• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Jeu des sanctions – La Russie prépare sa réponse à l’Ukraine

Jeu des sanctions – La Russie prépare sa réponse à l’Ukraine

Depuis le Maïdan, les provocations et sanctions de Kiev contre la Russie se sont multipliées, avec le plus souvent pour seule réponse de la part de Moscou une désapprobation médiatique et des appels à la raison. Ces réponses ont été jugées par beaucoup comme trop molles.

Politiciens et analystes russes et étrangers ont souvent reproché à Moscou d’être trop gentille et trop patiente envers Kiev. Une gentillesse et une patience que l’Ukraine et l’Occident ont pris pour de la faiblesse. À tort.

Rester calme et patient face à un adversaire hystérique et impatient est une très bonne tactique. Moscou a laissé l’Occident et l’Ukraine aller un pas trop loin, franchir la ligne rouge, qui va lui permettre de rendre coup pour coup sans remords.

Comme je le soupçonnais au moment où le ministère russe de la Défense a fourni les preuves que le missile BUK présenté par le JIT dans le cadre de l’enquête sur le MH17 était ukrainien, en brisant le traité d’amitié avec la Russie, l’Ukraine a autorisé Moscou à enlever les gants avant de frapper désormais.

Et Moscou semble avoir décidé de saisir cette opportunité. Après un premier coup concernant le MH17 qui a mis le JIT et les occidentaux groggy, et l’Ukraine en mauvaise posture, la Russie a décidé de frapper directement Kiev.

Pour cela, Vladimir Poutine, président de la fédération de Russie a signé hier, 22 octobre, un décret demandant au gouvernement russe de dresser une liste de personnes morales et d’individus qui seront visés par des mesures économiques spéciales, qui doivent elles aussi être précisées.

Si l’étendue des futures sanctions et des personnes et entités qu’elle concernera n’est pas encore connue dans le détail, il est clair que ces dernières vont porter un coup sévère à Kiev, et surtout aux actuelles autorités ukrainiennes.

Le décret, publié sur le site du Kremlin, stipule que ces sanctions sont prises « en réponse des actions inamicales de l’Ukraine qui contreviennent au droit international, et consistent à imposer des mesures restrictives sur les citoyens et personnes morales de la fédération de Russie  ».

Certains pourraient se demander, pourquoi en venir à de telles contre-mesures seulement maintenant. Franz Klintsevitch, membre du comité de la Défense du Conseil Fédéral, n’exclut pas que ces contre-sanctions soient prises suite à la décision de Kiev de vendre aux enchères le bateau russe Nord qu’il a illégalement arraisonné.

« Je n’exclus pas que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est la détention illégale et la vente aux enchères du navire russe Nord. Je n’ai aucun doute que la réponse russe aux actions hostiles de la partie ukrainienne, qui se répètent depuis plusieurs années, ne sera pas formelle  », a déclaré Klintsevitch.

Selon le sénateur, les mesures économiques, qui vont être mises en place par le gouvernement de la fédération de Russie, « vont créer de sérieux problèmes pour les personnes physiques et morales  » en Ukraine.

« Ce décret recommande directement à Kiev de cesser de jouer au jeu des sanctions  », a conclu Franz Klintsevitch.

Dans la foulée, à la fois le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, mais aussi le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, ont tenu à rappeler que l’Ukraine reste un pays ami pour la Russie et que ces sanctions ne vont pas frapper les citoyens ukrainiens ordinaires.

«  Les sanctions sont imposées aux personnes qui portent atteinte aux intérêts de la fédération de Russie. Ni le décret [signé par Vladimir Poutine] ni le décret du gouvernement ne s’appliqueront aux Ukrainiens en général, ce serait absolument inacceptable  », a déclaré Medvedev.

«  Au contraire, nous avons des sentiments très amicaux envers le peuple ukrainien. Mais certains de leurs citoyens nuisent aux intérêts de la Russie en prenant des mesures visant à causer des dommages à notre pays. Nos résolutions [du gouvernement russe] s’appliqueront à ces personnes en particulier  », a ajouté le Premier Ministre russe.

Comme l’a indiqué Dmitri Peskov, la Russie fait une distinction claire entre les citoyens ukrainiens ordinaires, et leurs dirigeants ainsi que les ultra-nationalistes qui ont entraîné leur pays vers la ruine.

«  Le peuple ukrainien a été et restera un pays ami de la Russie, à l’exception de quelques pauvres représentants de cette nation, qui sont embourbés dans des attitudes nationalistes et ultra-nationalistes, » a souligné le porte-parole du Kremlin.

Il a également rappelé les déclarations de Vladimir Poutine selon lesquelles il ne considère pas les citoyens ukrainiens comme des adversaires et que ces derniers « souffrent à cause de la politique menée par leurs dirigeants ».

Le Premier ministre russe a précisé aujourd’hui quels types de mesures allaient être prises contre les personnes et entités visées par le décret présidentiel.

« De quoi s’agit-il ? Il s’agit tout d’abord du gel de leurs avoirs, qui se trouvent sur le territoire de la fédération de Russie, c’est-à-dire de l’interdiction d’y toucher. Deuxièmement, l’interdiction des transferts des fonds qui sont situés sur le territoire de la fédération de Russie, interdisant ainsi la fuite des capitaux » a déclaré Dmitri Medvedev, ajoutant qu’il a l’intention de signer le décret sur les sanctions dans un proche avenir.

Selon lui, ces sanctions toucheront un grand nombre de personnes en Ukraine. «  Il y aura beaucoup de gens assez connus  », a déclaré le Premier ministre.

«  Si nous parlons d’individus, alors, selon toute vraisemblance, cela concernera des centaines de personnes qui ont causé du tort à notre pays par leurs actions. Il y aura des hommes d’affaires et d’autres personnes, c’est à la discrétion de la partie russe, c’est-à-dire, selon ces propositions que le gouvernement élabore  », a précisé Dmitri Medvedev.

« Naturellement, la liste comprend également des sociétés ukrainiennes, c’est-à-dire des personnes morales enregistrées sur base des lois ukrainiennes, qui sont d’une certaine façon contrôlées par ces citoyens auxquels ces sanctions seront imposées. Quant aux personnes physiques et morales, ces listes sont en cours d’élaboration  », a ajouté le Premier ministre russe.

Néanmoins, ces sanctions vont avoir un impact significatif sur l’économie ukrainienne, puisque d’après le Premier ministre russe, elles pourraient concerner un certain nombre de produits que l’Ukraine exporte vers la Russie.

« Il s’agit d’interdire certaines catégories de biens produits en Ukraine qui sont exportés vers la Russie  », a déclaré Dmitri Medvedev.

« Nos collègues ukrainiens n’insistent pas particulièrement sur ce point, mais le chiffre d’affaires de l’Ukraine avec la Russie est très important, nous parlons de milliards de roubles  », a rappelé le Premier ministre russe.

Car en dépit de toutes les mesures prises par Kiev contre Moscou, la Russie reste un important partenaire commercial extérieur de l’Ukraine. Dmitri Medvedev a ajouté que Moscou tiendra compte de cette circonstance lorsqu’elle prendra ces mesures de rétorsion contre Kiev.

Quoi qu’il en soit, cette décision est une très mauvaise nouvelle pour l’Ukraine, qui va perdre l’an prochain la manne du transit de gaz russe vers l’Europe (environ 3 milliards de dollars par an), qui doit rembourser un grand nombre de dettes d’ici 2020, et qui doit toujours plusieurs milliards de dollars à la Russie.

Les 3,9 milliards de dollars que le FMI est prêt à débloquer une fois le budget ukrainien de 2019 voté ne suffiront pas à empêcher la descente aux enfers économique de Kiev. Car ces fonds ne seront débloqués qu’en contrepartie d’une hausse faramineuse des prix du gaz pour les habitants.

La hausse déjà validée de 23,5 % du prix du gaz dès le 1er novembre ne suffira pas à satisfaire le FMI, qui a demandé une hausse de 60 % ! Une hausse qui va devenir ingérable pour les ménages ukrainiens, dont plus des deux tiers n’arrivent déjà pas à payer la totalité de leurs factures.

Les autorités ukrainiennes post-Maïdan sont en train de suicider leur pays et leur peuple à petit feu en creusant de plus en plus le fossé de la dette, avec l’aide du FMI. Les mesures prônées par le FMI ne permettront jamais à l’Ukraine de se relever (bien au contraire, comme à chaque fois que cette institution entre en jeu, l’économie du pays concerné plonge sous les mesures destructrices imposées par le fonds), et la dette du pays va continuer à grandir jusqu’au défaut de paiement ou à l’effondrement total du pays.

Quand on voit l’état de l’Ukraine et l’avenir qui se dessine pour le pays, on comprend mieux pourquoi Victor Ianoukovitch avait repoussé la proposition d’association avec l’UE et avait jugé plus favorable la proposition russe (qui mettait 15 milliards de dollars sur la table et qui permettait à l’Ukraine de développer encore plus ses affaires avec son principal partenaire commercial). Cette décision n’était en rien pro-russe, elle était simplement pragmatique !!!

La politique hystérique et russophobe des autorités ukrainiennes post-Maïdan va à l’encontre du bon sens, et mène l’Ukraine dans le mur. À la fin ce sont les citoyens ukrainiens ordinaires qui payent et vont payer les pots-cassés de cette politique russophobe dictée par Washington.

Voilà ce qui arrive quand on laisse un autre pays dicter votre politique étrangère et intérieure. Car les autorités de Kiev peuvent bien claironner que l’Ukraine est indépendante, elle ne l’est que sur le papier.

En rompant de plus en plus ses liens avec son principal partenaire historique et commercial, l’Ukraine est en train de plonger plus profondément dans le gouffre de la dette, mettant de facto en esclavage l’ensemble de sa population, qui va devoir rembourser ad vitam æternam les conséquences de la folie de quelques-uns.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.66/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Doume65 24 octobre 11:21
    Merci Christelle pour ce papier ;
    Vous avez écrit : « Car les autorités de Kiev peuvent bien claironner que l’Ukraine est indépendante, elle ne l’est que sur le papier. »
    Ce qui m’a fait m’interroger sur la situation française et ses derniers développements. Un journaliste a demandé hier à Macron « Allez-vous suspendre les ventes d’armes comme le demande l’Allemagne ? ». Jupiter lui a répondu « ce n’est pas parce qu’un dirigeant dit quelque chose que je suis obligé de réagir à chaque fois ». Ce qui laisse penser que la France est souveraine. Mais le journaliste aurait dû lui poser la question « Pourquoi alors avez-vous suivi May sur l’affaire Skripal en virant des diplomates russes ». On voit bien que notre Young Leader de Président a fait allégeance à l’Empire.

    • Mychris Mychris 24 octobre 12:27
      @Doume65

      Bonjour,

      C’est pas « l’empire » pour le coup. C’est purement commercial. Les saoudiens sont les deuxièmes principaux acheteurs d’armes françaises.
      Ce qui a plutôt tendance à énerver les américains et les chinois qui restent de loin les principaux pourvoyeurs du Royaume des Saoud.
      « Sur les dix prochaines années, les opportunités de ventes d’armes sont estimées à 27 milliards de dollars en Arabie Saoudite. »
      Lorsque Londres a expulsé 23 ressortissants russes, la France a expulsé 4 « diplomates » russes suite à l’affaire Skripal. Les russes ont expulsés 4 « diplomates » français en représaille. De part et d’autre, des agents sous couverture diplomatique. J’appelle ça suivre mollement May.

    • QAmonBra QAmonBra 24 octobre 13:33
      Merci @ Christelle pour le partage.

      Excellent article brossant la situation intenable dans laquelle ces tarés d’ukronazis ont mis l’Ukraine et son Peuple.

      A mon avis, les mesures qu’envisagent les dirigeants russes et visant intelligemment les corrompus au pouvoir, ne sont qu’un préalable car V. Poutine a clairement laissé entendre que ces derniers, si ils persévèrent dans cette stupide attitude, à l’exemple de la Géorgie, risquent bien davantage et Odessa pourrait bien redevenir russe. . .


      • math math 24 octobre 18:02

        La Russie prépare sa réponse à l’Ukr-Haine ?..pendant ce temps des gens souffrent des deux côtés ?


        • lejules lejules 24 octobre 18:51

          les événements en Syrie et en Ukraine suivent la même logique US. les USA vont être contrait de quitter la Syrie il y a de fortes possibilité que cela se passe également pour l’Ukraine car la situation est devenue intenable au niveau économique.peut on envisager un coup d’état ou une révolte nationale en Ukraine ? 


          • jjwaDal jjwaDal 26 octobre 11:52

            Juste un point qui me taraude... Vu que 60% du gaz consommé en Ukraine vient de la Russie, est-ce que les 60% de hausse du prix du gaz demandé par le FMI, consistent à tirer le plus grand profit des exportations russes et sont donc destinés à améliorer les finances publiques au détriment de la population, ou s’agit-il de mieux rémunérer le gaz que les russes livrent aux Ukrainiens ?...
            Dans un monde interconnecté, quand la connerie s’en mêle, les paradoxes insolubles ne sont pas bien loin.


            • Christelle Néant Christelle Néant 30 octobre 12:16

              @jjwaDal
              Cette mesure vise, à renflouer les finances publiques pour que Kiev puisse rembourser le FMI.


            • Mychris Mychris 27 octobre 13:31
              Le gouvernement Russe prépare sa riposte en renvoyant une partie des réfugiés du Donbass en Ukraine ?

              Je pose la question, pas taper...

              • Christelle Néant Christelle Néant 30 octobre 12:21

                @Mychris
                Il y a des problèmes avec le service de l’immigration de certaines régions. Ce qu’ils font n’est pas en accord avec la loi votée à la demande de Vladimir Poutine.


              • karatchouk 27 octobre 15:37

                interessant. On aurait aimé davantage de précisions sur la nature des sanctions à venir.


                • Guy19550 27 octobre 22:55

                  La Russie avait déjà réagi bien avant avec des nombreux « ban » de produits ukrainiens. Cela veut dire que les ukrainiens avaient déjà perdu pas mal de choses avant les sanctions. Cela s’était fait en plusieurs étapes depuis 2014. Il n’y a donc pas vraiment quelque chose de plus pour les russes. L’Ukraine produisait des pièces ou parties d’équipements pour l’armée russe. Cela avait été redistribué en Russie assez lentement depuis les événements de 2014. Cela est en principe terminé. La différence est maintenant que l’Ukraine va perdre d’autres marchés qui restaient avec les autres membres du CIS.


                  • Guy19550 1er novembre 11:59

                    L’ours est sorti du bois : http://tass.com/economy/1028873
                    Smile : http://tass.com/politics/1028900

                    C’est du plomb dans l’aile pour les négociations trilatérales sur le gaz en plus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès