• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Kiev fait du chantage à l’APCE en menaçant de ne plus respecter les (...)

Kiev fait du chantage à l’APCE en menaçant de ne plus respecter les accords de Minsk

Devant la menace de la réintégration de la Russie de plein droit au sein de l’APCE, l’Ukraine n’a rien trouvé de mieux à faire que de poser à l’organisation un ultimatum, qui sonne comme un chantage grossier : si les Européens lèvent les restrictions de la délégation russe alors l’Ukraine ne respectera plus les accords de Minsk.

JPEG

Cette déclaration a été faite par Pavel Klimkine, ministre ukrainien des Affaires étrangères le 13 mai à Bruxelles. Klimkine a déclaré avoir informé les diplomates de l’Union Européenne que si l’Allemagne, la France et d’autres pays lèvent les sanctions contre la Russie au Conseil de l’Europe, alors Kiev se retirera des accords de Minsk.

« Si vous faites cela, comme plusieurs pays le voudraient, je reviendrai ce jour-là et annoncerai qu’il n’y a plus d’accords de Minsk pour nous. Et ils auront été tués non seulement par la Russie, mais aussi par vous  », a déclaré le ministre ukrainien des Affaires étrangères.

Bien que les accords de Minsk ne soient en rien liés aux sanctions que le Conseil de l’Europe a prises envers la Russie, Klimkine a déclaré que l’Ukraine avait des raisons d’en venir à une telle mesure.

« Si maintenant, après que la Russie a commencé à délivrer des passeports (aux résidents du Donbass NDLR), vous prenez des mesures en faveur de la Russie – alors toute la logique des mesures que nous avons prises jusqu’ici s’écroule totalement, » a-t-il expliqué.

Pour rappel, en avril 2014, suite aux événements qui ont lieu en Ukraine et à la réintégration de la Crimée au sein de la fédération de Russie, la délégation russe à l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a été privée de plusieurs de ses droits dont le droit de vote.

Sa délégation ne pouvant plus voter, et devant l’échec évident de plusieurs tentatives de faire lever ces sanctions, la Russie a décidé en 2017 de ne plus payer sa cotisation, puisque sa qualité de membre de l’APCE est devenue inutile (ne pouvant plus voter).

L’APCE a alors menacé de suspendre l’adhésion de la Russie au Comité des Ministres de l’organisation à partir de juin 2019 si elle ne payait pas sa cotisation, mais la Douma russe a confirmé la décision de suspendre le paiement de la contribution du pays, et les deux chambres du Parlement russe ont déclaré que la Russie n’avait aucune raison de revenir à l’APCE en 2019.

La situation provoque des désaccords au sein de l’APCE, certains voulant que la Russie revienne au sein de l’Assemblée et paie sa contribution. Il faut dire qu’avec 33 millions d’euros versés par an, la Russie faisait partie des six principaux contributeurs de l’organisation. Le trou dans le budget de l’APCE est conséquent. Or la Russie a été très claire : pas de paiement tant que les droits de la délégation russe ne sont pas rétablis.

L’autre point qui pèse en faveur de Moscou, c’est la crainte des organisations de défense des droits de l’homme en Russie de voir cette dernière sortir de la juridiction de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) si elle était expulsée de l’APCE. En effet la CEDH est le bras juridique du Conseil de l’Europe, en sortant de l’un, la Russie sortirait aussi de l’autre.

Or la CEDH est un bon outil politico-médiatique pour pointer la Russie du doigt. Si elle sort de sa juridiction, fini les procès médiatisés avec des conclusions russophobes bien rodées (comme celle dans l’affaire de la prise d’otages de Beslan, des Pussy Riot ou de Navalny qui est pourtant un escroc notoire).

Alors plusieurs pays, Allemagne et France en tête, commencent à se dire que le jeu n’en vaut pas la chandelle. Non seulement ces sanctions n’ont pas fait bouger Moscou d’un pouce sur la Crimée ou son soutien au Donbass, mais cela met l’APCE dans une situation financière difficile, et la Russie risque bien de sortir de l’organisation et de la CEDH, sans que cela n’émeuve plus que cela les autorités russes (qui ont bien compris qu’il n’y a rien de positif à attendre de l’Occident et des organisations occidentales).

En clair, l’APCE perdrait non seulement définitivement une partie non négligeable de son budget, mais en prime, l’organisation perdrait un levier politico-médiatique important vis-à-vis de la Russie (la CEDH), qui, elle, n’aurait rien à y perdre. C’est ce qu’on appelle un marché perdant-perdant.

Devant ce constat, Zenon Zawada, analyste de Concorde Capital Research, ne mâche pas ses mots dans sa critique de ce pitoyable chantage « made in Kiev ».

«  La menace de Klimkine est vide de sens à plusieurs niveaux. C’est l’Ukraine qui dépend en fin de compte des puissances occidentales et elle n’est pas en position d’émettre des revendications ou des menaces. Au lieu de cela, les diplomates ukrainiens devraient présenter de meilleurs arguments ou offrir de meilleures alternatives. Deuxièmement, les accords de Minsk sont largement reconnus pour avoir perdu de leur utilité, et peu de gens s’attendent à ce qu’ils soient respectés depuis plusieurs années maintenant. De plus, les accords de Minsk devaient profiter davantage à l’Ukraine qu’à l’Occident, mais la menace de Klimkine laisse entendre le contraire. La déclaration de Klimkine est également irresponsable parce que l’administration Porochenko est un canard boiteux qui ne devrait pas prendre des décisions ou faire des déclarations téméraires avant le transfert de pouvoir. La menace de Klimkine, qui suscite plus de pitié que de respect, n’aura donc aucun effet sur la décision des puissances occidentales, qui s’orientent vers un renouvellement de la présence de la Russie au Conseil de l’Europe  », a écrit l’analyste.

Léonid Sloutski, président du Comité des Affaires étrangères de la Douma, a lui aussi sévèrement taclé cette menace de Kiev comme étant ni plus ni moins que du vulgaire chantage.

«  Les menaces de Klimkine de se retirer des accords de Minsk si l’APCE restaure les droits de la délégation russe sont un chantage flagrant. Toutefois, sa déclaration illustre l’époque du président ukrainien sortant et de son équipe. Ils ne se soucient pas de la paix dans leur propre pays car ils cherchent avant tout à plaire à leurs tuteurs étrangers et à causer autant de dégâts que possible à la Russie. Porochenko et son équipe ont ouvertement saboté la mise en œuvre des accords de Minsk, de sorte que les menaces de M. Klimkine ne constituent rien de nouveau,  » a déclaré M. Sloutski, avant d’exprimer l’espoir de Volodymyr Zelensky ne suivra pas la voie de son prédécesseur pour ce qui est de la résolution du conflit dans le Donbass.

Pour ma part, devant les tentatives évidentes du gouvernement ukrainien sortant de savonner au maximum la planche du président nouvellement élu, je doute que la donne sera très différente, et je crains qu’il faille s’attendre de nouveau à des chantages hystériques et contre-productifs pour l’Ukraine comme celui que Klimkine nous a offert à Bruxelles.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Guy19550 16 mai 10:38

    La France peut aider avec la guillotine à déplacer à Kiev pour quelques semaines, mais autant l’y laisser pour les dix prochaines années et que l’on se rassure, elle sera plus utile à Kiev qu’à ne rien faire en France.


    • JC_Lavau JC_Lavau 16 mai 11:19

      @Guy19550. Que voilà un argument tranchant !


    • Guy19550 17 mai 22:03

      @JC_Lavau
      J’ai toujours en tête le film avec Jean Gabin et Alain Delon. Si la décision de la justice est tout de même assez troublante, l’exécution est très bien présentée.
      Pour l’Ukraine, je mettrais quand même une autre lame, une avec des entailles et surtout un truc pour collecter le sang, qu’au moins cela puisse se vendre aux enchères sur Ebay.

      Ben oui, y a des moments où je déconne !


    • skirlet 16 mai 15:36

      Comme les accords de Minsk ont jamais existé pour l’Ukraine... Elle n’a fait strictement rien pour honorer sa signature, et maintenant cet olibrius fait du chantage procédé fréquent utilisé par ce « pays ». De toute façon, Kilmkine s’est fait déjà envoyer chez les moines par Le Drian, et pas que smiley Normal : quand il s’agit du pognon, ça change la donne, et vu que l’Ukraine est un trou sans fond où plusieurs millions ont déjà disparu, l’Europe en a marre de casquer en permanence.

      Ceci dit, m’est avis que la Russie devrait quitter le CEHD qui n’est rien d’autre qu’un outil antirusse...


      • Pere Plexe Pere Plexe 17 mai 17:16

        @skirlet
        En fait de chantage celui là est fait avec un pistolet à eau.
        Je doute que ce soit de nature à inquiéter qui que ce soit.
        Pas Poutine bien sûr mais même pas les dirigeants de l’UE les plus timorés.

         


      • skirlet 17 mai 18:50

        @Pere Plexe
        Même pas un pistolet à eau... Plutôt un pantin qui bredouille quelque chose de difficilement intelligible. La preuve : le premier pas pour réintégrer la Russie à l’APCE vient d’être fait. Mais est-ce que la Russie a besoin de cette organisation ? Payer beaucoup de thune pour écouter les conneries russophobes ?..


      • Dom66 Dom66 16 mai 18:40

        Bonsoir Christelle,

        J’aime et suis en admiration pour votre travail, je lis presque tout vos article même si je ne commente pas toujours, et je vous remercie pour les infos sur le Donbass, région où vivaient mes amis..... Mais le titre me pose question.

        Aussi je vous pose la question un peu taquine sur votre titre

        "Kiev menace de ne plus respecter les accords de Minsk" ???? Ha bon !!!

        Pourquoi ! ils respectaient les accords jusqu’à présent ?? 

        « skirlet » m’a devancée smiley

        Bonne continuation


        • Christelle Néant Christelle Néant 16 mai 20:20

          @Dom66
          Ils ne les ont jamais respectés. MAIS jusque là officiellement ils les respectaient. C’est ça la différence. C’est que s’ils mettent leur menace à exécution, ils briseront officiellement les accords de Minsk (en plus de le faire officieusement depuis des années).


        • goc goc 17 mai 00:30

          Bonjour Christelle

          toujours du bon boulot, merci à vous.

          Il est clair que la situation est intéressante à plusieurs points de vue, mais un point retient mon attention, c’est le niveau de veulerie des occidentaux face à l’arrogante obstination US.

          Car il est clair que dès que donald et son gepeto moustachu vont apprendre qu’un quarteron de pays européens va vouloir faire revenir la Russie dans le Conseil de l’Europe, leur sang ne va faire qu’un tour.

          Bolton avec son crétinisme congénital et même donald (qui a besoin de « prouver » sa russophobie) vont nous sortir les meilleurs couplets débilisans à coté des quels le maccarthysme passerait pour de la propagande soviétique

          Bref, soit l’UE (et plus particulièrement l’Allemagne) ont des c... et iront jusqu’à braver les ricains, soit ils rentreront docilement à la niche et on devra alors compter sur les extrémistes ukrainiens pour tout faire péter !!!


          • Pere Plexe Pere Plexe 17 mai 17:30

            @goc
            ....la condamnation record de Monsanto-Bayer sonne comme un avertissement à Merkel.
            Qui vient après les amendes à VAG et Porsche (30 milliards ?).
            Mais l’Allemagne à trop besoin du gaz Russe pour garder son économie en état.
            Cruel dilemme.


          • goc goc 18 mai 01:28

            @Pere Plexe
            Vous avez raison. Pour l’instant la seule chose qui sauve les allemands, c’est que la « mère quelle » est en fin de mandat et ne veut plus continuer, donc elle ne joue pas sa ré-élection comme les autres dirigeants, macaroni le premier. Cette liberté ajoutée peut-être à une forme de rancune pour les années passées et toutes les couleuvres qu’elle a due avaler, font qu’elle pourrait bien faire la nique à donald


          • skirlet 17 mai 18:51

            Tiens, Klimkine démissionne, paraît-il...


            • Guy19550 17 mai 21:51

              Effectivement, c’est aussi ce que j’ai lu :

              Vendredi 17/05/2019
              Un terroriste ou une crapule de moins : Ukraine’s foreign minister tenders his resignation
              http://tass.com/world/1058809
              C’est dire que Pace a apprécié ses remarques faites très récemment (ultimatum de ne pas appliquer Minsk si les russes reviennent dans Pace).

              Pace :
              Council of Europe members agree Russia will stay in PACE, says German top diplomat
              http://tass.com/world/1058787
              Attention, rien dans ce communiqué n’indique un changement et pouvoir rester aux russes, ne leur suffit plus. Les russes veulent des garanties et le changement des règles, sans cela les russes ne reviendront pas !

              La Rada s’est extériorisée :
              Ukraine’s Rada hinders its dissolution, but early elections still possible, says analyst
              http://tass.com/world/1058792
              J’aime assez les paroles de l’expert : «  »For instance, there may follow a court ruling that there has been no coalition for the past three years and all deadlines have expired. Or Zelensky may gather a crowd of 50,000 in front of the parliament building. The legislators will then be faced with a dilemma - to get out through the front door or through the windows,« Zolotaryov explained.
              The heavy public support for Zelensky may help both option to materialize »

              Pace, la suite :
              Conditions created for Russia’s return to PACE — diplomatic source
              http://tass.com/world/1058784

              Rada, la suite (décision de disslution du parlement) :
              Zelensky to dissolve Ukrainian parliament, says aide
              http://tass.com/world/1058716
              Ce n’est pas encore fait pour autant car je prends les news à l’envers.


              • Guy19550 17 mai 22:13

                Je vais essayer de retrouver la déclaration des Allemands avant la formation de leur gouvernement.


                • Guy19550 17 mai 22:56

                  pas retrouvé, je pense que cela doit remonter à juillet 2018 et c’est un document pdf. Cela fait suite à leurs difficultés de mettre un gouvernement en place et dans la déclaration de l’époque, ils disaient : "... de Lisbonne à Vladivostok.... Les allemands n’ont de ce fait rien à cirer de l’esprit anti-russe. Cela a duré environ 6 mois pour avoir leur gouvernement et la déclaration. A partir de juillet 2018, certaines choses ont changé, mais rien n’a cependant changé en Ukraine. Les ukrainiens n’ont rien fait pour tenter d’arriver aux accords de Minsk, que du contraire pour la tenue de leurs élections également, ils n’ont pas fait de lien avec la volonté allemande de changer de cap. Les ukrainiens devront demander aux cowboys d’intervenir, ainsi qu’aux anglais (les canadiens, je connais pas, ce sont des cowboys déguisés, sans plus). Les allemands ne viendront pas à la rescousse des ukrainiens, y a qu’à voir la réaction de Merkel pour leurs élections... Bref, c’est terminé et Klimkin s’en est rendu compte, d’où sa fuite en avant.


                  • Eric F Eric F 18 mai 10:16

                    Il semble que l’ancien ministre (désormais démissionnaire) ait voulu exprimer une position radicale pour préparer sa candidature aux futures législatives. Nous verrons l’attitude du président ukrainien nouvellement élu, mais pour l’instant l’Ukraine est une épine dans le pied pour l’occident, la Russie le sait, qui pousse ses pions pour inclure dans son « pré carré » le premier tronçon du corridor territorial continental vers la Crimée récemment incorporée.
                    L’occident aurait davantage intérêt en une Ukraine neutraliste qu’en une demi-Ukraine en fardeau dans l’UE.


                    • skirlet 19 mai 14:12

                      @Eric F
                      L’Occident dirigé par les EUA voulait tellement embêter la Russie qu’il s’est embourbé dans cette histoire ukrainienne... Maintenant c’est comme une valise sans poignée : il ne peut pas lâcher Ukraine (mais il le fera probablement) et il a du mal à la porter.


                    • JC_Lavau JC_Lavau 19 mai 15:04

                      @skirlet. La valise sans poignée est une jolie image.
                      Je doute que les habitants goûtent ce côté « joli ».


                    • skirlet 19 mai 19:48

                      @JC_Lavau
                      En russe, c’est une expression idiomatique très courante smiley


                    • Guy19550 18 mai 23:20

                      Je viens de voir sur Union que la boule de billard et terroriste de Turchinov a également démissionné vendredi, Tass n’en avait pas parlé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès