• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Kiev pourrait faire sauter un réservoir et inonder des villages de la (...)

Kiev pourrait faire sauter un réservoir et inonder des villages de la RPL

Dans son rapport du 15 janvier 2019, la Mission de Surveillance Spéciale (MSS) de l’OSCE, a déclaré avoir détecté la présence de deux engins explosifs installés sur les portes métalliques d’une écluse du réservoir de Mironovski, dans la zone contrôlée par l’armée ukrainienne.

Voici ce que dit mot pour mot le rapport de l’OSCE :

« La MSS a vu pour la première fois deux caisses en bois carrées vert foncé (avec des fils connectés) fixées aux portes métalliques d’une écluse du côté nord du réservoir de Mironovski et près d’un poste de contrôle des forces armées ukrainiennes près de Roti (zone contrôlée par le gouvernement, à 66 km au nord-est de Donetsk). Un soldat non armé a parlé à la MSS de la présence d’explosifs sur l’écluse. »

Or cette écluse débouche sur la rivière Lougan, qui borde plusieurs villages de la République Populaire de Lougansk (RPL).

Carte du réservoir de Mironovski

Carte : Military maps

Si l’armée ukrainienne faisait exploser cette écluse, le contenu du réservoir se déverserait alors dans le lit de la rivière Lougan qui ne suffirait pas à canaliser cette énorme quantité d’eau, qui déborderait et inonderait alors une partie du territoire de la RPL.

Les villages d’Irmino, Pervomaïsk, Kalinovo et Troïtske, qui se trouvent à proximité de la rivière, seraient immanquablement inondés. Une telle inondation ferait un grand nombre de victimes parmi les civils, sans parler de la catastrophe environnementale et humanitaire que cela représenterait pour la RPL.

Carte des inondations

Ajoutons qu’une station électrique thermique fonctionnant au gaz est installée au bord de ce réservoir d’eau, qui sert à alimenter le circuit de refroidissement de la station. L’explosion de l’écluse viderait le réservoir et provoquerait donc au mieux l’arrêt brutal de cette station électrique, voire pourrait provoquer de graves dégâts à cette dernière si la station n’est pas rapidement mise à l’arrêt alors que le circuit de refroidissement ne peut plus jouer son rôle.

Il faut rappeler que détruire volontairement des infrastructures civiles, ou chercher délibérément à tuer des civils est un crime de guerre. L’installation d’explosifs sur cette écluse en dit long sur les méthodes terroristes employées par l’armée ukrainienne.

La MSS de l’OSCE a fait son travail en publiant cette information importante dans son rapport. Malheureusement, nous ne voyons aucune réaction de la direction de l’OSCE, ni des pays garants des accords de Minsk comme la France ou l’Allemagne, face à cette information grave.

Il serait temps que Paris et Berlin cessent de couvrir les crimes de Kiev en fermant systématiquement les yeux dessus. Car un jour ils pourraient bien avoir à rendre des comptes devant un tribunal pour ce qui est ni plus ni moins que de la complicité de crimes de guerre.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Guy19550 16 janvier 22:07

    Cela donnerait une bonne raison aux russes d’envahir le territoire plus au nord. Je suis quasi certain que Moscou est déjà au courant de la présence de ses explosifs.


    • Alren Alren 17 janvier 17:32

      Quand un pays se déclare en situation de guerre comme la dictature de Kiev, on ne place pas des explosifs sur les portes d’une écluse sans provoquer l’explosion.

      Mais là, un tel crime de guerre contre des civils ne pourrait pas être couvert par Berlin, Washington ou Macron. Il pourrait aboutir à un dessillement mondial sur la réalité criminelle des gouvernants de Kiev.

      Je pense et j’espère qu’il s’agit d’un coup de bluff destiné à impressionner les dirigeants de Lougansk.


      • Christelle Néant Christelle Néant 17 janvier 19:10

        @Alren
        J’espère aussi...


      • JC_Lavau JC_Lavau 18 janvier 19:03

        Même en zoumant, je trouve la première carte fort difficile à interpréter. Nous n’avons pas les reliefs ni altitudes. Je crois voir un long mur entre le grand réservoir et le petit, et la centrale est au bord du grand réservoir, apparement amont.

        A moins que la Lougansk soit navigable aux péniches, je suis étonné d’y voir une écluse.

        Je discerne le pointillé blanc comme la limite administrative des deux oblasty ; dois-je deviner les tiretés jaune et rouge comme la ligne de front ?


        • JC_Lavau JC_Lavau 18 janvier 19:04

          @JC_Lavau. Que la rivière Lougan soit navigable...


        • Christelle Néant Christelle Néant 18 janvier 20:18

          @JC_Lavau
          La carte est fournie telle quelle par Military Maps. L’écluse sert à réguler le niveau du réservoir.
          Les pointillés jaunes sont la ligne de front. Bleus : positions ukrainiennes, rouges : positions de la RPD et de la RPL


        • JC_Lavau JC_Lavau 18 janvier 21:14

          @Christelle Néant. Merci.
          Alors ce n’est pas vraiment une écluse, mais une vanne ou une porte. Une écluse demande deux portes, amont et aval d’un sas.


        • Christelle Néant Christelle Néant 18 janvier 21:59

          @JC_Lavau
          Effectivement. J’ai traduit depuis l’anglais du rapport de l’OSCE. Mais vu leur professionnalisme, ils ne doivent pas faire la différence....


        • JC_Lavau JC_Lavau 19 janvier 10:24

          Une telle passion de nuire, génocidaire, relève du psychiatre.

          Hélas, pour des raisons historiques de corruption institutionnelle, la paranoïa et la perversité sont justement les maladies mentales les plus sous-étudiées de la psychopathologie.

          Dans un de mes derniers mémoires universitaires, en 2004, j’avais relevé la fréquente fausseté de la notion standard « A hait B parce que B a nui à A ». Cette idée reçue ne correspond qu’au cas où A est sain d’esprit.

          Dans les cas pathologiques, sont maîtresses la jalousie, l’envie, et surtout, la crainte du bourreau envers sa victime qui a survécu, et qui pourrait le dénoncer. On ne hait quiconque autant que ceux à qui on a nui, sans justifications avouables. D’où le besoin d’ourdir des campagnes de calomnies pour rationaliser ses propres méfaits. Deux cas principaux de détachement hors de la réalité :

          - Je hais B à la place de A, car B est accessible et inoffensif.

          - Je hais B parce que je lui ai nui, je le hais donc à la place de moi-même, je le punis de ma propre culpabilité à son égard.

          Alice Miller a montré, à propos des raisons de l’adoption de l’antisémitisme hitlérien par les allemands, qu’on choisit de préférence les plus inoffensifs, comme cibles de la haine, et des campagnes de calomnies : Pas fous ! On ne va quand même pas prendre des risques stupides !

          Du point de vue de la médecine du travail, du point de vue du management des ressources humaines, et enfin du point de vue de la santé publique et des familles, il faut donc se poser la question si le plus grand dommage subi par les entreprises et la nation française dans son ensemble, n’est pas celui implanté dans ceux des complices qui sont complices par peur. En exploitant ainsi leur poltronnerie, le leader du mobbing (franglais pour harcèlement et persécution. Utilisé par le traducteur de Heinz Leymann) s’assure de la disparition de leurs capacités d’analyse, de leurs capacités de création, de leurs capacité de courage, de leurs capacités de synthèse. Il s’assure de leur infirmité mentale, il se garantit leur inintelligence, il se garantit de dominer à vie ces brain-damaged : il les a ligotés en les corrompant comme complices ; voilà qu’ils ont désormais gros à se reprocher, et ont donc tout intérêt à falsifier leur mémoire biographique.

          Fin de citation.

          La folle haine de ces bataillons ukronazes envers les les « moskals » ne ressemble plus du tout à une haine d’anciennes victimes, mais bien à celle du bourreau qui redoute d’être dénoncé et sanctionné. Ou à celle du larbin, annexe psychique des bourreaux.

          Corruptions obligent, la psychiatrie standard renonce devant les paranoïas institutionnelles, telles que par exemple la Sainte Inquisition, qui jugea et brûla à Rouen Jehanne la Pucelle en 1431. J’avais moins renoncé : 

          http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/paranoia.html


          Et que faire ? Donner toute sa force à la loi.


          • Christelle Néant Christelle Néant 19 janvier 10:42

            @JC_Lavau
            Je reconnais ce que vous décrivez chez plusieurs personnes qui s’en sont prises à moi sans raison objective. Merci de cette explication qui me permet de comprendre le côté obsessif des nouvelles attaques sans cesse renouvelées.


          • JC_Lavau JC_Lavau 19 janvier 11:17

            @Christelle Néant. Et dans les cas de paranoïa institutionnelle, il faut remonter la chaîne des pouvoirs qui modèle l’institution. Les visibles comme les occultes.

            Par exemple pour l’atterrissage raté de Rudolf Hess, qui a raté la propriété de lord Hamilton, et qui s’est fait donc prendre, il faut remonter aux deux groupes de banquiers qui avaient financé d’abord Hitler puis le régime Nazi :
            Les banquiers de la City payaient Hitler pour qu’il envahisse et détruise l’URSS.
            Les banquiers de New York payaient Hitler pour qu’il envahisse et détruise la Belgique, les Pays-Bas, la France et la Grande Bretagne, donc la City.

            Pour l’Ukraine il faut remonter au dessus de Victoria Nuland, au minimum à György Soros. Aux vrais maîtres du jeu.
            Ce sont ces maîtres-là qui ont un maximum d’inavouable à celer.

            Par exemple, ce n’est pas un hasard si des conseillers militaires israéliens (ils l’ont raconté) ont participé aux combats de la place Maidan.


          • JC_Lavau JC_Lavau 19 janvier 11:20

            @JC_Lavau. « ...  la chaîne des pouvoirs qui modèlent l’institution ». Meilleur accord.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès