• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Kiev invente de nouvelles tactiques pour saboter les discussions à (...)

Kiev invente de nouvelles tactiques pour saboter les discussions à Minsk

En matière de sabotage des discussions des groupes de contact qui ont lieu régulièrement à Minsk, l’Ukraine fait preuve d’une inventivité sans pareil. Si Kiev mettait le même entrain à appliquer les accords de Minsk, qu’elle en met à les saboter, ces derniers seraient déjà mis en œuvre et la guerre dans le Donbass serait terminée depuis longtemps.

Depuis quatre ans, Kiev invente ainsi sans cesse de nouvelles façons de saborder les discussions des groupes de contact qui sont censés permettre la mise en œuvre des accords de Minsk que l’Ukraine a signés.

Envoi de représentants sans mandat clair ou sans autorisation de signer quoi que ce soit, refus de ces derniers de venir, changement de sujet de discussion pour ne surtout pas aborder les thèmes prévus dans l’agenda, et même changement régulier de représentants pour obliger à recommencer les mêmes négociations sans fin. Après tout cela on pensait que l’Ukraine avait épuisé la liste des options disponibles.

Eh bien non. Le 6 novembre, en plus d’utiliser une fois de plus la bonne vieille tactique de la diversion qui a fait ses preuves, en refusant d’aborder tout autre sujet que les élections qui doivent avoir lieu en République Populaire de Donetsk (RPD) et en République Populaire de Lougansk (RPL) le 11 novembre, l’Ukraine a inventé une nouvelle technique d’esquive : envoyer un même représentant pour assister à deux groupes de contact qui se réunissent au même moment (peut-être que Kiev croit que ses représentants ont le don d’ubiquité) ! Le tout en lui accordant un mandat plus que limité qui ne lui permet pas de discuter de grand-chose.

Rodion Mirochnik, représentant de la RPL à Minsk, a ainsi déclaré que «  les représentants ukrainiens ont tenté de perturber les réunions du sous-groupe politique et du groupe de contact, en insistant pour que les prochaines élections en RPL et en RPD soient discutées au lieu des questions à l’ordre du jour des réunions, notamment le statut spécial du Donbass, le retrait des troupes et du matériel militaire et l’échange des prisonniers  ».

«  L’attention que Kiev porte aux élections est très étrange car les autorités ukrainiennes ont déjà déclaré qu’elles ne reconnaîtraient pas leurs résultats. Cela devrait être suffisant pour eux », a ajouté l’envoyé de la RPL.

Monsieur Mirochnik a aussi rappelé que « les élections ont été organisées pour former des organes gouvernementaux de manière démocratique, ce qui est très important, en particulier pour la poursuite des négociations de Minsk  ».

«  Cependant, l’Ukraine est plus intéressée à créer le chaos dans les républiques du Donbass et à perturber l’ensemble du processus de Minsk qu’à résoudre le conflit  », a conclu le représentant de la RPL.

Voilà ce que l’Occident appelle « l’application des accords de Minsk par l’Ukraine »… Une vision fascinante des faits offerte par la novlangue occidentale pour qui la guerre c’est la paix, l’esclavage c’est la liberté, et saborder les négociations c’est appliquer les accords de paix…

Ces deux techniques de sabotage ont malheureusement porté leurs fruits, puisque dans de telles conditions il était impossible de mener des discussions utiles et constructives.

Avec un seul représentant ukrainien pour le sous-groupe de contact économique et le sous-groupe de contact humanitaire, il était impossible de discuter à la fois de l’échange de prisonniers (qui doit avoir lieu au format « tous contre tous ») et de la reconstruction du pont de Stanitsa Louganskaya (qui sert de point de passage entre la RPL et l’Ukraine).

«  Ce fait a été noté par les coordinateurs des groupes de contact de l’OSCE qui ont regretté l’absence de résultats sur ces sujets,  » a déclaré la ministre des Affaires étrangères de la RPD, Natalia Nikonorova.

Le travail dans le groupe de contact dédié aux questions de sécurité n’a pas été plus fructueux, puisque l’Ukraine a rejeté la proposition de la RPD et de la RPL de relancer le processus de désengagement des forces dans le Donbass.

Le tout dans l’indifférence de la Mission Spéciale de Surveillance (MSS) de l’OSCE, et ce, alors que le désengagement des forces le long de la ligne de contact est un point majeur des accords de Minsk qui conditionne l’application de plusieurs autres points de ces mêmes accords.

« Les représentants des républiques ont proposé que le groupe de contact fasse une déclaration exhortant les parties à mettre fin à toutes les violations [du cessez-le-feu NDLR] enregistrées par la Mission Spéciale de Surveillance de l’OSCE et à relancer ainsi sa mise en œuvre [du désengagement des forces NDLR] mais malheureusement il n’y a eu aucune réaction de la direction de la MSS de l’OSCE quand la délégation ukrainienne a refusé cette proposition, » a ajouté Natalia Nikonorova.

Cette absence de réaction de l’OSCE est de mauvaise augure, alors que le nouveau chef adjoint de la mission a été présenté lors de cette même réunion des groupes de contact à Minsk. Si Mark Etherington ne veut pas se « hisser » au même niveau de réputation d’inutilité et de complaisance envers Kiev que son prédécesseur, Alexander Hug, il ferait bien de se ressaisir.

La seule satisfaction à l’issue de la réunion du 6 novembre fut le rejet de la demande ukrainienne de condamner les élections qui doivent avoir lieu en RPD et en RPL le 11 novembre.

« L’initiative de Kiev d’adopter une déclaration du Groupe de contact condamnant les élections du 11 novembre en RPL et en RPD n’a pas trouvé de soutien parmi ses membres  », a déclaré Rodion Mirochnik.

La question est donc désormais : qu'est-ce que Kiev va inventer après que les élections aient eu lieu pour perturber encore une fois les prochaines discussions qui auront lieu à Minsk le 22 novembre ? Les paris sont ouverts…

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  2.81/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Guy19550 7 novembre 19:55

    J’ajoute qu’il n’y a plus rien à en attendre, du fait que le remplaçant de Hug est un brit (alors que les brits sont très actifs aux entrainements de Kiev). Cela ne correspond pas du tout à de la neutralité suisse, que du contraire. Donc pour résumer, les choses iront vers du « pire ».


    • Christelle Néant Christelle Néant 7 novembre 20:26

      @Guy19550
      Vu son CV oui je ne suis pas optimiste non plus.


    • Guy19550 7 novembre 19:59

      C’était quand même pas compliqué de prendre un chinois !

      Mais un chinois n’aurait pas servi les intérêts des occidentaux, aurait cependant été impartial !


      • seken 8 novembre 13:43

        Salut,

        C’est quant même pas compliqué de faire semblant de négocier futilement devant la caméra tandis que deux bureaux plus loin on confirme le bon déroulement du plan.

        La fédération et l’union ne se ferons pas la guerre. Le reste monde s’en balance puis-ce qu’il n’y a pas d’escalade, de « menace pour la paix mondiale ».

        Entre-tuez vous entre patriotes chémoistes sur votre territoire national avec des armes du 20éme siécle, si ça vous amuse. On laisse bien faire les américains.

        ++

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès