• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Donbass – L’Ukraine doit décider si elle reste ou si elle sort (...)

Donbass – L’Ukraine doit décider si elle reste ou si elle sort officiellement des accords de Minsk

Après plusieurs déclarations du chef de la délégation ukrainienne au sein de la plateforme de négociation, Léonid Kravtchouk, qui non seulement contredisent les accords de Minsk, mais aussi appellent Kiev à utiliser la force contre le Donbass, la RPD et la RPL (Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk) ont demandé à l’Ukraine de décider si elle reste ou sort officiellement de ces mêmes accords.

JPEG

Kravtchouk fait des déclarations contraires aux accords de Minsk

En quelques jours le chef de la délégation ukrainienne au sein de la plateforme de négociation, Léonid Kravtchouk, a fait plusieurs déclarations qui laissent dubitatif de la part d’un diplomate.

Après avoir appelé à faire entrer les États-Unis dans le Format Normandie pour influencer la Russie (comme si Washington pouvait influencer Moscou en quoi que ce soit, de une, et de deux c’est avec la RPD et la RPL que Kiev doit négocier), Léonid Kravtchouk a en effet appelé l’armée ukrainienne à répondre à chaque tir venant de la RPD ou de la RPL, ce qui est une violation non seulement des accords de Minsk, mais aussi des mesures additionnelles de contrôle du cessez-le-feu signées l’an passé.

« Il faut répondre à chaque tir par un tir. Et il n’est pas nécessaire d’attendre, de se demander s’il s’agit ou non d’une provocation. Un tir est un tir. S’ils tirent, vous devez réagir de la même manière. Et nous ne devrions pas attendre que quelqu’un soit tué ou blessé », a-t-il déclaré sur Ukraine 24.

Il a même ajouté qu’il fallait que la réaction soit dure. Une déclaration qui a eu lieu peu après une autre d’Arsen Avakov, le ministre ukrainien de l’Intérieur, qui avait déclaré que ces dernières semaines, la situation dans le Donbass s’était fortement dégradée et «  qu’il n’y avait plus de processus de paix ».

Quelques jours après Léonid Kravtchouk a déclaré qu’il n’y a plus de cessez-le-feu, rejetant bien sûr la faute sur la Russie.

« Il n’y a tout simplement plus de cessez-le-feu. Nous ne pouvons pas continuer à prétendre qu’il y en a un. Nous devons dire la vérité, appeler un chat un chat,  » a-t-il déclaré.

Sauf que si le cessez-le-feu n’existe plus c’est à cause des violations commises par l’armée ukrainienne. C’est cette dernière qui a grièvement blessé un civil, et endommagé de nombreuses habitations la semaine passée, en tirant sur des zones résidentielles où ne se trouvaient ni positions, ni soldats, ni pièces d’armement. Il est donc impossible de crier au « tir de réponse » en guise de justification pour ces bombardements.

La RPD et la RPL appellent l’Ukraine à se décider une fois pour toute concernant les accords de Minsk

Ces déclarations ont d’autant plus fait réagir la RPD et la RPL, qu’elles ont été faites par le chef de la délégation censée représenter l’Ukraine au sein des négociations devant aboutir à la mise en œuvre des accords de Minsk. Si le chef des négociateurs tient de tels propos, il n’y a dès lors rien d’étonnant à ce que ces négociations n’aboutissent à rien.

La réaction de la RPD à ses premières déclarations est venue de Natalia Nikonorova, la ministre des Affaires étrangères de la République, qui a souligné que les propos de Kravtchouk sont inacceptables à plus d’un titre.

« Non seulement M. Kravtchouk utilise dans ses apparitions médiatiques un langage très éloigné de celui généralement accepté dans les milieux diplomatiques du style « il suffit de les jeter hors du Donbass », en faisant apparemment référence aux 4 millions d’habitants du Donbass. Mais il cite également des informations totalement fausses comme preuves du prétendu non-respect des accords de Minsk par les républiques  », a déclaré la ministre.

« Nous désapprouvons catégoriquement le fait que le chef d’une délégation au sein de la plate-forme pour le règlement pacifique du conflit dans le Donbass se permette de faire des déclarations dans lesquelles il appelle ouvertement à la guerre  », a ajouté Natalia Nikonorova.

Pour la ministre, il est clair que les propos de Kravtchouk sont synchrones avec de nombreuses actions de l’Ukraine, qui montrent que Kiev n’a pas l’intention d’appliquer les accords de Minsk.

« Il est tout à fait scandaleux que ces appels s’inscrivent assez logiquement dans la stratégie que l’Ukraine tente de faire passer dans ses projets récents. Il s’agit notamment de la version de la feuille de route pour la mise en œuvre du paquet de mesures fournie par Kiev, qui contredit aux trois quarts les accords de Minsk et prévoit l’introduction de troupes ukrainiennes sur le territoire du Donbass. Il s’agit notamment du projet de loi sur l’internement, en vertu duquel des camps doivent être créés dans le Donbass pour tous ceux qui sont indésirables aux yeux des autorités ukrainiennes, et du projet de loi sur la période de transition, qui implique une atteinte encore plus grande aux droits civiques et politiques des résidents des républiques. Nous assistons ainsi à un rare cas de synchronisation et de cohérence entre ce que disent les représentants de l’Ukraine et ce qu’ils font dans la pratique. Sauf que cette activité coordonnée et unanime ne vise nullement à obtenir la paix dans le Donbass, mais à aggraver la situation, à violer les accords de Minsk, à violer les droits et les libertés de nos habitants et à consolider tout ce chaos au niveau législatif par le parlement ukrainien  », a conclu la ministre.

La RPL a quant à elle déclaré que Léonid Kravtchouk devait soit admettre que ses propos sont la position officielle de Kiev, soit se rétracter.

« La question de savoir si la déclaration sur le refus de l’Ukraine de respecter le cessez-le-feu est la position officielle de l’Ukraine sur la reconnaissance de son retrait des mesures visant à renforcer le cessez-le-feu de cet automne ou s’il s’agit d’une autre fabrication et « opinion privée » de M. Kravtchouk, doit être clarifiée lors de la prochaine réunion du groupe de contact le 17 février 2021  », a déclaré le ministère des Affaires étrangères de la RPL.

Le ministère des Affaires étrangères a précisé que M. Kravtchouk devra, «  dans le cadre du protocole de l’OSCE  », soit confirmer ses mots comme étant la position officielle de Kiev, soit « se rétracter concernant ses déclarations publiques  ».

La déclaration la plus récente de Kravtchouk n’a pas échappé à un commentaire de la RPD. La ministre des Affaires étrangères, Natalia Nikonorova, a souligné qu’avec les dernières déclarations de Kravtchouk « les autorités ukrainiennes battent tous les records en termes de cynisme, d’agressivité et de nature provocatrice de leurs déclarations publiques  ».

«  Avec toutes ces thèses exprimées publiquement, ainsi que l’admission explicite « qu’il n’y a tout simplement plus de cessez-le-feu et nous ne pouvons pas continuer à prétendre qu’il y en a un », les représentants ukrainiens ont en fait confirmé leur retrait définitif de l’accord sur les mesures visant à renforcer le cessez-le-feu. Plus précisément, la partie ukrainienne s’est retirée de ces mesures en septembre 2020, mais pendant tout ce temps, elle a essayé de prétendre qu’elle respectait cet accord. Mais maintenant, apparemment, Kiev ne peut plus dissimuler autant de violations du cessez-le-feu par les forces armées ukrainiennes  », a ajouté la ministre.

Natalia Nikonorova a ensuite conclu en disant que l’Ukraine devait maintenant dire ouvertement si elle compte appliquer les accords de Minsk ou s’en retirer officiellement.

« Néanmoins, M. Kravtchouk a raison sur une chose : il est grand temps de commencer à dire la vérité, à appeler un chat un chat. C’est pourquoi nous demandons à Kiev de décider enfin, dans un avenir proche, de ses actions futures. Soit l’Ukraine reste dans le processus de Minsk et confirme officiellement son engagement dans le paquet de mesures au niveau de la Verkhovna Rada et du Président, soit elle déclare officiellement son retrait des accords de paix. Et nous sommes absolument certains que Kiev ne pourra pas maintenir le statu quo dans une situation où le chef de la délégation ukrainienne, qui représente ce pays lors des négociations de paix, commence à appeler à la guerre  », a conclu la ministre.

Lorsque ceux chargés de résoudre pacifiquement un conflit appellent à la guerre on est en droit de se dire que cette dernière pourrait revenir assez rapidement. Reste à voir maintenant si l’Ukraine va poursuivre le mouvement d’escalade lente mais constante entamé depuis plusieurs mois, ou si Kiev va rétropédaler encore une fois. Tout va dépendre de l’action (ou de l’inaction) des Occidentaux, qui sont les réels dirigeants de la colonie ukrainienne.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • nmishtal 11 février 08:35

    tant que l’armée russe est dans le Donbass et que le kremlin finance le conflit , fournit carburant et munitions là bas et que l’ukraine ne peut reprendre le controle de ses frontières il est archi inutile de parler des accords de Minsk .


    • Guy19550 Guy19550 11 février 11:46

      @nmishtal
      Votre remarque ne tient pas la route, le regain du contrôle de la frontière est le dernier point des accords de Minsk, c’est le dernier à mettre en oeuvre. C’est de ce fait un faux prétexte dans votre commentaire qui est sous-entendu pour la frontière. Je suppose que vous parlez de la frontière avec la Russie. Et si on commençait par parler des autres frontières pour l’acheminement des armes américaines par exemple ou simplement de l’Otan, qu’en diriez-vous ?


    • Doume65 11 février 19:46

      @Guy19550
      « Je suppose que vous parlez de la frontière avec la Russie. »
      Tu suppose, mais tu ne peux être sûr de rien, Guy ne sachant pas lui-même de quoi il parle. Il ne fait que répéter ce qu’il entend dans son oreillette.


    • Christelle Néant Christelle Néant 11 février 21:28

      @nmishtal
      Tiens Mishtal le retour. Et comme d’habitude c’est pour dire des bêtises.

      1. Il n’y a pas d’armée russe dans le Donbass
      2. C’est surtout l’OTAN qui finance le conflit côté ukrainien
      3. Les accords de Minsk stipulent que le contrôle de la frontière est le tout dernier point qui n’aura lieu que lorsque tous les autres points auront été appliqués.
      Vous auriez mieux fait de vous abstenir, vous venez de vous ridiculiser en montrant que vous ne savez même pas ce que contiennent les accords de Minsk.

    • Christelle Néant Christelle Néant 11 février 21:56

      @nmishtal
      Même l’OSCE ne voit pas de soldats russes dans le Donbass https://t.me/miroshnik_r/3470


    • nmishtal 12 février 07:22

      @Christelle Néant

      C NEANT au sujet de l’OSCE :
      Les rapports de l’OSCE comme « source objective » MDR merci pour la vanne
      Ils oublient la moitié des victimes civiles de notre côté https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/donbass-l-osce-enregistre-a-peine-223400
      Ils prennent des jeunes femmes pour des garçons de 12 ans, ont même obligé une fois l’armée ukrainienne à démentir qu’un avion russe militaire avait volé dans l’espace aérien ukrainien, et j’en passe.

      https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/donbass-l-armee-ukrainienne-tire-230234

      Donc en vérité vous nous expliquez que comme l’OSCE ne voit rien ils n’ont pas vu l’armée russe ...merci .

      on voit que vous faites de la géométrie variable avec l OSCE .
      Les nombreux soldats russes faits prisonniers en 2014 , les photos de matériels russes dans le Donbass prouvent l’invasion russe , dont personne ne doute , sauf quand il faut protéger le Kremlin à tout prix .

      je rappelle aux lecteurs que Poutine a fait passer en urgence en 2014 ( ou 15 ) une loi interdisant de parler des pertes militaires car l’association des meres russes commençait à trop poser de questions sur les 2000 soldats russes qui ont disparu en 2014 .


    • Christelle Néant Christelle Néant 12 février 07:36

      @nmishtal
      Sauf que la cécité de l’OSCE est sélective. Chose qui vous a échappée et que vous auriez compris si vous n’aviez pas le même biais qu’eux (je précise dans le commentaire que vous citez que les victimes civiles oubliées sont de NOTRE côté). Ces gens ont un biais pro-ukrainien évident. Donc votre argument du « ils ne voient rien » ne tient pas. Ce n’est pas qu’ils ne voient rien, c’est qu’ils voient ce qu’ils veulent voire selon que cela implique ou non la culpabilité de Kiev. Donc la présence de l’armée russe dans le Donbass ça ça ne leur aurait pas échappé.
      Je ne fais pas de géométrie variable, je dis la vérité les concernant. Les faits l’ont prouvé depuis longtemps.
      Les « nombreux » soldats russes faits prisonniers en 2014 ? LOL Vous parlez des quelques gars qui avaient franchi la frontière par erreur lors d’une patrouille ? Vous voulez que je vous parle des bien plus nombreux cas inverses de soldats ukrainiens s’étant retrouvés en territoire russe par erreur surtout lors de la bataille des frontières ? Vous confondez volontaires russes et soldats russes. Mais bon je vais pas demander à un troll pro-Kiev de faire la différence.
      Je travaille ici depuis cinq ans, J’ai été un peu partout sur la ligne de front, et quand je demande aux gens d’ici où est l’armée russe, ils me répondent qu’ils aimeraient bien qu’elle soit là parce que cela signifierait la fin de la guerre. Alors vos fantasmes allez les servir ailleurs.


    • JP94 11 février 19:09

      Il me semble que le premier commentaire signé nmishtal pourrait émaner d’un Letton ou se réclamerait Misha Tal, le grand joueur d’échecs soviétique ..letton, mais ce nmishtal serait de la veine fasciste lettone...

      On attend la photo, les témoignages de la présence russe.

      Mais ce qui est avéré est l’implication des Occidentaux dans le Maïdan ( comme dans toutes les « orangeries »...et en plus revendiquées, puisque la GB, le Canada, l’UE promettent de soutenir « l’Ukraine » et qu’ils taisent ce qui est bien filmé : les massacres d’Odessa notamment...

      On se demande d’ailleurs quelle chronologie ces suppôts du bandérisme proposent, puisque si la Russie avait été au Donbass avant que Zélenski ne promeuve la guerre, jamais les Occidentaux n’auraient pu organiser un coup d’Etat ni les Pravy Sektor, et autres Svoboda oser leur terreur et leurs massacres .. ne suscitant aucune sanction contre l’Ukraine, et encore moins l’envoi de troupes pour les neutraliser...au contraire, le Canada, terre de bandéristes, forme la « nouvelle armée » ukrainienne...pour soutenir les bandes fascistes.

      Sinon, Biden à peine mis sur le trône US, Zélenski croit le moment venu de se lancer dans une guerre contre le peuple ukrainien...s’il a envie de combattre les Russes, lui qui ne bouge pas le petit doigt contre les fachos  évidemment  qu’il y aille, mais seul...même un enfant de 15 ans le mettrait en fuite...


      • xana 11 février 19:12

        De toutes façons il est inutile de s’adresser à des pantins irresponsables.

        Si les Occidentaux (Canada, USA, RU et évidemment IsraHell) décident que l’Ukraine reste dans les accords de Minsk ils y resteront, tout en continuant de ne rien respecter.

        Il est évident que ces pays ne laisseront pas l’Ukraine se retirer et attaquer ouvertement les Républiques de Novorussie, car je crois que la Russie n’attend que cette occasion pour prendre les Républiques dans la Fédération russe, ce qui les rendrait définitivement intouchables.


        • Doume65 11 février 19:49

          @xana

          On peut imaginer que la Russie veuille réintégrer des régions sœurs, comme le Donbass, mais récupérer les fachos de Kiev, ça m’étonnerait fort. Sont cons, les russes, mais quand-même pas à ce point.


        • xana 11 février 19:58

          @Doume65
          Je n’ai pas parlé de l’Ukraine, c’est toi qui a rêvé !
          Ceci dit si cela arrive (Donetsk et Lougansk intégrant la Fédération russe) l’Ukraine ne présentera plus le moindre intérêt pour les AngloGBT. Donc ils les laisseront crever dans leur merde. Peut-être après quelques années la Russie aura un plan pour éviter d’être infectée...


        • Doume65 15 février 20:25

          @xana
          « Je n’ai pas parlé de l’Ukraine »
          Exact, j’avais mal lu. Z’ excuses !


        • Guy19550 Guy19550 12 février 07:51

          Entr’acte :

          On peut voir sur la photo que le circuit imprimé a été retourné et je ne permet à personne d’en douter vu qu’elle montre aussi le flat cable qui a suivi le mouvement. C’est tout de même le cas de figure le plus élémentaire de ne pas trafiquer des photos : http://pix.toile-libre.org/?img=1613113541.jpg

          J’avais attribué le pavé tactile d’un autre PC qui ne marchait pas bien à un problème d’oxydation des contacts et selon ce que j’ai vu en démontant l’autre, c’est que c’est probablement un problème de distance entre le bouton et le poussoir. Ceci dans la mesure où la fabrication est similaire. Une fraction de millimètre suffit pour faire la différence.

          PS. Le parallélisme des lignes bleues prouve que la photo n’est pas trafiquée. Moi pas avoir envie de le démontrer, y a des plus doués que moi pour le faire. Ceux qui font du dessin le savent. C’est pas vraiment important pour mon PC, car j’ai pris honnêtement la photo sans la trafiquer, mais il me plaît de faire remarquer que dans le dossier du vol malaisien abattu en Ukraine, les photos sont toutes trafiquées simplement en analysant les photos. Et la cela se trouve dans le tribunal de La Haye comme pièces faisant office de preuve.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité