël sans raison...)


          • Doume65 2 mars 11:14

            « La Russie sera-t-elle capable de financer une politique de réarmement massif avec son économie retardée parce que gangrenée par la corruption et les mafias ? Les pays d’Europe accepteront-ils de doubler le budget de défense ? »

            On me dit dans mon oreillette que le réarment de la Russie a déjà bien redémarré malgré son économie retardée par les sanctions et la chute du prix des hydrocarbures. On me dit aussi que l’Europe pense à se réarmer non pas pour rétablir un semblant de justice dans ce monde, mais pour lutter contre la « menace russe ».
            Tiens, il y a une menace russe alors qu’ils sont incapables d’un réarmement massif ?


            • Doume65 3 mars 10:15

              @Jarnicoton
              « Rien que cela ! »
              Tu as raison. Mais je voulais parle d’une contribution, pas d’un leadership, bien sûr ; ça c’est dévolu à « la Nation Indispensable »


            • jef88 jef88 2 mars 12:40
              « Comment éviter le bain de sang au Kurdistan ? »

              Pas possible !

              Le sang coule déjà ! et pas qu’un peu .......


              • zak5 zak5 2 mars 15:16

                il demande a une gamine de mourir en martyre, il ne vaut pas mieux que les islamistes de l’etat islamique. Mais bon, on a l’habitude de voir les occidentaux se prostituer aux islamistes


                • REMY Ronald REMY Ronald 3 mars 23:54

                  La situation militaire s’est sévèrement dégradée pour les Kurdes et ses alliés syriens (qu’ils soient pro gouvernement ou non). Les bombardements se sont intensifiés causant des pertes sévères sur les milices syriennes gouvernementales avec net recul du front. La carte de cet article est maintenant déjà obsolète.

                  La carte militaire officielle turque (qui mériterait d’être traduite, mieux commentée et complétée) confirme ce qu’annonce la studieuse carte (animée d’opportunes photos et vidéos) du site syria.liveuamap.com :

                  en moins de 48h, deux importants territoires ont été conquis par les forces turco-djihadistes :  

                  => au Nord, la totalité de la grande zone stratégique du mont Bafilun.

                  => à l’Ouest la totalité du district également stratégique de la ville de Rajo.

                  Voici les liens des deux sources qui corroborent ces deux faits :

                  https://syria.liveuamap.com/en/2018/3-march-aftermath-of-turkish-airstrikes-against-the-ndf-military

                  https://syria.liveuamap.com/en/2018/3-march-the-official-map-shows-the-latest-situation-in-afrin


                  • REMY Ronald REMY Ronald 4 mars 01:41

                    @REMY Ronald
                    Oups... Correctif pour le lien source vers la carte officielle turque :
                    https://syria.liveuamap.com/en/2018/3-march-the-official-map-shows-the-latest-situation-in-afrin


                  • REMY Ronald REMY Ronald 4 mars 00:02

                    A noter que la carte militaire officielle a tenu à souligner le non contrôle par les turco-djihadistes de la forêt à l’ouest du village kurde menacé de Shaykh al Hadid.

                    Des milices gouvernementales syriennes venues d’Alep seraient aussi présentes aux alentours.

                    .

                    Mais en absence des roquettes anti char américains non arrivés sur Afrine, et surtout en l’absence des canons, tanks et avions du gouvernement syrien (et russe), la résistance à l’invasion d’Erdogan ne va guère pouvoir durer encore longtemps.

                    Le précieux matériel militaire de Bachar El Assad est occupé ailleurs, beaucoup plus loin, autour des enclaves rebelles djihadistes (notamment Homs, la Goutha) ainsi que dans la zone étonnamment conflictuelle de Deir ez-Zor tout à l’Est, en bordure contestée de l’Euphrate. Ce qui expliquerait une faiblesse calculée des renforts du gouvernement syrien...


                    • REMY Ronald REMY Ronald 4 mars 00:08

                      La Syrie n’a pas intérêt à voir d’autres importants territoires passer sous la férule du dictateur islamiste Erdogan et des djihadistes pro-charia qui rêvent d’aller jusqu’à Damas.

                      De plus, la perte de la province d’Afrine (puis un jour de la province de Manbij) sera catastrophique pour les alliés kurdes (jugés « un peu trop autonomes »), mais aussi pour la Syrie et pour Bachar. Car ces deux « boucliers » géographiques naturels protègent Alep (difficilement reconquise et toujours très menacée par les djihadistes (ceux-ci se trouvent encore non à portée de canon mais à portée de simple fusils).

                      Conclusion :

                      Les négociations institutionnelles et territoriales officieuses ont donc intérêt à s’accélérer en direction de la bonne volonté respective et du bon sens ! Genre...

                      remise de la zone industrielle de Deir Ez-Zor aux troupes de Bachar (dont il a été clairement prouvé le 8 février qu’il ne peut la conquérir de force) en échange d’une aide plus sérieuse au départ (forcé ou non) des troupes d’Erdogan d’Afrine (que les kurdes et alliés ne peuvent défendre seul). Un accord objectivement gagnant-gagnant à la fois pour les kurdes et pour le gouvernement syrien.

                      A+

                      Cordialement


                      • samy Levrai samy Levrai 4 mars 12:27

                        @REMY Ronald
                        « Les forces kurdes qui controlent Afrin ont un choix. Les russes et le gouvernement syrien ont offert un support total si les kurdes se soumettent au contrôle du gouvernement syrien juste comme n’importe quel citoyen de Syrie est supposé le faire. S’il acceptent, les avions turcs disparaîtraient immédiatement des cieux d’Afrin. Mais les kurdes insistent pour garder leur propre forces armées et de police tout comme leur administration locale non élu. s’il veulent maintenir leur position, il vont se faire écraser par les turcs et ils perdront tout. Le choix est donc simple et évident »

                        source : moonofalabama.org

                      • sirocco sirocco 4 mars 14:25

                        @samy Levrai

                        C’est en effet ce qui ressort de la situation actuelle assez confuse dans le nord-ouest de la Syrie.

                        Assurant la protection au sol des Américains pendant qu’ils implantent en toute illégitimité des bases militaires au nord-est du pays (près des champs pétrolifères, sans doute une coïncidence...), armés par ces derniers, soutenus diplomatiquement et manipulés par Israël, les Kurdes de Syrie visent la création d’un vaste territoire qui s’étendrait le long de la frontière turque, qui deviendrait indépendant dans un futur proche, qui aurait pour fonction de constituer un obstacle aux relations terrestres entre Damas et son allié iranien et qui acterait le démembrement de la Syrie. La propagande de REMY Ronald va évidemment dans ce sens.

                        S’en suivraient des annexions (Golan, pour le moins), des mises sous tutelle et exploitations économiques (est de l’Euphrate).

                        On comprend les exigences du gouvernement syrien.


                      • REMY Ronald REMY Ronald 4 mars 18:30

                        La propagande inonde les médias occidentaux depuis des semaines.
                        Rien pour dénoncer l’invasion turque depuis le 20 Janvier 2018. Rien. Et très peu depuis mon signal d’alarme du 8 Février.

                        Aucune propagande de ma part.

                        Un humble signal d’alarme qui tente de faire émerger les grands axes du conflit en Syrie.

                        Je ne suis pas kurde. Je n’appartiens à aucun parti. Et je ne suis payé par aucun Etat.

                        Je ne suis qu’un simple français citoyen du Monde, inquiet que la Turquie puisse envahir un pays, la Syrie, contre l’avis du gouvernement syrien (qui porte plainte auprès de l’ONU). Une invasion sans mandat de l’ONU, condamnée avec retard par cette même ONU, malgré la tentative du gouvernement français d’orienter l’attention des Nations Unies uniquement sur la Goutha. Le remarquable vote du Parlement Européen ayant condamné la violation des droits de l’Homme en Turquie et condamné la Turquie pour l’invasion du Nord de la Syrie a été un splendide camouflet pour Macron et la ligne diplomatique macronienne munichoise. Ce courageux vote du Parlement Européen aurait semble t-il du mal à être soutenu par les « apprentis collabos » qui tentent de saboter le débat sur Agoravox.

                        Pour continuer le débat (le vrai débat, pas la lassante propagande répétitive des trolls bénévoles ou payés) :
                        Le gouvernement syrien a entre ses mains le sort de son pays.

                        Première possibilité : 
                        Oeuvrer en secret à la défaite des kurdes à Safrine, à Manbij et à Deir Ez-Zor. Le secret sera difficile à garder auprès de l’opinion publique internationale et surtout, ce qui est important, auprès de l’opinion publique syrienne.
                        Obtenir la défaite et l’écrasement définitif des kurdes sera également très difficile. Même avec éventuel abandon et départ des américains. les kurdes l’ont largement prouvé depuis des décennies. Si les turcs alliés et protégés par les russes ne le savent pas, le gouvernement et l’Etat Major syrien le sait.

                        En admettant (pour le débat intellectuel sérieux et complet) l’hypothèse Turco-russe de l’écrasement définitif des kurdes, la conséquence serait la perte inévitable d’ALEP. Puis à terme, le déferlement des djihadistes pro charia (soutenus depuis le début par le dictateure islamiste Erdogan) vers Damas. Le gouvernement syrien n’ayant plus les alliés kurdes pour freiner l’invasion turque et pour battre au Nord et à l’Est les djihadistes, serait totalement perdant. Et totalement à la merci des caprices de Poutine.

                        Deuxième possibilité :
                        Accord passé entre les « frères ennemis laïcs » ; un pacte enfin clairement, ouvertement et institutionnellement ratifié par le gouvernement syrien et les kurdes ; des kurdes demandant (je vous le rappelle) non l’indépendance, mais une autonomie au sein d’une fédération Syrienne solidement unie (comme le sont l’Allemagne, la Suisse, les USA et la Russie.
                        Un accord générant une totale confiance entre les deux parties. Donc, par conséquent, englobant la restitution par les kurdes de la zone industrielle de la zone industrielle de Deir Ez-Zor (ce qui va peut-être agacer les américains) en échange du départ (pacifique ou forcé) des Turques d’Afrine et des autres territoires syriens occupés par les turcs depuis la première invasion de 2016 intitulée « Bouclier de l’Euphrate » (ce qui va agacer à la fois les russes les turcs, et les djihadistes).
                        S’il voit le jour, cet accord va donc entraîner l’agacement de beaucoup de pays étrangers

                        Nous avons des conseils complémentaires disponibles sur le plan constitutionnel et sur le plan militaire pour le gouvernement syrien.
                        Comme je le disais, c’est au gouvernement syrien d’en apprécier l’utilité et non aux « censeurs médiatiques » d’Occident ne voulant parler que de la Goutha et rien que de la Goutha, sans la moindre once de début de solution concrète pour mettre fin à cette sanglante guerre civile syrienne. Une guerre lourdement attisée par un grand nombre de pays étrangers qui ont intérêt à ce qu’elle se poursuive sans fin.

                        Un autre conseil (judicieux ou non) « pour la route » :
                        Obtenir un pré-accord constitutionnel syrien AVANT la fin de l’élection présidentielle en Russie !
                        Une fenêtre politique d’à peine deux petites semaines...
                        Mais les téléphones portables syro-kurdes peuvent être plus efficaces que les bombes turco-djihadistes sur Afrine ou Damas. Même malgré le blocage inévitable de certains psycho-rigides néo marxistes de l’Etat-Major kurde, un accord de paix entre ces deux alliés soupçonneux et ombrageux est possible.
                        Pourquoi ? 
                        Parce qu’ils sont syriens.
                        Et parce qu’ensemble, ils découvriront alors que la majorité des cartes politiques pour la paix en Syrie sont entre leurs mains.

                        Ce texte n’est pas de la propagande.
                        C’est une analyse politique des plus désintéressés et des plus sincères, bien trop peu présente (voire inexistante) dans les médias français et occidentaux.
                        Hélas.
                        A+
                        Cordialement.


                        • samy Levrai samy Levrai 4 mars 18:56

                          @REMY Ronald
                          Ce texte est un monument de propagande américaine, même si je te crois sincère, tu ne réfléchis qu’avec la vision US. 

                          Je t’ai donné les clefs de compréhension syrienne sur les kurdes que tu t’obstines à éviter pourtant j’ai raison et l’avenir te le prouvera.



                        • Analis 4 mars 21:33

                          Rappelons les raisons qui ont mené à cette guerre : les kurdes du YPG ont décidé de jouer les traîtres, hypocrites décidant de soutenir le jeu des criminels occidentaux visant à déstabiliser la Syrie. S’étant vendus, ils ont multiplié les provocations destinées à acter la fragmentation de la Syrie. Jusqu’à provoquer en retour une réaction de la Turquie, avec uen approbation tacite des russes et syriens (en dépit de leur réticence devant le risque de voir les turcs diviser encore plus la Syrie, risque cependant moindre que celui de voir les USA établir un pseudo-État client au nor de la Syrie) :

                          http://russiepolitics.blogspot.fr/2018/01/forces-de-securite-aux-frontieres-les.html#more

                          lundi 15 janvier 2018
                          Forces de sécurité aux frontières : les Etats-Unis s’attaquent à l’intégrité territoriale de la Syrie

                          Le combat contre Daesh ayant été perdu par la coalition américaine en Syrie, puisque non seulement Assad est toujours en place, mais il va le rester, les Etats-Unis ont mis en place un Plan B : armer une Force de sécurité aux frontières afin de réactiver le conflit en jouant, notamment, la carte kurde contre la Syrie et ses alliés.

                          Le journal The Defense Post dévoilait le 13 janvier la nouvelle opération lancée par les Etats-Unis en Syrie : créer des Forces de sécurité aux frontières composées à hauteur de 15 000 membres des Forces Démocratiques Syriennes (SDF), elles-mêmes composées de Kurdes (YPG) et d’arabes proches de l’Armée syrienne libre, dont on ne sait toujours pas si elle combattait Daesh ou Assad... S’y ajouteront les membres d’autres groupes d’opposition soutenus par la coalition. En tout, ces forces doivent atteindre le nombre de 30 000 hommes, encadrées par 2 000 militaires américains.

                          En soi, l’on pourrait penser que créer des forces de garde-frontière est une bonne chose. Tout Etat a besoin de frontières pour exister et les frontières ont besoin d’être gardées. Mais toute la question étant de savoir quelles frontières et dans quel but. Ici l’on voit une tentative à peine voilée des Etats-Unis de réactiver le conflit en provoquant d’une part la Turquie avec les Kurdes et d’autre part en mettant en place les conditions d’un nouveau conflit intérieur contre les forces de l’armée régulière syrienne, qui doivent défendre l’Etat contre le séparatisme.

                          Comme on peut le lire, ces Forces de sécurité aux frontières seront situées sur les zones contrôlées par les Etats-Unis (et leurs alliés) en fonction de leur origine : les Kurdes le long de l’Euphrate et les Arabes dans leurs régions. Officiellement, elles garderont les frontières avec la Turquie et l’Irak. Soit. Mais qui les empêche de garder « leurs » frontières, à l’intérieur de la Syrie et de conduire ainsi au morcellement du pays ?

                          Cette démarche n’est acceptée ni par la Syrie, ni par la Russie et les forces alliées concernées :

                            Le gouvernement du président syrien Bachar al-Assad,
                          soutenu par la Russie et l’Iran, a récemment dit
                          considérer les FDS comme des « traîtres » et les 2 000
                          soldats américains qui les encadrent comme une force
                          d’occupation étrangère.


                          Ainsi, n’ayant pu sortir Assad de l’échiquier politique, les Américains tentent de déstabiliser la situation. Tout d’abord en provoquant la Turquie pour la forcer à intervenir contre les Kurdes du YPG, qu’elle considère comme des terroristes liés au PKK, mais que les Etats-Unis ont utilisé contre Daesh. Bien que, selon The Guardian, la Turquie ne soit pas la seule à considérer le PKK comme terroriste, le soutien à l’YPG n’est pas remis en cause par la coalition américaine. Mais les Kurdes iront-ils jusqu’à entrer à nouveau en guerre contre l’armée syrienne pour obtenir un Kurdistan indépendant, ce n’est pas évident. Au-delà du Kurdistan, réarmer et perfectionner les forces de l’opposition à Assad est une autre carte lancée pour affaiblir le processus de paix. Rappelons que l’opposition armée a refusé de participer aux négociations de paix à Sotchi. Les Etats-Unis jouent à nouveau sur l’opposition, recréant les conditions d’un conflit armé.

                          Par ailleurs, lors de l’audition au Sénat, David Satterfield, l’assistant du Conseilller pour le Moyen-Orient a déclaré que maintenant que Daesh est détruit, les Etats-Unis doivent se concentrer contre le rôle de l’Iran en Syrie. Autrement dit, la Turquie, l’Iran, il est important d’affaiblir les alliés de la Syrie.

                          Comme l’affirme le député russe V. Chamanov :

                             « Le but (de Washington) est évident. Maintenir sa présence
                          sur le territoire syrien et continuer à créer les conditions d’une
                          déstabilisation pour renverser le régime d’el-Assad. (...)
                          L’établissement de leur présence pour défendre leurs intérêts
                          incompréhensibles a déjà dépassé toutes les limites possibles
                          de la décence »


                          Le conflit syrien entre ainsi dans une nouvelle phase. Alors que la Russie prépare la Conférence pour la paix en Syrie à Sotchi, les Etats-Unis préparent une nouvelle armée contre Assad, tentant ainsi de redistribuer les cartes pour une nouvelle partie. Chacun retrouvant son rôle, en quelque sorte.


                        • Analis 4 mars 21:47

                          Plus sur le même sujet : les kurdes ont délibérément refusé la conférence de paix de Sotchi, la seule constructive, préférant faire le jeu des agresseurs :

                          http://www.comite-valmy.org/spip.php?article9452

                           :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

                          Syrie  : le non kurde à Moscou
                          Moscou ne s’ingère pas
                          dans un conflit entre Damas et les Kurdes

                          PressTV

                             Syrie : Moscou ne s’ingère pas
                          dans un conflit entre Damas et les Kurdes

                            Les Kurdes d’Afrin refusent de rendre les régions
                          qu’ils contrôlent au gouvernement syrien.


                          dimanche 21 janvier 2018, par Comité Valmy

                          Le co-président de l’organe exécutif du Mouvement pour une société démocratique (TEV-DEM), mouvement kurde présent à Afrin, a annoncé avoir dit «  non » à une suggestion de Moscou proposant au mouvement de rendre les régions qu’il contrôlait au gouvernement syrien.

                          «  La Russie a fait cette proposition, mais nous ne renonçons pas aux régions que nous contrôlons. Nous les défendrons », a souligné Aldar Khalil.

                          L’armée turque a annoncé, le samedi 20 janvier au soir, avoir pris pour cible 108 positions des unités kurdes à Afrin afin « d’assurer la sécurité des frontières et d’éradiquer les terroristes ».

                          Par ailleurs, les Unités de protection du peuple (YPG) ont annoncé, dans un communiqué, que la Russie était à blâmer pour ce qui se passait à Afrin.

                          Le Conseil national kurde (CNK) a condamné, de son côté, l’ingérence militaire de la Turquie à Afrin et a demandé à la communauté internationale de passer à l’acte pour apaiser les tensions.

                          L’aviation turque a lancé de nouveaux raids aériens sur les fiefs des Unités de protection du peuple afin de rendre le terrain propice à une opération terrestre à Afrin.

                          Pour Moscou, c’est Washington qui est à blâmer pour la crise sévissant à Afrin.

                          Le ministère russe de la Défense a déclaré, le samedi 20 janvier, que les provocations des États-Unis avaient alimenté les tensions dans le nord-ouest de la Syrie et poussé la Turquie à lancer une offensive militaire contre les Kurdes à Afrin.

                          « L’opération militaire turque à Afrin puise ses origines dans le soutien militaire des Américains aux Kurdes. Les gestes irresponsables de la partie américaine envers les évolutions en Syrie entravent le processus du règlement politique de la crise. »

                          Dans la foulée, le sénateur russe Frants Klintsevich, vice-président de la commission de défense et de sécurité de la Douma, a déclaré le samedi 20 janvier à l’agence de presse Interfax que Moscou ne s’ingérerait pas dans le conflit entre la Turquie et les Kurdes et qu’il ne répondrait que si les bases russes en Syrie étaient menacées.

                          «  La Russie a l’impression d’être aux prises avec un dilemme, car elle entretient de bonnes relations à la fois avec Damas et avec Ankara », a-t-il ajouté.

                          Les responsables de l’armée et du renseignement de la Turquie avaient essayé d’obtenir le feu vert de Moscou afin de permettre aux avions turcs d’utiliser l’espace aérien contrôlé par la Russie au-dessus d’Afrin.

                          Press TV Français‏
                          @PresstvFr

                          Suivre Suivre @PresstvF

                           :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :

                          Donc, les kurdes décident de faire le jeu de la déstabilisation et refusent les initiatives russes pour la paix, rompant au passage leurs engagements récents, néanmoins cela ne les a pas empêchés d’être assez culottés pour demander à Moscou de faire pression sur la Turquie afin de ne plus subir les conséquences de leurs mauvais choix. Les turques ont été impliqués depuis le début de la crise dans la déstabilisation de la Syrie, et ils paient maintenant le choc en retour de leurs mauvais choix. Mais les kurdes du YPG méritent tout autant la situation dans laquelle ils se sont mis.

                          Ce qui n’empêche pas les tartuffes kurdes de faire appel au gouvernement syrien qu’ils trahissent de leur venir en aide, tout en continuant les de le trahir. Le culot le plus monstrueux que j’ai jamais vu ! N’hésitant pas à appeler au respect de l’intégrité territoriale de la Syrie, qu’ils ont décidé de violer en permanence  :

                          https://fr.sputniknews.com/international/201801251034885227-afrine-damas-syrie-turquie-frontiere/

                           :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

                          La région d’Afrine appelle Damas à défendre la frontière contre la Turquie

                          19:26 25.01.2018(mis à jour 12:17 26.01.2018)

                          L’administration d’Afrine a exhorté Damas à défendre la frontière contre la Turquie, rappelant que la région en question était une partie indivisible du pays, apprend-t-on d’un communiqué officiel.

                          Les autorités d’Afrine ont appelé le gouvernement syrien à défendre la frontière avec la Turquie, est-il indiqué dans un communiqué officiel de cette région kurde située dans le nord-ouest du pays.

                          « Nous appelons l’État syrien à exécuter ses obligations souveraines à l’encontre d’Afrine et à défendre sa frontière avec la Turquie des attaques des occupants turcs… et à déployer les forces armées syriennes pour sécuriser les frontières de la région d’Afrine », dit le message.

                          Dans sa déclaration, l’administration de la région kurde a souligné qu’Afrine était une partie indivisible de la Syrie et a rappelé que sa milice avait protégé la région contre les terroristes et les agresseurs au cours des six dernières années contribuant ainsi à l’unité des territoires syriens.

                          L’état-major turc a annoncé le 20 janvier le lancement de l’opération Rameau d’olivier contre les milices kurdes positionnées dans la région d’Afrine, dans le gouvernorat d’Alep. Dimanche, une opération terrestre a en outre débuté.

                          Damas a fermement condamné les actions d’Ankara, rappelant qu’Afrine était une partie indissociable de la Syrie. Moscou a pour sa part appelé tous les belligérants à la retenue et a exhorté à respecter l’intégrité territoriale de la Syrie.


                        • sirocco sirocco 4 mars 23:56

                          @REMY Ronald

                          Arrêtez votre délire avec vos histoire de pré-accord constitutionnel (kézaco ?...) et de « fédération syrienne » (sic). La Syrie ne veut nullement devenir une fédération ce qui serait un prélude à son démantèlement. C’est un Etat unique avec un gouvernement central. Vos suggestions ne relayent que les manoeuvres ourdies par les USA et Israël contre ce pays.

                           
                          Vous vous offusquez de la présence des Turcs mais la présence américaine en Syrie, tout aussi illégitime, ne vous pose aucun problème... Vous dénoncez l’occupation d’Afrine mais on ne vous a jamais vu dénoncer celle du Golan... On a bien compris pour qui vous roulez.

                           
                          Un commentateur vous l’a déjà dit sur Avox mais vous ne voulez pas l’entendre : si les Kurdes acceptent de déposer les armes pour se ranger sous l’autorité du gouvernement syrien et adopter les lois du pays comme n’importe quel citoyen, ils n’auront plus à se battre contre les Turcs. Mais voilà : ça ne les intéresse pas, leurs intentions étant tout autres... Alors inutile de vouloir à tout prix les « sauver », ils n’ont que ce qu’ils méritent.


                        • zak5 zak5 4 mars 19:20
                          Les kurdes ne pourront lutter contre l’invasion islamiste turque que s’ils se rangent derrière les russes. J’espère vraiment qu’ils arriveront a le comprendre très vite. Impossible pour les américains de lâcher le dictateur islamiste Erdogan, ils ont des bases en Turquie et pensent toujours que la Turquie est un allié face aux russes et surtout, surtout, ils n’ont pas de couilles les amerloques

                          Erdogan est un lâche qui ne s’attaque qu’aux faibles. regardez avec israel, il avait promis qu’il escorterait avec sa marine de guerre les flottilles « humanitaires » vers gaza, mais comme c’est un lache, ce n’était que du vent. 

                          Seule la Russie peut lui donner une bonne raclée et le faire revenir sur terre, dans l’acien temps, les russes ont toujours donné la raclée aux turques, si ce n’était la trahison des anglais et des français, les turques seraient retournés de là ou ils ont surgi 

                          • REMY Ronald REMY Ronald 6 mars 00:13

                            45eme jour de martyre. Les nouvelles du front ne sont pas bonnes.
                            .
                            Les bombardements turcs font beaucoup de dégâts. Les armes individuelles de défense sol-air et anti-chars tant espérées n’ont toujours pas été livrées. Résultat : en sus de miliciens kurdes, des dizaines de syriens gouvernementaux nouvellement arrivés ont été tués, ainsi que des civils.
                            .
                            Au Nord Est, la situation est périlleuse. Sharanli est maintenant investie par les mercenaires djihadistes. Il ne reste donc plus que 14 petits Km aux blindés turcs pour atteindre la ville laïque d’Afrine.

                            Dans la ville et les villages s’entassent une quantité alarmante de réfugiés. Les maisons sont pleines à craquer (la population de la province d’Afrine était passée de 400.000 à 850.000 en 2017 en raison des réfugiés préférant le mode de vie kurde plutôt qu’aller dans la Turquie islamique voisine. Mais cette zone de liberté choisie s’est maintenant dramatiquement rétrécie sous la pression des chars et des mercenaires pro charia à la triste réputation (qui ont même pour habitude de filmer leurs exactions en criant Allahou Akbar).
                            Aujourd’hui, 40% de ce territoire exemplaire de tolérance, de cohabitation et de coopération entre syriens est maintenant occupé par l’irrespectueux envahisseur ottoman qui ne semble craindre ni le gouvernement syrien, ni les russes, ni les américains, ni l’opinion publique internationale.
                            .
                            Pour l’instant, mea culpa, les efforts de votre serviteur sur le web n’ont pas servi à grand chose. Les médias occidentaux ne veulent parler que du nouveau front de la Ghouta, près de Damas, ouvert la semaine dernière. L’attitude des 3 singes se poursuit donc (ne pas voir, ne pas entendre et surtout ne rien dire). Tout cela est vraiment très bizarre...
                            A+
                            Tristement.


                            • JC_Lavau JC_Lavau 6 mars 00:45

                              @REMY Ronald. Ça fait cher du joli mouvement de menton. Quand vont-ils trouver que ça fait trop cher ?

                              Voui zou merdre ils réintègrent la souveraineté syrienne ?


                              Les palestiniens ont déjà une dure expérience qu’à côté d’un voisin agressif et surarmé, on n’est pas un état tant qu’on n’a pas des moyens antichars et anti-aériens à suffisance. Qu’attendent les kurdes pour s’en apercevoir aussi ?

                              Par les bons soins de l’Exceptionalistan USraélien et de leurs supplétifs au sol, l’armée syrienne est déjà suroccupée et saturée sur d’autres théâtres plus au sud. Restent les moyens anti-aériens syriens au nord. Assez pour faire réfléchir le sultan et affaiblir l’armée assaillante. Wi, mais le joli mouvement de menton, c’était tellement jouissif...

                              Proud men !

                            • REMY Ronald REMY Ronald 6 mars 22:06

                              Nouvelle forte avancée des forces turco-djihadistes.
                              Notamment au Nord, où la totalité de la retenue d’eau de l’Afrin a été investie avec un front en recul réparti sur une ligne Hallubi-Kabir, Kafr-Jana et Mar-Anaz, à 14Km de la capitale régionale.
                              Une percée aussi au sud, plus petite mais menaçante, avec la prise de Tel Hamo (à l’Est de Cinderes, qui résiste toujours malgré des bombardements intenses.)
                              Plus de 100 villages sont maintenant occupés, 44% de la Province.

                              Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunira en urgence et à huis clos demain mercredi 7 Mars à 15H00 GMT pour discuter de la Syrie à la demande de la France et du Royaume-Uni. Cette réunion se tient "en raison de la détérioration de la situation sur le terrain en Syrie et l’absence de mise en oeuvre de la trêve d’un mois exigée par le Conseil de sécurité le 24 février". Deux intervenants sont attendus à cette réunion, le secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires, Mark Lowcock, et l’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura. Encore une fois, bizarrement, dans la version française de la demande, Afrine n’est pas citée ! Nous n’avons toujours pas non plus d’engagements pour la diffusion des photos aériennes au dessus d’Afrine.

                              Le Parlement français n’avait en rien participé à l’élaboration de la ligne politique « Munichoise » dite de « compréhension » prise solitairement par Emmanuel Macron, en contradiction avec le vote unanime du Parlement Européen ayant condamné l’invasion turque de la province d’Afrine. Regrettant de n’avoir pas été consultés, des parlementaires ont demandé des explications au gouvernement (sans réponse pour l’instant). Du coup, pour sauver l’honneur de la France, des députés et sénateurs envisagent d’accepter l’offre des kurdes de venir sur place à Afrine. Ils en profiterons aussi pour vérifier la situation dramatique des 450.000 réfugiés non kurdes, occultée par les chancellerie et l’énorme majorité des médias. La liste des courageux volontaires vous sera transmise. Pas d’élus LaREM volontaires pour l’instant.

                              Dans le n° 2374 de cette semaine, le journal LE POINT a publié un éditorial décoiffant qui a réconforté et valorisé notre solitaire travail d’alerte depuis début février. Signé par son Directeur Franz-Olivier Giesbert, son titre virulent tire sans ménagement les oreilles de l’ensemble de ses confrères français : « Les médias les plus bêtes du monde ». On l’en remercie de tout coeur. Bravo ! Je me dois de vous transmettre la conclusion de son courageux éditorial qui mérite d’être lu, relu et diffusé :

                              « Déshonorant est le quasi silence des médias sur les massacres de civils kurdes perpétrés par l’armée de l’air turque sur l’enclave d’Afrin, en Syrie, avec la passivité ou la complicité de tous les »Grands« de la planète. La vie d’un Kurde vaut-elle moins que celle, aussi ignoble, d’un »rebelle« de la Goutha orientale qui, en revanche, fait la une matin, midi et soir ? Les pires ignominies sont-elles autorisées dès lors qu’elles sont l’oeuvre de l’Etat turc ? Honte à tous ! »

                              « La bêtise humaine, observait Ernest Renan, est la chose qui donne une idée de l’infini ». Grâce aux médias, on en a la preuve tous les jours !

                              .

                              Avec ce splendide « coup de gueule » journalistique et avec cette visite parlementaire en préparation, les « bouledogues de la Républiques » (nous étions encore vraiment très déprimés hier) reprennent maintenant espoir. Nous allons poursuivre notre travail pacificateur et trans-partis, pour des propositions de paix et de reconstruction d’une Syrie unie, solide, laïque et fraternelle. Nous glisserons ensuite nos idées dans les mallettes des parlementaires et des journalistes (dont certains vont courageusement observer Afrine et les autres zones fracassées de la Syrie).

                              A+ Chaleureusement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès