• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Denis Pouchiline : Nous ne pensons pas que l’Occident est prêt à nous (...)

Denis Pouchiline : Nous ne pensons pas que l’Occident est prêt à nous reconnaître

Le 14 novembre 2018, le chef de la République Populaire de Donetsk (RPD) nouvellement élu, Denis Pouchiline, a donné une conférence de presse à propos des élections, de la situation militaire, des accords de Minsk et des relations internationales.

Parallèlement aux élections en RPD, des élections ont eu lieu en RPL. En RPL, Léonid Passetchnik l’a emporté avec une majorité de voix. Les républiques envisagent-elles une coopération encore plus étroite à l’avenir ?

Je l’espère. Ce processus est déjà en cours. En ce qui concerne le rapprochement, l’élimination des obstacles inutiles pour nos citoyens, il s’agit à la fois de la circulation des citoyens et de la vie économique, pour les entrepreneurs. Par conséquent, Léonid Passetchnik et moi-même avons déjà prévu de supprimer complètement les douanes, de supprimer toutes les frontières. Il s’agit, bien entendu, de la synchronisation de la législation, du cadre législatif, des processus de réconciliation dans le domaine militaire et de la coopération dans d’autres domaines qui aideront la RPD et la RPL à être plus proches.

Aujourd’hui, beaucoup de temps et d’attention sont consacrés au développement de l’économie de la république, à l’amélioration de la vie et du bien-être de nos citoyens, mais la guerre n’est pas encore terminée. Quelle est la situation actuelle sur la ligne de front ?

Malheureusement, d’après les informations que je reçois quotidiennement, on peut dire que l’Ukraine commet et commettra encore des provocations sur la ligne de contact. Il y a des bombardements, des destructions d’infrastructures, malheureusement aussi, des blessés et des morts parmi les civils. Il s’agit d’un conflit de longue durée de manière générale. L’Ukraine n’abandonnera pas ses actions provocatrices.

Par conséquent, il faut régler de nombreux points à Minsk. Il faut chercher des opportunités d’atteindre les pays occidentaux, les États-Unis, la France, l’Allemagne – les pays garants de la mise en œuvre des accords de Minsk. Pour qu’ils fassent pression comme il se doit sur l’Ukraine, sur Kiev. Il existe de tels mécanismes. Pour que l’Ukraine commence à remplir ses obligations, au moins, en respectant le cessez-le-feu, le retrait du matériel. Malheureusement, pour le moment, ce ne sont que des intentions. À regret, je ne peux pas dire que la guerre prendra fin demain et que l’Ukraine cessera ses bombardements.

Êtes-vous prêt, pour la paix, à vous asseoir à la table de négociation avec Petro Porochenko, et comment les dernières élections en RPD renforcent notre position dans le cadre des négociations ?

En ce qui concerne la table des négociations, en tant que négociateur, j’ai déjà participé à des négociations avec les représentants ukrainiens, et c’est dans l’intérêt du monde entier que nous le faisons. Bien sûr, toutes les questions qui sont discutées et liées à la sécurité de nos citoyens sont des priorités. Néanmoins, je vois du sabotage de la part de l’Ukraine. Je l’ai vu précédemment, et je continue de le voir maintenant, parce que j’ai toute l’information sur ce qui se passe là-bas. Je vois aussi de la part de l’Ukraine un ralentissement du processus, une diversion vers des questions secondaires et inutiles.

Malheureusement, il n’y a aucun espoir que le comportement de l’Ukraine change dans un avenir proche. Je pense que la plate-forme de Minsk est la plus importante pour nous. C’est la seule plateforme internationale où nos représentants sont entendus. Et même si ce n’était pas avantageux pour l’Ukraine de prétendre que nous n’existons pas. Nous existons. Et de plus en plus de gens le sauront.

Tchesnakov a qualifié les résultats des élections en RPD de victoire pour l’électorat pro-russe et les forces politiques pro-russes. Comment pouvez-vous commenter cette déclaration ? Et êtes-vous d’accord avec lui, ou non ?

En 2014, nous avons déterminé notre objectif. Et ce taux de participation, que les résidents de la RPD ont montré, a clairement prouvé que les autorités ont choisi et sont sur la bonne voie. Et cet objectif va vers la fédération de Russie. Il est très difficile de ne pas être d’accord avec la déclaration de Tchesnakov.

L’UE et les États-Unis ont appelé au boycott des élections. Elles ont quand même eu lieu. Y a-t-il une chance que les pays de l’UE reconnaissent nos élections ?

La réponse est qu’il y a eu des tentatives de la part de l’Ukraine et des pays occidentaux de perturber les élections, de les boycotter. Même l’ambassade américaine a appelé à le faire. Comme cela s’est manifesté de la part de l’Ukraine, à commencer par l’intimidation des membres de la commission électorale centrale, les branches locales. Je vous dirai que ces mesures des pays occidentaux n’ont pas été couronnées de succès. Les élections ont eu lieu. Et le taux de participation a été très élevé. Je peux honnêtement dire que nous ne nous attendions même pas à un taux de participation aussi élevé.

Selon les prévisions les plus optimistes, nous nous attendions à 60, voire un maximum de 70 %. Mais nos compatriotes se sont avérés être des citoyens encore plus engagés. Néanmoins, nous ne nous attendons pas et ne nous faisons pas d’illusions quant à la reconnaissance par les pays occidentaux. Parce que c’est une question très difficile pour les pays occidentaux en termes de reconnaissance de culpabilité, parce qu’ils soutiennent l’Ukraine. En fait, si les pays occidentaux reconnaissaient nos élections, ils nous concéderaient une certaine légitimité, en tant que républiques. En conséquence, ils se retrouveraient coupables de bombardements, de destructions, et quelque part même dans du génocide de la population du Donbass.

Bien sûr, leur rhétorique à l’égard de la Russie deviendrait tout simplement injustifiée, les sanctions devraient être levées dès que possible et les auteurs de ces actes auraient été recherchés. Mais dire que l’Occident est prêt pour cela, nous ne le pensons pas. Par conséquent, nous ne nous attendions pas à être reconnus par les pays occidentaux.

Dans le même temps, un grand nombre d’observateurs internationaux, de 14 pays, sont venus. Ils ont pu vérifier la transparence des élections. L’aspect démocratique de tous les processus qui ont lieu dans la république. C’est vraiment important. Mais le plus important est le choix de notre peuple. C’est un fait notable, qui montre que nous allons dans la bonne direction, que nous avons choisi la bonne voie. C’est la chose la plus importante pour nous.

Voir la conférence de presse en vidéo :

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • eric 16 novembre 2018 09:15

    Oui, il y a de vrais risques que cela dure.

    Il y a un point important pour lequel il est important d’anticiper.

    Les États de fait non reconnu, je connais un peu ; Il y a toute sortes de difficultés pour les ressortissants.

    L’une d’entre elles qui n’appairait peut être pas encore, c’est la possibilité pour les jeunes d’aller étudier à l’étranger, voir de simplement voyager.

    Il a fallu plusieurs dizaines d’année pour que la communauté internationale donne de telles possibilités aux jeunes chypriotes turques, dont les documents ne sont reconnu par à peu prêt personne.

    En Abkhazie, les anciens ont presque tous des passeports russes. La Russie donnait des papiers à qui voulait en gros. Mais à un moment, certains parents n’ont pas pris la précaution de transmettre cette citoyenneté à leurs gosses. Ceux-ci se sont retrouvé bloqués de facto. A ma connaissance, il est possible de se faire soigner en Géorgie, mais en matière d’étude, je suis moins sur. Et si cela nécessite de prendre des papiers géorgiens, alors les jeunes peuvent ils rentrer sans problème ? LA Russie aurait à nouveau assoupli les procédures.

    En Transnistrie, tous ceux qui ont pu ont pris des passeport roumain pour pouvoir travailler en Europe et y envoyer leurs enfants.

    En Crimée, qui n’avait pas la double nationalité ? Au Donbass, etc... je ne sais pas ce qu’il en est.

    Mais c’est une question importante pour l’avenir. Les gens ont ils des passeports ukrainiens reconnus et renouvelables ? Des passeports russes ?


    • Christelle Néant Christelle Néant 16 novembre 2018 09:22

      @eric
      Bonjour,
      Kiev ne délivre plus de passeports aux résidents de la RPD et de la RPL. C’est d’ailleurs pour ça qu’ils ont dû créer leurs propres passeports, qui sont reconnus par la Russie. Je pense qu’on va se diriger vers un scénario à la Sud Ossète avec distribution à terme de passeports russes.


    • Ouallonsnous ? 16 novembre 2018 17:22

      @Christelle Néant

      Ils sortiront de cette ambigüité quand l’éradication de la nuisance de l’UE/OTAN/USA aura eu lieu, d’ici là il faudra faire avec !!!


    • aimable 17 novembre 2018 00:20

      Christelle Néant
      ce qui les ferait entrer ipso facto dans la fédération de Russie , est ce leur désir ?
      l’avantage c’est qu’ils bénéficieraient vis a vis de l’Ukraine, de la protection Russe .


    • Christelle Néant Christelle Néant 17 novembre 2018 09:09

      @aimable
      Oui c’est le désir des gens d’ici. Et c’est clair que ca calmerait l’Ukraine.


    • eric 16 novembre 2018 09:52

      Avec les russes, il y a des hauts et des bas ; Il faudra les prendre coûte que coûte si cela se présente.

      J’imagine qu’il doit être possible aussi de faire des trucs avec des cousins, des amis en Ukraine. En France, on a une copine ukrainienne, clandestine longtemps. C’est sa sœur qui s’est faite passer pour elle pour qu’elle puisse avoir un mariage ukrainien sans être obligé de sortir de France.

      En Crimée, on avait des amis qui s’étaient fait faire leur propiska en Russie pour avoir droit aux retraites et au passeport.

      Mais à nouveau, c’est pour les jeunes qu’avec le temps, la question est et sera importante. La Russie, c’est bien, mais il est d’autres horizons.

      Tant qu’il reste un dose d’informel, il faut en profiter ; Après, ces trucs se bloquent ; Comme à Chypre.


      • JC_Lavau JC_Lavau 16 novembre 2018 17:39

        Il est trop tard pour le signaler, hélas. Le subjonctif est indispensable dans le titre : 

        Nous ne pensons pas que l’Occident soit prêt à nous reconnaître

        • Christelle Néant Christelle Néant 16 novembre 2018 17:47

          @JC_Lavau
          Exact, merci pour la correction. Je le note pour une prochaine fois.


        • Laurent 47 17 novembre 2018 08:09

          Le fait que le Donbass ne soit pas reconnu par la Communauté Internationale ( à savoir les Etats-Unis et leurs esclaves européens ), n’a qu’une importance relative !

          Ce qui compte avant tout, c’est une reconnaissance des Etats-Unis, dont les lois passent avant les résolutions votées par l’O.N.U., comme on peut le constater tous les jours !

          Or, le 17 Juillet 1959, soit il y a 59 ans, le Congrès américain à l’unanimité, a voté la Loi Publique n° 86-90, dite de la semaine des nations captives.

          Cette loi, toujours en vigueur à ce jour, a accordé l’indépendance au Donbass, appelé Cossackia, en le séparant définitivement de l’Ukraine !

          Le Donbass comprend les républiques séparatistes actuelles de Donetsk et de Lougansk.

          Petit rappel :

          17 Juillet 1959 : vote de cette Loi d’indépendance du Donbass.

          17 Juillet 2014 : crash du Boeing-777 de Malaysia Airlines, abattu par un Sukhoï Su-25 des forces aériennes ukrainiennes basées à Aviatorskoïe.

          Ah, ce maudit hasard...

          La Loi dont il est question peut se trouver facilement sur le Net ( copie du document original en anglais, en PDF ), pour ceux qui douteraient.


          • Mychris Mychris 17 novembre 2018 11:50

            @Laurent 47

            Bonjour Laurent, parfois je me demande si vous n’êtes pas un bot...

            « 17 Juillet 1959 : vote de cette Loi d’indépendance du Donbass. »
            Comme évoqué précédemment la république de Cossackia évoquée dans cette loi américaine devenue décorative à la suite de la chute de l’URSS n’est pas situé dans le Donbass actuel mais bien en Russie et correspond plus ou moins à l’oblast de Rostov. Je pense que ici personne ne demande l’indépendance de cette oblast.
            http://althistory.wikia.com/wiki/Cossackia_(New_Union)
            https://en.wikipedia.org/wiki/Rostov_Oblast

            "17 Juillet 2014 : crash du Boeing-777 de Malaysia Airlines, abattu par un Sukhoï Su-25 des forces aériennes ukrainiennes basées à Aviatorskoïe."
            Au delà des preuves dont vous ne disposez pas sur l’origine du crash. Je le répète à nouveau un Sukhoï Su-25 est un avion d’attaque au sol ne dispose pas de capacités d’attaques pour engager un Boeing 777 volant à 10000 m à 900km/h :
            Практический потолок : 7000 м
            Высота боевого применения с максимальной боевой нагрузкой :’ 5000 м de 7000m.
            (Plafond pratique : 7000 m
            Hauteur d’utilisation au combat avec une charge de combat maximale : ’5000 m)

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Soukho%C3%AF_Su-25#cite_note-1

            Quand à la date... Évitons de sombrer dans des délires de complots Maçonniques ou Illuminati de numérologie.

            Cordialement,


          • Mychris Mychris 17 novembre 2018 12:01

            Pour ajouter une touche d’humour, concernant les lois désuètes, sachez qu’en France encore aujourd’hui il en existe de bien compliqués à appliquer et faire respecter :

            • Il est interdit à tout propriétaire d’appeler son cochon Napoléon
              Mais vous avez le droit de l’appeler Jean-Marie.
            • Tous les citoyens se doivent d’avoir chez eux une botte de foin, juste au cas où le roi passerait avec son cheval
              Ne fonctionne qu’avec le roi. Tant qu’on aura un président de la République comme boss, pas de soucis, personne ne vous emmerdera.
            • Le port du pantalon est strictement interdit aux femmes. À moins qu’elles ne tiennent à la main un guidon de bicyclette ou un cheval
              D’où la mise en circulation du Vélib’. Et oui mesdames, quoi qu’on en dise, la France pense à vous.
            • Il est interdit de s’embrasser sur les rails d’un train
              Et d’y poser des explosifs. Petit rappel jamais inutile.
            • Le propriétaire d’un bien immobilier l’est également du « dessus et du dessous », c’est-à-dire qu’il possède légalement l’espace aérien de son bien ainsi que l’espace souterrain
              Si toutefois vous vous aventuriez dans la formidable aventure de la recherche pétrolière, sachez toutefois que vous devez bénéficier d’une autorisation de l’État pour le faire...Pas con les mecs.
            • Toute femme désirant s’habiller en homme doit en demander l’autorisation officielle auprès de la Préfecture de police
              Pas sûr toutefois qu’on leur accorde ce privilège. Vont finir par nous bouffer celles-là.
            • De 8 heures à 20 heures, les radios françaises sont dans l’obligation de passer sur leurs ondes 70% de musique exclusivement française
              Quoi, vous pensiez que Kenza Farah passait en radio parce qu’elle avait un talent hors norme ?
            • À Paris, une poubelle est considérée comme une arme mortelle par les autorités locales
              Les éboueurs sont des sortes de démineurs ambulants, en fait. Gloire à eux.
            • Aucune boisson alcoolisée n’est officiellement autorisée sur le lieu de travail. Mis à part la bière, le poiré, le cidre et le vin
              Alors le champagne pour fêter le 5 000ème top publié, on a du laisser tomber.
            • Les ovnis n’ont pas le droit d’atterrir à Châteauneuf du Pape
              Une loi mise en place par le maire dans les années 50 pour rassurer les habitants de sa commune et qui est toujours en vigueur parce qu’elle fait partie de l’histoire de la ville.

            http://www.topito.com/top-lois-insolites-en-vigueur-france



          • JC_Lavau JC_Lavau 17 novembre 2018 12:23

            @Mychris. De plus il n’a pas de radar d’interception d’un aéronef.
            C’est un blindé volant, capable d’attaquer des blindés au sol.


          • Mychris Mychris 17 novembre 2018 14:15

            @JC_Lavau

            Exactement, si il s’agit d’un avion ukrainien, cela ne peut être qu’un Mig-29 ou un Su-27 équipant tous deux l’armée de l’air ukrainienne.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès