• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Des prisonniers iraniens sortis de l’anonymat

Des prisonniers iraniens sortis de l’anonymat

Courrier International, 21 avril 2010 :

Plusieurs blogueurs iraniens ont lancé une campagne de mobilisation en faveur des prisonniers politiques. Quelques 2000 personnes ont été interpellées puis arrêtées durant les manifestations qui ont suivi la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad en Iran, en juin 2009.

Le sort des prisonniers iraniens « célèbres » - tels que les opposants politiques, les écrivains ou encore les journalistes- est relayé par les médias. Mais « qu’en est-il de tous ces autres qui croupissent dans leurs minuscules cellules toutes froides ? Comment les faire sortir de là ? » s’interroge Kalemeh, un site web proche du candidat à l’opposition Mir Hossein Moussavi, sur lequel un appel a été lancé afin de dresser une liste de noms.

Selon les blogueurs opposés à Ahmadinejad, ces prisonniers sont de simples citoyens, non affiliés à un quelconque parti ou groupe politique. Leur seule faute est d’avoir emprunté les rues où se déroulaient les manifestations de protestation contre la réélection d’Ahmadinejad en juin dernier. Ils ont été arrêtés puis emprisonnés, et si certains « people » ont bénéficié d’une trêve pour la période de Norouz [le nouvel an iranien, célébré le 21 Mars], eux, ont dû faire face à des conditions d’emprisonnement de plus en plus rudes.

De nombreux blogs iraniens avaient déjà commencé à s’inquiéter du sort des prisonniers oubliés : Green Bell, un blog pro-Moussavi, rapporte l’histoire d’Amir Aslani, patron d’une société de conseils services et de conseils en informatique suspecté d’avoir voulu perturber le système électrique du pays. Arrêté et jugé pour crime contre la sécurité, il devra purger une peine de cinq ans d’emprisonnement.

Sur Fresh Air, la bloggeuse Sheida Jahanbin apporte de nouvelles informations concernant Shahin Fazli, un étudiant arrêté en Février dernier dans la ville de Tabriz au Nord-Ouest de l’Iran ont pu être diffusées. Il avait été accusé de collaboration avec des groupes d’opposition et d’avoir perturbé l’ordre public, mais il avait nié tous les faits. Sheida Jahanbin, journaliste et militante des droits de l’Homme, explique que cette campagne a pour but de diminuer les pressions exercées sur ces prisonniers et de dissuader le gouvernement de les inculper pour « tous types de crimes, et de les punir par le biais de sentences inhumaines ».

Début avril, le site d’opposition Irangreenvoice a publié une liste de vingt prisonniers de la section 350 de la prison d’Evine. Leurs peines vont de six mois à sept ans d’emprisonnement. Le site s’adresse au gouvernement, lui rappelant que leur libération est une « demande nationale », et que les membres de l’opposition feront tout ce qui est en leur pouvoir afin qu’ils soient relâchés.

Une page Facebook, intitulée « Free prisoners in Iran », a même été créée afin que les membres – 2572 à l’heure actuelle – puissent poster des informations concernant ces prisonniers.


Moyenne des avis sur cet article :  2.45/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • anti-oligarchie anti-oligarchie 23 avril 2010 10:07

    La dictature du prolétariat sur la Bourgeoisie est impitoyable.
    Jugez par vous même :

    A Teheran :
    youtube.com/watch ?v=HbYqckFvUJI&feature=related

    Province :
    youtube.com/watch ?v=Ppr56Lpz-sM&feature=related
    et
    youtube.com/watch ?v=vP_ygVnFllA&feature=related

    Qui dit Mieux ?

    Le 2 ième pays après Cuba a avoir infligé une défaite à l’Empire. Sera rappelé dans tout les livres d’histoire futur.


    • Brath-z Brath-z 23 avril 2010 10:52

      Pour une fois un article sur le sujet qui s’abstient des poncifs habituels !

      Ça fait du bien !

      Mettons les choses au point : non l’Iran n’est pas une odieuse dictature, non Ahmadinedjad n’est pas un tyran, oui la loi islamique y constitue la base du droit, oui il est probable qu’il y a eu des tricheries aux dernières élections présidentielles mais il est tout aussi probable qu’effectivement Ahmadinedjad ai obtenu la majorité absolue dès le premier tour (comme, du reste, à chaque élection présidentielle sauf en 2005), non l’Iran n’est pas gouverné par son prolétariat mais oui depuis 2007 il y a « épuration » au plus haut sommet de l’état des membres de l’aristocratie financière installés depuis les années 1990 (sous la présidence d’Ashemi Rafsandjani) au profit de la « bourgeoisie des campagnes » dont est issu Ahmadinedjad, oui il y a de la répression en Iran, mais non la protestation ne concerne pas tous les secteurs de la société, et de loin, même si elle est plus large qu’en 1999.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Azadi


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires