• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Doit-on faire contre mauvaise fortune bon coeur ?

Doit-on faire contre mauvaise fortune bon coeur ?

Comme prévu, les élections du 12/12 ont eu lieu.

Les tenants du pouvoir - et à leur tête feu Ahmed Gaid Salah - sont allés jusqu’au bout de leur logique. Il n’ y a pas eu, malheureusement, de « jamais deux sans trois » auquel une bonne partie de « la rue » algérienne y croyait.

Certes, ces élections ont été boycottées par une grande partie des Algériennes et des Algériens. On sait que les chiffres finaux de cette mascarade électorale ont été gonflés à outrance. On sait que seuls moins de 10 % de la population algérienne en âge de voter l’ont fait. On sait aussi que les jeunes Algériens qui, tôt le matin, se sont précipité aux bureaux de vote sous l’œil propagandiste des caméras des chaînes de télévision du pouvoir, ne sont en réalité que des militaires en civil auxquels feu Ahmed Gaid Salah, l’ex chef de l’état-major, avait intimé l’ordre non seulement de voter mais de voter aussi pour le candidat sur lequel l’institution militaire avait jeté son dévolu. 

En fait, les Algériens ne sont pas dupes et ils savent beaucoup de choses concernant les agissements de ce système capable de tout pour se maintenir. Les Algériens, et en particulier ceux qui font le Hirak depuis le 22 février 2019, sont arrivés à maturité politique et ne peuvent donc être roulés dans la farine comme au bon vieux temps du parti unique. Si j’ai fait allusion au parti unique, c’est juste pour mettre en exergue le fait que l’éveil des Algériens remonte, en fait, à bien longtemps mais la peur du retour à la décennie noire freinait en quelque sorte leurs ardeurs à dénoncer le système bouteflikien poussé à son extrême caricature. 

Puis ce qui devait arriver arriva.

Et, de notre point de vue, il ne s’agit ni d’un complot contre l’Algérie monté de toutes pièces dans des officines étrangères ni d’un soulèvement populaire ayant un quelconque lien avec le fameux « printemps arabe ». La goutte qui avait fait déborder le vase, est-il peut-être utile de le rappeler (?), est cette tentative d’octroyer encore un 5e mandat à un Président complètement effacé de la scène politique depuis plusieurs années. Sans cela, sans cette prédisposition de certains Algériens au culte de la personnalité - qui ont voulu faire de « Fakhamatouhou » un Président à vie -, on n’en serait pas là. Les choses auraient, probablement, pris une autre dimension. Sans cette bassesse politique qui consiste à louanger à outrance « l’homme fort » du moment, fusse-t-il grabataire, juste pour garder ses privilèges, un autre Président, issu peut-être même des rangs du FLN, serait déjà à son 8e mois de gouvernance.

Mais comme « à chaque chose malheur est bon », il est de bon ton de considérer ce malheur comme une aubaine. Du pain béni pour une Algérie qui devrait, normalement, renaître… pas de ses cendres puisqu’il n y a eu ni destructions des infrastructures ni guerre fratricide comme l’avaient prédit certains responsables politiques au début du Hirak, mais de la volonté et de l’audace de ces hommes et de ces femmes que toutes les intimidations et toutes les menaces des forces de l’ordre n’ont pas réussi à faire renoncer à leur rêve. Ce rêve est entrain, aujourd’hui, de se réaliser. Tout doucement peut-être mais surement. En effet, sous la pression de cette force fabuleuse du Hirak, beaucoup de choses ont changé. Beaucoup de ceux qui pensaient que l’Algérie, ses richesses et sa manne pétrolière étaient leurs propriétés privées (et de leur progéniture), se retrouvent, aujourd’hui, derrière les barreaux. La issaba, pour reprendre un terme inventé par la vox populi, est presqu’entièrement anéantie. Que cela soit le fait d’un règlement de compte entre clans au pouvoir ou l’aboutissement logique de la pression du Hirak, cela ne change rien.

Après dix mois de Hirak, les élections du 12/12 ont eu finalement lieu.

La logique et le bons sens recommanderaient peut-être d’accepter ce fait accompli. En fait, le peuple algérien est sommé de « faire contre mauvaise fortune bon cœur ».

Avec la nomination du nouveau gouvernement, l’Algérie vient de franchir une nouvelle étape de son Histoire. C’est peut-être le début d’une nouvelle ère. C’est peut-être l’aube d’une nouvelle République même si certains ministres sont des revenants, des ministres-résidus de l’ancien régime. En fait, plusieurs remarques peuvent être faites concernant ce gouvernement soit disant de technocrates. Non seulement, il y a eu reconduction pure et simple de certains Ministres décriés par le Hirak pour leurs prises de positions antérieures en faveur du 5e mandat, mais il y a, sans doute aussi, du populisme, beaucoup de populisme, dans la nomination de certains autres à l’image de ce jeune de… 26 ans. Est-ce que cela n’a pas été fait intentionnellement par le nouveau Président juste pour montrer de façon on ne peut plus claire qu’il a respecté ses promesses et ses engagements électoraux ?

Toujours est-il qu’il y a du changement dans l’air. Un changement perceptible même s’il reste beaucoup de choses à faire… peut-être au prochain remaniement ministériel qui devrait intervenir le plus tôt possible car, excusez-moi d’user de cette métaphore, avec un attelage pareil, la diligence Algérie n’ira pas loin.

En tous les cas, c’est ce sentiment que m’inspire, personnellement, l’évolution politique de ces derniers jours notamment avec le début de la mise en œuvre de la condition phare des préalables exigés par le Hirak : la libération des détenus d’opinions.


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • popov 6 janvier 00:48

    @GHEDIA Aziz

    Bonjour

    Si je comprends bien, la révolution c’est raté mais il y aura peut-être des réformes.

    La révolution, c’est quand la classe au pouvoir est remplacée par une autre classe. Les réformes, c’est quand la classe au pouvoir y reste mais consent à quelques concessions.


    • popov 8 janvier 00:59

      @GHEDIA Aziz

      Désolé de voir que votre article a reçu si peu de visiteurs. Il y a pourtant des Algériens qui commentent abondamment sur ce site. Mais peut-être préfèrent-ils critiquer Israël ou se plaindre de l’islamophobie plutôt que de parler l’avenir de leur pays.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès