• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Israël fête ses 70 ans d’existence

Israël fête ses 70 ans d’existence

« Cette reconnaissance, par les Nations Unies, du droit du peuple juif à créer son État est irrévocable. » (14 mai 1948).



Soixante-dix ans, c’est à peu près la vie d’un homme (ou d’une femme). Pas son espérance de vie en 2018, mais en 1948, assurément. David Ben Gourion (1884-1973) a proclamé l’indépendance de l’État d’Israël à Tel-Aviv le 14 juin 1948, un jour avant le départ des Britanniques qui avaient un mandat d’administration de la Palestine depuis plusieurs décennies. Cette indépendance n’a rien résolu, voire, a créé d’autres problèmes, mais dans tous les cas, qu’on le souhaite ou qu’on le regrette, cet État s’est courageusement battu pour se faire respecter et pour exister.

À l’origine, le sionisme fut imaginé à la fin du XIXe siècle pour créer une nation juive en Palestine. Porté par Theodor Herzl (1860-1904) puis Chaim Weizmann (1874-1952), le sionisme s’est nourri d’une forte montée de l’antisémitisme en Europe. En particulier, en France avec l’affaire Dreyfus, où de nombreux Juifs se disaient que si un militaire innocent était injustement condamné parce que Juif dans le pays des Lumières, l’un des plus éclairés au monde, cela voulait dire que les Juifs ne seraient en sécurité nulle part sauf s’ils créaient eux-mêmes leur pays. Les pogroms en Russie impériale ont également contribué à cette prise de conscience. Lors du premier congrès sioniste à Bâle du 29 au 31 août 1897, Theodor Herzl nota dans son journal : « Si je devais résumer le congrès de Bâle en un mot, ce serait celui-ci : à Bâle, j’ai fondé l’État juif (…). Peut-être dans cinq ans et certainement dans cinquante ans, chacun le saura. ». Quelle vision : il a fallu finalement cinquante ans et huit ans pour atteindre l’objectif !

Il a fallu cependant attendre la fameuse déclaration de Lord Arthur Balfour, le 2 novembre 1917, en pleine guerre, il y a un peu plus de cent ans, pour que le sionisme gagnât officiellement un allié de poids, une grande puissance européenne, le Royaume-Uni, reprenant les Accords Sykes-Picot signés le 16 mai 1916.

Arthur Balfour (1848-1930) était le Ministre britannique des Affaires étrangères. Sa déclaration, adressée à un représentant du mouvement sioniste et publiée le 9 novembre 1917 au "Times" de Londres, fut très claire : « Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour les Juifs et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte soit aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, soit aux droits et aux statuts politiques dont les Juifs disposent dans tout autre pays. ».

Le gouvernement britannique a soutenu ce projet sioniste surtout par stratégie pour sauvegarder les intérêts britanniques au Proche-Orient, considérant que la présence d’une population juive au sein d’une terre arabe créerait des troubles qui placeraient les Britanniques dans le rôle d’arbitre régional, ce qui préserverait leurs intérêts sur le canal de Suez. Par ailleurs, ce nouvel État permettrait de repousser le fort nationalisme arabe qui, durant tout le XXe siècle, bouleversa la géopolitique régionale.

Cette déclaration fut reprise lors des négociations de paix après la fin de la Première Guerre mondiale, à la Conférence de Paris (18 janvier 1919 au 10 août 1920) et à la Conférence de San Remo (19 au 26 avril 1920), en particulier par les quatre "Grands", à savoir Georges Clemenceau, le Président du Conseil français, Woodrow Wilson, le Président des États-Unis, David Lloyd George, le Premier Ministre britannique, et Vittorio Orlando, le chef du gouvernement italien.

_yartiIsarael04

Cela a abouti au Traité de Sèvres signé le 10 août 1920 (qui réglait l’ancien territoire de l’Empire ottoman) dans son article 95 sur l’administration de la Palestine placée sous la responsabilité d’un mandataire choisi par les quatre grandes puissances : « Le mandataire sera responsable de la mise à exécution de la déclaration originairement faite par le gouvernement britannique et adoptée par les autres puissances alliées, en faveur de l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, étant bien entendu que rien ne sera fait qui pourrait porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives en Palestine, non plus qu’aux droits et aux statuts politiques profitant aux Juifs dans tout autre pays. ».

Ce traité de paix, comme avec le Traité de Versailles pour l’Allemagne, a laissé un goût amer aux populations du Proche et Moyen-Orient. Le partage de l’Empire ottoman en deux mandats attribués à la France (Syrie et Liban) et au Royaume-Uni (Irak, Palestine, Transjordanie), entériné par la Société des nations (SDN), s’est réalisé sans aucune concertation ni consultation des peuples concernés. Les frontières elles-mêmes, artificielles, ainsi que le plaquage de l’idée d’État-nation sur une société ottomane traditionnelle, ont été le germe de futurs conflits. Le Royaume-Uni ne songeait qu’à une chose, protéger ses routes commerciales, tant le canal de Suez que la route des Indes. En 1922, la SDN a confié au Royaume-Uni le mandat de créer un État juif en Palestine.

Entre les deux guerres, il y a eu beaucoup de difficultés. De fortes tensions se sont exprimées à cause de la déclaration de Darfour, et cela dès son premier anniversaire, le 2 novembre 1918. Les populations arabes ont refusé l’arrivée d’immigrants juifs et leur installation au sein d’un État en Palestine. Des pogroms ont eu lieu, de nombreux affrontements ainsi que la répression britannique. Spirale de violence qui jamais ne semble s’arrêter. Voyant les difficultés arriver, les Britanniques ont cherché à décourager l’immigration juive en Palestine à partir des années 1930, même après l’arrivée au pouvoir des nazis en Allemagne.

Parallèlement, l’Europe est devenue une terre de plus en plus hostile aux Juifs. Des massacres antisémites ont eu lieu à l’est de l’Europe et en Russie soviétique, et la conquête du pouvoir de Hitler en 1933 a renforcé la persécution antisémite dans une grande partie de l’Europe, et même en France, les idées antisémites ont pris un poids important. L’émigration vers la Palestine a alors été considérée comme la meilleure solution de sécurité pour les Juifs d’Europe, d’autant plus que les États-Unis étaient devenus de plus en plus réticents à accepter une forte immigration juive dans les années 1930. Entre 1931 et 1939, la population juive en Palestine a triplé, atteignant près de 500 000 habitants, ce qui était inconcevable pour les Arabes (aujourd’hui, Israël a presque 9 millions d’habitants).

Après la Seconde Guerre mondiale, l’idée sioniste devenait une évidence. La Shoah, avec la découverte des camps d’extermination, a convaincu la "communauté internationale" d’offrir aux Juifs un État spécifique comme refuge aux persécutions. Le Royaume-Uni lui-même fut pressé de quitter la Palestine.

La résolution 181 des Nations Unies votée le 29 novembre 1947 a mis ainsi fin au mandat britannique en Palestine et a partagé le territoire en deux États indépendants, un État juif et un État arabe. Le plan de partage ainsi établi n’a pour l’instant jamais été respecté. Pourquoi ? Parce que l’hostilité des nations arabes fut telle que, pour se défendre et garantir son intégrité, l’État d’Israël a dû occuper des territoires normalement attribués aux Palestiniens. C’est un conflit qui dure maintenant depuis soixante-dix ans.

Lorsque la proclamation de l’État d’Israël a été prononcée par David Ben Gourion le 14 mai 1948, puis signée par une dizaine de responsables sionistes, il ne manquait que Chaim Weizmann, alors bloqué aux États-Unis, qui en a voulu à Ben Gourion de n’avoir pas pu signer a posteriori cette déclaration historique qui fait d’ailleurs office de Constitution, puisque l’État d’Israël n’a pas de Constitution en tant que telle.

Une petite réflexion sur cette création. Contrairement à ce qu’on peut dire, la création de l’État d’Israël n’est pas plus artificielle que celle des autres États de la région. Ils émanaient d’un partage (mal fait, voir plus haut) de l’Empire ottoman et la Syrie (créée en 1946), le Liban (créé en 1943), la Transjordanie (créée en 1946 et devenue Jordanie en 1950) et même l’Irak (créé en 1932) furent aussi artificiels qu’Israël. Seuls l’Égypte (recréée en 1936) et peut-être le Soudan (créé en 1956) avaient une réalité historique plus acceptable.

Dès le 15 mai 1948, la première guerre israélo-palestinienne a été déclarée : les armées syrienne, irakienne, transjordanienne, libanaise et égyptienne ont tenté de détruire Israël. On peut comprendre, dans ces conditions, que les Israéliens sont des habitants extrêmement sécuritaires. Il ne s’agit pas de posture électorale, mais simplement d’une nécessité vitale pour assurer leur propre existence. Contre toute prévision, l’armée israélienne (Tsahal) a gagné cette première guerre le 20 juillet 1949, et gagna les guerres suivantes (notamment celle des Six-Jours, du 5 au 10 juin 1967), imposant un respect dû aux issues militaires, au prix d’occupation de colonies israéliennes.

David Ben Gourion fut le premier Premier Ministre d’Israël (chef de l’exécutif) du 14 mai 1948 au 26 juin 1963 (avec une courte interruption du 26 janvier 1954 au 3 novembre 1955 où il a gardé une énorme influence sur l’exécutif). On avait proposé au physicien Albert Einstein d’être le premier Président d’Israël (fonction honorifique) mais, peu porté par les honneurs, il refusa sagement en expliquant : à chacun son métier, les physiciens à la physique, les responsables politiques à la politique. Ce fut donc Chaim Weizmann qui fut le premier Président de l’État d’Israël du 16 mai 1948 à sa mort, le 9 novembre 1952.

Depuis soixante-dix ans, Israël s’est révélé être le (quasi-) seul État démocratique de la région, à l’exception notable du Liban. Tous les autres pays sont en effet des régimes autocratiques qui ne connaissent pas la démocratie (et l’Irak actuel est pour l’instant à peine un État).

Dans sa déclaration d’indépendance, Israël a placé parmi ses valeurs fondamentales la justice, la paix, la liberté de conscience, la liberté de culte, de langue, d’éducation et de culture, une égalité de citoyenneté, à savoir des droits politiques et sociaux à tous les citoyens, sans distinction aucune de croyance ni d’ethnie ni de sexe. Cela signifie qu’un musulman peut vivre librement sa foi en Israël.

Dans les formulations officielles, il est évoqué seulement "l’État d’Israël" et jamais la "République d’Israël", pourtant, Israël est bien une république et une démocratie parlementaire, mais les intégristes religieux préféraient éviter ce mot de République.

_yartiIsarael02

Toujours dans cette déclaration d’indépendance (qu’on peut télécharger à ce lien), on peut y lire : « Le pays d’Israël est le lieu où naquit le peuple juif. C’est là que se forma son caractère spirituel, religieux et national. C’est là qu’il acquit son indépendance et créa une culture d’une portée à la fois nationale et universelle. C’est là qu’il écrivit la Bible et en fit don au monde. Exilé de Terre sainte, le peuple juif lui demeure fidèle tout au long de sa Dispersion et il n’a jamais cessé de prier pour son retour, espérant toujours la restauration de sa liberté politique. ».

Il y a aussi une évocation de la Shoah : « La catastrophe nationale qui s’est abattue sur le peuple juif, le massacre de six millions de Juifs en Europe, a montré l’urgence d’une solution au problème de ce peuple sans patrie par le rétablissement d’un État juif qui ouvrirait ses portes à tous les Juifs et referait du peuple juif un membre à part entière de la famille des Nations. Les survivants des massacres nazis en Europe, ainsi que les Juifs d’autres pays, ont cherché, sans relâche, à immigrer en Palestine sans se laisser rebuter par les difficultés ou les dangers et n’ont cessé de proclamer leur droit à une vie de dignité, de liberté et de labeur dans la patrie nationale. ».

L’égalité de tous les citoyens, y compris arabes : « Nous demandons (…) aux habitants arabes de l’État d’Israël de préserver la paix et de prendre leur part dans l’édification de l’État sur la base d’une égalité complète de droits et devoirs et d’une juste représentation dans tous les organismes provisoires et permanents de l’État. ».

Enfin, un appel à la paix qui n’a jamais été entendu par les voisins arabes (sauf par l’Égypte trente ans plus tard) : « Nous tendons la main à tous pays voisins et à leurs peuples et nous leur offrons la paix et des relations de bon voisinage ; nous les invitons à coopérer avec le peuple juif rétabli dans sa souveraineté nationale. L’État d’Israël est prêt à contribuer à l’effort commun de développement du Moyen-Orient tout entier. ».

L’originalité de cet État est qu’il est basé sur une sorte de "fusion" (mot que je préfère à "confusion") entre l’idée nationale et l’idée religieuse (le Juif devient citoyen en même temps qu’il est croyant), mais pas exclusivement puisque des Arabes musulmans peuvent être Israéliens. Le pays est structuré comme une démocratie parlementaire classique, mais avec un communautarisme religieux fortement ancré, reprenant d’ailleurs des communautarismes que l’on peut retrouver dans des sociétés influencées par la culture anglo-saxonnes.

Non seulement Israël est une démocratie, mais une démocratie parmi les plus avancées avec ses contrepouvoirs, capable de condamner à la prison ferme un Président en exercice (Moshe Katsav, qui fut en prison pendant cinq ans pour viols), capable de poursuivre ses chefs de l’exécutif dans des scandales financiers. Le fait qu’un Premier Ministre en exercice puisse être inquiété par la justice de son pays ne montre pas un État "pourri" mais au contraire, un État capable de sécréter ses valeurs malgré ses dirigeants peu moraux. Aucune organisation n’empêchera des personnes d’être hors-la-loi, mais la bonne organisation est celle qui est capable de les détecter, de les juger et de les condamner, quelles que soient leurs positions au sein de cette organisation.

Au fil des générations et des agressions arabes, Israël a cultivé un sens très élevé de la sécurité qui a provoqué aussi un mouvement antisioniste, afin de protéger le peuple palestinien. Les provocations des deux camps, malgré quelques accords de paix (notamment Camp David en 1978 et Oslo en 1993) n’ont pas suffi à atteindre l’autre objectif de la résolution 181, à savoir la création d’un État palestinien qui est aussi nécessaire que l’État d’Israël. Non seulement Israël est un État militaire, mais également une nation économiquement dynamique, investissant massivement dans la recherche et l’innovation.

Aujourd’hui, l’antisionisme, exprimé en Europe qui n’est pourtant pas le lieu du conflit israélo-palestinien, est une nouvelle forme d’antisémitisme. Celui-ci, réprimé notamment par les lois françaises, trouve une sorte de renaissance avec l’antisionisme. Pourtant, refuser aux Juifs l’existence de l’État d’Israël est aussi porteur de guerre et de haine que refuser aux Palestiniens l’existence d’un État palestinien. Cet antisionisme va même jusqu’à transformer les victimes en bourreaux en comparant le gouvernement israélien aux …nazis. Un comble ! Qui n’apporte aucune solution concrète à ce conflit centenaire.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (12 mai 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Déclaration d’indépendance d’Israël le 14 mai 1948 (à télécharger).
Les 70 ans d’Israël.
Élie Wiesel et la Shoah.
Un géant à Jérusalem.
Le dernier des Sages ?
Israël est une démocratie.
Yitzhak Rabin.
Shimon Peres élu Président.
Ariel Sharon.
Ehud Olmert.
Benyamin Netanyahou.
Yasser Arafat.

_yartiIsarael03
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.36/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

160 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 14 mai 18:27
    Bon anniversaire !


    Dernier « état » pratiquant ouvertement l’apartheid ! Champagne !



    • sahb 14 mai 23:25

      pour « fêter » ça j’ai dégueulé tout mon 4 heures !! 
      l’ONU n’a JAMAIS rien voté de tel !!! et puis quoi encore ?! c’est une usurpation de A à Z !!!


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 15 mai 12:46

      « Bonne fête » .... aux 70ans d’apartheid et d’avoir sème la terreur dans le proche et moyen orient !
      .
      la fête bat son plein ...
      Proche-Orient Trump s’installe à Jérusalem : au moins 59 morts à Gaza
      http://www.liberation.fr/planete/2018/05/14/proche-orient-trump-s-installe-a-jerusalem-au-moins-59-morts-a-gaza_1650091
      .
      Le Plan de Oded Yinon à couté la vie à des millions de personnes !
      La prophétie d’Oded Yinon : L’Occident détruit le Moyen-Orient au profit d’Israël
      https://arretsurinfo.ch/la-prophetie-doded-yinon-loccident-detruit-le-moyen-orient-au-profit-disrael/
      .
      Voici l’occasion qui été utilisée pour mettre le plan d’Oded Yinon en pratique ....
      Le plan américano/sioniste post 11/9 : envahir 7 pays, selon le général US Wesley Clark
      https://www.youtube.com/watch?v=vE4DgsCqP8U
      .
      Qui dirigé la politique étrangère aux États-Unis
      http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2015/01/selon-un-analyste-les-etats-unis-sont-un-etat-vassal-d-israel-press-tv.html
      .
      Voici le propos choquantes de l’ex-ministre israélienne Shulamit Aloni
      https://www.youtube.com/watch?v=K1R1eC4HdQo
      .

      Israël : l’état hors-la-loi impuni
      Malgré toutes les tentatives de banaliser et rendre acceptable la politique de l’Etat israélien, ce pays reste quand même un Etat voyou aux yeux du droit international. Israël est le champion du monde dans les violations de ce droit pour poursuivre son projet colonialiste de manière arbitraire au détriment du peuple palestinien.
      https://www.investigaction.net/fr/Israel-l-etat-hors-la-loi-impuni/
      .



      • arioul arioul 14 mai 20:22

        @adeline
        Non c’est fumier , mais c’est certainement l’émotion de la célébration de l’anniversaire , on perd ses moyens devant tant de joie.


      • keiser keiser 15 mai 10:01
        @arioul

        Mais avec ou sans « S »
        Parce qu ’il faut différencier un tas de fumier, d’une bande de fumiers. smiley

      • papat 14 mai 18:31

        52 morts ! ça doit pas aider à la lutte contre l’antisémitisme hein ?


        • Clocel Clocel 14 mai 19:06
          Comment dit-on génocide en hébreu ?


          Mickey Mouse déménage, bilan provisoire 52 morts, à rajouter aux autres. TPI muet, Netanyahou court toujours...

          • Massada Massada 14 mai 19:11

            @Clocel
             

            Notre riposte est très mesurée, 52 morts sur 40 000 manifestants terroristes, moins de 1/1000 nos soldats sont très modérés, le Hamas sacrifie sa population et veut le maximum de victimes.


          • Clocel Clocel 14 mai 19:24
            @Massada

            Sois assez aimable d’aller déposer tes étrons ailleurs que sous mes commentaires.

          • Massada Massada 14 mai 19:32

            @Clocel
             

            on entend par « crimes de guerre » 
            Le fait d’utiliser la présence d’un civil ou d’une autre personne protégée pour éviter que certains points, zones ou forces militaires ne soient la cible d’opérations militaires.

          • symbiosis symbiosis 14 mai 21:17

            @Massada

            40.000 manifestants terroristes ou terrorisés ?


          • aimable 14 mai 23:46

            @Massada
            et vous vous les lui fournissaient , la il y a quelque chose qui m’échappe .


          • arthes arthes 15 mai 00:19

            @Massada
            Oui, c est à géométrie variable...Par exemple à Alep lorsque l armée syrienne et alliés appuyés par les Russes libérait la ville, ces derniers étaient considérés comme des assassins qui tiraient sur les civils que les terroristes retenaient prisonniers pour en faire des boucliers humains....



            Par ailleurs je ne vois pas que les gens qui ont manifesté l aient fait sous menace du Hamas...Ils ont des revendications.

            Maintenant, les images de ces pauvres malheureux avec leurs frondes et cerf volants tentant de passer des barbelés et se faisant tirer comme au bal trap durant que les amerloques et sionistes dégustent Champagne et petits fours pour feter leur derisoire et font la fete restera un symbole fort .

            Bref, le monde change.



          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 mai 00:34

            arthes Ironie . Plus que cela parfois.


          • Eric F Eric F 15 mai 10:38

            @Massada

            Vous donnez l’explication : vous considérez que par essence tout Palestinien est un terroriste.
            Quand ils manifestent derrière le grillage frontalier, ce sont des cibles mobiles.

            J’aurai bien volontiers fêté les 70 ans de l’un des deux états institués par le résolution 181, si le second état était également établi ou en instance de l’être. Le partage avait certes été refusé alors, mais depuis Oslo le principe en a été reconnu par l’OLP puis AP, comme lors de la demande d’admission de la Palestine à l’ONU « aux côté d’Israël ».
            Au lieu de quoi, ce sont des dizaines de morts et des centaines de blessés de l’autre côté de la frontière, qui donc aurait à cœur de fêter cette journée ?

          • @arthes


            Au sommet, toutes ces personnes s’entendent parfaitement. et le peuple marche .Quel plaisir de les voir s’opposer.. !. Ne vous laissez pas avoir par ceux qui veulent vous tirer d’un côté ou de l’autre. C’est le but.

          • Massada Massada 14 mai 19:27

            La Convention de la Haye du 29 juillet 1899 concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre impose à tout belligérant et aussi aux milices de distinguer clairement les populations civiles des populations combattantes, par un signe distinctif reconnaissable à distance. Et l’article 1er du même règlement dit que « Dans les pays où les milices ou des corps de volontaires constituent l’armée ou en font partie, ils sont compris sous la dénomination ’ d’armée ’. »

             

            Partant de ce principe, puisque le Hamas est une milice qui utilise sa population civile pour envahir un état voisin, il lui fait endosser la qualification juridique d’armée.

             

            Le Hamas est donc juridiquement responsable de tous les civils tués par l’armée israélienne puisqu’il les utilise comme une armée. Israël est donc en droit de se défendre.

            CQFD.


            • vesjem vesjem 14 mai 21:50
              @Massada
              voleur de terres

            • sls0 sls0 15 mai 03:51

              @Massada
              Israël ce n’est pas la convention de la Haye c’est le talmud.

              Le non juif n’est pas un adam ou être humain, s’il y a risque on liquide que ce soit homme femme ou enfant.


              Réponse de rabbi Shimon Weiser à Moshé un soldat qui se posait des questions sur la conduite à tenir.
              « Avec l’aide du Ciel, cher Moshé, mes salutations.
              « Je commence cette lettre ce soir, mais je sais que je ne pourrai la terminer aujourd’hui, car je suis pris, et car je voudrais aussi en faire une longue lettre, afin de répondre pleinement à tes questions, et pour cela je vais devoir recopier certaines choses dites par nos sages, d’heureuse mémoire, et les interpréter.
              « Selon la coutume des nations non-juives la guerre a ses propres règles, comme un jeu, comme les règles du basket-ball ou du football, par exemple. Mais selon les dires de nos sages, d’heureuse mémoire, […] la guerre, pour nous, n’est pas un jeu mais une nécessité vitale, et c’est l’unique principe qui doit nous guider pour décider comment la mener. D’une part […] l’enseignement est, apparemment, que si un juif tue délibérément un gentil, il est considéré comme un meurtrier, et — hormis le fait qu’aucun tribunal n’a le droit de le punir — la gravité de son acte est égale à celle de tout autre meurtre. Mais nous trouvons chez les mêmes autorités, à un autre endroit […] que le rabbin Shim‘on avait accoutumé de dire : “Le meilleur des gentils — tue-le ; le meilleur des serpents — écrase-lui la cervelle.”
              « Mais peut-être que le mot “tuer”, dans cette sentence de rabbi Shim‘on, est employé seulement dans un sens figuré, et non littéralement : il signifierait alors “opprimer” ou quelque attitude semblable, et de cette façon on éviterait la contradiction avec les utorités citées plus haut ? Ou bien l’on pourrait soutenir que cet adage, même dans son sens littéral, exprime [uniquement] son avis personnel, contesté par d’autres sages [cités auparavant]. Or, la véritable explication, nous la trouvons dans les Tosafot92. Là […] nous avons une explication du précepte talmudique sur le cas du gentil qui tombe dans un puits : il ne faut pas l’aider à en sortir, dit le Talmud, mais il ne faut pas non plus l’y pousser pour le tuer, ce qui signifie, vis- à-vis des gentils, qu’il ne faut ni les sauver de la mort ni les tuer directement. Les Tosafot, donc, écrivent à ce sujet : “Et si l’on objecte qu’il est dit ailleurs Le meilleur des gentils — tue-le, la réponse est que ce [dernier] adage s’applique au temps de guerre.” […]
              « Selon les auteurs des Tosafot, il faut faire une distinction entre le temps de guerre et la paix : donc il est interdit de tuer des gentils en temps de paix, mais si le cas se présente au cours d’une guerre, c’est une mitzvah [un impératif religieux] de les tuer.
              […]
              « Et voici la différence entre un juif et un gentil : bien que la règle “Quiconque vient te tuer, tue-le d’abord” vaille aussi pour un juif, comme il est dit dans le traité Sanhedrin [du Talmud], page 72a, elle ne doit être appliquée évidemment que s’il y a motif [actuel] de craindre que cette personne veut vous tuer. Or, en temps de guerre, c’est ce que l’on redoute normalement d’un gentil, sauf s’il est évident qu’il n’a aucune mauvaise intention. Ceci, c’est la règle de la “pureté des armes” selon la Halakhah — et non selon la conception étrangère maintenant acceptée dans l’armée israélienne et qui a été la cause de nombreuses pertes [juives]. Je te joins une coupure de journal : c’est le discours prononcé la semaine dernière à la Knesset par rabbi Kalman Kahane, il montre avec beaucoup de vérité — et aussi de douleur — comment cette “pureté des armes” a provoqué des morts.
              « Je m’arrête ici, en espérant que tu n’auras pas été rebuté par la longueur de cette lettre. Nous discutions déjà de cette question avantl’arrivée de ta lettre, mais celle-ci m’a poussé à exposer par écrit tout le sujet.
              « Sois en paix, toi et tous les juifs, et [j’espère] à bientôt, comme tu dis. Bien à toi — Shim‘on. » .

              C’est extrait d’un livre écrit par un juif israélien qui a un conscience et qui s’est tapé les 11.000 pages du talmud écrit en hébreu et araméen.
              Son nom c’est Israël Shahak, son livre histoire et religion juive se trouve sur internet. On comprend mieux le sionisme qui se sert du talmud comme charpente.

            • Eric F Eric F 15 mai 10:45

              @Massada
              Vous considérez la population palestinienne entière comme milice du Hamas, exactement comme les terroristes jihadistes considérent tous les Juifs comme milice des ultra nationalistes israéliens.


            • zzz999 15 mai 16:06

              @Massada

              Les Nazis à côté de vous étaient de gentils garçons !


            • mmbbb 16 mai 22:30

              @Massada un lien http://www.lefigaro.fr/international/2009/07/31/01003-20090731ARTFIG00462-israel-reconnait-avoir-utilise-du-phosphore-blanc-a-gaza-.php

              Bien le chlore est élément chimique , le phospore n est pas un element chimque simple Comme on vous l a deja dit précédemment, a force de nous prendre pour des cons, on arrivera a soutenir les cons qui veulent votre éradication .


            • En marchant En marchant 20 mai 23:51

              @Massada

              70 ans de crimes mon cher !

            • Massada Massada 14 mai 19:30

              Conventions de Genève du 12 août 1949

              - constitue un crime de guerre d’après le droit pénal international de la guerre, au titre de l’article 8 2) b) xxiii) du Statut de Rome de la Cour pénale internationale ;

              Article 51
              [...]
              7. La présence ou les mouvements de la population civile ou de personnes civiles ne doivent pas être utilisés pour mettre certains points ou certaines zones à l’abri d’opérations militaires, notamment pour tenter de mettre des objectifs militaires à l’abri d’attaques ou de couvrir, favoriser ou gêner des opérations militaires. Les Parties au conflit ne doivent pas diriger les mouvements de la population civile ou des personnes civiles pour tenter de mettre des objectifs militaires à l’abri des attaques ou de couvrir des opérations militaires."




              • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 14 mai 19:36

                @Massada

                Salut ma couille, dis donc, calme-toi, tu vas nous péter une durite là ^^


              • jeanpiètre jeanpiètre 14 mai 22:17

                @Massada
                Marrant de citer des articles de la convention de Genève tout en se touchant avec la totalité de celle de. L onu concernant tes employeurs.
                Faut s en tenir aux règles quand on veut être procedurier


              • Eric F Eric F 15 mai 10:48

                @Massada
                La convention de Genève interdit de tirer sciemment sur des civils non armés, et en l’occurrence ceux qui défilaient n’étaient pas en avant garde de chars ou de batteries de missiles.


              • eau-du-robinet eau-du-robinet 15 mai 13:28

                Bonjour Massada,
                .
                1. Les palestiniens ne sont pas des terroristes car le droit international est de leur coté !
                .
                L’ONU autorise tous les moyens de lutte contre la colonisation
                La Résolution 2621 XXV, du 12.10.1970 des Nations Unies affirme « le droit inhérent des peuples coloniaux de lutter par tous les moyens nécessaires contre les puissances coloniales qui répriment leur aspiration à la liberté et à l’indépendance.  » Cette légitimation du droit à la résistance est confortée par l’article 1er §4 du premier protocole additionnel de Genève du 08.06.1977 aux termes duquel, parmi les conflits armés internationaux, figurent ceux « dans lesquels les peuples luttent contre la domination coloniale et l’occupation étrangère et contre les régimes racistes dans l’exercice du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes… »
                .
                2. Si quelqu’un viole de droit international c’est bel et bien l’état sioniste d’Israël.
                Un court extrait des Résolutions de l’ONU non respectées par Israël
                https://www.monde-diplomatique.fr/2009/02/A/16775
                .
                L’État hébreu va quitter l’organisme de l’ONU d’ici la fin de 2018
                https://www.youtube.com/watch?v=I_FEqGoH2lQ
                .


              • mmbbb 16 mai 22:24

                @eau-du-robinet D autre chefs d etats juges dans l axe du mal auraient pris des bombes sur la gueule L ONU comme jadis la SDN ne sert a rien


              • J’ai toujours été très partagée sur cette question et préfère ne pas prendre position. 70, un chiffre très symbolique pour les juifs. Espérons qu’il n’augure un terrible drame ;


                • Eric F Eric F 15 mai 10:50

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                  ce genre de drame dépasse les conneries numérologiques.


                • @Eric F


                  Si la Libre en parle, c’est que c’est effectivment très symbolique. En d’autant plus que cela se passe en plein signe du TAUreau. http://www.lalibre.be/debats/edito/edito-israel-septante-ans-l-age-de-la-noblesse-5af9e7f5cd7028f079fa99cd.&nbsp ;
                  Le signe tau chez les franciscains[modifier | modifier le code]

                  Saint François d’Assise utilisait souvent ce signe. Il l’a dessiné sur des maisons, des murs et des arbres. Avec ce signe il bénissait les hommes et signait ses lettres. Ainsi, nous le trouvons dans la bénédiction à frère Léon quand ce dernier était dans l’urgence et la crainte. Cela signifiait pour frère Léon force et réconfort. Cette bénédiction du saint il la porta constamment sur lui. On raconte que saint Françoisl’imprima avec son front.

                  Le Tau était pour François le signe de l’élection divine, comme cela est décrit dans le livre du prophète Ézéchiel au chapitre 9, verset 4 : « Marque d’un tav au front » et verset 6 :« Mais quiconque portera la croix au front ne le touchez pas. »

                  Avant que le châtiment ne tombe sur la ville de Jérusalem, le Seigneur laisse le soin aux justes de se signer sur le front avec la lettre Tau. Ainsi, à la fin des temps tous ceux qui appartiennent au Christ seront reconnus et libérés à travers ce signe.. Si vous connaissiez mieux la Bible. Tout est d’une parfaite logique ;





                    • Surya Surya 14 mai 20:58

                      Le journal de la 2 retransmis sur TV5Monde vient de s’achever, et le premier reportage fut bien sûr consacré aux troubles en Israel et Gaza.


                      Si j’ai été très choquée de voir 52 morts côté palestinien, j’ai été tout autant choquée de voir que les Palestiniens emmènent leurs enfants manifester dans des lieux où il est clair qu’il y a des risques énormes qu’ils se fassent blesser. 
                      S’ils les amènent là dans l’espoir que l’armée israélienne ne tire pas, alors ils les utilisent comme bouclier et c’est totalment irresponsable. 
                      S’ils les amènent là dans l’espoir qu’ils se fassent tirer dessus et qu’ils deviennent des martyrs de la cause palestinienne, alors c’est carrément dégueulasse. 

                      Non mais sérieusement, c’est ça qu’ils veulent ? 

                      La nenette qui dit, comme si c’était tout à fait normal : « j’ai pas peur, de toute façon j’ai déjà un enfant blessé » j’arrive pas à le croire !! 

                      Quelque soit le combat que l’on mène, on ne PREND PAS UN ENFANT EN OTAGE dans ce combat ! 
                      Le devoir de l’adulte, c’est de protéger les enfants, pas de les envoyer AU FRONT ! 

                      Quelque soit la justesse d’un combat, je n’accepterai pas que des enfants soient utilisés, manipulés, et pire, qu’on mette volontairement leur vie en danger.

                      On se révolte devant les enfants soldats dans certains pays d’Afrique, par exemple, et personne ne s’insurge de voir des enfants palestiniens emmenés en première ligne, PAR LEURS FAMILLES ELLES MEMES, sur les champs de bataille ? 

                      Et bien moi si, ça me révolte ! 

                      • jeanpiètre jeanpiètre 14 mai 22:19

                        @Surya
                        Surtout que cette méthode n est efficace que si c est des enfants israéliens qu on met en première ligne, sont amateurs les gars


                      • Pays volé
                        Peuple socialement inventé

                        En Fait, rien de bon .....Tout à l’arrache donc que des problèmes......
                        Incapable d’être des humains. Arrogant, menteur....pas facile la vie avec un tel comportement...

                        On ne choisit pas ses parents.
                        On ne choisit pas son ADN.
                        On ne choisit pas son époque.
                        On ne se choisit pas soi-même. Donc Juif comme tous les autres ils n’existent pas dans la nature des choses.
                         smiley 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès