• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Fukushima, le mois de tous les dangers

Fukushima, le mois de tous les dangers

Tepco avait fixé au 15 novembre la sortie de la piscine du réacteur N°4 des 1533 assemblages, neufs ou usagés, opération particulièrement complexe.

Il s’agit en effet de conjuguer plusieurs facteurs qui compliquent énormément la tâche : sortir de la piscine dévastée, perchée à 30 mètres au-dessus du sol, remplie de différents éléments d’aciers qui sont tombés lors de l’explosion, gérer la sortie de la piscine des barres d’assemblages, dont certaines sont manifestement brisées, et le tout sans que jamais ces éléments se retrouvent à l’air libre.

On comprend mieux l’inquiétude des scientifiques du monde entier, car si l’opération se soldait par un échec, il y aurait un énorme dégagement de radioactivité, qui se propagerait bien au-delà des frontières du Japon. vidéo

C’est ce que martèle depuis avril 2012 l’ex diplomate japonais, Akio Matsumura, affirmant qu’il s’agit d’un danger au-delà de tout ce qu’on a connu (lien) ce que confirmait le professeur Koichi Kitazawa, évoquant que le pire pourrait advenir qui menacerait la survie du Japon. lien

Jacky Magne qui a vécu de longues années au Japon est inquiète à juste titre, et assure qu’au Japon, la population n’est pas tenue au courant du risque que cette opération va lui faire courir.

Personne ne sait à ce jour combien de temps prendra cette délicate opération : 1 an, 2 ans, plus ? …et il est difficile de l’estimer car cela n’a jamais été tentée dans le monde.

Tepco mise sur un délai d’un an pour l’enlèvement de tous ces assemblages, mais d’après Murray Jennex, professeur à l’université de San Diego, et expert en confinement nucléaire, estime : « ce sera probablement plus long que ce qu’ils pensent, et ils vont probablement rencontrer des problèmes », d’autant que l’exploitant avait préalablement imaginé que l’opération demanderait au moins deux ans. lien

Chacun des 1533 assemblages, qui pèsent en moyenne 172 kg et mesurent environ 4 mètres, doivent être dégagés de leurs compartiments, afin d’être placés dans un container cylindrique de 100 tonnes, puis évacués, les uns après les autres, en direction d’une autre piscine posée sur le sol.

Il resterait donc 1331 assemblages de combustible usé, et 202 assemblages neufs, et si habituellement cette opération se fait sous contrôle d’ordinateurs, devant se dérouler au millimètre près, elle prendrait normalement environ 3 mois, mais cette fois-ci, il n’y a pas d’ordinateurs, et pour cause, la centrale ayant été dévastée lors des différentes explosions, même si Tepco assure que la grue de levage serait contrôlée à distance, et serait informatisée, sauf que dans la situation actuelle un contrôle manuel de la grue lors de l’accrochage des assemblages sera essentiel.

La technique qui va être utilisée consiste à loger dans un cylindre de 5,5 mètres de long et de 2,1 m de diamètre, 22 « grappes » de combustible, en les maintenant hors de contact avec l’air, puis en les déposant dans une autre piscine située à une centaine de mètres du réacteur n°4.

C’est le 18 novembre, à 12h30, que le premier cylindre métallique a été plongé dans l’eau de la piscine, et l’exploitant assure qu’il faudra une semaine pour mener à bien cette première extraction, choisissant de commencer par extraire les assemblages neufs. lien

6 ingénieurs équipés de caméras sous marine vérifieront qu’il n’y ait pas, lors de chaque transfert, la présence de débris métalliques, ou de béton. lien

Mission délicate car l’on sait les taux élevés de radioactivité qui se dégagent du lieu, et ils ne pourront pas prolonger indéfiniment leur présence sans prendre un risque pour leur santé, malgré les 3 paires de gants, les combinaisons, et autres accessoires de protection.

Il s’agit donc de manipuler 400 tonnes de combustible irradiés, et si l’opération se passait mal, il faut savoir que le contenu de cette piscine représente l’équivalent de 14 000 fois la radioactivité libérée lors de l’explosion d’Hiroshima.

C’est en tout cas ce qu’estime Hiroaki Koide, professeur à l’institut de recherche sur les réacteurs à l’université de Kyoto, en se basant sur la quantité de césium 137 qui pourrait être relâché par les assemblages de la piscine en cas d’accident. lien

Or le risque est grand qu’un assemblage se rompe s’il se coince, ou s’approche trop près d’un autre assemblage, comme l’affirment Mycle Schneider et Antony Froggat, tous deux experts en matière nucléaire, et qui ont déclaré dans leur récent rapport : «  la libération dans l’atmosphère de toute la radioactivité contenue dans la piscine du n°4 pourrait provoquer de loin la plus grave catastrophe que le monde ait jamais connu à ce jour  ».

Tepco avait déjà procédé à l’enlèvement de 2 assemblages neufs lors d’une opération de test, mais ces assemblages neufs représentent moins de danger que les autres. lien

Signalons aussi que dans cette piscine se trouvent au moins 3 assemblages endommagés, et que leur extraction posera donc encore plus de problèmes. lien

Or auparavant, il y avait au dessus de cette piscine un pont roulant, lequel permettait de plonger ou d’extraire ces assemblages en toute sécurité, mais les différentes explosions qui ont frappé la centrale ont rendu ce pont roulant inutilisable, d’autant que des parties de celui-ci sont tombées dans la piscine.

Ajoutons que les renforts de structure réalisés par l’entreprise nucléaire afin de parer à de nouveaux tremblements de terre ne sont pas totalement de nature à rassurer.

Tepco a garanti la stabilité de la piscine si le bâtiment était secoué verticalement, mais a admis que des secousses qui agirait horizontalement ne permettrait pas au bâtiment de résister.

Actuellement, une couverture souple a été placée au dessus de cette piscine, et elle devra être bien sur enlevée pour permettre à la grue de secours d’entreprendre l’extraction des barres.

De plus, cette piscine souffre de défauts d’étanchéité, fuites que Tepco avait d’ailleurs confirmé dès les premiers jours qui ont suivi la catastrophe.

Ajoutons pour compléter le tableau que l’eau de mer ajoutée dans la piscine a naturellement augmenté la salinité de celle-ci, provocant probablement plus de corrosion sur les assemblages de combustible, d’autant que des petits morceaux de béton ont été repérés dans les assemblages. lien

Le fait que le personnel qui va s’attacher à cette délicate tâche ne soit pas réellement qualifié n’arrange rien, d’autant que l’importante radioactivité qui se dégage ne permet pas de rester trop longtemps sur place, et que le personnel qualifié a déjà atteint la dose maximale admissible, ne pouvant donc pas intervenir sur le site.

Le vrai risque est évidemment le décrochage d’un assemblage, et que celui ça retombe dans la piscine de désactivation, ou que ces assemblages se retrouvent à l’air libre, provocant la montée en chaleur, et faisant craindre un risque de criticité.

Comme chacun sait, ce risque est celui de déclencher une réaction en chaîne de fission incontrôlée. lien

C’est ce que confirme l’expert Arnie Gundersen expliquant : « il existe un risque de criticité involontaire si des faisceaux se tordent et s’approchent trop près les uns des autres (…) le problème avec une criticité de la piscine de refroidissement est qu’on ne peut la stopper, puisqu’il n’y a évidemment pas de barres de contrôle pour la gérer. Le système de refroidissement de la piscine n’est conçu que pour enlever la chaleur de désintégration, non celle d’une réaction nucléaire en cours », confirmant que « les barres sont vulnérables aussi à un incendie si elles sont exposées à l’air ».

Or si ce risque est connu et peut être limité dans le cas d’une situation classique, on ne voit pas bien comment il pourrait être combattu avec succès dans la situation actuelle que connait Fukushima. lien

Outre l’état délabré de toute la centrale, il ne faut pas oublier qu’il y a encore dans la zone une autre piscine qui contient elle aussi des assemblages radioactifs, et qu’un problème survenant dans la piscine du n°4 pourrait se propager jusqu’à l’autre piscine avec les conséquences que l’on imagine.

Alors bien sur Tepco affirme « nous sommes en train d’étudier les risques et les contre-mesures  », mais quelle crédibilité donner à un exploitant qui n’a cessé de donner des informations mensongères ou incomplètes ?

Pourtant, il n’y a rien d’autre à faire que de tenter cette délicate opération… espérant que tout se passera bien.

On s’interroge pourtant sur l’aspect de l’aide internationale maintes fois souhaitée par les experts du monde entier et sur la réaction du Japon, actionnaire majoritaire, qui fait oui de la tête, mais qui pourtant ne l’avalise pas. lien

Pourtant, Yusutero Yamada, un ingénieur à la retraite a demandé, lors d’une tournée aux USA, une intervention internationale de toute urgence, espérant que soit retiré à Tepco la gestion de la catastrophe. lien

C’est une grosse responsabilité prise par le gouvernement, car si le pire scénario se réalisait, il aurait à rendre des comptes à la justice internationale. lien

Il n’y a donc plus qu’à espérer que tout se passe bien, car comme dit mon vieil ami africain : « un homme qui se noie cherche à s’agripper même à une paille de riz ».

 

« L’image illustrant l’article vient de « laradioactivité.com »

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

L’observatoire du nucléaire est menacé, pour le soutenir, ici

Sites à visiter :

Le blog de Fukushima

Fukushima Diary

Scoop It

Next-up organisation

Blog de Jean Pierre Petit

Site de la CRIIRAD

Site de l’ACRO

ENENEWS

Articles anciens

Tchernobyl, drôle d’anniversaire (12 mars 2011)

Fukushima, mon amour

Fukushima, Sarko pète les plombs

Fukushima, et maintenant ?

Fukushima, nuages noirs à l’horizon

Entre fusion et confusion

Fukushima, le monde du silence

Au pays du soleil, le Vent !

Fukushima, le syndrome Japonais

Fukushima, la fuite en avant

Fukushima, plus jamais ça

C’est foutu…shima

L’exode nucléaire

Ça fume à Fukushima

Nucléaire, la cible terroriste

Fukushima, le mensonge organisé

Faire reculer le crabe

Le Japon bientôt inhabitable ?

Le silence des salauds

On a retrouvé le corium de Fukushima

La France a peur

Fukushima, tragédie en sous sol

Fukushima, tournée mondiale

Fukushima, un silence inquiétant

Fukushima, le début de la fin

Nucléaire, explosion des prix

Penly du feu et des flammes

Les normes sont-elles normales ?

Fukushima, quand c’est fini, ça recommence

Fukushima, l’en pire Japonais

Le mensonge nucléaire de sarközy

Palmiers contre nucléaire

Promo nucléaire : pour toute centrale achetée, leucémie en prime !

Fukushima, les limites du cynisme

Ce cher nucléaire

Nucléaire, de la fission aux fissures

La fable du thorium

L’hallali nucléaire

Fukushima, la stratégie de l’oubli

Fukushima s’enfonce-t-il ?

Fukushima hors contröle

Fukushima, le pire des scénarios

Fukushima, le tonneau des Danaïdes

Fukushima, réaction en chaîne à ciel ouvert


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (80 votes)




Réagissez à l'article

113 réactions à cet article    


  • jako jako 19 novembre 2013 09:04

    Bonjour Olivier, cela démontre à l’envie que face à ce genre d’événements on ne peut pas faire grand chose sinon rien, c’est parti pour un an donc , soit, mais il faut bien faire quelque-chose la situation ne peut rester en état. Merci de votre veille.


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 10:20

      jako

      oui, c’est exactement ça !
      il fallait bien faire quelque chose, et les japonais n’avaient pas l’embarras du choix, ;
      la seule chose qu’on pourrait leur reprocher maintenant, c’est de faire la sourde oreille, en n’acceptant pas l’aide internationale...
      si l’opération foire, ils en porteront une lourde responsabilité.

    • lionel 19 novembre 2013 13:02

      Bonjour Cabanel, 


      Merci beaucoup pour votre veille au sujet de Fukushima. 

      Ceci dit, vous écrivez : « C’est une grosse responsabilité prise par le gouvernement, car si le pire scénario se réalisait, il aurait à rendre des comptes à la justice internationale. lien »

      Si le pire scénario se produit, je crains bien que l’humanité agonisante sera bien en peine de juger qui que ce soit... Je lis comme vous depuis des semaines les prédictions terrible faites par des scientifiques intègres et aucun d’eux ne se risque à nous décrire concrètement ce que seraient les conséquences à notre échelle...
      Respect

    • jako jako 19 novembre 2013 14:41

      Exact Lionel, de plus le silence de nos amis lobyistes habituels est assourdissant


    • devphil30 devphil30 19 novembre 2013 09:26

      Je plains le Japon , ce pays de grande culture qui va vivre une période cruciale dans son histoire déjà mouvementé.


      On voit bien les dangers du nucléaire et sachant que nous avons une cinquantaine de centrale en France dont la maintenance est sous traité , pour des centrales dont la durée de vie est de 30 ans et qui vont être prolongée , c’est pas rassurant .....

      Philippe 

      • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 10:21

        philippe

        si au moins les pays nucléarisés pouvaient en tirer la leçon qui s’impose !
        mais manifestement, ce n’est pas le cas en France, ou on a le sentiment qu’Hollande fait du surplace, 
        incompréhensible !
        merci de ton commentaire

      • lionel 19 novembre 2013 16:12

        Bonjour devphil30,


        Ce n’est pas le Japon seulement qui est concerné par la pollution en cours en provenance Fukushima Daïchi, c’est le monde dans son ensemble. il est probable que les Étazuniens et les canadiens soient déjà plus touchés que certain Japonais, en tout cas les dégat sur la faune sont déjà indéniables (étoiles de mers, ours blancs, phoques etc...).

        Si l’opération dont nous a parlé Cabanel, échoue... Personne ne se risque à évoquer concrètement les conséquences sur tous les écosystèmes, les être biologiques de la planètes. Les chercheurs n’utilisent que des adjectifs...

        Le souffle, le sommeil, la méditation peuvent nous aider... Une bonne bouteille aussi.

      • BOBW BOBW 20 novembre 2013 12:49

        Je l’ai écrit récemment dans une réponse : un bon rouge avec du tanin assure une certaine protection contre les radiations : un nez qui brille doit être un bon symptôme pour les compteurs geiger !...


      • Jorge 20 novembre 2013 22:57

        Moi olivier je ne comprends pas tes articles.Alègre,notre Galilée national dixit...lui même,a affirmé qu’il n’y avait pas de catastrophe nucléaire à Fukushima.


      • claude-michel claude-michel 19 novembre 2013 09:37

        Tepco...nationalisé pour interdire toute poursuite de cette société par les Japonais... !

        Seul seront poursuivi les personnes qui demandent des comptes..ou manifestent.. !

        • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 10:22

          claude michel

          pas sur...
          si ça tourne mal, il n’est pas impossible que la commauté internationale réclame des comptes.


        • claude-michel claude-michel 19 novembre 2013 10:31

          Par olivier cabanel ...

          C’est mal connaitre le poids et la force du lobby du nucléaire dans le monde.. ?

        • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 19:23

          yoann

          c’est mon coté optimiste...
           smiley

        • gaijin gaijin 19 novembre 2013 09:41

          salut olivier
          « prier .... »
          oui compte tenu des conséquences on est bien obligé de prier pour que les hommes fous ne se fassent pas sauter la gueule .......
          le drame étant que s’ils s’en sortent on ne tirera aucune leçon de tout ça, ils recommenceront a se prendre pour des dieux « les accidents ne peuvent pas survenir » jusqu’ à ce que de toute façon tôt ou tard il parviennent a un gros feu d’artifice.

          il était une fois un type qui a dit « pardonnez leur ils ne savent pas ce qu’ils font »
          moi je crois au contraire qu’aucun enfer nucléaire ne sera jamais assez chaud .............


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 10:24

            gaijin

            prier, oui, pourquoi pas ?
            un ami me suggerait une autre solution :
            comme on ne sait pas comment ça va tourner, faire la fête pendant qu’il en est encore temps.
            je crois que je vais ouvrir une bonne bouteille.
            une occasion pareille ne se refuse pas.
             smiley

          • gaijin gaijin 19 novembre 2013 10:49

            oui mais ce sont encore les japonnais qui risquent de trinquer .....
            bon allé comme on ne dit pas chez eux : « tchin tchin » smiley


          • Pillippe Stephan Uraniumk 19 novembre 2013 11:47

            de plus en plus inextricable cette situation elle est ou cette conférence ou
            Tepco explique comment il compte procéder ?
            ça concerne le monde entier non.
            c’est plutôt une sorte d’aventure, mais extrêmement dangereuse.
            Comme les restes de cette civilisation d’ailleurs.


            • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 11:57

              Uraniumk

              Tepco, et le gouvernement japonais sont les champions de la communication contrôlée.
              c’est à dire, nous sommes mis chaque fois devant le fait accompli.
              et lorsque la situation est critique, c’est silence radio.
              au motif « qu’il ne faut pas affoler les populations »
              mais ça ne les gène pas de mettre en danger ces mêmes populations !
              il faut se souvenir qu’aujourd’hui encore, ils sont des milliers de japonais à vivre dans des zones qui sont largement polluées par la radioactivité !
              un scandale humanitaire.
              merci de votre commentaire.

            • Pillippe Stephan Uraniumk 19 novembre 2013 12:37

              Merci de votre réponse c’est vraiment silence complet avant le mikado géant .
              la roulette russe a commencée.


            • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 19:25

              Uranium

              pour le moment, ils s’occupent surtout des assemblages neufs...
              c’est lorsqu’ils vont s’occuper des autres qu’il pourrait y avoir des problèmes...
              c quand même grave qu’ils refusent l’aide internationale !
               smiley

            • volt volt 19 novembre 2013 12:01

              salut Olivier,

              j’ai cru comprendre dans d’autres papiers que c’est d’évacuer tout le made in japan qu’il s’agirait, 
              voire que tout l’hémisphère nord serait sous la menace, sinon pire : la fin du film entier pour 2050.
              aucune idée si c’est du délire ou quoi.
              mais c’est juste ce mot, « manuel », que vous employez, qui est terrible.
              donc si je vous suis : 
              l’avenir du japon, et du monde, vous, moi, tout ça, 
              va reposer entre les cinq doigts... d’un individu !
              bon, et s’il a le hoquet le bonhomme, avec l’humanité en suspens dans la main, on fait quoi ?
              bref, on dirait une farce que les meilleurs auteurs de science-fiction n’ont jamais pu imaginer.
              ah, et dernière question, sur ce fil quoi : une fois que le monsieur a les doigts qui glissent et qu’il plante, il vous reste combien de temps là pour me répondre avant qu’on se barre ?
              merci.

              • s4m0 19 novembre 2013 12:58

                votre opération à coeur ouverte, vous préférez qu’elle soit effectuée par un chirurgien ou un ordinateur sous windows xp ?
                C’est vous qui voyez, mais pour ma part, le chirurgien a ma préférence ^^

                Trêve de plaisanterie, pour certaines tâches (surtout complexes), l’homme n’a pas son pareil !

                On retrouve aussi ce principe dans l’aéronautique, où les phases d’atterrissage et de décollage nécessitent toujours qu’il y ait un pilote aux commandes.

                que ce soit fait à la « main », ne me choque absolument pas (au contraire) !


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 13:53

                bonjour volt

                effectivement, si l’opération se passe mal et toute cette radioactivité s’échappe du site, tout l’hémisphère nord devrait être arrosé.
                ce qui revient à dire que pendant deux ans, nous allons être sous cette menace, avec un état, et une entreprise championne de la dissimulation...
                pas réjouissant,
                restons zen, et profitons de la vie.
                 smiley

              • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 13:55

                s4

                manuel, dites vous ?
                sauf qu’il faut penser aux pauvres bougres qui malgré leurs équipements risquent de ramasser tant de radioactivité que leur vie sera menacée !
                perso, je pense que des actions grace aux robots et à l’informatique seraient préférables.
                 smiley

              • Agafia Agafia 21 novembre 2013 21:17

                bonsoir Olivier

                et puis rappelons nous l’évacuation des blocs de graphite sur le toit du réacteur n°4 de Tchernobyl confiée à des robots, japonais d’ailleurs, et qui buggaient, devenaient incontrolables, tombaient en panne et se « suicidaient » en se jetant du toit.
                Finalement ce sont les équipes de liquidateurs bien humains, flanqués de plaques de plomb, qui se relayaient, courant avec leur pelle parmi les blocs de déchets, jetant deux pelletées par dessus bord et repartant dare-dare à l’abri. Vingt secondes pas plus, afin d’être le moins exposé possible aux radiations monstrueuses.
                Aujourd’hui, ceux qui ne sont pas encore morts se battent jour après jour contre la maladie.
                Mais c’était bien le « manuel » qui restait le plus fiable.

                Une pensée pour eux.

                Mais « zéro mort !! » qu’il a dit votre copain taxi smiley


              • s4m0 19 novembre 2013 13:19

                même si j’ai parfois (disons souvent) des points de divergence avec vous, je trouve le sujet de cet article pertinent car effectivement c’est une opération à haut risque !

                En revanche quelques précisions/remarques :

                « si habituellement cette opération se fait sous contrôle d’ordinateurs »
                ==> Non. Du moins pas sur la majorité des réacteurs (à ma connaissance). Même en France, le déchargement se fait encore manuellement (les opérations pour le cœur sont quant à elle, souvent automatisées).
                Il faut bien comprendre que l’automatisation/informatisation des tâches n’est pas la panacée ! Dans l’industrie du nucléaire, elles ont plutôt tendance à être réduites au strict minimum pour des considérations de sûreté.
                Autre fait à prendre en compte : on parle d’installations qui ont 30, 40 voire 50 ans ! Il arrive que des centrales soient mises à jour avec du contrôle commande informatisé mais non seulement cela n’est pas fait sur l’ensemble des sites mais de plus, cela ne concerne que la partie purement « exploitation », pas la gestion du combustible.

                « représente l’équivalent de 14 000 fois la radioactivité libérée lors de l’explosion d’Hiroshima.
                 » ==> votre chiffre est très certainement juste et quoi qu’il en soit il est certain que du combustible irradié, c’est une sacré m****. Cependant, la comparaison n’est pas du tout pertinente ! La nature et l’échelle du risque radioactif sont très différentes (pour la bombe il s’agit essentiellement de l’exposition due à une brève et intense émission de rayonnement gamma). Un simple fait le prouve : Hiroshima et Nagazaki ont été rapidement repeuplées après les explosions. Une comparaison avec Tchernobyl aurait été plus pertinente (mais le chiffre moins forcément moins impressionnant).

                « le personnel [...] ne soit pas réellement qualifié »

                 ==> pouvez vous nous dire que quoi vous basez cette affirmation ? Les basses besognes semblent effectivement avoir été souvent confiées à du personnel qui n’est pas coutumier de l’industrie mais pour des tâches sensibles, je ne vois pas pourquoi ils n’auraient pas du personnel qualifié.

                « quelle crédibilité donner à un exploitant qui n’a cessé de donner des informations mensongères ou incomplètes ?
                [...] On s’interroge pourtant sur l’aspect de l’aide internationale maintes fois souhaitée par les experts du monde entier et sur la réaction du Japon, actionnaire majoritaire, qui fait oui de la tête, mais qui pourtant ne l’avalise pas. »
                ==> dans ce passage vous résumez parfaitement la situation japonaise et les errements de leur organisation du nucléaire. Un système opaque, fermé et surtout des autorités faibles qui n’ont pas le pouvoir qu’elles devraient avoir face à des exploitants qui ont perdu conscience de la responsabilité qu’induit une centrale nucléaire. Sans ça, l’accident de Fukushima n’aurait certainement jamais existé ! Des décisions auraient été prises avant, pendant et après l’accident !
                Un article sur ce sujet serait le bienvenu ;)


                • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 19:26

                  merci s4

                  j’y pense depuis longtemps,
                  l’article ne saurait tarder...
                  toutes les aides sont bienvenues.
                   smiley

                • JL JL 19 novembre 2013 13:45

                  Bonour à tous.

                  Sans nier l’intérêt des questions soulevées ici, il y en a une à laquelle j’aimerais que les spécialistes en radio-activité répondent :

                  Si un élémént radioactif plongé dans l’eau n’est pas dangereux pour l’environnement et que dans le même temps l’eau radioactive constitue un danger, alors peut-on conclure que la radioactivité passe des corps solides vers les corps liquides, mais pas des corps liquides vers les corps solides ni les corps gazeux ?

                  Autrement dit, si l’eau peut être contaminée, cette eau ne serait-elle pas contaminante ?


                  • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 13:58

                    JL

                    je sais, pour leur avoir demandé conseil pour la rédaction de cet article, que ces experts vous répondront.
                    je pense qu’ils vont vous dire « les deux mon capitaine »
                    l’eau est contaminante, 
                    c’est d’ailleurs l’un des problèmes essentiels, car c’est l’eau qui (comme a tchernobyl) a plaqué la radioactivité sur le sol, puis les plantes, les arbres, et ceux qui en dépendent, et qui s’en nourrissent, et qui nous nourrissent à leur tour...
                    si par malheur un accident se produisait, ce sera idem.
                    c’est la pluie qui fera tomber la radioactivité sur le sol...
                    on imagine la suite.

                  • gaijin gaijin 19 novembre 2013 15:10

                    « Si un élémént radioactif plongé dans l’eau n’est pas dangereux »

                    ben allez vous baigner dans la piscine du 4 et on en reparle .........


                  • JL JL 19 novembre 2013 15:12

                    Merci pour la réponse : intuitivement, j’ai du mal à percevoir ces choses.


                  • s4m0 19 novembre 2013 16:27

                    le risque radiologique est de deux natures : il y a les radiations et la contaminations.

                    Pour être précis il y a trois types de rayonnements ionisants :

                    - alpha : très énergisants mais avec une très faible pénétration (peu de matière suffisent à s’en protéger, une feuille de papier suffit)
                    - béta : un peu moins énergisant que l’alpha mais aussi faiblement pénétrant (une feuille d’alu suffit).
                    - gamma : peu énergisant mais très grande pénétration qui nécessite d’importante quantité de matière pour s’en protéger (béton, eau, plomb, ...).

                    Si vous entreposez une source dans une eau et que celle ci reste intègre, alors aucun risque, vous pouvez vous promener autour, faire un plouf et même boire l’eau.

                    En revanche, si votre eau est contaminée (c’est à dire si votre source relâche des petites particules), vous pouvez vous promenez autour (pas de risque d’exposition) mais vous prenez un risque dès lors que vous entrez en contact, alors vous vous exposez à un risque de contamination externe (si vous plongez dedans) ou interne (si vous en buvez, c’est la contamination qui provoque le plus de conséquences). Là vous vous exposez directement aux rayonnements alpha et béta qui sont vraiment pas cool smiley

                    C’est notamment pour cela que les agents qui interviennent en milieu contaminé, se couvrent de plusieurs couchent et dispose d’une tenu étanche (pour se prémunir contre une contamination aux rayonnements alpha et béta).

                    Pour les piscines de désactivation des centrales, il arrive que les assemblages soient légèrement « ruptés » et l’eau pleine de produits chimique s(notamment de l’acide borique). Se promener autour ne présente aucun risque mais je ne me risquerai pas à en boire ^^


                  • slave1802 slave1802 19 novembre 2013 16:35

                    L’eau des piscines est là pour protéger les travailleurs des rayonnements émis par les combustibles usagés qui y sont stocké. Jamais personne n’a dit qu’elle les rendait inoffensif .
                    En situation normale, cette eau n’est pas contaminée.
                    Dans la piscine en question, certains assemblages étant vraisemblablement éventrés, cette eau est fortement contaminée.

                    Pour la baignade je déconseillerais...bien que des plongeurs bien équipés s’y risquent parfois pour des opérations de maintenance en France

                    photo


                  • Bulgroz 19 novembre 2013 13:50

                    Monsieur Cabanel, pouvez vous nous faire le point du nombre de morts à ce jour ?


                    • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 14:03

                      zorglub

                      vous est-il possible d’imaginer que, comme à Tchernobyl, les morts se compteront par centaines de milliers, mais pas dans l’immédiateté.
                      il a fallu un quart de siècle pour la catastrophe ukrainienne pour en faire un éventuel décompte,
                      donc, pour répondre à votre question, rendez vous dans quelques années,
                      mais au delà de ce macabre décompte, il faut surtout s’inquiéter de toutes ces terres polluées pour un siècle au moins, qui pollueront a leur tour toute la vie qui s’y promène, 
                      humains y compris.
                      je commence a connaitre votre stratégie de com... comparant les milliers de morts dus a un barrage qui a cédé... a un cyclone... etc...
                      pour l’instant, vous n’avez pas encore osé impliquer une centrale solaire, ou une éolienne, mais je ne serais pas surpris que vous y arriviez un de ces quatre.
                      pitoyable, 
                      ayez au moins un peu de respect pour les femmes qui vont donner naissance a des enfants difformes... pour les mutations génétiques d’autres espèces...
                      mais manifestement, ça ne vous émeut pas beaucoup.
                       smiley

                    • Agafia Agafia 21 novembre 2013 21:27

                      c’est vraiment lamentable votre question Bulgroz.

                      Allez donc faire un tour en Bielorussie. Vous saurez ce qui attend les japonais, et vu comme c’est parti, peut-être bien le monde ou une bonne partie.

                      Mais suis-je bête.... Y a pas plus sourd et aveugle que ceux qui ne veulent ni entendre ni voir.


                    • Klisthène 2017 Kxyz 19 novembre 2013 14:19

                      ce pays est maudit du nucléaire ..les délais annoncés sont purement fantaisiste...
                      pour info la centrale de Brenilis n est toujours pas démantelé ...

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Site_nucl%C3%A9aire_de_Brennilis

                      comme tu le dis c est une première et le pire est à redouter..
                      pour autant avant d imaginer le pire je préfère croire que le Japon a un « ange gardien » lors de la catastrophe le vent avait pousser vers l océan les nuages radioactifs et non sur Tokyo..
                      même si je ne peux oublier les victimes de Fukushima qui vivent la double peine ..


                      • s4m0 19 novembre 2013 16:49

                        Brennilis est un cas très particulier souvent cités par les anti-nucléaires. Ce qui les arrange d’autant plus que le retard est en grande partie dû aux recours juridiques initiés ... par eux même.

                        Mais pas un mot sur Chooz A (un peu plus intéressant vu qu’il s’agit d’un REP) qui se passe plutôt bien (hormis une surprise sur le centre d’inertie des GV qui n’était pas exactement où il était prévu ce qui a légèrement retardé l’opération).
                        Les opérations suivent leur cour : http://www.enerzine.com/2/16167+centrale-nucleaire-chooz-a---areva-decontamine-les-principaux-composants+.html


                      • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 19:27

                        merci Kxyz

                        je partage, bien évidemment.

                      • Klisthène 2017 Kxyz 20 novembre 2013 12:28

                        ça vous amuse peut être mais pas moi...
                        que les règles votées par vos députés ne soient pas respectées je vous suggérai d aller travailler dans le démentelement ou entretiens des centrales nous reparleront après ...


                      • Bulgroz 19 novembre 2013 15:34

                        "There is no evidence of a major public health impact attributable to radiation exposure two decades after the accident. There is no scientific evidence of increases in overall cancer incidence or mortality rates or in rates of non-malignant disorders that could be related to radiation exposure. The incidence of leukaemia in the general population, one of the main concerns owing to the shorter time expected between exposure and its occurrence compared with solid cancers, does not appear to be elevated. Although those most highly exposed individuals are at an increased risk of radiation-associated effects, the great majority of the population is not likely to experience serious health consequences as a result of radiation from the Chernobyl accident. Many other health problems have been noted in the populations that are not related to radiation exposure."

                        Voilà le résumé donné part l’Unscear (organisme de l’OMS chargé du suivi de Chernobyl) 25 ans après l’incident de la centrale

                        http://www.unscear.org/unscear/en/chernobyl.html

                        Je sais que vous ne prenez jamais connaissance des rapports d’ organismes compétents, surtout s’ils sont en Anglais.

                        Il ne fait pas oublier qu’à de nombreuses reprises vous avez annoncé 1 million de morts en vous appuyant sur des sites bidons.

                        ET oui , Cabanel, la réalité est que vous avez écrit plus d’articles sur le nucléaire qu’il n’y eu de morts dans la réalité.

                        Votre propagande matraquée à longueur de journée et contredite par des organismes autrement plus compétents que vous ne l’êtes est très suspecte et malhonnête..


                        • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 15:43

                          sacré zorglub

                          des mon premier article vous avez tout tenté afin de discréditer le contenu de l’article
                          pas de bol, vous avez été rapidement démasqué
                          mais ce que je ne comprend pas, c’est que le fait que vous soyez impliqué dans le nucléaire, vous empêche d’avoir le moindre sens critique, et que vous défendiez aveuglement l’indéfendable,
                          vous me suspectez d’être malhonnête ! c’est l’hôpital qui se fout de la charité.
                          depuis le début, vous minorez la réalité, 
                          obligé d’aller chercher des articles partisans pour justifier votre posture.
                          ça en est devenu ridicule, et le pire c’est que je crois que vous ne vous en rendez même pas compte.
                          je vous plains sincèrement.
                          le ciel vous tienne en joie.

                        • Pyrathome Pyrathome 19 novembre 2013 15:47

                          et le pire c’est que je crois que vous ne vous en rendez même pas compte.

                          .
                          Heureux les imbéciles !!


                        • Bulgroz 19 novembre 2013 16:19

                          « obligé d’aller chercher des articles partisans pour justifier votre posture. »

                          Mais il s’agit ’un article mais d’un rapport de l’OMS donc un organisme on ne peut plus compétent en matière d’étude des effets de Tchernobyl.

                          L’OMS partisan ? et vous, vous êtes plus compétent ?

                          Vous ne savez même pas ce qu’est l’OMS encore moins l’UNSCEAR. C’est quoi votre référence ?

                          Qui sommes-nous ? Histoire et mandat

                          L’UNSCEAR a été créé par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1955. Son mandat dans le système des Nations Unies consiste à évaluer les niveaux et les effets de la radioexposition et de faire rapport sur ce sujet. Pour les gouvernements et organisations du monde entier, les estimations du Comité constituent la base scientifique qui leur permet d’évaluer les risques d’irradiation et d’établir des mesures de sûreté. 

                          >> en savoir plus

                          Membres du Comité

                          L’Assemblée générale a désigné 27 pays pour qu’ils délèguent des scientifiques comme membres du Comité.  >> en savoir plus

                          Rapports

                          Depuis sa création, l’UNSCEAR a publié 20 études majeures. Ces rapports sont extrèmement appréciés comme sources fondamentales d’informations faisant autorité.  >> en savoir plus

                          Programme de travail

                          Le programme de travail du Comité est approuvé par l’Assemblée générale, et couvre généralement une période de quatre à cinq ans. Le Secrétariat rassemble les données pertinentes fournies par les États Membres de l’Organisation des Nations Unies, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales, et fait appel à des spécialistes pour analyser ces données, étudier les publications scientifiques pertinentes et procéder à des analyses scientifiques. Le Secrétariat soumet ces études scientifiques à un examen approfondi chaque année lors de la session de l’UNSCEAR, et à la fin du cycle, les analyses de fond sont publiées.

                          Sessions annuelles

                          Le Comité a tenu jusqu’ici cinquante-neuf sessions annuelles. La soixantième session aura lieu à Vienne du 27 au 31 mai 2013. >> en savoir plus

                          Secrétariat

                          Le secrétariat restreint à Vienne, fonctionnellement lié au Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), organise les sessions annuelles et prépare les documents soumis à l’examen approfondi du Comité.

                          Secrétariat de l’UNSCEAR
                          Organisation des Nations Unies
                          Centre international de Vienne 
                          B.P. 500
                          A-1400 Vienne (Autriche)

                          Malcolm Crick
                          Secrétaire de l’UNSCEAR
                          Tél : 0043 1 26060 4330 
                          Télécopie : 0043 1 26060 5902 ou 26060 74330



                        • Ruut Ruut 19 novembre 2013 17:04

                          Depuis Tchernobyl, comme par hasard la détection préventive des Cancers est un impératif.
                          Mais il n’y as pas de liens.....

                          Dans les zones fortement touchées, comme par hasard les cancers augmentent, mais il n’y as pas de liens officiels....

                          Le premier impératif n’est pas d’informer, c’est juste de ne pas affoler la population sur les véritables problèmes en tentant de trouver des solutions aux cancers provoqués par les radiations.

                          Tant pis pour les pays qui seront irradiés mais pas correctement équipés.


                        • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 17:09

                          Ruut

                          merci...
                          pas mieux !
                           smiley

                        • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 18:53

                          zorglub

                          votre problème, c’est votre totale absence de sens critique.
                          vous produisez un rapport... bien... ça semble très sérieux, bien documenté, et pourtant, vous semblez ignorer qu’il ne fait pas l’unanimité, loin s’en faut, et ce sont des médecins, des professeurs, des scientifiques qui l’on critiqué en détail :
                          extrait (l’article complet est sur ce lien)

                          1- C’est principalement l’orientation du vent [vers l’océan] des premiers jours qui a empêché une plus grande catastrophe sur le Japon.

                          2- La catastrophe nucléaire continue et elle est donc la source d’émissions radioactives nouvelles.

                          3- Les estimations des émissions radioactives comme de l’exposition devraient être basées sur des sources indépendantes.

                          4- Les recommandations japonaises pour les produits [agricoles] de Fukushima [ont un seuil d’acceptabilité trop élevé] et donc augmentent le risque de contamination radioactive.

                          5- La technique de détection “corps entier” sous estime l’importance de la contamination radioactive.

                          6- Les employés de TEPCO ne peuvent pas se fier aux évaluations des doses fournies.

                          7- La vulnérabilité particulière des embryons aux radiations devrait être prise en compte.

                          8- Les tumeurs de la thyroïde comme les autres cancers exigent un suivi de plusieurs dizaines d’années.

                          9- Ce suivi doit aussi concerner les maladies radio induites non cancéreuses et les effets génétiques.

                          10-  La comparaison des mesures de la retombée radioactive avec le bruit de fond est trompeuse.



                        • Agafia Agafia 21 novembre 2013 21:37

                          L’avantage avec les gens comme Bulgroz-Zorglub, c’est qu’ils ne risquent pas la tumeur au cerveau, vu qu’elle ne trouve rien pour s’accrocher.



                          • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 16:44

                            Pyra

                            oui, j’avais vu ça...(j’ai voulu concentrer l’article sur la problèmatique de la piscine)
                            je pense que zorglub va dire que rien ne prouve que la catastrophe nucléaire en est l’origine.

                            mais hélas, ce n’est malheureusement que le début.
                            d’autant qu’une bonne partie de la population vit encore dans la zone polluée...
                            à Tchernobyl, c’est longtemps après l’accident qu’on a commencé à faire le macabre décompte.
                             smiley

                          • s4m0 19 novembre 2013 17:11

                            Même si forcément cela fait forcément peur que des enfants soit directement touchés, il faut être très prudent avec la mesure du cancer de la thyroïde qui est un très mauvais indicateur. En effet, suite à ce type d’évènement, les campagnes de dépistage se multiplient et s’effectuent avec des moyens de plus en plus précis qui détectent beaucoup de nodules, auparavant invisibles mais qui sont aujourd’hui considérés comme « cancer ».

                            Concernant la France, l’institut de veille sanitaire concluait : “ L’explication la plus vraisemblable de l’augmentation de l’incidence des cancers de la thyroïde est la hausse du nombre de diagnostics posés fortuitement. ” (http://www.invs.sante.fr/publications/prevalence/prevalence_16.pdf)

                            Un peu comme dans les années 90 où il y avait beaucoup moins d’excès de vitesse car pas de radar alors que tout le monde roulait plus vite.

                            Par ailleurs, il avait été effectivement été détectée une forte augmentation des cas de cancers chez les enfants ukrainiens après Tchernobyl (la population avait été beaucoup plus exposée et les consignes de prise d’iode mal communiquées) mais ... 3 à 4 ans après l’évènement. Il semble donc un peu prématuré pour conclure à une causalité entre Fukushima et ces constatations.


                          • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 17:36

                            s4

                            je vous propose la lecture de cet article
                            extrait (voir à la date du 13 novembre)
                            Alors que les échographies de la thyroïde des enfants de Fukushima se poursuivent, le nombre de cas de cancer a encore augmenté. 226 000 enfants ont été contrôlés, ce qui représente 33 000 de plus que lors de la publication des derniers résultats. Il y a maintenant 26 mineurs qui ont développé un cancer de la thyroïde confirmé après une opération chirurgicale. C’est 8 de plus qu’avant. Un enfant a été opéré, mais le nodule était bénin. Le nombre de cas suspects est de 32. Il y a donc 59 cas avec un cancer ou suspectés pour 226 000 enfants contrôlés. 
                            On est donc à quasiment 12 cancers confirmés pour 100 000 enfants alors qu’en 2007, il n’y avait 1,7 enfants sur 100 000 qui développait un cancer de la thyroïde entre 15 et 17 ans.
                            Les spécialistes japonais en charge de l’étude disent que le nombre de cas détectés augmente à cause de la campagne de dépistage systématique et que l’on ne peut pas accuser l’accident nucléaire. Mais, on ne peut pas le disculper, et cela ils ne le disent pas. Par ailleurs, le Japon a lancé une campagne de dépistage de moindre ampleur dans d’autres provinces, et aucun cas de cancer n’y a été détecté.
                            Les dernières données sont ici en japonais (une traduction non officielle de quelques tableaux estici en anglais). Les statistiques de 2012 pour tous les cancers au Japon sont ici en deux langues.

                          • s4m0 25 novembre 2013 10:39

                            L’incidence entre radiation et cancer thyroïdien est certain et démontré.

                            Je ne cherche pas du tout à contredire les chiffres avancés ! Je dis simplement qu’il faut être très prudent avant de conclure sur les liens de causalité entre l’évènement et ces détections puisqu’on compare deux échantillons dont les méthodes d’observations sont différentes. D’autant plus que les échantillons statistiques sont encore relativement faibles.

                            Pour Tchernobyl, c’était le même cas. Une forte hausse a été détectée. Les études concluent à un évident lien de causalité, il n’y a aucun doute sur ce point.

                            Ce lien est cependant à nuancer puisqu’une petite partie de ces cancers détectés l’est grâce à l’amélioration des moyens qui induit mécaniquement une augmentation des cancers détectées, qui est par ailleurs constatable partout dans le monde (multiplication par un facteur 4 entre 1982 et 2006, p11 http://www.invs.sante.fr/publications/2011/bilan_cancer_thyroide/bilan_canc er_thyroide.pdf).


                          • slave1802 slave1802 19 novembre 2013 16:26

                            On peut apercevoir la manoeuvre en cours sur cette vidéo : http://videos.lexpress.fr/actualite/monde/video-fukushima-reprise-du-retrait-de-combustible-nucleaire-d-une-piscine_1300914.html

                            Sans vouloir faire du trolisme primaire, il semble au vue des images que la piscine est en bien meilleur état que vos textes le laissez supposer.
                            De même le pont roulant que vous annoncez comme inutilisable semble parfaitement fonctionner.
                            Opération très délicate : OUI
                            Fin du monde connu en cas d’erreur : Sans doute pas.


                            • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 16:57

                              slave

                              je confirme, le pont roulant initial a été totalement détruit,
                              d’ailleurs une partie de celui ci était tombé dans la piscine, et Tepco s’est employé en enlever les plus gros morceaux depuis plusieurs mois.
                              sauf que, comme il est dit dans l’article, ces opérations qui se faisaient a distance, contrôlées au millimètre près par des ordis, et comme vous avez pu l’observer dans cette courte vidéo, ils sont nombreux à assister manuellement l’opération.
                              ce qui implique qu’ils prennent de gros risques pour leur santé au vu de l’importante radioactivité qui se dégage... et j’ai peur que les masques ne protègent pas tout. 
                              vous devriez lire cet article, il n’émane pas d’un antinucléaire obstiné, mais d’un professeur de philosophie, et il mérite le détour.
                              ceci dit chacun croise les doigts pour que pendant les deux qui vont suivre, toute l’opération se déroule sans faille.
                              et croiser les doigts, c’est tout ce qu’on peut faire.

                            • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 17:10

                              « pendant les deux ans qui vont suivre »

                              pardon pour ce mot oublié...

                            • lionel 19 novembre 2013 17:36

                              Bonjour Slave1802,


                              Pouvez vous nous expliquer ce qui peut se passer en cas d’erreur ? merci.

                            • lionel 19 novembre 2013 17:42
                              Les Anciens des Tribus du Nord et Sud dakotas ont récemment fait une déclaration officielle au sujet de la catastrophe Fukushima et de note devenir, la version PDF est plus claire :

                              http://www.indigenousaction.org/indigenous-elders-and-medicine-peoples-council-statement-on-fukushima/

                            • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 18:49

                              lionel,

                              merci d’avoir proposé ce très beau texte dont voici la conclusion :
                              Nous sommes le peuple de la Terre réunis sous la Loi du Créateur avec une alliance sacrée de 
                              protéger et de la responsabilité de prolonger la vie pour tous les générations futures. Nous exprimons 
                              notre profonde inquiétude pour l’avenir partagé et nous exhortons tout le monde à éveiller spirituellement. Nous devons 
                              travailler dans l’unité pour aider à guérir la Terre Mère pour qu’elle puisse ramener l’équilibre et l’harmonie 
                              pour tous ses enfants. 


                            • Pillippe Stephan Uraniumk 20 novembre 2013 08:25

                              @ Slave
                              La vidéo a été tournée dans une centrale en bonne état au cas ou tu ne l’aurais pas remarqué
                              MDR

                              rien à voir avec la réalité


                            • slave1802 slave1802 20 novembre 2013 08:40

                              Dans une centrale en bonne état on ne met pas des combinaisons vinyl et des masques pour effectuer ce genre d’opération...


                            • slave1802 slave1802 20 novembre 2013 08:49

                              Effectivement les masques ne les protégeront pas des radiations, c’est l’eau qui s’en charge...
                              Les masques ainsi que les tenues « étanches » sont là pour éviter l’absorption de particules contaminés : être exposé à un flux de radiation ce n’est déjà pas la joie mais il « suffit » de s’éloigner de la source pour ne plus rien risquer. Quand la source est fixé dans vos os comme le PU, ça devient plus dur pour s’en éloigner...
                              Pour rappel la demi-vie biologique du PU est de 50 ans (temps moyen pour que le corps se débarrasse de la moitié de la substance concerné). Considérant qu’on estime à 10 période le temps nécessaire à l’élimination quasi complète, il va falloir un bon stock de cercueil en plomb...


                            • slave1802 slave1802 20 novembre 2013 11:20

                              @ Slave
                              La vidéo a été tournée dans une centrale en bonne état au cas ou tu ne l’aurais pas remarqué
                              MDR

                              rien à voir avec la réalité

                              La vidéo était présenté comme provenant de la piscine 4, par contre pas de date. Sans doute des images d’archives... Mea culpa !

                              J’ai quand même trouvé ça, les essais d’extractions de combustible neuf.


                            • Gaston Lanhard 19 novembre 2013 18:18

                              Un commentaire SVP M. Cabanel

                              Belgique : un mort et deux disparus dans l’explosion d’une raffinerie Total

                              Par LEXPRESS.fr, publié le 19/11/2013 à 17:16

                              Une explosion dans une raffinerie Total à Anvers, ce mardi, a fait au moins un mort. Les installations « sont en cours de sécurisation », a indiqué Total. 


                              • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 18:46

                                Gaston Lanhard

                                les énergies fossiles sont condamnables dans leur ensemble...
                                outre ce mort et ces deux disparus, on pourrait allonger la liste interminablement :
                                au Niger, par exemple, toutes les vies détruites par la pollution pétrolière ! lien
                                nous avons la mémoire courte, et pourtant Deewater n’est pas si loin de nous ! lien
                                outres les morts humaines, les animaux, et la nature à payé un lourd tribu

                                Plus de 400 espèces patrimoniales vivent dans les îles et les marais exposés à la marée noire, dont la tortue de Kemp en voie de disparition. Environ 34 000 oiseaux ont été comptés rien que dans les réserves (refuges nationaux) les plus exposées, dont des colonies d’oiseaux aquatiques (mouettepélicanSpatule roséeaigrette,sterne et héron bleu 71,72,73).

                                Au 15 juin 2010, 1 152 animaux ont été trouvés morts dans la zone de déversement, dont 770 oiseaux, 341 tortues de mer, et 41 dauphins et autres mammifères. Tous les animaux morts n’ont probablement pas été découverts. Selon le U.S. Fish and Wildlife Service, il n’est pas certain que ces animaux aient été tués par le pétrole74.

                                Il pourrait y avoir eu 50 fois plus de cétacés (baleines et dauphins) tués que ce qu’avaient estimé les premiers calculs 75. Début 2011, des centaines de dauphins, dont des nouveau-nés, sont retrouvés morts sur les plages de l’Alabama et du Mississippi22.

                                Cet indice de toxicité différée semble encore en 2013 concerner la vie et la reproduction des mammifères marins : de 2000 à 2009, ce sont 25 à 30 dauphins (moyenne annuelle) qui ont été retrouvés morts sur les plages du Golfe, les 3 années suivantes (2010 à début 2013), ce sont 865 échouages ​​de cétacés qui ont été signalés dans le golfe, dont 95% étaient déjà morts), et au début 2013, 13 cadavres de dauphins ont été déposés par la mer en un mois (13 Janvier et 14 Février 2013) ; Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) il s’agit d’un « événement de mortalité inhabituelle » pour les dauphins et les baleines dans le nord du golfe du Mexique, toutefois la catastrophe de DeepHorizon ne serait pas seule en cause, car l’augmentation du nombre de mortalités anormales avait commencé début 2010, avant l’explosion.

                                et quid du charbon ? 

                                il serait grand temps d’abandonner ces énergies sales et polluantes, d’autant que nous avons aujourd’hui largement de quoi les remplacer...




                              • bonnes idées 19 novembre 2013 20:24

                                Oui bien sûr, tout le monde est d’accord pour affirmer que le nucléaire est la pire des saloperie qui soit même si le confort qu’il apporte est tant apprécié de tous. Notre Hubert Reeves d’Agora a bien raison de nous rappeler à la mémoire et c’est tout à son honneur.
                                En France nous n’en sommes pas encore là grace à Dieu et nous nous suffirons des épandages massifs quotidiens avec juste un peu de Baryum et d’Aluminium. Décidément les français sont des enfants gâtés et des râleurs...


                                • olivier cabanel olivier cabanel 19 novembre 2013 21:27

                                  bonnes idées

                                  comme vous y allez ! l’Hubert Reeves d’Agora !
                                  je cours me bander les chevilles pour empêcher le gonflement
                                   smiley
                                  ceci dit, les énergies propres peuvent nous amener le même confort, 
                                  il suffit d’un choix politique.
                                   smiley

                                • Pillippe Stephan Uraniumk 20 novembre 2013 08:38

                                  Un nouveau travail de fond sur le nucléaire de Jean-pierre Petit

                                  JPP
                                  J
                                  ’ai enregistré les vidéos correspondant aux présentations effectuées dans le cadre de l’OPECST (Office parlementaire d’Etude des Choix Scientiufiques et Techniques ) en date du 7 novembre 2011, après Fukushima, animées par nos nucléo-députés Christian Bataille et Bruno Sido, et dont le thème était " l’avenir du nucléaire français". Je les ais mises sur mon compte Youtube, sans les modifier. Je les commenterai. En résumant une une phrase je dirais que vous entendrez des septuagénaires, des technocrates, nous brosser l’avenir du nucléaire français jusqu’en 2100 (« trajectoire raisonnée ») voire 2150.
                                  Des vieillards irresponsables établissent les bases d’un suicide programmé ( le déploiement de surgénérateurs fonctionnant au plutonium à l’horison 2100 ). La présentation du représentant d’ITER est d’une indigence qu confine au pathétique.

                                  VIDEOS 


                                  • olivier cabanel olivier cabanel 20 novembre 2013 13:35

                                    Uranium

                                    jp Petit est un scientifique incontestable, 
                                    et le travail qu’il accomplit mériterait une énorme reconnaissance.
                                    étrange que peu de nos concitoyens le réalisent.
                                    merci.

                                  • Karol Karol 20 novembre 2013 09:34

                                    Bonjour,

                                    Merci encore pour ce nouvel article sur FUKUSHIMA.
                                    Cet triste histoire est à l’image de tout notre système. Comme avec le système financier on vit sous la menace d’un crash dont on ignore l’ampleur. Encore une fois avec le nucléaire on refile une « dette » énorme aux générations futures. Le coût à long terme de cette invention sera comme toujours bien supérieur au coût d’exploitation à court terme.


                                    • olivier cabanel olivier cabanel 20 novembre 2013 13:36

                                      Bonjour Karol

                                      merci. je partage, bien évidemment.
                                      <3


                                      • olivier cabanel olivier cabanel 20 novembre 2013 13:33

                                        merci

                                        super lien.


                                      • olivier cabanel olivier cabanel 20 novembre 2013 11:01

                                        @ tous

                                        une vidéo intéressante que l’on peut voir dans l’article de la radiotélévision suisse sur ce lien
                                        c’est la vidéo de 3 minutes qui est la plus explicative.

                                        • spartacus spartacus 20 novembre 2013 11:18

                                          Combien de morts directs nucléarisés avec Fukushima ? 0


                                          Centrales à gaz .....5 à 10 morts tous les ans par explosion
                                          Centrales à charbon de nombreux morts et brûlés très graves chaque année par des chaudières.. 

                                          La haine du nucléaire ne supporte pas les chiffres comparés à n’importe quelle autre source de production électrique même avec Tchernobyl. 
                                          La contestation n’est que doctrinaire, et joue sur les « peurs ». 
                                          L’écologie se résume à une machine a produire de l’anxiogène. Genre la submersion des mers, l’apocalypse de la congélation ou de la cuisson sous le soleil, la promesse jamais contenue de la fin par radiations.
                                          In finé c’est assez puéril. 

                                          • olivier cabanel olivier cabanel 20 novembre 2013 11:20

                                            spartacus

                                            je ne sais pas qui est puéril...
                                            n’est-il pas irresponsable de plonger la tête dans le sable pour éviter le danger ?
                                            in finé, c’est effectivement assez puéril.
                                             smiley

                                          • lionel 20 novembre 2013 12:21

                                            Un des problèmes avec les psychopathes est l’impossibilité de mesurer les dangers, cela se situe au niveau des amygdales... hula up spartacus ! 


                                             

                                          • olivier cabanel olivier cabanel 20 novembre 2013 13:30

                                            lionel

                                            j’ai peur que spartacus soit perdu...
                                            on ne pourra rien en tirer
                                            mais la terre est grande, et il reste de l’espoir
                                             smiley

                                          • Pyrathome Pyrathome 20 novembre 2013 13:51

                                            On a besoin d’homme courageux et pas puéril pour aller à Fukushima retirer le plutonium dans la piscine, Spartacus sait nager, voilà son rôle dévolu !!
                                            Puisse t-il revenir pour nous apporter des informations non puérils façon TEPCO....


                                          • Nycolas 20 novembre 2013 14:54

                                            Spartacus a entièrement raison et nous rappelle les bienfaits de l’insouciance sur le système nerveux du « citoyen moderne ».

                                            Après nous le déluge et vive la désinformation qui nous permet de ne pas avoir connaissance de tout ce qui joue contre nous et notre environnement dont nous sommes entièrement interdépendant.

                                            Plus sérieusement, la critique du caractère anxiogène serait légitime si elle n’était pas là pour justifier une fuite en avant. Et oui la vie est dangereuse de toute façon, mais ce n’est pas une raison pour nier des choix irresponsables qui nous obligent à vivre avec des risques d’un caractère inacceptable. On peut tous mourir dans un accident de voiture, pourtant tout être sain entretient sa voiture et conduit prudemment pour que ça n’arrive pas. Faire l’autruche est la caractéristique de l’adolescent inconscient venant d’avoir son permis et croyant que les problèmes n’arrivent qu’aux autres, quand il prend le volant après une soirée trop arrosée.

                                            Merci à Olivier encore une fois pour nous aider à rester informés sur ce sujet de première importance.


                                          • spartacus spartacus 20 novembre 2013 18:46

                                            Cabanel ne parlez pas d’irresponsabilité ou de responsabilité. 

                                            Entre les réponses chimériques utopiques à la terreur verte factice auto créee, on doute que vous ayez une once d’échantillon. C’est une notion qui vous échappe....

                                            Continuez dans l’anxiogène factice, la peur fictive, l’angoisse ininterrompue, la terreur verte et revenez la semaine prochaine nous expliquer vous solutions concrètes aux problèmes que vous créer.

                                            Comment vous allez faire décoller des fusées avec des éoliennes, faire avancer les super tankers avec vos panneaux solaires ? 

                                            La tête dans le ensablement chimérique ou la tête dans le sable mouvant de la terreur ou alors les 2 ?....

                                          • olivier cabanel olivier cabanel 20 novembre 2013 22:28

                                            spartacus

                                            parce que vous pensez que les fusées volent grâce au nucléaire ?
                                            zête marrant spartacus.
                                             smiley

                                          • lionel 20 novembre 2013 12:23

                                            Ce n’est pas possible, voilà près de 24 heures que j’attends, la neige tombe et ... Toujours pas de taxi à l’horizon. Peut être que Joe est en train d’enlever les barres radiocatives avec les dents ?


                                            • olivier cabanel olivier cabanel 20 novembre 2013 13:31

                                              lionel

                                              pour les taxis, va falloir attendre
                                              ici aussi, ça tombe dru
                                              il faut positiver, c’est tres bon pour le sol, 
                                              que du bonheur pour les nappes, 
                                              ceci dit, elles sont déjà remplies.
                                               smiley

                                            • lionel 20 novembre 2013 14:52

                                              Cabanel, Grand frère, 


                                              Connaissez vous le travail viticole de Pellerin ? www.domainepellerin.com/
                                              je vous conseil sa « Mondeuse » ou sa cuvée « métisse »...

                                              Peut être finirons nous par partager une bouteille ensemble, vous pourriez avoir mes coordonnées par la « roseraie du Lion d’Or »... 



                                            • olivier cabanel olivier cabanel 22 novembre 2013 07:33

                                              liionel

                                              merci de cette info
                                              je vais de ce pas me renseigner sur ce cépage prometteur
                                              et pour le projet de partager cette bouteille, ce sera avec plaisir
                                              demandez de ma part au responsable du site chanson rebelle de vous communiquer mes coordonnées, 
                                              il me demandera de confirmer, et c’est tout
                                               smiley

                                            • ETTORE ETTORE 20 novembre 2013 13:08

                                              FUKUSHIMA est une autre épée de Damoclés sur notre tête. Et faut dire que notre espèce s’évertue à les accumuler dramatiquement.

                                              On ressent comme une accélération des perturbations qui peuvent mettre en péril toute notre civilisation [ mot qu’il faudra peut être re-qualifier dans le futur].
                                              L’économie mondiale et ses disparités, le chaos des va t-en guerre, la planète de plus en plus malmenée par notre indigence à son égard, tout cela donne un sentiment de crescendo.
                                              Alors bien sûr, les catastrophes ont le bon sens de se délocaliser d’un coin à l’autre de notre planète, donnant l’impression à certains, que si ils rentraient la tête dans leurs épaules, ça pourrait bien sûr tomber pas loin, mais jamais au grand jamais sur eux.
                                              Faudrait quand même arriver un jour à comprendre que nous sommes tour à tour otage et kidnapeur de qui nous entoure.

                                              • olivier cabanel olivier cabanel 20 novembre 2013 13:32

                                                ettore

                                                je prépare un article sur les arbres.
                                                nous aurions des leçons a en retenir.
                                                mais sommes nous capables de les retenir ?
                                                j’ai comme un doute.
                                                 smiley

                                              • Nycolas 20 novembre 2013 14:57

                                                Amusant comme mon commentaire juste au-dessus rejoint le vôtre. Je ne l’avais pas lu avant d’écrire le mien. Bien le bonjour à vous.


                                              • Nycolas 20 novembre 2013 18:57

                                                Non non, pas de problème, c’est vous qui aviez posté avant moi, c’est pourquoi je trouvais la similitude amusante.


                                              • La Vie est Belle 20 novembre 2013 15:10

                                                Bonjour, monsieur CABANEL Olivier,
                                                Au JAPON, il y beaucoup trop de tranche nucléaire et île Japonaise est trop près d’une faille « que vous savez ». Au regard du risque sismique (que beaucoup de personnes savent), les centrales nucléaires de la zone géographique « Nippone » doivent avoir une conception « idoine » ou alors ne pas construire de centrale nucléaire. Par exemple : en FRANCE en 2003, les chaleurs exceptionnels sur un temps long a bien menacé nos centrales nucléaires. Je veux espérer que le pays en IRAN dimensionnent bien ces centrales nucléaires civile en rapport avec le climat de cette région car les conséquences ne sont pas une option et sont irréversibles pour la population dans un temps qui est long à l’échelle du renouvellement des populations comme le JAPON actuellement. C’est un choix d’adultes sensés, sincères, équitables, honnêtes et solidaires de ces semblables. Le salut de nos amis et amies du pays Japonais repose sur l’éclairage gratuite de toutes les options du bon coté de la barrière des connaissances des personnes avérées dans le nucléaire aussi bien en sécurité pour nettoyer les sites et l’humanitaire sous forme direct comme les pastille diodes ou indirect comme pour soutenir le moral voir le remonter. Enfin l’absence de démocratie dans le choix du nucléaire civil, aujourd’hui nous devons agir par défaut. Car à l’époque, les chocs pétroliers (c’est vrai ce n’est pas une excuse bon) ont orienté sans doute vers le nucléaire pour l’indépendance énergétique. Nous devons agir comme nous sommes en train de le faire : en prendre conscience par exemple. La bombe atomique est à abolir comme la peine de mort en FRANCE. Expliquer pédagogiquement, clairement et savamment que l’on ne construit pas une centrale « ici nucléaire » sur un coup de tête surtout qu’aujourd’hui nous avons la connaissance. La vie est tellement belle que nous avons raison d’être optimiste c’est pour cela que l’AMOUR est aussi grand que la VIE. Les personnes qui nous tuent (les méchants) sont moins que « un souffle » et « non nous : qui sommes des hommes et des femmes cadets et aînées qui s’assument en tant que être humain avec la VIE ».
                                                Quand les enfants de la terre se donnent la main l’AMOUR et à l’œuvre.


                                                • olivier cabanel olivier cabanel 22 novembre 2013 07:30

                                                  lavieestbelle

                                                  bien sur l’Amour devrait être le moteur de toutes nos actions
                                                  mais ne mettons pas de coté l’esprit de logique.
                                                  le choix nucléaire est imposé aux 4 coins du monde sans la moindre consultation des citoyens concernés, 
                                                  il n’y a pas à ce jour de pénalisation possible de ceux qui, par leur imbécillité, nous mettent en danger, 
                                                  et surtout, il semble que nos dirigeants ne tirent pas les leçons de ce qui s’est déjà passé.
                                                  alors l’Amour, oui, bien sur, 
                                                  mais il faudrait y ajouter une bonne dose de responsabilité.
                                                  merci de votre commentaire.

                                                • La Vie est Belle 25 novembre 2013 09:21

                                                  Bonjour, monsieur CABANEL Olivier,
                                                  Le sens de mon texte veut exposer un passé pour dégager une voie ou une orientation vers une production d’énergie en phase avec le cycle de l’écosystème du cycle de la vie. Puisque hélas ! Cela existe déjà (la production électrique nucléaire). Quand les responsables ont opté pour l’énergie nucléaire mon âge de l’époque ne pouvait pas permettre d’avoir une idée. Mes amis et amies, j’agis à posteriori. Je crois très fortement aux différentes énergies naturelles pour produire de l’électricité « j’ai un BEP Électrotechnique. Je pense que mes paires au-dessus de moi BAC pro, BTS et Ingénieur peuvent nous aider à développer des appareils dans la diversité afin de s’adapter à l’environnement du département, de la région, du pays et de la géologique (montagne, vallée, marécageuse, plateau, plaine et littorale). Je pense qui il manque une volonté politique qui permettrait d’avancer plus vite et aussi de créer des emploies plus pertinent que le »gaz de schiste" que les américains veulent exploiter dans notre pays je ferme la parenthèse.
                                                  J’affirme ne pas mettre les bâtons dans les roues de notre machine pour préserver les générations futures. Cela n’est pas mon intention.
                                                  Soyez assuré de mes bonnes intentions. Les questions sont un droit et je vous répondrais.
                                                  Merci, monsieur CABANEL
                                                  .


                                                • olivier cabanel olivier cabanel 25 novembre 2013 09:57

                                                  lavieestbelle

                                                  merci de votre complément d’information,
                                                  je vous invite à découvrir les quelques articles (liste en fin de celui-ci) qui prouvent que des aujourd’hui, nous pouvons largement remplacer nucléaire, charbon, et pétrole, 
                                                  et comme vous le dites, il suffit d’une volonté politique,
                                                  rien de plus,
                                                  et pour l’instant, elle fait défaut, ou disons qu’elle est molle...
                                                  c’est bien dommage !


                                                • Electric Electric 21 novembre 2013 13:08

                                                  Salut Olivier,

                                                  merci de rappeler que les serpents sifflent sur nos têtes. Le Japon coule, les experts conseillent aux populations de se barrer de Tokyo, surtout les enfants et les femmes enceintes. Arnie Gundersen a fait un tour à Tokyo, où il a collecté au hasard 5 échantillons de terre en divers endroits. Résultats : la terre de Tokyo est un déchet nucléaire au même titre qu’à Pripiat en Ukraine.

                                                  Les coriums sont perdus et les experts y compris américains disent maintenant : le réacteur 3 a explosé et son contenu (MOX) est dans la nature. C’ETAIT UNE EXPLOSION NUCLEAIRE !!!! Il y a du plutonium partout autour de la centrale. On peut imaginer qu’il est la cause de cette poussière noire ultra radioactive ramassée un peu partout.

                                                  Ce n’est pas le tsunami qui a provoqué l’accident, mais le séisme. Les réacteurs étaient déjà endommagés lorsque la vague est arrivée. Il y avait en plus des piles à combustible pour alimenter les pompes. Malgré cela les japonais ont perdu le contrôle des commandes des pompes, ce qui a provoqué le pire. C’est incompréhensible, à moins que comme le démontre Jim Stone, ex NSA et lanceur d’alerte réfugié au Mexique ce ne soit du sabotage.

                                                  http://www.jimstonefreelance.com/fukushima1.html

                                                  Le tremblement de terre n’était pas de force 9, mais 6,67. D’ailleurs, on voit bien sur toutes les vidéos du tsunami de la région de Sendai qu’aucun bâtiment n’avait souffert et que les japonais vaquaient à leurs occupations habituelles juste avant la vague. Un F9 aurait tout détruit dans un rayon de 500km.

                                                  Le virus Stuxnet avait été repéré 6 mois avant dans les parages de la centrale, et dernièrement en Russie, il a infecté des centrales nucléaires (AU SECOURS).

                                                  Les bacs de rétention d’eau radioactive fuient à qui mieux mieux, et une caméra envoyée dans les sous-sols du R1 sur un radeau flottant a pu voir que le circuit primaire est cassé.

                                                  Un nouveau tremblement de terre de F7 foutrait par terre le R4 (qui penche et s’enfonce dangereusement dans son marécage radioactif) et ses 1500 barres de combustible, obligeant l’hémisphère nord a déménagé dans l’hémisphère sud.

                                                  Les cancers, arrêtes cardiaques brutaux, saignements de nez, maladies diverses se répandent beaucoup plus vite que ne pensaient au début les « experts ». ça va être un carnage.

                                                  Vie animale : LE PACIFIQUE EST EN TRAIN DE CREVER. Tout y passe :

                                                  Epaulards, baleines, dauphins. Les ours et les phoques ont des taches sur le corps et perdent leur poils.

                                                  Les saumons d’Alaska ont changé de couleur, les sardines ont disparu, les thons sont fourrés au césium, les harengs pissent le sang, et TOUTES LES ETOILES DE MER DE L’ALASKA AU MEXIQUE SE LIQUEFIENT ET DISPARAISSENT.

                                                  NOUS ASSISTONS AU PLUS GRAND ECOCIDE DE L’HISTOIRE TECHNOLOGIQUE HUMAINE.

                                                  Tout cela est vérifiable sur http://enenews.com/

                                                  Et c’est pas fini, un océan de débris gros comme le Texas va arriver sur la côte ouest américaine, qui commence sérieusement à flipper. Le flux ininterrompu de césium radioactif qui vient du Japon depuis 2 ans 1/2 va s’accumuler sur la côte ouest américaine, la rendant dangereuse à tout point de vue. Arrivée de la vague de césium prévue 2014.

                                                  Gestion de la catastrophe : les travailleurs de Fukushima (déjà 50 000 unités humaines y sont passées) sont maltraités, désinformés, certains battus par les yakusa. La gestion de cette catastrophe est d’ordre totalitaire. On en a perdu 850 dont on est sans nouvelle. Le directeur de la centrale est mort d’un triple cancer.

                                                  Les journalistes qui donneront des nouvelles différentes de la version officielle seront poursuivis.

                                                  Vous reprendrez bien une tasse de césium ? Pas de panique, y’an aura pour tout le monde !


                                                  • olivier cabanel olivier cabanel 22 novembre 2013 07:26

                                                    bonjour Electric

                                                    merci d’avoir fait ce résumé précis, et terrible, de la situation
                                                    j’ajoute que pour l’instant, les opérations que mènent tepco pour vider la piscine du 4 ne concernent que les assemblages neufs, bien moins dangereux.
                                                    c’est la suite qui est périlleuse.
                                                    et une fois de plus la presse dans son ensemble ne semble pas l’avoir compris,
                                                    ou se refuse de l’évoquer.
                                                     smiley

                                                  • lionel 22 novembre 2013 06:33

                                                    Merci pour votre contribution « electrik ». Puissions nous aimer aujourd’hui...


                                                    • lionel 22 novembre 2013 07:02

                                                      Chaque jour, il apparaît toujours plus évident que l’empire occidental est une pathocratie :


                                                      TV : Mentally disabled are working at Fukushima Daiichi, says journalist — Many men forced to go to plant — Homeless treated like ‘disposable people’ 

                                                      TV : des malades mentaux travaillent à Fukushima Daïchi `De nombreux hommes sont obligés d’aller à l’usine - des sans abris sont considérés « comme des gens disponibles »

                                                      • olivier cabanel olivier cabanel 22 novembre 2013 10:08

                                                        @ tous

                                                        un ouf de soulagement,
                                                        les 22 premiers assemblages ont été retirés de la piscine du 4
                                                        rappelons que le danger était moindre, puisqu’il s’agissait d’assemblages neufs
                                                        c’est sur ce lien

                                                        • JMBerniolles 24 novembre 2013 12:31

                                                          Cela devrait être un soulagement pour tous les inquiets qui imaginaient cette piscine tomber ou être le lieu d’une excursion neutronique, de voir son déchargement commencer.


                                                          Un test d’extraction de deux assemblages frais avait déjà été effectué avec succès afin d’en vérifier la possibilité et d’évaluer l’intégrité des assemblages, - géométrie, corrosion .. -.

                                                          La manutention dans un containeur acier destiné à évacuer la chaleur résiduelle et à protéger des rayonnements a commencé.
                                                          Le containeur que l’on charge dans la piscine elle-même est dimensionné pour 22 assemblages en excluant des rsiques de criticité.

                                                          Les opérations commencent naturellement par les assemblages neufs :( 200).
                                                          le rsique principal est qu’un assemblage se coince à la suite de déformations géométriques, mais il ne semble pas qu’il y en ait eu-, ou bien à cause d’un débris.

                                                          Les analyses des eaux de la piscine n’ont pas mis en évidence des ruptures de gaines d’assemblages irradiés.

                                                          Le protocole prévoit la journée pour sortir 22 assemblages et les amener dans un stockage sur le sol à 100 mètres du bâtiment réacteur n° 4. Un rythme très prudent.

                                                          En fait c’est le point le plus facile du démantèlement dont il donne le vrai coup d’envoi






                                                          • olivier cabanel olivier cabanel 24 novembre 2013 13:19

                                                            berniolles

                                                            j’admire votre optimisme.
                                                            vous n’etes pas sans savoir que les assemblages qui ont été prélevés étaient des assemblages non utilisés, et donc bien moins dangereux.
                                                            comme tout le monde, je souhaite que la suite se passe aussi bien, mais je continue, comme beaucoup d’entre nous, à regretter que l’appel de la communauté internationale scientifique n’ait pas été accepté par le gouvernement japonais, ni par tepco, bien évidemment.
                                                            en cas de pépin, d’énormes responsabilités seraient engagées.

                                                          • JMBerniolles 24 novembre 2013 16:36

                                                            Comme d’habitude vous êtes ignorant des réalités sans que cela vous empêche de parler.


                                                            Les japonais ont eu le soutien, dès le départ, de l’US-DOE américain pour les mesures de radioactivité dans l’environnement.
                                                            Des experts ont été réunis aux USA dès les premiers instants des accidents pour décrire les menaces et étudier les scénarios. Ils ont tous manifesté une grande admiration pour le courage et l’action des techniciens japonais qui en nombre très limité ont sauvé deux réacteurs, les 5 et 6 et failli en sauver d’autres. Ils ont en tous les cas limité la progression des corium en injectant l’eau de mer. Ce qui a nécessité des travaux dans des conditions difficiles.
                                                            Les américains ont fourni une unité de décontamination césium et il vont monter une unité de récupération du tritium.
                                                            Il y a des robots américains qui sont utilisés dans les bâtiments réacteurs.

                                                            Des calculs d’accidents ont été réalisés aves le code MAAP, américain à l’origine et mis à disposition de la communauté internationale. En France nous avons ce code de référence.

                                                            la Tepco a monté un comité interne d’analyses et de propositions pour la sûreté de ses réacteurs à la suite de ces grands accidents nucléaires, animés par le Dr Klein un ancien responsable de l’US-DOE ainsi que Lady Barbara Judge, une ancienne responsable de la sûreté nucléaire anglaise. Le français André Lacoste, encore responsable de l’autorité de sureté à l’époque est souvent allé au Japon. L’IRSN n’a pas semblé manquer de données.

                                                            Les russes et ukrainiens ont été consultés pour les problèmes sanitaires ainsi que l’AIEA.

                                                            La phase actuelle de maîtrise des fuites d’eaux contaminées va être surveillée sur place par l’AIEA...

                                                            Il faut voir que les japonais sont face à un défi quasiment jamais affronté avant, avec la récupération des corium.

                                                            Si Hollande veut aller les voir pour leur démontrer qu’il veut réllement l’extrême compétence dans le domaine du démantèlement, qu’il aille les voir avec des arguments !

                                                            Ils ne refusent pas l’aide. Mais ce sont des japonais, ils sont fiers et orgueilleux.










                                                          • olivier cabanel olivier cabanel 24 novembre 2013 16:55

                                                            berniolles

                                                            beaucoup de contre vérités dans votre commentaire,
                                                            et celà ne vous empêche pas de les évoquer.
                                                            les unités de dépollution de l’eau polluée au tritium sont toutes tombées en panne les unes après les autres...quand aux robots, l’intense radioactivité les fait tous tomber en panne aussi...
                                                            quand aux experts que vous évoquez, ils ne sont manifestement là que pour donner l’impression que la situation est sous contrôle... de la com, rien d’autre.
                                                            quand a votre « phase actuelle de maitrise des fuites d’eaux contaminée », elle est tellement bien surveillée que tepco a décidé en fin de compte de tout rejeter dans l’océan.
                                                            seule votre dernière phrase est recevable, même si elle est contradictoire.
                                                            s’ils refusent l’aide, c’est justement qu’ils sont orgueilleux.
                                                            et leur fierté est très mal placée.
                                                             smiley


                                                          • olivier cabanel olivier cabanel 24 novembre 2013 17:00

                                                            bernioles

                                                            j’ajoute que depuis le début tepco n’a cessé de rejeter volontairement ou pas l’eau contaminée dans l’océan. lien

                                                          • JMBerniolles 24 novembre 2013 18:00

                                                            Quand une vérité ne plait pas c’est une contre vérité évidemment !


                                                            Vous confondez un peu tout.

                                                            L’unité de décontamination en tritium n’est pas encore en construction.

                                                            Vous parlez des unités de décontamination césium. Il y en a deux : celle d’Areva et l’autre est américiane de la société Kurion.

                                                            Encore quelques contre vérités :
                                                            Vous aurez sûrement remarqué que dans les eaux contaminées de de fuite, il y a très très peu de césium. > Elles émettent quasi exclusivement des rayonnements béta, - tritium, strontium 89 et 90 .... -.

                                                            Ce qui se retrouve dans l’espace marin et n’en sort pratiquement pas est donc une radioactivité béta, déjà faible à ce niveau là. 

                                                          • olivier cabanel olivier cabanel 24 novembre 2013 18:39

                                                            bernioles

                                                             il ne s’agit pas que la vérité me plaise ou pas, il s’agit de regarder la réalité en face.
                                                            vous semblez ignorer le niveau de radioactivité de l’eau contenue dans les cuves.
                                                            ACRO, un organisme indépendant est bien renseigné sur le sujet.
                                                            TEPCo a découvert une nouvelle cuve provisoire en train de fuir à raison d’une goutte toutes les 4 secondes. L’eau serait restée dans le réceptacle sous la cuve (voir des photos commentées en japonais). Quant aux conséquenses de la cuve similaire qui avait fui pendant un mois cet été avant que TEPCo ne s’en aperçoive, elles ne se résorbent pas : l’eau souterraine de l’eau du puits E1 reste fortement contaminée avec 650 000 Bq/l en bêta total et 310 000 Bq/L en tritium.
                                                            quand au système de décontamination il est d’après « le Monde », plutôt mal en point.
                                                            c’est sur ce lien



                                                          • JMBerniolles 24 novembre 2013 19:18

                                                            Non franchement si vous faites confiance au Monde, journal du sytème, manipulateur, menteur s’il le faut.... Il est évidemment anti nucléaire à sa manière, c’est à dire « objective »... de ce fait il a subi un pourissement interne qui en fait de plus, un journal médiocre. Je viens juste d’écouter Finkielraut parler d’un journaliste du Monde qu’il a reçu chez lui pour une interview... c’était assez édifiant.


                                                            Environ 600.000 m3 d’eaux primaires,- parce qu’étant passées plusieurs fois dans les cuves primaires pour refroidir les corium-, ont déjà été traitée ; Par construction elle repasse plusieurs fois dans l’usine de décntamination césium.

                                                            La Tepco est en train de tester une unité de piégeage des radionucléides autres que Césium sauf Tritium... Il y a toujours des problèmes de fonctionnement mais ça fini par parcher.

                                                          • olivier cabanel olivier cabanel 24 novembre 2013 19:34

                                                            bernioles

                                                            bravo pour cette tentative d’enfumage.
                                                            je vous propose une autre version, plus crédible :

                                                            Tepco maître de l’eau ?

                                                            Elle a envahi la centrale de manière artificielle dans le combat permanent contre le feu nucléaire et de manière naturelle par la nappe phréatique. Tepco ne sait plus quoi faire de cette eau contaminée. Pour assurer une image d’entreprise responsable qui gère la situation, elle a créé des champs de cuves autour de la centrale pour récupérer l’eau radioactive pompée, avant de la traiter et de la réinjecter dans le circuit de refroidissement des réacteurs. Mais ces usines improvisées qui désalinisent et filtrent le césium tombent souvent en panne ‒Areva en sait quelque chose ‒ et le solde des mètres cubes se trouve finalement positif, malgré les promesses de la feuille de route de 2011. En effet, des quantités considérables d’eau de la nappe phréatique ‒ on parlait en septembre de 200 à 500 tonnes par jour ‒ arrivent directement dans les sous-sols de la centrale et s’ajoutent aux volumes d’eau pompée.

                                                            Le stockage de l’eau radioactive ‒ 98 000 à 120 000 tonnes selon les estimations ‒ ne pouvant pas s’étendre infiniment, Tepco, au bout d’un an, est au pied du mur.

                                                            L’entreprise s’apprête aujourd’hui à vouloir faire baisser le niveau de la nappe phréatique par 14 puits de pompage à l’ouest du site afin que l’eau n’envahisse plus les sous-sols de la centrale. Cette eau devrait être conduite directement dans l’océan. Or, rien ne dit qu’elle ne soit pas contaminée, car ce que ne dit plus l’opérateur, c’est que les échanges avec la nappe phréatique ont lieu dans les deux sens et que la pollution radioactive s’est répandue dans le sol dès les premiers jours de la catastrophe. C’est Naoyuki Matsuma lui-même, porte-parole de Tepco, qui l’a attesté en mars 2011 : à 15 m de profondeur sous la centrale, une mesure d’iode 131 indiquait un taux 10 000 fois supérieure à la norme. Depuis, l’entreprise n’a jamais plus communiqué sur ces analyses d’eau de la nappe phréatique.

                                                            Connaissant ses pratiques de non-dits, il est probable que ce qu’on analyse aujourd’hui n’est pas politiquement communicable au public. lien



                                                          • jean dupondal 24 novembre 2013 15:34

                                                            Je suis certain que tous les commentateurs ont résilié leurs contrats EDF.
                                                            Ceci me rassure ca c’est la seule solution. Le reste ? Du baratin.


                                                            • olivier cabanel olivier cabanel 24 novembre 2013 16:46

                                                              dupondal

                                                              un peu facile, non ?
                                                              un peu comme si un malade décidait de se coucher dans un cerceuil au lieu d’essayer de se soigner.
                                                               smiley

                                                            • Croa Croa 24 novembre 2013 15:36

                                                              Il ont parlé du même sujet samedi matin à Terre à Terre.

                                                              Si vous l’avez loupé c’est ici.

                                                              à écouter absolument !


                                                              • olivier cabanel olivier cabanel 24 novembre 2013 16:47

                                                                merci Croa

                                                                je l’ai écouté en effet hier,
                                                                j’ai même l’idée d’en faire un article.
                                                                toutes ces populations envoyées à la maladie, voire pire...
                                                                un scandale.
                                                                 smiley

                                                              • s4m0 25 novembre 2013 11:19

                                                                Bonjour Electric,

                                                                je me permets juste de corriger beaucoup de grossières erreurs dans votre billet (j’ai le sentiment que vous vous laissez emballer par vos théories complotistes) :

                                                                un réacteur ne peut provoquer une explosion nucléaire au sens qu’un réacteur n’est pas une bombe atomique. La nature et la géométrie du coeur l’en empêche ! Les explosions dans une centrales sont de nature chimique, causées par une température excessive du combustible qui engendre soit une explosion d’hydrogène (c’était le cas à Fukushima), voire de vapeur (Tchernobyl).

                                                                C’est bien le Tsunami qui a causé l’accident nucléaire en noyant les moyens externes de production électrique qui prennent le relais en cas de manque de tension sur le réseau (oui, une centrale a besoin d’électricité). Sur une centrale, il n’y a pas de « pile à combustible » (je ne vois d’ailleurs pas du tout où vous avez trouvé cette info) mais de bons vieux diesel voire des turbo-pompes.

                                                                Pour la « force » du tremblement de terre, avez vous une source ? Parce que tous les organismes un tant soit peu sérieux, affichent une magnitude proche de 9 (lien : http://eost.unistra.fr/actualites/actualite/article/seisme-du-japon-11-mars-2011-note-scientifique-de-lipgs/) et l’ensemble des habitants semble dire qu’il s’agit d’un des pires jamais ressenti (les vidéos sont très par ailleurs très impressionnantes). La bonne tenue des bâtiments est à mettre sur le compte de l’excellente maîtrise des techniques parasismique par les japonais !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès