• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Intolérance et inquisition en Algérie

Intolérance et inquisition en Algérie

Intolérance et inquisition. Deux mots qui font peur. Deux mots qui caractérisent maintenant l’Algérie.

« Le gouvernement doit rappeler fermement aux agents de l’ordre et aux magistrats que leur rôle n’est pas de pourchasser les citoyens pour « délit religieux », mais de protéger l’exercice des libertés fondamentales, garanties par la Constitution et les Pactes internationaux ratifiés par l’Algérie  ». [...] « Dans l’espace public, tous les citoyens doivent jouir des mêmes droits et du même respect ». C’est le message que lançait le Collectif SOS Libertés de l’Algérie. Le message n’a pas été entendu. L’article 35 de la Constitution algérienne stipule que « la liberté de conscience et la liberté d’opinion sont inviolables ». Même si l’islam est proclamé religion d’État, en Algérie, le gouvernement peut-il ignorer sa Constitution ? Bouabdallah Ghlamallah, ministre des Affaires religieuses et du Waqf, a une toute autre interprétation de la Constitution. Selon lui, les Algériens ne jouissent pas du droit d’être différents en religion. C’est nier l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ».

C’est la fin du Ramadan. En Algérie, une chasse aux tricheurs a marqué âprement cette fête musulmane. El-Watan écrit : « On aurait certainement aimé finir ce mois sacré du Ramadhan dans un esprit de mansuétude, dans un élan de générosité, et par-dessus tout, dans une ambiance festive. […] Ce qui s’est passé à Aïn El Hammam, à Ouzellaguen et à Tébessa donne assurément une piètre image de notre État, réduit à traquer les non-jeûneurs à défaut de chasser ces squatters de parkings sauvages qui règnent sur nos cités ».

En dehors des cercles que fréquentent les observateurs de l’actualité internationale, il fut très peu question dans la presse mondiale des événements qui ont marqué ce mois de Ramadan qui s’est malheureusement caractérisé par des atteintes flagrantes aux droits élémentaires de l’Algérie en tant que citoyen et personne humaine. Maître Fetta Sadat est le Secrétaire national aux droits de l’Homme de l’Algérie. Il dénonce le comportement abusif et inacceptable de la police algérienne : « s’érigeant en censeurs, moralisateurs et prétendus gardiens de la moralité publique, les services de police ont procédé à des arrestations musclées de “non-jeûneurs” les déférant à parquet. Ces interpellations, véritables opérations coup-de-poing opérées dans les wilayas de Tizi Ouzou et de Béjaïa rappellent douloureusement les mêmes descentes policières effectuées durant les mois de Ramadhan des années précédentes dans les autres wilayas du pays à l’instar d’Alger, Tiaret, Biskra et autres  ». Selon Maître Fetta Sadat, « ces arrestations sont dénuées de tout fondement légal, la Constitution algérienne, texte suprême consacrant clairement la liberté de culte, la liberté de conscience et la liberté d’opinion ».

Pour comprendre ce qui s’est passé en Algérie, il me faut vous citer La-Kabylie  : « si vous déjeunez tranquillement chez vous, que l’on sente seulement une odeur de café ou autre qui émane de chez vous pendant le Ramadan, ne soyez pas surpris de voir débarquer illico la police. Cette même police qui devrait plutôt s’occuper à assurer la sécurité et le bien-être du citoyen. Dans les villes algériennes c’est la pagaille qui règne. Malgré une omniprésence des policiers, les agressions, les vols sont monnaies courantes. Des milliers de personnes squattent les trottoirs avec leurs étals, obligeant les piétons à emprunter les voies réservées aux véhicules  ». La-Kabylie dénonce vertement ce qu’est devenue l’Algérie d’aujourd’hui : « Dans l’Algérie de Bouteflika ce n’est pas à Dieu qu’il faut rendre compte, question foi, mais à la justice des hommes ».

La question se pose : tous les Algériens qui ne font pas la prière, sont-ils tous des hors-la-loi ? L’Algérie sombre dans le totalitarisme religieux le plus complet. Onze personnes d’Ouzeleguen ont été arrêtées alors qu’elles ont été surprises en train de manger dans une gargote près du marché pendant ce mois de ramadhan. Le propriétaire des lieux est en liberté provisoire et il est mis en cause pour « atteinte aux valeurs et aux préceptes de l’islam » conformément à l’article 144 bis 2 du code pénal en Algérie. Au nom de l’Islam, la primauté du droit à la liberté de conscience et à la liberté individuelle est encore une fois complètement bafouée.

Slate cite Aziz, un enseignant, effaré par le pouvoir croissant des islamistes dans son pays. « En Algérie, Abdelaziz Bouteflika a fait un deal avec les islamistes. Il leur a dit : vous nous laissez le pouvoir politique et nous, on vous laisse le contrôle de la société civile ». Slate cite également le journaliste algérien Akram Belkaïd qui prend aussi la plume pour défendre le droit des non jeûneurs : « La religion est une affaire individuelle et chacun est libre de respecter ou pas les commandements divins. On ne peut obliger les gens à être de “bons musulmans” et, d’ailleurs, quel prix pourrait-on accorder à des jeûnes imposés par la coercition ? Ne pas jeûner, ce n’est pas insulter l’Islam ou les musulmans. C’est faire un choix qui ne regarde personne d’autre que l’individu lui-même. D’ailleurs, la logique policière qui veut que l’on fasse la chasse aux non jeûneurs est quelque peu spécieuse. Pourquoi alors ne pas embastiller celles et ceux qui ne prient pas, la prière étant aussi l’un des cinq piliers de l’Islam ? »

A la veille du mois de Ramadan, le Collectif SOS Libertés avait lancé aux autorités politiques algériennes un appel au respect de la liberté de conscience : « Le collectif SOS Libertés appelle les autorités à respecter les lois de la République, en mettant un terme au détournement des institutions au service d’une idéologie intolérante et liberticide. Le gouvernement doit rappeler fermement aux agents de l’ordre et aux magistrats que leur rôle n’est pas de pourchasser les citoyens pour ’délit religieux’, mais de protéger l’exercice des libertés fondamentales, garanties par la Constitution et les Pactes internationaux ratifiés par l’Algérie ». Le Collectif SOS Libertés exigeait de plus que « des lieux de consommation (cafés et restaurants) doivent être autorisés à ouvrir pour répondre aux besoins de ceux qui, pratiquant une religion autre que l’Islam ou n’en pratiquant aucune, ont choisi de ne pas jeûner ». En mars 2008, le Collectif SOS Libertés était à l’origine d’une pétition pour le respect des libertés démocratiques en Algérie.

Est-ce mieux au Maroc ? Au Maroc, tout Musulman qui rompt le jeûne du Ramadan dans un lieu public peut se voir puni par une amende et une peine de prison pouvant aller jusqu’à six mois. Manger en public est punissable en vertu de l’Article 222 du Code pénal marocain qui dit : « Celui qui, notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du ramadan, sans motif admis par cette religion, est puni de l’emprisonnement d’un à six mois et d’une amende de 12 à 120 dirhams ». Pour la deuxième année consécutive, des jeunes Marocains ont lancé une initiative dont le but est de permettre aux gens qui ne veulent pas observer le jeûne de Ramadan de pouvoir manger en public sans être punis. Ils ont créé un groupe facebook qui s’appelle MALI pour : (M)ouvement (A)lternatif pour les (L)ibertés (I)ndividuelles. Il compte jusqu’à ce jour-ci 2262 membres. Le Conseil des oulémas de Mohammedia condamne bien évidemment ces agitateurs et leur dessein odieux. Pour le député et imam, Abdelbari Zemzemi, cité par Magharebia, « les opinions religieuses sur la question ne peuvent être plus claires : ceux qui rompent le jeûne chez eux durant le Ramadan ne sont pas concernés. Et il n’est pas légal de les espionner. Mais manger en public est un acte que les autorités sont dans l’obligation de punir ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • anti-oligarchie anti-oligarchie 14 septembre 2010 13:01

    @ l’auteur de l’article :

    faire la promotion de ’la kabylie’...association communaitaire(kabyle et berbere exclusivement)....qui prone la partition de l’algérie....

    Ce site est remplis de plus en plus d’idiot...
    L’auteur sera le premier à proner l’assimilation française...et l’anti-communautarisme en France.

    Bienvenu chez les zombies et les terroristes intellectuel smiley


  • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 14:13

    anti-oligarchie


    Je m’attendais à ce type de réponses. Hélas ! 

  • Eusèbe 15 septembre 2010 00:09

    Hélas, et évidemment, aucune réaction au contenu de l’article. L’obscurantisme religieux n’est jamais loin...


  • Talion Talion 14 septembre 2010 10:44

    La solution est simple : Abjurer et embrasser l’athéisme.

    Comme ça lorsque les flics viennent vous emmerder vous pouvez tranquillement les envoyer paître.


    • Deneb Deneb 14 septembre 2010 11:07

      Talion, si une meute de flics à la solde des islamistes viennent chez moi, je ne me risquerais pas de les envoyer paître en disant que je sois athée. Ils pourraient mal réagir.

      Il y a des flics qui connaissent la loi, puis d’autres qui connaissent le Qadi.


    • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 14:15

      Talion


      L’athéisme est-il seulement autorisé ? J’en doute.

    • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 14:16

      Deneb 


      Très juste. Affronter une telle armada... je n’oserais pas.

    • TDK1 TDK1 14 septembre 2010 14:49

      Bonjour Talion,

      Quelques exemples de régimes politiques qui prônaient l’athéisme : Le régime national socialiste allemand ; le communisme soviétique ; le communisme chinois, le communisme cambodgien.... Que des régimes dans lesquels la police n’emmerdait personne pour ses convictions.....

      L’athéisme est aussi liberticide que n’importe quelle idéologie, dès lors qu’elle est totalitaire. C’est le totalitarisme qui est liberticide. La grande différence entre l’islam et d’autres religions, c’est que l’islam est intrinsèquement totalitaire. L’islam n’est pas (à mon avis), en tous cas pas seulement, une religion. C’est une doctrine, une idéologie qui impose un mode de vie, de pensée, qui régit chaque instant de la vie des individus, comment parler, comment se vêtir, comment se nourrir, comment organiser sa vie familiale, sa vie conjugale, comment gérer son patrimoine, toujours selon un maître mot : soumission. Tu dois te soumettre à la loi de l’islam et, dès lors que tu t’es soumis, soumettre à ton tour d’autres à la loi de l’islam.

      L’athéisme a exactement le même schéma de pensée et de fonctionnement. C’est aussi une idéologie totalitaire.

      Cordialement,


    • Duralex Duralex 14 septembre 2010 21:36

      @TDK1

      Le national socialisme allemand n’a jamais proné l’athéisme.

      A part ça je me permets de saluer l’auteur pour cet article trés intéressant.

      Je voudrais souligner que si la police algérienne se met à pourchasser les gens qui ne font pas le ramadan, c’est que ceux ci sont de plus en plus nombreux, le peuple algérien étant en train de désinvestir la religion, comme d’autres avant lui....


    • Eusèbe 15 septembre 2010 00:10

      Il vaudrait alors mieux se déclarer chrétien, l’athéisme est une sorte d’hérésie pour les islamistes.


    • Gérard Luçon Gerard Lucon 20 septembre 2010 10:10

      ni le régime chinois, excepté durant la révolution culturelle où ont même été brulées des églises orthodoxes faites en bois dans la province de Heilongjiang, les autorités chinoises, de tout temps, ont toujours tenu compte de la religion, et ont composé avec


    • Ronald Thatcher vraimentrienafoutiste 14 septembre 2010 10:57

      effrayante expension de la « pensée morte », si près de nos portes... 

      Le maghreb, un moyen-âge wifi peuplé de cro-magnon à téléphone cellulaire !


      • Deneb Deneb 14 septembre 2010 11:13

        rienafoutiste : je vous signale juste que l’Homme de Cro-Magnon
        designe en anthropologie l’homme moderne, vous en êtes, j’espère.


      • Ronald Thatcher vraimentrienafoutiste 14 septembre 2010 11:54

        je ne vous comprend pas Deneb...

        c’est pourquoi je fait appel à la police de l’internet !

        placez-vous devant votre écran et veuillez souffler dans les petits trous de la sortie du son...
        si votre taux d’alcool est supérieur au nombre de pixels par pouce, votre connexion sera suspendue pour une durée qui reste à déterminer. Vous recevrez un mail explicatif ainsi que la visite de nos représentants bodybuilder chez vous. Veuillez collaborer en nous dénonçant quelques déviants susceptibles de raccourcir votre exclusion du grand monde numérique !

        Pixel et ordre
         smiley


      • Deneb Deneb 14 septembre 2010 12:37

        Je vois que vous avez des arguments ....

        A votre crédit, le fait que

        Actuellement, la communauté scientifique a pratiquement abandonné l’expression vieillissante d’« homme de Cro-Magnon » au profit de celles d’« hommes anatomiquement modernes » et d’Homo sapiens. (cf wikipedia)

        reste que vous allez me taxer de sodomiseur de mouches, mais, bien que l’expression a vieilli, l’homme de cro-magnon = l’homme moderne


      • Ronald Thatcher vraimentrienafoutiste 14 septembre 2010 12:47

        et neandertal elle bat le beurre !


      • King Al Batar King Al Batar 14 septembre 2010 13:28

        Moi je suis un homo erectus.... J’ai tout le temps la gaule !

        Ok je sors et je ferme la porte en partant....


      • boubi boubi 14 septembre 2010 13:59

        Encore des clichés tirés de la propagande holliwoodo-sioniste.Rien de nouveau sous le soleil.De plus la France n’ a absolument aucune leçon à donner à l’Algerie elle qui a massacré plus d’un million d’Algerien.


      • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 14:19

         boubi 


        Mais qui parle de donner des leçons ? L’actualité parle d’elle-même, il me semble. 

      • TDK1 TDK1 14 septembre 2010 15:10

        @ Boubi

        Quand et où la France a t elle tué un million d’algériens ? Ce chiffre mythique qui figurait de manière propagandiste dans la constitution algérienne de 1963 n’y figure plus.
        I y a eu, pendant la période 1954-1964 environ 300 000 tués algériens, dont 30 000 assassinés par le FLN et environ 100 000 harkis massacrés la gorge tranchée et les couilles coupées lors du départ des Français (avec la complicité du gouvernement français qui les a livrés).

        Revenons sur terre

        Codialement,


      • Pelmato 14 septembre 2010 17:52

        Boubi, ce qui est fait est fait, malheureusement pour tout le monde on ne peu pas revenir en arrière…Je ne crois pas que dans l’article il sagisse de donner des leçons à qui que ce soit.
        Même un Algérien pourrait écrire cette article et j’en connais beaucoup qui l’on peut-être même déjà fait et on reçu certainement quelque menace de mort au passage.

        L’Algérie doit se réveiller.


      • Pelmato 14 septembre 2010 18:01

        La-Kabylie l’a déjà fait… J’ai écris trop vite.
        Je parle du RDC (Rassemblement pour la Démocratie et la Culture en Algérie).


      • Pelmato 14 septembre 2010 18:03

        RCD, pardon… Mouvement peut-être un peu moins partisant au niveau de l’indépendance que La-Kabylie mais tout aussi intéressant.


      • heliogabale boug14 14 septembre 2010 23:20

        Non la guerre d’Algérie a fait dans les alentours de 400 000 morts Algériens auxquels on peut rajouter 30 000 harkis tués lors de vindictes populaires et/ou des chefs locaux du FLN.
        On peut rajouter les victimes de l’invasion de l’Algérie de 1830 à 1871 qui fut très sanglante...certains pensaient que les Algériens deviendraient les Indiens d’Amérique du bassin méditerranéen...là on peut parler facilement du million de victimes évoqué plus haut.


      • heliogabale boug14 14 septembre 2010 23:25

        Sur Wikipedia :

        Les estimations contemporaines de la population algérienne avant la conquête française de 1830 oscillent entre 3 et 5 millions d’habitants. La population connaîtra un recul quasiment constant durant la période de conquête jusqu’à son étiage en 1872, ne retrouvant finalement un niveau de trois millions d’habitants qu’en 1890. On peut découper cette période de l’évolution démographique algérienne en trois phases. De 1830 à 1856, sa population tombe de 3 à moins de 2,5 millions. Elle remonte ensuite jusqu’à 2,7 millions en 1861 avant de connaître sa chute la plus brutale à 2,1 millions en 1871.

        La diminution observée lors de la première phase de conquête tient pour une grande part dans la violence des méthodes utilisées par l’armée française, attestée par de nombreux témoignages. De retour d’un voyage d’enquête en Algérie, Tocqueville écrit que « nous faisons la guerre de façon beaucoup plus barbare que les Arabes eux-mêmes [...] c’est quant à présent de leur côté que se situe la civilisation. » L’objectif de la « pacification » est comme le déclare le colonel de Montagnac d’« anéantir tout ce qui ne rampera à nos pieds comme des chiens ».La politique de la terre brûlée, décidée par le gouverneur général Bugeaud, a des effets dévastateurs sur les équilibres socio-économique et alimentaire du pays : « nous tirons peu de coup de fusil, nous brûlons tous les douars, tous les villages, toutes les cahutes ; l’ennemi fuit partout en emmenant ses troupeaux ». Selon Olivier Le Cour Grandmaison, la colonisation de l’Algérie se serait ainsi traduite par l’extermination du tiers de la population, dont les causes multiples (massacres, déportations, famines ou encore épidémies) seraient étroitement liées entre elle.

        Après l’accalmie consécutive à la fin de la première phase de conquête, la période 1866-1872 voit à nouveau se creuser le déficit démographique algérien. En raison d’un cycle de six années où se mêlent les répressions de l’armée française, un tremblement de terre, le développement d’une épidémie de choléra et de la famine qui sévit en 1868, la population diminue de plus de 500 000 personnes. On estime que la famine de 1868 est responsable à elle seule de 300 000 à 500 000 morts.

        Les déportations massives : Des tribus entières ont fait l’objet de déportations et de bannissement. Les grandes familles Maures (d’origine espagnole) de Tlemcen s’exilent en Orient (au Levant) tandis que d’autres émigrent ailleurs. Les tribus jugées trop turbulentes sont bannies et certaines se réfugient en Tunisie et au Maroc, voire en Syrie. D’autres tribus sont déportées en Nouvelle Calédonie ou en Guyane.

        La crise démographique est telle que, dans une étude démographique de plus de trois cent pages sur l’Algérie, le Docteur René Ricoux, chef des travaux de la statistique démographique et médicale au bureau de statistique du gouvernement général de l’Algérie, prévoit tout simplement la disparition des « indigènes » algériens[20]. Le phénomène est interprété comme une conséquence des opérations militaires françaises mais aussi des conditions nouvelles imposées aux indigènes dont les caractéristiques les condamnent « à une lente mais inéluctable disparition ». Pour le professeur Ricoux comme pour nombre de ses contemporains des milieux scientifiques, une loi de la sélection naturelle voue les races les « plus faibles » à disparaître devant les races « supérieures ».

        Les prévisions du démographe Ricoux n’advinrent jamais : une fois terminée la phase de conquête du pays, la population algérienne connut une croissance continue. La fréquence, la virulence et l’extension géographique des épidémies, reculèrent peu à peu à partir de 1880 ou 1890, avec l’installation de l’administration civile, la fin des opérations de « pacification » et des déplacement de populations, l’amélioration de l’alimentation et, après la Première Guerre mondiale, la généralisation des contrôles sanitaires ou l’amélioration progressive de l’hygiène dans les villes. Il faudra néanmoins attendre la fin des années 1940 pour les voir disparaitre de la région.

        Quand les colons Français quittent l’Algérie devenue indépendante en 1962, il y a 10 millions d’indigènes. Loin d’avoir été « exterminée » (comme le suggère le titre de l’ouvrage Coloniser, exterminer), la population algérienne autochtone a en réalité doublé ou triplé durant la conquête et la colonisation française ; à titre de comparaison la situation est inverse à celle de la population amérindienne durant la conquête de l’Ouest.


      • heliogabale boug14 14 septembre 2010 23:28

        je corrige le chiffre des harkis : 60 000 selon les dernières recherches.


      • Aafrit Aafrit 15 septembre 2010 00:07

        Boubi
        Quels clichés ?
        Pourquoi cette attitude crétine de ne pas vouloir voir l’intégrisme et la stupidité des gens qui veulent imposer quelque chose sur d’autres qui n’ont ni enfreint des règles ni bafoué des lois ?
         
        T’es bouché ou quoi ?
        Pourquoi cette hypocrisie ?
        C’est qui, qui doit donner des leçons, alors ? Tes amis barbus ?


      • Eusèbe 15 septembre 2010 00:12

        Bof. Vous êtes allé en algérie récemment ? Apparemment pas...


      • birdy 14 septembre 2010 12:01

        On m’a dit que c’étaient des sionistes qui conspiraient pour souiller la pureté judenrein de l’islam.


      • Deneb Deneb 14 septembre 2010 12:10

        Ah bon, quelle ironie ?


      • Deneb Deneb 14 septembre 2010 12:15

        Rame à dents, c’est le nouveau sport à la mode ?


      • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 14:21

        Jertal Boridge


        Je n’ai pas saisi la quintessence de cette remarque.

      • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 14 septembre 2010 12:45

        @ Pierre R. Chantelois,

        Très inquiétante dérive d’un régime vraisemblablement aux abois ...

        " Slate cite Aziz, un enseignant, effaré par le pouvoir croissant des islamistes dans son pays. "

        On ne saurait mieux dire !  smiley

        Cordialement !


        • boubi boubi 14 septembre 2010 14:00

          L’Algerie est une terre d’Islam.



        • TDK1 TDK1 14 septembre 2010 15:17

          Re-bonjour Boubi,

          L’Algérie est une terre conquise par l’islam.

          1) Tout ce que l’homme fait, l’homme peut le défaire. Si nos ancêtres qui se sont implantés en algérois et sur tous les territoires qui composent l’Algérie d’aujourd’hui n’ont pas été assez c...lus pour dé-islamiser ces contrées, gageons que d’autres y arriveront.
          2) Que chacun regarde avec attention ce qu’il advient d’un pays conquis par l’islam et se pose la question : Est-ce que je veux cela pour moi, ma famille, mes enfants ?

          Dépêchez vous, vous n’aurez bientôt plus le droit de vous poser cette question !

          Cordialement,


        • A. Nonyme A. Nonyme 14 septembre 2010 22:48

          Par boubi (xxx.xxx.xxx.254) 14 septembre 14:00

          L’Algerie est une terre d’Islam.

          Mauvaise pioche !


        • Tall 14 septembre 2010 13:25

          Ben oui, l’islam est incompatible avec les droits de l’homme, et surtout de la femme.

          Lapidation et fouet pour adultère, etc ....
          Et chez les cathos, ce c’est pas mieux. En Belgique, les curés violent les gosses en toute impunité.
          Je viens même d’écrire un billet là-dessus, tellement c’est révulsant, mais j’ignore s’il sera publié.

          • boubi boubi 14 septembre 2010 14:01

            Et les rabins trafiquent les organes.


          • Tall 14 septembre 2010 14:01
            salut calmos

            pas porteur ?
            c’est aussi lourdingue que l’affaire dutroux ...

          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 14:30

            Tall


            Si j’ai bien suivi l’actualité belge, le rapport de la commission Adriaenssens aura pour conséquence la mise en place par l’Eglise d’un centre de reconnaissance, de guérison et de réconciliation. Et quelles suites donnera à ce rapport accablant la justice belge ? Rik Torfs, spécialiste du droit canon, pense que l’Eglise et la Justice ont chacune leur rôle à jouer. Seul l’avenir le dira.

          • Philou017 Philou017 14 septembre 2010 15:14

            Calmos : "En Algérie : ils sont bien gentils......mais qu’ils se démmerdent entre eux......la priorité : c’est que cela ne fasse pas tache d’huile ici"

            Et en Iran ?


          • Tall 14 septembre 2010 15:20

            Bonjour Chantelois


            Exact, l’Eglise belge continuera envers et contre tout d’essayer de limiter la casse en contrôlant le plus de choses possibles. Ce en quoi l’Etat belge est particulièrement laxiste, pour ne pas dire complice, et c’est ce que j’explique notamment dans mon billet.
            Mais j’ignore si avox osera le passer ... car c’est écrit à l’encre implacable.

            Je viens d’ailleurs de voir qu’il y a eu un précédent irlandais absolument identique en tous points : une pandémie de pédophilie constatée dans les écoles cathos, des dizaines de curés dénoncés, la loi du silence organisée par l’Eglise, puis la justice qui finit quand même par intervenir, et enfin : les excuses officielles du vatican.

            En Belgique, c’est exactement le même processus qui est en cours aujourd’hui.
            Mêms cause, mêmes effets.

          • Tall 14 septembre 2010 17:17

            bien sûr Calmos, mais il y a des centaines de cas de pédophilie relevés, et près de 15 suicides parmi les victimes ... c’est pas du léger ... en fait, c’est pire que dutroux, c’est de la saloperie institutionnalisée


          • LE CHAT LE CHAT 14 septembre 2010 13:27

            mais qu’attendent ceux qui veulent porter la burqa et prier dans les rues pour repartir chez eux ! là bas ils seront les bienvenus !  smiley

            c’est pas comme ça que l’Algérie risque un jour d’attirer les touristes !  smiley gare à l’après pétrole !


            • OMAR 15 septembre 2010 13:00

              Omar T.

              Miaou :« mais qu’attendent ceux qui veulent porter la burqa et prier dans les rues pour repartir chez eux ! là bas ils seront les bienvenus  ».

              Parce que mon minet, ce sont des citoyens français et qu’ils ne sont pas forcement d’origine algérienne.

              Et qu’il n’est pas si sûr que cela, qu’ils seront les bienvenus en Algérie...


            • ELCHETORIX 14 septembre 2010 14:13

              bonjour l’auteur , rien que le titre de cet article m’a interpelé !
              Je connais ORAN et j’y étais bien reçu par tout le monde , non seulement par la belle famille , mais les commerçants , et autres citoyens de cette ville , pourtant j’ai la tête d’un Européen , citoyen Français du Sud-Ouest !
              Le problème est que les dirigeants du FLN avec BOUTEF élu pour la 3ème fois , font le jeu des multinationales occidentales ( énergie ) et chinoises pour le BTF et le réseau routier , de plus le peuple est maintenu dans une pauvreté relative .
              Autrement , mis à part les oligarques du pouvoir , le pays et les gens sont magnifiques .
              ra ;


              • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 14:34

                ELCHETORIX


                Je ne doute pas que le peuple soit magnifique. Il y a le peuple, il y a les gouvernements. Et souvent un pays est jugé par les décisions de son gouvernement... ou par ses dérives. 

              • Eusèbe 15 septembre 2010 00:15

                Les oranais sont considérés comme assez progressistes et libres en Algérie..Allez faire un tour du côté de Constantine...


              • boubi boubi 14 septembre 2010 14:20

                La France qui est devenue une république bananière aux mains de la mafia sioniste et n’ a pas à donner de leçon aux autres pays et surtout pas à l’Algerie après le genocide de 132 ans contre le peuple algerien , elle devrait sans aucun doute balayer devant sa porte moisie car la situation n’est pas très jojo : expulsion,ségrégation raciale,chomâge de masse,corruption.........Mais qu’attendre d’un pays qui a pour première dame de France une prostituée juive ?


                « Etant donné son passé, elle aurait mieux fait de se taire » : l’actrice Catherine Deneuve n’a pas mâché ses mots lorsqu’elle a évoqué le soutien de Carla Bruni à Sakineh Mohammadi-Ashtiani, cette Iranienne condamnée à la lapidation pour « adultère ».



                • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 14:39

                  boubi


                  « Mme Catherine Deneuve dément formellement les propos qui lui sont prêtés » et « affirme son respect pour la personne et l’engagement de Mme Carla Bruni-Sarkozy  », affirme un communiqué publié par l’agent de l’actrice, et publié notamment par Le Parisien. La presse italienne (les quotidiens Il Giornale et Corriere della Serra) prête à l’actrice française des déclarations tonitruantes en marge de la Mostra de Venise sur l’épouse du chef de l’Etat et son combat dans l’affaire de Sakineh, la femme iranienne soupçonnée d’avoir tué son mari.

                  Il faut toujours valider au moins deux fois ses sources.

                • galien 14 septembre 2010 14:39

                  Arrête de répandre paix, amour et tolérance, on étouffe grand malade haineux.


                • Martin D 14 septembre 2010 14:23

                  Pour le député et imam, Abdelbari Zemzemi, cité par Magharebia, « les opinions religieuses sur la question ne peuvent être plus claires : ceux qui rompent le jeûne chez eux durant le Ramadan ne sont pas concernés. Et il n’est pas légal de les espionner. Mais manger en public est un acte que les autorités sont dans l’obligation de punir ».

                  entièrement d’accord avec cet imam et député...la police n’a pas a arrêté les gens chez eux ! c’est un délit !


                  • Pelmato 14 septembre 2010 15:22

                    Superbe article. Oui il est bon de rappeler que l’Algérie ne respecte pas sa constitution dans la liberté de culte.


                    • TDK1 TDK1 14 septembre 2010 15:31

                      Oui, l’islam génère l’intolérance et le totalitarisme.

                      Quand certains vous tiennent des discours sur l’islam, une religion comme une autre, tolérante, une religion « du Livre » qui reconnait les droits et les coutumes des autres pratiquants de la religion « du Livre », il s’agit bien évidemment d’un énorme bobard, d’un mensonge comme la religion musulmane autorise ses adeptes à en proférer dès lors que c’est pour la « bonne cause ».
                      Dans le top 10 des pays qui persécutent le plus les chrétiens, nous trouvons 8 pays musulmans !!!! (http://www.portesouvertes.fr/informer/ip_top10.php)

                      Et bien sûr une témoignage de chrétiens algériens victimes de ces arrestations pour « insulte à l’islam ».... Ne pas avoir fait le ramadan ! (http://www.dna-algerie.com/component/content/article/34-politique/478-inculpe-pour-offense-a-lislam-salem-felak-temoigne-l-jai-le-droit-de-ne-pas-faire-careme-r.html)


                      • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 15:31

                        Pelmato


                        Merci.

                        • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 15:36

                          TDK1


                          J’ai parcouru DNA, un des deux liens que vous proposez. Un témoignage courageux.

                          • galien 14 septembre 2010 15:56

                            Pauvres algériens, courage, ils sauront mettre dehors les intégristes, et enfin ils pourront passer du voile à la vapeur.


                            • Hijack Hijack 14 septembre 2010 16:16

                              J’ai vu au Maroc, des gosses caillasser tous ceux qui soupçonnent de ne pas faire le Ramadan ... PIre, j’ai un copin métis ... (on peut à la limite le prendre pour un marocain, mais avec son 4/4 en plein été, il pouvait aussi être touriste ...) ben non, police, insultes etc ...

                              Si l’Algérie en est à ce point, c’est qu’elle rétrograde et c’est dommage.

                              J’imagine un gars malade, voulant faire le ramadan mais n’en ayant pas le droit médicalement (par exemple un diabétique sous insuline ... qui peut avoir besoin de sucre à tout moment entre autres), qui prend son café chez lui et voit débarquer les flics ...
                              Je sais que dans ce cas, la personne n’osera même pas dire qu’elle est malade, car je crois savoir que tous les non faiseurs de ramadan trouvent la maladie comme excuse...bcp sortent un certificat médical...
                              Ça craint !  Les religions sont contraires à toute évolution ... C’en est une preuve !


                              • OMAR 15 septembre 2010 13:26

                                Omar T.

                                Bonjour Hidjak
                                 
                                En Algérie et dans tous les pays musulmans, sont dispensés de jeûn, les personnes malades, les femmes enceintes ou en période menstruelle, les enfants, les personnes en déplacement, les...sportifs (sur fetwa), et bien d’autres encore.

                                Mais il est vrai que les algériens tolèrent trés peu qu’une personne fume ou mange de manière ostentatoire durant le Ramadhan.

                                Par contre, il est inacceptable, condamnable même, que des quidams ou des représentants de la loi débarquent chez des gents pour non respect du jeûn.


                                 


                              • Hijack Hijack 15 septembre 2010 18:52

                                Je suis d’accord, je savais même pas que les femmes étaient dispensés de Ramadan durant leurs règles.

                                C’est tjrs l’attitude des gens cons qui est critiquable.
                                On devrait laisser ceux qui veulent manger le faire ... à condition qu’ils ne provoquent pas les autres ... par exemple, fumer dans la rue, boire un café dehors etc.

                                <Pour les sportifs de haut niveau, il paraît que c’est un problème. Il vaut mieux trouver une autre solution, je doute que les Zidane, Benzema et autres font ou faisaient le ramadan ...


                              • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 16:42

                                Hijack


                                C’est un aspect qui mériterait d’être développé davantage : la crainte des malades de s’avouer sous médication pour ne pas jeûner en période de ramadan, de peur d’être associés aux tricheurs. C’est tragique.

                                • Hijack Hijack 15 septembre 2010 23:31

                                  Oui, je connais un diabétique insulinodépendant, qui est obligé de se ressucrer souvent ... il lui est interdit de faire le ramadan, mais le problème est que tous les tricheurs se disent malades ... alors, difficile pour lui de se dire malade, sachant qu’on doutera fortement ... pire, s’il doit se ressucrer dans un bus par exemple, ... comment doit-il faire ??? une annonce ... le problème est que lorsqu’il manque de sucre, son cerveau est diminué, il communique mal ... peut tomber dans le coma etc ...
                                  Pour dire le problème. Je me suis renseigné entretemps... il paraît que ceux (nombreux) dans ce cas, soit font le ramadan contre l’avis médical et au risque de se retrouver à l’hopital en cas de malaise, soit ils ne sortent pas du tout.

                                  Il faut qu’ils modernisent cela et se disent que ceux qui ne le font pas, tant pis pour eux, le problème est réglé. En France, personne n’est obligé de faire le carème.
                                  Il paraît que chez les juifs, c’est très mal vu dans certains milieux de ne pas respecter les règles religieuses durant Chabat par exemple.


                                • Annie 14 septembre 2010 18:16

                                  Il est regrettable que le gouvernement algérien ne soit pas capable de respecter sa propre constitution et de garantir la liberté de conscience à quiconque veut l’exercer. Même si l’islam est proclamé religion d’état, il n’en découle pas nécessairement qu’elle doit être suivie sans exception. Il n’y a pas de séparation entre l’état et la religion en Grande Bretagne, et il n’y a pas non plus de constitution, seulement des principes fermement établis qui encadrent et garantissent ces libertés qui devraient être inaliénables. Un pouvoir qui recourt ainsi à la coercition et qui se sent menacé par ceux qui dérogent en public aux préceptes de l’islam me semble bien vulnérable, surtout comme dans l’exemple du Maroc, c’est la manifestation publique de la dérogation à ces préceptes qui est sanctionnée, un peu comme si le gouvernement avait peur de la contagion.



                                  • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 18:41

                                    Annie


                                    Reconnaissons que la Grande Bretagne agit sous un ensemble de règles codifiées : la Magna Carta (1215), l’Act d’Habeas Corpus (1679), le Bill of Rights, le Reform Act (1832), le Settlement Act (1701), les Parlement Act de 1911 et de 1949 et le House of Lords Act de 1999. Il est vrai qu’il n’existe pas une Constitution comme il en existe en France, au Canada ou aux États-Unis. Les libertés sont toutefois protégées sous l’acte d’Habeas Corpus. 

                                    Merci de votre commentaire.

                                  • Annie 14 septembre 2010 21:15

                                    Non l’Angleterre n’est pas un bon exemple si l’on préconise la tolérance à géométrie variable. 


                                  • cmoy patou 14 septembre 2010 18:27

                                    @ Pierre,


                                    Très bon article,merci, il n’y a pire aveugle que.......- 

                                    Maintenant que les Algériens non pratiquants n’ont plus le droit de manger même en privé, le pouvoir algérien qui s’est autoproclamé investi par Dieu, doit songer à étendre le fameux article 114 du code pénal sur lequel sont fondées les poursuites pour « non respect des préceptes de l’Islam ». En effet, si l’on se réfère à cet article de loi, tous ces Algériens qui ne font pas la prière, sont hors la loi. Ils ne respectent pas cet autre précepte, le plus important puisqu’il faut se prosterner quotidiennement et cinq fois par jour. Il faudra songer à arrêter ces millions d’Algériens qui se trouvent à l’extérieur des mosquées ou de chez eux aux heures de prières.






                                    Par Boualem Sansal

                                    L’islamisme, c’est comme un gaz. Il occupe tout le volume disponible. Par effet de pression, il chasse tout ce qui est différent de lui. Les islamistes prennent peu à peu le contrôle de tous les domaines : l’économie, le culturel, le social... Depuis le retour de Bouteflika de l’hôpital militaire du Val-de-Grâce, à Paris, ils multiplient les demandes comme s’ils voulaient achever rapidement oh ne sait quelle course. Ces derniers jours, ils paraissent pris de folie et ça leur réussit ! Ils ont réclamé la fermeture des écoles privées qui enseignent en français, et ils l’ont obtenue. Ils ont réclamé la suppression de la Star Ac’, et ils l’ont obtenue. Ils ont exigé que la télé et la radio diffusent les appels à la prière, et ils l’ont obtenu. La marche d’autant mieux que la société civile qui se réclame de la démocratie reste remarquablement silencieuse. Dès lors, la question qui se pose est la suivante : le président Bouteflika est-il dans l’incapacité de s’y opposer, lui qui s’est tant démené pour donner de lui à l’étranger l’image d’un démocrate fort et intransigeant ? Ou est-il en train de passer discrètement la main aux islamistes, comme on fait une donation à ses héritiers ? La télé est devenue une annexe de la mosquée. Je veux dire par là que l’Algérie est déjà une immense mosquée et que le gouvernement se comporte désormais comme un imam en chef. 


                                    Je n’aime pas le fait religieux en général, je n’aime pas l’islam en particulier, parce que l’islam est un système d’oppression tragique des deux sexes et parce qu’en tant que système de pensée il permet la guerre sainte . Il permet la charia-

                                    En ces temps où, une nouvelle fois, la religion fait la guerre, il urge de revendiquer encore, et toujours, et hautement, la dignité supérieure de l’homme sans dieu.

                                    • TDK1 TDK1 14 septembre 2010 18:40

                                      Bonjour Patou,

                                      Je vous invite à lire ma réponse, plus haut à Talion (dans les premiers messages) concernant les sociétés d’hommes sans Dieu...

                                      Avec ou sans Dieu, c’est la nature totalitaire de l’idéologie qu’il faut combattre. Hier le communisme ou le nazisme, aujourd’hui l’islam.

                                      Quand certains décrètent imposer, au nom d’un Dieu ou au nom de la « raison » (révolution française) une vérité totalitaire, cela finit toujours en drame, en massacres, voire en génocides.

                                      Les athées ne sont pas mieux que les autres. Ils ont eu leur heure de gloire au XX ième siècle et ont massacré quelques millions d’hommes, de femmes et d’enfants.

                                      La tolérance et la liberté d’expression sont des concepts apparemment difficiles à inculquer. En tous cas, l’athéisme a fait la démonstration qu’il n’en était pas porteur.

                                      Cordialement,


                                    • cmoy patou 14 septembre 2010 19:53

                                      @TDK1,


                                      j’avais lu votre commentaire en début de ce fil et je suis tout à fait d’accord.

                                      Les athées ne sont pas mieux que les autres. Ils ont eu leur heure de gloire au XX ième siècle et ont massacré quelques millions d’hommes, de femmes et d’enfants.

                                      Je ne suis pas athée mais je pense que les religions ont encore plus de cadavres a leurs conciences.

                                      L’avenir de l’être humain ne peut être que sans béquilles.

                                      Bien à vous.

                                    • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 18:45

                                      le président Bouteflika est-il dans l’incapacité de s’y opposer, lui qui s’est tant démené pour donner de lui à l’étranger l’image d’un démocrate fort et intransigeant ? 

                                      patou

                                      Vous posez là une importante question à laquelle seul le peuple algérien peut répondre. Si la Constitution peut être bafouée impunément, il faut craindre d’autres dérives pour l’avenir. 

                                      • boubi boubi 14 septembre 2010 19:52

                                        Juste au passage un petite vidéo du député de la république casherisée.

                                        Eric Raoult : " Israel, c’est plus important que les retraites

                                        http://www.youtube.com/watch?v=ZUvX...

                                        Ce n’est pas de la haute trahison ?


                                        • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 20:08

                                          boubi


                                          J’imagine qu’un jour l’électorat jugera des priorités de leur député. 

                                          Pierre R.

                                          • webrunner webrunner 14 septembre 2010 20:31

                                            le problème avec l’Islam est que la religion est imbriquée dans la vie sociale, ce qui est souvent incompatible.


                                            • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 14 septembre 2010 22:33

                                              webrunner

                                              Excellente remarque. Il est en effet difficile de séparer les pouvoirs de l’État de ceux des Oulémas. Et nous en mesurons les effets. 


                                            • Traroth Traroth 14 septembre 2010 23:45

                                              « Une raison essentielle pour refuser l’entrée de la Turquie dans l’Europe » : J’ai plutôt l’impression que la relation de cause à effet est inverse. Le rejet de l’Europe est clairement une des causes de l’islamisation turque.

                                              « Les masques tombent en Turquie et c’est une bonne chose » : Bref, vous vous réjouissez de l’islamisation en Turquie. Je dis toujours que les intérêts objectifs des extrêmistes se rejoignent, puisqu’ils n’existent que par le conflit. En voila encore encore une illustration saisissante !


                                            • OMAR 15 septembre 2010 12:52

                                              Calmos "Une raison essentielle pour refuser l’entrée de la Turquie dans l’Europe

                                              Les masques tombent en Turquie et c’est une bonne chose".

                                              Les masquent tombent aussi en Europe : Quoi que fassent les turques, l’Europe ne veut pas et ne voudrait pas de la Turquie en son sein pour la simple et unique raison : sa composante est majoritairement musulmane.

                                              L’Albanie et la Bosnie sont au coeur de l’Europe, y figurent-ils ?

                                              Hypocrite...


                                            • Olivier Perriet Olivier Perriet 15 septembre 2010 14:19

                                              Pas d’accord du tout :
                                              les grands propagandistes de la démocratie qui s’empressent de réfuter le résultat d’une élection dès que ça leur déplaît font un tort énorme à ce qu’ils prétendent défendre. On connaît ça aussi avec le vote sur le TCE : on n’est plus en démocratie mais en une espèce d’aristocratie où les élections ne comptent que si le résultat est correct.

                                              Qu’on laissent les Turcs gérer leurs affaires, sans les marier de force à une Union européenne à bout de souffle. On connaît ça aussi avec le vote sur le TCE.

                                              On ne va pas contre les résultats d’un référendum, même si c’est pour de soi-disants « nobles motifs »


                                            • Traroth Traroth 14 septembre 2010 23:40

                                              Personnellement, ce que je retiens de cet article, c’est que de plus en plus de gens se détachent de la pratique religieuse dans les pays musulmans. Pour l’instant, on les contraint par la force à pratiquer, mais ça ne pourra pas durer. Ça me rend plutôt optimiste, en fait.

                                              Sur le même sujet :

                                              http://www.courrierinternational.com/article/2010/09/02/du-droit-de-ne-pas-faire-le-ramadan


                                              • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 15 septembre 2010 04:16

                                                Traroth


                                                Et nous pourrions ajouter qu’il existe de plus en plus de gens pour se tenir debout et exiger le respect de la Constitution d’un pays afin d’éviter les dérapages politiques... ou religieux. Et à quel prix ! 

                                              • agoratoc 15 septembre 2010 00:53

                                                avec le recul ils auraient du valider les elections de 91 le peuple aurait pu constater par lui meme ce qu il ne veut pas

                                                assez daccord avec traroth , surtout qu on ne sait pas ce que font les gens derrière leurs murs , tout ceci est un peu hypocrite . Les gens remarquent tres bien quand les joues du voisin sont toujours aussi rondes , certains peuvent bien baver en public voire denoncer aux autorités mais ceux qui font la lecon sont souvent les pires .

                                                Un regimé politique accroché a la corruption systemique qui les entretient et qui laisse son peuple entre les mains des barbus , pauvres algériens , pas etonnant qu enseignants, medecins , secretaires et chomeurs veulent s enfuir de cette chienlie par tous les moyens . Mais faudrait pas non plus qu ils reproduisent ici ce qu ils ont fui , ca c est une autre histoire..


                                                • OMAR 15 septembre 2010 12:39

                                                  Omar T.

                                                  Il y a en Algérie une complicité flagrante entre le pouvoir mafieux et les intégristes crapuleux, qui rend perpelxe :

                                                  -On ferme les bars, mais on inaugure des brasseries.
                                                  -On décide de changer les jours de repos hebdomadaire, tout en conservant le vendredi.
                                                  -On encourage l’édification des mosquée, mais les imams sont nommés et retribués par l’Etat.
                                                  -Les terroristes barbares mais « repentis » sont mieux considérés que les patriotes qui sont méprisés. etc...

                                                  Mais qu’attendre d’un pouvoir qui méprise son propre peuple...

                                                   


                                                  • Hijack Hijack 15 septembre 2010 23:33

                                                    C’est au peuple de faire sa révolution ... seul moyen d’évoluer !


                                                  • Hesprides Hesprides 15 septembre 2010 12:44

                                                    Article qui fait une synthèse d’autres articles parus dans les journaux algériens,et donc outre le fait de rapporter des informations qu’on ne voit pas partout il n’ajoute rien de concret.....on aurait aimer avoir une analyse du phénomène et des causes intrinsèques

                                                    On comprend ce silence quand on creuse un peu et qu’on se rende compte en fait que la religion loin de représenter le danger immédiat n’est en fait qu’un argument de plus qui fait son entrée fracassante dans l’argumentaire des despotes locaux.

                                                    ce qui se passe aujourd’hui en Algérie a déjà eu lieu en Égypte par exemple.

                                                    Pouvoir verouillé par quelques familles détenant les clefs, économiques et politiques du pays.
                                                    Aucune démocratie et encore moins de liberté d’expression ou d’opposition.

                                                    L’islam est donc le dernier recours des plus faibles pour se faire entendre,d’abord de manière démocratique qui est très tot tuée dans l’oeuf (on emprisonne les islamistes les plus pragmatiques) au profit des plus extremistes qui auront tot fait de prendr el chemin de la violence qui rappelle d’autres violences plus laiques en Europe (type extrême gauche).

                                                    Les pouvoirs corrompus en place subissent le feu croisé des terroristes d’un cote et de la pression de la communauté internationale qui finit par les user et leur faire risquer la perte de pouvoir.

                                                    devant cette peur et refusant le chemin des urnes ( cf se qui s’ets passé en algérie et puis plus recemment au maroc) ils abandonnent des pans entiers du pouvoir (education, television, mosquées, aides sociales....) aus islamistes pour se maintenir au pouvoir in extremis.

                                                    mais ce n’est pas un statut quo qui peut durer car les islamistes quand ils sont sincères ne peuvent vraiment agir sur le fond du probleme qui est la repartition des richesses et du pouvoir de manière juste et finissent par mimer les processus du pouvvoir en place.

                                                    l’islam devient alors (ne pas oublier que la majorite du peuple tient à la religion comme système de cohésion social) l’ultime argument sur le champ de bataille dans un course a qui mieux-mieux.

                                                    Ils continuent ainsi a nourrir un debat stérile sur la question religieuse ( port du voile, consommation alcool, feuilletons avec femmes denudées, question palestinienne, jeune du ramadan....) car ils ne peuvent s’affronter sur l’essentiel de la justice et de la répartition des richesses et pouvoirs sans clash sévère jusqu’au point de non retour ou l’un bouffe definitivement l’autre.

                                                    les situations pseudo conflictuelles dans les pays musulmans entre pouvoirs corrompus et courants islamistes ne sont que des statut quo tres fragiles ou l’islam est largement instrumentalisé par les uns comme par les autres.

                                                    Et comme partout c’ets le peuple qui est le dindon de la farce


                                                    • edzez edzez 20 septembre 2010 10:12

                                                      Pour liberer le peuple et tous les etres humains victimes d’injustices , faut etre du coté des gentils (c’est à dire les musulmans)


                                                    • Chris du Fier Chris du Fier 19 septembre 2010 19:03

                                                      C’ est où, l’ Algérie ?..


                                                      • edzez edzez 20 septembre 2010 10:10

                                                        trés bonne question !

                                                        à coté des etazunis


                                                      • abbou 20 septembre 2010 19:45

                                                        Il y a longtemps, très longtemps, que je ne prends plus comme argent comptant ce qui se dit sur l’Algérie de la part des Kabyles. Quand on se présente dans n’importe quelle institution de l’Etat, on voit qu’ils sont omniprésents, et ils se plaignent d’être opprimés. N’est-ce pas M. le Premier ministre et MM. la moitié des membres de votre gouvernement. Le plus gros milliardaire du pays est Kabyle. Ils constituent les deux-tiers des officiers supérieurs du pays, les quatre-cinquièmes des commerçants d’Alger, et 99,99% des effectifs de l’entreprise de transport de la capitale et des requins qui détroussent les automobilistes qui essayent de trouver une place de stationnement. Et ils sont opprimés. Les jeunes parmi eux se shootent, indistinctement à la zatla marocaine, au henné salafiste ou au sanglier laïco-assimilationniste et ils sont opprimés. D’autres jeunes estiment qu’ils peuvent se mettre en compétition culturelle avec l’arabe. C’est bien. Mais avant de sombrer dans la décadence, faites comme tout le monde, y compris comme les Arabes au Moyen-âge, commencer par créer une civilisation. On rediscutera dans quelques milliers d’années. Et un petit conseil pour commencer : que celui qui veut la créer, cette civilisation, qu’il commence par aimer son prochain. Et qu’il ne tire pas sur tout ce qui bouge. Son voisin dont la villa l’empêche de voir Marseille à l’horizon, sa soeur qui veut avoir une part d’héritage, son frangin - ce feignant qui ne se bouge pas pour chercher un visa français au consulat - et ce « pouvoir assassin » qui ne pense même pas à censurer l’Internet alors qu’il n’existe pas un blog et pas une réaction d’internaute en français, en anglais, en tamazight ou en tibétain, qui ne l’insulte systématiquement. Aux dernières nouvelles, l’Algérie est un pays peuplé majoritairement de Musulmans. Depuis déjà quatorze siècles, déjà ? Zut ! Trop tard pour aller dans une madrassa. Le mois prochain je pars en retraite. En attendant, MM. les journalistes, qu’attendez-vous pour aller voir in situ combien ces Kabyles sont opprimés. Bougie est à peine à 2 heures de vol de Paris. Et pour avoir des éléments de comparaison, allez aussi du côté de l’Ouarsenis, des Aurès, de la Saoura ou des Hauts-Plateaux pour voir comment leurs oppresseurs - arrivés ce matin du Hedjaz - se vautrent dans le stupre et la volupté. 


                                                        • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 20 septembre 2010 20:18

                                                          Abbou


                                                          Je peux chercher à comprendre votre point de vue sans le partager sur la Kabylie. J’ai cité cette opinion kabyle parce qu’elle était corroborée par plusieurs autres sources. Je n’étais pas sans ignorer les problèmes qui existent entre l’Algérie et la Kabylie. Ce n’était pas l’objectif de ce billet. 

                                                          Puisque vous m’en donnez l’occasion, ne serait-il pas temps de revoir l’héritage de l’islamologue Mohamed Arkoun, né en Kabylie en 1928 et décédé à Paris le mardi 14 septembre ? Il a dispensé son enseignement dans les plus grandes universités du monde, la Sorbonne en France, les universités de Californie et de Princeton aux Etats-Unis, en Belgique, en Italie, en Hollande. A-t-il été reconnu en Algérie ?

                                                        • abbou 20 septembre 2010 21:15

                                                          L’Algérie est peuplée de Berbères arabisés et superficiellemnt islamisés. Je ne suis pas sociologue, mais Algérien, et sexagénaire. Cela me semble suffisant pour connaître mon peuple. Plus nihiliste intellectuellement, tu meures.
                                                          Arkoun ? Dieu ait son âme ... et ses écrits. Combien d’Algériens arrivaient à le lire ? S’il disait plus clairement ce qu’il pensait, nous autres non-détenteurs de doctorats en cryptographie l’aurions peut-être compris et pleuré sa disparition. Je me limites à Malek Bennabi, c’est de mon niveau. Aussi à Mammeri, Kateb Yacine. Je ne suis même pas arrivé à comprendre Proust. Alors Arkoun... J’ai tous ses livres, achetés en Algérie, et une bonne partie des interviews et articles publiés de lui, mais malgré toute ma bonne (et mauvaise) volonté, je ne suis jamais arrivé à dépasser les dix premières pages.
                                                          Ceci dit, quel est l’intellectuel algérien que « le pouvoir assassin », ou le peuple algérien tout court, a jamais célébré ? Des chanteurs. C’est bien, mais n’empêche que j’ai toujours préféré Oum Kalthoum à Matoub. Et Abdelhamid Ben Badis. Celui-là est mort depuis si longtemps qu’il ne gêne plus personne et on anonne ses louanges chaque année.
                                                          Pour revenir à votre article, je pense que le jour où le peuple algérien arrivera a voir autre chose qu’un corrompu derrière un fonctionnaire qui fait son travail, ou autre chose qu’un voleur derrière un politicien qui travaille pour l’intérêt public, ou autre chose que la DRS derrière tout assassinat, on aurait déjà fait un grand pas. Ne vous étonne-t-il pas qu’en matière de « perception » de la corruption (c’est bien « perception », dites, pas enquêtes documentées ?) l’on trouve l’Algérie en pire place que le Maroc ? Que l’Inde ? Que l’Arabie ? Est-ce sérieux ?
                                                          Savez-vous que durant les années 2006-2008, « l’Algérie », c’est-à-dire les services diplomatiques de l’Etat algérien a (ou ont ?) fait du lobbying pour que Bouteflika soit nobélisé ? Pas Assia Djebbar, pas Rachid Mimouni, pas Abdelmadjid Bencheikh, pas Mohamed Harbi, pas Mohamed Arkoun ... Bouteflika !!!
                                                          La sociologie a encore du pain sur la planche. 


                                                        • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 16 décembre 2010 15:15

                                                          Dix ans ... Je rappelle le massacre d’une vingtaine de lycéens de Médéa (Algérie), assassinés de nuit dans le dortoir de l’internat de leur lycée technique en décembre 2000.

                                                          Depuis, j’ai vainement cherché auprès du Ministère français de l’Éducation Nationale une réaction quelconque à ce massacre, une manifestation de solidarité avec les lycéens algériens ... L’institution ancestrale du lycée était un des apports de la France à l’Algérie.

                                                          Ma source sur ce massacre de Médéa est LE FIGARO.fr du 17 décembre 2000.

                                                          « Des lycéens massacrés dans un internat en Algérie. Un groupe armé a assassiné au moins 16 élèves et un surveillant du lycée technique de Médéa, à 80 km au sud d’Alger dans la nuit de samedi [16] à dimanche [17]. La presse rapporte d’autre part que 18 islamiques ont été abattus par les forces de sécurité lors d’une opération qui s’est déroulée de mardi à jeudi dans la région de Jijel. »

                                                          « ALGER - Les jeunes ont été tués par balles par un groupe armé qui s’était introduit vers 21H30 locales (20H30 GMT) dans l’internat du lycée technique de Médéa situé en pleine ville, selon les mêmes sources. Le groupe armé, qui appartiendrait au Groupe Armé Islamique (GIA) d’Antar Zouabri, s’est introduit dans le dortoir à la faveur de l’obscurité et a tiré sur les élèves et leurs surveillants. Selon certains témoignages, le nombre de victimes pourrait être de dix neuf lycéens et de deux surveillants. Les victimes seraient âgées de 15 à 18 ans. Il s’agit du plus important massacre de civils depuis le début du ramadan, le mois de jeûne sacré musulman qui a débuté le 27 novembre. Quelque 200 personnes ont été tuées dans des violences en Algérie depuis cette date, dont une majorité de membres des forces de sécurité et d’islamistes armés, selon un décompte établi à partir d’informations de presse.

                                                          La région de Médéa semble particulièrement touchée par les attentats des groupes armés. [...] »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès