• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Et si le qatarisme était une bénédiction ?

Et si le qatarisme était une bénédiction ?

En réponse à l'article de Salah Horchani : Le qatarisme, ce fléau qui nous menace ! Aujourd’hui, la Tunisie, et demain, qui sait, la France !

 
Prélude : Je ne connais pas Salah Horchani. En faisant son auto-promotion, il a publié sur ma page FB (Abou-Hakim El Omrani) un lien vers son article. Je lui ai répondu : "qu'est-ce que c'est que ce torchon que tu as publié ? Tu appelles ça un article ? Ma foi c'est à mon avis le pur produit de la médiocrité que nous avons subie durant deux décennies sous le règne de Zaba (Ben Ali). Il suffit que tu répondes à cette question : est-ce que tu peux présenter ce torchon à un jury universitaire et le défendre avec des preuves réelles et sans idéologie francophile ? Khatar en arabe est proche phonétiquement de Qatar !! Jamais lu des conneries pareilles.."
Il m'a répondu : "Abou-Hakim El Omrani habite à Doha, je comprends sa réaction".
On appelle cela à Doha comme à Tunis : un coup bas ! J'ai donc décidé de lui répondre.
 
Au sujet du sommaire : un rapide coup d'oeil sur les têtes de paragraphes (numérotés de 0 à 5 avec un avertissement et des notes et références) donne l'impression d'être face à un article structuré avec des analyses logiques et une argumentation. Nous savons toutefois que tout analyste laisse un espace au doute, au questionnement, à la remise en question et à l'opinion contraire ! Mais à lire les titres de paragraphes, puis les contenus, on est frappé par le ton sûr ex-cathedra qui rappelle aisèment le discours idéologique (qu'il soit trotskyste ou fondamentaliste islamiste, tiens ! Wahhabite justement). Alors tout comme le sommaire ne fait pas la substance de l'argumentation, et que l'habit ne fait pas le moine, ce n'est pas parce qu'on porte un trois-pièces qu'il est garanti qu'on a les chaussettes propres ! Excusez ce qui semble du sarcasme, c'est juste une réponse à la hauteur de celui qui appelle un Président de la République arrivé démocratiquement au pouvoir : Tartour. Sobriquet extrêmelent péjoratif et insultant qui désigne une personne sans valeur, "un pov' mec" en langage familier. Pire encore lorsque la personne méprisée est un champion des droits de l'homme dans le monde arabe. Le New York Times a été plys clairvoyant, il a donné son (co) éditorial une fois à Marzouki, du jamaus vu de mémoire de présudent arabe. Amanpour sur CNN l'a interviewé aussi. Ce n'est pas tous les jours que cela arrive. 
 
Au sujet de cet "Avertissement : Les libertés d'opinion, d'expression et de la presse sont menacées en Tunisie"
L'auteur nous propose un vrai "procès d'intention" en citant la très controversée Néjiba Hamrouni, Présidente du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) qui est loin d'être ce dont rêvent les démocrates tunisiens ni la nouvelle génération, ayant été une brave employée de l'ancien régime et qui a su après la Révolution lobbyer adroitement pour garder dans le paysage médiatique tunisien toute la "vieille garde au complet" à l'exception de deux indéfendables : Borhène Besaies (ténor médiatique de Ben Ali) et Oussama Romdhani (chef d'orchestre de l'Agence Tunisienne de Communication Extérieure, le puissant outil de propagande internationale de Ben Ali). Au lieu de défendre la liberté de la presse, la SNJT s'est mise à défendre tous ces journalistes qui durant deux décennies ont empoisonné le paysage médiatique avec leurs courbettes à Ben Ali. C'est cette vieille garde qui régit aujourd'hui le paysage médiatique tunisien, le soumettant de la manière la plus impudique au service de Caid Essebsi et son parti Nida Tounes, copie fade de l'ancien régime.
Je préfère de mon côté citer des références un petit peu plus sérieuses. Dans son rapport sur la liberté de la presse, Freedom House publie dans son Rapport sur la Liberté de la Presse 2013 dans la région Moyen-Orient Afrique du Nord ce qui suit : "Alors que deux des pays du Printemps Arabe, la Libye et la Tunisie ont largement sauvegardé leurs acquis importants de l'année passée" (trad. de l'original anglais : While two of the Arab Spring countries, Libya and Tunisia, largely retained their significant gains from the previous year). Ce rapport a été publié le 1er Mai 2013 alors que la marche de protestation citée dans l'article aura lieu deux jours plus tard, le 3 Mai 2013 parce que le moindre fait et geste de la Troika au pouvoir est régulièrement et farouchement (idéologiquement) combattu par la clique de Nida Tounes et d'une gauche caviar qui n'ont pas encore digéré leur défaite électorale (on les appelle en Tunisie les zéro virgule, en référence au pourcentage des voix qu'ils ont raflé).
Avec toutes les réserves que je puisse postuler sur Freedom House, elle est sûrement beaucoup plus crédible ques les coups de gueule de Salah Horchani.
Nous pouvons même laisser tomber tout ce beau monde et lire ce commentaire sur l'article de Salah Horchani publié par Henri Diacono alias Henri François le 4 mai 04:51 en bas de page : 
"Loin de moi Horchani, de mettre un bémol à vos alertes concernant « les dangers que courent actuellement les journalistes tunisiens » dont une grande partie, notamment dans la Presse écrite et quelques sites crées sur le web, d’expression française, sont d’une excellente qualité. Mais en tant qu’ancien professionnel sculpté à la rigueur de l’Agence France Presse, force est d’admettre que quelquefois, j’insiste sur ce mot, la liberté d’expression retrouvée dans ce petit pays a donné lieu à une multitude de supports, écrits comme « parlés » au sein desquels le professionnalisme fait cruellement défaut. " fin de citation
Une clairvoyance qui fait cruellement défaut à Salah Horchani...
 
Au sujet du paragraphe 0 intitulé : comme son nom l'indique !
Il est difficile d'imaginer ou d'inventer une entrée en matière aussi ratée, sournoise et de mauvaise foi.
L'auteur se prévaut de sa connaissance de l'arabe pour "fourguer" aux lecteurs francophones un produit de très mauvaise qualité. Salah Horchani nous informe magistralement, le ridicule ne tue point, que "Le mot " خطر" signifie en arabe " DANGER" et s’écrit phonétiquement "KHAṬAR" , terme très proche, phonétiquement, du terme " QATAR" " (sic). Horchani utilise même la majuscule pour mettre en relief sa trouvaille (scientifiquement abherrante).
C'est exactement comme si je disais en arabe à des lecteurs arabes qu'en français le terme "bon" est phonétiquement très proche du terme "con", que le terme "France" est phonétiquement très proche du terme "transe", que "Japon" est très proche de "Lapon". 
Je leur évite les majuscules, il n'y en a pas en arabe, Dieu merci !
Un graphiste ou un épigraphiste vous dirait peut-être que le seul effet est visuel, puisque les mots : DANGER, KHATAR et QATAR sautent à l'oeil et créent peut-être une impression de parenté que Salah Horchani cherche à faire passer à tout prix. Ne parlons ni de démagogie, ni de manipulation, nous avons à faire avec un universitaire bourguigon et tunisien ! Et ce n'est que l'entrée en matière.
 
Au sujet du paragraphe 1 intitulé "Le Qatarisme"
Je ne suis pas en désaccord avec ce néologisme, même s'il renvoie au Catharisme des gnostiques et que les lexicologues les classeraient dans les homophones et antonymes. Le problème avec Qatarisme est la signification qu'on lui donne. La question est de savoir combien de personnes pensent que le Qatarisme loin d'être un fléau, est bien une manne avec des pétro et des gazodollars utilisés pour la première fois de l'histoire peut-être au service des Arabes et non dépensés dans les boites chic de Paris et New-York comme nous voyons depuis des décennies, Al-Jazeera, des investissements bien placés et diversifiés, un PSG en passant, une Vision 2030 qui tend vers la société du savoir et plus... Et même une cerise sur le gâteau : la première coupe du monde dans le monde arabo-musulman, du jamais vu jusque-là. 
Le citoyen lambda a bien le droit d'avoir son point de vue, n'est-ce pas Salah Horchani ?
Il y a une différence entre une critique étayée et une hargne écumant la haine contre tout ce qui est moyen-oriental.
 
Au sujet du par. 2 intitulé : Aperçu non exhaustif du qatarisme en France et en Tunisie
Loin d'être exhaustif en effet. J'appelle plutôt expéditif ce pamphlet incroyable qui inculpe le Qatar d'avoir -tenez-vous bien- d'avoir des recettes de gaz et de pétrole et d'être devenu le premier investisseur du monde. 
Dans l'économie politique de Salah Horchani, il faut garder les gazodollars dans les banques et il faut surtout éviter d'investir tous azimuts. Je ne pense pas que le gouvernement britannique, français ou grec partagent cette vision... A suivre la thèse de Salah Horchani, tous ces commis de l'Etat qui débarquent quotidiennement pour faire les yeux doux au fonds souverain qatari doivent être complètement fous ! 
Personnellement, je trouve que le PSG vient de passer une superbe saison !
Une lecture complètement "à côté de la plaque" fait dire à notre universitaire franco-tunisien que le Qatar travaille à ramener les pays qu'il soumet à l'âge de pierre (ça me rappelle les propos haineux de Rumsfield au sujet de l'Iraq) et à instaurer un Califat wahhabite. 
On est en pleine fantascience. 
Il existe au Qatar trois tendances : les Wahhabites, les Frères Musulmans, et les modernistes. Les premiers représentent le "troisième-âge" dirait-on, les seconds ont trouvé refuge au Qatar (pays d'asile dans le monde arabe) lorsqu'ils étaient persécutés et ont su s'organiser convenablement en s'infiltrant notamment à Al-Jazeera où ils sont relativement puissants avec Qaradhaoui. Les troisièmes sont représentés (voici un tuyau vital :) par l'Emir du Qatar, son épouse Cheikha Mozah et son fils le Prince Héritier Cheikh Tamim et par la nouvelle génération des Al Thani. Rappelons à notre universitaire hâtif qu'il y avait un autre prince héritier avant Tamim, la bonne lecture consiste à comprendre le nouveau choix apportant le moderniste Tamim au pouvoir. Cheikha Mozah est une femme exceptionnelle qui châpeaute le "meilleur campus universitaire du monde arabe" Qatar Foundation, moderne, ouverte et extrêmement courageuse, elle est le fer de lance du courant moderniste du Qatar, et les femmes démocrates gagneraient à la sountenir et l'encourager dans sa lutte. Elle ne porte pas de Burqa et son voile est très léger. Où est le Wahhabisme si ce n'est dans la tête de l'auteur ?!
Le reste, c'est du business et des investissements qui s'adaptent au marché ; les Qataris n'ont jamais prétendu être communistes...
Quand Salah Horchani parle de la prouesse des Qataris d'acheter 150 hôtels en Tunisie, il laisse de nouveau l'analse pour plonger dans la science fiction. Nous avons en Tunisie un parc d'hôtels (pas tous) financés par les banques mafieuses tunisiennes contre pots-de-vin et complètement croulants aujourd'hui parce que jamais entretenus. Leurs promoteurs se contentaient d'encaisser les entrées sans se préoccuper nullement de la maintenance. Ajoutez à cela une politique commerciale du tourisme qui a consisté durant les années Ben Ali à aller chercher le plus bas de gamme et vous aurez une course de la part des hôteliers pour couvrir leurs frais aux dépens du service, et ainsi de suite dans un cercle vicieux infernal de bradage des prix et de services lamentables... Ce sont ces hôteliers qui mettent leurs hôtels en vente, et les Qataris ne sont pas fous pour les acheter. Une rapide étude de l'offre et les investisseurs qataris ont fui. 
Encore une information erronée qui gonfle cette propagande anti-qatarie de Salah Horchani.
Juste deux mots au sujet du décimage des gazelles dorcas et autres quadripèdes et volatiles dont les outardes Houbaras. Salah Horchani ne rentre pas dans les détails lorsque l'information disponible n'étaye pas ses thèses, moi j'appelle cela de la démagogie. Il est vrai que certains Cheikhs ont porté atteinte à notre faune, mais le champion incontesté de ce carnage était feu l'ancien ministre de l'intérieur saoudien Nayef Ben Soltane, le meilleur ami de l'ancien Président Ben Ali. Pourquoi les pseudo-défenseurs de la faune n'ont pas ouvert la bouche alors ? Les photos publiées par Salah Horchani comme des dizaines d'autres sur les réseaux sociaux figurent des massacres en Arabie et non en Tunisie.
 
Enfin, l'auteur replonge dans les procès d'intention lorsqu'il écrit, je cite : "en attendant de lui céder nos sites archéologiques, historiques et touristiques de Carthage, de Kairouan et d’ailleurs, pourquoi pas !, à la manière du scénario qui s’est opéré en Egypte ." Mais toutes les chaines arabes ont déclaré que le scénario égyptien était une intox pure et dure, complètement inexistante !!!
 
Au sujet du par. 3 intitulé : Le qatarisme, ce wahhabisme conquérant et rampant
Je passe outre les diatribes au sujet des chaines francophones sensées diffusées le wahhabisme. Encore une fois, un pêle-mèle qui donne l'impression des fois d'un bourrage de paragraphe pour l'allonger vainement. Le petit clin d'oeil pour Tariq Ramadhan est certainement une petite précaution envers l'universitaire suisse parce que ce dernier est connu pour son adresse à clouer le bec aux défenseurs des théories phantasmagoriques.
Pour le wahhabisme, lire mon explication au paragraphe précédent.
 
Au sujet du par. 4 intitulé : Qatarophilie du Président Tunisien et qatarophobie de son Peuple
J'ignore le crédit académique de Salah Horchani, mais à lire son article, je n'enverrai pas mes enfants à la fac où il enseigne. Cette légèreté dans l'analyse, cette vanité du m'as-tu-vu, et ce mépris envers des nations entières n'ont rien à voir avec l'académie, l'université ou la rigueur journalistique...
Par contre, j'enverrai les yeux clos mes enfants étudier dans une fac où enseigne Moncef Marzouki.
Comme cette réponse commence à se faire longue, je vais expliquer à l'irrespectueux Salah Horchani ce qu'il n'est pas arrivé à percevoir, aveuglé par son idéologie, ou présentant patte blanche à une certaine France. Je vais même faire mieux, je vais laisser quelqu'un d'autre perler à ma place. Dans une émission sur Al-Jazira, Azmi Bechara, l'intellectuel palestinien chrétien et ancien député au Knesset israélien, réfugié actuellement au Qatar, et écrivain de temps en temps au Mobde Diplomatique (Salah Horchani peut toujours essayer) a dit en substance : le génie de Moncef Marzouki a été de créer la Troika, regroupant les islamistes de Nahdha avec les laïcs et les séculaires du Takattol et du CPR ; Marzouki s'est sacrifié politiquement mais a fait le choix patriotique : éviter à la Tunisie la scission nette de la société en Islamistes contre laïcs, ce qui aurait incontestablement amené le pays (trop d'armes en Lybie et bon marché) vers une guerre civile sanglante. C'est ce qu'ont essayé de créer malgré la Troika les renseignemenrs de certains pays occidentaux. Le souvenir du Sarkozien Boris Boillon en Tunisie n'est oas des meilleurs dans l'histoire diplomatique tuniso-française !
 
Enfin, je suis aussi universitaire, aussi citoyen et aussi prétendant démocrate que toi Salah Horchani. Il y a toutefois une différence fondamentale entre nous : je respecte l'être humain, qu'il porte un chapeau melon, un bérêt basque ou un turban comme les Cheikhs du Golfe, je les respecte. Je ne débite pas de sournoiseries ou de mensonges parce que je m'exprime dans une langue qu'ils ne comprennent pas. Les Américains appellent cela "self-esteem", en arabe nous disons "احترام الذات" ou le respect de soi.
Alors Salah Horchani, avant de demander aux Tunisiens de se réveiller, tu gagnerais beaucoup à te concentrer sur la défense des seuls intérêts tunisiens !
 

Moyenne des avis sur cet article :  1.41/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

101 réactions à cet article    


  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 mai 2013 11:37

    Juste quelques précisions concernant l’auteur de cet article

    Abou- Hakim El Omrani (aliasAbdelouadoud El Omrani, ou réciproquement) est un expatrié tunisien résidant à Doha (capitale du Qatar, pour les non-initiés), traducteur de son métier, probablement, traducteur officiel, entre autres, de la Poupée-Barbie-Banane , la Cheikha Mozah [la Première 1/3 dame du Qatar, puisqu’elle partage ce titre avec les deux autres épouses de l’Émir Hamad ben Khalifa Al Thani, inconnues des médias], voir à son sujet, le lien suivant :

    http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-torchon-brule-entre-son-altesse-134479

    et, de surplus, partisan du parti le CpR de Moncef Marzouki, Président provisoire de la République Tunisienne, comme il ressort de sa Page Facebook dont le lien est :

    https://www.facebook.com/abouhakim.elomrani

     

    Et mon mot de la fin :

    « Il ne faut pas perdre son temps à avancer des arguments de bonne foi face à des gens de mauvaise foi » (Hassan II)

    Salah HORCHANI


    • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 mai 2013 12:03

      Notre auteur est doublement qatarophile : idéologiquement et pécuniairement !

      Quant à mon article qui a inspiré Abou- Hakim El Omrani (alias Abdelouadoud El Omrani, ou réciproquement), à savoir : Le qatarisme, ce fléau qui nous menace ! Aujourd’hui, la Tunisie, et demain, qui sait, la France !, j’ai mis son lien sur les pages facebook de plusieurs sympathisants et dirigeants du CpR ( dont celle de Moncef Marzouki, Président provisoire de la République Tunisienne), principalement, celles des plus qatarophiles parmi eux dont fait doublement partie Abou- Hakim El Omrani (aliasAbdelouadoud El Omrani, ou réciproquement), doublement, dans le sens idéologiquement et pécuniairement !

      Salah HORCHANI


    • Abdelouadoud El Omrani 11 mai 2013 12:37

      Salah Horchani n’a pas répondu à mes arguments, mais s’est contenté de nous proposer deux jugements de valeur : je suis qatarophile idéologiquement et pécunièrement dit-il. Les mêmes coups bas ! Rappelons que dans l’ABC du débat, il faut débattre les idées et non la personne.

      Il ne découd donc pas de son très fort académisme et sa trés forte argumentation...

      Ce qu’il avance est faux : idéologiquement, je suis social-démocrate, j’étais au CPR que j’ai quitté lorsque son excercise interne s’est éloigné de la démocratie et de la concertation. Je suis actuellement membre fondateur du Parti social-démocrate tunisien : LE COURANT DEMOCRATIQUE ou Attayyar avec M. Mohamed Abbou, ex- secrétaire général du CPR.

      Pécunièrement, je suis propriétaire d’une des meilleures boites de traduction du monde arabe dont je ne citerai oas le nom par respect des règles de ce forum qui interdisent la pub. Parmi mes clients il y a l’UNESCO, la CCI, quelques uns des meilleurs musées et des meilleurs éditeurs du monde francophone et anglophone, je ne dépends « pécuniairement » nullement du Qatar bien que j’y réside.

      Enfin, Salah Horchani a présenté son point de vue, j’ai présenté le mien. Que les lecteurs se fassent leur propre idée est ce qu’il y a de plus légitime.

      Je précise quand même aux kecteurs qu’ill y a une tendance parmi une certaine gauche caviar en Tunisie á attaquer le Qatar á tort et á travers parce qu’ils sont convaincus qu’il soutient le Parti islamiste tunisien Nahdha. Mais ce que nos illuminés de gauche n’arrivent pas à percevoir c’est que certaines organisations cariratives qataries soutiennent en effet Nahdha, mais l’Etat qatari soutient la Tunisie.
      En première page du quotidien qatari Al-Arab du Jeudi 9 Mai 2013, nous lisons que le fonds d’amitié tuniso-qatari vient d’allouer 100 millions de dollars qui devraient créer 20.000 postes d’emploi dans les cinq prochaines années. Voilà ce qui intéresse les chômeurs tunisiens/es : une preuve d’amitié sonnante et trébuchante. 
      Le reste n’est en grande partie que discussions de salon.

    • Constant danslayreur 11 mai 2013 13:24

      Ne vous fatiguez pas l’auteur Salah Horchani est aussi tunisien que je suis gaulois pur suche comme dirait Johnny.

      J’ai ma petite idée sur son profil mais sans preuves je préfère m’en tenir aux faits, c’est bel et bien un lobbyiste défendant des intérêts qui se moquent comme d’une guigne de ceux des tunisiens.

      Demandez-lui donc pourquoi il n’a pas répondu à la question ci-après sur un de ses propres fils...

      http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/en-deuil-pour-ma-tunisie-pour-le-130220#forum3624883


    • Abdelouadoud El Omrani 11 mai 2013 13:44

      Belle risade oui ! J’ai vu qu’il a posté au nom de Dwabala mais a signé Salah Horchani. Il doit s’auto-voter des +1.


      No comment

    • Alliance Rebelle Alliance Rebelle 11 mai 2013 17:42

      " la Cheikha Mozah [la Première 1/3 dame du Qatar"


      madame 1/3 .... mdr !
      mozah une conasseuse qui finira incha allah en exil ejecté par un autre massskhot el walidine ! comme son masskhote de mari

      • A monsieur El Omrani. Sans être d’accord avec l’obstination quelquefois excessive et désordonnée de votre « compatriote acharné », je n’apprécie pas du tout, mais pas du tout, votre plaidoyer. Pour une première raison très valable. Peu importe les « soi-disant » bienfaits financiers du Qatar (dans l’immobilier uniquement ou presque ...ou plus que quelquefois dans les mosquées) dans mon pays natal (ma famille s’y était installée depuis 1753) où, italo-maltais-berbère de nationalité française abreuvé de la culture de La France tout en conservant les sentiments de celui qui m’a vu naître, au sein duquel en paix, je suis revenu vivre depuis une quinzaine d’années, bref, je constate que vos « protecteurs » (qui ne donnent pas sans retour escompté) essaient avec une tartufferie immonde - j’appuie sur ce mot - d’y introduire son obscurantisme absurde et même criminel (oui criminel). Par le biais d’une religion qui demeurerait respectable si les nouveaux riches du désert ne tentaient de semer ailleurs par des prédicateurs virulents et par son interprétation erronée du Livre. Je n’oublie pas encore que votre ancien leader ayant résidé en France pendant 10 ans et n’ayant jamais participé à la révolution tunisienne, ni vous d’ailleurs, a fustigé à Doha justement, la laïcité qu’on désire tant installer chez nous. Je n’ai jamais été à la tête d’une quelconque société, ni parti, mais en tant que journaliste ayant roulé sa bosse, je ne peux m’empêcher de me poser une question essentielle pour tout honnête homme vivant le 21° siècle. Comment pouvez vous vivre dans ce pays grand comme un timbre poste où règne une telle ignorance de l’évolution de l’espèce humaine ?
      • Seconde raison. Au sortir de la plupart des mosquées tunisiennes, je commence à être effrayé de constater que, le vendredi, les fidèles d’âge moyen donc supposés matures, sont actuellement supplantés par une jeunesse, très jeune même, venue ingurgiter innocemment les propos incendiaires de ceux envoyés par les vôtres.
      • Troisième raison enfin, mais qu’a donc été faire votre pays d’exil (on ne doit pas y payer beaucoup d’impôts) d’abord en Libye (à peine), mais en masse actuellement en Syrie (avec, comme toujours, et encore les gros financements avérés des trublions) sinon obéir, en claquant des sandales, aux ordres du diabolique Oncle Sam.
      • Et puis à bien y regarder l’Occident qui accepte votre engageent et surtout vos pétrodollars et que vous croyez aider à « trouver une solution » vous écartera comme ils écartera aussi soyez en convaincu...Israël.
      • Salut !

    • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 02:26

      Vous n’avez rien vu et vous n’avez rien compris, l’auteur : c’est Dwaabala, auteur chez AgoraVox de 18 articles (voir son tableau de bord), qui a posté la réaction Dwaabala (---.---.---.35) 6 février 19:49  du lien :

      http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/en-deuil-pour-ma-tunisie-pour-le-130220#forum3624883

      à moins qu’il m’ait donné son identifiant et son mot de passe !

       


    • Abdelouadoud El Omrani 12 mai 2013 16:37

      Bien noté, merci. Je ne partage presque rien mais je respecte. Vous m’inculquez un possessif injuste : vos émirs, vos pétrodollars, votre pays d’exil...

      Le presque se rapporte aux jeunes sortant des mosquées où on leur ingurgite des légendes d’un autre âge ( mais pas toujours), je partage.
      Pour le reste, je ne défends pas. J’ai construit mon point de vue sur des faits, pour me faire changer d’avis, il faur des faits et non de la lasturbation intellectuelle.

      Salut,

    • Abdelouadoud El Omrani 12 mai 2013 16:38

      Le commentaire était destiné a M. Henri Diadono


    • vesjem vesjem 12 mai 2013 16:54

      merci pour ces bonnes infos qui éclairent le néophyte qui je suis ; ce site a cette faculté d’ouvrir nos yeux et oreilles aux mensonges et vérités , ainsi d’accéder à une meilleure compréhension de ce monde .


    • CASS. CASS. 14 mai 2013 03:49

      bref il est grand temps que les chrétiens etc etc musulmans qataris saoud barhein turque(je parle des peuples et pas de leurs soient disants représentants) ,s’inspirent à nouveau du premier vrai modéle de premier monothéisme éthique issu des perses Iran et de nul autre« vous pouvez croire au dieu que vous voulez mais aucun n’a le droit d ’agresser de massacrer etc etc de voler de piller ses voisins au nom de ce dieu » le respect le partage l’anti mensonge. et ça c’est pour les impérialo sionistes bauer rothschildiens khazars qui ont inventé l’idéologie nazie et l’on mise en place et financé via banque english aussi par ex ; en se servant deleur pantin jacob et leurs complices cathos jésuites et leurs adeptent, qui n’ont jamais rien inventé mais toujours menti !!! agressé massacré pillé volé au nom de leur dieu pour enrichir toujours une poignée de cupides qui estiment que tout leur appartient et que toute la planéte est leur propriété.


    • wesson wesson 11 mai 2013 15:06

      bonjour l’auteur, 


      merci pour votre article avec lequel je ne partage pas tout, toutefois votre opinion sur le travail actuel de Moncef Marzouki en Tunisie, je suis vraiment d’accord.

      Pour ceux qui voudraient un peu se faire une idée sur la situation complexe qu’il doit gérer dans son pays, le mieux est peut être de l’écouter dans un entretient de 1H qu’il a donné au micro d’une émission amie « La bas si j’y suis ». C’est très éclairant, et ça donne un espoir. Mesuré certes, mais espoir quand même.

      Les choses ne sont jamais très simples, et une révolution passe toujours par des phases plus ou moins heureuses. On pourra porter un jugement là dessus dans quelques années, en attendant voyons ce qui va sortir de la nouvelle constitution avant de nous faire des idées et des préjugés trop arrêtés. 

      En tout cas merci pour cet article que je trouve intéressant. Et sur votre cas personnel, je note que M. Horchani préfère se livrer à une attaque ad hominem et un procès d’intention - puisque vous résidez à Doha c’est que vous êtes forcément un partisan du wahhabisme - plutôt que de répondre aux arguments que vous développez.

      • Abdelouadoud El Omrani 11 mai 2013 15:32

        Bonjour M. Wesson,

        J’apprécie beaucoup votre pondération. En effet, nul ne detient la vérité entière, nous avons besoin de toutes les opinions et critiques. Même si en Tunisie, nous ne sommes pas les meilleurs de la classe, il y a beaucoup de bonnes volontés ; celles-là qui ont vraiment besoin des bonnes volontés de toutes les latitudes (et françaises, mon Dieu oui !)

      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 mai 2013 16:07

        wesson

        Dites-moi, franchement, que peut-on répondre à un argument du type :

        « Les troisièmes [les modernistes] sont représentés (…) par l’Emir du Qatar, son épouse Cheikha Mozah (…)Cheikha Mozah est une femme exceptionnelle (…)moderne, ouverte et extrêmement courageuse, elle est le fer de lance du courant moderniste du Qatar »,

        Cheikha Mozah, deuxième co-épouse [avec deux autres, dont l’une, la troisième, a été acceptée par notre « moderniste » Cheikha Mozah en tant membre du harem] de notre« moderniste » polygame l’Émir du Qatar, « le Qatar dont le régime, les libertés et les droits des citoyens (en particulier, ceux des femmes) se situent à des années-lumière du Printemps arabe, pays de l’apartheid, par excellence, où vivent, trois fois plus d’hommes que de femmes, à cause du fait que 65% de ses habitants sont composés par la sous-classe d’une population de travailleurs immigrés, à quasi-totalité masculine :

        http://www.qsa.gov.qa/eng/PopulationStructure.htm

        sous-classe ghettotisée, marginalisée dans la vie de la cité et surexploitée, travaillant dans des conditions violant les règles les plus élémentaires des droits sociaux et du travail, le Qatar, pays non francophone, devenu, depuis octobre 2012, par décision inattendue, membre associé de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie), et ce, sans être passé par le statut d’observateur, comme l’exige la règle convenue, fait qui risque de déstabiliser, aussi, l’OIF en lui faisant perdre sa spécificité !, le Qatar qui n’a pas hésité à condamner à la perpétuité le poète Mohammed al-Ajami, alias Ibn al-Dhib, pour avoir écrit en 2011 un poème ayant pour titre « Poème du Jasmin » où il rendait hommage à la Révolution Tunisienne, exprimant l’espoir que le changement puisse toucher d’autres pays arabes en clamant « nous sommes tous la Tunisie face à une élite répressive » ; voir à ce sujet, sur le Lien [4], le Communiqué d’Amnesty International intitulé « Qatar : Outrageous life sentence for « Jasmine poet » ».

        Quant aux réponses aux restes de contre-vérités énoncées par l’auteur, elles sont contenues dans mon article qui l’a inspiré (et ses commentaires), à savoir :

        Le qatarisme, ce fléau qui nous menace ! Aujourd’hui, la Tunisie, et demain, qui sait, la France !

        ainsi que dans l’article se trouvant sur le lien suivant :

        http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-torchon-brule-entre-son-altesse-134479,

        article dont est extrait le passage ci-dessus décrivant, succinctement, ce que c’est cet Émirat.

        Salah HORCHANI


      • Mais Wesson avant de tenir des contre vérités, venez un peu vivre la Tunisie d’aujourd’hui sur place, plutôt que d’écouter les propos actuels d’un homme qui fut président de la Ligue des Droits de l’Homme tunisienne, qui a vécu dix ans d’exil doré aux frais de la princesse française grâce à Jack Lang à 6000 euros mensuels. Qui en tant que Président Provisoire qui n’a d’autre pouvoir que de voyager aux frais de la République locale, qui perçoit un salaire de 30000 dinars (15000 euros) par mois, donc plus que notre cher Hollande, qui reçoit en grande pompe dans son palais et sans sourciller les « vertueux » prédicateurs renommés de la violence religieuse, qui a eu l’outrecuidance devant les télévisions et journalistes locaux, de baiser la main d’un cheik du Qatar venu remettre au pays le chèque auquel il est fait allusion par l’auteur, émis par un consortium international et non par le seul Qatar.

        • L’homme que vous respectez est, comme son compère qui dirige les religieux malfaisants de la Tunisie d’aujourd’hui, que le Qatar que vous semblez approuver, avec d’autres, essaient de pourrir à leur profit le pays, en se désintéressant des citoyens. Venez donc en Tunisie, voir de l’intérieur, écouter, discuter, vous informer à travers une presse enfin libre et vous changerez d’avis. A moins que vous n’éprouvez pour ce petit pays qui a su être si généreux et qui le restera, je l’espère, ne vous intéresse pas du tout. Ou que vous le méprisez.

      • wesson wesson 12 mai 2013 01:44

        Monsieur Horchani,


        vous me parlez du Qatar comme de l’antichambre de l’enfer, et qui sait je peux être d’accord avec vous. Mais là n’était pas le sujet, je crois bien que nous parlions de la Tunisie.

        Ne me prenez pas non plus pour plus naïf que je ne le suis, un pays n’as pas d’amis, il n’as que des intérêts, et il cherche à les défendre. Il ne vous aura certainement pas échappé que depuis que Ben Ali a été viré de Tunisie, les investisseurs s’y font rare. Hors, le fondement de cette révolution tunisienne était avant toute chose social - pour le dire grossièrement, que tout le monde puisse vivre de son travail.

        Bref, il est parfaitement normal que les derniers qui souhaitent encore investir dans le pays y soient reçus avec tout du moins certains égards. Ne pas le faire pour le coup précipiterait le pays dans des problèmes bien plus cruciaux et immédiat à mon sens. En tout cas c’est mon avis, et à moins que vous n’ayez des investisseurs estampillés Kasher à substituer à ceux du Qatar, j’ai bien peur que Moncef Marzouki soit encore amené à bouffer la version locale de son chapeau en recevant ces « diables » là.

        En tout état de cause, pour la France, rassurez-vous, elle fera avec le Qatar exactement comme elle entends faire avec la Chine. On veut bien de son pognon, de leur vendre des trucs et y délocaliser nos boites, mais on n’acceptera ni ses marchandises, ni ses gens, ni même ses investissements si ils débouchent sur des prises de contrôle. ça il y a que les Américains qui ont droit à cela, vu que on est déjà une de leur colonie.

        en tout état de cause, M. Horchani si vous voulez me démontrer que le Qatar est un régime théocratique rétrograde qui n’est pas encore sorti du moyen âge, ne perdez pas votre temps je suis déjà convaincu. Mais est-ce une raison suffisante pour que la Tunisie refuse de recevoir ses dirigeants ? Assurément non, en tout cas pas à mon avis.

      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 02:50

        @ wesson

         Monsieur wesson, vous avez écrit :

        « En tout état de cause, pour la France, rassurez-vous, elle fera avec le Qatar exactement comme elle entend faire avec la Chine. On veut bien de son pognon, de leur vendre des trucs et y délocaliser nos boites, mais on n’acceptera ni ses marchandises, ni ses gens, ni même ses investissements si ils débouchent sur des prises de contrôle ».

        Cela est aussi valable pour nous : on n’acceptera ni ses dons, ni ses prêts, ni même ses investissements s’ils débouchent sur une colonisation économique et cultuelle du pays. D’ailleurs un des slogans le plus criés dans les manifs anti-Qatar en Tunisie est « Khobz ou ma oua Qatar la  » que l’on peut traduire par «  Rien que du pain et rien que de l’eau et pas de Qatar  ».


      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 15:15

        @ wesson

         

        Quant à Moncef Marzouki et son Parti le CpR, l’auteur lui-même a écrit  dans son commentaire ci-dessus référencé Abdelouadoud El Omrani (---.---.---.48) 11 mai 12:37

        « j’étais au CPR que j’ai quitté lorsque son excercise interne s’est éloigné de la démocratie et de la concertation. Je suis actuellement membre fondateur du Parti social-démocrate tunisien : LE COURANT DEMOCRATIQUE ou Attayyar avec M. Mohamed Abbou, ex- secrétaire général du CPR ».

        Il est à noter que même Mohamed Abbou, Secrétaire général du CpR, a tourné le dos à Moncef Marzouki et son Parti ; c’est tout dire !

         

         

         

         

         


      • leypanou 11 mai 2013 16:07


        « Cheikha Mozah est une femme exceptionnelle qui châpeaute le »meilleur campus universitaire du monde arabe" Qatar Foundation, moderne, ouverte et extrêmement courageuse, elle est le fer de lance du courant moderniste du Qatar, et les femmes démocrates " : vous avez fait votre travail de caresser dans le sens du poil aujourd’hui ! Au fait, n’y-aurait-il pas une base etats-unienne au Satar non ? C’est vrai que cela fait très moderne, un modernisme sous les ailes du grand Oncle, le reste est du bla bla.


        • Abdelouadoud El Omrani 11 mai 2013 16:40

          Je ne caresse pas dans le sens du poil, je lis une réalité que vous semblez ignorer : le Qatar est au coeur de l’Arabie, c’est-à-dire la région la plus conservatrice du monde arabe. Lorsqu’elle est apparue il y a quelques années à la télé, il y a eu un tollé général. Aujourd’hui, Cheikha Mozah donne des conférences dans les universités américaines et porte des vêtements Valentino. Dans votre lecture, vous avez un besoin urgent de ce qu’on appelle « la relativité culturelle », Doha n’est ni Paris ni même Tunis.

          Les intellectuels arabes enregistrent quand même que le magazine Addawha Doha a distribué avec son édition du mois de Juin 2012 le livre-phare dans le monde arabe de défense des droits de la femme : « Notre femme dans la charia et la société », (version e-book arabe ici) du syndicaliste et réformateur-pionnier tunisien Tahar Haddad. Voici un travail de fond qui permet d’expliquer ce que le modernisme arabe pourrait apporter au Qatar.

          Quant à la base américaine, il y en a même une française que je sache, la question est la suivante : que proposez-vous ? Que les Ricains et les Frenchies partent ? Le pays est tellement riche qu’il serait « avalé » en 24 heures par quelques puissants voisins. Ils font la garde et touchent leurs soldes, eh oui ! Ce sont les amertumes de la Realpolitik, ou en français plus classique : le réalisme ! Personne n’a dit que c’est bien, les Arabes ont un joli proverbe pour celà : مكره أخاك لا بطل. Ton frère agit par obligation, non par héroïsme !

        • leypanou 11 mai 2013 16:58

          Avalé en 24heures par quelques puissants ? Au 21ème siècle, on peut « avaler » impunément un pays souverain ? Et le grand ami du Qatar que sont les Etats-Unis, sous couvert hypocrite de la « Communauté Internationale » va laisser faire ? Qu’est-il advenu de Saddam Hussein quand il s’est permis d’« avaler » son « petit voisin » du Koweit ? Et le Qatar peut se permettre de financer les « combattants de la liberté » un peu partout au Moyen Orient ou en Afrique du Nord sans avoir les moyens de se défendre lui-même ? Allons, allons, un peu de sérieux !!!


        • Abdelouadoud El Omrani 11 mai 2013 18:39

          @ Leypanou au sujet d’avaler les autres :

          Il y a plusieurs moyens d’avaler un pays, la méthode Saddam n’est pas pratiquée par les ayatollahs d’Iran, ce sont des joueurs d’échec et sont plus fins. Regardez le bordel qu’ils foutent en Syrie. L’opposition syrienne ne combat pas Bachar le fantôche, elle combat les Iraniens et leurs acolytes du Hezbollah...

          Au Bahrain, la grosse pierre d’achoppement dans les négociations entre le gouvernement et l’opposition 100% chiite est la suivante : quand on traite un dossier, ces messieurs de l’opposition baharainie doivent avoir l’aval des Ayatollahs d’Iran, pas moins que ça. Bonjour l’ingérence. On appelle ça en Arabe wilayat al-fakih, i.e. Le gouvernement du fékih.

          Ceci dit, je ne cautionne nullement la réaction du gouvernement du Bahrain.

        • leypanou 11 mai 2013 23:01


          Je soupçonnais qu’il y avait de l’Iran derrière votre position, maintenant c’est clair. Soyons sérieux : « L’opposition syrienne ne combat pas Bachar le fantôche, elle combat les Iraniens et leurs acolytes du Hezbollah... ». Il est fantôche de qui Bachar el Assad ? de l’Iran ? de la Russie ? Vous ne vous rendez pas compte du ridicule de votre position. Et l’opposition syrienne combat les Iraniens et leurs acolytes du Hezbollah en assassinant des dizaines de milliers de soldats syriens, des femmes et des enfants ainsi que des fonctionnaires qui ont le seul tort d’être fonctionnaires , tout en essayant de faire porter cela sur le dos de l’Armée syrienne, c’est pour combattre l’Iran ?

          C’est vrai que pour des gens comme vous, l’Iran est le mal absolu : impliqué dans des coups d’état et déstabilisations un peu partout dans le monde, a des bases militaires ainsi que navales un peu partout sur la terre, destitue des gouvernements démocratiquement élus qui ont le tort de ne pas être à leur solde, reconnait aussi tout de suite des présidents issus de coups d’état qui ont le grand mérite dans la bonne ligne, c-à-d à la solde, etc, etc...


        • Alliance Rebelle Alliance Rebelle 11 mai 2013 17:29

          soutenir le qatar ou defendre ce pays qui est un veritable cancer dans le corps de la communauté arabo-musulmane , ben la il faut le faire

          le qatar , une dictature du moyen age , que j’appelerais plutot quatar S.A. , car dirigé comme une entreprise privé , ou les citoyens n’ont aucun droit , voir le dernier poete condamné et dont je ne me souviens plus du nom 
          le qatar , pay dirigé par un « masskhout el walidine » qui as ejecté son propre pere qui la mis au monde , rien que ca on a tous compris
          le qatar qui finance et arme la pseudo rebellion en syrie avec objectif la destruction de ce beau pays , la syrie
          le qatar qui finance et arme l’autre rebellion terroriste « sunnite » en irak ou les attentats terroristes sont quasi qotidien contre des civils
          le qatar ce grand cancer ...

          • CASS. CASS. 14 mai 2013 05:10

            le Qatar ce grand ami d’us shrael et de Paris succursale du zionistan. en effet le grand cancer a de sacrées metastases qui gagnent de plus en plus de terrain, derniers resistants à la tueuse maladie la Syrie de Bachar, le Hezbollah et Perse Iran.


          • Alliance Rebelle Alliance Rebelle 11 mai 2013 17:39

            le plus grand danger pour les tunisiens en ce moment , et pour nous tous nord africains , c’est de nous eloigner au plus vite de ces cancers wahabo-terroristo-gene que sont les monarchies du golf

            c’est notre seul chance de garantir a nos enfants un avenir humains parmis les peuples de l’humanité sur terre

            a defaut tenir encore le temps que le petrole s’epuise et que ces chameliers d’hier en arabie retourne d’ou ils sont venu : a leurs tentes & chameaux !
            car si y’a une chose dont je suis sur et certain c’est que la racaille des pays du golf malgres tout les milliards de milliards de dollards en leurs posseission n’ont rien apporté a la communauté arabo-musulmane en particulier , a l’humanité en general ... meme pas a eux meme en verité
            ils ne sont que les selles de l’humanité , des dechets de l’humanité n’apportant que fanatisme destruction et terrorisme ... les 3/4 des terroristes du 11 septembre n’est il pas eux meme des saoudiens ? 
            en attendant la fin du petrole et du gaz chez eux pour qu’ils retourne a leurs tentes & chameaux prions dieu qu’il nous epargne de ce cancer !

            • Abdelouadoud El Omrani 11 mai 2013 18:53

              Juste une information (mais de taille) : dans dix ans, les retours sur investissements du Qatar dépasseront allégrement ses entrées en pétro et gazodollars.


              Retenons tout de même que le Qatar a des réserves de gaz naturel (c’est clean et écolo) qui au taux d’exploitation actuel (77 MD de m3/an) dureraient juste... deux siècles, c’est-à-dire 200 ans. Donc les tentes et les châmeaux ce n’est pas pour demain matin !

            • CASS. CASS. 14 mai 2013 04:44

               « les 3/4 des terroristes du 11 septembre n’est il pas eux meme des saoudiens ? » 3/4 mossad 1/4 saoudiens en paravant emir ok. fournisseurs de terroristes wahhabisés(version islamisme fasciste madin péninsule arabique, saoud et english) associés à us shrael depuis (et à Paris umps et cie dont fn sionisés) wahhabisme fournisseur du terrorisme international utile au pire cancer terroriste l’impérialisme sioniste.


            • travelworld travelworld 11 mai 2013 17:39

              Chantage contre l’Etat Français pour avoir de nouveaux droits de trafics aériens sur la France....
              Sinon ils n’achètent plus d’Airbus, évidement pour Air France déjà en difficulté ce serait une catastrophe.
              Ce genre de chantage doit conduire les Européens à ne plus prendre ce genre de compagnies, c’est inacceptable !!!!


              • Abdelouadoud El Omrani 11 mai 2013 18:47

                Donc, lorsque les Européens font pareil, c’est du business, la loi du marché et les règles de la négociation. Je suis sûr qu’on enseigne cela aux loubards de HEC Paris.


                Quand le Qatar le fait, on tire tout de suite cette vieille arme rouillée typiquement française : le mépris. On appelle dans ce cas, cette pratique : du chantage.

                Si on enlève les lunettes de bois, on verrait qu’on n’a que la monnaie de sa pièce : ces techniques de négociation font partie intégranre du système économique et commercial occidental régnant.

                Cela ne veut nullement dire que c bien, évidemment. 

              • Alliance Rebelle Alliance Rebelle 11 mai 2013 20:00

                 Abdelouadoud El Omrani : « Juste une information (mais de taille) : dans dix ans, les retours sur investissements du Qatar dépasseront allégrement ses entrées en pétro et gazodollars. »



                mdr ! le jour ou le qatar servira plus a rien pour l’empire , il sera dans leur cible comme « pays a liberer » , et tous ses investissments a l’etranger disparaitrons comme on disparu les milliards de khadafi et tous l’or de khadafi
                un cancer reste un cancer , et si en plus le cancer est un arabe , soyez sur que l’empire le razera , surtout si en plus il peut combler son deficit budgetaires
                son fric au qatar , y’aura un mouvement genre « bien mal acquis » de la part de l’empire pour le ruiner
                incha allah , le qatar subira le sort de khadafi , car ceux qui dine avec satan sont les premieres victimes de satan

                vous devriez cesser de soutenir ce cancer qui est derrier ces rats wahabites qui egorgent des civils en syrie , qui a detruit la lybie , qui n’as de maitre que mammon
                quand a son rejeton de fils et sa madame 1/3 de mes 2 , leurs sort sera la mort avec un peu de chance
                pas de place pour la racaille ennemies de l’humanité !

                • Alliance Rebelle Alliance Rebelle 11 mai 2013 20:14

                  Abdelouadoud El Omrani : " Au Bahrain, ... l’opposition 100% chiite .... " 


                  je comprend que vous soutenez la dictatures feodal du bahreins au nom de la lutte conte les chiites , parceque les bahreinis sont majoritairement chiites ?

                  eh ben la j’ai tous compris et inutiles d’aller plus loin avec vous !
                  en ce qui me concerne , malgres que je sois sunnite , je considere les chiites plus proche de dieu et de l’islam que ces gros porcs wahabite du golfs et leurs rats wahabite sanguinaires qui pullulent en syrie 
                  les chiites sont bien plus digne de vivre librement et pacifiquement sur cette terre en verité que ceux que vous soutenez !

                  • Abdelouadoud El Omrani 11 mai 2013 20:20

                    Je ne soutiens pas les dictatures féodales. Le Qatar est une monarchie constitutionnelle.


                    Je n’ai rien contre les Chiites, je suis contre le régime théocratique des Ayatollahs iraniens, qui lui, est féodal et moyenageux et qui travaille à instaurer le croissant chiite.

                    Les Iraniens sont une nation exceptionnelle et magnifique !

                  • Alliance Rebelle Alliance Rebelle 11 mai 2013 20:30

                    l e qatar est monarchie constitutionnelle 

                    hahahaha ! , zaama zaama ! une constitution faite sur mesure pour le tyran au pouvoir !

                    quand au regime theocratique des ayatollah , il est moins theocratique et plus progressiste que votre « monarchie constitutionnelle »
                    en iran au mois le gouvernement est elu contrairement a vos monarchies constitutionnelle ou le pouvoir est une affaire de famille
                    en iran , le petrole sert au devellpoement du pays qui produit de tous 
                    suffit de voir ici a agadir ( maroc ) le nombre de mobylette de marque iranienne en vente 
                    contrairement a vos monarchies constitutionnele qui produise que dalle et importe tout

                    en verité BAZAF 3LIK L’IRAN ! ( c’est trop pour toi l’iran ) !
                    un conseil : va rejoindre ton chamelier pendant qu’il as encore du petrole sous son desert de sable 

                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 mai 2013 21:42

                    Quelques Articles à méditer de la Constitution du Qatar !

                    Article 17

                    The financial emoluments of the Emir as well as the funds allocated for gifts and assistance shall be determined by a resolution issued annually by the Emir.

                    Article 77

                    Al-Shoura Council shall consist of forty-five Members thirty of whom shall be elected by direct, general secret ballot ; and the Emir shall appoint the remaining fifteen Members from amongst the Ministers or any other persons. The term of service of the appointed Members in Al-Shoura Council shall expire when these Members resign their seats or are relieved from their posts.

                    Article 106

                    1. Any draft law passed by the Council shall be referred to the Emir for ratification.

                    2. If the Emir, declines to approve the draft law, he shall return it a long with the reasons for such declination to the Council within a period of three months from the date of referral.

                    3. In the event that a draft law is returned to the Council within the period specified in the preceding paragraph and the Council passes the same once more with a two-thirds majority of all its Members, the Emir shall ratify and promulgate it. The Emir may in compelling circumstances order the suspension of this law for the period that he deems necessary to serve the higher interests of the country. If, however, the draft law is not passed by a two-thirds majority, it shall not be reconsidered within the same term of session.

                    Source :

                    http://www.wipo.int/wipolex/fr/text.jsp?file_id=225262


                  • CASS. CASS. 14 mai 2013 05:25

                    @ Par Alliance Rebelle : bien dit et très vrai , c’est une évidence les chiites sont pacifiques et prônent le pacifisme le partage l’équité la tolérance et le respect.


                  • CASS. CASS. 14 mai 2013 05:29

                    @ Par Alliance Rebelle : Bien dit et en effet les Chiites sont des pacifiques qui prônent le pacifisme, le partage l’équité le respect et la tolérance.


                  • Abdelouadoud El Omrani 11 mai 2013 20:33

                    @ Alliance Rebelle,

                    Comme vous dites que vous êtes musulman, je comprends votre colère concernant la manière avec laquelle l’actuel émir a pris le pouvoir : vous avez parlé d’évincer son père, et nous sommes d’accord que pour nous autres musulmans c un péché terrible.

                    Ne croyez donc pas qu’il se soit gratté la tête et qu’il se soit dit un matin : tiens, je vais usurper le pouvoir. En fait, son père était de l’ancienne école, celle des sultans qui ouvrent chaque matin leur Diwan aux doléances des sujets et leur distribue des enveloppes plus ou moins bourrées de billets verts. Entre-temps, les Britanniques raflaient le gaz et le pétrole. Le pays avait une infrastructure rudimentaire et des services aux citoyens d’un autre temps.

                    C’est donc toute la dynastie Al Thani qui a siégé et décidé le changement. Depuis 1995 à ce jour, le pays a été complètement modernisé, les salaires des citoyens sont parmi les meilleurs du monde, puis Al-Jazeera, Qatar Foundation, Hôpitaux, écoles, coupe du monde handball 2015, fifa 2022 et j’en passe...

                    • Alliance Rebelle Alliance Rebelle 11 mai 2013 20:40

                      Abdelouadoud El Omrani  : « Le Qatar est une monarchie constitutionnelle »


                      une constitution du tyran , par le tyran , et pour le tyran !

                      hahahaha !
                      une constitution du chamelier né dans une tente , un masskhote el waladine qui as ejecté son proppre pere suite a un coup d’etat avec la benediction des ayatollah de la maison blanche / wachington

                      ben qu’est qui faut pas entendre comme connerie alors
                      suffit d’une constitution pour qu’une tyrannie medieval feodal esclavagiste terroriste etc ... puisse etre consideré comme frequentable

                      au faite l’auteur , je te signal qu’au maroc , ici , la constitution , c’est depuis 1962 q’on est une monarchie constitutionnelle

                      c’est vrai que dans les années 60 , suite a ce grand bond en avant ( instauration de la constitution au maroc ) le maroc est devenu une grande democraties liberal droits de l’hommiste etc...

                      MDR ! pitanne quel conneries ! smiley

                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 mai 2013 20:51

                        Des sportifs Français témoignent : le Qatar est un émirat esclavagiste

                        Quatre témoins Français parlent de leur calvaire au pays de cheikha Mozza et cheikh Hamad. Humiliés, désabusés et retenus contre leur volonté, ils sont en conflit avec des bédouins sans foi ni loi et dans l’indifférence des autorités françaises. Pour information, il y a 3366 expatriés Français au Qatar dont 1188 mineurs ! Voici un document choc de Canal Plus sur cet émirat voyou (vidéo).

                        Ils sont joueurs, entraineurs ou préparateurs physique. Ils sont partis au Qatar pour gagner de l’argent en échange de leur talent ou compétence. Ils le regrettent aujourd’hui amèrement et ne demandent qu’à quitter au plus vite cet émirat voyou et esclavagiste. La chaine de télévision Canal Plus est allée à leur rencontre. Témoignages accablants de Zahir Belounis, Stéphane Morello, Jean Godeffroye et Abdeslam Ouaddou. Plusieurs dizaines de personnes sont dans le même cas.

                        Ce document de Canal Plus est une alerte aux Français en général et à ceux qui sont d’origine maghrébine en particulier. En voulant gagner de l’argent, vous risquez de perdre votre dignité, votre liberté et même votre humanité. Le Qatar que certains médias français vous décrivent de manière fallacieuse comme un Eldorado, n’est pas celui que vous allez découvrir une fois là-bas. Cette propagande que le Qatar entretient grâce à l’argent et à son puissant réseau politique et médiatique français, de gauche comme de droite, a brisé des rêves et détruit des familles. Avant de vous laisser entrainer par une utopie qui risque de tourner au cauchemar, aillez le réflexe du Premier ministre Jean-Marc Ayrault : « Le Qatar ? Avant d’y aller, je réfléchirai ».

                        Zahir Belounis : « J’ai envie de partir ».

                        Ancien milieu de terrain de Noisy-le-Sec, de l’Île Rousse et de Saint-Lô, passé par la Malaisie (Melaka TMFC) et la Suisse (la Tour-Le Pâquier), Zahir Belounis est retenu au Qatar avec son épouse et ses deux enfants. Ce joueur franco-algérien, débauché pour servir Al-Jaïsh, le club de l’armée, dont il a été le capitaine d’équipe, est privé de ses droits et de sa liberté de quitter le territoire qatari. Les bédouins lui ont volé son contrat et, en échange de sa liberté de regagner la France, le directeur sportif du club Al-Jaïsh, Youssef Dasmal lui impose la signature d’un document dans lequel il renoncerait aux deux années de salaire que les Qataris lui doivent. « Ils m’ont empêché de vivre mon rêve », s’indigne aujourd’hui ce joueur que les bédouins veulent réduire au silence avec la complicité passive des autorités françaises et le silence assourdissant des médias français.

                        Stéphane Morello : « Je suis un otage qui ne connait même pas le prix de la rançon » !

                        Originaire de Saumur, les 52 ans dépassés, cet entraineur sportif ne touche plus aucun salaire depuis plus de trois ans. Comme beaucoup d’autres, cet ancien entraineur du Romorantin s’est expatrié au Qatar pour y faire fortune grâce à son savoir-faire footballistique. Il avait signé son contrat avec le comité olympique qatari, moyennant 6000 dollars par mois. Cela fait plus de trois ans qu’il ne touche plus aucun centime. En procès contre son employeur escroc, il espère toujours obtenir gain de cause dans un émirat où la justice est aux ordres de la famille régnante. « Je ne peux pas exercer mon travail, je ne peux pas aller travailler ailleurs, je ne peux pas quitter le territoire, je ne peux rien faire…Cela fait cinq ans que je n’ai pas pu sortir du Qatar…J’ai l’impression d’être un otage et je ne connais même pas le prix de la rançon », déclare ce citoyen français dont le pays entretient les meilleurs relations avec l’émirat bédouin.

                         Jean Godeffroy : « Une fois au Qatar, on ne peux plus quitter ce pays librement » !

                         Le cas de Jean Godeffroy est moins tragique que les précédents otages du Qatar. Cet ancien préparateur physique du prestigieux PSG a dû renoncer à neuf mois de salaire pour pouvoir quitter l’Eldorado qatari. Lui aussi, espérait y faire fortune, mais, comme il le dit lui-même, un beau jour, « un vendredi, on m’a téléphoné pour m’annoncer que ce lundi, je dois débarrasser le plancher » ! Il a été obligé de renoncer à ses droits pour obtenir le précieux « exit permit » que l’esclavagiste employeur délivre selon son bon vouloir. Aujourd’hui libre et vivant à Bastia, il témoigne de sa mésaventure afin que d’autres ne soient pas victimes de leurs propres illusions et d’une image du Qatar savamment entretenue par certains médias français.

                        Abdeslam Ouaddou : « C’est de l’esclavagisme pur et simple » !

                         Footballeur professionnel d’origine marocaine, ancien de l’équipe de Nancy, il a été recruté par le « Qatar Sports Club », deuxième club du propriétaire du PSG. Cette année-là, raconte un journaliste français, le club dans lequel jouait Ouaddou, le Lekhwiya, avait remporté le championnat national. Avant la seconde saison, on informe Abdeslam Ouaddou qu’il va désormais jouer pour un autre club. Il conteste mais finit par accepter. Une année plus tard, on lui demande de renoncer à son contrat, qui est pourtant encore valide pour une année ! Son employeur a cessé de le payer en juillet 2012, alors que son contrat expirait, en effet, e 12 juillet 2013. Dans le journal Le Monde du 22 avril 2013, il confiait : « En 2010, je m’engage pour deux saisons avec le club qatari de Lekhwiya qui appartient au cheikh al-Thani, également propriétaire du PSG. A la fin de la première saison, nous remportons le titre de champion. Je rentre en France pour les vacances et, à mon retour, tout se complique. Les dirigeants m’informent que je dois quitter le club, sans la moindre explication. J’ai d’abord cru à une blague. Mais je me suis vite aperçu que celui qui me parlait ne rigolait pas du tout. J’ai essayé de comprendre, de discuter. Mais rien à faire : « C’est un ordre du prince. Et les ordres du prince ne sont pas sujets à discussion. ».

                         Portant l’affaire devant la Fifa, il finit par obtenir le document « exit permit », le fameux visa de sortie, en échange de renoncer à sa plainte et à ses droits. « Le jour où vous êtes moins performant, on peut tout simplement cesser de vous payer, ou de vous dire de quitter le pays. On ne va pas se voiler la face, c’est de l’esclavagisme pur et simple », lance Abdeslam Ouaddou. Vivant aujourd’hui à Nancy, il lance cet appel aux futurs candidats à l’Eldorado qatari : « Ce qui me dérange, c’est le contraste entre ce qui se passe là-bas –parce que j’y ai vécu pendant deux ans et demi- et l’image qu’ils veulent renvoyer en Occident et en particulier en France grâce au PSG…Je veux vraiment ouvrir les yeux aux joueurs qui ont l’intention d’aller vers ces destinations. Ce n’est pas l’eldorado qu’on pense » !

                        Philippe Bogaert et Nasser Beidoun, autres victimes de l’émirat voyou

                        Le sport n’est effectivement pas le seul domaine où l’on compte des victimes. En 2008, un producteur de nationalité belge, Philippe Bogaert, est resté près d’une année otage des milliardaires bédouins. Il a été pris dans un engrenage financier et judiciaire interminable. Il était le directeur d’une société qatarie qui a rapidement fait faillite en raison d’un énorme impayé. Pour ce fiasco qui n’engage pas sa responsabilité directe, Philippe Bogaert a été poursuivi par son sponsor, qui est d’ailleurs l’actionnaire majoritaire de la société en question. On lui a réclamé des millions de dollars pour faillite et préjudices subis ! Retenu en otage durant onze mois au Qatar, ce cadre belge a pu finalement s’évader à bord d’un voilier en direction de Bombay en Inde. Un scénario digne d’un film hollywoodien. Pour ce producteur cinématographique, « Ce qui se cache derrière ce sponsor, c’est de l’esclavage pur et simple. Vous êtes complètement dépendant de lui ». Esclavage pur et simple, la même expression employée par Abdeslam Ouaddou ! 

                        Autre victime du mirage qatari, le cas de Nasser Beidoun, la cinquantaine, qui s’est retrouvé lui aussi otage de l’émirat bédouin, pour des raisons semblables à celle de Philippe Bogaert. Cet Américain de parents libanais et originaire de Detroit, a vécu un cauchemar qu’il raconte sur son blog depuis qu’il a recouvert sa liberté. Grâce à une médiatisation de son histoire et à sa citoyenneté américaine, Nasser Beidoun a pu faire valoir son droit auprès de la « justice » qatarie après deux ans de bataille judiciaire. Comme Abdeslam Ouaddou et Philippe Bogaert, il dénonce aussi un « esclavage moderne ».

                         Ahmed, un tunisien qui a la trentaine, a peut-être eu plus de chance ! Ingénieur en informatique et vivant en France, il a démissionné de la société qui l’employait pour travailler dans une entreprise qatarie qui lui proposait un contrat juteux, des « conditions de rêve » comme il l’a dit. Ahmed a démissionné, son épouse journaliste a refusé un poste « dans une grande chaîne », tous les deux ont vendu leurs meubles...pour aller s’installer au paradis qatari. Mais peu de temps avant le grand voyage, ce jeune couple reçoit un courrier électronique leur annonçant qu’ils n’ont finalement pas obtenu de visa. Motif invoqué : Ahmed est de nationalité tunisienne et le quota pour ce pays serait dépassé. 

                        Au Qatar, les victimes se comptent par milliers 

                        Si cet émirat aux pratiques esclavagistes et mafieuses traite ainsi des hommes d’affaire américains et des joueurs ou des entraineurs, Français de surcroit, que dire alors des milliers de travailleurs asiatiques ou arabes ? Sur une population de deux millions d’habitants, 80% sont des travailleurs, c’est-à-dire des esclaves modernes dont la majorité (asiatique) est payée entre 400 et 600 euros par mois. Selon Human Rights Watch, 191 travailleurs Népalais au Qatar sont morts en 2010, et 98 autres de nationalité indienne sont morts en 2012. Des accidents de travail « ordinaires » dans un émirat où le droit du travail n’existe point. Près d’un millier de travailleurs se trouvent en prison, lourdement condamnés pour avoir demandé des augmentations ou une amélioration de leur condition de travailleurs. 

                        Ils ne sont pas travailleurs et purgent actuellement des peines de prison au Qatar. L’un est qatari, l’autre est tunisien. Le premier, Mohammed Al-Ajami, a été condamné en novembre 2011 à 15 ans pour un poème interprété par la « justice » comme un appel au renversement de la dictature qatarie ; le second, Mahmoud Bounab, ex-directeur d’Al-Jazeera Chidren, est depuis septembre 2011 en prison dans l’attente de la révision de son procès.

                         Nabil Ennasri, le gentil « doctorant » au service du vilain petit Qatar

                         C’est à cet émirat aux pratiques mafieuses et esclavagistes qu’a été confié l’organisation de la coupe du Monde de 2022. La fameuse affaire du Qatargate, qui a été révélée par le magazine France Football le 29 janvier 2013. « Comment ils ont acheté le Mondial 2022 ? », s’interrogeait alors ce magazine. Le 11 janvier 2013, Europe1, révèlait déjà que Zinédine Zidane aurait touché près de 11 millions d’euros pour avoir soutenu la candidature du Qatar. Il n’était pas le seul !

                         Tel est l’envers du décor qatari que certains mercenaires ou propagandistes en France présentent comme un Etat respectable et comme une démocratie en construction. Parmi les figures montantes de cette propagande islamo-wahhabite, le Frère musulman Nabil Ennasri, jeune doctorant français d’origine marocaine, qui a consacré son travail « universitaire » au vernissage du tableau qatari en France. Après cette prouesse picturale, il est implicitement candidat en Europe au poste de « prédicateur médiatique », jusqu’alors occupé par Tariq Ramadan qui a été appelé à d’autres « fonctions stratégiques » auprès de son altesse royale, cheikha Mozza ! Cet enver du décor qatari a été magistralement décrit par Nicolas Beau dans son dernier livre, « Le vilain petit Qatar. Cet ami qui nous veut du bien », publié aux éditions Fayard.

                        Source :

                        http://www.tunisie-secret.com/Des-sportifs-Francais-temoignent-le-Qatar-est-un-emirat-esclavagiste_a388.html


                      • Abdelouadoud El Omrani 11 mai 2013 21:18

                        Source : secret tunisie ? Pardi, elle est vraiment furax not’ gauche caviar, ou not’ gauche zéro virgule en référence au score électoral.


                        Maintenant les témoignages : on peut quitter le territoire qatari à tout moment A CONDITION DE REGLER SES DETTES. Si on préfère un procès pour impayés c’est plus rapide et c’est légal.

                        France Football a fait son enquête sur 2022, j’ai lu les plus de 15 pages, encore quelqu’un de furax. Pourquoi donc ? Oh, Sarko était ici en décembre 2012, à quelqu’un ça n’a pas plu. Un petit coup de gueule et puis s’en vont.

                        Chui tellement habitué à cette littérature jaune que je n’y prête plus attention.

                        Ici sur Agoravox où je suis nouveau, j’ai voulu apporter une autre version que celle qui prévaut partout, par respect pour certaines lectrices et certains lecteurs, et aussi parcequ’à l’époque sur l’agora grecque, tout le monde avait une voix au châpitre.

                        Ici, à Doha, le weekend finit aujourd’hui. Comme quoi, la relativité culturelle est l’avenir de l’homme comme disait Aragon en partie... Bonne nuit, et à vous bon dimanche. Wassalaam

                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 mai 2013 22:33

                        Qatar : Promises, Little Action on Migrant Workers’ Rights 

                        Two Years After World Cup Bid Approved, Exploitative System Persists

                        February 7, 2013

                        (Doha) – Qatar has not delivered on its pledges to improve migrant workers’ rights, Human Rights Watch said today at a news conference in Doha about its World Report 2013. More than two years after it won the right to host the 2022 World Cup, it is high time for Qatar to deliver on its promises for reforms to prevent the trafficking and forced labor of migrant workers, Human Rights Watch said. The Qatar Supreme Committee for Qatar 2022 – the tournament’s quasi-governmental delivery committee – has made encouraging pledges on workers’ rights, but these lack detail. Nor do they mask the failure of the Qatari authorities either to reform exploitative laws, such as the kafala system of sponsorship-based employment and the prohibition on trade unions, or to enforce the prohibition on illegal recruitment fees and the confiscation of passports.

                        “Qatar’s rulers asserted in 2010 that the country’s successful bid for the World Cup could inspire positive change and leave a huge legacy for the region, but the past two years have seen an absence of reform, said Jan Egeland, Europe director at Human Rights Watch. “If this persists, the tournament threatens to turn Qatar into a crucible of exploitation and misery for the workers who will build it.”

                        In its 665-page report, Human Rights Watch assessed progress on human rights during the past year in more than 90 countries, including an analysis of the aftermath of the Arab uprisings. The willingness of new governments to respect rights will determine whether the Arab uprisings give birth to genuine democracy or simply spawn authoritarianism in new clothes, Human Rights Watch said.

                        In June 2012, a 146-page Human Rights Watch report, “Building a Better World Cup,” exposed in detail the shortcomings in Qatar’s legal and regulatory framework, and the consequences for its migrant workers. They already constitute nearly 90 percent of Qatar’s population of 1.9 million, and their numbers will continue to rise as World Cup 2022 construction begins in earnest in 2013. Most come from countries in south Asia.

                        Laws intended to protect workers are rarely enforced in Qatar. Employers routinely confiscate passports, making it harder for workers to leave, and workers typically pay exorbitant recruitment fees to agents who operate in Qatar and in sending countries such as Nepal. Migrant workers have no right to unionize or strike, though they make up 99 percent of the private sector workforce.

                        The kafala(sponsorship) system ties a migrant worker’s legal residence to his or her employer, or “sponsor.” Migrant workers cannot change jobs without their sponsoring employer’s consent other than in exceptional cases and with express permission from the Interior Ministry. If a worker leaves an employer, even if fleeing abuse, the employer can report the worker as “absconding,” leading to detention and deportation. To leave Qatar, migrants must obtain an exit visa from their sponsor, and some workers said sponsors denied them these visas.

                        Many workers said they received false information about their jobs and salaries before arriving, and signed contracts in Qatar under coercive circumstances. Reporting mechanisms and remedies are effectively unavailable to migrant workers. In addition, the labor law excludes domestic workers, almost all of them girls or women, denying them basic protections such as limits to hours of work and weekly days off.

                        Migrant workers reported extensive labor law violations. Common complaints included late or unpaid wages. Some lived in overcrowded and unsanitary labor camps, which lacked access to potable water, were not properly ventilated, and were not furnished with functioning air condition units. These are crucial elements for adequately minimizing the risk of heat stroke in a country where daytime temperatures can reach 45 degrees Celsius (114 degrees Fahrenheit) in summer months. The 2022 World Cup presents Qatar with an unprecedented opportunity to take the lead on migrant workers’ rights in the Gulf region, and to leave a positive and lasting legacy, Human Rights Watch said. To do so, and to militate against the serious threat of trafficking and forced labor, the Qatari authorities should take the following steps :

                        • Set out a timetable to abolish the sponsorship system ;
                        • Take practical steps to ensure migrant workers have not paid illegal recruitment fees, and prohibit companies from doing business with recruitment agencies and subcontractors, in Qatar and abroad, that impose illegal charges on workers ;
                        • Enforce prohibitions against confiscation of workers’ passports ; and
                        • Impose meaningful sanctions on companies and individuals who violate laws designed to protect migrant workers’ rights.

                        The serious exploitation of Qatar’s migrant workers is not the only area in which Qatar falls well short of the minimum standards imposed by human rights law. The provisions of a new draft media law would build in a double standard on free expression that is inconsistent with Qatar’s claims to be a center for media freedom in the region. Although the draft law calls for abolishing criminal penalties for media law violations, the broadly worded provisions of article 53 prohibit publishing or broadcasting information that would “throw relations between the state and the Arab and friendly states into confusion” or “abuse the regime or offend the ruling family or cause serious harm to the national or higher interests of the state.” Violators would face stiff financial penalties of up to one million Qatari Riyals (US$275,000).
                        The sentence of life imprisonmenti mposed on a Qatari poet, Mohamed Ibn al-Dheeb, on November 29, 2012, further undermined Qatar’s attempts to present itself as a free speech haven. Ibn al-Dheeb had recited poems that insulted Qatar’s rulers and praised the uprising in Tunisia, but in neither case had he gone beyond his legitimate right to free expression.

                        “Qatar’s increasing prominence on the international stage should not divert attention from its domestic rights record,” Egeland said. “As the country begins the construction of the stadiums and associated infrastructure required to host the World Cup in 2022, the issue that poses the greatest threat to its international reputation is migrant workers’ rights.”

                        Source :

                        http://www.hrw.org/news/2013/02/07/qatar-promises-little-action-migrant-workers-rights


                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 02:05

                        Version française de l’article ci-dessus [HORCHANI Salah (---.---.---.189) 11 mai 22:33 ]

                        Qatar : Des promesses non tenues en matière de droits des travailleurs migrants 

                        Deux ans après l’attribution de la Coupe du monde à ce pays, le système d’exploitation perdure

                        7 février 2013

                        (Doha) – Le Qatar n’a pas tenu ses promesses d’amélioration des droits des travailleurs migrants, a déclaré Human Rights Watch lors d’une conférence de presse tenue à l’occasion de la présentation de son Rapport mondial 2013. Plus de deux ans après avoir été officiellement désigné comme pays hôte du Mondial 2022, il est grand temps pour le Qatar de tenir les promesses faites en matière de réformes visant à empêcher le trafic et le travail forcé des travailleurs migrants, a ajouté Human Rights Watch. Le Comité suprême Qatar 2022, le comité local — quasi gouvernemental — d’organisation du tournoi, a certes fait des promesses intéressantes sur les droits des travailleurs, mais ces promesses manquent de précisions. Elles ne dissimulent pas non plus le non-respect des autorités qatariennes, d’une part, à réformer les lois relatives à l’exploitation telles que la kafala — un système fondé sur le parrainage des employeurs et l’interdiction des syndicats — et d’autre part, à appliquer l’interdiction des commissions de placement illicites sur le recrutement illégal et la confiscation des passeports.
                        « Les responsables qataris ont affirmé en 2010 que l’attribution de la Coupe du monde pourrait inspirer des changements positifs et des retombées tangibles sur la région ; or, aucune réforme n’a été entreprise au cours des deux dernières années », a déclaré Jan Egeland, directeur pour l’Europe à Human Rights Watch.« Si cela continue, le tournoi va faire du Qatar le creuset de l’exploitation et de la misère des travailleurs qui l’édifieront. »

                        Dans son rapport de 665 pages, Human Rights Watch a évalué les progrès réalisés dans le domaine des droits humains au cours de l’année écoulée dans plus de 90 pays, faisant notamment une analyse des suites des soulèvements dans le monde arabe. La volonté des nouveaux gouvernements à respecter les droits déterminera si les soulèvements dans le monde arabe donnent naissance à une véritable démocratie ou s’ils ne font qu’accoucher d’autoritarisme paré de nouveaux atours, a déclaré Human Rights Watch.

                        En juin 2012, un rapport de Human Rights Watch de 146 pages intitulé “Building a Better World Cup,” (« Construire une meilleure Coupe du Monde ») a clairement mis en évidence les lacunes présentes dans le cadre législatif et réglementaire du Qatar ainsi que les conséquences que cela implique pour les travailleurs migrants. Ces derniers représentent déjà près de 90 percent de la population qatarienne qui compte 1,9 million d’habitants, et leur nombre ira croissant tandis que la construction des structures qui abriteront la Coupe du Monde 2022 démarrera réellement en 2013. La majorité d’entre eux est originaire de l’Asie du Sud.

                        Les lois destinées à protéger les travailleurs sont rarement appliquées au Qatar. Il est courant pour les employeurs de confisquer les passeports, ce qui rend plus difficile le départ des travailleurs, lesquels s’acquittent de commissions de placement exorbitantes auprès d’agents qui opèrent au Qatar et dans les pays d’origine des migrants tels le Népal. Les travailleurs migrants n’ont ni le droit de se syndiquer ni celui de faire grève, bien qu’ils constituent 99 pour cent de la main-d’œuvre dans le secteur privé.

                        La kafala— système de parrainage des employeurs — lie la résidence légale d’un travailleur migrant à son employeur, ou « parrain ». Sauf cas exceptionnels et avec l’autorisation expresse du ministère de l’Intérieur, les travailleurs migrants ne sont pas autorisés à changer de travail sans le consentement de l’employeur qui les « parraine ». Si un travailleur quitte son employeur, y compris dans le cas où il aurait recours à cette solution pour fuir une situation violente, l’employeur peut l’accuser de fuite, ce qui conduit à son arrestation et à son expulsion. Pour quitter le Qatar, les migrants doivent obtenir un visa de leur parrain, et certains émigrants ont fait savoir que leur parrain le leur avait refusé.

                        De nombreux migrants ont dit avoir été mal informés sur le travail et la rémunération avant leur arrivée, et avoir signé un contrat sous la contrainte. Les mécanismes de signalement et les voies de recours ne sont en effet pas accessibles aux travailleurs migrants. De plus, la législation du travail exclut les travailleurs domestiques — pour la plupart des femmes et des jeunes filles — leur refusant le droit d’accès aux protections fondamentales comme la limitation des heures de travail et l’obtention de jours de repos hebdomadaire.

                        Les travailleurs migrants ont fait état de graves violations en matière de législation du travail. Les plaintes récurrentes avaient trait aux retards ou aux impayés de salaires. Certains habitaient dans des camps de travail surpeuplés et insalubres sans accès à l’eau potable, sans ventilation adéquate et dépourvus de climatiseur en bon état de marche. Ces éléments sont essentiels pour minimiser les risques de coup de chaleur dans un pays où les températures diurnes peuvent atteindre 45 degrés Celsius (114 degrés Fahrenheit) en été. La Coupe du Monde 2022 offre au Qatar l’occasion unique de prendre la direction sur les droits des travailleurs migrants dans la région du Golfe et de laisser un héritage positif et durable, a déclaré Human Rights Watch. Pour ce faire, et afin de militer contre la grave menace que représente le trafic et le travail forcé, les autorités qatariennes devraient prendre les mesures suivantes : 

                        • établir un calendrier pour abolir le système de parrainage des employeurs ;
                        • prendre des mesures concrètes pour garantir le non-paiement de commissions de placement illicites par les travailleurs migrants et interdire aux entreprises de faire des commercer avec des agences de placement et des sous-traitants, au Qatar comme à l’étranger, qui imposent des charges illégales aux travailleurs ;
                        • mettre en application des mesures interdisant la confiscation des passeports ;
                        • imposer des sanctions dignes de ce nom aux entreprises et aux particuliers qui enfreignent les lois élaborées pour protéger les droits des travailleurs migrants. 

                        La grave exploitation dont fait preuve le Qatar envers les travailleurs migrants n’est pas le seul domaine dans lequel ce pays reste très en deçà des normes minimales qu’imposent les lois internationales relatives aux droits humains. Des dispositions relatives au projet de loi sur la presse intégreraient deux poids, deux mesures sur la liberté d’expression, ce qui est incompatible avec la prétention du Qatar à être un porte-drapeau de la liberté de la presse dans la région. Bien que le projet de loi prévoie l’abolition des sanctions pénales pour les violations des lois sur la presse, les dispositions — rédigées en termes très généraux — de l’article 53 interdisent de publier ou de diffuser des informations susceptibles de « semer la confusion dans les relations entre l’État et les pays arabes et amis  » ou de constituer une « insulte pour le régime ou une offense pour la famille royale ou la source de graves dommages pour les intérêts nationaux ou les intérêts supérieurs de l’État ». Les contrevenants seraient passibles de lourdes sanctions financières pouvant atteindre un million de riyals qataris (275 000 dollars).
                        La peine d’emprisonnement à perpétuité prononcée à l’encontre du poète Mohamed Ibn al-Dheeb a ébranlé un peu plus encore les tentatives du Qatar à se présenter comme un havre de liberté d’expression. Mohamed Ibn al-Dheeb avait récité des poèmes qui contenaient des passages insultants pour les responsables qataris et il avait loué les soulèvements qui s’étaient fait jour en Tunisie. Néanmoins, dans un cas comme dans l’autre, il n’avait pas outrepassé l’exercice légitime de son droit à la liberté d’expression.

                        « La visibilité croissante du Qatar sur la scène internationale ne devrait pas détourner l’attention de la situation sur les droits à l’intérieur du pays » a affirmé Jan Egeland. « Alors que le pays démarre la construction des stades et autres infrastructures connexes nécessaires pour accueillir le Mondial de football 2022, la plus grande menace à la réputation internationale du Qatar réside dans les droits des travailleurs migrants.  »

                        Source :

                        http://www.hrw.org/fr/news/2013/02/07/qatar-des-promesses-non-tenues-en-matiere-de-droits-des-travailleurs-migrants


                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 10:38

                        Et notre valeureux mercenaire, défenseur de sa  Maîtresse la « Moderniste »  Poupée-Barbie-Banane ٭, ose écrire :

                        « on peut quitter le territoire qatari à tout moment A CONDITION DE REGLER SES DETTES »,

                        les MAJUSCULES sont de lui.

                        Voir sa réaction ci-dessus, référencée :

                        Abdelouadoud El Omrani (---.---.---.48) 11 mai 20:33

                         

                         ٭  Pour l’expression « Poupée-Barbie-Banane », voir mon article paru sur le lien suivant : 

                        http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-torchon-brule-entre-son-altesse-134479


                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 10:41

                        Et notre valeureux mercenaire, défenseur de sa  Maîtresse la « Moderniste »  Poupée-Barbie-Banane ٭, ose écrire :

                        « on peut quitter le territoire qatari à tout moment A CONDITION DE REGLER SES DETTES »,

                        les MAJUSCULES sont de lui.

                        Voir sa réaction ci-dessus, référencée :

                        Abdelouadoud El Omrani (---.---.---.48) 11 mai 20:33

                         

                         ٭  Pour l’expression « Poupée-Barbie-Banane », voir mon article paru sur le lien suivant : 

                        http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-torchon-brule-entre-son-altesse-134479


                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 11:39

                        @ Abdelouadoud El Omrani, l’auteur

                        Êtrela voix de vos Maîtres nourriciers, chez vous c’est pathologique, à la façon du chien de Pavlov :

                        Vous avez écrit

                        «  Source : secret tunisie ? Pardi, elle est vraiment furax not’ gauche caviar  ».

                        sans consulter le lien que je donne. Si vous l’aviez fait, vous auriez vu que ledit lien reprend, tel quel, comme il est écrit au début de l’article, un document de Canal Plus sur cet émirat voyou, et, cerise sur le gâteau, avec la vidéo de Canal Plus incluse.


                      • agent orange agent orange 11 mai 2013 21:03
                        Moncef Marzouki met la Tunisie sur les rails de la démocratie ?
                        Qu’en pense Chokri Belaid ?


                        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 11 mai 2013 21:54

                          Qatar : Au royaume de l’esclavage moderne ! (The New York Times)

                           

                          Domestique, ouvrier qualifié ou homme d’affaires : il n’est pas facile d’être un immigré, au Qatar, où les conditions de travail sont souvent inhumaines.

                          En 2012, Theresa M. Dantes a signé un contrat avec une agence de recrutement des Philippines pour venir travailler au Qatar comme domestique. Elle devait être logée, nourrie et payée 400 dollars [305 euros], par mois. Pourtant, lorsqu’elle est arrivée, son employeur l’a informée qu’il ne lui verserait que 250 dollars [190 euros]. Elle a accepté, car sa famille, restée à Quezon City, comptait sur ce salaire.

                          Cependant, la jeune femme n’était pas au bout de ses surprises. Theresa Dantes, 29 ans, affirme qu’elle ne prenait qu’un repas par jour, composé des restes du déjeuner familial. « S’il ne restait rien, alors je ne mangeais pas. »Elle travaillait sept jours par semaine. Une fois son labeur terminé dans la maison de son employeur, on la forçait à nettoyer celle de sa belle-mère, puis celle de sa soeur.

                          Huit mois après son arrivée, Theresa Dantes a voulu partir. Son patron lui a ri au nez : « Tu ne peux pas démissionner ! » Dans le cadre de la kafala, système qui régit la vie de tous les étrangers qui travaillent au Qatar, Theresa Dantes ne pouvait pas quitter son poste, sans l’accord de son employeur. Elle s’est enfuie et a rejoint 56 autres femmes, qui avaient trouvé refuge au Bureau philippin du travail à l’étranger.

                          Environ 1,2 million de travailleurs étrangers - qui sont, en majorité, des personnes pauvres, originaires d’Inde, du Pakistan, du Bangladesh, du Népal, d’Indonésie et des Philippines - représentent 94 % de la main d’oeuvre, au Qatar, une monarchie absolue, qui fait à peu près la taille de lÎle-de-France. Ce dispositif, mis en place, dans les années 1950, a été conçu, pour les États peu peuplés du golfe Persique, qui avaient besoin d’ouvriers, dans les secteurs du pétrole et du gaz. Le système s’est tellement développé qu’aujourd’hui, il y a presque cinq fois plus d’employés étrangers que de Qataris. Jusqu’à un million de personnes supplémentaires pourraient arriver, au cours des prochaines années, pour participer à la construction de neuf stades et de nouvelles routes, (pour un budget de 20 milliards de dollars ; 15,23 milliards d’euros), afin que le Qatar soit prêt à accueillir la Coupe du Monde de football, en 2022.

                          Un document officiel n’offre pas une protection suffisante

                          Un grand nombre de ces personnes travailleront, dans des conditions dignes du moyen-âge, que l’ONG « Human Rights Watch » a, déjà , comparées au « travail forcé ». Les patrons qataris sont responsables juridiquement de leurs employés, en plus de leur assurer un poste rémunéré, un visa de travail, un logement et souvent de la nourriture. En échange, chaque travailleur s’engage, auprès de son employeur, pour une durée déterminée. En revanche, un employé de peut pas changer de travail, quitter le pays, obtenir un permis de conduire, louer un logement ou ouvrir un compte en banque, sans l’autorisation de son commanditaire, dit kafil, qui peut, de son côté, mettre fin à son parrainage, quasiment, à tout moment, et renvoyer la personne, dans son pays d’origine. Et les victimes ne sont pas uniquement des domestiques et des ouvriers peu qualifiés : Nasser Beydoun, un homme d’affaires arabo-américain, affirme qu’il a été « otage économique », à Doha, pendant 685 jours, avant d’être libéré, en octobre 2011. Après qu’il a démissionné du poste de gérant d’une chaîne locale de restaurants, son ancien employeur a refusé de lui accorder un permis, pour quitter le Qatar. « Les travailleurs étrangers sont les esclaves modernes de leurs patrons qatariens, explique Nasser Beydoun, qui vit, désormais, à Détroit, aux États-Unis. Ils sont leur propriété ». Seule, une moitié des ouvriers étrangers, signent un véritable contrat de travail, avant de venir, dans l’émirat, selon un sondage réalisé par l’institut de recherche économique et sociale de l’Université du Qatar. Les autres se contentent de conclure un accord verbal.

                          Toutefois, même signer un document officiel n’offre pas une protection suffisante. Selon le même sondage, 25 % des ouvriers, qui avaient signé des contrats, ont révélé que leurs employeurs n’avaient pas respecté les clauses associées. Ce chiffre atteignait 42 %, chez un tiers des personnes, dont le salaire mensuel était inférieur à 275 dollars [209 euros]. Suite aux pressions exercées par les défenseurs des droits de l’Homme et du droit du travail, le gouvernement a promis la mise en place de nouvelles garanties. « Il y a sept ou huit ans, nous n’avions aucune législation du travail, explique Hussein Al Mulla, sous-secrétaire d’Etat au Travail. Cette branche du droit a été améliorée et elle continuera d’être perfectionnée avec le temps ».

                          Source :

                          http://www.legrandsoir.info/qatar-au-royaume-de-l-esclavage-moderne.html


                          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 10:06

                            Et notre valeureux défenseur de ses Maîtres les Al Thani ose dire :

                            « les salaires des citoyens sont parmi les meilleurs du monde ».

                             Voir sa réaction ci-dessus, référencée :

                            Abdelouadoud El Omrani (---.---.---.48) 11 mai 20:33


                          • Antoine Diederick 12 mai 2013 01:00

                            Pour vous décontracter et rire des vautours qui font ripaille sur le malheur des peuples avec leur argent , je vous propose la Passion selon Saint Mathieu version Bach....

                            L’heure est grave.....


                            • Antoine Diederick 12 mai 2013 01:02

                              ....et pour les problèmes de sémantique de l’arabe classique, veuillez nous envoyer un lexique d’équivalences, merci smiley


                              • BlackListed BlackListed 12 mai 2013 08:46

                                Pour tester la modernité d’un pays quelques indicateurs très simple, il suffit de regarder comme y sont traités : les juifs, les gays, l’érotisme.




                                • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 10:51

                                  S.O.S.

                                  L’auteur Abdelouadoud El Omrani a disparu depuis hier samedi 11 mai à 21:18, heure de sa dernière intervention !


                                  • ecolittoral ecolittoral 12 mai 2013 10:55

                                    Le qatarisme, un fléau ou une bénédiction ? Du pétrole(beaucoup moins « qu »avant« ) et des dollars (qui, demain ne vaudront plus grand chose !!!).

                                    Vous n’avez toujours pas compris que ce qui pilote le monde, c’est le pouvoir et l’argent.
                                    Les religions, les conflits, les dettes, les »chocs de civilisations", c’est pour les peuples, 
                                    pas pour les riches et les puissants. Ces derniers (vous) divisent pour régner !
                                    Qu’on soit des USA, de Chine, de France, du Qatar ou de Tunisie, c’est la même religion de l’argent et du pouvoir. 
                                    Les habitants des émiras, de Tunisie et d’ailleurs ont tenté de s’émanciper de ce fléau que constituent les puissants. 
                                    Alors, un peu considération pour eux ne ferait pas de mal !


                                    • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 11:03

                                      Qatar : Outrageous life sentence for ‘Jasmine poet’

                                      A life sentence handed today to a Qatari poet has all the hallmarks of an outrageous betrayal of free speech, Amnesty International has said. 
                                      Mohammed al-Ajami, also known as Mohammed Ibn al-Dheeb, was tried on charges of incitement “to overthrow the ruling system”, and “insulting the Amir”.

                                       
                                      He was arrested in November 2011 following the publication of his “Jasmine Poem”, which broadly criticized governments across the Gulf region, saying “we are all Tunisia in the face of the repressive elite”.

                                       
                                      “It is deplorable that Qatar, which likes to paint itself internationally as a country that promotes freedom of expression, is indulging in what appears to be such a flagrant abuse of that right,” said Philip Luther, Amnesty International’s Middle East and North Africa Director.
                                      A copy of the verdict obtained by Amnesty International makes no reference to the reasons for such a harsh sentence, but the organization understands that the charges on which he was convicted were based on the content of his poetry.

                                       
                                      “All the information available points to Mohammed al-Ajami being a prisoner of conscience who has been placed behind bars solely for his words. Accordingly, he should be released immediately and his conviction quashed,” said Philip Luther.

                                      The verdict has sent out shock waves among activists in Qatar and the Gulf region, who have told Amnesty International that the sentence feels like a threat to them all.

                                       
                                      One activist commented that al-Ajami’s trial was a “trial of the Arab Spring” and a warning against its spread to the Gulf.

                                       
                                      “We expected better from Qatar,” said the activist, referring to the country’s talk of parliamentary elections and freedom of expression. 
                                      Qatar is the headquarters of media organization Al-Jazeera, which has won plaudits for its reports on uprisings throughout the region in the last two years. However, Qatar has strictly controlled press freedoms and freedom of expression with regard to criticism of its own government.

                                       
                                      Observers were not allowed to enter the court, and al-Ajami himself was not present at the sentencing. He is expected to appeal.

                                      Source :

                                      http://www.amnesty.org/en/news/qatar-outrageous-life-sentence-jasmine-poet-2012-11-29


                                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 11:54

                                        INFO ou INTOX ?

                                        1. Son Altesse la Cheikha  Mozah (la Première 1/3 dame du Qatar) est la Présidente de la Fondation arabe pour la démocratie , domiciliée à Doha, capitale du Qatar.

                                        2. Son Altesse la Cheikha  Mozah est Membre de l’Académie Française des Beaux-Arts.


                                        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 21:36

                                          1. et 2. , c’est de l’INFO 

                                          Voir les paragraphes 3. et 4.c, du lien ci-dessous, intitulés, respectivement « 3. Son Altesse la Cheikha-Consort Mozah et les Droits Humains »  et  « 4.c. Son Altesse la Cheikha-Consort Mozah élue Membre de l’Académie Française des Beaux-Arts »  :

                                          http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-torchon-brule-entre-son-altesse-134479

                                          Ce qui a conduit l’Association des Libres Penseurs de la Tunisie (ALPT) à écrire :

                                          « La femme de l’Émir du Qatar membre étranger de l’Académie Française des Beaux-Arts ... Que ne ferait pas La France pour assouvir les fantasmes des "nouveaux riches" !! Échanger sa grande culture, son passé, son patrimoine, sa dignité, avec des incultes pour quelques sous ... C’est lamentable… ».


                                        • Abdelouadoud El Omrani 12 mai 2013 16:49

                                          Vingr-et-un commentaires de Salah Horchani sur cette page. 21 auxquels s’ajoute une multitude de posts sur FB et les lettres qu’il m’envoie.

                                          Nous frolons la pathologie, ou deux thèses possibles :
                                          1/ j’ai touché une fibre sensible chez M. Horchani, ou alors
                                          2/ Il s’est amouraché de moi.

                                          Sans rancune Monsieur, nous échangeons des idées sur la place publique en langue française, si notre discussion était en anglais ou en arabe, l’audience serait normalement moins étonnée.

                                          Je repète donc : pratiquez la relativité culturelle, les critiques littéraires l’ont adoptée depuis peu et se portent à merveille, ne soyez pas vieux jeu : le déconstructivisme et Derrida, c’est du passé ! 

                                          C du chinois, mais les lectrices et les lecteurs qui m’intéressent le comprennent parfaitement.

                                          Et comme disent les guignols : allez ciao !



                                          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 21:41

                                            Texte du Post que j’ai publié sur le mur FB de plusieurs qatarophiles dont l’auteur :

                                            L’Article ci-dessous est à lire avec ses commentaires, c’est exquis ! On y lit, entre autres :

                                            « Les troisièmes [les modernistes] sont représentés (…) par l’Emir du Qatar, son épouse Cheikha Mozah (…)Cheikha Mozah est une femme exceptionnelle (…)moderne, ouverte et extrêmement courageuse, elle est le fer de lance du courant moderniste du Qatar ».

                                            L’auteur est Abou- Hakim El Omrani (alias Abdelouadoud El Omrani, ou réciproquement), un expatrié tunisien résidant à Doha (capitale du Qatar, pour les non-initiés), traducteur de son métier, probablement, traducteur officiel, entre autres, de la Poupée-Barbie-Banane , la Cheikha Mozah [la Première 1/3 dame du Qatar, puisqu’elle partage ce titre avec les deux autres épouses de l’Émir Hamad ben Khalifa Al Thani, inconnues des médias], « membre fondateur du Parti social-démocrate tunisien : LE COURANT DEMOCRATIQUE ou Attayyar avec M. Mohamed Abbou »(dixit Abou- Hakim El Omrani, alias Abdelouadoud El Omrani, ou réciproquement).

                                             

                                            http://www.agoravox.fr/actualites/article/et-si-le-qatarisme-etait-une-135541


                                          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 22:49

                                             Outre, évidemment, les murs de mes amis facebookeurs.


                                          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 13 mai 2013 08:18

                                            @  L’auteur

                                             

                                            Monsieur Abou- Hakim El Omrani (alias Abdelouadoud El Omrani), vous avez écrit :

                                            « Vingt-et-un commentaires de Salah Horchani sur cette page. 21 auxquels s’ajoute une multitude de posts sur FB ».

                                            Mais, votre article, probablement commandé par qui vous savez, compte tenu de la position que vous occupez  au Qatar,  est une critique partisane, bourrée de mensonges,  de mon article. Vous êtes vraiment naïf de croire que je n’allais pas réagir !


                                          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 12 mai 2013 18:05

                                            Texte du Post que j’ai publié sur le mur FB de plusieurs qatarophiles dont l’auteur :

                                            L’Article ci-dessous est à lire avec ses commentaires, c’est exquis ! On y lit, entre autres :

                                            « Les troisièmes [les modernistes] sont représentés (…) par l’Emir du Qatar, son épouse Cheikha Mozah (…)Cheikha Mozah est une femme exceptionnelle (…)moderne, ouverte et extrêmement courageuse, elle est le fer de lance du courant moderniste du Qatar ».

                                            L’auteur est Abou- Hakim El Omrani (alias Abdelouadoud El Omrani, ou réciproquement), un expatrié tunisien résidant à Doha (capitale du Qatar, pour les non-initiés), traducteur de son métier, probablement, traducteur officiel, entre autres, de la Poupée-Barbie-Banane , la Cheikha Mozah [la Première 1/3 dame du Qatar, puisqu’elle partage ce titre avec les deux autres épouses de l’Émir Hamad ben Khalifa Al Thani, inconnues des médias], « membre fondateur du Parti social-démocrate tunisien : LE COURANT DEMOCRATIQUE ou Attayyar avec M. Mohamed Abbou »(dixit Abou- Hakim El Omrani, alias Abdelouadoud El Omrani, ou réciproquement).

                                            http://www.agoravox.fr/actualites/article/et-si-le-qatarisme-etait-une-135541


                                            • epicure 12 mai 2013 20:44

                                              Voyons le qatar est un pays où les droits humains élémentaires sont violés, et qui finance des mouvements islamistes ou ,terroristes de part le monde, et il faudrait considérer ses ingérences comme une chance ?

                                              Tu prends les français pour quoi ?

                                              Même si mr houchani n’était pas tout rose, cela n’escuserait pas un tel article qui sert de défense au régime au fond.


                                              • QAmonBra AmonBra 13 mai 2013 00:31

                                                @ l’auteur


                                                Merci infiniment de m’avoir fait rigoler à ce point.

                                                Il fallait l’oser celle là ! 

                                                Même sous la forme interrogative, cette bénédiction qatari$mique est, à mon humble avis, de l’humour jusqu’au 3ème degrés minimum !

                                                Si vous en avez d’autres de ce genre je suis preneur, ce n’est pas tous les jours qu’on peut se marrer comme ça.

                                                Sans vouloir influencer votre indéniable talent humoristique, j’aime bien les articles de ce genre concernant $ion, les $alafistes et autres $atanistes.

                                                  • A vous tous, je commence moi aussi à perdre un peu la boule lorsqu’on j’entends discourir sur le Qatar et l’Arabie Saoudite, chameliers du désert, nouveaux riches et naïfs à un tel point qu’ils ne se doute qu’ils se feront dévorer tout cru lorsqu’ils ne serviront plus à rien aux démons autrement plus puissants qui, masqués et apatrides, déchirent le monde en se servant - pendant un temps - d’eux.
                                                  • Alors la blague bête qui pourtant ne me fait pas rougir : La multinationale du foot financée à coups de millions et millions d’Euros par l’un des princes du timbre poste au pétrole et gaz, à Paris afin d’acquérir à travers la ville lumière (bien pâle actuellement) une notoriété reconnue et remerciée, en costume cravate bien sûr, à travers le PSG, au passé de trublion de ses fans déjà connu, a en partie foiré.
                                                  • Le sacre de cette nébuleuse qatarien en tant que Championne du ballon pas toujours bien rond s’est soldé par de gros incidents provoqués par des voyous sur les Champs Elysées. Dégâts matériels et vols, plus d’une vingtaine d’interpellations, des gardes à vue, des policiers légèrement blessés.
                                                  • Et j’en passe sur les multiples sanctions sportives qui ont frappé et risquent de frapper encore le club et pas mal de ces gladiateurs pour leur mépris ou leur brutalité récents sur les terrains de foot français et hors d’eux.

                                                • viva 13 mai 2013 12:37

                                                  Le Qatar sera pillé et les Qataries renvoyés dans le désert, ces gens feraient bien d’apprendre l’histoire de France et se renseigner sur la moralité des gens avec ils font des affaires.

                                                   Par contre en attendant le peuple va le payer chers et deux fois .....

                                                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 13 mai 2013 15:05

                                                    Notre tunisianité et leur qatarianité !

                                                     

                                                    Et ils feraient bien d’apprendre, également, l’histoire, trois fois millénaire, de la Tunisie et se renseigner sur les grandes figures  tunisiennes de l’Histoire Universelle qui ont façonné la pensée et les croyances de l’Humanité, ainsi que notre tunisianité et notre exceptionnelle diversité, à la base de notre bien-vivre-ensemble légendaire :

                                                    les trois Papes africains (au temps où notre pays se nommait «  Africa », nom qui est à l’origine de celui de notre continent), à savoir : Victor (189-199),  Miltiade (311-314) et Gélase (492-496), tous les trois sanctifiés, Sainte Perpétue et Sainte Félicité qui connurent le martyre à Carthage, Saint Augustin et Saint Cyprien dont les écrits sont la base du catholicisme naissant, les Empereurs africains, en particulier, Septime Sévère et Caracalla, Didon, fondatrice et première reine de Carthage, Hannibal, Amilcar, La Kahena, Reine Berbère qui régna pendant cinq ans, sur toute l’Ifriqiya, l’Imam Sahnoun, Ibn Khaldoun, Kherreddine, Essayda El Mannoubia, Aziza Othmana, Tahar Haddad, Aboul Kacem Chabbi, Albert Memmi, Ferhat Hachad, Habib Bourguiba, Fadhel Ben Achour, Gisèle Halimi, etc. etc.

                                                    S’ils cherchaient pareil dans leur qatarianité, c’est le vide qu’ils trouveraient !


                                                  • viva 13 mai 2013 18:54

                                                    Tout à fait la Tunisie à une longue histoire, c’est désolant ce qui s’y passe. Il y a dans ce pays des atouts intellectuels que beaucoup leur envie y compris en Europe. Personne ne comprend !!!


                                                  • Abdelouadoud El Omrani 14 mai 2013 21:00

                                                    Au sujet du message de Salah Horchani : notre tunisianité et leur qatarianité.


                                                    Ce sont très simplement des propos racistes et bigôts, 
                                                    Votre poisition n’a rien à viur avec la Tunisie, les Tunisiens, et la tunisianité dont vous faites un si honteux usage.

                                                    La Tunisie dont vous parlez n’a pas seulement eu les Saint-Augustin et Saint-Cyprien que vous brandissez si haut comme si vous caressiez la robe du Pape, elle a eu aussi Oqba Ibn Nafee, Assad Ibn Al-Fourat, l’Imam Sahnoun et mêmes les grands poétes Ibn Rachiq et Chebbi. Puisque vous semblez être un ingénieur, ce qui ne me surprendrait pas venant d’une pensée aussi cartésienne, pour la dire léger, vous aurez remarqué que l’influence de l’Islam a été un petit plus longue dirais-je. Plus longue, même si on compte les essais manqués : le carnage des Espagnols lors de la Reconquista chassés par les Ottomans en 1574 ; puis les Pères Blancs et autres robes dont la première préoccupation en accompagnant les soldats français en 1881 a été de construire sur la cime la plus haute de Carthage une cathédrale, jusqu’à ce qu’on foute les colons en dehors de notre sol, et qu’on rebaptise la cathédrale de Saint-Louis : l’Acropole de Carthage. Tellement furax les intellos tunisiens qu’ils ont préféré la civilisation greco-romaine au bigotisme des colons soit-disant chrétiens.

                                                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 14 mai 2013 23:45

                                                    Une erreur, pour ne pas dire autre chose, et un aveu de l’auteur, Abou- Hakim El Omrani (alias Abdelouadoud El Omrani )

                                                    @ L’auteur

                                                    1. Vous avez écrit :

                                                    « La Tunisie a eu aussi Oqba Ibn Nafee, Assad Ibn Al-Fourat, L’IMAM SAHNOUN et mêmes les grands poétes Ibn Rachiq et CHEBBI  », les majuscules et le gras  sont de moi. Vous ne savez pas lire ou quoi ! Je reproduis ci-dessous mon texte tel quel et le lecteur verra de lui-même que vous vous êtes encore une fois (cela commence à faire beaucoup) trompé : il suffit qu’il lise les passages que j’ai mis en gras et  majuscules :

                                                    Notre tunisianité et leur qatarianité !

                                                    Et ils feraient bien d’apprendre, également, l’histoire, trois fois millénaire, de la Tunisie et se renseigner sur les grandes figures  tunisiennes de l’Histoire Universelle qui ont façonné la pensée et les croyances de l’Humanité, ainsi que notre tunisianité et notre exceptionnelle diversité, à la base de notre bien-vivre-ensemble légendaire :

                                                    les trois Papes africains (au temps où notre pays se nommait «  Africa », nom qui est à l’origine de celui de notre continent), à savoir : Victor (189-199), Miltiade (311-314) et Gélase (492-496), tous les trois sanctifiés, Sainte Perpétue et Sainte Félicité qui connurent le martyre à Carthage, Saint Augustin et Saint Cyprien dont les écrits sont la base du catholicisme naissant, les Empereurs africains, en particulier, Septime Sévère et Caracalla, Didon, fondatrice et première reine de Carthage, Hannibal, Amilcar, La Kahena, Reine Berbère qui régna pendant cinq ans, sur toute l’Ifriqiya, L’IMAM SAHNOUN, Ibn Khaldoun, Kherreddine, Essayda El Mannoubia, Aziza Othmana, Tahar Haddad, ABOUL KACEM CHABBI, Albert Memmi, Ferhat Hachad, Habib Bourguiba, Fadhel Ben Achour, Gisèle Halimi, etc. etc.

                                                    S’ils cherchaient pareil dans leur qatarianité, c’est le vide qu’ils trouveraient !

                                                    2. ABOUL KACEM CHABBI, je ne peux l’omettre, d’abord, parce qu’il est le poète du XXème siècle qui a révolutionné la poésie arabe et, ensuite, parce qu’il est mon oncle maternel de lait, comme je le rappelle dans mon article paru sur le lien suivant :

                                                    http://www.legrandsoir.info/trop-c-est-trop-monsieur-moncef-ben-salem-ministre-tunisien-de-l-enseignement-superieur-il-est-temps-de-partir.html

                                                    3. Afin que le lecteur  puisse arriver à mieux comprendre vos penchants idéologiques qui vous ont conduit à nous débiter vos ridicules élucubrations concernant cet Émirat moyenâgeux, son Cheikh, sa Cheikha,..., je reproduis, ci-dessous, un  de vos aveux que vous avez écrit sur un autre journal en ligne :

                                                    « Eh bien, si je devais choisir un modèle, le Qatar (…) me va bien mieux que la France » (sic).

                                                    C’est tout dit !


                                                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 15 mai 2013 00:19

                                                    @ L’auteur, Abou- Hakim El Omrani (alias Abdelouadoud El Omrani )

                                                    Je reprends, vous avez écrit :

                                                    « Eh bien, si je devais choisir un modèle, le Qatar (…) me va bien mieux que la France ».

                                                    Et pourtant, Moncef Marzouki, notre Président provisoire de la République, que vous avez défendu bec et ongles dans votre article, et la majorité de ses alliés islamistes au pouvoir ne se sont pas exilés, pendant les années de dictature en Tunisie, au Qatar ou en Arabie Saoudite, mais, bel et bien en France ! Moncef Marzouki y est resté dix ans, avec un salaire largement supérieur à celui d’un Professeur des Universités - Classe Exceptionnelle !


                                                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 13 mai 2013 17:52

                                                    Quelle complicité des Grands de ce Monde avec le Champion des pollueurs !

                                                    Le Qatar a organisé à Doha, du 26 novembre au 7 décembre 2012, la 18ème Conférence internationale sur le climat sous l’égide des Nations Unies, alors que ce même Qatar détient, depuis une décennie, le record mondial d’émission de CO2 par habitant : « 44 tonnes [par habitant et par an] selon les données de l’ONU de 2009, soit presque trois fois plus qu’un Américain (17t), huit fois plus qu’un Chinois (6t) (…) 22 fois plus qu’un Indien (2 t) » et, environ, 100 fois plus qu’un somalien.

                                                    Heureusement pour nous et notre planète que les qataris ne sont pas nombreux (moins de 300.000).

                                                    Source :

                                                    http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/Doha-2012/p-23687-Doha-encore-un-sommet-climatique-pour-quoi-faire-.htm


                                                    • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 14 mai 2013 11:24

                                                      1. Auteur où êtes-vous ?

                                                      2. Pratiquons, pratiquons la relativité culturelle !

                                                      3. Ce Qatar  inculte qui a contribué à détruire le berceau de la Culture Universelle qu’est l’Irak, en permettant aux américains d’attaquer ce pays à partir de leur base située à Al-Udeid au Qatar, base qui fut le quartier général de la guerre contre l’Irak en 2003, base qui est la plus grande base américaine aérienne en dehors des Etats-Unis, base  dont le coût a atteint plus de 1 milliard de dollars, financé, complètement, par le Qatar

                                                       

                                                      1. Depuis sa réaction référencé ci-dessus  Abdelouadoud El Omrani (---.---.---.48) 12 mai 16:49 l’auteur a disparu. Est-ce qu’il a déclaré forfait pour ce débat qu’il a lui-même lancé ? Est-ce qu’il est tombé subitement malade ? Est-ce qu’il a reçu des instructions de qui vous savez ? Dans tous les cas, ce n’est pas un comportement correct  à l’encontre des intervenants qui l’ont interpelé depuis.  

                                                       

                                                      2. Dans cette même réaction, l’auteur a écrit :

                                                       « Je répète donc : pratiquez la relativité culturelle ».

                                                      Moi, qui ne suis pas assez philosophe pour comprendre Jacques Derrida et sa notion de « déconstruction » , mais dont les recherches universitaires sont orientés vers les relativités , voir, par exemple, l’article suivant intitulé « On the New-Stein Group and the Mass Dynamical Origin » : 

                                                       http://arxiv.org/pdf/math-ph/0311054v1.pdf

                                                      en laissant de côté Derrida et sa déconstruction, j’entends cette phrase de l’auteur par :

                                                      « Je vous comprends, mais, comprenez que le Qatar ne peut pas être autrement, c’est un problème de relativité culturelle  : son régime moyenâgeux, son apartheid, son wahhabisme et tout ce qui en découle (polygamie, condamnation à mort  de tout qatarien musulman qui décide de suivre une autre voie religieuse ou philosophique, lapidation des femmes adultères, amputation de la main du voleurs,…), c’est de la relativité culturelle » !

                                                       

                                                      3. Quant au troisième point, il est corroboré, entre autres, par les Notes 47 et 48, reproduites ci-dessous, de mon article ci-dessus indiqué, où Al-Nazzam en question, contemporain de Charlemagne, vivait en Irak et non au Qatar :

                                                      47. In honor of the philosopher Ibrahim ibn Saiyar Al-Nazzam (Bassorah 775- Baghdad 846) who, in his treatise on motion [Kitab fi alharaka], tried to solve Zeno’s paradox by asserting that the apparently continuous motion of macroscopic bodies is, in reality, the combination of a “leap” [tafrah] microscopic motions sequence constituting “an unanalyzable interphenomenon”. This led Max Jammer to assert, in 48. p. 259, that “Al Nazzam’s notion of leap, his designation of an unanalyzable interphenomenon, may be regarded as an early forerunner of Bohr’s conception of quantum jumps”.

                                                      48. Jammer,M., The Philosophy of Quantum Mechanics, The Interpretations of Quantum Mechanics in Historical Perspective, John Wiley and Sons, New York, 1974.

                                                       

                                                      Salah HORCHANI


                                                      • Abdelouadoud El Omrani 14 mai 2013 21:08

                                                        C’est mal élevé et un manque flagrant de respect des règles du débat que de faire dire à son vis-à-vis ce qu’il n’a pas dit. Non mettere le parole in bocca altrui.


                                                        Ceci dit, l’auteur est toujours là, bien dans ses sandales. Il s’amuse même à contempler les techniques du xviiième consistant à poser deux mille problèmes pour faire un profil de l’autre tellement il intrigue.

                                                        C’est ça le « carisma » et je t’en rajoute une : je suis Visiting Professor à l’Université de Turin.

                                                        allez et ciao

                                                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 14 mai 2013 22:17

                                                        @ L’auteur, Abou- Hakim El Omrani (alias Abdelouadoud El Omrani )

                                                        Vous avez écrit :

                                                        « C’est mal élevé et un manque flagrant de respect des règles du débat que de faire dire à son vis-à-vis ce qu’il n’a pas dit ».

                                                        C’est faux ; sinon, argumentez, SVP !

                                                        « C’est mal élevé et un manque flagrant de respect des règles du débat » que de lancer des accusations sans preuves.


                                                      • Abdelouadoud El Omrani 14 mai 2013 22:40

                                                        Vous me paraphrasez en mettant des guillemets et en changeant ce que je dis par ce que vous interprétez.


                                                        Si vous étiez mon étudiant et que donniez votre lecture critique de cette manière, je vous aurais flanqué un zéro bien rond !

                                                        Pour le reste, je ne peux pas consacrer à Agoravox autant de temps et d’énergie que vs le faites.

                                                        On bosse dur ici, et il fait chaud. Il est maintenant minuit moins vingt.

                                                        تصبح على خير

                                                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 14 mai 2013 23:35

                                                        @ L’auteur  Abou- Hakim El Omrani (alias Abdelouadoud El Omrani )

                                                         

                                                        Est-ce de l’ignorance ? Est-ce de la mauvaise foi ?

                                                        J’ai écrit :

                                                        « en laissant de côté Derrida et sa déconstruction, J’ENTENDS CETTE PHRASE DE L’AUTEUR PAR :

                                                        « Je vous comprends, mais, comprenez que le Qatar ne peut pas être autrement, c’est un problème de relativité culturelle  : son régime moyenâgeux, son apartheid, son wahhabisme et tout ce qui en découle (polygamie, condamnation à mort de tout qatarien musulman qui décide de suivre une autre voie religieuse ou philosophique, lapidation des femmes adultères, amputation de la main du voleurs,…), c’est de la relativité culturelle » ! »

                                                        Aussi, sans aller jusqu’à dire que vous êtes un Pinocchio de mauvaise foi, je vous invite à consulter un dictionnaire pour apprendre les diverses significations du verbe « ENTENDRE ».


                                                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 15 mai 2013 19:59

                                                        Pourquoi le Qatar en veut-il à mort à la Tunisie ?

                                                        Par Hatem M’rad

                                                        Professeur de science politique

                                                         

                                                        Malheureusement, on le sait maintenant. Le Qatar wahabite est le recruteur réel des jihadistes tunisiens, issus de milieux pauvres, envoyés en Syrie moyennant 3000 dollars et une formation militaire sommaire dans la zone frontalière entre la Libye et l’Algérie. Formation tellement sommaire que les Tunisiens sont les premiers arrivés au cimetière avoisinant ce conflit.

                                                        Décidément le Qatar en veut à mort à la Tunisie, pays gênant, en tant qu’ Etat civil, moderniste, féministe et maintenant démocratique, mais pas assez islamiste : des crédits à des taux exorbitants sont vicieusement accordés à la Tunisie pour affaiblir délibérément son économie, déjà mal en point ; la télévision qatarie Al-jazira, qui déforme sciemment les évènements politiques du pays, fait à longueur des journées l’apologie des salafistes et d’Ennahdha, en réservant ses entretiens aux plus orthodoxes d’entre-eux ; les Qataris et les émirs ont acheté grâce à leurs « amis » tunisiens des terrains vastes et bien situés à des prix symboliques ; ils font même la chasse hors saison chez nous pour satisfaire leurs caprices ; leur argent facile a coulé à flot pour les islamistes et pour l’achat des votes lors des dernières élections de l’assemblée constituante du 23 octobre 2011, et il va couler encore aux prochaines échéances ; enfin le pays recrute et envoie des jihadistes tunisiens à la mort en Syrie, dans l’espoir que le prochain pouvoir syrien issu du jihad serait dans la mouvance islamiste.

                                                        Les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, la Chine font de sérieux efforts budgétaires pour donner des bourses aux jeunes tunisiens, leur permettant de se « développer » et de bien vivre, le Qatar envoie nos jeunes au marché de la mort, au jihad, en profitant de leur situation de faiblesse et en faisant de la peine à leurs mères. Des jeunes qui très souvent sont les seuls soutiens de famille dans les régions arides.

                                                        Voilà une « principauté » désertique créée artificiellement en 1971, après avoir été liée par un traité à la Grande-Bretagne, qui veut donner des leçons à un pays vieux de 3000 ans comme la Tunisie, au prétexte qu’elle a beaucoup d’argent issu du pétrole, argent qui du reste ne provient pas de la sueur du front des Qataris, mais d’une gratification de la nature : le désert.

                                                        La perfidie des émirs du Qatar c’est qu’ils ont attendu la chute des dictatures provoquée par les peuples arabes eux-mêmes, la naissance de leurs démocraties, le recouvrement de leurs libertés, l’essor de véritables sociétés civiles, pour se décider enfin à irriguer ces pays de wahabisme rigoriste et passéiste. Ils ne pensent qu’à ça, à la bédouinité, à l’enfermement, à la culture désertique. C’est trop facile et trop mesquin.

                                                        Cela va se retourner un jour contre eux. Le wahabisme peut difficilement chasser la démocratie, rien qu’à voir la résolution des Tunisiens sur l’enquête à propos des assassins de Chokri Belaid, le leader de la gauche. Mais la démocratie peut certainement chasser le wahabisme de Qatar, et pourquoi pas de la Péninsule arabique.

                                                        « Historiquement, la démocratie est à la fois éphémère et durable, c’est l’art de son attrait. »

                                                        Mais les richesses d’un pays fondées sur une seule ressource, fut-ce les hydrocarbures, sont épuisables, surtout lorsque le pays est supporté par un régime moyenâgeux. La crainte des principautés féodales du Golfe, Qatar, Bahrein ou autres, issues de l’artifice des négociations diplomatiques, c’est de s’isoler et de perdre toute influence dans la sphère des pays arabo-islamiques, devenus démocratiques, surtout qu’elles mêmes sont issues de l’artifice. 

                                                        Le Qatar a beau être un pays arabe et musulman, en tant que tunisien, je ne me considère pas solidaire avec lui, ni sur le plan culturel, ni sur le plan civilisationnel, ni sur le plan politique. Je préfère de loin les pays libres et développés, quelles que soient leurs origines ou leurs religions.

                                                        Vive la Liberté et Vive la Tunisie


                                                        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 15 mai 2013 20:08

                                                          Le Qatar, Financier d’Ennahdha (Parti Islamiste Tunisien au Pouvoir) 

                                                          Georges Malbrunot et Christian Chesnot ont confirmé, dans la page 198 de leur dernier livre٭, l’information rapportée par certains médias selon laquelle Rached Ghannouchi, le Guide Suprême d’Ennahdha, aurait reçu 150 millions de dollars de la part de l’Émir du Qatar, Hamad Ben Khalifa al Thani.

                                                          ٭ Georges Malbrunot et Christian Chesnot : Qatar : les secrets du coffre-fort (Michel Lafon, Paris, 2013).

                                                           

                                                          CHRISTIAN CHESNOT et GEORGES MALBRUNOT, grands reporters respectivement à France Inter et au Figaro, détenus pendant quatre mois en Irak en 2004, sont tous deux des spécialistes du Moyen-Orient et ont écrit ensemble plusieurs livres sur le conflit israélo-palestinien , al-Qaida et l’Irak.


                                                        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 15 mai 2013 20:56

                                                          Chut ! Vous êtes écouté !

                                                          Après la Tunisie, avec le rachat de l’opérateur Tunisiana par les qatariens, voici venu le tour du Maroc.

                                                          Le groupe Qatar Telecom ٭ a racheté 53% de l’opérateur marocain Maroc Telecom pour la bagatelle d’environ de 12 milliards de dollars !

                                                          Source :

                                                          http://www.boursorama.com/actualites/vivendi-ooredoo-ex-qatar-telecom-obtient-le-soutien-de-10-banques-pour-le-rachat-des-53-de-maroc-telecom-53e87d129daf4847f8ed15a0e4d04ff8

                                                          ٭ En vérité, Qatar Telecom a décidé de se faire plus discret, puisque, désormais, toutes les filiales du groupe Qatar Telecom porteront le nom de Ooredoo (en arabe : je veux).

                                                          Avant c’était qatar par ci, qatar par-là !


                                                          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 15 mai 2013 21:17

                                                            CACHE-SEXE – Le Qatar refuse d’exposer des statues grecques d’athlètes nus

                                                            En décidant d’organiser une grande exposition sur l’histoire des Jeux olympiques de l’Antiquité à nos jours, le Qatar entendait promouvoir sa candidature à l’édition de 2024, et établir un « pont de l’amitié » avec la Grèce, selon les termes du secrétaire d’Etat à la culture grec, Costas Tzavaras. Mais le refus de l’émirat d’exposer des statues représentant des jeunes hommes nus, comme l’étaient les athlètes olympiques de l’Antiquité, a quelque peu brouillé le message

                                                            Comme le relève La Tribune de Genève, l’exposition, visible à Doha jusqu’au 30 juin, présente une salle à moitié vide, où auraient dû se trouver ces statues en tenue d’Adam. « Les statues sont revenues en Grèce, les organisateurs au Qatar voulaient couvrir le sexe des statues avec des tissus noirs », a confirmé à l’Agence France-presse une source proche du ministère de la culture grec. Elles n’ont donc jamais été exposées et sont retournées à l’entrepôt, avant de regagner leur pays d’origine le 19 avril.

                                                            Selon France 24, qui relaie également l’information, la statuaire grecque antique a même été censurée dans le catalogue de l’exposition. Selon la chaîne de télévision internationale, l’exposition présente néanmoins quelques amphores et vases, sur lesquelles sont représentés des hommes nus, et une petite statuette.

                                                            Le 2 avril, Libération avait déjà révélé l’affaire, racontant qu’au vernissage, les invités avaient eu la surprise de découvrir « des bouts de ruban adhésif au sol » indiquant « simplement la place qu’auraient dû prendre les statues » et qu’un panneau avait été installé à l’entrée de l’exposition, financée par ExxonMobil, « pour mettre en garde les visiteurs qui auraient pu être choqués par la présence de nus… lesquels avaient disparu des salles ». De quoi indigner le quotidien français, qui avait ainsi rappelé que « ’gymnos’, d’où découlent les mots ’gymnase’ ou ’gymnastique’, veut dire ’nu’ en grec ancien ». « La nudité était donc la règle dans les compétitions olympiques en Grèce, aussi bien pour les athlètes que pour les entraîneurs », concluait-il.

                                                            Déplorant la propension de certains médias à s’en prendre au Qatar, Christian Wacker, le directeur du musée du sport et de l’olympisme à Doha, avait alors assuré sur RFI qu’il n’y avait « pas eu de censure du tout ». Peut-être pour ne pas compromettre les relations financières très actives entre la Grèce et le Qatar.

                                                            Source :

                                                            http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/04/26/cache-sexe-le-qatar-refuse-dexposer-des-statues-grecques-dathletes-nus/

                                                             

                                                             


                                                            • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 15 mai 2013 22:04

                                                              Quand Al-Jazeera est  prise en flagrant délit de faux reportages et  de falsification d’images et de faits, allant jusqu’à des mises en scène en studio et des faux témoignages interprétés par acteurs et figurants 

                                                              A titre d’exemple, voir :

                                                              1. le document Wikistrike  du 14 décembre 2011, intitulé « Al-Jazeera pris en flagrant délit de faux reportages !  » et paru sur le lien suivant :

                                                              http://www.wikistrike.com/article-al-jazeera-pris-en-flagrant-delit-de-faux-reportages-92420183.html

                                                              où il est écrit :

                                                               « Les images de la chaîne qatarie Al-Jazeera TV, avant la chute de Kadhafi, montrant des rebelles libyens contrôler le carré vert à Tripoli, en chantant victorieusement tout en tirant en l’air se sont avérés être officiellement des fakes, c’est une confirmation provenant de diverses sources. Ces images ont été filmées dans un studio d’Al-Jazzera, avec un décor hollywoodien qui reproduit la célèbre Place emblématique du régime de Kadhafi »

                                                              2. mon article, intitulé « Tunisie-Funérailles de Chokri BELAÏD : Al Jazeera, Palme d’Or de la falsification journalistique ! » et paru sur le lien

                                                              http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/tunisie-funerailles-de-chokri-130465

                                                              où il est écrit :

                                                              « En effet, Al Jazeera a été prise « en flagrant délit de falsification d’images et de faits » et n’a pas hésité à diffuser, entre autres, "des sons à la gloire d’Ennahdha et à la chute du régime de Ben Ali" couvrant des images de la Cérémonie d’Enterrement de Chokri BELAÏD où la foule ne fait, en vérité, que crier des slogans hostiles à Ennahdha, à ses dirigeants, à ce même Qatar [par exemple, "Tounes Tounes Horra Horra, wel Qatar ala barra !" (Tunisie Tunisie libre et le Qatar dehors !)  ; peut-être que ceci explique cela !],… et appeler à la chute du Régime Islamiste. Quant au nombre de citoyens ayant assisté aux funérailles de Chokri BELAÏD, Al Jazeera a tout fait pour le minimiser, soit par ses commentaires, soit par l’augmentation du coefficient d’agrandissement des images présentées qui « décompactifie  » la foule et diminue le champ initial des images ».


                                                              • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 16 mai 2013 08:04

                                                                La question du jour 

                                                                Qui a dit : « Qatar (pays d’asile dans le monde arabe) » ?


                                                                • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 16 mai 2013 10:26

                                                                  Pour information (information utile pour ceux qui cherchent un prénom oriental)

                                                                  LÉmir du Qatar, Hamad ben Khalifa Al Thani, est mari de trois épouses qui lui ont donné vingt-quatre enfants, dont onze garçons et treize filles. :


                                                                  1. Avec sa première épouse, Mariam bint Mohammed Al Thani, il a 2 fils et 6 filles :

                                                                  Mishaâl ben Hamad al Thani

                                                                  Fahd ben Hamad al Thani

                                                                  Aïcha bint Hamad al Thani

                                                                  Hussah bint Hamad al Thani

                                                                  Sara bint Hamad al Thani

                                                                  Rawdah bint Hamad al Thani

                                                                  Fatima bint Hamad al Thani

                                                                  Mashael bint Hamad al Thani


                                                                  2. Avec sa deuxième épouse, Mozah bint Nasser Al-Misnad, il a 5 fils et 2 filles :

                                                                  Jassim ben Hamad al Thani

                                                                  Tamim ben Hamad al Thani (prince héritier)

                                                                  Joaan ben Hamad al Thani

                                                                  Khalifa ben Hamad al Thani

                                                                  Mohamed ben Hamad al Thani

                                                                  Al-Mayassa bint Hamad al Thani

                                                                  Hind bint Hamad al Thani


                                                                  3. Avec sa troisième épouse, Nora ben Khalid Al Thani, il a 4 fils et 5 filles :

                                                                  Khalid ben Hamad Al Thani

                                                                  Abdullah ben Hamad Al Thani

                                                                  Thani ben Hamad Al Thani

                                                                  Al-Qaqa ben Hamad Al Thani

                                                                  Lulwaa bint Hamad Al Thani

                                                                  Maha bint Hamad Al Thani

                                                                  Dana bint Hamad Al Thani

                                                                  Al-Anood bint Hamad Al Thani

                                                                  Mariam bint Hamad Al Thani


                                                                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 16 mai 2013 14:13

                                                                    Un crime d’esclavage moderne introduit dans le code pénal français

                                                                    «  ce crime est constitué par "le fait d’exercer sur une personne les attributs du droit de propriété ou de maintenir une personne dans un état de sujétion continuelle en la contraignant à une prestation de travail ou sexuelle, ou la mendicité ou à toute prestation non rémunérée » :

                                                                    http://www.huffingtonpost.fr/2013/05/15/crime-esclavage-moderne-introduit-code-penal-deputes_n_3280650.html?utm_hp_ref=fb&src=sp&comm_ref=false

                                                                    Les Chefs de file de nos « Modernistes » qatariens [à savoir, le Cheikh et sa Cheikha, d’après l’auteur  Abou- Hakim El Omrani (alias Abdelouadoud El Omrani ), voir son article]  devraient s’en inspirer !


                                                                    • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 16 mai 2013 20:07

                                                                      Le Tartour sans pouvoir récidive et le Forum Universitaire Tunisien (FUT) lui répond

                                                                       

                                                                      Le Forum Universitaire Tunisien (FUT) répond, dans le communiqué publié ci-dessous, aux déclarations du président Marzouki sur le droit des étudiantes à passer leurs examens en... niqab. Une intervention pour le moins maladroite et inopportune.

                                                                      Communiqué :

                                                                      « Je ne comprends pas et je n’accepte pas qu’une étudiante en niqab puisse être empêchée de passer les examens universitaires ». C’est en ces termes que s’exprimait le président provisoire de la république Moncef Marzouki aujourd’hui, 16 mai 2013, dans un discours prononcé dans le cadre du dialogue national devant un parterre de représentants de partis politiques et de la société civile. Plusieurs participants quittent alors la salle qui est traversée par de bruyantes protestations.

                                                                      En s’attaquant aux décisions des conseils scientifiques, seules instances élues habilitées à statuer sur les règlements intérieurs des établissements universitaires, en créant l’amalgame entre la liberté de se vêtir et la nécessité de se conformer aux contrôles qu’exigent le passage des examens universitaires, en intervenant à un moment où l’ensemble des universitaires sont investis pour la réussite de la première session des examens, après une année pleine de revendications en tout genre qu’il a fallu gérer dans un manque de moyens flagrant, on ne comprend pas quel message cherche à faire passer le président de la république.

                                                                      Mais l’on ne peut qu’être surpris de cette fixation, déjà exprimée par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Moncef Ben Salem, qui, dans son allocution à l’Assemblée nationale constituante (Anc), le 27 avril dernier, a exhorté le conseil scientifique de la Faculté des sciences de Tunis de revenir sur sa décision de ne pas autoriser l’accès aux salles d’examen des étudiantes couvertes de leur niqab. Une fixation sur un problème accessoire qui a pris des dimensions disproportionnées et a détourné l’attention des vraies problématiques endémiques dont souffre l’université tunisienne et que l’on pensait clos après le non-lieu prononcé, le jeudi 2 mai 2013, pour notre collègue Habib Kazdaghli et la condamnation des deux étudiantes niqabées.

                                                                      Dans ce cadre, il est à rappeler que le Forum universitaire tunisien (FUT) a toujours appelé au respect des instances décisionnelles élues qui gèrent les universités tunisiennes, dont essentiellement le Conseil scientifique représenté par le doyen ou le directeur et le Conseil d’université représenté par le recteur.

                                                                      En cette triste occasion, le FUT exhorte, encore une fois, toutes les parties à garder l’espace universitaire en dehors de toutes les luttes partisanes, des surenchères politiques et des manipulations idéologiques.

                                                                      Source :

                                                                      http://www.kapitalis.com/societe/16119-le-niqab-a-l-universite-les-universitaires-repondent-a-marzouki.html

                                                                      Voir aussi, à ce sujet, mon article intitulé  « Tunisie-Pour Moncef Ben Salem, le « Niqab » et le « Jihad armé » sont des indicateurs qui confirment son « Choix de société » » et paru sur le Lien suivant :

                                                                      http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/090513/tunisie-pour-moncef-ben-salem-le-niqab-et-le-jihad-arme-sont-des-indicateurs-qui-confirment-son


                                                                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 16 mai 2013 20:24

                                                                        Extrait de mon article cité immédiatement ci-dessus :

                                                                        (…) d’abord, (…) dans le Coran il n’est question, pour les croyantes, ni de niqab, ni de voile, ni de foulard, ensuite, (…) le port du foulard, du voile ou du niqab est un simple choix vestimentaire individuel ( pour ce dernier, totalement importé) et, enfin, (…) la liberté vestimentaire est conditionnée et encadrée par les règles professionnelles, pédagogiques et de sécurité. Et tout cet entêtement partisan perdure, malgré deux arrêts du Tribunal Administratif interdisant le port du Niqab dans les salles de cours, de travaux pratiques et d’examens ; voir à ce sujet le paragraphe 3. , intitulé «  Monsieur le Ministre, le Peuple souhaite que vous appliquiez la Loi, rien que la Loi, sinon, avec votre Logique, tout pourrait être permis  ! », de mon article paru sur le lien :

                                                                        http://www.legrandsoir.info/lettre-ouverte-a-monsieur-moncef-ben-salem-ministre-tunisien-de-l-enseignement-superieur.html


                                                                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 17 mai 2013 12:46

                                                                        Tunisie - Politique : Moncef Marzouki défend le port du niqab à l’université

                                                                        Le président provisoire de la république Moncef Marzouki a été hué, jeudi matin [16 mai 2013], au palais des congrès, à Tunis, pour avoir soutenu le droit des étudiantes à passer leur examen en niqab.

                                                                        Lors de la séance d’ouverture de la 2e phase du dialogue national, organisée par l’Union générale tunisienne du travail (Ugtt), le président provisoire de la république, Moncef Marzouki, a clairement exprimé sa position sur le port du niqab à l’université.

                                                                        Dans son discours, il a d’abord défendu la diversité et l’acceptation des différences, demandant à ce que l’on ne juge pas autrui selon son apparence ou ses convictions.

                                                                        « Je ne peux pas comprendre et je n’accepte pas que l’on puisse empêcher les étudiantes de passer leurs examens en niqab », a-t-il lancé, par allusion à la décision des conseils scientifiques des universités tunisiennes d’interdire aux étudiantes de passer les examens en niqab, parce que cela est contraire aux règlements de l’université et aux normes pédagogiques.

                                                                        Comme on devait s’y attendre, la position de M. Marzouki lui a valu le mécontentement d’un grand nombre des participants. Certains n’ont pas hésité à le huer. Plusieurs dirigeants politiques et représentants de la société civile ont même quitté la salle en signe de désapprobation.

                                                                        Rappelons que Moncef Ben Salem ministre de l’Enseignement supérieur avait, le mois dernier, lors d’une séance à l’Assemblée nationale constituante (Anc), demandé aux enseignants de laisser les étudiantes passer leur examen en niqab pour « pour ne pas avoir à le regretter ».

                                                                        Les étudiantes niqabées protestent depuis plusieurs mois pour avoir le droit de passer les examens sans avoir à ôter préalablement le niqab et à dévoiler leurs visages.

                                                                        Le président provisoire, dans une volonté de satisfaire ses alliés (et employeurs) du parti islamiste Ennahdha, a préféré trancher en faveur des niqabées, d’ailleurs soutenues par des groupes extrémistes religieux.

                                                                        Source :

                                                                        http://www.kapitalis.com/politique/16115-tunisie-politique-moncef-marzouki-defend-le-port-du-niqab-a-l-universite.html


                                                                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 17 mai 2013 13:23

                                                                        Habib Kazdaghli, Doyen de la Faculté de la Manouba, appelle le Président à respecter les institutions universitaires 

                                                                        Le Doyen de la Faculté de la Manouba s’est dit étonné des déclarations du Président de la République, Moncef Marzouki où il défendait le droit des étudiantes niqabées. 

                                                                        Habib Kazdaghli a rappelé à Moncef Marzouki son discours du 30 novembre 2011 où il s’était élevé contre « ces groupuscules barbares », refusant « toute infraction à la loi ».

                                                                        Le Doyen de la Faculté de la Manouba a affirmé que son message au Président de la République se résume en un mot. « Monsieur le Président, respectez les institutions universitaires et rassemblez tous les tunisiens afin que l’université puisse se tenir à l’écart des tiraillements politiques et religieux  ».

                                                                        Source :

                                                                        http://www.tunisienumerique.com/tunisie-habib-kazdaghli-appelle-le-president-a-respecter-les-institutions-universitaires/177596


                                                                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 18 mai 2013 07:57

                                                                        Quand un qatartourophile notoire [abou- hakimel omrani (alias abdelouadoud el omrani)] ne respecte pas les structures élus, à la manière de son autre Maître (Tartour),  et  vilipende mensongèrement le syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) :

                                                                        Ledit qatartourophile a écrit :

                                                                        « L’auteur [en parlant de moi Salah HORCHANI] nous propose un vrai « procès d’intention » en citant la très controversée Néjiba Hamrouni, Présidente du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) qui est loin d’être ce dont rêvent les démocrates tunisiens ni la nouvelle génération, ayant été une brave employée de l’ancien régime et qui a su après la Révolution lobbyer adroitement pour garder dans le paysage médiatique tunisien toute la "vieille garde au complet (…)Au lieu de défendre la liberté de la presse, la SNJT s’est mise à défendre tous ces journalistes qui durant deux décennies ont empoisonné le paysage médiatique avec leurs courbettes à Ben Ali. C’est cette vieille garde qui régit aujourd’hui le paysage médiatique tunisien, le soumettant de la manière la plus impudique au service de Caid Essebsi et son parti Nida Tounes, copie fade de l’ancien régime » 


                                                                      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 16 mai 2013 21:50

                                                                        La citation du jour :

                                                                        « Nous sommes dans la phase 3 des révolutions arabes : la première a vu la jeunesse séculière se lever sans structures, la deuxième a permis aux islamistes de s’emparer des rouages du pouvoir, la troisième montre que ces derniers sont incapables de gérer la situation économique et politique » (Gilles Kepel, Passion arabe-journal 2011- 2013, Gallimard)


                                                                        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 19 mai 2013 02:09

                                                                          Le qatartourophile Abdelouadoud El Omrani (alias Abou- Hakim El Omrani) a menti : il s’est révélé être un agent du qatar

                                                                           

                                                                          http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/190513/le-qatartourophile-abdelouadoud-el-omrani-alias-abou-hakim-el-omrani-menti-il-s-est-revele-etre


                                                                          • Abdelouadoud El Omrani 19 mai 2013 11:54

                                                                            Mon Dieu, quel acharnement ! On dit en Tunisien de quelqu’un qui agit de la sorte : il a le coeur noir comme du charbon.

                                                                            Il y a sur cette page 91 réactions dont 48 du seul Salah Horchani.

                                                                            Vous m’appelez qatartourophile, qui est une mot composé de QATAR TARTOUR ET PHILE.
                                                                            Tartour est un terme qui signifie « Pov’ mec » comme je l’ai expliqué sur cette même page. C’est une insulte tout bonnement. 
                                                                            DE QUEL DROIT M’INSULTEZ-VOUS MONSIEUR ?
                                                                            Je suis venu sur ce site pour répondre à vos allégations et votre Qatarophobie ; j’ai posté mes arguments et mon point de vue.

                                                                            Pourquoi avez-vous amené le débat si bas ? Vous passez le jour et la nuit à me répondre et me défier pour que je vous réponde : 48 réactions sur 91, c’est inimaginable. Vous n’avez rien d’autre à faire.

                                                                            Votre dernière est de m’accuser de mensonge parce que vous lisez l’information comme bon vous semble. Est-ce un secret que je travaille au Ministère de la Culture qatari, C’est clairement indiqué sur plus d’un site dont des sites professionnels où je suis modérateur.

                                                                            Je ne dépends pas pécunièrement du Qatar : si demain je me trouve à New York, Rome ou Johannesbourg, je continuerai à vivre dignement. Dépendre de quelqu’un cela veut dire en vivre ; je n’en vis pas même si je réside au Qatar.

                                                                            Pourquoi faut-il aller si bas ?? Toute cette hargne qui vous empêche de dormir est donc dûe à ma réponse à votre article inquisiteur ??

                                                                            Je ne travaille pas pour Cheikha Mozah ; je ne suis pas un agent du Qatar.
                                                                            J’ai beaucoup de respect pour le Qatar ; j’ai beaucoup de respect pour ce pays qui a soutenu la Révolution tunisienne, qui nous soutient encore et qui nous soutiendra demain ; tout comme il soutient la Cause Palestinienne et toutes les cause justes.

                                                                            Vous ne voulez pas l’accepter ? Ben Ali non plus haïssant le Qatar et a même fait fermer notre ambassade à Doha de longues années à cause d’une intervention de Marzouki sur Al-Jazeera om il a qualifié son régime de MAFIEUX.

                                                                            Calmez-vous Monsieur ; Ben Ali et Leila ne reviendront jamais même si vous attaquez jour et nuit le Qatar.
                                                                            Notre Révolution est en marche et nous ne reviendrons jamais à la vieille garde que nos jeunes ont chassé à coup de pieds...

                                                                            Voici une information qui calmera vos ardeurs :

                                                                            En visite au Qatar, le Chef du Gouvernement tunisien Ali Larayedh a été questionné sur la tentative de certaines parties de brouiller les relations tuniso-qataries ; il a répondu :

                                                                            إنها تصرفات من لا يراعي الأصول ومصالح تونس. مؤكدا رفضه القاطع لمثل هذا السلوك
                                                                            Ce sont des comportements propres à ceux aui ne respectent pas les valeurs, ni les intérêts de la Tunisie. Assurant son refus catégorique d’un tel comportement.

                                                                            Source. quotidien qatari Al-Arab du 19.5.2013 page 5


                                                                            • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 19 mai 2013 13:13

                                                                              En ce qui concerne la liberté d’expression, l’auteur, Abdelouadoud El Omrani (alias Abou- Hakim El Omrani) s’est complètement qatarisé !

                                                                               

                                                                              L’auteur a fait replier, au moins,  cinq commentaires  qu’il a jugés ne respectant pas la charte : à ma connaissance, du jamais vu sur AgoraVox !


                                                                              • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 20 mai 2013 09:59

                                                                                La Blague du jour :

                                                                                « (…) je travaille au Ministère de la Culture qatari (…) Je ne dépends pas pécuniairement du Qatar »

                                                                                [dixit Abdelouadoud El Omrani  (alias Abou- Hakim El Omrani) dans son commentaire ci-dessus, référencé Abdelouadoud El Omrani (---.---.---.114) 19 mai 11:54 ]

                                                                                N.B.

                                                                                Abdelouadoud El Omrani (alias  Abou- Hakim El Omrani) est le Chef du Centre de Traduction (Ministère de la Culture, Doha, Qatar), comme il est montré dans mon commentaire ci-dessus, référencé HORCHANI Salah (---.---.---.104) 19 mai 02:09, commentaire que Abdelouadoud El Omrani  (alias Abou- Hakim El Omrani) a fait replier le jugeant, soi-disant, ne respectant pas  la charte !



                                                                                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 21 mai 2013 16:12

                                                                                    I- Abdelouadoud El Omrani (alias Abou- Hakim El Omrani) a écrit comme Commentaire à mon Article immédiatement ci-dessus :

                                                                                     

                                                                                    Monsieur Salah Horchani,

                                                                                    Vous ne vous rendez pas compte que vous frolez la schizophrénie.

                                                                                    Vous m’attaquez sans vergogne - jour et nuit - depuis deux semaines pour la simple raison que vous avez publié un article (sur Agoravox) et que j’ai publié UN DROIT DE REPONSE démontant votre raisonnement et vous démontrant que vous tenez des propos racistes envers le Qatar et les Qataris.

                                                                                    Vous m’accusez d’être un agent du Qatar et d’avoir menti, et vous re-publiez partout cette accusation alors que je vous ai répondu plus d’une fois : je suis responsable du centre de traduction du Ministère de la Culture du Qatar, mais je ne dépends pas pécuniairement du Qatar (j’ai mon indépendance depuis belle lurette) et je ne suis pas agent du Qatar.

                                                                                    J’ai du respect pour le Qatar et les Qataris (es) que je juge « sans préjugés ». Hier le Chef du Gouvernement tunisien avec plusieurs ministres tunisiens ont commenté ceux qui -comme vous le faites- font de tout poue empoisonner les rapports tuniso-qataris faisant fi des intérêts tunisiens et des 15.000 Tunisiens résidant au Qatar.

                                                                                    Enfin, arrêtez votre panique : si Facebook vous interdit de publier c’est parce que vous êtes un spammeur et que vous ne respectez pas les règles du débat, tout comme vous ne me respectez pas.

                                                                                    Un peu de pudeur s’il vous plait ; débattez les idées et laissez de côté les attaques ad-hominem.

                                                                                     

                                                                                    II- Et ma réponse fut :

                                                                                    @ Abdelouadoud El Omrani (alias Abou- Hakim El Omrani)

                                                                                    A chacun de vos Commentaires, vous confirmez un peu plus que vous êtes un agent du Qatar ; mais, cette fois-ci, cette confirmation est sans appel.

                                                                                    En effet, dans votre commentaire ci-dessus, vous avez écrit «  j’ai publié UN DROIT DE RÉPONSE  » (les majuscules sont de vous).

                                                                                    Mais, UN DROIT DE RÉPONSE, Monsieur,  est par définition  : « un droit accordé à toute personne (physique ou morale) nommée, désignée ou mise encause par un organe de presse, une émission de radio ou de télévision, d’exiger l’insertion gratuite d’une réponse ou de répondre à l’antenne » :

                                                                                    Source :

                                                                                    http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/r%c3%a9ponse/68438/locution?q=UN+DROIT+DE+REPONSE+#166204

                                                                                    Or, dans mon article qui a excité vos Maîtres, article qui est l’objet, soi-disant, de votre DROIT DE RÉPONSE, article paru, aussi, sur LGS, sous le lien :

                                                                                    http://www.legrandsoir.info/le-qatarisme-ce-fleau-qui-nous-menace-aujourd-hui-la-tunisie-et-demain-qui-sait-la-france-20457.html

                                                                                    il n’est nullement question de vous, mais de vos Maîtres, donc s’il y a DROIT DE RÉPONSE, il ne peut être que celui de vos Maîtres. Et c’est dans ce sens que vous êtes une Plume Mercenaire aux ordres de vos Maîtres. N’oublionspas surtout que, tout en étant tunisien, vous êtes un « Grand commis de État », de l’État de Qatar, cela va sans dire, et ce depuis plusieurs années (Chef du Centre de Traduction du Ministère de la Culture Qatari) et que vous êtes connu sur le net (Réseaux sociaux et Forums) pour votre qatarophilie maladive : évidemment, ceci explique cela !

                                                                                    Je termine par un petit échantillon de perles tirées de votre fameux Article et de vos Commentaires, et c’est au lecteur de juger :

                                                                                    1. « (…) je travaille au Ministère de la Culture qatari (…) Je ne dépends pas pécuniairement du Qatar » ;

                                                                                    2. «  Les troisièmes [les modernistes] sont représentés (…) par l’Emir du Qatar, son épouse Cheikha Mozah (…)Cheikha Mozah est une femme exceptionnelle (…)moderne, ouverte et extrêmement courageuse, elle est le fer de lance du courant moderniste du Qatar ».

                                                                                    3. « Eh bien, si je devais choisir un modèle, le Qatar (…) me va bien mieux que la France ».

                                                                                    4. « Qatar (pays d’asile dans le monde arabe) ».

                                                                                    5. « [au Qatar] les salaires des citoyens sont parmi les meilleurs du monde ».

                                                                                    6. « on peut quitter le territoire qatari à tout moment A CONDITION DE REGLER SES DETTES ». (les majuscules sont, encore, de vous).

                                                                                     

                                                                                    Note :

                                                                                    1. J’invite le lecteur intéressé par le Qatar à lire ou relire l’article intitulé «  Qatar : Au royaume de l’esclavage moderne ! (The New York Times) » paru sur LGS sous le lien :

                                                                                    http://www.legrandsoir.info/qatar-au-royaume-de-l-esclavage-moderne.html

                                                                                    pour voir, entre autres, si, effectivement, les salaires des «  1,2 million de travailleurs étrangers – qui (…) représentent 94 % de la main d’œuvre, au Qatar  » « sont parmi les meilleurs du monde » et si au Qatar « on peut quitter le territoire qatari à tout moment A CONDITION DE REGLER SES DETTES ».

                                                                                    2. Je rappelle, dans ce contexte, que Son Altesse la Cheikha Mozah est :

                                                                                    a. la Présidente de la Fondation Arabe pour la Démocratie, domiciliée à Doha, capitale du Qatar. (Eh ! oui !)

                                                                                    b. Membre de l’Académie Française des Beaux-Arts. (Eh ! oui !).

                                                                                    Voir, à ce sujet :

                                                                                    http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-torchon-brule-entre-son-altesse-134479

                                                                                    Ce qui a conduit l’Association des Libres Penseurs de la Tunisie (ALPT) à écrire :

                                                                                    « La femme de l’Émir du Qatar membre étranger de l’Académie Française des Beaux-Arts ... Que ne ferait pas La France pour assouvir les fantasmes des « nouveaux riches » !! Échanger sa grande culture, son passé, son patrimoine, sa dignité, avec des incultes pour quelques sous ... C’est lamentable… ».

                                                                                     

                                                                                    Salah HORCHANI


                                                                                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 21 mai 2013 22:43

                                                                                    Une mise au point

                                                                                    Dans un  billet intitulé « Le Qatar serait-il majoritairement actionnaire dans Facebook ? » paru, entre autres, sur le lien :

                                                                                    http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/200513/le-qatar-serait-il-majoritairement-actionnaire-dans-facebook

                                                                                    je spécifie que je suis interdit de publication sur les Pages Facebook autres que celles de mes Amis individuels, sous prétexte que le « contenu (de mes posts a été) identifié comme étant abusif » (dixit Facebook). Il en résulte que les raisons avancées ci-dessus, par Abdelouadoud El Omrani (alias Abou-Hakim El Omrani), concernant cette interdiction, sont, à l’exemple des arguments avancés dans son fameux article, un pur produit de son imagination délirante.

                                                                                    Salah HORCHANI


                                                                                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 22 mai 2013 11:58

                                                                                    @ Abdelouadoud El Omrani (alias Abou- Hakim El Omrani)

                                                                                     

                                                                                     

                                                                                    En outre, sachez que notre Révolution ne vous doit rien, absolument rien, à l’instar de vos amis

                                                                                     

                                                                                    « Islamistes [tunisiens qui] vécurent notre Révolution en spectateurs

                                                                                    De Londres, de Paris, de Qatar ou d’ailleurs

                                                                                    Ce ne sont que des Révolutionnaires de la vingt-cinquième heure

                                                                                    Dont l’attachement à la Démocratie n’est qu’un leurre

                                                                                    Pour tromper, dans leur quête du pouvoir, les électeurs,

                                                                                    Leurs éventuels alliés et les opinions publiques, intérieure et extérieure,

                                                                                    Les Droits et les Libertés, toutes les Libertés, étant à l’index dans le registre de leurs valeurs :

                                                                                    Droits de la Femme, Liberté de Croyance, d’Opinion, d’Expression, de l’Artiste, du Créateur,… »*. 

                                                                                     

                                                                                    Salah HORCHANI

                                                                                    * Extrait de mon article intitulé « Démocrates de tous bords, combattez, combattez le Projet des Islamistes Tunisiens ! », paru sur le Lien suivant :

                                                                                    http://www.legrandsoir.info/Democrates-de-tous-bords-combattez.html

                                                                                    article qui analyse, en particulier, les périodes pré et post-révolutionnaires.


                                                                                  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 28 mai 2013 19:30

                                                                                    Droit de réponse : Abdelouadoud El Omrani (alias Abou-Hakim El Omrani), une plume mercenaire qatarie !

                                                                                     

                                                                                    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/droit-de-reponse-abdelouadoud-el-136354

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès