• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Et si la Russie n’avait rien à voir avec la tentative (...)

Et si la Russie n’avait rien à voir avec la tentative d’assassinat sur Sergueï et Ioulia Skripal ?

Sergueï Skripal, un ancien colonel du renseignement militaire russe ainsi que sa fille Ioulia sont dans le coma depuis ce 4 mars suite à une tentative d'assassinat avec un agent neurotoxique extrêmement puissant.

Sergueï Skripal avait donné les noms d'agents qui travaillaient pour la Russie au MI6 britannique contre des sommes d'argent totalisant 100.000 $. Il avait été condamné à 13 ans de prison par la justice russe mais il a fait partie d'un échange d'espions en 2010 et il vivait actuellement dans un modeste quatre pièces à Salisbury, dans le sud de l'Angleterre.

 

 

                              Sergueï Skripal.

 

Le gouvernement britannique accusa immédiatement la Russie d'être très probablement responsable de cette tentative d'assassinat et cela alors que l'enquête policière avait à peine débuté.

L'argument avancé est qu'il n'y a pas d'autre piste possible.

Theresa May somma alors le gouvernement russe de s'expliquer.

 

Des invraisemblances.

 

L'agent neurotoxique est très vite identifiée mais à ce stade, trois semaines après les faits, on ne sait toujours pas comment Sergueï et Ioula ont été infectés.

Sauf à croire que les service secrets russes sont des idiots, il est difficile d'imaginer que leurs agents vont signer leur crime en utilisant un produit créé en Union soviétique et qui n'est plus secret depuis que Vil Mirzanayov, un scientifique ayant participé au programme novitchok, s'est réfugié aux États-Unis et qu'il a publié la formule dans un livre.

De plus, les États-Unis et l’Ouzbékistan ont été en contact avec ce produit dans les années 90. L'usine qui produisait la famille des agents novitchoks se trouvait à Noukous, en Ouzbékistan, et elle a été démantelée par les États-Unis. La Russie ne ment donc pas quand elle dit qu'elle n'a jamais produit de novitchoks. Voila donc une première invraisemblance.

Ensuite, si le Royaume-Uni possédait un échantillon de novitchok soviétique, elle aurait dû le signaler à l'OIAC or elle ne l'a pas fait et le laboratoire militaire de Porton Down i qui emploie 3000 scientifiques et qui se trouve à quelques kilomètres de Salisbury (un hasard ?) dit qu'il n'en a jamais eu. Comment peut-on alors dire que l'agent utilisé est russe ?

Si le Royaume-Uni a synthétisé un novitchok dans son laboratoire de Porton Down on pourrait alors aussi en déduire qu'il est capable de le produire. Cela a son importance pour la suite de l'article.

Une autre invraisemblance est le timing choisi. Une semaine avant la présidentielle russe et surtout à trois mois de la Coupe du monde de football qui a lieu en Russie et qui revêt une grande importance pour Vladimir Poutine. Un scandale de ce genre terni la réputation du pays à un moment où justement le bloc anglo-saxon cherche toutes les occasions pour s'en prendre à la Russie. La Russie devait savoir suite à l'affaire Litvinenko que ce genre d'attentat est monté en épingle pour nuire le plus possible aux intérêts russes.

Une quatrième invraisemblance est le mobile. Tuer quelqu'un qui ne représente aucun danger pour la Russie et qui n'a été condamné qu'à 13 ans de prison est absurde. De plus, il avait fait l'objet d'un échange d'espions et si un pays commence à éliminer les condamnés libérés, on peut s'attendre à ce que les autre fassent de même. Cela ne correspond pas à la philosophie de Vladimir Poutine qui est toujours très prudent pour ne pas envenimer inutilement les relations diplomatiques avec les Occidentaux.

 

Ioulia Skripal.

 

C'était depuis le début un mystère pour moi. Faire de la mort d'un traître un exemple pourrait à la rigueur tenir la route mais tuer en même temps sa fille qui n'est en rien impliquée dans l'affaire n'est pas normal. Pourquoi essayer de tuer Sergueï Skripal justement quand sa fille lui rend visite et en faire aussi une victime ?

 

                                  Ioulia Skripal.

 

Une explication plausible m'est alors venue à l'esprit : Ioulia connaissait des confidences de son père et on devait aussi la faire taire. Elle était gênante, pas pour les services secrets russes mais plutôt pour les britanniques.

 

Le mal du pays.

 

Selon un reportage de Paris Match du 15 mars à Salisbury ii , Sergueï Skripal menait une vie solitaire et terne sans s'être socialement intégré dans la société locale.

Ce homme de 66 ans qui se disait patriote soviétique devait se demander quel sens pouvait encore avoir sa vie et il devait regretter l'époque où il vivait entouré par ses proches à Moscou.

En 2012, il avait eu une longue conversation téléphonique avec Vladimir Timochkov, un ami d'enfance resté en Russie. Il lui faisait part de ses regrets pour ce qu'il a fait et lui disait qu'il était bouleversé d'être séparé de ses enfants, de sa mère (qui est actuellement très malade), de ses frères et de d'autres êtres chers.

Il disait aussi avoir écrit une lettre à Vladimir Poutine pour obtenir un pardon et pouvoir rentrer en Russie. Cette information a été publiée par la BBC.

Dmitri Preskov, le porte-parole du Kremlin, a démenti l'existence de cette lettre mais ce n'est pas pour cela qu'elle n'a pas été envoyée. Cela signifie simplement que le Kremlin dit que Vladimir Poutine n'a pas reçu cette lettre ou qu'il ne veut pas le reconnaître pour des raisons tactiques vis-à-vis des accusateurs occidentaux.

Maintenant, en 2018 et 13 ans après son arrestation, Sergueï Skripal devait se dire que s'il était resté en prison, il aurait payé sa dette et qu'il vivrait libre dans son pays natal.

Il a probablement lancé une nouvelle démarche pour rentrer en Russie avec l'aide de Ioulia, peut-être pour son mariage. Cette démarche est arrivée aux oreilles des services de renseignements étasuniens et britanniques par l'un ou l'autre canal. Un de ces canaux pourrait être une ambassade occidentale à Moscou. La mère du petit-ami de Ioulia qui s'opposait au mariage de son fils avec la fille d'un traître aurait une haute fonction en Russie et si Ioulia s'était confiée à son petit ami, cela aurait pu remonter jusqu'à elle. A-t-elle discrètement informé l'ambassade des États-Unis ou du Royaume-Uni ? Lien en russe. iii

 

Qui a intérêt à voir Sergueï Skripal disparaître ?

 

Sergueï Skripal était passé aux aveux et il n'y avait plus rien à en tirer après son procès. De même pour les Britanniques, il n'avait plus rien à leur apprendre.

 

                    Sergueï Skripal malmené lors de son arrestation.

 

Cependant, pendant les année passées en Angleterre, il a certainement été sollicité par le MI6 pour des missions ou pour de la consultance.

Il était par exemple proche de Christopher Steele, un ancien agent du MI6, qui avait été payé par Hillary Clinton ou par sa fondation pour compromettre Donald Trump alors candidat à la présidence. C'est une information qu'on peut lire dans le quotidien britannique « The Telegraph ». iv

S'il revenait au pays, Sergueï Skripal aurait certainement pu apporter des informations intéressantes aux services secrets russes et cela faisait une bonne raison pour l'éliminer, lui et sa fille qui en savait sans doute trop.

Voila enfin une explication plausible de la tentative d'assassinat sur Ioulia et ce n'est pas du fait des agents russes.

A ce stade, je ne peux m'empêcher de faire un rapprochement avec Boris Berezovski, un dissident russe qui d'après des rumeurs avait aussi sollicité un pardon et qui désirait revenir au pays.

 

L'origine de l'agent neurotoxique.

 

L'hypothèse que Ioulia l'aurait emporté dans ses bagages ne tient pas. Peut-on imaginer que le FSB prendrait le risque de contaminer tout un avion pour éliminer un ancien colonel qui avait trahi et qui ne représentait plus aucun danger pour le pays ? La réponse est non et même pour le plus irresponsable des agents.

Il aurait pu être entré au Royaume-Uni avec une valise diplomatique mais stocker cet agent toxique dans l'ambassade est un énorme risque. De plus, il faudrait faire venir des spécialistes pour manipuler cet agent toxique et ce serait remarqué.

On peut donc difficilement croire que le novitchok vient de Russie.

Les Russes auraient d'ailleurs dû synthétiser un nouveau novitchok vu que ce n'est pas eux qui détenaient les stocks soviétiques. Ce n'est pas vraisemblable vu qu'au même moment ils détruisaient les stocks d'armes chimiques hérités de l'Union soviétique sous la supervision de l'OIAC.

Il se pourrait que le Royaume-Uni se soit procuré des échantillons de novitchok quand les États-Unis ont démantelé l'usine de Noukous dans les années 90. Il faudrait voir si cela a été fait sous la supervision de l'OIAC ou pas.

Il se pourrait aussi que ce soit un novitchok produit en Occident puisque quand on connaît la formule, de nombreux laboratoires dans le monde peuvent le reproduire.

Il est un fait, c'est qu'en refusant de donner un échantillon aux Russes comme il en a l'obligation, le gouvernement britannique ne permet pas aux Russes de se disculper.

 

Conclusion.

 

Quoi qu'en dise Theresa May, il y a une autre piste que celle des Russes qui auraient signé leur crime. Que chacun se dise que si on peut penser que le FSB est capable de commettre des assassinats, il en est de même des autres services secrets comme le MI6, la CIA ou la DGSE.

Il y a peu de chance que Sergueï et Ioula sortent un jour de leur coma. Leurs fonctions nerveuses sont détruites à jamais et il n'y a pas d'antidote comme pour un poison ordinaire.

S'ils sont maintenus en vie, ce ne peut être que grâce à des soins intensifs et avec un lourd appareillage médical comme par exemple des respirateurs artificiels.

Ils ne seront jamais en état de raconter ce qui leur est arrivé ou de confirmer le désir de Sergueï de rentrer en Russie.

Theresa May est allé trop loin dans ses accusations et elle ne peut plus reculer.

Si l'hypothèse de cet article est exacte, elle n'a sans doute pas commandité personnellement cet assassinat et elle s'est sans doute fiée aux rapports qui atterrissaient sur son bureau.

Ce genre de décisions se prend généralement à des niveaux inférieurs, le ministre de l'Intérieur ou la direction de l'agence elle-même.

Il ne peut y avoir d'enquête interne pour confirmer ou infirmer cette hypothèse, chacun comprendra que le Royaume-Uni risquerait alors de mettre la sécurité du pays en danger.

Les gesticulations de Boris Johnson sont du plus haut ridicule. Il en profite pour débiter sa russophobie pathologique mais, connaissant le personnage, il est sûrement le dernier que les services secrets britanniques informeraient.

La Russie a de son côté aussi ouvert une enquête. Si Sergueï Skripal ou sa fille avait entrepris une démarche pour un retour au pays, cela atterrira certainement sur le bureau de Vladimir Poutine et ce sera lui qui décidera de l'usage qu'on en fera.

Comme toujours, en laissant une porte ouverte pour que l'adversaire (qu'il appelle généralement partenaire) puisse trouver une porte de sortie honorable.

 

 

ihttp://www.liberation.fr/planete/2018/03/07/porton-down-laboratoire-a-la-pointe-de-la-recherche-sur-les-armes-chimiques_1634450

 

iihttp://amp.parismatch.com/Actu/International/Serguei-Skripal-Qui-a-voulu-tuer-l-espion-russe-1479980

 

iiihttp://www.mk.ru/incident/2018/03/14/smi-skripalya-otravila-nesostoyavshayasya-svekrov-yulii.html

 

ivhttps://www.telegraph.co.uk/news/2018/03/07/poisoned-russian-spy-sergei-skripal-close-consultant-linked/

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

243 réactions à cet article    


  • cevennevive cevennevive 26 mars 09:19

    Bonjour Pierre,


    Belles déductions. Mais saurons-nous un jour ce qu’il s’est passé ?

    Est-ce que la mère du petit ami de Ioula, qui, vous le dites est un personnage influant en Russie, ne pourrait pas avoir eu la possibilité de faire agir certains agents secrets ?

    Est-ce que Sergueï n’aurait pas entretenu depuis l’Angleterre, des relations un peu ambigües avec des personnages interlopes aux fins de rentrer en Russie avec sa fille ? Son « métier » lui a fait côtoyer tout un monde sous terrain.

    Mais bon, mon intervention de tend pas à innocenter les Anglais... (perfide Albion...)

    Bien entendu, je pense comme vous et bien d’autres, que le crime n’est pas imputable à la Russie.



    • Pierre Pierre 26 mars 11:09

      @cevennevive
      Bonjour et merci pour votre commentaire.

      Dans mon article, je précise bien qu’il s’agit d’une hypothèse. Je n’insiste peut-être pas assez sur le doute et je ne prétends pas que je suis sûr que c’est la bonne piste.
      Je répète ma réponse à Janicoton : « Je démontre simplement que Theresa May et ses ministres mentent en prétendant qu’il n’y a qu’une piste possible. »
      Pourquoi en faire un article ? Theresa May veut entraîner tout l’Occident dans son délire et cela peut avoir de lourdes conséquences pour tous les Européens.
      La moindre des choses est de prouver ce qu’on avance notamment en écartant toutes les autres pistes. 
      L’article se base sur des témoignages et sur des faits matériels. J’attends que les Britanniques apportent aussi des faits matériels. Pour le moment, ils ne savent même pas où et comment les victimes ont été contaminées par l’agent neurotoxique et ils veulent faire prendre des mesures de représailles contre la Russie alors qu’il y a une enquête en cours.
      C’est du grand n’importe quoi.

    • cevennevive cevennevive 26 mars 11:29

      @Pierre


      C’est bien ainsi que j’ai lu votre article, et je comprends.

      Sourions un peu : si l’on se fie sur la bouille des gens, Sergueï et sa fifille ont un physique que l’on rencontre tous les jours, propre à fédérer la confiance.

      Par contre, le couple (infernal) Theresa May et Boris Johnson ont le sourire carnassier pour l’une et tout bêta pour l’autre.

      Mais nous sommes loin, là, de l’inconfortable et ubuesque situation politique (quoique...)



    • alinea alinea 26 mars 13:30

      @Pierre
      Pourquoi les britanniques n’informent-ils, et ne demandent-ils pas l’aide des Russes pour l’enquête ?
      De ce que j’ai pu en lire, un simple coup d’œil ( façon de parler) sur le produit, et l’on peut l’identifier comme russe ou pas.
      La manière anglo-saxonne de procéder me fait penser à celle utilisée déjà à propos de l’avion abattu en Ukraine ! : on sait mais on ne vous dira pas comment on sait, et vous n’y mettrez pas le nez ! Le temps passant, tout le monde, ou presque, oubliera.
      Sauf que la nouvelle Tatcher TINA nous emmerde ; on n’a aucune envie d’en découdre avec les Russes, avec seulement, et depuis longtemps, des sornettes, des mensonges, de la mauvaise foi, donnés comme prétextes !


    • Pierre Pierre 26 mars 15:03

      @alinea
      C’est ainsi que fonctionne la justice internationale occidentale. On commence par désigner le coupable et on demande ensuite au procureur d’instruire à charge. 

      Il faut avoir les reins solides pour dire « There is no alternative » mais May n’est pas Tatcher et est incapable de convaincre comme l’aurait fait la Dame de fer
      Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse. Le moment de la facture arrivera bientôt.

    • velosolex velosolex 26 mars 19:35

      @cevennevive

      N’importe quel photographe est capable, selon l’angle, la lumière, l’instant de la prise de vue, de faire un portrait sympathique de quelqu’un ou d’en faire un vrai monstre.
       Et même Goering quand il était en famille était un vrai papa gâteau. 
      Des monstres de perversité ont des visages d’ange, comme ce capitaine argentin, Alfredo Astis, dit « l’ange de la mort »...Tortionnaire redoutable et pervers pendant la junte militaire...
      Il trompa les femmes de la place de Mai.....Alors oui il n’avait aucunement un sourire carnassier ; Le propre des salauds d’ailleurs est de soigner son apparence, les fables de la fontaine ne disent pas autre chose. . 
      J’en viendrai donc à dire que je méfie d’avantage de ceux qui présentent beau, que ceux qui ne soignent pas leur mise. Ce qui se passe en angleterre est navrant mais ne s’est fait encore là aussi que par la manipulation d’un peuple. Le Brexit actuellement ne serait plus voté. 

    • Manon Manon 27 mars 13:53

      @Pierre
       Un petit lien qui montre les nobles valeurs à appliquer par les USA selon George Friedman au Chicago Council de 2015.

      Edifiant !!

    • Pierre Pierre 27 mars 15:56

      @Manon
      C’est révélateur de objectifs hégémoniques des Etats-Unis. Et dire qu’il y a des idiots qui croient que les Russes sont paranoïaques.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mars 20:35

      @Manon
      Depuis 2015, il y a eu le dernier discours de Poutine sur les armes dont dispose la Russie...


      Et les USA ne disposent pas d’armes pour les contrer... Général Hyten au Sénat américain : "Les États-Unis n’ont aucune défense contre les armes hypersoniques russes et chinoises. C’est ce qu’a déclaré le général américain John Hyten lors des audiences sur les forces armées au Sénat.(...)

      La suprématie sur mer US explique que la Chine construise ses Nouvelles Routes de la soie, à l’intérieur des terres...

    • Alren Alren 1er avril 13:54

      @cevennevive

      Bien entendu, je pense comme vous et bien d’autres, que le crime n’est pas imputable à la Russie.

      Les Russes n’auraient pas assassiné Ioulia qui n’a jamais trahi elle, n’est coupable de rien sinon avoir suivi son père en exil.

      On sait qu’il existe des gaz qui tuent sans laisser de traces : les victimes paraissent avoir succombé à un banal arrêt cardiaque. C’est ce type d’armes, déjà au point durant la guerre froide, selon un transfuge, qui aurait été utilisée par les agents russes pour tuer discrètement.

      Et il n’y aurait pas eu d’affaire.


    • #Nono LP/R Tadashi21 1er avril 13:55

      @Alren

      Yep mais mon p’itit doigt me dit que vous avez pas encore fini de prendre des cocktails Molotov dans la gueule, gnaaarf ! :->


    • Trelawney Trelawney 26 mars 09:32

      Sergueï Skripal, un ancien colonel du renseignement militaire russe ainsi que sa fille Ioulia sont dans le coma depuis ce 4 mars suite à une tentative d’assassinat avec un agent neurotoxique extrêmement puissant.


      Votre article démarre par des faits intangibles et se perd en conjectures avec des « si » au début de chaque paragraphes.

      On a attenté à la vie de deux ressortissants russes (dont un ancien chef du renseignement militaire) avec un produit pour le moins sophistiqué et assez compliqué à manier. Mais surtout avec un produit traçable.

      Deux hypothèse possibles :
      On tente de les tuer et on fait porter le chapeau à quelqu’un d’autre. (traçabilité du produit).
      On tente de les tuer avec un produit traçable, pour faire « un exemple ».

      Maintenant il suffit de voir Sarko au 20H de TF1 pour s’apercevoir qu’allumer des contre feu pour ne pas aborder l’essentiel est une grande spécialité de personnages politiques de la carrure d’une Thérésa May. Et visiblement ça marche


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 mars 10:03

        @Trelawney
        Maintenant il suffit de voir Sarko au 20H de TF1 pour s’apercevoir qu’allumer des contre feu pour ne pas aborder l’essentiel est une grande spécialité de personnages politiques

         ????

        Le seul contre-feu à tout cela c’est cette affaire elle-même :

        le financement libyen de la campagne de Sarkozy en 2007 pour des millions d’euros est tout simplement grotesque.

        Maintenant, vu la tête de Sarkozy, c’est clair qu’il y a des trucs vachement étranges dans sa « relation spéciale avec M Khadafi » et qu’il n’a pas envie que la justice s’en mèle.


      • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 26 mars 16:29

        @Trelawney

        Sauf votre respect, personne à part les barbouzes n’ont vu les « preuves » ou les « victimes ». Du coup, vous nous permettrez d’être, sinon sceptiques, au moins pragmatiques.


      • Trelawney Trelawney 26 mars 16:54

        @Philippe Huysmans
        Bien sur je pars de l’hypothèse que les victimes existent. Mais vous avez raison de le faire remarquer


      • JC_Lavau JC_Lavau 27 mars 14:14

        @Trelawney : « tuer avec un produit traçable ». Tu n’as aucune information fiable sur le toxique utilisé. Alors prétendre que tu le sais « traçable »...


      • JC_Lavau JC_Lavau 27 mars 14:19

        @Trelawney. Tu n’as aucune idée du toxique utilisé. Alors le prétendre « traçable », c’est se fourrer le doigt dans l’oeil jusqu’à l’omoplate.


      • Trelawney Trelawney 27 mars 14:38

        @JC_Lavau
        Le rapport de police antiterroriste en charge de l’enquête stipule qu’après analyse, puisque l’ambulancière et le policier ont été intoxiqués par le même produit lors du déplacement des deux personnes, est un produit appartenant au groupe des agents « Novichok » mis au point par la Russie .L’ambulancière est hors de danger et le policier est dans un état « grave mais stable »

        le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov se sert de la convention de Genève sur l’interdiction des armes chimiques, qui prévoit qu’en cas d’utilisation de substances interdites, une demande d’information doit être envoyée au pays soupçonné d’en être à l’origine qui, à son tour, a le droit de procéder à ses propres analyses et réclame l’accès à la substance chimique incriminée pour effectuer de nouvelles analyses. 

        Seulement, c’est une affaire criminel et pas un gazage de population. Donc la convention de Genève n’a pas lieu d’être dans cette affaire.

        Sergueï Lavrov argumente en disant que tant qu’il n’ont pas reçu d’échantillon il n’y a pas de preuve que ce soit le Novichtok . Mais la ficelle est trés grosse et la mauvaise fois et visiblement du côté russe. 

        L’Angleterre en à rien à faire des souhaits et demandes de la Russie. Elle n’a d’ailleurs pas attendu, ainsi que la totalité des pays de l’Europe occidentale pour faire un grand nettoyage de printemps dans les ambassades et consulats russes. Et c’est plutôt une bonne nouvelle !


      • JC_Lavau JC_Lavau 27 mars 14:43

        @Trelawney : « L’Angleterre en à rien à faire des souhaits et demandes de la Russie »,

        d’autant que les russes, les ukraïniens et les biélorusses, c’est rien que des Untermenschen.


      • vesjem vesjem 1er avril 19:09

        @Olivier Perriet
        olive, on t’a déjà dit que tu es une crasse, alors que fais-tu encore là ?


      • bob14 bob14 26 mars 09:40
        Six personnalités russes assassinées depuis 2003 : Alexandre Litvinenko, Anna Politkovskaia, Anastasia Babourova, Boris Nemtsov, Natalia Estemirova et Sergueï Iouchenkov....
        Les opposants emprisonnés ou exilés...Alexeï Navalny..Garry Kaspar..Sergueï Ouldatsov ..Mikhaïl Khodorkovski.. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès