• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Donbass – La trêve de printemps n’a duré que quatre (...)

Donbass – La trêve de printemps n’a duré que quatre minutes

Obtenue après une vidéo-conférence marathon le 7 mars 2019 au soir, la nouvelle trêve dite « de printemps », entrée en vigueur le 8 mars 2019 à 1 h 01 (heure de Moscou), n’aura été respectée par l’armée ukrainienne que quatre petites minutes.

À cause du sabotage des discussions par les représentants ukrainiens lors de la dernière réunion des groupes de contact à Minsk, le 27 février 2019, aucune date de nouvelle trêve n’avait été fixée alors que les violations du cessez-le-feu par l’armée ukrainienne, et les destructions et victimes dues à ces tirs, se multiplient.

Devant cet échec flagrant, l’OSCE avait insisté et obtenu qu’une réunion supplémentaire ait lieu via vidéo-conférence. Cette dernière a eu lieu hier, 7 mars 2019, et elle a bien failli finir comme la réunion des groupes de contact à Minsk.

La longueur incroyable de cette réunion (sept heures), montre s’il en était besoin la réticence de Kiev à signer une nouvelle trêve, qui a finalement été obtenue grâce à l’insistance et à la persévérance de l’OSCE. Cette nouvelle trêve « de printemps » a commencée le 8 mars (cette nuit) à 1 h 01 heure de Moscou.

Si les autorités ukrainiennes voulaient réellement appliquer les accords de Minsk, les négociations concernant cette trêve de printemps n’auraient pas été aussi difficiles. Le fait qu’il ait fallu deux réunions, dont une vidéo-conférence de sept heures pour y arriver, montre que Kiev voulait tout faire pour éviter de devoir respecter un nouveau cessez-le-feu.

Cette volonté de relancer la guerre dans le Donbass à des fins électoralistes, alors que la campagne présidentielle bat son plein en Ukraine, se reflète tant dans l’augmentation des bombardements contre les habitations et les infrastructures civiles (ces provocations sanglantes visant à obtenir une réponse des milices populaires), que dans cette volonté d’empêcher la signature d’une nouvelle trêve.

Cette réticence évidente à ramener la paix dans le Donbass a d’ailleurs été confirmée par les actions même de l’armée ukrainienne, qui n’a mis cette fois que quatre minutes avant de violer la nouvelle trêve en République Populaire de Donetsk (RPD) !!!

Un véritable « record » déplorable. Quatre malheureuses minutes. Par le passé, les nouvelles trêves arrivaient à tenir au moins quelques heures. Celle-ci n’aura tenu qu’un temps ridicule, preuve de la volonté de Kiev de rallumer l’incendie dans le Donbass.

Alors que la trêve a commencé à 1 h 01, la première violation du cessez-le-feu par l’armée ukrainienne a eu lieu à 1 h 05 ! Et histoire de ne pas faire ça à moitié, les soldats ukrainiens ont commencé immédiatement par du gros calibre, en tirant six obus de mortier de 120 mm sur le village d’Alexandrovka.

Une heure et demie plus tard, c’est le centre Volvo à Donetsk, qui a reçu deux obus de mortier de 82 mm. Puis la nuit est restée relativement calme jusqu’au petit matin, où les tirs ont repris contre Koulikovo, Dokoutchayevsk, puis dans la matinée contre Yassinovataya et Kominternovo.

À l’heure où j’écris cet article, l’armée ukrainienne en est déjà à six violations du cessez-le-feu depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle trêve, durant lesquelles les soldats ukrainiens ont tiré six obus de mortier de 120 mm, deux obus de mortier de 82 mm, 10 munitions de véhicule de combat d’infanterie, trois roquettes antichars, sans parler des tirs de sniper, et d’armes légères de petit et gros calibre.

S’il fallait encore une preuve que l’Ukraine ne veut absolument pas la paix, ni respecter les accords de Minsk, je pense que cette trêve « de printemps » l’a apportée sans équivoque. Obligée d’accepter ce nouveau cessez-le-feu sous la pression de l’occident (via l’OSCE) pour éviter de montrer médiatiquement au monde entier, que Kiev ne veut pas respecter ce qu’elle a signé, l’Ukraine a décidé de saboter cette trêve jusqu’au bout.

Il y a un adage qui dit qu’il faut se méfier de ce que l’on demande, car on pourrait bien l’obtenir. À force de chercher à relancer la guerre à grande échelle dans le Donbass, l’Ukraine pourrait bien y arriver, mais il serait bon qu’elle se rappelle ce que lui a coûté la guerre à grande échelle en 2014-2015, et que les accords de Minsk lui ont permis de sauver ce qu’il restait de son armée en déroute.

À jouer avec le feu, on finit souvent par se brûler, et Kiev ferait bien de s’en souvenir. Ce n’est pas une fois que l’incendie sera devenu incontrôlable, et que le pays s’effritera complètement qu’il faudra venir implorer de nouveaux accords de Minsk, alors que l’Ukraine n’a pas été capable de respecter les deux premiers.

Kiev continue sa route vers le gouffre, et ses soutiens occidentaux feraient bien de prendre leurs distances avec cette Ukraine « somalisée » aux portes de l’Union Européenne, avant qu’elle ne les entraîne avec elle par le fond.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 8 mars 18:31

    Première question, je me mets dans la peau d’un civil, et je demande « On n’a donc pas de moyens de contre-batterie à la hauteur pour les châtier à chaque fois ? ».

     

    Question suivante, je me mets dans la position d’un militaire, et je demande ce qu’on a pour localiser le départ au mètre près.

    Il faut plusieurs minutes pour remporter un mortier de 120.


    • Christelle Néant Christelle Néant 8 mars 19:36

      @JC_Lavau
      On ne répond pas à chaque fois, parce que c’est ce qu’ils veulent, pour justifier la reprise du conflit. On répond quand ils tirent sur les zones civiles, ou qu’ils font des morts chez nos soldats.


    • Julien_S 9 mars 12:04

      Peut-on croire que quoi que ce soit de significatif, dans le conflit du Donbass, va survenir avant le scrutin du 31 Mars prochain ? Les Accords de Minsk n’ont pas gelé que le front mais toute la vie politique ukrainienne. Au profit du développement important et visible de l’action para-politique. En témoignent l’émergence et la consolidations des milices privées et autres formes d’activisme.

      En cas d’échec de Porochenko, les cartes seront rebattues. C’est alors seulement qu’il sera possible de spéculer sur l’avenir du Donbass et de craindre une escalade dans le conflit armé. Autant que dans le conflit diplomatique qui ne manquera pas de s’y greffer.

      Seule vertu de ce premier changement majeur de circonstances en Ukraine, la mise au jour des intentions, des motivations et des moyens véritables des protagonistes... peut-être plus nombreux qu’on le croit.

      D’ici là, il nous faut attendre... quelques obus de mortier...


      • Christelle Néant Christelle Néant 9 mars 14:08

        @Julien_S
        Porochenko aurait intérêt à relancer le conflit ici pour pouvoir relancer la loi martiale et annuler les élections. Donc je ne suis pas aussi sûre que rien n’arrivera avant le 31 mars.


      • Julien_S 9 mars 16:03

        @Christelle Néant

        Porochenko se cramerait devant l’ensemble de la communauté internationle en agissant ainsi. Ce qu’il ne peut pas se permettre tant il s’en trouverait isolé... Il se grillerait également aux yeux de tous les Ukrainiens. Ce qui serait contreproductif.
        Les élections prochaines ne peuvent qu’avoir lieu. Toute tentative d’où qu’elle vienne de les annuler serait grossièrement suspect et coupable.


      • JC_Lavau JC_Lavau 9 mars 16:07

        @Julien_S. Ta confiance en l’honnêteté de la presse pourrait être excessive.


      • Christelle Néant Christelle Néant 10 mars 11:58

        @Julien_S
        La communauté internationale ferme déjà les yeux sur les crimes de guerre de Porochenko, les arrestations de journalistes, ceux qui comme monsieur Christian Werschütz sont bloqués à la frontière pour des crimes imaginaires, sur les crimes des groupes néo-nazis, etc etc etc. Vous croyez vraiment que si Porochenko déclare à nouveau la loi martiale et fait sauter les élections ils diront quelque chose ? Vous êtes naïf là.


      • sls0 sls0 9 mars 13:46

        Depuis Napoléon on dit que l’artillerie est la reine des batailles. Environ 70% des victimes lui sont dues.

        Heureusement pour la RDP ça n’est pas le cas chez eux.

        Est-ce un choix délibéré coté ukrainien ou l’influence de la vodka ?

        Coté RDP les tirs de contre batteries semblent efficaces, comment on explique cette différence qualitatives ?

        Si ce n’est pas un choix délibéré coté ukrainien, à leur place je réviserai mes prétentions de conquêtes à la baisse.

        Rien que les différents incendies dans leurs stocks d’armes doivent être suffisants pour rendre heureux les marchands d’armes.

        Il y a une stratégie militaire qui franchement m’échappe. L’incompétence n’est pas une denrée rare mais ici on atteint quand même un niveau incompréhensible.


        • Christelle Néant Christelle Néant 9 mars 14:11

          @sls0
          Je pense que le bilan dû aux bombardements ukrainiens ne sont pas plus lourds pour diverses raisons :
          1) L’alcool et la drogue
          2) Le manque de motivation de beaucoup de soldats ukrainiens
          3) Le manque de formation des soldats ukrainiens
          4) Le fait que les soldats ukrainiens s’en foutent de toucher les zones civiles, donc la précision est bien moins importante que pour les soldats de la RPD, qui eux font tout pour éviter des pertes civiles


        • Guy19550 Guy19550 10 mars 18:20

          Je n’étais pas au courant de cette vidéoconférence, heureux de l’apprendre. Je ne vois pas la différence entre maintenant et le lendemain de la signature des accords de Minsk, après que tonton ait discuté avec les cowboys.

          Je pense que les républiques doivent répondre aux tirs un peu plus fréquemment, même si cela n’exclus pas de porter atteinte à des civils à proximité du camp adverse. Je pense cela car si cela n’est pas fait systématiquement, les autres profitent de cette situation de manière abusive.


          • Christelle Néant Christelle Néant 11 mars 11:37

            @Guy19550
            Ce que vous demandez aux soldats de la RPD et de la RPL c’est de tirer en sachant qu’ils risquent pour certains de toucher des membres de leur famille, ou des amis qui habitent de l’autre côté... Imaginez votre mère, père, grand-mère, ou vos enfants, vivant à proximité de la ligne de front, et maintenant demandez-vous si vous risqueriez leur vie pour répondre un peu plus aux tirs de l’ennemi ?


          • Guy19550 Guy19550 12 mars 05:20

            @Christelle Néant
            Je réalise fort bien cela Christelle mais je suis convaincu que c’est une nécessité. Cela doit être très bien ciblé.


          • Christelle Néant Christelle Néant 12 mars 13:59

            @Guy19550
            C’est déjà ce que nous faisons. Mais bien cibler prend du temps, et nécessite d’avoir assez de tirs pour déterminer la position de tir de façon précise...


          • captain beefheart 10 mars 22:10

            Bonsoir Christelle,

            Comme je voulais savoir si vous parlez dans votre article à propos de l’information que je voulais vous faire parvenir,j’étais étonné que le votre ne figure plus sur le page d’accueil d’Avox,malgré le fait qu’il venait d’être publié.Donc voici :

            https://www.fort-russ.com/2019/03/major-ukrainian-soldiers-kill-their-commander-after-being-forced-to-commit-war-crimes-non-combat-losses-now-exceeds-10000/,

            Il semble que les soldats,ivres n’ont pas supporté de se voir sermonné par le commandant de leur brigade qui leur avait ordonné de viser les civils.Deux sergeants ont tiré sur le commandant Sergei Sobko..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès