• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Funérailles d’Alexandre Zakhartchenko - 200 000 personnes ont fait (...)

Funérailles d’Alexandre Zakhartchenko - 200 000 personnes ont fait leurs adieux au chef de l’État assassiné

Le 31 août 2018, un attentat à la bombe coûtait la vie à Alexandre Zakhartchenko, chef de la République Populaire de Donetsk (RPD) et à un de ses gardes, et blessait 12 autres personnes. Aujourd’hui, 2 septembre 2018 avaient lieu ses funérailles à Donetsk.

Dès hier, 1er septembre, les habitants de Donetsk ont commencé à venir se recueillir sur le lieu de l’attentat, déposant icônes, photos et fleurs là où le chef de l’État a été assassiné.

Le bilan initial s’est alourdi en fin de soirée la veille, passant à deux morts et douze blessés. Si Alexandre Timofeyev, ministre des Finances a repris conscience dans les heures qui ont suivi, Natalia Volkova est toujours dans un état critique.

Voir le reportage près du café où a eu lieu l’attentat :

Aujourd’hui avait lieu la cérémonie de funérailles publique. Alors que le théâtre n’ouvrait ses portes au public qu’à 9 h, dès 8 h, une file d’attente d’un kilomètre s’étirait dans l’avenue Artioma. En tout c’est près de 200 000 personnes qui sont venues dire adieu au chef de l’État assassiné. Quatre fois le nombre de personnes qui étaient venus aux funérailles des commandants Motorola et Guivi. Des personnes sont même venues d’autres villes de la République (comme Gorlovka et Makeyevka) pour faire leurs adieux.

Il y avait tellement de monde, qu’au lieu des deux heures habituelles, cette fois, les gens ont eu trois heures et demie pour déposer des fleurs et se recueillir devant le cercueil d’Alexandre Zakhartchenko.

Et même ainsi, c’était insuffisant pour permettre à tout le monde de le faire. Beaucoup de personnes ont dû se résoudre à faire passer leurs fleurs de mains en mains jusqu’au théâtre ou à les jeter sur le convoi une fois que celui-ci s’est mis en branle.

Voir la vidéo des funérailles :

Parmi les membres du gouvernement de la RPD, étaient présents, entre autre, le nouveau chef de l’État par intérim, Dmitri Trapeznikov, Denis Pouchiline (président du parlement), Vladimir Kononov (ministre de la Défense) et Alexandre Timofeyev, qui est sorti de l’hôpital pour assister aux funérailles.

Des délégations étrangères de plusieurs pays sont aussi venues assister aux funérailles. Étaient présents, entre autre, le chef de la République Populaire de Lougansk (RPL), Léonid Passetchnik, le Président de la République d’Ossétie du Sud, Anatoli Bibilov, le Vice-premier ministre d’Abkhazie, Astamour Ketsba, le chef de la République de Crimée, Sergueï Aksionov, les députés de la Douma russe, Natalia Poklonskaya, Andreÿ Kozenko, et Kazbek Taïsaev, et le chef des Loups de la Nuit (club de motards russes), Alexandre Zaldostanov.

Ces représentants venus de quatre pays n’ont pas tari d’éloges sur Alexandre Zakhartchenko, et plusieurs ont fait des commentaires sur la suite des événements, ou ce qui devrait être fait par la Russie, comme Kazbek Taïsaev.

«  Alexandre n’était pas seulement un bon ami et le chef de la République Populaire de Donetsk. Il personnifiait la bannière russe de la paix, la lutte contre le fascisme. Un tel coup, comme celui qui nous a été infligé à tous aujourd'hui, devrait recevoir une réponse adéquate. J'ai pris la parole à plusieurs reprises à la Douma et j'ai proposé de reconnaître les résultats du référendum [de 2014 NDLR]. Je pense qu'il serait juste qu'en mémoire d'Alexandre Vladimirovitch, la Douma vote enfin et reconnaisse les résultats du référendum. Je pense que ce serait le meilleur cadeau qui soit, en mémoire de lui. C'était un grand homme, c'est dur de perdre des amis. Ce qu'il a commencé ici, dans le Donbass, ne restera pas inachevé,  » a déclaré le député russe.

Alexandre Zakhartchenko a été enterré avec les honneurs militaires, aux côtés de Motorola et Guivi dans le cimetière du Sud de Donetsk. Frères d’armes du temps de leur vivant, c’est ensemble qu’ils reposeront désormais.

En attendant, cet assassinat a (comme on pouvait le craindre) des conséquences négatives sur le processus de paix dans le Donbass. Alors que Kiev dément être derrière cet assassinat, l’un des députés ukrainiens les plus anti-russes, Igor Mossiytchouk, appelle le gouvernement ukrainien à revendiquer l’attentat (sic).

« [Il faut] dire ouvertement que ce n'est pas le FSB qui neutralise « les terroristes » mais nous-mêmes. On ne mène de dialogue avec « les terroristes » nulle part dans le monde et nous ne le ferons pas non plus. Il a été neutralisé par nos services spéciaux  », a-t-il déclaré.

Mossiytchouk a aussi déclaré que les tentatives d’attentat précédentes contre Zakhartchenko avaient aussi été organisées par le SBU (service de sécurité ukrainien), et que le gouvernement ukrainien était lâche de ne pas revendiquer cet assassinat. Et après c’est les gens de la RPD que Kiev traite de terroristes… Je vous laisse juger qui mérite ce qualificatif.

Et pendant que l’armée ukrainienne se renforce à coup de mercenaires étrangers, de volontaires néo-nazis et d’instructeurs américains et canadiens en vue de préparer une offensive dans le Sud de la RPD, la diplomatie a été totalement mise à l’arrêt par cet attentat. Alors qu’une nouvelle date de rencontre au Format Normandie était attendue, Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères a déclaré que suite à l’assassinat de Zakhartchenko, il était impossible d’envisager une telle réunion.

«  Dans la situation actuelle, il est impossible de parler de prochaines rencontres au format Normandie, comme le voudraient nos partenaires européens. La situation est grave et il faut l'analyser. Ce dont nous nous occupons à l'heure actuelle  », a déclaré monsieur Lavrov.

Cette déclaration est compréhensible lorsqu’on voit le silence des chancelleries occidentales, et surtout de Paris et Berlin concernant cet attentat. Aucune condamnation n’est venue de la part des deux garants occidentaux des accords de Minsk.

Pourquoi chercher à discuter avec des terroristes et leurs soutiens se demande la Russie. Si Paris et Berlin ne jouent pas leur rôle alors il est en effet inutile de continuer à discuter. Or les réunions au Format Normandie sont les seules à avoir permis (parfois) de faire avancer le processus de paix.

Si la France et l’Allemagne ne réagissent pas rapidement, l’escalade de la situation semble inévitable. Et la date du 14 septembre, mentionnée par Édouard Bassourine hier comme date potentielle de la future offensive, correspond au jour où la cour d’appel de Londres rendra son verdict dans le dossier de la dette de 3 milliards de dollars que l’Ukraine doit à la Russie.

Si l’Ukraine est condamnée, quoi de mieux pour glisser cette dette sous le tapis que de relancer la guerre, et prétendre la mener contre la Russie pour ne pas rembourser ?

Le 31 août 2018, ce n’est pas seulement Alexandre Zakhartchenko qui a été tué. Ce jour-là, c’est peut-être les accords de Minsk, et la paix, qui ont été assassinés avec lui...

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  3.47/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • microf 3 septembre 10:46
    Qu´il repose en Paix.

    « Les Russes tardent á se mettre en selle, mais ensuite, ils chevauchent très vite », alors, aux assassins, avis...

    • Matlemat Matlemat 3 septembre 17:14

      @microf
       « Les Russes ne commencent pas les guerres, ils les terminent. »


    • Matlemat Matlemat 3 septembre 12:15

       Espérons que ce ne soit pas le prélude à des opérations de grande envergure comme après l’assassinat du commandant Massoud en Afghanistan le 9 septembre 2001. 


      • Dom66 Dom66 3 septembre 12:48
        Condoléances à sa famille et au peuple du Donbass. smiley

        Oui qu’il repose en Paix et que sa mort soit vengée.

        Merci pour cet article…

        Une remarque perso, j’aurais aimé qu’une personnalité officiel Russe soit venue, cela aurait eu une impacte politique internationale plus importante.





        • titi 3 septembre 14:25
          @L’auteur

          « Des délégations étrangères de plusieurs pays…….le chef de la République Populaire de Lougansk (RPL),......le Président de la République d’Ossétie du Sud, …...Vice-premier ministre d’Abkhazie, …...le chef de la République de Crimée,.....les députés de la Douma russe, ...….le chef des Loups de la Nuit »

          Rappelez moi, SVP, quels pays ont reconnu officiellement ces « pays » ?


          • microf 3 septembre 14:31
            @titi

            « Rappelez moi, SVP, quels pays ont reconnus officiellement ces « pays » ? »
            Si ces pays se reconnaissent déjá entre eux, celá suffit, ils n´ ont pas besoin d´être reconnus par tous.

          • V_Parlier V_Parlier 3 septembre 14:34

            @microf
            Surtout quand on voit la mentalité de ceux qui aiment s’appeler « la communauté internationale » en oubliant qu’ils ne représentent que le quart de la population mondiale.


          • microf 3 septembre 16:23
            @V_Parlier

            Exact et bien dit @V_Parlier.

          • JP94 3 septembre 16:32

            A propos de la non-réaction des chancelleries occidentales : qui ne dit mot, consent !


            Que l’UE ne dise pas qu’elle est en guerre contre le terrorisme, quand elle soutient un attentat fasciste, violant les accords qu’elle est chargée ( certains de ses membres) de superviser.

            Elle ne peut que se taire, car parler ouvrirait les yeux ( un peu) aux peuples d’Europe occidentale sur la véritable nature du Pouvoir occidental...

            • Xenozoid Xenozoid 3 septembre 16:40

              j’espère que cette affaire, n’est pas interne,le coté psychologique est a mon avis énorme,c’était un homme qui voulait resté vivant dans une sociéte en guerre,ce qui en faisait une cible ou du moins« la cible »


              • Guy19550 3 septembre 16:50
                A propos de la reconnaissance des pays :

                Ce n’est pas de hier que les avis divergent, deux principes s’opposent, celui de la territorialité et celui du droits des hommes. A ma connaissance, un accord universel n’a pas encore vu le jour. Cela ne veut pas dire qu’il y en a qui ont raison et d’autres qui ont tort, mais simplement que en haut lieu on n’arrive pas à trancher.

                Les cowboys ne cessent de répéter par exemple qu’ils veulent le respect de la territorialité en Ukraine alors qu’en Syrie, ils ne sont apparemment pas de cet avis puisqu’ils veulent (encore maintenant) éjecter Assad, là où le seul pouvoir légitime est le sien.

                Les deux systèmes peuvent parfaitement coexister et c’est d’ailleurs le cas dans de nombreuses régions du globe.


                • raymond 2 3 septembre 20:42
                  @Guy19550
                  Cet article wikipedia est incompréhensible qui peu me dire combien il y a de russes en Ukraine ? Oui je sais je suis un peu bête.
                  Je suis pervers mais quand même.


                • Christelle Néant Christelle Néant 3 septembre 21:07

                  @raymond 2
                  C’est marqué dans le lien que vous donnez 3 276 758 ..... Et cela ne mentionne que ceux qui ont gardé leur nationalité russe, pas ceux qui auraient acquis le passeport ukrainien. Sans parler des Russes ethniques qui sont là depuis l’Empire russe, vu qu’avant la révolution bolchevique, l’Ukraine n’existait tout simplement pas....


                • titi 3 septembre 21:36

                  @Christelle Néant


                  « l’Ukraine n’existait tout simplement pas… »
                  Alors les républiques d’Ossétie, de Lougansk ou du Donetsk remontent à des temps immémoriaux 
                  lol

                • Christelle Néant Christelle Néant 3 septembre 21:58

                  @titi
                  La RPD et la RPL appartenaient à la Russie, comme une bonne partie de l’Ukraine depuis le milieu du 17e siècle pour la partie orientale et un peu après pour l’autre rive du Dniepr. Donc historiquement leur rattachement à la Russie est normal, et la forte présence de Russes ethniques aussi. L’Ossétie du Sud a fait partie de la Russie du milieu du 18e siècle jusqu’à la création de l’URSS, après quoi elle a été rattachée à la Géorgie dans un découpage hasardeux des soviétiques, puisque l’Ossétie du Nord se retrouvait dans la république soviétique de Russie.... C’est le même peuple, c’est juste qu’ils se sont retrouvés séparés à la chute de l’URSS à cause d’un découpage administratif débile. Donc si on remonte en termes d’antériorité sans remonter jusqu’à Cro Magnon, ces républiques appartiennent historiquement à la Russie. Donc logique qu’il y a beaucoup de Russes ethniques dedans. La prochaine fois avant de vous ridiculiser ouvrez un livre d’histoire.


                • titi 5 septembre 11:00
                  @Christelle Néant


                  « La prochaine fois avant de vous ridiculiser ouvrez un livre d’histoire. »

                  On parle « Etat » et vous me répondez « Découpage administratif »

                  Donc non. Ces républiques fantoches n’ont jamais existé.
                  Pas plus qu’une république du « Mont Tonerre », ou de « Sambre et meuse » anciens départements Français, rattachés administrativement à la Suisse ou à la Belgique.

                  Par contre ce qui a existé c’est la Prusse.
                  Donc si on suit votre logique on devrait rendre Koenigsberg à l’Allemagne.

                  Intéressant.





                • Christelle Néant Christelle Néant 5 septembre 12:09

                  @titi

                  Encore une fois vous auriez mieux fait de vous taire. La république d’Ossétie du Nord est une république qui fait partie de la fédération de Russie. C’est donc un État. C’était déjà le cas du temps de l’URSS où elle était une république autonome. Sa petite soeur du Sud était un oblast autonome, donc bien plus qu’un simple département français. Faut comparer ce qui est comparable.
                  La république de Donetsk Krivoï-Rog a existé après la révolution bolchévique avant d’être fusionnée avec la république nationale d’Ukraine pour former la RSS d’Ukraine. Donc il y a eu un État qui formait peu ou prou le projet actuel de Novorossia + même des territoires du Nord-Est de l’Ukraine AVANT que l’Ukraine actuelle n’existe. La RPD se revendique d’ailleurs de la filiation avec cette république. L’Ukraine est un État artificiel créé par les bolcheviques. L’Ukraine n’a JAMAIS existé avant, elle faisait partie de la Russie pour sa très grande partie. Donc si on suit VOTRE logique l’Ukraine n’a pas le droit d’exister non plus.
                  Ma logique c’est que c’est le droit des peuples à disposer d’eux mêmes qui prévaut. Ca s’appelle la charte de l’ONU, article 2. C’est ce qui s’est passé en Crimée et ici. Et j’ai pas souvenir que les habitants de Kaliningrad aient envie de quitter la fédération de Russie. C’est à eux qu’il faut demander avant de vouloir les rendre à l’Allemagne. Pas à vous.
                  Encore une fois, avant de l’ouvrir renseignez vous. Cela vous évitera de raconter n’importe quoi et de vous contredire vous-même.

                • Mychris Mychris 5 septembre 18:08
                  @Christelle Néant

                  L’exemple de Kaliningrad est fort mal choisi, car il reste selon wikipédia moins de 200 Allemands dans l’oblast :
                  "Pratiquement vidée de ses habitants en 1945, Kaliningrad affiche aujourd’hui presque un demi-million d’habitants, Russes à plus de 90 %. Le reste de la population est composé de Biélorusses, d’Ukrainiens et de Polonais. Il reste moins de 200 Allemands, souvent âgés."



                • Christelle Néant Christelle Néant 5 septembre 18:11

                  @Mychris
                  C’est pas moi qui ai choisi cet exemple mais la personne a qui je répondais...


                • Mychris Mychris 5 septembre 18:38
                  @Christelle Néant

                  Et je ne vous accusais de rien, bien au contraire.

                • Guy19550 4 septembre 23:00
                  Je n’ai aucune idée de la quantité de russes en Ukraine. Ce n’est pas si important pour ma part d’en avoir le nombre exact. Il n’y a pas que les russes et les ukrainiens du reste, il y a également des juifs que le pouvoir de Kiev ne voulait pas (voir massacre à Odessa). Beaucoup de ces gens ont pris peur une partie s’est réfugiée en Allemagne et une autre partie en Israël. Et cela ne se limite pas à encore à cela, il y a aussi les Tatars en Crimée.

                  La seule chose de plus ou moins certaine est que le pouvoir de Kiev ne veut que des tatoués de la groix gamée. Qui en doute ?

                  On a des différences ainsi dans plusieurs pays, Suisse et Belgique par exemple et dans les deux cas, il y a un état fédéral. Il n’y a à ma connaissance qu’en Ukraine où le pouvoir de Kiev veut toutes les ressources sans les différentes populations.

                  Je partage donc la thèse du génocide dans le Donbas. Mais encore une fois, ce n’est pas si important si j’ai raison ou pas. L’important est ce que pensent les autres et comme l’Ukraine veut venir à l’Europe, ce sont les européens qu’il faut lire. Là on se rend compte en les lisant qu’ils sont complices du génocide, c’est un fait indéniable lorsque on aligne les différents éléments disponibles, mais il y a toujours un exentrique ou l’autre qui veut donner l’illusion contraire. Les faits parlent d’eux-même, encore faut-il avoir la volonté de les chercher car la presse européenne est polluée à outrance.

                  • Guy19550 5 septembre 00:26
                    J’essaie ici d’expliquer la pollution :

                    Que dit l’Europe, apparemment pas grand chose :
                    Chine : http://french.xinhuanet.com/2018-09/04/c_137443885.htm
                    Pakistan : http://www.radio.gov.pk/04-09-2018/germany-urges-russia-to-continue-diplomatic-talks-on-ukraine
                    Rien trouvé ailleurs, et le seul point commun entre les deux sources qui précèdent est à trouver ici :
                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_de_coop%C3%A9ration_de_Shanghai
                    Il s’agit d’une recherche avec Google avec comme éléments de recherche « Merkel Kiev » sur la dernière semaine. Rien vu d’autre, et je suis en fin de la page 4 !
                    En fait, j’avais lu avant que Merkel avait l’intention d’aller à Kiev pour leur tirer les oreilles sur le conflit gazier, mais la recherche donne parfois des choses surprenantes. Faut croire qu’il y a plus d’intérêt chez les chinois et au Pakistan qu’en Europe pour ce qui se passe en Ukraine. C’est évidemment un non sens, la vérité est probablement qu’on a difficile à faire taire le Pakistan et la Chine !
                    Pourtant, Seibert est un allemand et c’est le pion qui est chargé de donner une autre vue aux choses.

                    • Christelle Néant Christelle Néant 5 septembre 08:39

                      @Guy19550
                      La réaction de la France est juste....

                      Pas de condamnation de ce qui est qualifié de « développement » au lieu d’être appelé par son nom : attentat terroriste....

                    • Guy19550 6 septembre 00:41
                      Je n’en doute pas (et j’ai lu), mais c’est éjecté de la recherche par Google. Les deux liens donnés avant indiquent autre chose de commun « urge » pour continuer...

                      PS : Bombardements reportés dans le sud aux petites heures le 6/09 par Tass (rien de visible encore ailleurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès