• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > George Clooney vs Viktor Orbán ou quand Hollywood s’invite dans la (...)

George Clooney vs Viktor Orbán ou quand Hollywood s’invite dans la politique hongroise

 

Quand un célèbre acteur américain amateur de café Nespresso fait la promotion de son film, personne ne s’attend à ce que cela crée des remous en Hongrie. Et pourtant, c’est exactement ce qui s'est passé il y a quelques semaines, lors d’un entretien qu’a accordé George Clooney à GQ.

George Clooney {JPEG}

 

Une interview qui fait polémique en Hongrie

« Nous n'étions pas au milieu de la pandémie [pendant la production], mais il y avait encore tous ces autres éléments, ces éléments de haine et de colère que nous éprouvons tous à ce moment de l'histoire, partout dans le monde. […] Regardez ce qui se passe au Brésil avec Bolsonaro ou Orbán en Hongrie. » L’auteur de cette punchline ? George Clooney. Lors de la promotion de son nouveau film Midnight in the Sky pour le magazine GQ, l’acteur n’a pas hésité à faire un parallèle entre ce qui se passe en Hongrie et au Brésil et sa dernière réalisation qui se déroule en 2049, dans une ambiance apocalyptique. Il poursuit sa déclaration en expliquant : « Si la haine que l’on voit aujourd’hui dans certains pays continue à prospérer et bien cela va se finir comme dans le film. » Des propos qui vont faire polémique en Hongrie. La télévision publique très contrôlée par l’État va tirer à boulets rouges sur l’ancien interprète de Batman, l’accusant entre autres de dénigrer leur pays. Le porte-parole du gouvernement Örs Farkas va plus loin, en expliquant que George Soros serait derrière les commentaires de George Clooney. Propos confirmés à la télévision hongroise, où un expert précise que l’attaque ne serait pas gratuite, mais cache une stratégie bien ficelée par George Soros. Ce dernier utiliserait l’acteur américain pour s'en prendre à la Hongrie, car elle refuse d’accueillir des migrants illégaux. Mais au fait, qui est ce George Soros ?

 

George Clooney : la marionnette de George Soros ?

Pour Viktor Orbán et ses partisans, c’est « l’homme le plus corrompu de la politique internationale actuelle ». Pour les autres, Soros est un financier milliardaire américain d’origine hongroise. Né en 1930 à Budapest, il a souvent critiqué Orbán, l’accusant d’adopter des positions nationalistes et anti-immigrant et de transformer la Hongrie en une « démocratie illibérale ».

Hormis qu’il porte le même prénom, l'individu n’aurait à première vue rien à voir avec George Clooney. Pourtant, la presse hongroise le présente comme un grand ami de Soros. En s’appuyant sur une photo où l’on aperçoit les deux hommes. Et le porte-parole des Affaires étrangères Tamas Menczer est allé dans ce sens en déclarant à la chaîne d’information pro-Orbán, Hir TV : « George Clooney est un bon acteur qui mérite le respect, mais personne ne devrait le traiter comme un oracle de la politique mondiale. […] Il a des gens qui lui murmurent à l'oreille. »

Celui qui est marié à l'avocate des droits de l'homme Amal Clooney n’a pas attendu pour répliquer. Il a d’abord critiqué les agences de presse hongroises qui ont répété les affirmations du gouvernement, puis a accusé ce dernier de mentir à son sujet : « J'ai rencontré George Soros une fois lors d'une réunion de l'ONU avec le président des États-Unis au sujet de la crise des réfugiés. J'ai rencontré son fils Alex une fois lors d'un événement à Davos. […] Voilà l'étendue de ma communication avec George Soros. Donc la machine de propagande d'Orbán ment, point final. »

George Clooney a également évoqué ses séjours en Hongrie, qui, d’après lui, ont commencé dans les années 1980 et se seraient poursuivis jusqu'au début des années 2000. Il explique que le pays était alors une belle démocratie : « J'attends avec impatience le jour où la Hongrie retrouvera ce qu'elle était autrefois. » Il fait bien de patienter, car il n’est pas sûr qu’on lui déroule le tapis rouge s’il venait en Hongrie aujourd’hui.

Quoi qu’il en soit, cette polémique aura au moins servi à faire une belle promotion au film Midnight in the Sky…ou pas. D’ailleurs, quand est-ce qu'il sort ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 décembre 2020 09:33

    Soros est une puissance équivalente à des états, mais en déclin.

    Il vient d’en faire l’expérience au Karabach où ses plans ont été contrecarrés par une alliance inattendue entre le Royaume-Uni et la Turquie.

    Il faut dire que la perfide Albion n’avait pas digéré l’OPA que Soros avait menée contre la Livre et qui avait ruiné pas mal de monde dans la gentry.


    • Gégène Gégène 2 décembre 2020 09:57

      @Séraphin Lampion

      café l’Angleterre avec la Turquie ?



    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 décembre 2020 10:31

      @Gégène

      Le double jeu d’Israël est également flagrant dans cette histoire.


    • troletbuse troletbuse 2 décembre 2020 09:37

      C’est une évidence George Clowm nez est un agent de Soros


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 décembre 2020 09:39

        @troletbuse

        d’ailleurs, ils ont le même prénom !


      • JC_Lavau JC_Lavau 2 décembre 2020 11:17

        @Séraphin Lampion. György, pas la même prononciation...


      • Gégène Gégène 2 décembre 2020 09:55

        « La télévision publique très contrôlée par l’État va tirer à boulets rouges »

        « la chaîne d’information pro-Orbán, Hir TV »

        nan mais c’est quoi, ce pays ?

        je note que BFM se traduit en hunnique par Hir  smiley


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 décembre 2020 10:54

          @Gégène

          Au fait, c’est bien en 1111 qu’a eu lieu l’invasion des Huns, non ?


        • Gégène Gégène 2 décembre 2020 11:47

          @Séraphin Lampion

          que nenni ! ils avaient fait ça en 4-4-2.


        • Albert123 2 décembre 2020 11:27

          « J’ai rencontré George Soros une fois lors d’une réunion de l’ONU avec le président des États-Unis au sujet de la crise des réfugiés. J’ai rencontré son fils Alex une fois lors d’un événement à Davos.« 


          c’est la version sorosienne du »je suis pas raciste j’aie même un ami noir"


          On ne va pas à Davos pour rien on n’y est pas invité pour rien non plus.





            • binary 2 décembre 2020 12:28

              Clooney était un sympathique célibataire séducteur, puis il a épousé une avocate. Et voilà le résultat !


              • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 décembre 2020 17:12

                @binary

                alors que Soros n’a jamais été sympathique !


              • scorpion scorpion 2 décembre 2020 18:22

                AH George, fait des films et ferme là ! Ton pays est le plus grand des génocidaires et des va t’en guerre alors, un peu de modestie !


                • slave1802 slave1802 3 décembre 2020 08:40

                  En arriver à soutenir Orban...

                  Même en 45, vous auriez continués à soutenir tonton Adolf. D’ailleurs, c’est Soros qui l’a exfiltré de Berlin avec sa copine...


                  • Parrhesia Parrhesia 3 décembre 2020 11:10

                    Infiniment de carrières d’artistes, ceci indépendamment des qualités intrinsèques de ceux-ci, et dans tous les domaines de l’art, n’auraient pas été ce qu’elles ont été si les artistes en question n’avaient pas su choisir au bon moment le « filon politiquement correct » porteur...

                    Quelques trop rares contre-exemples qui n’en sont que plus respectables : Yves Montand ( « Nous avons été des cons dangereux ! »), Michel Sardou (« Si les Ricains n’étaient pas là... ») Etc...

                    Mais ces exemples infiniment respectables sont devenus tellement rares !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

mike37


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité