• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > JO ou j’y vais pas ?

JO ou j’y vais pas ?

Le 13 juillet 2001 le Comité international olympique (CIO) attribuait les jeux Olympiques d’été 2008 à la Chine. Ce fut alors un grand nombre d’interrogations qui investirent les milieux sportifs et politiques se demandant l’impact qu’aurait une telle manifestation sur la Chine mais également sur le monde.

Attribuer les olympiades à la Chine pouvait être vu comme un pari pour la démocratie reposant sur l’espoir d’une ouverture inévitable de ce pays pour accueillir athlètes, journalistes, organisations et politiques de tous pays. Cette désignation pouvait également être interprétée comme la conquête d’un marché économique au potentiel sans pareil sur la planète pour le marché du sport. Effectivement, quel domaine mercantile pourrait se priver d’une réserve d’approximativement un milliard de consommateurs ? Économique ? Sportif ? Toujours est-il que la question demeure problématique aux regards du traitement de la presse, de la population, de la politique africaine ou encore de l’oppression du Tibet exercés par la pouvoir communiste chinois. Les instances internationales, à quelques mois de l’allumage de la flamme olympique en terre pékinoise, réactivent l’hypothèse d’un boycott de la manifestation. Une telle éventualité nourrit désormais les débats médiatiques, familiaux ou encore politique. Tentons de voir les tenants et les aboutissants de cette réflexion en elle-même sportive.

Dès la désignation de Pékin, des voix du milieu du sport se sont levées pour exprimer les craintes et les réticences qu’elles auraient à jouter dans l’arène du sport pendant que le pouvoir chinois capitaliserait sur ces exploits pleins de sueur. La dimension hautaine des cercles politiques et institutionnels ont bien entendu très peu relayé ces revendications émanant pourtant du cercle des premiers concernés. Puis, le monde a commencé, continué, à s’intéresser à ce pays présenté comme futur acteur majeur des relations internationales et les affronts aux droits de l’homme constatés ont nourri l’idée de boycotter les olympiades afin de marquer la protestation de la communauté internationale, toujours délicate à identifier, au régime chinois. « Des droits de l’homme pas de jeux Olympiques », s’écria le dimanche 23 mars 2008 un militant pour le Tibet, il verra les compétitions des idoles de muscles au fond de sa geôle pendant cinq années.

L’histoire des JO connut quelques boycotts en temps de guerre froide comme à Moscou (1980) ou à Los Angeles (1984). Des décisions rattachées au contexte politique de l’affrontement des deux blocs et notamment de l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS. Si un tel acte avait fait du bruit dans le monde politique et sportif, les effets ne furent pas forcément ceux escomptés et renforça, dans une certaine mesure, l’opposition bipolaire. Toutefois, la relation politique et olympisme ne se limite pas à ces démonstrations d’envergure. En 1936, au milieu de la sordide démonstration du nazisme, il y eut Jesse Owens qui arracha quatre médailles d’or et qui finit dans les bras de son adversaire allemand Lutz Long en plein cœur de l’avènement de l’Allemagne hitlérienne. Quelques années plus tard, le testament du sportif allemand portera quelques mots pour l’athlète américain : « Après la guerre, vas en Allemagne, retrouve mon fils et parles-lui de son père. Parles-lui de l’époque où la guerre ne nous séparait pas et dis-lui que les choses peuvent être différentes entre les hommes... Ton frère. Lutz ». Preuve que l’humain peut parfois faire triompher les valeurs que toute une organisation finement menée rêve de cacher. On se souviendra également de ces points levés de Tommie Smith et de Mexico 1968 autre contradiction apportée aux hommes et aux femmes reléguant le sportif à un être aseptisé comptant ses points et ses mètres sans jamais se poser en penseur sans doute en raison d’une incompatibilité présumée entre short et réflexion.

Boycotter Pékin 2008 aurait-il un impact sur la politique chinoise décriée actuellement ? Si un acte de boycott fera, sans nul doute, beaucoup parler dans les pays occidentaux, l’impact médiatique à l’intérieur même de la Chine risque d’être plus mesuré voire inexistant. Il nous suffit de voir le silence entourant les « débordements » qui ont émaillé la célébration de l’allumage de la flamme le dimanche 23 mars 2008 dans les médias chinois. Parler de Boycott c’est également parler d’une décision politique qui n’aurait de réel effet que si l’ensemble des grandes puissances mondiales, économiques, mais également sportives, décident de concert ce boycott. Effectivement, si seule la France et l’Angleterre décident de ne pas participer aux olympiades de 2008, l’absence ne sera sans doute pas développée dans les journaux pékinois et le boycott passera par les voix du silence. Dans un tel contexte de maîtrise des moyens de communication, d’internet aux journaux en passant par les télévisions, par le pouvoir chinois, ne risquerions-nous pas de tomber dans une manifestation entre bonnes consciences occidentales pendant que le gouvernement chinois récolte le prestige et la fierté populaire des jeux Olympiques ? De plus, au moment où la société civile commence à s’organiser, de façon embryonnaire certes, un boycott pourrait être perçu comme une arrogance venue de l’Occident et servirait plus l’union nationale derrière le gouvernement que l’émergence d’une réelle démocratie et liberté d’expression.

Pékin 2008 c’est l’occasion de découvrir un pays, une culture et une organisation encore méconnue par l’opinion publique. Pendant environ un mois, des journalistes du monde entier pourront aller sur ces terres pour tenter de comprendre et de saisir les pensées du peuple chinois, d’aller à la rencontre des activistes de la liberté et aussi, pourquoi pas, d’établir des liens avec cette population. Il va de soit que si un boycott peut entraîner des effets pervers, le travail des journalistes et autres sphères qui seront menés à intervenir doit bénéficier de la liberté de circulation et d’expression afin que ce soit une réalité qui soit retransmise et non celle du gouvernement chinois. En effet, depuis quelques mois ce dernier élabore la mise en place d’une ville fidèle à l’image que les Occidentaux s’en font que ce soit au niveau architectural comme sociétal. Ainsi, rapporter des faits, établir des liens avec la population se doit d’être lié aux droits fondamentaux de l’homme afin que chacun des acteurs qui aura à se confronter aux structures chinoises puisse bénéficier de l’assurance de pouvoir agir dans le sens de la réalité et de ne pas être contraint à devenir des complices à leur insu d’une démonstration de force.

Pékin 2008 donne rendez-vous au sport, mais également aux défenseurs de la liberté du monde entier. Le réveil tardif des appelants au boycott, le silence des politiques de tous pays face aux dérives de la politique chinoise font que les mois précédents les JO sont perturbés et agitent, à juste titre, les questions autour de la participation à ces olympiades qui peuvent devenir symboles d’une puissance chinoise ou bien d’une puissance civile en éveil. Toujours est-il que c’est au peuple chinois de pousser les murs de l’oppression pour garder son destin en main. La communauté internationale, elle, ne peut que se présenter du côté de cette société civile, se battre pour les libertés, mais n’a pas le droit de faire la révolution pour les autres qui pourrait avoir, comme effet néfaste, de détruire plutôt que de construire une réelle démocratie tirant sa légitimité du peuple. Espérons que drapeaux tibétains et droits de l’homme feront une percée dans la Chine durant ces jeux Olympiques, mais aussi plus tard. Ce plus tard est dans les mains de la politique et se jouera au-delà d’une foulée, après les olympiades. Un bruit accompagne le Dalaï-Lama et les opprimés de Chine, espérons que la flamme ne s’éteindra pas avec les prémices d’une liberté. L’oubli après la sueur serait sans doute le plus dangereux boycott du peuple chinois.

Fabien Pie


Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • sandro 26 mars 2008 14:14

    le boycott général des jeux olympiques sera le début du boycott général et international du peuple, c’est à dire des esclaves au sein même de la matrice de la société militaro-industrielle qui se grime de jeux olympiques et de droits de l’homme.

    comme entre deux pensées il y a un espace vide

     

    la paix commencera dans le STOP massif de la planète qui en a assez de légitimer le crime, et de discuter de politique pour ne pas voir que le STOP est le seul acte obligé pour qu’autre chose soit possible, autre chose que l’esclavage et la folie continuelle ;

    l’éventuelle désmission du Dalaï Lama de ses fonctions temporelles signe aussi ce signe du STOP !!!

     


    • gumma 30 mars 2008 20:36

      le boycott général des jeux olympiques sera le début du boycott général et international du peuple, c’est à dire des esclaves au sein même de la matrice de la société militaro-industrielle qui se grime de jeux olympiques et de droits de l’homme.

      comme entre deux pensées il y a un espace vide

       

      la paix commencera dans le STOP massif de la planète qui en a assez de légitimer le crime, et de discuter de politique pour ne pas voir que le STOP est le seul acte obligé pour qu’autre chose soit possible, autre chose que l’esclavage et la folie continuelle ;

      l’éventuelle désmission du Dalaï Lama de ses fonctions temporelles signe aussi ce signe du STOP !!!

      Quelle arrogance, quelle ignorance de traiter un peuple d’esclaves. Mais reveillez vous un peu monsieur, on n’est plus dans la "glorieuse" periode coloniale, allez voir un peu ce pays que vous qualifiez de la "societe militaro-industriell" avant d’imaginer des choses dans votre tete hantee de prejuges et des desinformations mediatiques. Enfin peut etre cela est votre "liberte d’expression".

      La Chine n’est effectivement pas encore une "democratie", mais elle progres, dans tous les domaines. Je vous informe qu’aujourd’hui en Chine, on peut aussi critiquer le gouvernement et s’exprimer liberment son opnion. Je vous assure que on sera pas en prison pour cela ( beaucoup de journalistes occidentales y sont convaincus profondement). Il est vrai qu’il y a encore beaucoup de problemes sociaux, mais globalement, le niveau de vie a considerablement augmente, les chinois aujourd’hui jouissent cette ouverture d’economie et esperant une democratisation de tous les domaines a l’avenir. 

      Les JO de Beijing est une fierte nationale pour tout peuple chinois (et oui, il n’y a pas qu’ici qu’on a la fiete nationale !) et elle est legitime.

      Parlant des "crime", regardons un peu histoires (on n’a pas besoin de remonter tres loin), qui sont des "criminelle" ?qui sont des "victimes" ?


    • adeline 26 mars 2008 17:42

      C’est à mon avis le seul moment ou l’on peut frapper la chine (ses dirigeants) il faut absolument saisir cette chance et au dernier moment que la majorité des athlétes déclinent l’invitation voilà , un petit geste pour un grand mouvement.


      • Serpico Serpico 26 mars 2008 18:10

        L’occident aime le pognon.

         

        Il ira à la soupe et puis c’est tout.

         

        Pas la peine de brandir les principes et autres foutaises valables uniquement pour châtier les pays faibles.

         

        Quand on est corrompu, on ne boycotte pas.


        • Emile Red Emile Red 26 mars 2008 18:16

          Pourquoi n’avons nous pas boycotté Salt Lake City en 2002 alors que les USA entretenait les embargos les plus meurtriers contre l’Iraq et Cuba.

          Seoul en 1988 alors que la Corée est toujours en guerre avec son voisin.

          Barcelone en 1992 alors que l’Espagne exerce toujours son hégémonie sur le peuple Basque.

          Squaw Valley en 1960 alors que les USA étaient en guerre au Vietnam.

          Et tant d’autres raisons peu connues qui auraient pu justifier le boycott de tous les jeux depuis leur recréation.


          • Serpico Serpico 26 mars 2008 18:23

            Parce qu’on a des principes kleenex.

             

             


          • Romain Baudry 27 mars 2008 03:04

            Et Albertville 92 alors que la France opprime honteusement le peuple corse ?


          • Romain Baudry 27 mars 2008 03:18

            "Pendant environ un mois, des journalistes du monde entier pourront aller sur ces terres pour tenter de comprendre et de saisir les pensées du peuple chinois, d’aller à la rencontre des activistes de la liberté et aussi, pourquoi pas, d’établir des liens avec cette population."

            Soyons sérieux. Il serait bien surprenant que le gouvernement chinois accorde une telle latitude aux journalistes étrangers.

            J’ai personnellement l’intention de ne pas regarder une miette de ces JO mais, objectivement, le boycott ne sera jamais assez suivi pour être efficace. Si la communauté internationale s’unissait pour menacer de boycotter les Jeux, il serait peut-être possible d’arracher quelques avancées à la Chine, mais certainement rien de majeur. Ce gouvernement communiste - qui a ironiquement instauré une économie ultra-capitaliste - n’a jamais eu l’intention d’aller vers plus de liberté et de démocratie.

            Des actions à l’occasion des Jeux pourraient être utiles mais l’essentiel est à mon sens de ne pas donner aux Chinois l’impression que les Occidentaux ne se soucient que des Tibétains. Il faut les aider à prendre conscience des droits et des libertés que leur gouvernement leur refuse. C’est infiniment plus facile à dire qu’à faire, mais la réforme politique de la Chine ne pourra de toute façon venir que des Chinois.


          • anomail 26 mars 2008 18:24

            Honnis soient les athlètes qui se vont se commettre dans un tel déni de démocratie sous prétexte que "ils s’y préparent depuis des mois".

            Ceci dit, les JO ne sont pas à ça près, ayant déjà eu lieu dans l’Allemagne Nazie.


            • Serpico Serpico 26 mars 2008 18:38

              anomail : "Ceci dit, les JO ne sont pas à ça près, ayant déjà eu lieu dans l’Allemagne Nazie."

               

              ******************

               

              Beh oui...

               

              Je n’arrête pas de dire que ce n’est que du vent : tant qu’il y a du fric à la clé, on y va.

               

               


            • wiNter)SonAta 9 avril 2008 01:24

              sais tu au moin ce que tu es entrain de dire ? n’essaye meme pas de comparer la chine a l’allemagne nazi...c’est completement different.


            • Dimetrodon Dimetrodon 26 mars 2008 19:37

              C’est marrant parce que moi, les JO, je les boycotte depuis toujours.

              Entièrement d’accord avec Serpico, ce n’est qu’une grosse machine à fric, le sport, là-dedans, ça fait longtemps qu’il est mort…


              • Lucrezia 27 mars 2008 09:47

                Pourquoi il y a huit ans, avoir confié à la Chine, les JO 2008 ?

                Pensait-on vraiment que tous leurs problèmes internes liés à leur Histoire ancienne ou plus récemment celle liée à leur période Socialiste serait règlée pour 2008 ?

                Ou bien pensant-on que l’Occident pouvait réellement faire pression en si peu de temps sur 1 500 millions de chinois  ?

                Ne serait-ce pas de la Vanité ? Et surtout de l’impatience.....


                • Peter Smith Peter Smith 27 mars 2008 11:38

                  Après la Chine, d’autres pays sympathiques comme le Pakistan, l’Afghanistan, l’Irak ???


                  • Proto Proto 27 mars 2008 12:17

                     

                    Je trouve que les bases de réflexion de cet article de Monsieur Pie sont assez bien posées.

                    Mais l’optimisme de l’auteur est justement tempéré par Monsieur Baudry ou Monsieur Serpico.

                    Pour ma part, je pense que l’idée du boycott est absurde pour de nombreuses raisons, dont certains effets « pervers » que vous évoquez.

                    Il faut apprendre à composer avec la logique des gouvernements et avec les réalités de notre siècle : de vous à moi, n’est-il pas plus urgent de boycotter la participation des USA ? Ce pays a-t-il encore quelque chose à démontrer à la Chine en terme de « droits de l’homme » et de « liberté d’expression » ?

                    Il y a une expression qui dit « apprendre à balayer devant sa porte ».

                    N’oubliez pas que quand vous parlez des chinois, vous parlez d’un cinquième de l’humanité.

                    N’oubliez pas que tant qu’il y aura beaucoup d’argent à la clé, ni le CIO, ni la France, ni la Chine, ni personne n’a intérêt à boycotter qui que ce soit sinon à des fins politiques.

                    N’oubliez pas que la Chine a eu le temps de faire le tour de la question sur ce sujet, et que la propagande officielle est déjà bien déterminée sur les questions tibétaines ou taiwanaises.


                    • fande 27 mars 2008 12:46

                      Boycott ou pas boycott de la part des gouvernements ou sportifs : cela m’indiffère ! Pour moi depuis longtemps les JO, c’est le fric. Pour la Chine autoritaire et totalitaire, un outil de propagande. Alors j’opte pour le boycott tv, press et produit mad in China

                      vu sur un blog de 20 minutes 

                      Nous sommes que des Etrons


                      • anomail 27 mars 2008 13:11

                        Oui les JO sont un outil de propagande. Hitler nous a montré comme cela pouvait être efficace.


                        • wiNter)SonAta 9 avril 2008 01:27

                          ridicule, tu es just ridicule


                        • fonzibrain fonzibrain 29 mars 2008 12:22

                          désolé

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès