• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > DARK TRUMP une lumière géniale dans un monde assombri !

DARK TRUMP une lumière géniale dans un monde assombri !

D. Trump, avec sa courtoisie inversée, irrite et enflamme toute la bien pensance occidentale qui ne voit pas la réalité sous-jacente de son programme d'action. Son bon sens des affaires le rend fort désagrable avec les faibles et fort courtois avec les forts, car la Force de la Puissance donne les Pouvoirs dont celui de faire le Droit. Ainsi, la Force de la puissante Amérique doit lui permettre de remettre du Bon Sens américain dans la marche du monde et de le remodeler à sa main afin de rendre à l'Amérique son impériale puissance de domination. Les épisodes récents du Canada et de Singapour sont la montée médiatique de la "remontada" espérée par tant d'Américains.

Que de graves, élogieux, obséquieux et surtout désobligeants et cyniques commentaires des guignols aux nombreux fenestrons médiatiques chargés de nous éclairer sur la marche du monde et sur nos avenirs personnels : ces guignols sont animés par une IA (Intelligence Artificielle) qui les dépasse en leur évitant de procéder de façon récurrente à des analyses en profondeur. Les actualités se suivent à un tel rythme que la course pour les suivre asphyxie les cerveaux des guignols.

Trump a pris note du bon sens de nombreux américains exaspérés par la fermeture d'usines pour cause de délocalisations et de mondialisation, par une balance commerciale monstrueusement déficitaire, par les prétentions de "Machins" internationaux à leur dicter leurs comportements et styles de vie, et par la dégringolade (toute relative) des USA dans l'économie mondiale et surtout dans la gouvernance du Monde. En outre, les fiascos de Bush, relayés par Obama, décrédibilisent l'Amérique qui se veut de nouveau "Great Again". Alors le Zorro Nouveau, avec sa faconde de grossier personnage qu'il perfectionne constamment, adapte ses réponses et comportements aux diverses situations.

- Pour son électorat de "petits blancs" dont les ancêtres ont chassés les Indiens pour exploiter les terres et créer des industries puissantes, les fautifs de leurs déclassements sont la masse d'immigrés "mexicanos" ou assimilés qui, sous payés, font baisser les salaires de la classe ouvrière et moyenne inférieure. La main-d'oeuvre immigrée, même et surtout clandestine, était et est encore appréciée dans les États du Sud, principalement pour des travaux agricoles. Les activités industrielles à main-d'oeuvre peu qualifiée sont délocalisées en Chine et au SE asiatique. La riche Californie avec ses immenses vergers et ses grandes cultures maraîchères a pris une autre voie, celle de porter progressivement d'ici 2022 le salaire minimum à 15$ de l'heure, au lieu de 10$ en 2016 : loi de juin 2016. Ce qui permettra d'utiliser des ouvriers, purs américains, en provenance d'autres états en désindustrialisation. Trump, vindicatif et expéditif, choisit une autre voie et organise des chasses à l'homme (à l'immigré clandestin) et veut renforcer et poursuivre la construction d'un mur ou clôture déjà en cours de construction sous les précédents mandats. À l'inverse les ingénieurs et scientifiques étrangers, dans la Silicone Valley et similaire, qui renforcent le potentiel de recherches des USA, ne sont pas encore concernés, même s'il plane un doute sur le renouvellement de leur titre de séjour (green card), un coup médiatique de Trump pourrait y semer l'inquiétude.

- Pour les colossaux déficits de la balance commerciale, donc pour de l'emploi disparu, Trump ne met pas en cause les politiques commerciales et industrielles des entreprises qui ont délocalisé les activités de fabrication pour bénéficier des très bas coûts locaux de main-d'oeuvre, et des subventions des États, afin de gonfler leurs marges et leurs bénéfices pour le plus grand profit des riches capitalistes.Il les invvite cependant à relocaliser une partie de leurs productions. Pour rétablir la situation "concurrentielle" avec le "made in America" il instaure des droits de douanes élevés que, in fine, devront payer les utilisateurs américains (entreprises et consommateurs) sans que cela ne favorise des fabrications nationales aujourd'hui disparues ! Certains pays fournisseurs compenseront les taxes de douanes par des avantages cachés.

- Pour rééquilibrer les balances commerciales, Trump aurait pu taper fortement du poing sur la table de l'OMC et autres organismes afin de faire entériner l'urgence pour tous les pays, excédentaires ou déficitaires, de rééquilibrer les balances commerciales : la politique de libre échange implique qu'il y ait échange et non pas spoliation en vidant les caisses des acheteurs en déficit. Il aurait pu faire instituer des taxes ou contreparties à faire payer aux pays systématiquement en excédent, dont les montants corresponderaient aux rentrées fiscales et sociales publiques que le pays retire lors du cycle de fabrication des produits concernés ! Trump ne le fait pas, contestant le "vivre ensemble" entre tous les États, et donnant la priorité aux accords d'état à état se sentant plus fort en tête-à-tête.

- Pour réduire légèrement le colossal déficit des comptes publics (qui sera aggravé par la forte baisse des impôts), Trump devient plus collectif en demandant impérativement aux pays membres de l'Otan de prendre une part plus importante des dépenses, surtout en achetant davantage de matériels militaires américains.

 

Politiques internationales de Trump

Ses politiques ont un but proclamé celui de rendre l'Amérique "Great Again" et un but sous-jacent, celui de gagner ou limiter les dégâts aux élections de mi-mandat et surtout de se faire réélire par les vrais et purs américains.

-1- Avec Israël, il caresse Netanayou dans le sens du poil, ayant rapidement abandonné son projet d'une paix israélo-palestinienne, car Netanyaou n'en veut pas : ce dernier appliquant méthodiquement la politique de grignotage des terres, d'implantation des colonies juives, de containement du grand camp de Gaza avec ses 2 millions de Palestiniens refoulés. Cette politique, ignorant ostensiblement toutes les résolutions du machin des Nations-Unies, ne s'arrêtera qu'après la conquête intégrale de l'ancienne Palestine. Trump y souscrit car il y a des millions d'américains de confession juive, soutenant systématiquement leurs correligionnaires d' Israël, et le "vote juif" est tenu pour indidpensable pour se faire élire Président. Pour gage de sa "sincérité" (doux euphémisme) Trump déplace son ambassade à Jérusalem Ouest (côté reconnu israélien) et surtout lance sa campagne contre l'Iran ! Et dans ce cas, le vote juif est dépassé, c'est la prise en compte de quelques réalités qui dicte la politique de Trump :

 Israël dispose d'une force de frappe nucléaire, mise au point secrètement et confirmée, magré les dénégations, par les condamnations des scientifiques et des journalistes israéliens pour diffusion de secrets d'état. Israël en 1981 a bombardé et détruit le réacteur "osirak" de Saddam Hussein lors d'une opération pirate ne donnant lieu qu'à des condamnations verbales internationales. L'Iran soutient le Hesbollah libanais chiite et sa politique nationaliste lui vaut les foudres des USA : pour sa protection, sa survie et son indépendance, à l'instar d'Israël, l'Iran développe des technologies nucléaires, dont certaines secrètes peuvent et doivent déboucher sur un armement nucléaire. C'est inadmissible pour Israël qui, comme pour osirak, a la ferme intention de bombarder les installations nucléaires iraniennes, civiles apparentes et militaires souterraines : en réaction l'Iran pourrait, avec ses missiles, bombarder lourdement Israël, et lancer le Hamas et le Hesbollah sur les terres juives, d'où un gros risque d'une réplique nucléaire du si pacifique État. Trump fait tout pour empêcher Netanyaou dans cette aventure "terroriste", en dénonçant l'accord en cours sur l'arrêt du programme militaire iranien et en relançant des sanctions systématiques que doivent appliquer non seulement les entreprises américaines, mais aussi celles des vassaux européens, écrasés par des amendes légales aux USA et cependant illégales dans les autres pays : pourquoi se gêner quand la Force, la Puissance des marchés en $, priment sur le Droit des démocraties avachies européennes. Et comme le commerce de l'UE avc l'Iran est bien plus important que celui des USA, Trump enfonce les entreprises et les serviles droits-de-l'hommistes de l'UE.

En accompagnement de cette politique Trump renforce ses liens et sa collaboration militaire avec l'Arabie Saoudite et les monarchies pétrolières du Golfe, pays craignant la montée en puissance de l'Iran : certains pays du golfe ont une majorité -sans voix, ni droits- de chiites qui pourraient répondre à l'appel des sirènes de l'Iran ! Cette "amitié" solidaire fait nouer des liens entre l'Arabie Saoudite et Israël ! Trump manque de mémoire car les terroristes du 11 septembre étaient des sunnites avec 90% de passeports d'Arabie, laquelle, en outre, avec certains Emirats, a financé Daesh en direct ou par des donateurs particuliers ou des ONG subventionnées. En dehors de mirifiques contrats, surtout d'armements, Trump sera cocufié ! Comme pour Al Qaeda, l'état islamiste continue et continuera ses actions terroristes contre les Occidentaux, chrétiens à châtier et éliminer, et contre leurs soutiens : c'est génétique !

-2- Avec Poutine, "Tsar" de Russie, Trump a déjà renoncé à le soumettre sans s'en faire un ami, car Poutine dispose d'un armement nucléaire puissant et subit l'appel amical intéressé de la Chine. Alors, Trump propose aux "six" du G7 d'inviter Poutine comme membre permanent : ce dernier a décliné, il a mieux à faire que de participer à des réunions soumises aux incartades de Trump ! La proposition de Trump sème la zizanie au sein de l'UE, les pays de l'Europe de l'Est voulant renouer de bonnes relations avec la Russie. La CIA et des ONG américaines, puis la volonté américaine d'intégrer l'Ukraine dans l'Otan et de disposer de facilités militaires en Géorgie, ont créé des situations explosives obligeant Poutine à des épreuves de force en Ossétie du Sud et en Ukraine (Crimée port et base russe, et Dombass). Evidemment, Trump n'est pas partisan d'une grande union UE avec la Russie, disposant alors d'un fort armement nucléaire et permettant à Trump de retirer ses boys d'Europe !!! Trump en aucun cas n'a envie d'une Union élargie Russie/UE, disposant d'une importante force nucléaire, et surtout d'une alliance entre les technologies de pointe et ressources financières de l'UE avec les ressources fossiles importantes et variées de la grande Russie (hydrocarbures et divers minerais).

-3- Avec la Chine, le boutiquier Trump se lance dans une opération de rééquilibrage de la balance commerciale, en utilisant l'arme des droits de douanes. Compte tenu de la puissance nucléaire chinoise et de sa puissance économique et démographique, les escarmouches devront s'apaiser sous la pressioon des nombreux importateurs américains. Trump est incapable de faire respecter à la Chine et à ses entreprises, les sanctions et blocus économiques qu'il impose à l'Iran. L'empire chinois plurimillénaire ne se fait pas dicter ses lois et ses politiques par un cow-boy fort en gueule : la Chine signera et respectera tous les accords commerciaux qu'elle négocie avec chaque pays de la planète, et commercera en dollars, à la vente et à l'achat : le dollar n'étant qu'un instrument de mesure et de comptabilité. Les foudres de l'Administration américaine ne s'abatteront que sur les entreprises européennes (et américaines, bien sûr) ; les entreprises chinoises en seront, de fait, exemptées.

-4- Avec l'Iran

Les positions de Trump ont été présentées dans les paragrphes ci-dessus.

-5- Avec Kim Jong Un, le dictateur de la Corée du Nord, les commentateurs avertis ont été surpris de la douceur des propos, des félicitations mutuelles : les deux chefs avaient besoin d'un tel succès médiatique sur la scène internationale. Trump renonce aux manoeuvres militaires prévues ces jours-ci en Corée du Sud, et Kim finit de faire sauter des sites d'essais nucléaires rendus inutilisables par les différentes explosions souterraines : apparemment il ne va pas construire un autre centre secret d'essais (peut être en dispose-t-il déjà) et s'engage à démanteler -très progressivement- son armement nucléaire actuel dont l'importance reste inconnue. Kim a été reconnu par Trump, comme un vrai chef d'état et la Corée du Nord comme un vrai pays : son pouvoir en sort renforcé auprès de son armée et des hauts dirigeants du parti. Kim a gagné sans la pression apparente des Chinois. Le Président Xi Jinping engage Kim à respecter les engagements pris avec Trump sur la dénucléarisation de toute la péninsule coréenne : on comprend qu'il en va des intérêts de la Chine pour devenir le maître incontestable de tous les pays entourant la mer de Chine. Les stratèges et conseillers américains vont calmer Trump pour laisser Kim "désarmer" à son rythme, très lentement.

Une conséquence tout aussi importante que l'entretien de Singapour, réside dans les contacts renoués entre les gouvernements des deux Corée dans un contexte où la majorité des jeunes sud-coréens ne veulent plus d'une réunification supposée trop fort coûteuse pour le Sud, avec des baisses du niveau de vie et des incompréhensions culturelles. Les zones franches limitrophes vont se développer, les échanges commerciaux s'ouvriront et l'économie de la Corée du Nord va réduire progressivement sa dépendance à la Chine, pays ami car communiste mais avec des relans d'histoires de soumissions. La détente sur le plan militaire entre les deux Corée ira crescendo, quelques fusées porteuses de missiles nucléaires seront reconditionnés en lanceurs de satellites : dans ce domaine le Nord est beaucoup plus avancé que le Sud. Le Nord fera évoluer son régime en démocrature à la chinoise avec un chef rééligible à vie, laissant des marges de libertés surveillées aux entrepreneurs. Progressivement la Corée deviendra une seule entité (près de 80 millions d'habitants) avec deux gouvernements étatiques locaux, et disposant de l'armement nucléaire. Trump joue à celui qui ne voit que les tweets, mais il n'est pas dupe car cette future situation d'un pays voisin disposant d'un bon armement nucléaire participant à la contension de la Chine vers le nord-est, le Vietnam (97 millions habitants nationalistes) jouant ce role au sud-est. La grande inconnue reste la position du Japon (127 millions d'habitants) : maintien d'une forte présence de l'armée US, avec les sous-marins nucléaires et les porte-missiles, ou réarmement autonome jusqu'à l'arme nucléaire. Cette dernière solution reste peu crédible car les USA ont besoin de maintenir leur forte présence armée dans la région.

-6- Avec ses voisins sud-américains : lutte antimigratoire

La fermeture de la frontière sud pour éviter l'invasion migratoire des "mexicanos" et assimilés est une ligne directrice du programme électoral de Trump. Bush avait déjà lancé l'édification d'une cloture ou d'un mur, sur la frontière terrestre, (hors Rio Grande). Trump veut poursuivre le programme avec des réalisations "infranchissables", et en attendant, s'appuie sur des vigiles citoyens spontanés et gratuits. Trump a réussi à faire avaliser la transformation du délit de franchissement illégal de la frontière en un "crime" contre l'état : et ainsi de profiter d'une loi, émise sous Obama, concernant les criminels (principalement de droit comun) et qui après arrestation (et jugement) permettait de les refouler dans leur pays d'origine. Comme il est interdit d'interner en même temps les enfants de criminels, ils doivent (hors soutiens familiaux) être pris en charge par les services sociaux après arrestation de leurs parents. Trump a donc mis en application cette loi (en rappelant son adoption sous Obama) pour les immigrés clandestins depuis que le franchissement de frontière est devenu un crime. Trump y a trouvé une puissante communication anti-immigration vers les pays du sud, et surtout une pression sur le Congrès pour qu'il adopte, rapidement, ses propositions de lois restrictives sur l'immigration. L'internement des enfants dans des structures grillagées et leur séparation des parents a ému, beaucoup plus que prévu, une grande majorité d'américains, a suscité des condamnations unanimes et mondiales, de sorte qu'il a dû mettre en scène son épouse, profondément émue et choquée en tant que mère, pour appeler le Congrès à légiférer sur l'immigration clandestine. La bronca médiatique a été telle qu'elle a surpassé les espérances de Trump, alors obligé dans l'urgence de promulguer un décret pour interdire la séparation des jeunes enfants de leurs parents : ils seront donc internés avec eux dans des camps de rétention dans l'attente de jugements d'expulsion. Une telle mesure de regroupement avait été prise par le gouvernement de Vichy pour les enfants de juifs à expédier vers l'Allemagne nazie ! Trump n'en est pas encore arrivé à ce point.

 

Conclusion provisoire

Avec Trump, rien n'est jamais définitif ! Cependant, sous le paravent de sa gouaille et de ses invectives de malotru, il applique les principales lignes d'un programme censé limiter les dégats lors des élections de mi-mandat, et surtout d'assurer sa réélection ! Au lieu de sourire ou de se moquer à gorge déployée, on devrait regarder l'état lamentable de l'UE en interne et dans la sécurisation de la planète : quelle démonstration de forces et de puissance pouvons-nous opposer à Trump ?


Moyenne des avis sur cet article :  1.43/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 22 juin 09:00
    TRUMP met sur la table tous les travers de la société actuelle..ça dérange cette bande de « faux-culs » qui préfèrent agir dans l’ombre.. smiley

    • Phalanx Phalanx 22 juin 16:01

      « rendre à l’Amérique son impériale puissance de domination »


      Euh ... nous n’avons pas du regarder le même film. Trump prone les relations bilaterales, et non les outils de domination transnationaux (OTAN, ONU, EU, OMC etc ...).

      Il est en train de réussir son pari malgré les attaques complétement délirantes et hystériques de la propagande globaliste (ceux qui se font appeler « médias »).

      Tant mieux pour les ricains, ils nous montrent l’exemple. 

      • hugo BOTOPO 22 juin 16:58

        @Phalanx

        Effectivement Trump ne prône pas (n’y trône pas non plus) « les outils de domination transnationaux » (OTAN ? ONU ? EU ? OMC ? etc..) car il ne peut y imposer sa loi et ces outils veulent imposer une domination du plus grand nombre à chaque pays et en particulier aux USA : Trump refuse de se faire dominer car il estime l’Amérique au-dessus des lois démagogiques des assemblées. Un pays qui refuse de se faire imposer quoique se soit et qui impose effectivement des sanctions économiques (ou militaires : Bush) à tous « ses amis en dépendance » ou aux faibles, a au moins une attitude de domination du fait de sa puissance économique, financière et militaire.
        Dans les relations bilatérales, c’est le fort et le puissant qui impose au faible la majorité de ses revendications ou exigences : diviser pour régner ! !

        Par contre, le combat de Trump pour des échanges commerciaux équilibrés, contre la mondialisation déréglementée, mérite d’être souligné : quelques sbires des médias osent s’interroger sur la fin de la mondialisation, dans sa version actuelle.


      • L'enfoiré L’enfoiré 22 juin 17:20
        Donald et Kim ont tous deux leurs passionnés.
        C’est une question de chaîne...

        • Lonzine 23 juin 18:53

          @L’enfoiré
          vous avez vu que ce site était marqué en fake news ?


        • zygzornifle zygzornifle 22 juin 20:06

          J’aime bien Trump et aussi Poutine , ce sont des emmerdeurs , des empêcheurs de tourner en rond et il n’en n’ont rien a foutre de l’UE et de ses clébard aboyant dans leur enclos ....


          • aimable 22 juin 23:47

            @zygzornifle
            il est vrai que c’est assez risible de les voir s’agiter comme des poids plume qui veulent combattre avec un super lourds , pour eux la croissance est terminée, il ne pourront jamais accéder a cette catégorie .


          • Samson Samson 24 juin 22:22

            « ... une lumière géniale dans un monde assombri ! »

            N’exagérons rien ! smiley

            Quand la plus grande « démocratie » occidentale ne peut pour présider aux destinées impériales offrir d’autre alternative à ses électeurs qu’une folle belliqueuse ou l’obscénité d’un gros truand narcissique - et à juste titre persuadé que le pognon achète décidément tout ! -, c’en est fini de sa puissance ! Depuis le temps qu’on attend sa chute, je ne m’en plaindrai personnellement pas !

            Donc oui, je me réjouis de l’élection de Donald Trump à la présidence impériale : en modifiant à sa guise et unilatéralement les règles - pourtant déjà édictées par l’Empire - du jeu économique, il enclencha fort à propos chez ses vassaux un mouvement de défiance et de véritable panique qui accélère d’autant l’effondrement en cours de tout le bloc occidental !
            Bingo ! Et si même l’establishment U$ arrivait maintenant à d’une manière ou de l’autre l’éliminer, plus personne n’osera désormais se fier au dollar comme monnaie mondiale d’échange - les russes ont liquidés la moitié de leur fond de réserve en bonds du trésor U$, soit 47 milliards de $ entre mars et avril - et les dégâts pour le projet d’un empire mondial unipolaire sont d’ores et déjà irréversibles ! smiley

            Mais si même la baisse du QI constatée chez les jeunes générations s’avère à votre lecture plus préoccupante encore que je m’en étais initialement avisé, à trouverr en ce répugnant manipulateur une « lumière géniale », c’est surtout votre cerveau qui me paraît sur le coup sévèrement obscurci !

            En vous présentant mes respectueuses salutations ! smiley


            • hugo BOTOPO 25 juin 00:07

              @Samson

              Mon titre se voulait humoristique, mais il manquait de ponctuation, ce qui obscurcit son appréciation !

              Je partage une majorité de vos réflexions : si l’effondrement en cours du capitaliste affairiste libéral mondialisé me réjouit aussi, par contre, l’effondrement des vassaux européens ne m’enchante pas.
              Ne vous réjouissez pas trop vite : la bête immonde des adorateurs du saint profit, du pognon qui achète tout, surtout les politiques et les journalistes, n’est pas encore en phase terminale !

              Je vous retourne mes respectueuses salutations « lumineuses » ou « obscurcies » à votre choix !


            • Samson Samson 25 juin 01:09

              @hugo BOTOPO

              J’e reconnais volontiers que - sous l’effet d’un préjugé défavorable à l’endroit de vos analyses que je ne trouve pas toujours des plus « sérieuses » - le biais d’interprétation que j’ai choisi à votre titre était probablement le plus insultant, alors même que le « Vade Retro Satana ! » qui me flottait obstinément en tête à sa lecture aurait du m’inciter à plus de modestie et d’humilité.
              Je regrette de vous avoir méjugé et vous en présente mes très sincères excuses !

              "Ne vous réjouissez pas trop vite : la bête immonde des adorateurs du saint profit, du pognon qui achète tout, surtout les politiques et les journalistes, n’est pas encore en phase terminale !"

              J’espère personnellement pouvoir mener à terme mon retour vers la terre avant l’effondrement final, mais il y a urgence car je suis intimement convaincu que c’est aux toujours plus dangereux soubresauts d’agonie de la Bête que nous assistons bel et bien présentement. 
              Quant au futur qui peut en éclore et s’ouvrir enfin sur ses ruines, il nous reste à le construire !
              Confiance et bon courage à vous ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

hugo BOTOPO


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès