• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Deux saboteurs recrutés par les services secrets ukrainiens avouent la (...)

Deux saboteurs recrutés par les services secrets ukrainiens avouent la tentative d’assassinat du ministre des Finances de la RPD

Suite à la tentative d'assassinat contre le ministre des Finances de la RPD, Alexandre Timofeyev, le MGB a très rapidement arrêté deux des auteurs de l'attentat, alors qu'ils essayaient de retourner en Ukraine : Denis Derbichine (surnommé Krik) et Igor Yevtiouchine (surnommé Nayomnik, qui signifie Mercenaire).

Les deux hommes ont été présentés à la presse le 3 octobre au matin, après qu'ils soient passés aux aveux, et aient donné les détails de cette opération. Ils se tiennent tous les deux têtes baissées tout le long de la conférence de presse, et lorsqu'un des journalistes leur demande s'ils comprennent bien l'implication de ce qu'ils ont fait, ils répondent que oui, la tête encore plus basse, dans ce qui devient presque un murmure.

Les deux hommes sont recrutés par les services secrets ukrainiens d'abord contre une promesse sonnante et trébuchante, puis sous la contrainte, entre autre grâce à des vidéos compromettantes montrant les deux hommes signer un accord de coopération avec les services secrets ukrainiens.

Ils ont aussi avoué avoir tué par accident Armen Baguiryan (surnommé Baggi), le commandant du 13e bataillon de défense de la République Populaire de Lougansk (RPL). Les services secrets ukrainiens détiennent leurs aveux sur cet accident, de quoi les obliger à faire ce qu'ils voulaient. Sans parler des menaces contre leurs familles s'ils ne mènent pas la mission à bien.

Et le montant de la somme promise a de quoi faire rêver dans un pays où la pauvreté et le chômage sont endémiques : 10 000 dollars chacun une fois la mission accomplie.

Après la mort du commandant Baggi, ils ont été entraînés par Pavel Balov, du 8e régiment des forces spéciales du ministère de la Défense ukrainien, sur la base de Khmelnitsky, avant d'être remis entre les mains d'un officier du GUR (services secrets de l'armée ukrainienne) surnommé Khornet.

C'est lui qui leur indiquera les cibles à détruire : deux voitures, une Lexus noire et une Toyota Land Cruiser marron. Les véhicules du ministre des Finances de la RPD, Alexandre Timofeyev. Mais à ce moment-là, les deux hommes n'en savent rien. La seule chose qu'ils savent c'est que leurs cibles ce sont les voitures, pas une personne en particulier.

Caméra dans une fausse bûche

Pour repérer les allées et venues du ministre, une caméra est installée près de chez lui, cachée dans une fausse bûche. Des piles, alimentaient la mini-caméra pendant de longues périodes, au bout desquelles la carte mémoire était récupérée et les données extraites. Les instructions et les informations étaient transmises via l'application de messagerie Line.

Pour tuer le ministre les hommes reçoivent deux mines anti-personnel directionnelles MON-90 modifiées. La livraison de ces dernières prendra plus de temps que prévu, à cause de l'efficacité des services de sécurité de la République Populaire de Donetsk (RPD) qui ont arrêté des agents du SBU, dont ils ont obtenu assez d'informations pour faire tomber tout un réseau.

Résultat, l'officier Khornet reçoit l'ordre de vérifier que la livraison a bien lieu et de faire suivre l'agent du SBU qui va leur amener les explosifs. Une fois la livraison effectuée, la tâche de Denis et Igor était d'installer ces explosifs sur la route du cortège et les faire exploser lors du passage de ce dernier.

Une fois tout mis en place, les deux hommes appellent naïvement Khornet pour préparer leur évacuation. Mais l'homme ne répondra pas au téléphone avant que l'attentat n'ait eu lieu. Une fois leur méfait accompli, les deux hommes vont alors l'attendre en vain dans un café de Makeyevka. Car Khornet ne pouvant pas les conduire, va chercher des ordres auprès du SBU, qui leur envoie un simple chauffeur pour franchir la ligne de front.

La queue interminable qui se dresse avant le point de passage de la ligne de contact à Mayorsk leur sera fatale. Le MGB a eu le temps d'identifier les auteurs de l'attentat, et n'a plus qu'à les cueillir lors du contrôle de leurs passeports.

Passeports des saboteurs

On ne peut qu'être surpris devant un tel amateurisme concernant l'évacuation de ses agents par les services secrets ukrainiens. Sont-ils réellement si mauvais que cela pour exfiltrer leurs agents, ou n'en avaient-ils tout simplement rien à faire, considérant ces deux hommes comme quantité négligeable et sacrifiable ? C'est ce qu'avaient l'air de penser les deux principaux concernés.

Ces deux hommes vont devoir maintenant faire face à la justice de la RPD. Et le MGB, quant à lui, continue de traquer l'officier qui les supervisait, Khornet, et les éventuelles autres cellules d'agents subversifs qu'il supervise.

Voir les aveux des deux agents subversifs sous-titrés en français :

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 5 octobre 09:55

    Une confession publique tête baissée comme il se doit, dans le style stalinien ou de l’Inquisition.


    • Dzan 5 octobre 12:47

      @Olivier Perriet
      Encore des Tchétchènes qui servent de boucs émissaires.
      De toutes façons, on est dans le Néant.
      Poutine, est le plus grand démocrate après Kon il Soung et Trompe
      Moooouaaaaaahh !!!


    • Christelle Néant Christelle Néant 5 octobre 14:36

      @Olivier Perriet
      Ils sont tête baissée parce qu’ils ont honte de ce qu’ils ont fait. Et il y a de quoi.
      Si ce genre de vidéo est faite c’est avant tout pour montrer quelles méthodes utilise l’Ukraine pour obliger des gens à se transformer en terroristes. Parce que cela a bien plus de portée quand c’est dit par les principaux concernés plutôt qu’annoncé par le MGB. Le second but est d’inciter les gens recrutés de cette façon par les services secrets ukrainiens à venir spontanément au MGB pour obtenir l’aide et la protection des services de sécurité de la RPD, et empêcher ainsi d’autres personnes de commettre des attentats et de finir en prison.


    • Doume65 7 octobre 10:26

      @Christelle Néant
      « ils ont honte de ce qu’ils ont fait. Et il y a de quoi »
      Ce n’est pas si clair. Vous ne dites rien sur leur « origine idéologique ».
      Qui sont-ils ? Des ukrainiens de l’Ouest, des insurgés du Maïdan, auquel cas ils n’ont pas à avoir honte, mais peur ; ou est-ce qu’ils sont issus de la RPD et ont-ils soutenu l’insurrection contre Kiev, et alors là , oui, ce sont des traitres ; ou encore sont-ils au départ neutres et n’ont-ils trouvé dans ces contrats qu’un simple moyen d’enrichissement, ce qui correspondrait plutôt à un comportement mafieux ? Merci de nous en dire plus.


    • Christelle Néant Christelle Néant 9 octobre 11:10

      @Doume65
      Bonjour,
      Désolée de répondre si tardivement,mais j’ai passé trois jours sur le front, sans internet. Comme ils l’ont indiqués eux-mêmes dans la vidéo ils viennent de la région, et ont été emmenés côté ukrainien, où les services secrets ukrainiens leur ont fait signé un accord de coopération et leur ont promis 10 000 dollars pour faire cette mission. Après qu’ils aient tué ce commandant côté RPL par accident, cela a donné un moyen de pression supplémentaire pour leur faire faire ce que Kiev voulait. Plus des menaces sur leurs familles. Donc ce ne sont pas des Maïdanites, juste deux gars qui se sont fait embringuer là dedans...


    • Trelawney Trelawney 5 octobre 10:52

      Christelle Néant, l’égérie de la PQR du Dombass.

      Quitte à vous rendre utile, pouvez vous me dire que sera le pharmacien de service à Donetsk ce WE ?

      • Christelle Néant Christelle Néant 5 octobre 14:39

        @Trelawney
        Presque tous, vu qu’ici les pharmacies, comme la plupart des commerces sont ouvertes 7j/7...


      • Mychris Mychris 5 octobre 10:58

        Bonjour petite question technique, qu’elle est « l’échelle » de peine au Donbass en d’autres termes il y a t’il un code civil, une procédure judiciaire, etc... ?


        • Christelle Néant Christelle Néant 5 octobre 14:49

          @Mychris
          Bien sur qu’il y a un code pénal ici et une procédure judiciaire. Voici le code pénal http://dnrsovet.su/zakonodatelnaya-deyatelnost/dokumenty-verhovnogo-soveta-dnr/ugolovnyj-kodeks-donetskoj-narodnoj-respubliki/
          Ce qu’ils risquent ? Hum très lourd. Rien que la participation à un groupe organisant un acte terroriste ils risquent 5 à 10 ans de prison (sans parler de l’amende). Et là comme il s’agit d’une tentative d’assassinat sur un représentant de l’état ils risquent 20 à 25 ans de prison au total.


        • cpi-amesty 5 octobre 16:16

          @Christelle Néant

          Donc si il y a une tentative d’assassinat sur « une représentant de l’état », comme cela se fait-il que votre république n’est pas mentionné dans la liste des membres de l’ONU ? 

          S’agirait-il d’un « Etat fictif » un peu comme la Bordurie ?

        • Christelle Néant Christelle Néant 5 octobre 17:20

          @cpi-amesty
          Un état n’a pas besoin de la reconnaissance de l’ONU pour exister. Surtout quand le gouvernement de la RPD (comme celui de la RPL), a été élu démocratiquement lors d’élections tenues en novembre 2014. Il y a un gouvernement, des ministères, une administration qui fonctionne. Donc cela n’est pas un état fictif qui n’existe que dans une BD, c’est un état non reconnu. Point.
          Par contre au vu de vos commentaires c’est un organe censé être entre vos deux oreilles qui me semble être fictif chez vous.


        • cpi-amesty 5 octobre 16:06

          Avez vous aussi « enquêter » sur les moyens utilisés pour leur soutirer ces « aveux » ? Parce que comme vous parlez vous même d’amateurisme des services secret, cela met un doute énorme sur les actions dont ils sont accusé.


          Dans la propagation de théories subversives (qui est de nature à troubler ou à renverser l’ordre social ou politique), vous êtes en première place.

          Bref un bel article d’auto-persuasion Néant.

          • Christelle Néant Christelle Néant 5 octobre 17:17

            @cpi-amesty
            J’ai examiné attentivement les deux hommes, leurs gestes, leur démarche à leur arrivée. Il n’y avait aucune trace de coup sur eux, aucune difficulté à marcher, ils n’avaient pas besoin d’aide pour tenir debout, contrairement aux prisonniers qui sortent des geôles du SBU. Leurs gestes étaient fluides, aucune marque de douleur sur leur visage lors de leurs mouvements.
            Donc pour autant que je puisse en juger, ils n’ont pas été maltraités ni torturés si telle est votre question. Le MGB n’est pas le SBU. Ce n’est pas parce que l’Ukraine utilise des méthodes inhumaines et ignobles que la RPD et la RPL font de même.
            Un très bon exemple est ce qui s’est passé après la bataille d’Ilovaïsk. Des soldats de la RPD sont venus en aide, et ont donné à boire aux soldats du bataillon Aïdar (qui je le rappelle est un bataillon néo-nazi), une fois vaincus. Alors que ces soldats d’Aïdar étaient venus pour exterminer les gens en RPD, et ont tué bon nombre d’habitants d’Ilovaïsk, les soldats de la république se sont comportés avec humanité. Il y a des vidéos qui en attestent. Je vous laisse les chercher.


          • Pseudo 5 octobre 22:31

            Tout cela n’est que de l’intox !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires