• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Et si la Grèce annulait sa dette ?

Et si la Grèce annulait sa dette ?

Y a-t-il vraiment une sortie pour les grecs ? Les plans drastiques d’austérité leur permettront-ils de ne pas faire faillite et de rembourser leur dette ? Rien n’est moins sûr. Economie en forte récession à cause des plans d’austérité, baisse des recettes fiscales : la Grèce est quasiment déjà en faillite.

greece2.jpgLes européens tergiversent pour le versement de la nouvelle tranche de 12 milliards d’euros. Au fond ils ont peut-être raison. Il faut peut-être cesser de faire perfusion sur perfusion à un malade dont les veines sont grandes ouvertes. On ne lui rend pas service.

Les raisons de sa grande maladie ont été maintes fois évoquées dans la presse : trucage des comptes par une banque privée, fiscalité défaillante, vie au-dessus des moyens. Les jeux olympiques de 2004 ont par exemple augmenté la dette sans rapporter de quoi équilibrer les comptes.

340 milliards d’euros appartenant à des grecs sont au chaud à l’étranger. Le montant de la dette. On se demande pourquoi les grecs auraient encore envie d’obéir aux européens et de vendre ce qui appartient à l’Etat pour rembourser seulement une petite partie de la dette, alors que les européens devraient leur renvoyer de force ces 340 milliards, comme ils le font pour les avoirs de Kadhafi.

Actuellement plus le pays emprunte plus la situation semble s’aggraver, et plus la chute semble seulement retardée. Le magazine en ligne Marianne2 a une bonne phrase pour dire cela : « Encore une minute monsieur le bourreau ».

La chute est-elle inexorable ? Et si oui, est-elle vraiment dérangeante ? Pas certain. C’est peut-être ce qui pourrait arriver de mieux aux grecs, une sorte de remise à plat. Dans cet ordre d’idée on pourrait imaginer que la Grèce cesse de jouer le jeu. Comme l’Argentine il y a quelques années elle annule unilatéralement sa dette et tout remboursement. Elle sera mise au ban de l’Europe, devra probablement sortir de l’euro et relancer sa propre monnaie grâce à laquelle elle maîtrisera le taux de change.

Elle vivra sur elle-même, sur ses propres ressources, et sur des échanges avec quelques pays. L’Europe verra peut-être quelques faillites de banques qui ont prêté à la Grèce, le chômage remontera, et puis il faudra bien trouver des solutions. Il faudra revenir à une vue plus réelle de l’argent. Actuellement nombre de pays - comme leurs habitants - vivent sur de l’argent qui n’existe pas. Il n’y a plus de couverture des monnaies et greece4.jpgla richesse vient de l’argent fictif des crédit. On sait que si tous les épargnants veulent le même jour retirer leurs avoirs en liquide, les banques ferment leurs portes et ne paient pas. L’argent n’existe plus que dans les ordinateurs. Les banques sont riches d’un argent qu’elles n’ont pas : elles sont riche des crédits, soit des dettes des privés ou entreprises auxquels elles prêtent. Si elles cessaient de prêter le système s’écroulerait. Tout le monde vit sur ce qu’il n’a pas.

Si donc la Grèce annule sa dette, elle sera très vite sans liquidités. Les grecs devront pendant quelques années vivre chichement et durement, mais au moins ils vivront pour eux plutôt que pour payer une dette pour laquelle ils doivent emprunter sans fin. Ils devront créer des réseaux d’approvisionnement pour survivre, décréter la cessation de paiement interne, par exemple des loyers, bref redécouvrir une économie solidaire pour survivre. Le gouvernement ne s’occupera que des affaires courantes et sera astreint à une totale transparence de ses dépenses. Il est même possible que les grecs élisent un gouvernement autoritaire qui fixera les prix de la vie : denrées, loyers, etc, en fonction des possibilités réelles de la population. Il est possible aussi qu’un tel gouvernement demande le rapatriement des 340 milliards. Pour redonner aux grecs un sentiment de fierté nationale et l’envie de se redresser, il pourrait sortir complètement de l’Europe.

Le libéralisme aura fait tellement n’importe quoi qu’il faudra s’en passer quelque temps. Et pourtant je suis libéral, très attaché à la liberté individuelle, au refus de l’autoritarisme et d’un Etat trop puissant. Cela a toujours du sens. Un Etat autoritaire, c’est un petit groupe qui impose sa volonté à la majorité, qui complique la vie, qui entre dans la tête des gens. Non merci !

Les grecs, en cessant de jouer le jeu, n’auront pas pris leurs responsabilités, car au fond ils ont aussi apprécié de vivre sur la dette. Maintenant qu’elle est trop grande ils s’en plaignent et incriminent l’Europe. Certes l’Europe s’est peut-être faite un peu vite en intégrant des pays qui ne pouvaient pas tenir le challenge. Mais la construction européenne est très complexe. Il était juste d’intégrer largement de nouveaux pays pour tenter de faire émerger un sentiment d’appartenance général à une même entité. Je ne suis pas certain que l’on puisse rendre la commission de Bruxelles et autres instances supranationales responsable des déboires de chaque pays.

greece3.jpgSi la Grèce rompt le pacte et cesse de jouer le jeu, ce sera une perte pour l’Europe, ou une remise à plus tard. Peut-être un nécessaire ajustement. Un retour à une économie réelle. De redéfinir les relations souhaitables et celles que l'on ne veut plus entre les humains et les pays. Mais l’effet domino à craindre est à mon avis plus politique qu’économique. Des banques craqueront puis se reconstitueront. Ce n’est pas grave. Mais le nationalisme reviendra, et l’on pourrait revoir dans 20 ou 30 ans une Europe en guerre et totalement dominée par les Etats-Unis d’un côté, le monde musulman de l’autre.

La chute de l’Europe ne me paraît pas être une perspective réjouissante. Nous aurons bien plus à perdre sans Europe qu’avec.

Putôt que de laisser la situation se dégrader, ou d’endetter encore plus les pays comme la Grèce, l’Europe devrait être solidaire et décréter d’une seule voix une réduction des dettes publiques des pays en difficultés. Comme cela s’est déjà fait pour des pays émergents. On met sa fierté dans sa poche et on se redresse.

Personne n’a obligé la Grèce à se retrouver dans cette situation. Elle devra un jour prendre ses responsabilités. Mais en attendant il faut protéger celui qui est tombé. Il ne faut pas l’achever. L’Europe pourrait bien être méchamment mordue par celui qu’elle maintient sous sa pression.


Moyenne des avis sur cet article :  3.56/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 21 juin 2011 10:56

    comme pour la France la dette Greque est illegitime et son remboursement aussi, voici pour comparer le systeme de la dette française :

    http://2ccr.unblog.fr/2010/10/16/la-dette-de-la-france/


    • Alpo47 Alpo47 21 juin 2011 11:01

      Nous avons prêté de l’argent que nous n’avons pas, à des pays dont nous savons pertinemment qu’ils ne nous rembourseront pas... Amusant, non ?
       Juste une application de « la fuite en avant ».

      La fin du film est connue de tous : effondrement du système financier, de l’euro et surement de l’europe ... période de chaos économique et politique ... La seule question est : Quand ?
      Il s’agit juste pour les marionnettes des « élites » de gagner du temps, surement pour permettre à leurs maitres de renforcer leurs positions.

      Pour ce qui nous concerne, citoyens lambda, Il va falloir survivre ... Par contre, il nous appartiendra aussi de nous rassembler pour imposer un autre système. Ce que les « indignés » commencent à mettre en place.


      • Aldous Aldous 21 juin 2011 16:16

        La où vous faites erreur c’est que les élites n’y voient pas la fin du film mais une opportunité.

        C’est (à leurs yeux) toute la différence entre le « bétail » que nous sommes et les hommes « supérieurs » qu’ils pensent être.

        Eux passent leur temps à imaginer comment tirer partie des opportunités alors que nous nous préoccupons les uns des autres.

        Ce que vous voyer comme un catastrophe est à leurs yeux un moment (trop) rare où ils peuvent faire évoluer les lignes et réorganiser le monde à leur idée.

        Pendant les crises le « bétail » s’affole est oublie tous les principes de prudence qu’ils observe ordinairement.

        Il est alors facile de lui faire brader ses institutions, ses lois, les biens de la nation et même sa souveraineté.

        C’est ce qui s’est passé aux USA après le 11/9 et depuis ils vivent sous le régime de l’état d’urgence, avec des lois d’exceptions (Patriot Acts I et II) et des decrets présidentiels qui ont rendu légal la détention sans jugement, la torture, Guantanamo, l’intervention de l’armée dans le maintien de l’ordre, la guerre sans déclaration ni vote du congrès etc...


      • Alpo47 Alpo47 21 juin 2011 17:25

        Je suis d’accord avec vous et je ne pense pas avoir dit autre chose depuis 4 ans que je m’exprime sur Agoravox.
         Bien entendu, le chaos est provoqué pour imposer une société plus restrictive qui renforce le pouvoir d’une toute petite élite. Des gens comme Attali nous livrent le but final, tout en cachant l’identité des vrais bénéficiaires, évidemment.
        C’est comme une « course de vitesse » entre ces mesures et le chaos et ... l’éveil à la réalité d’un nombre de plus en plus important de nos concitoyens. Le résultat est incertain.Mais les « zélites » savent aussi qu’il y a un seuil de citoyens éveillés qui provoquera l’éveil de tous... ce qu’ils veulent éviter.


      • Aldous Aldous 22 juin 2011 09:15

        Attali qui rêve à haute voix que la capitale du gouvernement mondial s’installe à Jerusalem...

        http://www.dailymotion.com/video/xcacbm_attali-met-les-choses-au-claire_news


      • Cro Magnon Cro Magnon 21 juin 2011 11:38

        On se croirait dans un jeu video ! Après avoir poussé états et citoyens à s’endetter, les libéraux, nos « zélites », les banques décident maintenant de tuer ceux qui sont trop bien tombés dans leurs pièges en permettant aux entreprises et banquiers de s’enrichir bien au-delà de ce qui est nécessaire pour assurer leur confort. Sauf que les Grecs et autres européens, ne sont pas des personnages virtuels et n’ont qu’une seule vie.Et tout ça pour de l’argent fictif ! Car la seule chose qui soit virtuelle c’est le fric !
        C’est un jeu bien plus violent que ceux qui fascinent nos ados, car il tue pour de vrai ! Alors il faut arrêter cette folie et l’interdire !


        • hommelibre hommelibre 21 juin 2011 12:07

          @ Cogno :

          Quel est votre besoin de m’insulter ? Si vous n’êtes pas d’accord vous argumentez. C’est quoi cette manière d’insulter ? Besoin de montrer combien vous êtes supérieur ? Bullshit.

          Par ailleurs je ne vois pas ce qu’il y aurait d’insultant pour les grecs à dire qu’ils ont une part de responsabilité. Ils ont voté, donc choisi ceux qui allaient les représenter. N’y aurait-il donc eu personne pour tirer la sonnette d’alarme ? Si, pourtant, des voix se sont élevées pour dénoncer déjà la préparation des J.O. qui allait coûter trop cher pour l’économie du pays.


        • foufouille foufouille 21 juin 2011 12:41

          voter pour qui ?
          a part des ploutocrates, on a pas trop le choix



        • hommelibre hommelibre 21 juin 2011 17:05

          Que vous soyez vulgaire c’est une chose. Sarko n’a rien inventé... Mais au moins argumentez.


        • Croa Croa 21 juin 2011 22:36

          « expliquez moi comment fait un pays aujourd’hui pour ne pas emprunter ? Allez, j’attends. »

          L’auteur n’a pas répondu. Simple pourtant : un pays indépendant n’emprunte pas, il ordonne éventuellement un escompte à sa banque centrale.

          Toutefois les nations indépendantes ne sont plus très nombreuse ! (Aucune dans l’Europe : ces pays sont dépendant d’une banque centrale aux mains de quelques banksters.)


        • papi 21 juin 2011 23:57

          @ l auteur

          être traité de sot n’est pas une insulte, tout au plus une contatation..


        • Deneb Deneb 24 juin 2011 06:22

          Michel Maugis : stalinien, tricheur aux votes et spammeur


        • lsdlg lsdlg 21 juin 2011 12:16

          « Les raisons de sa grande maladie ont été maintes fois évoquées dans la presse : trucage des comptes par une banque privée, fiscalité défaillante, vie au-dessus des moyens. » Vous parlez de la France, des USA, de l’Angleterre, non ? Ne pensez pas qu’il n’y a qu’en Grèce où on peut trouver une telle mascarade ! Chez nous aussi !
          Je sais de quoi je parle, j’y ai participé à cette magouille !

          « Plutôt que de laisser la situation se dégrader, ou d’endetter encore plus les pays comme la Grèce, l’Europe devrait être solidaire et décréter d’une seule voix une réduction des dettes publiques des pays en difficultés. Comme cela s’est déjà fait pour des pays émergents. On met sa fierté dans sa poche et on se redresse. » Encore une fois si la Grèce était le seul pays dans ce cas la (Espagne, Portugal, France, Italie, Irlande, Belgique, USA, Biélorussie, Roumanie, Inde et beaucoup d’autres même en chine des émeutes éclatent un peu partout dans les campagnes, et tout une nouvelle génération ne veut pas connaître la même vie que leur parents) regarder les chiffres du chômage, les indices de consommation, le taux d’inflation, etc tous ces chiffres sont faussés (ceux qui y travaillent le savent bien)
          Tout le monde à sa part de responsabilité dans ce grand bazar. Les organisateurs comme les moutons qui les suivent ! (Merci la télé, cf le documentaire « le temps de cerveau disponible »)
          Le problème est qu’on a franchi un point de non retour il y a quelques années, et qu’on voit les prémices qu’aujourd’hui.

          Que peut-on faire maintenant ? A quelle échelle, citoyenne, régionale, nationale, mondiale ?

          *A tous ceux qui ont un PEL ou autres, retirer vos liquidités maintenant, sinon cet automne vous allez pleurer !

          *Attention au cours de l’or et de l’argent entre le 13 et le 17 juillet.

          (From : FOREX.com <info@forex.com>

          Important Account Notice Re : Metals Trading
            
          We wanted to make you aware of some upcoming changes to FOREX.com’s product offering. As a result of the Dodd-Frank Act enacted by US Congress, a new regulation prohibiting US residents from trading over the counter precious metals, including gold and silver, will go into effect on Friday, July 15, 2011.

          In conjunction with this new regulation, FOREX.com must discontinue metals trading for US residents on Friday, July 15, 2011 at the close of trading at 5pm ET. As a result, all open metals positions must be closed by July 15, 2011 at 5pm ET.

          We encourage you to wind down your trading activity in these products over the next month in anticipation of the new rule, as any open XAU or XAG positions that remain open prior to July 15, 2011 at approximately 5:00 pm ET will be automatically liquidated.

          We sincerely regret any inconvenience complying with the new U.S. regulation may cause you. Should you have any questions, please feel free to contact our customer service team.

          Sincerely,
          The Team at FOREX.com )

          *Les dettes des principaux pays du G20 arrivent à échéance cet automne.

          *Si le « pacte pour l’euro » est voté (fin juin 2011) et appliqué fin 2012, c’est la fin des classes moyennes en Europe (Abolition du SMIC, RSA, possibilité de geler les salaire des fonctionnaires, les retraites, les assurances vieillesse, maladie, sécu, assedic... en cas de coup dur pour gouvernement, donc tous les prétextes économique seront bons pour ne verser aucune prestation sociale)

          *A tous les sceptiques qui pensent que la crise est finie, ou que ça va repartir, ou qu’on est au « stade plateau » : vous n’aurez pas besoin d’attendre longtemps avant de voir tout ça arriver !

          Indignons-nous ! Mais soyons solidaires les uns-des-autres lorsque le temps s’assombrira, ou on s’enfoncera encore plus loin dans les abîmes.


          • ali8 21 juin 2011 13:16

            soyons solidaires les uns des autres !! mais c’est là ou le bât blesse !! point de solidarité !! que de l’égïsme, point de tolérance !!

            et pour nous faire avaler des couleuuvres, vite, un petit coup de niqqab, c’est un parfait enfumage qui fit ses peruves smiley


          • Croa Croa 21 juin 2011 22:41

            Et passé le coup du niqqab, il y aura toujours un fait diver bien sanglant à faire monter en mayonnaise, avec déplacement du ministre et tout !

             smiley Imparable ! smiley


          • terreetciel terreetciel 21 juin 2011 13:52

            Dépenser l’argent qu’on n’a pas et ne pas travailler pour se le procurer !
            La Grèce n’est pas la seule à vivre dans ce système de fou, la France aussi qui distribue l’argent qu’elle n’a pas à des personnes qui refusent de travailler


            • Aldous Aldous 21 juin 2011 15:06

              C’est faux. vous confondez dette souveraine et dette privée.

              Les statistiques de durée de travail montrent que les Grecs travaillent plus que les Allemands !


            • foufouille foufouille 21 juin 2011 16:08

              ils sont ou ses millions d’offres d’emplois a terreetciel ?
              en inde et ailleurs !


            • SergeL SergeL 21 juin 2011 17:04

              FAUX

              ARGUMENT TYPIQUEMENT REACTIONNAIRE.

              LA DETTE PUBLIQUE EN FRANCE : C’ EST L’IMPOT QUI N’ A PAS ETE PRELEVE.

              40 MILLIARDS D’ EUROS DE FRAUDE ANNUELLE.

               


            • jef88 jef88 21 juin 2011 14:30
              Et si la Grèce annulait sa dette ?Rigolade !!!! Et si on parlait de la dette des USA ?

              • Aldous Aldous 21 juin 2011 15:18

                La comparaison est intéressante :

                Grèce : 500 milliards de $

                USA : 14 000 milliards de $

                France : 5 000 milliards de $

                La dette grecque represente 10% de la dette Française et 3,6 % de celle des USA.

                Juste pour donner l’echelle du risque pour les créanciers...


              • Croa Croa 21 juin 2011 22:46

                « du risque pour les créanciers »

                Quel risque ?

                 smiley Ils n’ont jamais eu ce pognon ! smiley

                 smiley Le « risque » de ne pas arriver à l’estorquer ? smiley


              • Aldous Aldous 21 juin 2011 15:01

                « Si la Grèce rompt le pacte et cesse de jouer le jeu, ce sera une perte pour l’Europe, ou une remise à plus tard. »

                Vous n’y êtes pas : la Grèce est juste un champ d’expérimentation de la mise à sac des structures nationales par a dette souveraine.

                L’opération a pour but de révéler les résistances pour préparer des remèdes quand les financiers internationaux s’attaqueront à de plus gros poissons (Portugal, Espagne, Italie, France, UK...)

                Pour mettre en place le nouvel ordre il faut démolir l’ancien.

                Une autre expérimentation a lien en Belgique : Là le nouvel ordre gère déjà le pays depuis un an en absence de tout gouvernement national.

                Ce sont deux méthodes différentes La Belgique est un banque. On en la met pas en faillite, on fait le vide politique par la distension ethnique.

                Les Grecs sont soudés. Impossible de les faire lacher volontairement leur nation.

                On les force à la vendre.


                • Aldous Aldous 21 juin 2011 17:15

                  Tout à fait pertinent Actias.

                  Les grecs ont aussi un train de retard sur le programe néolibéral :

                  S’ils ont autant de services publics à vendre, c’est que contrairement à la France, ils n’avaient pas privatisé grand chose.

                  La poste, les transports, l’électricité sont toujours à l’état grec.

                  Il na faut pas s’imaginer les grecs comme des magouilleurs incultes.

                  Ils sont très bien formée, notamment en économie.

                  La dette souveraine est le travail de sape des tueurs économiques qui, moyennant des méthodes de corruption très efficaces font prendre aux dirigeants des prets pour financer des marchés inutiles qui reviennent aux entreprises étrangères qui financent la coorruption.

                  Ce fut le cas avec Simiens, Dassault, les entreprises chargée des JO d’athènes et du pont titanesque Rio-Antirio qui n’a pas d’utilité réelle étant donné le petit trafic routier entre le continent et le Péloponnèse à cet endroit.

                  Il y a deux ans j’ai pris l’autoroute Konitsa - Ioannina.

                  Je n’ai pas croisé la moindre voiture en plusieurs heures de route sur une autoroute flambant neuve, enfilant tunnel sur tunnel.

                  Au bout d’un moment je me suis demandé si je n’étais pas dans le film « Je suis une légende ».

                  Une expérience à frissonner d’angoisse.


                • Croa Croa 21 juin 2011 22:52

                  « et au final c’est sûrement eux qui vont se faire entuber. »

                  Il ne faut pas les sous- estimer !

                  D’ailleurs aujourd’hui c’est eux qui gagnent et après la crise, sauf révolution ( encore incertaine) ils gagneront encore !


                • hommelibre hommelibre 21 juin 2011 18:24

                  @ Michel qui se croit Maugis :

                  Oui maître, bien maître.

                  Je suis confus d’avoir osé penser par moi-même sans vous demander votre aval et votre accord sur le contenu. Je suis désolé de n’avoir pas endossé votre pensée unique (ou votre unique pensée). Je suis désolé de croire encore que le libéralisme est, fondamentalement, la liberté de l’être humain, sa libre détermination, sa responsabilité d’être.

                  Je suis désolé d’être d’une classe qui bosse 14 heures par jour pour y arriver (indépendant) et pas de votre classe intellectuelle. Je suis désolé de ne pas avoir encore atteint votre degré de nombrilisme et d’oser quand même poster sur AV.


                  • foufouille foufouille 21 juin 2011 18:31

                    "Je suis désolé de n’avoir pas endossé votre pensée unique (ou votre unique pensée). Je suis désolé de croire encore que le libéralisme est, fondamentalement, la liberté de l’être humain, sa libre détermination, sa responsabilité d’être."

                    tu as oublie tres riche
                    et a la fin :pedophile, violeur, assassin, voleur surtout, empoisonneur ........ en pratique


                  • LE CARDINAL 21 juin 2011 22:54

                    Vous êtes libre........... de promouvoir un système qui vous oblige à travailler 14 heures par jour.

                    faux maugis... de promouvoir... d’être « obligé »... de travailler... 14H/jour  smiley

                    je connais des tas de personnes qui ne sont « pas libres » smiley


                  • LE CARDINAL 22 juin 2011 00:11

                    maugis...vous voulez nous faire croire que l’on est enchainé, soumis, obligé de...eh ben non, on peut démissionner ... partir... contrairement aux cubains...aux coréens...aux ex allemands de l’est qui se faisait tirer dessus, aux syriens, aux iraniens qui risquent la vie de leurs parents si ils fuient...
                    vous n’êtes pas crédible maugis...


                  • epapel epapel 21 juin 2011 19:09

                    La Grèce aurait beau annuel sa dette qu’elle resterait quand même avec un déficit budgétaire massif car sur les 15% seulement 5% sont dus au remboursement de la dette.

                    Même chose pour le déficit commercial, une sortie de l’euro ne changerait rien car la Grèce n’a quasiment pas d’industrie de biens de production.


                    • TDK1 TDK1 22 juin 2011 10:34

                      Enfin des chiffres. Tout ceci est exact. Malheureusement, au lire de la majorité des réactions issues d’ayatollahs de l’orthodoxie marxiste, je doute que vous fassiez recette dans ces colonnes !

                      L’auteur a déclenché des foudres en osant dire que les Grecs étaient les responsables de leur situation. C’est pourtant malheureusement vrai. Evidemment, lorsque l’on dit les Grecs, il y aura toujours quelqu’un pour dire que le peuple est le premier à souffrir et que ce n’est pas lui qui... Taratata ! C’est bien lui qui a élu et réélu le Parti Socialiste, acteur majeur déterminant de la situation, non ? Qui ne se sentait pas redevable à l’égard de l’apparatchik local de l’embauche du petit dernier à rien faire dans une administration ? Qui ne se sentait pas redevable du logement, des allocs accordées grâce à un coup de fil ? Les Grecs râlent après la corruption, mais elle touche plus de 35% de la population (qui, du coup, en profite...), ça n’a rien à voir avec la corruption française ou allemande !
                      Le problème de la Grèce est bien plus vaste que sa dette, c’est une organisation sociétale qui est entièrement à revoir et à refonder. Cette situation date de bien avant l’adhésion à l’UE ou à l’€ et la sortie du système ne pourra que résoudre une partie seulement du problème.

                    • Marc Bruxman 21 juin 2011 19:24

                      Pour pouvoir annuler sa dette, il faudrait que la grêce soit à l’équilibre dans le cas ou elle n’ait plus la charge de la dette à supporter. Or ce n’est pas le cas.

                      Si la grêce devait annuler sa dette, cela signiferait qu’elle devrait mettre en urgence ses comptes à l’équilibre. Les conséquences pour la population seraient désastreuse. A coté, le programme d’austérité tant critiqué paraitrait pour un programme gentil.


                      • BA 21 juin 2011 20:56
                        Qui commande en Europe ?

                        Réponse : ce ne sont pas les Européens qui commandent en Europe.

                        C’est John Lipsky !

                        Lundi 20 juin, au petit matin, le patron du FMI, John Lipsky, s’empare du stylo et corrige la déclaration finale de l’Eurogroupe !

                        Lisez cet article :

                        Washington est de plus en plus inquiet de la situation à Athènes et des divisions européennes. Les Américains s’appuient sur le FMI pour durcir les conditions d’aide aux pays exsangues financièrement.

                        Dans la tempête grecque, la galère de l’euro embarque un 18ème passager. Il n’a rien d’un clandestin, il lui arrive même de vouloir prendre les commandes. Les États-Unis sont aussi inquiets d’un naufrage de la Grèce que le Vieux Continent. Ils n’ont cessé d’imprimer leur tempo ces derniers jours pour forcer l’équipage européen à se ressaisir.

                        À Luxembourg, lieu depuis dimanche d’un énième ballet ministériel d’urgence, l’effort américain s’est trouvé une figure de proue : John Lipsky, patron par intérim du FMI depuis la démission de Dominique Strauss-Kahn. Lundi, au petit matin, on l’a même vu s’emparer du stylo et aider à corriger de ce qui allait devenir la déclaration finale de l’Eurogroupe, d’après plusieurs témoins. 


                        • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 21 juin 2011 20:59

                          A minima il faut un régime de faillite ordonné pour les États.

                          Mais en fait il faut changer radicalement tout le système... monétaire ! L’argent dette est la source du problème...

                          C’est un des défis à relever par la révolution mondiale qui s’annonce ...


                          • ph11 22 juillet 2011 04:25

                            Commençons d’abord à interdire les taux bas des banques centrales avec une politique de non-extension monétaire.
                            Ensuite, on peut augmenter les taux de solvabilité des banques.
                            Cependant, cela augmentera les taux d’intérêts des emprunts et je doute que cela soit supportable pour certains états endettés.


                          • Cro Magnon Cro Magnon 21 juin 2011 21:51

                            C’est gentil tous ces « bla-bla » de fins connaisseurs ! Il n’empêche que la situation est irréaliste voire surréaliste selon votre humeur !Les règles du jeu n’ont jamais été proclamées et la dernière modification (le traité de Lisbonne), imposée de force !!
                            Alors deux possibilités : on se révolte tous, une bonne fois pour toute, soit on la ferme et on accepte sans état d’âme l’asservissement des peuples au profits des banksters, voyous et autres avides selon affinités. Il faut arrêter de discourir et se mettre à l’oeuvre ! Nier l’évidence est un crime contre l’humanité et l’avenir de notre planète, nos descendants (y en aura-t-il ??).
                            Nous sommes face au pire défi jeté contre nos peuples, saurons-nous le relever ?


                            • hommelibre hommelibre 21 juin 2011 23:30

                              @ Maugis :

                              Je ne vous demande pas d’évaluer ma vie ni d’en juger en quelque manière que ce soit. Vous ne la connaissez pas, donc ne jouez pas avec moi au dominant (celui qui définit l’autre) intrusif (sans qu’on lui ait demandé), violent (qui insulte gratuitement) et abusif (la somme des trois précédents). Les attaques ad hominem n’ont aucun intérêt. Aucun.

                              Les dominants qui reprochent à d’autres (banksters et autres) d’être des dominants ne font que changer la couleur de la domination, mais ils ne la déracinent pas.

                              On ne dialogue pas en définissant l’autre sans qu’il vous le demande. mais puisque cela a l’air de vous étonner, oui j’ai fait du 14 heures par jour selon les périodes. Je n’ai pas choisi la facilité, je ne cours pas après l’accumulation d’argent, je réalise mon idéal. J’ai fait beaucoup de travail bénévole et associatif en plus d’être indépendant. A moins d’être de famille aisée, un indépendant bosse plus que les salariés pour en général gagner moins. Mais il fait ce qu’il aime, il a une liberté précieuse. Et si je me suis investi à fond c’est parce que j’aime ce que je fais. Personne ne m’y a obligé. C’est mon choix de vie.

                              A part cela, pour info, l’association du libéralisme et de la liberté date du 19e siècle. Les libéraux de l’époque refusaient l’absolutisme d’où qu’il vienne. C’est leur conception de la société qui a amené à l’Etat laïc. Mais bon je ne vais pas faire une dissertation ici, tout cela existe et est déjà dit ailleurs. Le mot libéral est aujourd’hui dévoyé. La liberté individuelle, liberté de croyance, de parole, de penser, liberté politique, n’est pas à mettre dans le même sac que la malhonnêteté de Goldman et Sachs. Rien à voir. L’individu libéral réclame le respect et l’offre en retour.

                              Mais je ne suis pas un bon libéral, car je ne respecte pas les gens qui insultent et calomnient.


                              • hommelibre hommelibre 22 juin 2011 07:00

                                Maugis,

                                Vous êtes vraiment grave. Ça vous plaît à ce point de parler des gens sans les connaître, de les définir sans qu’ils vous aient rien demandé ? Mais vous en êtes où ? Putain, on n’est pas sorti de l’auberge avec des gens comme vous. Avec votre mentalité et votre manière autoritaire de fonctionner, le « vieux monde » a encore de beaux jours devant lui.

                                Occupez-vous de vos choux et laissez moi m’occuper des miens. je ne vous ai rien demandé, et surtout pas d’évaluer ma vie et de faire mon analyse.

                                Les fils de Sarko, côté vulgarité et goût de la chasse à l’homme, il y en a plusieurs sur ce portail. Vous en êtes.


                              • TDK1 TDK1 22 juin 2011 10:45

                                @hommelibre


                                Bonjour,

                                Hé, le « coach », naturopathe, enseignant et tout et tout.... Lache prise !

                                T’as rien à gagner à te quereller de la sorte avec un psycho ! Laisse pisser, tu sais très bien (j’espère, pour un « coach ») que tu ne peux pas plaire à tout le monde. Tu vas le convaincre ? Non, alors lache prise...

                              • hommelibre hommelibre 22 juin 2011 10:59

                                @ TDK :

                                Vous avez raison.

                                Il y a des jours où ça glisse, d’autres où ça me gonfle. Quel gâchis que de ne pas débattre simplement, normalement, sans que le désaccord signifie l’insulte.


                              • xbrossard 22 juin 2011 11:10

                                @maugis


                                « Au XVIII siècle, il y a eu une Révolution qui instaura la prise du pouvoir politique de la bourgeoisie. C’ est ce que vous n’ avez pas dit. Il faut maintenant que le monde du Travail prenne le pouvoir politique et chasse la haute bourgeoisie du pouvoir. »

                                tout est dit. C’est effectivement le prochain pas que l’humanité devra franchir pour évoluer dans le bon sens. Tout ceux qui n’ont pas compris cela sont soit dans le camp des bourgeois, soit pire des laquais près à toutes les compromissions (bosser 14 heures par jour par exemple) pour en faire partie.

                                Parce que monsieur le gros bosseur, au cas où vous ne l’auriez pas compris, en bossant 14 heures par jour, vous envoyer explicitement le message à vos maîtres « regardez comme je bosse beaucoup, maintenant, vous devez me faire confiance plutôt qu’à un mec qui bosse 8H par jour » et au final, tout le monde devra bosser 14h par jour pour avoir à la fin le même salaire qu’avant en 8H par jour...

                                Donc merci encore à toutes les larves et larbins des bourgeois qui nous permettent de foncer vers le monde du futur où l’on travaillera beaucoup plus pour gagner beaucoup moins...


                              • xbrossard 22 juin 2011 11:22

                                @l’auteur


                                et si vous êtes si libertaire que vous le dites, alors dans ce cas même la notion d’entreprise avec des employés devraient vous sortir par les yeux, car qu’est ce qu’un employé sinon un travailleur ayant abandonné une partie de sa liberté contre un salaire ?

                                C’est pour cela que pour un bon libertaire/tarien (je sais plus...) il ne peut y a voir que 2 visions de l’entreprise :

                                - soit uniquement des entreprises individuelles (mais dans ce cas impossible de faire de grands projets, même par exemple un simple ordinateur qui nécessite des dizaines de personnes pour le produire)
                                - soit dans chaque entreprise l’ensemble des individus a un pouvoir de décision sur ce que fait l’entreprise mais dans ce cas, et pour votre plus grand malheur, vous êtes d’accord avec Maugis qui veut redonner le pouvoir au monde du travail (et donc aux employés)

                                choississez clairement votre camp plutôt que de lancer des slogans « liberté ! liberté ! » sans savoir ce que cela implique...

                              • Deneb Deneb 23 juin 2011 05:33

                                Qu’est-ce qui lui arrive, à Michel Maugis. Son score reste en bas, alors que d’habitude il a au moins 10 votes en 5 minutes - à 4h du mat. Sa box a du chauffer. Il a réussi à se hisser au palmarès sur un autre fil, surtout en moinssant tous les autres.
                                Michel Maugis contribue, avec ses insultes et sa tricherie aux votes, à la dégradation d’Agoravox, au démarrant fort sympathique. Il est devenu plus prudent dernièrement, il continue néanmoins à manipuler les votes. Un nuisible.


                              • ph11 22 juillet 2011 03:38

                                @xbrossard La liberté est le fait de pouvoir agir sans une contrainte extérieure.

                                Être salarié n’est en rien abandonner sa liberté. Il s’agit d’un contrat liant 2 personnes qui tiennent des engagements par consentement mutuel.

                                L’absence de liberté est d’interdire les individus à faire de tels contrats ou des les obliger.


                              • ph11 22 juillet 2011 03:51

                                @Michel Maugis (xxx.xxx.xxx.108) 24 juin 04:41

                                Le libéralisme est l’individualisme. C’est un concept basé sur le fait que l’individu est la base de la société et que toute utilisation de la violence contre des individus est immorale, que ce soit d’autrui à moi, de moi à autrui, de l’état/ville/communauté envers moi, etc.

                                C’est une philosophie qui promeut la résolutiondes conflits pacifiquement par la négociation plutôt que la force.
                                C’est la philosophie d’où est tirée la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

                                C’est la philosophie qui veut que si on veut un monde meilleur, on se change soi plutôt qu’en forçant le voisin.

                                Bombarde un pays étranger n’a rien de libéral, attaquer d’autres pays pour imposer une soi disant liberté n’est pas libéral, le libéralisme doit venir spontanément ou non.
                                Les libéraux ont été contre le colonialisme.


                              • ph11 22 juillet 2011 04:13

                                « Au XVIII siècle, il y a eu une Révolution qui instaura la prise du pouvoir politique de la bourgeoisie. C’ est ce que vous n’ avez pas dit. Il faut maintenant que le monde du Travail prenne le pouvoir politique et chasse la haute bourgeoisie du pouvoir. »

                                Ce que je ne comprends pas, c’est qu’après 100% d’échecs du marxisme, avec à chaque fois des atrocités humanitaires, on puisse encore y croire.

                                Le libéralisme est le système où tout le monde est libre et égaux en droits.
                                Cependant, comme tout le monde n’est pas égal en talent et en motivation, cela arrive à des inégalités matérielles.

                                Le socialisme cherche l’égalité matérielle.

                                Seulement pour arriver à l’égalité matérielle, il faut un allocataur, qui a un pouvoir absolu sur votre vie pour habiller Pierre en déshabillant Paul. Et cet alloocateur étant un homme, il a aussi ses défauts.
                                Sans compter que la nature individualiste de l’homme, chercher l’égalité aboutit à la démotivation de la société : les moins productifs s’appuient sur le travail des productifs et les productifs perdent leur motivation, vu qu’ils perdent le fruit de leur travail.

                                Pourquoi ne pas redistribuer les points dans une classe ? Cette expérience a déjà été tentée par un prof d’économie, qui, alors que sa classe réussissait à 100%, a voulu démontrer à ses élèves de tendance socialiste que le socialisme ne fonctionnait pas. Les points ont été additionné et redistribué selon la moyenne. Après un contrôle, la note était de 12/20, un second 7/20 un troisième 5/20 et au final, toute la classe a échoué.

                                Pourquoi un productif devrait payer pour un improductif, pour un alcoolique, pour un paresseux ?
                                Pourquoi quelqu’un qui gère bien ses finances devrait payer pour les personnes dépensières ?

                                Sur quelle base le travailleur aurait des droits que n’ont pas les autres ? Le capitaliste est un sous-homme ?

                                Vous êtes propriétaire de votre voiture ? Selon la vision marxiste ou le travailleurs a des droits et pas le propriétaire, les ouvriers qui ont conçu votre voiture, votre garagiste, votre chauffeur auraient le droit de prendre votre voiture sans votre consentement.
                                Les maçons qui ont bâti votre maison, les ouvriers du bâtiment, le peintre, l’électricien, le plombier, votre femme d’ouvrage auraient le droit de vous foutre dehors, de squatter votre maison en organisant des fêtes selon les principes citoyens et festifs du marxisme.

                                Les inégalités matérielles ne sont pas en soi un problème, les problèmes sont la pauvreté.
                                Vaut-il mieux être pauvre dans un monde inégal en gagnant 200 ovec des riches qui gagnent 10000 ou être égal en gagnant 100 ?


                              • JL JL 22 juillet 2011 08:18

                                Le libéralisme c’est l’idéologie qui promeut le droit au lobbyisme, à l’infiltration du politique, à la corruption libre et non faussée ...

                                Le libéralisme, c’est le droit au parasitisme de la collectivité par un seul au nom de sa liberté.

                                Ce libéralisme là est un intégrisme de la non-pensée aussi sûrement que le collectivisme est un intégrisme de la déraison.


                              • JL JL 22 juillet 2011 08:20

                                « Le sommeil de la raison engendre des monstres » (Goya)


                              • JL JL 22 juillet 2011 08:24

                                Le libéralisme c’est l’endormissement de la raison. Le collectivisme en est le cauchemar. Entre les deux il y a la démocratie, le plus mauvais système après tous les autres.


                              • papi 21 juin 2011 23:48

                                @ l’auteur

                                Sortons tous de ce merdier qu’est l’Europe !! ce sera dur sur le coup comme dirait D.. , mais ça ne sera pas long , alors que le fait de rester dans ce piège à finance nous condamne à une mort lente et douloureuse ..


                                • papi 21 juin 2011 23:51

                                  @ l ’auteur

                                  Je rajoute qu’il est regrettable que vous soyez accablé ou insulté, mais quand on met le pied dans la merde , il ne faut pas s’étonner d’en ressentir les éfluves..


                                  • Lath 22 juin 2011 00:09

                                    nationalisation totale du cac40 et hop...

                                    La loi > au entreprise, si la loi dis ranger vos billes... ils ont pas le choix :p


                                    • Lath 22 juin 2011 00:12

                                      A quand le safari au miliardaire ? j’en ai eu deux d’un coup, cent point !


                                      • Antoine 22 juin 2011 02:26

                                         La science économique consiste entr’autres à détecter l’invisible derrière le visible. Autant dire que cet art n’est pas à la portée de tout le monde !

                                         


                                        • kiouty 22 juin 2011 09:58

                                          Enfin, l’auteur rate le principal qui est quand même l’exposition des banques européennes à la dette grecque. C’est l’une des deux raisons pour laquelle on empêche la Grèce de faire défaut : parce que sinon, les pays riches d’Europe occidentale tombent avec.

                                          L’autre raison est qu’on profite du marasme fabriqué par l’euro et les mécanismes d’endettement des états pour privatiser à fond la Grèce, comme on l’a fait avec moultes pays auparavant avec l’aide du FMI qui est comme d’hab dans tous les mauvais coups.

                                          Donc ça va au-delà d’une simple décision politique, comme le décrit l’auteur.

                                          Une fois la Grèce sucée, vidée, et les expositions des grosses banques allemandes, françaises et anglaises liquidées, il y a fort à parier que l’UE et le FMI laisseront tomber la Grèce comme une coquille vide et qu’ils ne s’en soucieront guère plus que de leur première chemise.


                                          • suumcuique suumcuique 23 juin 2011 20:04

                                            « 340 milliards d’euros appartenant à des grecs sont au chaud à l’étranger. »

                                            Cela fait quarante ans que les contribuables français de souche et que les contribuables allemands de souche sont systématiquement rackettés pour satisfaire aux moindres caprices de peuples européens mineurs comme les Grecs, les Portugais et, surtout, les irlandais. Ces peuples européens très mineurs ont encaissé, ont placé, ont flambé et, maintenant, ils attendent du Français de souche et de l’Allemand de souche qu’ils les sortent de la mouise dans laquelle ils se sont eux-mêmes mis et, du reste, dans laquelle ils végétaient, jusqu’à l’Ue.

                                             


                                            • Antoine 25 juin 2011 00:40

                                              Les grecs sont un boulet mais en europe il y a bien pire, les emmerdeurs comme les irlandais et les anglais. Out ces casses c....


                                            • ph11 22 juillet 2011 04:21

                                              « Putôt que de laisser la situation se dégrader, ou d’endetter encore plus les pays comme la Grèce, l’Europe devrait être solidaire et décréter d’une seule voix une réduction des dettes publiques des pays en difficultés. Comme cela s’est déjà fait pour des pays émergents. On met sa fierté dans sa poche et on se redresse. »

                                              Cela signifie donc la spoliation d’épargnants, des assurances vies, des retraites.
                                              La Grèce doit payer ou faire faillite. Obliger les créanciers à renoncer à leur dû est une grosse violation du droit, qui est à la base de la prospérité de notre société depuis qu’on a créé les institutions garantissant les droits de propriété et de contrats au 13ème siècle.
                                              Sans compter que c’est faire éviter les conséquences à la mauvaise gestion des grecs.

                                              Vu ce qui a été allongé pour sauver la Grèce, il aurait mieux valu les laisser faire faillite et sauver nos banques avec cet argent. Et la faillite de la Grèce aurait mis la pression sur les autres états pour mettre de l’ordre dans leur budget.

                                              Pas question que les fourmis paient pour la cigale !


                                              • JL JL 22 juillet 2011 08:39

                                                Nicolas Sarkozy a inventé le « Fond monétaire européen » : c’est l’institutionnalisation de l’auto-tiers-mondialisation de l’Europe.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès