• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > De Bigeard à de La Bollardière : La face cachée de la guerre (...)

De Bigeard à de La Bollardière : La face cachée de la guerre d’Algérie

Sur la torture en Algérie : « Pourquoi n’as-tu pas fermé ta gueule ? » lance-t-il, au téléphone, au général Aussaresses qui vient d’écrire un livre sur la torture en Algérie.

Général Bigeard « L’Express, 7 juin 2001 »

Le général de corps d’armée Marcel Bigeard s’est éteint le 18 avril 2010 à l’âge de 94 ans. La classe politique française lui a rendu hommage. Tous ont souligné sa bravoure au service de la France. Tous ont « oublié » de parler de sa face sombre en Algérie. Ce n’était pas seulement le parachutiste qui a emprunté les casquettes de l’Afrika Corps de Rommel, ce n’était pas aussi les défilés, le clinquant, les médailles, c’est aussi la torture. Pour Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy : « En Algérie, Bigeard a accompli la mission qu’on lui avait confiée. Je pense qu’il l’a fait là aussi avec beaucoup d’intelligence, beaucoup d’humanité. »

Nous allons traiter de l’humanité de Bigeard en la comparant avec celle de trois autres généraux témoins privilégiés de la guerre d’Algérie, il s’agit de Massu, d’Aussaresses et de de La Bollardière. Petite biographie du général Bigeard : l’officier le plus décoré de l’armée française avec vingt-six citations, dont vingt-trois à titre individuel et seize à l’ordre de l’armée... En d’autres temps, il aurait fini maréchal d’Empire. Parachutiste des troupes coloniales, il part très rapidement en Indochine. Il poursuivra ses aventures indochinoises lors de trois séjours successifs, avant d’être parachuté sur Diên Biên Phu, dont il sera l’un des derniers défenseurs, jusqu’à la chute, en mai 1954. Il est promu lieutenant-colonel à titre exceptionnel. Prisonnier du Viet-Minh, il sera libéré à l’été 1954. Durant la bataille d’Alger, en 1957, il fait ce qu’il appelle avec un brin de dégoût, son « métier de flic ».(1)

La torture

Justement nous allons décrypter ce « métier de flic » en traitant de la torture qui est consubstantielle, il faut le souligner, de l’entreprise coloniale. La torture pendant la Guerre d’Algérie a été pratiquée sur les populations algérienne et française par les forces coloniales dans des proportions qui, selon l’historien Pierre Vidal-Naquet, concerneraient des centaines de milliers d’Algériens. Estimation confirmée depuis, par la thèse de doctorat de l’historienne Raphaëlle Branche. Elle a aussi été employée à une moindre échelle et de manière non systématique sur des harkis et des Européens par le FLN et l’ALN comme le montre l’ouvrage « La guerre d’Algérie » sous la direction des historiens Benjamin Stora et Mohammed Harbi,(...) La torture policière existait déjà largement en Afrique du Nord avant l’insurrection de 1954, comme en témoigne la mise en garde lancée, dès cette date, par l’écrivain François Mauriac. Elle avait été systématiquement utilisée lors de la colonisation du pays, notamment lors de la campagne du général Bugeaud. Mais elle fut consacrée et institutionnalisée comme arme de guerre par l’armée, à laquelle on donne tous les pouvoirs, lors de la « bataille d’Alger », qui fut, en 1957, un « point de non-retour » à cet égard.(2)

Depuis, la conquête coloniale, la torture est un procédé courant des forces de l’ordre en Algérie qui l’utilisent pour terroriser les populations autochtones et obtenir des informations sur les emplacements de silos à grains lors de la conquête coloniale, meurtrir des suspects, et terroriser les indigènes, s’inscrivant avant tout dans une démarche de haine et de déshumanisation. (...) Marc Ferro, dans Le livre noir du colonialisme, écrit : « Ceux qui travaillent sur les régimes totalitaires n’ont lu Hannah Arendt que d’un seul oeil, semble-t-il. Ils ont omis de s’apercevoir qu’au nazisme et au communisme, elle avait associé l’impérialisme colonial. Entre ces régimes, en effet, il existe une parenté qu’avait bien repérée le poète antillais, Aimé Césaire, au moins en ce qui concerne nazisme et colonialisme. »(2)

S’agissant de la Guerre d’Algérie, selon l’historien J.-Ch. Jauffret : « Le dérapage commence à partir du moment où les Ponce Pilate de la IVe République, toujours parfaitement informés de tout ce qui se fait en Algérie, laissent aux militaires l’initiative, en vertu de la loi d’urgence de 1955 et de celle des pouvoirs spéciaux de 1956. » La théorie de la guerre contre-révolutionnaire, élaborée à l’École supérieure de guerre (ESG) par Lacheroy, Trinquier et Jacques Hogard, est sous-tendue par une idéologie nationale-catholique élaborée par la Cité catholique, groupe intégriste dirigé par Jean Ousset, ex-secrétaire personnel de Charles Maurras, le fondateur de l’Action française.

Analysant cette doctrine, le sociologue Gabriel Périés écrit ainsi : « Le militaire atteint, théologiquement, la ´´véritable charité´´ thomiste, en faisant de la souffrance infligée, et ressentie par le suspect, l’instrument de la rédemption de celui-ci, donc de sa culpabilité. » Le 10 février 1957, le général Massu, à la tête de la 10e Division parachutiste (DP) à Alger, qui n’ignore pas en outre que des ouvriers catholiques ont pris les armes aux côtés du FLN, fait diffuser les « Réflexions d’un prêtre sur le terrorisme urbain » du père Delarue, aumônier de la division, co-écrit avec le colonel Trinquier, qui élabore une casuistique pour justifier la torture (...)(2).

Il y a de ce fait, un lien direct entre la torture et la religion, le cardinal Feltin encourageait les soldats à aller casser du fell au nom des valeurs chrétiennes. Même Bigeard en parle dans une interview à l’Express du 15 mai 1958. Il déclare à ce propos, pendant la guerre d’Algérie : « Il y a vingt ans que nous nous faisons corriger, il faut que cela change. On ira jusqu’au bout. Le stage, dynamique et pratique, doit sortir des gens qui auront la foi des Croisés, qui seront reformés au physique comme au moral... Il faut donner l’exemple de l’effort et de l’esprit offensif. Je veux vous voir quitter le centre gonflés à bloc et décidés à casser du fellagha... » De plus, des communistes, des progressistes, des membres des centres sociaux ont été arrêtés, détenus au secret, torturés à Alger dans les premiers mois de l’année 1957, par le 1er RCP mais aussi par d’autres. (...) Majoritairement constitué d’anciens SS et de fascistes hongrois, recrutés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le 1er REP, commandé par intérim par Hélie Denoix de Saint-Marc (et qui comptait en ses rangs Jean-Marie Le Pen), lancera le coup d’envoi du putsch en marchant sur Alger le 21 avril 1961.

De 1959 à 1961, Edmond Michelet, ministre de la Justice, s’efforce à son tour de « lutter » contre la torture. Mais Michel Debré, Premier ministre, obtient finalement du général de Gaulle, président de la République, qu’ Edmond Michelet quitte ses fonctions, ce qui « libère la brutalité » policière selon l’historien Alain Dewerpe. À Paris, le préfet de police, Maurice Papon, qui avait eu d’importantes responsabilités dans le Constantinois, importe les méthodes utilisées en Algérie en métropole, en particulier durant les semaines qui précèdent le massacre du 17 octobre 1961 puis celui de Charonne en février 1962.(2)

Dans Le Monde, le 22 juin 2000, une ancienne militante de l’ALN, Louisette Ighilahriz, accuse le colonel Bigeard alors qu’elle était torturée à l’état-major de la 10e division parachutiste du général Jacques Massu, à Hydra. « J’ai souvent hurlé à Bigeard : Vous n’êtes pas un homme si vous ne m’achevez pas. Et lui me répondait en ricanant : Pas encore, pas encore », témoigne-t-elle. « J’ai été torturée au Paradou, à Hydra, sur les hauteurs d’Alger, qui était le siège de la 10e DP (division parachutiste), commandée par le général Massu. [...] Bigeard était à deux pas de moi. Et le gros zèbre qui me torturait en personne sous les yeux de son chef, c’était le capitaine Graziani [...] Bigeard ne sortait de sa bouche que des propos orduriers que je n’oserais pas, par décence, vous rapporter. Vous pensez bien, une femme combattante ! Je vous passe les sévices que j’ai subis. Ils sont tout simplement innommables. C’était très dur, quoi ! Ils se sont acharnés contre moi. Je faisais tout sur moi, je puais. C’était de la putréfaction... [...] Que Bigeard démente ou reconnaisse ce qu’il a fait, je resterai toujours, à travers des milliers de cas d’Algériennes et d’Algériens, sa mauvaise conscience. [...] Du 28 septembre au 26 décembre 1957, je suis restée à la 10e DP. Ils me torturaient presque tous les jours. » Le 15 décembre 1957, le commandant Richaud l’a visitée dans sa cellule et l’a fait soigner à l’hôpital Maillot de Bab el Oued. (...)Le commandant Richaud l’a fait transférer à la prison civile de Barberousse, à Alger. Elle a été condamnée à cinq ans de prison par le juge militaire.(3)

Du Penthotal pour Ben M’hidi

En novembre 1984, Marcel Bigeard a admis, lors d’une interview au journal Algérie Actualité, qu’il avait utilisé le Penthotal (ou « sérum de vérité ») pour faire parler Larbi Ben M’hidi, l’un des plus importants chefs du FLN : « On va pas torturer Ben M’hidi, quand même ! (...) Dans ce même entretien, le général révèle qu’il s’est trouvé "Paris, de livrer vivant aux services spéciaux" le responsable algérien, "le plus grand résistant, le plus passionné, qui respirait la pureté". Pendant des années, Bigeard a nié la torture pour finalement admettre qu’elle était un mal nécessaire. » Il nie l’avoir pratiquée dans l’interview avec Florence Beaugé : « Le général Massu déclare au Monde qu’il vous a vu pratiquer personnellement la gégène. » Ah non ! Non ! Je n’aurais même pas pu regarder ça. « Il l’a même écrit dans l’un de ses livres, Le Soldat méconnu, publié en 1993 aux éditions Mame. »

Nous y voilà, s’agissant de l’orfèvre de l’horreur Paul Aussaresses décrit par le menu sa basse besogne : « Tous les matins, avec Trinquier, je faisais mon rapport à Massu et lui racontais ce qui s’était passé la nuit précédente. (...) Parfois, je disais à Massu : "On a ramassé untel" et je le regardais dans les yeux avant d’ajouter : "On le tuera demain." "Massu poussait un grognement, et je prenais cela pour un oui". Une nuit, je m’en souviens, Bigeard m’a dit : "J’ai capturé le groupe terroriste de Notre-Dame-d’Afrique, une bande de tueurs dont je ne sais pas quoi faire". Que pouvait-on faire ? Livrer ces hommes à la justice ? Trinquier et moi, on va alors chez Massu, et Trinquier lui suggère : ´´Tu ne crois pas qu’on devrait les envoyer dans le maquis (autrement dit les flinguer) ? Massu a répondu : "Un maquis éloigné !" »

Le même Aussaresses, 40 ans après, ne renie rien. A une question de Florence Beaugé : « Quelle serait votre réaction si l’Etat français en venait un jour à faire une sorte de repentance à propos de l’Algérie ? » il répond : « Je serais contre. On n’a pas à se repentir. Pour ma part, je ne me repens pas. »(4) En 2000, le général Massu déclara que « le principe de la torture était accepté ; cette action, assurément répréhensible, était couverte, voire ordonnée, par les autorités civiles, qui étaient parfaitement au courant ». Il ajoute : « J’ai dit et reconnu que la torture avait été généralisée en Algérie (...) On aurait dû faire autrement, "Non, la torture n’est pas indispensable en temps de guerre, on pourrait très bien s’en passer." ».(5)

Un seul général en activité un seul, Jacques de La Bollardière, a condamné ouvertement la pratique de la torture pendant la guerre d’Algérie. En 1957, il tente par tous les moyens de dénoncer « certains procédés » en vigueur dans la recherche du renseignement en Algérie. Sa prise de position publique lui vaut une sanction de soixante jours d’arrêt...« Compagnon de la Libération. » Ses titres de résistance sont, en effet, des plus glorieux. « Je pense qu’il était hautement souhaitable qu’après avoir vécu notre action et partagé nos efforts, vous fassiez votre métier de journaliste en soulignant à l’opinion publique les aspects dramatiques de la guerre révolutionnaire à laquelle nous faisons face, et l’effroyable danger qu’il y aurait pour nous à perdre de vue, sous le prétexte fallacieux de l’efficacité immédiate, les valeurs morales qui, seules, ont fait jusqu’à maintenant la grandeur de notre civilisation et de notre Armée. »

Jacques de La Bollardière s’est toujours référé à son éthique chrétienne, [Contrairement au cardinal Feltin qui proclamait que la « terreur doit changer de camp » pour affirmer le devoir de chacun de respecter la dignité de l’autre. Il a écrit : « La guerre n’est qu’une dangereuse maladie d’une humanité infantile qui cherche douloureusement sa voie. La torture, ce dialogue dans l’horreur, n’est que l’envers affreux de la communication fraternelle. Elle dégrade celui qui l’inflige plus encore que celui qui la subit. Céder à la violence et à la torture, c’est, par impuissance à croire en l’homme, renoncer à construire un monde plus humain. » « Vers le début de janvier 1957, tout s’accéléra soudain et devint menaçant. [...] Des directives me parviennent, disant clairement de prendre comme premier critère l’efficacité et de faire passer en priorité les opérations policières avant toute pacification. Des femmes musulmanes atterrées, viennent m’informer en pleurant que leurs fils, leur mari, ont disparu dans la nuit, arrêtés sans explication par des soldats brutaux en tenue camouflée et béret de parachutistes. [...]  »

« Je refuse d’exécuter cet ordre reçu dans des conditions irrégulières et que je juge scandaleuses ; Je demande à être reçu par le général Massu. Je ne peux accepter son système qui conduira pratiquement à conférer aux parachutistes, jusqu’au dernier échelon, le droit de vie et de mort sur chaque homme et chaque femme, français ou musulman, dans la région d’Alger... Je lui demande ce que signifierait pour lui une victoire pour laquelle nous aurions touché le fond de la pire détresse, de la plus désespérante défaite, celle de l’homme qui renonce à être humain. (...) Je lui dis qu’il va compromettre pour toujours, au bénéfice de la haine, l’avenir de la communauté française en Algérie et que pour moi la vie n’aurait plus de sens si je me pliais à ses vues. Je le quitte brusquement. »(6)

En définitive, tout ce beau monde fut amnistié même Aussaresses qui déclare avoir tué de ses mains une vingtaine d’Algériens, ne répondra pas à la justice des hommes. Des lois d’amnistie ont été promulguées après la guerre En 1982, intervient l’« ultime normalisation administrative », la « révision de carrière ». L’OAS a été réhabilitée. Seule le général de La Bollardière, n’a pas été réhabilité pour avoir été contre la torture. Si la torture était pratiquée aussi dans l’autre camp, il n’y a pas cependant de concurrence victimaire du même ordre. C’est dire si le mal est profond. La France n’est pas prête d’assumer sa faute.

  1. Jean Guisnel : Le général Bigeard, parti pour la gloire. Le Point.fr 19.06.2010
  2. Torture pendant la Guerre d’Algérie Wikipédia, l’encyclopédie libre.
  3. Lila réclame le jugement de ses tortionnaires L’Humanité, 29 juin 2000 ;
  4. Aussaresses : « Je me suis résolu à la torture... » Florence Beaugé, Le Monde 23.11.2000
  5. Florence Beaugé, Torture en Algérie : le remords de Massu Le Monde, 21 juin 2000
  6. Jacques de Bollardière : Bataille d’Alger, bataille de l’homme éd. Desclée de Brouwer 1972.

Pr Chems Eddine CHITOUR
Ecole Polytechnique enp.edu.dz


Moyenne des avis sur cet article :  2.9/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

94 réactions à cet article    


  • Radis Call 22 juin 2010 10:46

    Cher auteur : je pense que vous faites erreur !

    Les tortionnaires sont des incompris...

    Ils ont un coeur , une famille , un papa et une maman...

    Et puis ce sont de grands enfants : quand ils accrochaient des pinces aux couilles de leur prisonnier et faisaient tourner la gégéne , c’était pour voir si cela allait faire de la lumière ...

    D’ailleurs le monde entier nous les a enviés : en Amérique Latine , on nous les arrachait : la french touch n’a pas de prix !

    Il a bien mérité de la patrie et « ses petits gars » le pleurent..

    Laissez leur faire leur deuil !


    • morice morice 22 juin 2010 11:56

      D’ailleurs le monde entier nous les a enviés : en Amérique Latine , on nous les arrachait : la french touch n’a pas de prix !


      Aussasseres donnait des cours à Fort Bragg, comme je l’ai précisé et Trinquier est l"homme le plus lu par ceux qui ont fait le Viet-Nam... où on a commencé le water boarding interdit en 1976 et réapparu à Guantanamo...

    • Traroth Traroth 22 juin 2010 12:04

      Aussaresses a même formé les forces spéciales US à Ft. Bragg. Ca aurait été dommage qu’un tel savoir-faire se perde ! Une sorte de transfert de technologies, en somme.

      Abou Ghraib (entre autres) est la preuve qu’ils ont bien compris ses leçons...


    • non666 non666 23 juin 2010 10:26

      Non Abuh Grahib, c’est l’Israelien touch.

      Les Français n’ont jamais sodomisé leurs prisonniers males.
      Ils n’ont pas pris de photos de ces actes.
      Ils n’ont pas obligé les compagnons de cellules des uns et des autres a participé au viol collectif.

      Ensuite ils n’ont pas menacé les victimes des viols et leurs auteurs de reveler les photos aux familles et au Hamas s’ils ne collaboraient pas avec le Mossad....

      A Abuh Grahib, il ne peut donc s’agir de la french touch qui utilise beaucoup l’electricité (nous avons le nucleaire...) et les baignoires (nous avons le sens de l’hygiene....)


    • morice morice 22 juin 2010 11:02

      conclusion : inhumanité totale de Bigeard..... comme j’ai déjà pu le dire...



      la modération : peut-on se passer ici des discours d’un ancien de l’OAS, qui a tué tant de FRANÇAIS en algérie comme en France en pratiquant un terrorisme AVEUGLE ???? nous ne sommes pas obligés que je sache à SUBIR les frasques d’un illuminé total venant nous ressortir la propagande de l’extrême droite !!!! 

      cette réhabilitation de l’OAS n’a rien à faire dans un site démocratique !!! Roger Holleindre, membre d’un groupe de poseurs de bombes ayant déchiqueté femmes et enfants n’A PAS A VENIR DONNER DE LEÇONS !!! 


      nous n’avons pas à célébrer ici un Roger Degueldre.... DESERTEUR, qui sera FUSILLE !!! 


      • Massaliote 22 juin 2010 13:37

        A crever de rire. Holeindre qui aurait posé des bombes ne serait pas crédible et serait condamnable mais la mythomane Ighilhariz est une « héroïne » pure et sans tache selon votre nartic du 19/06 . Ses bombes à elle étaient justifiées voire bénéfiques.

        Quant à Degueldre c’était un héros dont vous n’arriverez jamais à la cheville même dans vos rêves les plus fous.

        Je vous laisse avec l’auteur entre gens de mauvaise foi et de même culture. Congratulez vous entre découpeurs d’ enfants et complices, terroristes et collabos.


      • Jude 22 juin 2010 11:12

        Bonjour,

        Petite correction de votre titre et de certains passages de votre texte : on ne dit pas « de la Bollardière », la particule ne doit pas être seule au début du nom. En gros on dit soit « la Bollardière », soit « monsieur de la Bollardière », mais pas « de la Bollardière ».

        Donc les corrections à apporter :

        « De Bigeard à de La Bollardière  » à remplacer par « De Bigeard à La Bollardière »

        « il s’agit de Massu, d’Aussaresses et de de La Bollardière » à remplacer par « il s’agit de Massu, d’Aussaresses et de La Bollardière »



        « Et de Gaulle ? » me direz vous ! Lorsque le nom est monosyllabique, on laisse la particule. smiley






        • Radis Call 22 juin 2010 11:51

          Nous interrompons cette émission, pour vous apporter des précisions :

          http://www.youtube.com/watch?v=BD3ovfZXO5Q


        • Shaytan666 Shaytan666 22 juin 2010 12:13

          Pour un qui a demandé la suppression de son compte il me semble que vous êtes bien productif  smiley


        • Radis Call 22 juin 2010 12:14

          Ce sont les lourdeurs de la bureaucratie !  smiley


        • LE CHAT LE CHAT 22 juin 2010 11:47

          si les actes de torture des troupes françaises ne sont pas acceptables , il ne faut pas oublier qui ils combattaient , pas plus reluisant ! 
          et ce qu’il advint des harkis est une horreur sans nom  !
          ça aussi on n’en parle pas , on attend aussi un film avec Djamel Debbouze sur le sujet !!!!!


          • Traroth Traroth 22 juin 2010 12:13

            Les Algériens ne cherchaient qu’à se libérer de l’occupation française. Ils étaient dans leur droit.


          • Traroth Traroth 22 juin 2010 12:14

            Concernant les harkis, vous n’avez pas tort, mais vous oubliez d’évoquer la responsabilité française. Les harkis, qui étaient considérés comme des collabos en Algérie, ont été abandonné par la France !


          • Shaytan666 Shaytan666 22 juin 2010 12:19

            Pour une fois je vais être d’accord avec Traroth, l’abandon des harkis par la France est avec la guerre du Biafra les deux plus grands scandales de la Vème République, tout de reste n’est que roupie de sansonnet.


          • LE CHAT LE CHAT 22 juin 2010 13:33

            @Traroth

            d’accord avec toi , le France les a abandonné à leur triste sort .
            Ceux qui trahissent leur patrie et leur nation finissent rarement bien ...... Tout le monde s’en méfie finalement , on préfére un ennemi loyal à un traitre ...


          • Shaytan666 Shaytan666 22 juin 2010 13:50

            Qu’après les accord d’Evian, les harkis toujours présents en Algérie aient été arrêté et jugé est une chose, c’est de bonne guerre si on peut dire mais de là à les massacrer, les éventer, les mutiler il y a de la marge.
            Chez nous en Belgique après la libération il y a également eu des excès, il ne faut pas le nier, certains collabos et rexistes ont été abattu d’une balle dans la tête mais je n’ai connaissance d’aucun cas semblable à ceux qui se sont passés en Algérie.


          • Massaliote 22 juin 2010 14:00

            Chat, personne ne peut traiter les harkis de traîtres. Ils ont été massacré parce qu’eux n’ont pas trahi. N’oublions que l’Algérie était française. Ils sont resté fidèles à la France jusqu’à la mort.


          • Traroth Traroth 22 juin 2010 14:15

            @massaliote : C’est un point de vue qui se défend. Les hommes choisissent librement à qui va leur loyauté. On n’est pas obligé d’être fidèle à l’endroit où on est né, ou un truc du genre.
            Mais vous conviendrez que ce n’est pas le seul point de vue défendable...


          • LE CHAT LE CHAT 22 juin 2010 14:20

            @Massaliote

            les algériens de souche étaient pas vraiment des français comme les autres , ça on ne peut le nier aussi ! Même si la France en avait fait des départements , c’était de la colonisation forcée pour ses habitants . alors ceux qui faisaient du zèle étaient forcément considérés comme des traitreset des collabos par les autres

            les alsaciens entre 1870 et 1918 étaient devenus allemands à l’insu de leur plein gré , comme dirait Virenque ! smiley


          • Laura 22 juin 2010 15:00

            @chat, on ne peut comparer l’Algérie française à l’occupation allemande. Sauf si Morice s’est emparé de ce chat. Vade retro satanas.


          • LE CHAT LE CHAT 22 juin 2010 15:56

            @laura

            Momo m’a dit que je sortais des soutes du paquebot à Jean Marie , y’a pas de danger !  smiley


          • morice morice 22 juin 2010 11:54

            et ce qu’il advint des harkis est une horreur sans nom  ! 


            bien dit... 

            si les actes de torture des troupes françaises ne sont pas acceptables , il ne faut pas oublierqui ils combattaient , pas plus reluisant ! 

            on l’a dit et on n’excuse PERSONNE en effet ! 

            • Shaytan666 Shaytan666 22 juin 2010 12:12

              Morice, c’est bien la première fois que je vous vois prendre position en faveur des harkis, auriez vous quand même une once de bon sens !


            • non666 non666 23 juin 2010 10:39

              Pour les Harkis, les seuls arabes qui devraient etre tous legitimement en France puisqu’eux n’ont jamais cessé de nous aimer et de servir la France, la honte est LARGEMENT partagée.

              Oui les gaullistes, qui avaient le pouvoir les ont abandonné a leur sort : c’est ma rupture personnelle avec le gaullisme, en plus du discours d’alger ou le general a surfé comme un Mitterand sur l’ambiguité.
              Mais il faut lire la presse de gauche les gars, les discours de Waldeck Rochet, ceux de TOUS les socialistes qui designent les harkis comme des traitres « a leur sang » et des collabos...
              Il faut se rappeller que Rocard portait les valises du FLN , et que c’est TOUTE la gauche, TOUS les liberaux ,TOUS les radicaux et tous les « huamanistes » qui ont fait pression pour qu’on n’acceuille pas les harkis.

              Pour notre honte, seule l’OAS reclamait leur integration en France !

              Ce sont les reseaux corses , les organisateurs du SAC (Pasqua , Marchiani, Tiberi) qui organiserernt les « camps de regroupement » de ceux qui avaient reussit a passer quand meme....
              Quand on ne recoit pas les arabes qui nous aiment et servent la France mais que 10 ans apres on fait venir par bateaux entiers les fils du FLN qui nous detestent , il ne faut pas s’etonner de voir le resultat obtenu dans nos banlieus !

              Ne pas etre capable de recompenser le bien et de punir le mal est l’exacte algorythme pour provoquer les phenomènes que nous connaissons si bien.
              Et TOUTE la gauche et une bonne partie de la droite sont coupables du sort des harkis et de la solidarité avec les fils du FLN venus coloniser notre sol apres nous avoir chassé « du leur ».

              Qui osera nier cela ?



            • Traroth Traroth 22 juin 2010 12:01

              De Bollardière, le seul héros français de la guerre d’Algérie...


              • Jude 22 juin 2010 13:56

                Arf !! On ne dit pas « De Bollardière » mais « La Bollardière » ou bien encore Monsieur de La Bollardière" !!! Sans oublier qu’une particule ne prend jamais de majuscule !! smiley


              • Traroth Traroth 22 juin 2010 14:17

                Bollardière, dans ce cas. Il n’y a pas de « la » dans cette histoire. Mais les querelles syntaxiques m’ennuient, je dois bien le dire...

                http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_P%C3%A2ris_de_Bollardi%C3%A8re


              • Jude 22 juin 2010 14:32

                En effet, ce « la » est en trop... Il faudrait que l’auteur modifie son texte.


              • Jude 22 juin 2010 14:35

                Le site pourrait il rectifier cette erreur ?


              • Serpico Serpico 22 juin 2010 23:16

                Jude : « Arf !! On ne dit pas »De Bollardière« mais »La Bollardière" ou bien encore Monsieur de La Bollardière" !!! Sans oublier qu’une particule ne prend jamais de majuscule !!"

                ***************

                Sauf en début de phrase...Traroth n’a pas fait d’erreur de ce genre.

                Et pan.


              • Jude 23 juin 2010 10:10

                Serpico,

                Même en début de phrase... smiley


              • Serpico Serpico 23 juin 2010 11:45

                Jude : « Même en début de phrase.. »

                ***************

                Heureusement qu’il y a le smiley sinon je vous demanderais de me passer le dernier « Jude de la langue française »....


              • Massaliote 22 juin 2010 13:27

                L’auteur qui s’érige en permanence en donneur de leçons ferait bien se prononcer sur les exactions de ses compatriotes. Je soumets à son jugement moral l’article suivant :
                Hommage aux disparus


                • LE CHAT LE CHAT 22 juin 2010 13:50

                  ça fait partie de la tradition algérienne , ce goût pour les massacres d’innocents ! et cela depuis JUGURTHA  !


                • Traroth Traroth 22 juin 2010 14:18

                  Les Français d’Algérie étaient tout sauf innocents.


                • Laura 22 juin 2010 15:01

                  Les fellaghas étaient tout sauf coupables. smiley


                • Serpico Serpico 22 juin 2010 23:20

                  LeChat : « ça fait partie de la tradition algérienne , ce goût pour les massacres d’innocents ! et cela depuis JUGURTHA  ! »

                  *********************

                  Vous me décevez, LeChat : vous n’avez rien oublié ? vous avez besoin de liens concernant le goût français du massacre ?

                  Vraiment drôle. Comment peut-on être aussi tête en l’air ?


                • LE CHAT LE CHAT 22 juin 2010 14:21

                  Algérie de me voir si belle en ce miroir !  smiley


                • kitamissa kitamissa 22 juin 2010 14:28

                  on va peut être un parler également des crimes du FLN ...non ?

                  alors,sans compter les environ 150000 Harkis lâchement abandonnés par le gouvernement de De gaulle ,massacrés,cloués au portes dans une agonie de plusieurs jours,dépecés et donnés aux chiens,enterrés vivants,démembrés,émasculés ...

                  celui des anciens Combattants Algériens obligés d’avaler leurs médailles et brûlés dans le drapeau Français....

                  d’Algériens mutilés parce qu’ils ne payaient pas l’impôt révolutionnaire,de viols,d’égorgements d’enfants,de rapt d’Européens et d’Européennes livrées au bordel pour soulager les combattants,puis éventrées et tuées une fois enceintes ...

                  d’attentats à l’explosif à l’aveugle tuant ou laissant mutilés à vie indistinctement femmes enfants,adultes,vieillards aussi bien autochtones qu’Européens ...

                  de villages entiers égorgés comme ça pour répandre la terreur !

                  de meutres en métropole et d’attentats ....

                  tout ça bien entendu avec la complicié des Communistes et de la Gauche en général,y compris un grand nombre d’intellectuels et d’artistes ....

                  je ne parlerai pas des traîtres porteurs de valises et qui s’en vantent !

                  des salopes qui accueillaient les émissaires du FLN chez elles en les aidant dans leurs démarches et assitance judiciaires !

                  après le cessez le feu,plus de 30000 personnes d’origine Européenne ont été porteés disparues,dont une majorité de femmes et de jeunes filles dont on imagine bien à ce à quoi elles ont été utilisées ....

                  dois-je également évoquer il n’y a pas si longtemps l’assassinat des religieux Français décapités ? ....

                  lors de l’inauguration du monument consacré aux Harkis à Melun , je m’y suis rendu en tant qu’ancien combattant d’AFN,et par devoir pour témoigner à ces braves soldats que tous les Français n’étaient pas les salauds qui les avaient livrés à leurs assassins !

                  Maxim,ancien du 11eme Bataillon Parachutiste de Choc .


                  • Jude 22 juin 2010 14:34

                    Tout à fait d’accord, sauf pour le D majuscule à de Gaulle.


                  • Laura 22 juin 2010 15:02

                    Jude De Gaulle n’était pas noble. D majuscule.


                  • Jude 22 juin 2010 15:04

                    Noblesse napoleonienne, en effet, mais d miniscule tout de même ! smiley


                  • Laura 22 juin 2010 15:52

                    « des salopes qui accueillaient les émissaires du FLN chez elles en les aidant dans leurs démarches et assitance judiciaires ! » je me souviens de cette femme médecin, épouse d’un chirurgien connu qui avait pris la fuite avec son amant, un fellagha notoirement sodomite, abandonnant mari et enfant. Le cocu avait tenu a faire une déclaration dans laquelle il expliquait qu’il était très fier de son épouse. Des « héros » selon Morice.


                  • non666 non666 23 juin 2010 10:44

                    En s’en fout des histoires de particule.
                    La noblesse est une qualité qui n’a plus d’effet juridique.
                    La seule chose qui compte est le contenu du champs « NOM » dans l’enregistrement d’identité.
                    Les usages de l’ancien regime, ces envahisseurs germaniques auto-proclamés noblesse de France n’ont aucune valeur desormais.
                    On les a egorgé comme des porcs apres qu’ils aient été arrogants pendant des siecles.

                    Leçon a mediter pour ceux qui le seraient encore avec nous.


                  • non666 non666 23 juin 2010 11:03

                    @kitamissa
                    mes amitiés à la panthère...
                    Effectivement, la condamnation de ceux qui ont du verser le sang pour proteger leur pays est facile, apres coup, de la part de ceux qui ne s’engagent jamais.

                    Face à une guerre qui devient totale, insidieuse, multi-plateforme , sournoise, les grandes règles de la chevalerie n’ont plus tellement cours.
                    Ah que c’etait simple contre les allemands ou les anglais !

                    Maintenant, le premier champs de bataille est celui de la com et les médias sont largement sous controle de l’Ennemi.
                    Comment expliquer a des cons de gauchistes completement manipulés, croyant betement defendre le bien, la gentillesse , les libertés , qu’ils ne sont que les idiots utiles du camps d’en face ?
                    Dans l’urgence, quand on en tient un, qu’il sait ou va etre posé la bombe et que dans deux heures des enfants innocents mourront , que faire ?

                    Ils avaient la possibilité de faire cette guerre dans le respect des conventions de la haye :
                    Un chef designé
                    Le port visible et permanent de signes distinctif marquant leur qualité de combattant.
                    Non.
                    ILS ont choisi de s’infiltrer DANS la population : le reste en decoule.
                    Que doit faire le militaire ?
                    garder le respect des règles avec ceux qui les violent ?
                    Taire leurs sentiments quand une bombe menace des civils innocents ?
                    Il n’y a aucune reponse theorique dans les livres qui soit applicable dans la realité.

                    Et cela d’autand plus que les memes politiques, les memes militants qui donnent la leçon APRES , sont dans la panique, donnent des ordres contradictoires et des pressions ehontés PENDANT la crise.
                    Regardez ce chien de Mitterand qui est au gouvernement qui envoit la troupe en Algerie et qui ENSUITE defile avec la gauche contre les troupes françaises presentes la bas...
                    On pourrait en dire de meme de tous ceux qui ont milité POUR le OUi au referendum sur les accords d’evian...

                    Ah c’est sur que les petits enseignants gauchistes qui discutent de theorie en fumant des joints ne risque pas d’avoir des choix les impliquant , eux....

                    Et pendant la prochaine guerre civile , qui assurmera ses choix ?


                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 22 juin 2010 14:38

                    T’ as vu Maxim , il y en a qui étaient sur place au moment des faits , d’ autres qui s’ essaient à des D majuscules .

                    Comme dans tous les fils traitant ce genre de sujets , il y a les parleurs cinquante ans après et ceux qui se sont mouillé la chemise .

                    Et au milieu un fou-furieux croyant détenir la vérité . Un mec des environs de Tourcoing .


                    • Jude 22 juin 2010 14:43

                      Il faudrait mieux en effet des d minuscules...

                      Un petit fils d’officier dans les spahis marocain et tunisien !


                    • Jude 22 juin 2010 14:44

                      Entre nous le plus bel uniforme de l’armée française smiley


                    • kitamissa kitamissa 22 juin 2010 14:56

                      salut Capitaine...

                      c’est toujours les faux témoins qui se documentent sur des« ont dit »....il parrait que « on m’a dit »j’ai lù " qui viennent la ramener et s’érigent en juges sans voir plus loin que le bout de leur nez

                      quand à l’autre frappadingue de Tourcoing,je le laisse mariner dans son jus ,il n’y a plus que trois où quatre timbrés qui le soutiennent encore .


                    • mokhtar h 22 juin 2010 15:01

                      @ à l’auteur, M. Chitour
                      Excellents rappels, pas seulement concernant Bigeard, mais de la complicité du plus clair des autorités françaises de l’époque. Et surtout au fait que la torture n’est pas seulement une sinistre technique de guerre anti-insurrectionnelle mais qu’elle est tout simplement consubstantielle au colonialisme : pour terroriser les populations. Une entreprise stratégique, avec tout ce que cela signifie, comme implication des classes dirigeantes, et comme conceptualisation et inclusion de la torture dans les moyens ordinaires du colonialisme. Autrement dit, une partie intégrante de l’œuvre dite civilisatrice.
                      A la lecture de quelques réactions épidermiques, je vois que la France continue toujours d’y perdre son âme. Jusqu’au jour, où un Gouvernement présentera les excuses de l’État français.


                      • Shaytan666 Shaytan666 22 juin 2010 16:06

                        Au lieu de demander des excuses vous feriez mieux d’apprendre l’histoire l’Etat français avec un « E » c’était au temps de Pétain, les évènements d’Algérie c’étaient pendant la IVème et Vème République.


                      • mokhtar h 22 juin 2010 21:54

                        @ shaytan 666
                        Non, vous vous trompez, relisez vos manuels d’histoire. Les évènements d’Algérie ne concernent pas les seules 4e et 5e république, ils trouvent leur source un peu plus d’un siècle avant, au débarquemet colonial français en 1830. Autrement dit, toutes les Républiques de France, le 2e Empire, et une ou deux Monarchies.


                      • Serpico Serpico 22 juin 2010 23:24

                        Shaytan : "Au lieu de demander des excuses, vous feriez mieux d’apprendre l’histoire  : l’Etat français avec un « E », c’était au temps de Pétain, les évènements d’Algérie c’étaient (hum hum) pendant la IVème et Vème République.« 

                        **************

                        Purée, vous vous faites une soirée »corrector" ?


                      • JJ il muratore JJ il muratore 23 juin 2010 09:56

                        Mokhtar h : «   ... que la torture n’est pas seulement une sinistre technique de guerre insurrectionnelle mais qu’elle est tout simplement consubstantielle à la majorité des mouvements luttant pour l’indépendance : pour rallier les populations par la terreur » à l’exception notable de l’Inde qui avec Gandhi réussi à obtenir l’indépendance de son pays par la NON-VIOLENCE.
                        L’auteur ci-dessus ne nie pas les mutilations, les massacres, commis sur la population que les « libérateurs » (minoritaires) ont commis aux fins de terroriser leurs frères : il le reconnait en les minimisant. Mais les faits historiques sont têtus : ces tortures, ces mutilations, ces massacres commis par les mouvements indépendentistes Algériens sont ENORMES.
                        Et que dire du sort des Harkis et de leurs familles juste après l’indépendance alors que les accords signés avec le FLN étaient censés les protéger ?
                        En son temps - 1940/1945- en France nous avons aussi été occupés et nous avons aussi eu l’honneur d’avoir des Résistants très très minoritaires. En effet comme en Algérie la majorité des populations était passive, non impliquée, ni ralliée aux Combattants de la Liberté. Nos résistants ont lutté sans massacres civils, sans barbarie contre leur véritable ennemi : les seuls Allemands et leurs seuls complices avérés. Ils n’ont jamais choisi la Terreur pour rallier leurs compatriotes, et ils n’ont jamais pratiqué la torture, la mutilation, le massacre même contre l’occupant. Ils ont combattu l’ennemi et gardé leur Honneur.
                        Ca n’est absolument pas le cas du FLN ! Qui y a perdu son âme (lui aussi)
                        Vous pouvez trafiquer l’Histoire, la maquiller, mentir, les faits sont avérés.
                        Quant à cette prétention d’exiger des excuses de l’Etat Français (avec réparation sic) pourquoi pas ? Je serai pour le jour où les Algériens 1/reconnaitront le massacre de 150 000 algériens Harquis et leurs familles 2/ quand les Algériens présenteront des excuses avec réparation pour les 4 ou 5 siècles de razzias en Corse, en Provence, en Languedoc, en Espagne (réparation également pour les quelques siècles de colonisation de l’Andalousie) et jusqu’en Irlande (Bristol 1770) avec chaque fois pillages, massacres, et capture d’esclaves. Alors on fait quoi ? Qui décide du jour et de l’heure où la « repentance » doit commencer ? du jour et de l’heure où elle doit cesser ? Je crois qu’en Algérie vous avez une composante de votre peuple à qui ça donnerai des idées : les Kabiles qui semblent toujours ne pas avoir digéré la colonisation Arabe...
                        Bref le meilleur moyen d’endormir le Peuple Algérien face aux problèmes qu’il vit c’est bien entendu de lui désigner un coupable extérieur : la France qui a été tellement odieuse que 4 millions d’Algériens sont retournés vivre chez nous. Vous évaluez à combien le nombre de Français qui à la Libération sont allés vivre en Allemagne ? 
                        Manifestement vous n’avez rien compris à l’Histoire, dommage que l’exemple de la paix et de l’amitié ne vous inspire pas : vous restez dans la poursuite du conflit. Et ça c’est votre problème.
                        Pour conclure je vous citerais un verset du Saint Coran « Ce que le Musulman a conqui une fois par la force cela lui appartient pour toujours »
                        Bonne méditation.




                      • kitamissa kitamissa 22 juin 2010 15:16

                        des excuses ,de quoi ? de l’histoire ?

                        aucun gouvernement ne baissera son froc ! vous vous prenez pour qui ? dans votre pays c’est le bordel total !

                        on demande au Anglais de s’excuser d’avoir brûlé Jeanne D’Arc tant qu’on y est ?

                        pour rappel,c’était la gauche au pouvoir au moment de la bataille d’Alger !


                        • LE CHAT LE CHAT 22 juin 2010 15:41

                          salut Maxim ,
                          on attend nous aussi que les algériens baissent la jellabah et s’excusent à genoux pour nos compatriotes enmenés en esclavage par les pirates barbaresques !


                        • Laura 22 juin 2010 15:46

                          Cet article d’un sous-marin bouteflikesque n’a qu’un but, le même que son complice de Tourcoing : Conditionner l’opinion pour la repentance qu’ils osent exiger. Nous sommes assez nombreux pour résister. Je n’ai aucune confiance dans ce gouvernement. Mais je me battrai jusqu’au bout contre cette ignominie.


                        • Shaytan666 Shaytan666 22 juin 2010 16:08

                          Moi j’attends avec impatience les excuses de l’état italien, pour un très lointain ancêtre qui a été tué pendant une des batailles de la guerre des Gaules.


                        • mokhtar h 22 juin 2010 21:39

                          @ D’accord, Kitamissa
                          Mais même les bordels ont le droit d’exiger des excuses. La situation intérieure algérienne actuelle ne dispense pas l’Etat français de ses obligations. Pour faire table rase de son passé colonial. A moins que vous n’entendez vous en glorifier, ce qui est une autre question.
                          Ensuite, le fait que c’est la gauche qui était au pouvoir à l’époque en France n’a aucune importance du moment que ses actes étaient pris au nom de l’Etat français.
                          Et puis, on ne se prend pour personne en particulier, sauf un peuple qui a été colonisé, agressé par une puissance qui a traversé 800 km de mer pour assurer en Algérie sa mission dite civilisatrice dans le sang, la terreur, les massacres collectifs, la terre brulée. On est vers 1830. On peut continuer, si vous voulez...


                        • mokhtar h 22 juin 2010 21:45

                          @ Le chat
                          Ce sont les turques, qui dominaient l’Algérie, qui vous ont fait çà. Révisez vos manuels d’histoire.Et puis, c’était la Course, autrement dit la piraterie d’Etat. Un échange de bons procédés ou France et Angleterre avaient fait école.


                        • titi 22 juin 2010 23:24

                          @moktar

                          « Pour faire table rase de son passé colonial. A moins que vous n’entendez vous en glorifier, ce qui est une autre question »
                          Bah je vois pas bien la raison de faire « table rase » du passé colonial dans la mesure où cela fait partie de notre histoire.
                          S’en glorifier pourquoi pas : la colonisation c’est aussi la découverte de l’amérique du Nord et l’établissement des francophones. la colonisation c’est aussi Champolion, De Lesseps.
                          En Maurétanie toutes les mines de fer du Nord ont été découverte par la France. Et c’est aujourd’hui la Mauritanie qui exploite !

                          D’ailleurs on peut noter que si on considère la politique de la France en Europe concomita ment à la constitution de ses Empires coloniaux, il vallait mieux être « colonisé » que hollandais, ou allemands, devant les armées de Louis XIV (http://fr.wikipedia.org/wiki/Ravage_du_Palatinat, http://fr.wikipedia.org/wiki/Sac_du_Palatinat,http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Grandes_Mis%C3%A8res_de_la_guerre), ou Espagnols devant les armées de Napoléon (http://commons.wikimedia.org/wiki/Los_desastres_de_la_guerra?uselang=fr)

                          Il s’agit d’époques où l’on trucidait pour un oui ou pour un non. Nos aïeux ont fait la guerre comme elle se pratiquait à l’époque et comme la pratiquaitent les Ottomans ou les Barabaresques et tous les pays connus : avec pas beaucoup de considération pour la vie humaine et encore mois pour celle de l’étranger. Sachant que la notion d’étranger s’appliquait aux limites du canton (anecdote : dans certains livres scolaire du début du XX siècle, les « races » étaient illustrées avec étalage de leurs « tares ». Mais il ne s’agissait pas de blancs ou de noirs, il s’agissait de la race Prussienne, Britannique ou Russe. Le « racisme » s’appliquait entre européens)
                          Je ne vois donc pas de quoi on pourrait se repentir : c’étaient des hommes de leur siècle.
                          Ceux qui partaient « en colonies » le faisaient souvent poussés par la misère. Savez vous que nombre de « colons » d’Algérie étaient en fait des Alsaciens fuyant le joug prussien ?

                          Demain les générations futures jugerons peut être nos actions et aurons peut être un regard inquisiteur sur ce que nous considérons juste aujourd’hui. Peut être que dans 200ans une famine dévastera la planète et que nos descendants nous accuserons de ne pas avoir « controlé » la natalité africaine ?!?
                          Mais je me refuse à juger l’action de gens qui subissaient leur époque au moins autant que les « colonisés ».


                        • Shaytan666 Shaytan666 23 juin 2010 09:44

                          @Titi
                          C’est toujours ce que je dis, on ne juge pas le passé avec la mentalité du présent !


                        • JJ il muratore JJ il muratore 23 juin 2010 18:24

                          Moktar : c’est ça l’histoire commence en 1830 ! Boutéflicka se ridiculise avec cette prétention qui ne sert qu’à endormir les gogos. C’est vrai que ça ne manque pas (nulle part)
                          Pourquoi ne pas évoquer la 1ère expédition militaire française à Alger (qui fut un désastre) envoyée par LouisXIV ; son but était de faire cesser les razzias incessantes sur nos côtes et d’essayer de récupérer les milliers d’esclaves que les algérois avaient emenés.
                          Je vais proposer à l’Irlande de vous demander réparation pour la ville de Bristol razziée et brûlée et pour les 200 habitants que les algérois firent esclaves.
                          Arrêtez votre délire FLNesque !


                        • ZEN ZEN 22 juin 2010 17:37

                           "La guerre d’Algérie  » sous la direction des historiens Benjamin Stora et Mohammed Harbi

                          Un livre à lire absolument
                          Je n’ai rien trouvé d’aussi complet jusqu’à présent
                          Travail universitaire approfondi, basé sur une masse d’archives impressionnante
                          Sans concession dans l’étude de l’une et l’autre partie
                          Une solide interprétation de l’engrenage depuis Sétif et avant


                          • Massaliote 23 juin 2010 12:03

                            Merci pour la publicité sur le livre du dhimmi Benjamin Stora forcément « sans concessions » vis-à-vis de la France.


                          • mokhtar h 22 juin 2010 23:30

                            @James-Joyce
                            L’islam est un choix intérieur algérien, des fois que vous envisageriez d’engager une autre mission civilisatrice...
                            Par contre, la présence coloniale française a été imposée par le fer, le feu et le sang, aux algériens durant 132 ans
                            La France a construit des routes, des écoles des hôpitaux en Algérie ? Heu ! si je vous donnais des chiffres là dessus, vous ne manqueriez pas de rougir d’en avoir parlé, même avec un aplomb comme le vôtre.


                          • mokhtar h 23 juin 2010 00:25

                            Y a pas de mal à çà , que je sache. C’est un choix algérien. non imposé. A moins que vous ne soyez contre la liberté de choix du fournisseur.
                            puis les chinois ne sont pas chiants, ils viennent faire des affaires, encaissent leur argent, et partent, même s’ils reviennent pour d’autres contrats. Autant que je me souvienne, il ne me semble pas qu’ils aient été un jour accompagnés d’un corps expéditionnaire. Et avec çà, discrets : si puissant soit devenu leur pays, il ne s’occupent pourtant pas de donner les leçons aux autres.


                          • Ganapati Ganapati 22 juin 2010 22:10

                            J’hallucine : Vous parlez de la Guerre d’Algérie comme quelqu’un qui n’y était pas. Les articles que vous avez pris en exemple sont le reflet d’une mauvaise presse politique récente.
                            Vous semblez oublier qu’il reste des survivants de cette guerre, des Pieds Noirs et des Harkis, qui ont subis la torture des Fellaghas. Il n’existe pas de torture moindre. Surtout lorsqu’il s’agit des femmes et des enfants.
                            Maintenant, il faut arrêter de critiquer sans arrêt les catholiques, c’est du Racisme.


                            • Annie 22 juin 2010 22:19

                              La torture institutionnalisée n’est jamais excusable, quelles que soient les circonstances. Par institutionnalisée, j’entends qu’il y aura toujours des exactions commises, parfois pour des motifs sinon justifiables, du moins compréhensibles. Mais qui ne doivent pas être sanctionnées par une armée, ou par un état.
                              Que l’on parle de l’Algérie, de l’Indochine ou de l’Irak aujourd’hui, la torture a non seulement montré ses limites, mais aussi qu’elle ne dégrade que ceux qui la pratiquent.


                              • Annie 23 juin 2010 09:12

                                C’est pour cela que j’ai précisé « institutionnalisée ». Non pas pour justifier la torture commise par des individus qui perdent leurs repères et leur compas moral quand ils sont confrontés à des situations extrêmes, mais pour établir une distinction avec celle qui est encouragée, cautionnée et justifiée par de plus hautes instances.


                              • titi 22 juin 2010 22:32

                                Ce qui est assez étonnant c’est que l’action de l’armée francaise en Algérie n’est rien... comparer à l’action de l’armée francaise à Madagascar en 1947.

                                Et pourtant personne ne parle de se qui s’y est passé sous l’égide des gouvernements issus de la libération.
                                Et pourtant les malgaches ne réclament rien.

                                Moralité, quelle est la véritable motivation de ses demandes de repentances ?


                                • mokhtar h 22 juin 2010 23:13

                                  @ Titi
                                  Que les malgaches ne demandent rien pour ce qu’a fait le colonialisme français en 1947, n’a rien à voir avec 132 ans de présence coloniale française en Algérie. Ni lien ni commune mesure. Si vous voulez on peut se rafraîchir mutuellement la mémoire.
                                  Et si une victime ne dit rien et ne demande rien, cela n’oblige nullement une autre victime à faire de même.


                                • titi 23 juin 2010 07:46

                                  « Que les malgaches ne demandent rien pour ce qu’a fait le colonialisme français en 1947, n’a rien à voir avec 132 ans de présence coloniale française en Algérie. Ni lien ni commune mesure. Si »

                                  Je suis d’accord pour dire que cela n’a rien à voir mais sans doute pas pour les mêmes raisons.
                                  La conquête de Madagascar était un acte de guerre unilatéral. Celle de l’Algérie répondait à un Casus Belli.
                                  Le maintient des francais à Madagascar etait du pur colonialisme « du fort au faible », alors qu’en Algérie il y a avait une population « loyaliste » à protéger.

                                  Il n’empêche que la guerre d’Algérie et la présence francaise ont pris fin en 1962.... bientot 50 ans. Or aujourd’hui, dès qu’un problème interieur se fait jour en Algérie, les dirigeants rejettent la faute sur la puissance coloniale : les bidonvilles ? hérités de la France. Les immeubles qui s’effondrent lors du tremblement de terre ? Ce sont les immeubles « francais » qui se sont effondrés. Des égouts mal dimensionnés ? Ce sont les Francais qui les ont construits. Le chomages, la guerre c’est la faute au colon, en remarquant au passage que beaucoup d’infrastructure sont héritées de la France : bah oui vu que rien ne marche...
                                  Boutef et sa clique ont intérêt à attiser l’esprit revanchard :
                                  1. Ils tiennent leur légitimité de la guerre ;
                                  2. Cela permet de masquer leurs lacunes.
                                  Il serait temps que les Algériens fassent le bilan de 50 années d’indépendance plutot que celui des 130 années de colonisation.
                                  Ils ne changeront rien de ce qui s’est passé, mais ils ont encore le moyen de changer ce qui va arriver.

                                  Personnellement, la France a guerroyé, et mis le feux à à peu près la moitié de la planete.
                                  Je ne vois pas bien pourquoi je devrais m’arrêter particulièrement sur le cas de l’Algérie.


                                • Hieronymus Hieronymus 23 juin 2010 04:02

                                  Chems, le propagandiste du FLN
                                  toujours le meme discours a sens unique
                                  ne merite pas davantage de commentaires


                                  • eric 23 juin 2010 07:13

                                    La face cachée de l’anticolonialisme....

                                    Le colonialisme français fut une fantastique aventure de civilisation au service des peuples concernés. Des soldats, des missionnaires, des capitaines d’industrie, des médecins, ont apporté aux locaux les bienfaits du progrès, de la paix etc... Bien sur il a pu avoir des faces noires. Ainsi, souvent ;les petits fonctionnaires français expatriés ont été en dessous de tout dans le respect du aux autochtones. On le voit très bien dans l’histoire d’HochiMin, diplômé en France, traité comme un égal en fac et relégué en bas de l’échelle par les chinovniks français d’Indochine.

                                    Globalement, le bilan est extrêmement positif. Il y a eu beaucoup plus de morts de faim, de maladie, de violence politique, dans les pays décolonisés, avant et depuis le départ des français.

                                    Seulement voilà, tous cela coûtait cher. On sait que les colonies ont à deux exceptions prêt couté plus cher qu’elles n’ont rapporté ( voir Jacques Marseilles). Ce n’est pas faute de moyens militaires ou humain que l’on a décolonisé, c’est essentiellement par égoïsme ; Pour rester, il aurait fallu continuer à payer, et puis, tôt ou tard, partager avec les locaux le niveau de vie métropolitain. Les français n’avaient plus la générosité nécessaire. Il est beaucoup plus rentable d’exploiter un pays de l’extérieur sans en être responsable et sans se livrer aux investissement minimaux.

                                    C’est exactement pour les mêmes raisons que la Russie a décolonisé récemment.

                                    D’un point de vue ultra libéral, les anticolonialistes ont clairement été les idiots utiles qui ont contribué à déconsidérer la mission de la France dans les colonies, permis d’économiser les moyens investits et se contenter d’acheter les matières première au prix de la corruption de quelques dirigeants. Il est juste regrettable que des gens comme Bigeard aient eu à payer de leur sang les valses hésitations des gauches entre les prurits anti coloniaux pas désintéressé, de certains, plus tot pro sovétiques et qui faute de comprendre quoi que ce soit à l’éocnomie, pensaient sincèrement que la décolonisation affaiblirait l’occident. ( les pauvres !) et les rêves d’instituteurs, de France, de Dunkerque à Tamanrasset de la gauche franco française.

                                    Nous avons abandonné le peuple algérien à une clique de militaires corrompus et prédateurs dont les excès ont même réussi à réanimer un islamisme de combat qu’il n’ont pu noyer que dans le sang et l’argent du gaz,

                                    Il faut les comprendre, leur seule légitimité est de se prétendre les héritiers d’une juste lutte de libération. Ils vivent à cheval sur la France et l’Algérie, nous envoient leurs enfants pour qu’ils échappent à l’arabisation qu’ils imposent à leur peuple faute de le loger et le nourrir suffisamment, viennent se faire soigner ici, et au fond, adorent la France. Mais ils ont besoin d’un discour pour justifier leurs prébendes, d’un bouc émissairre pour justifier leurs impérities.

                                    Évidemment, les idiots utiles du soit disant anticolonialisme, avec l’instinct très sur qui leur fait soutenir toutes les dictatures dés qu’elles s’affichent plus ou moins collectivistes, s’empressent de contribuer à ce travail de légitimation des dictateurs qui nous permettent d’acheter tranquillement notre gaz au prix de la misère et de l’oppression du peuple algérien.
                                    ce sont d’ailleurs souvent les mêmes qui soutiennent la dictature féodale cubaine ou les fils à papa de la bourgeoisie blanche maintiennent en semi esclavage la population à dominante noire ou se réjouissent que les chinois apportent les lumières aux tibétains....
                                    Souvent les mêmes aussi qui regrettent amèrement que l’on torture un terroristes, mais comprennent assez bien la pose d’un bombe dans un car d’enfants en israel comme une dissuasion légitime du faible au fort.

                                    Au passage, en dévalorisant leur propre peuple, leur culture leur histoire ils peuvent se complaire dans l’espèce de nihilisme, d’insatisfaction personnelle qui est le fond de leur personnalité et le ressort de leur engagement politique.

                                    Maintenant, pour être tout à fait honnête, il est vraisemblable que la frontière éthique des officiers français en Algérie, passé par les geôles du socialisme national pendant la guerre et international en Indochine et donc ayant été à bonne école en matière de torture, ait pu sur le terrain, quelque peu différé de la notre derrière nos écrans...


                                    • COVADONGA722 COVADONGA722 23 juin 2010 07:18


                                      l idéal eu été que cela soit les anglosaxons qui colonisent le magreb nos ennuis actuels serait à la hauteur de ceux posés par les amérindiens


                                      • Massaliote 23 juin 2010 09:02

                                        Entièrement d’accord. Partout où ils sont passés ils ont fait prévaloir LEURS intérêts au détriment des autochtones. Et PERSONNE ne leur demande la moindre repentance.


                                      • Radis Call 23 juin 2010 09:28

                                        Encore une contre vérité :il y a eu le génocide des amérindiens au US par exemple ..

                                        Beaucoup d’Américains se soucient aujourd’hui des exactions , de ces massacres , masqués par une néomythologie de conquête de Far West , mis en scène pendant longtemps par le cinéma qui opposait « des sauvages à la civilisation »..

                                        Quand on s’intéresse de près aujourd’hui sur beaucoup de des représentants de ladite civilisation...En fait , des psychopathes, chassés pour la plupart de leurs pays d’origine , et un grand nombre fuyant des famines effroyables liées au développement du capitalisme industriel ( Irlandais,Ecossais , puis Italiens, Allemands,.Hollandais , etc...)

                                        Bref , beaucoup d’américains se penchent sur les survivants de ce génocide , comment ils ont été traités pendant longtemps (les réserves, les camps )et surtout sur la nature de cette civilisation quasi disparue , porteuse de valeurs , qui font cruellement défaut aujourd’hui , comme la place de l’homme au sein d’un cosmos , le respect des écosystèmes et de la nature .

                                        Ce massacre inouï donc des Indiens , gratuit , par des armes à feu perfectionnées , par l’alcool , et ces hécatombes de millions de bisons qui étaient une des bases de leur civilisation : les peaux, pour les vêtements , l’habitat et la nourriture .


                                      • Radis Call 23 juin 2010 08:55

                                        C’est effarant de lire certaines interventions...

                                        D’abord on est loin du sujet de l’article...La torture.

                                        Certains en profitent pour faire l’apologie de la colonisation , acte de « civilisation » désintéressé..Disent-ils !

                                        Ce qui est tout sauf vrai : il est évident et prouvé que le mouvement de colonisation ,impulsé par tous les états européens ,sous une monarchie ou sous république ; n’avait pour objectif que le pillage , le pillage des ressources et l’enrichissement...

                                        En ce qui concerne l’AFN rappelons que nombre de colons étaient des déchus , des bagnards , mis au ban pour des raisons politiques ou de droit commun .

                                        Et que quantité de grosses sociétés se sont développées pour empocher les bénéfices de ces ressources : mines , bois ,or, diamant , caoutchouc dans le cas de l’indochine ,où les productions vivrières ont été remplacées pour des monocultures (michelin) d’origine amazonienne...

                                        En Algérie , des colons ont aussi mis en place d’immenses territoires pour la culture de la vigne par exemple...

                                        Aucun altruisme , là dedans , même si des indigènes , ont pu en tirer des moyens de subsistance en y travaillant comme ouvriers agricoles mais asservis..

                                        Une classe moyenne a pu se former , d’origine diverse , en faisant du négoce ,ou jouant le rôle de contremaître...

                                        La preuve ce sont les accords de décolonisation qui ont mis en place des roitelets au service des anciens maîtres et protégés par l’armée française...

                                        La preuve c’est la survivance de la Françafrique ,organisme un peu barbouzard , dont la fonction est d’échanger des marchés pétroliers gaziers et autres minerais de première importance , bois , (uranium...) etc contre de l’armement français qui alimentent nombre de guerres et massacres d’aujourd’hui.

                                        Revenons à la guerre d’Algérie :l’exemple même de l’engrenage dans la violence poussé à son paroxysme ...Je ne vois d’équivalent que dans les atrocités des révoltes dans l’ouest de notre pays , la chouannerie pendant la révolution française...S’y mêlaient le fanatisme religieux et la collusion avec les armées des monarchies européennes qui ont envahi notre pays à plusieurs reprises en 93, 94, 95...

                                        « La patrie en danger » , la terreur révolutionnaire et contre révolutionnaire (blanche) , gratinée elle aussi .

                                        Pour terminer : certains semblent déplorer le sort des Harkis , abandonnés à la vindicte des nationalistes fanatiques algériens...

                                        C’est tout de même oublier un peu vite que les ordres de nos responsables politiques ont été de les abandonner au moment de quitter le territoire et que ce sont des actions individuelles qui ont permis d’en sauver quelques milliers .

                                        Et surtout comment les a t’on traité sur notre sol , ces harkis rescapés ?

                                        De façon abominable : camps , bidonvilles et racisme violent .

                                        Alors un peu de pudeur , ces messieurs qui n’ont que le nom d’honneur, de fraternité à la bouche et de notre grandeur passée , axée sur l’impérialisme et les immenses ressources et richesses ,que nous ont apporté nos colonies .

                                        Comment pensez-vous que certaines grosses fortunes se sont faites dans notre pays , et aussi l’apparition de la corruption à grande échelle et le dévoiement de notre démocratie ?

                                        L’Algérie recelait gaz et pétrole et cela pesait aussi dans les enjeux de cette guerre ...


                                        • Massaliote 23 juin 2010 09:10

                                          Ah, la Françafrique. C’est tellement plus respectable lorsque les bénéficiaires des magouilles inhérentes à la « démocratie » de ces pays ne sont pas français. smiley

                                          « L’Algérie recelait gaz et pétrole et cela pesait aussi dans les enjeux de cette guerre ... » C’est pour ça qu’il serait extrêmement intéressant de connaître les dessous du CADEAU fait à une poignée d’assassins vaincus. De quel plan machiavélique la France a t’elle fait les frais ? Cherche à qui le crime profite. smiley


                                        • Radis Call 23 juin 2010 10:00

                                          Voui, voui Massaliote..

                                          Et dans les accords une partie du Sahara à notre disposition, contaminée pour toujours par les déchets radioactifs de nos essais nucléaires ! Et tant pis pour les Touaregs !

                                          Sacré cadeau d’au revoir et d’amitié ! smiley


                                        • nada 23 juin 2010 10:25


                                          "L’Algérie dispose par ailleurs de 26 universités et de 67 établissements d’enseignement supérieur, qui doivent accueillir en 2008 un million d’étudiants Algériens et 80 000 étudiants étrangers. L’université d’Alger, fondée en 1879 est la plus ancienne, elle offre un enseignement dans plusieurs disciplines (droit, médecine, sciences et lettres).
                                          25 de ces universités et la quasi-totalité des établissements spécialisés de l’enseignement supérieur ont été fondés après l’indépendance du pays.

                                          À partir de la 3e année, le français est enseigné et c’est aussi la langue d’enseignement pour les cours de sciences.« 

                                          La majorité des Algériens né avant l’indépendance ne parlent pas Français, alors que la majorité de ceux qui sont nés après l’indépendance parlent Français.

                                          Ce sont les Algériens qui ont construit les écoles et ont enseigné le Français à leurs compatriotes.

                                          L’ Algérie n’ a pas besoin des excuses de qui que soit.Les Algériens doivent arrêter de perdre du temps avec cette histoire, et laisser les historiens l’écrire.Pour cela la France doit rendre publique toutes ses archives sur cette guerre.Lorsque tout sera révélé, la page pourra être tourné.La France doit fournir toutes les informations sur ses essais nucléaires et les mines posés en Algérie.Ils continuent à faire des malades, des blessés et des morts en Algérie. 

                                          Ceux qui ont brulé le drapeau Algérien, c’est de la pure provocation envers les autorités du pays.Les Algériens ne regrettent pas la France.Des logements sont construits, et les Algériens ne sont pas satisfaits du lieu où ils devront habiter, ou sont pressés d’obtenir leur logement.
                                           »La question est d’autant plus sensible que des mouvements de protestation sont signalés à chaque affichage des listes des bénéficiaires de logements.« 

                                          L’origine du nom Algérie : alDjaZaire ( DZ ) ou Aljazaire
                                          La signification du nom donné par Bologhine ibn Ziri fondateur de la dynastie berbère des Zirides régnant sur l’Ifriqiya de 972 à 1152 ..voudrait que le nom soit donné en référence aux îles qui faisaient face au port d’Alger à l’époque et qui furent plus tard rattachées à sa jetée actuelle ; en arabe Al-Djaza’ir (الجزائر), « Les Îlots », en français. ( la même origine que la chaîne al djazeera ou al jazeera : l’ile ) source wikipédia.


                                        • nada 23 juin 2010 10:33

                                          1 045 000 logements construit entre 2005 et 2009


                                        • Massaliote 23 juin 2010 11:49

                                          LOGEMENTS AUX NORMES ANTI-SISMIQUES ON L’ A VU.


                                        • Massaliote 23 juin 2010 13:50

                                          @nada : dans ce pays de cocagne on peut se demander pourquoi notre consulat est harcelé par les demandeurs de visa sous toutes sortes de prétextes saugrenus. Par exemple : « Je veux un visa, j’y ai droit, mon arrière-arrière grand’père a été soldat dans l’armée de Napoléon III » (sic) smiley


                                        • nada 23 juin 2010 14:32

                                          Sur Les chantiers il y a des entreprises de tous les pays industrialisés et émergents.Les Japonais ont eu des contrats pour la construction des autoroutes, et les Italiens pour les immeubles.
                                          Des sociétés Françaises ont eu des contrats pour la gestion des eaux, mais les clients ne sont pas satisfaits : 

                                          "20 oct. 2009 ... A moins d’une année de son expiration en 2010, le contrat du groupe français Suez gestion des eaux d’Alger a peu de chances d’être reconduit "

                                          Les Algériens ne se pressent pas pour obtenir des visas pour la France vous prenez vos fantasmes pour des réalités.
                                          Il y a une émigration de 10 000 personnes par an en Algérie, et très peu viennent en France.

                                          source wikipédia.


                                        • voxagora voxagora 23 juin 2010 09:04

                                          Ce que je trouve extraordinaire, captivant, hallucinant,
                                          à se rouler par terre de plaisir épistémologique,
                                          c’est ce qui fait la base, l’étai, le pivot, le point central de ce genre d’article :
                                          la France a INVENTE le colonialisme ou « envahissement de territoire » !
                                          Cela n’avait jamais existé avant, nulle part :
                                          les macédoniens et les chaldéens, les hélléniens et les romains,
                                          les huns et les machins, les assyriens et les arabes kèkséksa ?
                                          Et cela n’a jamais plus existé depuis, nulle part,
                                          même pas à Chypre !
                                          Les français n’ont fait que donner un nom à un territoire
                                          sans cesse envahi, brassé, torturé, et ce depuis la nuit des temps.


                                          • mokhtar h 23 juin 2010 10:51

                                            A la lecture de quelques post enflammés, on est bien obligé de constater que des deux pays, l’Algérie et la France, c’est bien cette dernière qui est aujourd’hui le plus à plaindre.
                                            J’en suis arrivé à croire que les hommes de bonne volonté français auront un mal fou pour relever leur pays.
                                            Finalement, l’Algérie n’a pas fait un si mauvais choix en se tournant vers des pays émergents (Chine, Inde, Russie, Malaisie, Indonésie, Brésil, Turquie, etc), vers des pays émergents (Egypte, Iran, Nigéria, Afrique du Sud) ,et d’autres pays européens sans contentieux colonial. Et... bonne chance quand même au Peuple profond de France.


                                            • COVADONGA722 COVADONGA722 23 juin 2010 11:31

                                              bonjour Mokthar H , l algerie dispose d une population jeune et éduquée ; elle a nombre d atouts economiques a develloper , il est sain qu’elle oublie ce que elle elle considere comme un passé uniquement mortifere improductif et a exclure définitivement de sa memoire c est sa vision qu elle en tire les conséquence , qu elle continue comme elle le fait a ce choisir d autres partenaires d autres référents , toutefois elle ne pourras faire l economie de l eradication de cette caste generalesque qui met le pays en coupe réglée bien que tous formés dans les académies des pays de l est il lui est l’oisible de le mettre sur le dos de la France , l incapacité mutuelle de nos deux pays a regarder le passé sereinement ne peu pas en souffrir d avantage vu qu elle est a son comble.


                                            • nada 23 juin 2010 14:44

                                              Le nom n’est pas donné par la France.L’origine du nom, c’est le nom de la ville Alger (aljazair : îles) qui a donné Algérie, comme Tunis a donné le nom Tunisie.Le nom de ces villes existait avant l’arrivée des colons.


                                            • nada 23 juin 2010 21:06

                                              l’article complet : http://mitidja.free.fr/biblio/documents_algeriens.htm
                                              Maghrib el-Aousit et El-Djezaïr sont encore employés en langue arabe, mais El-Djezaïr par une évolution linguistique dont les navigateurs chrétiens sont responsables devait se cristalliser sous une vocalisation et une graphie nouvelles : Alger, transcription qui figure déjà sur la carte Catalane dite de Charles V (1375), d’après R. Lespès (L’origine du nom français d’Alger traduisant El-Djezaïr, dans « Revue Africaine », 1926).
                                              Le génie français a tiré de ce mot l’appellation géographique Algérie dont la fortune a suivi l’organisation du pays algérien ainsi que la pénétration de la France au Sahara. Cette appellation s’est étendue progressivement vers le Sud.

                                              L’Algérie fait partie d’une contrée appelée de nos jours Afrique du Nord et qui, dans le passé, en a porté beaucoup. Dans les Siècles obscurs du Maghreb, E.F. Gautier dit que l’Afrique du Nord est un pays sans nom. C’est une boutade. Il serait plus exact de dire qu’elle en a eu trop, d’où une confusion qui déroute parfois l’historien ou le géographe.

                                              Étymologie du mot berbère 

                                              À l’origine, le terme barbare — emprunté en 1308 au latin barbarus, lui-même issu du grec ancien βάρϐαρος bárbaros (« étranger ») — était un mot utilisé par les anciens Grecs pour désigner d’autres peuples n’appartenant pas à leur civilisation, dont ils ne parvenaient pas à comprendre la langue. Bárbaros n’a à l’origine, aucune nuance péjorative, il signifie simplement « non grec » ou plus largement toute personne dont les Grecs ne comprennent pas la langue, quelqu’un qui s’exprime par onomatopées : « bar-bar ».


                                            • alpheratz 23 juin 2010 15:31

                                              Ce résumé d’articles de journaux de gauche ne prouve qu’une chose : Vous ne lisez pas les bonnes informations, et vous n’avez certainement pas vécu la Guerre d’Algérie. Qu’il soit dans vos habitudes de critiquer les morts, les chefs religieux catholiques, ou ceux qui ne peuvent pas se défendre, ne démontre pas d’un grand courage.
                                              L’Algérie, au bout de 50 ans de liberté et de décolonisation, aurait dû s’épanouir. Mais non, ceux qui sont prêts à dire du mal de la France, et à partir en guerre contre elle, viennent encaisser les allocations pour leurs multiples femmes et enfants, et pourrir notre système de sécurité sociale. L’argent français est toujours bon à prendre.
                                              Que fait le gouvernement algérien pour ses ressortissants libres ?


                                              • Ganapati Ganapati 24 juin 2010 13:25

                                                Je voudrais vous rappeler comment la Guerre d’Algérie a commencé. Les Fellaghas ont tué des femmes et des enfants dans les parcs, en novembre 1954, sans distinction de race ou de religion. A la suite de cet évènement, les mères n’ont plus sorti les enfants dans leur poussette, de la fin des années 50, jusqu’à 1962. Quand il y avait le couvre feu, le soir, les troupes FLN tiraient sur tout ce qui était vivant : Femmes, vieillards, enfants.
                                                Il me semble que ce sont les Algériens eux -même qui doivent des excuses à leurs frères de sang.


                                                • JJ il muratore JJ il muratore 30 juin 2010 11:59

                                                  à Mokhtar h : je constate avec plaisir que Mokhtar h s’est bien gardé de répondre à mes rappels historiques. Comme il s’abstient de réfléchir à la question : jusqu’à quelle date on fait remonter l’exigence de repentance ?
                                                  Jouissif !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès