• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ecoutes illégales : NSO entraine les EAU dans sa chute

Ecoutes illégales : NSO entraine les EAU dans sa chute

La société israélienne NSO Group est accusée par les justices de plusieurs pays d’avoir effectué des écoutes illégales de conversations téléphoniques. Parmi les clients de la société de spywares, les Emirats Arabes Unis (EAU) sont particulièrement visés. Ils auraient (entre autres) demandé à la société d’espionner un journaliste britannique, un Prince saoudien, le premier ministre libanais et l’émir du Qatar.

L’implication des EAU a été rendue publique lors des procès parallèles contre l’entreprise de spywares, qui ont débuté jeudi 30 août 2018, à Chypre et en Israël. Ce premier volet de l’affaire pourrait bien ruiner la réputation déjà chancelante de l’entreprise israélienne, mais surtout des EAU.

En effet, les premières informations dévoilées dans ces procès concernant les autorités des EAU font état d’une utilisation, depuis plus d’un an, d’un logiciel espion destiné à écouter les conversations téléphoniques de personnalités visées.

Selon les emails dévoilés lors du procès, les autorités émiraties, qui utilisaient ce logiciel pour espionner les dissidents internes, avaient reçu une proposition de NSO pour une mise à jour de leur spyware, onéreuse mais censée être encore plus puissante. Les dirigeants des EAU ont alors demandé un test aux responsables de la société, afin de vérifier l’efficacité du nouveau système. Ils ont voulu mettre sur écoute l’émir du Qatar, le Prince saoudien en charge de la garde nationale, ou encore le patron de presse Abdulaziz Alkhamis.

Une requête ambitieuse à laquelle les responsables de NSO ont répondu par la positive, joignant à leur mail un premier exemple d’une conversation d’Abdulaziz Alkhamis, que ce dernier a reconnue, lors de son audition au cours du procès.

Ces procès sont particulièrement médiatisés, de par les nombreuses questions qu’ils soulèvent quant à l’utilisation des nouvelles technologies par des personnes mal intentionnées et de par le nombre de personnalités prestigieuses concernées, d’un côté (clients de NSO) comme de l’autre (victimes d’écoutes illégales). Ils ont été intentés par des journalistes et militants des droits de l’Homme mexicains (le gouvernement aurait également abusé des logiciels de NSO), ainsi que par un citoyen qatarien victime de ces espionnages.

Déjà entachée par de nombreuses affaires relatives au mépris des droits de l’Homme, la réputation des Émirats Arabes unis est à nouveau souillée dans cette affaire qui démontre l’archaïsme des mœurs politiques et économiques de ce pays.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Plomi54


Voir ses articles







Palmarès