• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Donbass - L’Ukraine tente de saboter l’échange de prisonniers (...)

Donbass - L’Ukraine tente de saboter l’échange de prisonniers avec la RPD et la RPL

À peine un accord a-t-il été obtenu pour organiser l’échange de prisonniers entre l’Ukraine et les républiques du Donbass, que Kiev commence déjà à saboter le processus en retirant des personnes de la liste des personnes à échanger. La République Populaire de Donetsk (RPD) et celle de Lougansk (RPL) ont protesté contre cette violation de l’accord obtenu à l’issue de la réunion au Format Normandie et des négociations menées par le groupe de contact à Minsk.

JPEG

L’espoir donné par l’accord difficilement obtenu après deux sessions de négociations du groupe de contact n’aura pas duré bien longtemps. À peine les deux républiques du Donbass et l’Ukraine se sont elles mises d’accord sur les modalités de l’échange de prisonniers, que Kiev reprend ses mauvaises habitudes et essaye de saboter le processus.

Daria Morozova, la médiatrice aux droits de l’homme de la RPD, a ainsi tiré la sonnette d’alarme aujourd’hui, en déclarant que l’Ukraine retirait des partisans de la république de la liste des personnes à échanger.

«  Malgré les accords conclus lors de la vidéoconférence d’hier, les autorités de Kiev ont une fois de plus violé de manière flagrante les termes de l’accord. Ignorant le communiqué signé à la fin du sommet au Format Normandie, où la formule d’échange de « tous les prisonniers établis contre tous les prisonniers établis » a été clairement définie, la partie ukrainienne a unilatéralement modifié les listes et retiré du processus d’échange les partisans de la République qui sont détenus  », a déclaré Daria Morozova.

La médiatrice aux droits de l’homme de la RPD a ajouté que les actions de la partie ukrainienne sont inacceptables et suggèrent une tentative délibérée d’interrompre l’échange de personnes détenues.

« Nous insistons fermement sur le respect par l’Ukraine de toutes les garanties prescrites dans le format de Minsk et le communiqué final du Format Normandie », a déclaré Mme Morozova.

Ce sabotage est apparu alors que les deux républiques du Donbass sont en train de vérifier les listes pour l’échange de prisonniers avec l’Ukraine, et qu’aucun chiffre précis n’a encore été communiqué.

Il semble d’après une information publiée par Andreï Marotchko, le porte-parole de la milice populaire de la RPL, que l’Ukraine a déclaré que plusieurs personnes « refusaient » d’être échangées, une technique déjà utilisée dans le passé par Kiev pour exclure des gens des listes de prisonniers à échanger.

En effet, afin de faire partie de l’échange de prisonniers, les détenus doivent rédiger une déclaration de consentement à l’échange. Il est alors facile pour l’Ukraine de prétendre que telle ou telle personne refuse d’être échangée.

Or rien ne garantit que les personnes concernées refusent réellement et volontairement d’être échangées et qu’elles n’ont pas reçu de pressions des autorités ukrainiennes ou de l’administration pénitentiaire.

Afin d’en avoir le cœur net, les médiatrices des droits de l’homme de la RPD et de la RPL iront les 27 et 28 décembre vérifier personnellement avec un représentant de l’OSCE auprès des personnes qui auraient prétendument refusé d’être échangées.

Ce n’est qu’après cette procédure de vérification que le nombre de personnes échangées et la date de l’échange de prisonniers entre l’Ukraine et les républiques du Donbass seront communiqués.

La RPL a déjà mis en garde l’Ukraine contre la modification unilatérale des listes de personnes à échanger, en menaçant de modifier à son tour la liste des personnes que la république doit rendre à Kiev, si elle ne fait pas marche arrière sur sa tentative de sabotage.

« Si l’Ukraine ne change pas son approche de la création de la liste d’échange, nous nous réservons le droit d’ajuster la liste des personnes détenues en République Populaire de Lougansk, dont la libération intéresse l’Ukraine  », a déclaré Olga Kobtseva, la représentante de la RPL au sein du sous-groupe humanitaire à Minsk.

Comme on le voit, au lieu d’appliquer ce qu’elle a signé, l’Ukraine semble toujours décidée à saboter chaque étape de l’application des accords de Minsk, y compris l’échange de prisonniers avec les républiques du Donbass, qui est pourtant mentionné sur le communiqué officiel de la réunion au Format Normandie de début décembre.

Face à ce sabotage manifeste, il est inquiétant de constater qu’après s’être gargarisés que le sommet au Format Normandie du 9 décembre ait eu lieu, la France et l’Allemagne ne dénoncent pas publiquement la violation par l’Ukraine de ses engagements pris lors de cette même réunion.

Si Kiev continue sur cette voie, Zelensky peut oublier la prochaine réunion qui doit avoir lieu dans quatre mois. Car la Russie ne reviendra pas discuter avec l’Ukraine, la France et l’Allemagne si rien n’a avancé. Or deux semaines après le sommet de Paris, ni le cessez-le-feu complet, ni l’échange de prisonniers, ni le reste des points devant mener à la résolution pacifique du conflit dans le Donbass n’ont progressé d’un iota.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Guy19550 Guy19550 25 décembre 2019 20:03

    Depuis la réunion du groupe des quatre, il y a un bouchon de news qui mettent bien en évidence que Kiev ne cherche pas la paix. Le bouchon n’est pas seulement constitué d’infos relatives à l’échange des prisonniers, cela va bien plus loin que cela.

    Je décernerais volontiers la médaile de la bêtise humaine au zoulou (bien qu’il soit possible que lui-même ne la mérite pas). Cette médaille ne sera pas géante et pas en métal. Simplement du plastique de la taille d’un supositoire.


    • Guy19550 Guy19550 28 décembre 2019 10:16

      https://tass.com/world/1104519

      Désolé pour la source qui est russe, lol


      • Christelle Néant Christelle Néant 28 décembre 2019 10:59

        @Guy19550
        Je serais sur place demain pour filmer l’échange.


      • Guy19550 Guy19550 28 décembre 2019 21:31

        @Christelle Néant
        Cela ne me semble pas une bonne idée. Pourquoi ne pas filmer les deux groupes séparément à bonne distance. D’abord ceux qui retournent chez les terroristes et ensuite ceux qui reviennent de chez les terroristes.


      • Christelle Néant Christelle Néant 28 décembre 2019 21:42

        @Guy19550
        Parce que comme pour Petrovskoye je fais ce que l’on appelle des reportages sur le terrain smiley


      • Guy19550 Guy19550 29 décembre 2019 02:55

        Je m’en doutais de la réponse.


        • Christelle Néant Christelle Néant 29 décembre 2019 19:15

          @Guy19550
          Au final nous n’avons pas pu aller au point zéro, seuls les journalistes de Lougansk ont réussi à y aller. Donc j’ai filmé chaque groupe avant le départ pour ceux rendus à l’Ukraine et à l’arrivée pour les notres. La vidéo est en cours d’édition.


        • Guy19550 Guy19550 29 décembre 2019 12:48

          C’est en cours et les discussions sur le gaz ont également repris ce dimanche.


          • Guy19550 Guy19550 29 décembre 2019 14:55

            L’échange des prisonniers est en principe terminé :
            https://tass.com/world/1104619
            https://tass.com/world/1104623
            https://tass.com/world/1104625
            https://tass.com/world/1104631
            https://tass.com/world/1104633
            https://tass.com/world/1104655
            Christelle est sur place et va probablement donner un reportage par la suite.

            Pour le gaz, les discussions ont reprises :
            https://tass.com/economy/1104621
            https://tass.com/economy/1104637


            • Christelle Néant Christelle Néant 29 décembre 2019 19:04

              @Guy19550
              Je confirme, après 5 h d’attente dans le froid, l’échange a été mené à bien. 76 prisonniers ont été rendus à l’Ukraine, la RPD a récupéré 61 personnes, et côté RPL 63 personnes sont revenues. Le reportage est en cours d’édition, le temps de traduire et sous-titrer tout ça la vidéo ne sera prête que demain.


            • Guy19550 Guy19550 31 décembre 2019 07:00

              Les terroristes de Kiev méritent encore le qualificatif de terroriste :

              https://dan-news.info/en/society/morozova-said-liberated-detainees-were-tortured-in-ukraine.html

              Si on fait cela, c’est bien que ce sont des terroristes. Je ne suis pas surpris du tout par cette réalité des choses, ce n’est pas neuf. Il y a assez d’exemples pour le montrer. Ce qui manque chez eux, ce sont des chefs avec de la responsabilité pour intervenir. Je vais retirer ce qualificatif dès qu’il y aura une amélioration des choses et c’est peut-être pour bientôt car sur la dernière quinzaine, il y a des améliorations malgré tout. Dans le lien, c’est encore la passé. C’est à surveiller et ce qui se passe sur le terrain avec les fuites et les bombardements est très significatif pour la chose.


              • Christelle Néant Christelle Néant 31 décembre 2019 12:06

                @Guy19550
                Je vous trouve très optimiste. Il n’y a pas d’amélioration sensible. Juste quelques petits pas qui ont été faits pour que Kiev puisse obtenir la réunion au Format Normandie (petits pas sur lesquels Kiev est revenu à peine la réunion finie) et l’échange des prisonniers qui permet à Ze de marquer quelques points de popularité pour remonter sa cote.


              • Guy19550 Guy19550 2 janvier 2020 08:28

                Le monde est en train de les lâcher et de plus en plus ils vont se sentir isolés et chercher à changer des choses. Cela n’implique pas du tout que les républiques doivent changer de cap, bien au contraire, car beaucoup d’améliorations restent à faire avant de permettre cela. Le retrait de toutes les troupes du Donbass et pas seulement des républiques reste à faire et on est loin de cette finalité. Ils peuvent faire le ménage à Kiev. 


                • Guy19550 Guy19550 2 janvier 2020 18:14

                  Je repense assez souvent à mon prof d’anglais que j’avais dans le secondaire. Jusqu’à il y a 5 ans, je la voyais encore souvent mais ses parents desquels elle s’occupait sont décédés et elle a quité je pense Knokke pour vivre au RU avec son mari anglais. Je ne l’ai plus vue depuis fort longtemps, mais elle est souvent dans mes pensées. A l’école, elle disait de moi, remonte à 50 ans, que je suis un pince-sans-rire.

                  Je pense que c’est vrai et que cela m’est resté depuis cette époque. Je n’ai jamais su rire comme les autres. Depuis la maladie, je dirais que c’est encore pire, mais tourner les choses en dérision est devenu un besoin pour décharger ma tête.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité