• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Kiev veut l’aide des casques bleus, et compte sur l’inaction de (...)

Kiev veut l’aide des casques bleus, et compte sur l’inaction de la Russie, pour appliquer la solution croate dans le Donbass

Lorsque j’avais évoqué, il y a des mois en arrière, le fait que l’Ukraine veut utiliser les casques bleus pour envahir le Donbass et y mener une purification ethnique semblable à ce qui s’est passé en ex-Yougoslavie, certains ont estimé que je noircissais le tableau. Que c’était du pessimisme excessif, voire de la paranoïa.

Mais en Ukraine, en termes d’ignominies et de scénarios criminels, tout est possible, même le pire. Surtout le pire.

Et il suffit d’écouter ou de lire les déclarations des officiels ukrainiens, pour se rendre compte que l’hypothèse pessimiste envisagée et dénoncée par la Russie (comme par bon nombre d’analystes) n’avait rien d’une exagération. Bien au contraire.

Confirmant les pires craintes de la Russie et de bon nombre de commentateurs, Iouri Grimtchak, vice-ministre ukrainien des Territoires temporairement occupés et des personnes déplacées, a fait la semaine dernière, sur le plateau de la 5e chaîne ukrainienne, une déclaration explosive sur les scénarios envisagés par Kiev dans le Donbass.

Ce dernier a en effet évoqué les trois scénarios envisagés par les autorités ukrainiennes pour le retour des territoires de la République Populaire de Donetsk (RPD) et de la République Populaire de Lougansk (RPL) sous le contrôle de Kiev. Je vous épargne le premier suspense, aucun scénario de retour pacifique, confirmant ainsi que l’Ukraine a totalement enterré les accords de Minsk !

« Maintenant, il y a trois options pour l’évolution de la situation. La première est l’option militaire. Nous, en tant qu’État normal, quelque part au quartier général élaborons des cartes - qui, où, avec quelles forces. Dans le même temps, nous nous attendons à ce que nos gars avancent, et quand ils se trouvent de l'autre côté, c'est le travail normal de l'état-major de planifier l’évolution possible des événements dans les meilleurs ou les pires cas,  » a-t-il déclaré.

Selon lui, en suivant ce scénario militaire, l’armée ukrainienne pourrait reprendre le contrôle du Donbass en deux semaines. Optimiste le monsieur quand on voit le désastre qu’a été la campagne de 2014 qui prévoyait peu ou prou la même chose…

Sérieusement enfermé dans son délire, monsieur Grimtchak pérore ensuite sur la façon dont les forces armées de la fédération de Russie pourraient affronter l’armée ukrainienne (personnellement j’aurai plutôt dit la façon dont l’armée ukrainienne pourrait se faire laminer par l’armée russe), avant d’en venir à la partie la plus significative de son discours.

Car ensuite il décrit les autres options, qui nécessitent l’aide des casques bleus. Et entre autre, le fait que l’Ukraine envisage sérieusement d’appliquer le scénario croate dans le Donbass ! Pour ceux qui n’ont pas connu la guerre de Yougoslavie, ou qui ont oublié ce qui s’y est passé, je vous renvoie à ces deux pages sur les opérations Éclair et Tempête.

Je vous encourage à aller lire attentivement ce qui s’y est passé et ce qu’il est advenu de bon nombre de civils (surtout dans la Krajina serbe).

« Il y a eu deux scénarios croates. Le premier était celui de la Krajina serbe, où les troupes de l’ONU étaient stationnées, mais Milosevic avait donné sa parole que son armée ne quitterait pas les baraquements, et n’interférerait pas avec ce qui s’y passerait, donc l’armée croate a vaincu l’armée de la Krajina serbe en trois jours, assez rapidement c’était fini. Si nous envisageons un tel scénario, nous devrions, grâce à nos partenaires étrangers, obtenir des garanties de la fédération de Russie qu’elle n’attaquera pas nos troupes,  » poursuivit-il.

Là, je me dois de faire un aparté, tant monsieur Grimtchak part dans ses fantasmes les plus sordides. Moscou, via différents officiels allant de Vladimir Poutine à Sergueï Lavrov, en passant par divers députés, a dit et répété depuis plus d’un an, que la Russie ne laissera jamais faire un scénario croate à sa porte sans réagir. Moscou a dit et re-dit qu’elle ne laisserait pas la population du Donbass subir une purification ethnique, un génocide, de la part de l’armée ukrainienne.

Je ne sais pas dans quelle quatrième dimension, ou monde alternatif vit ce vice-ministre, mais il faut avoir complètement perdu pied avec la réalité, pour croire que les vociférations de qui que ce soit, en Europe ou même à Washington, puisse empêcher la Russie de protéger le Donbass en cas de scénario à la croate.

Je pense que monsieur Grimtchak a dû dormir ces dernières années pour ne pas voir que la Russie actuelle n’est plus la Russie de 1995, et que si à l’époque cette dernière n’était plus en état d’empêcher l’OTAN de raser la Yougoslavie, aujourd’hui elle est pleinement en capacité de protéger les russophones du Donbass si les armées de la RPD et de la RPL ne suffisaient pas à repousser l’armée ukrainienne.

Dans ces conditions, croire que la Russie approuverait un déploiement de casques bleus qui mènerait à un tel scénario, ou croire que Moscou donnera de telles garanties de non-interférence face à un génocide sont du délire criminel à l’état pur.

C’est d’ailleurs face à de telles déclarations que l’on comprend mieux le refus de la Russie, de la RPD et de la RPL, de voir 24 000 casques bleus déployés dans le Donbass. La Russie et les deux républiques populaires n’ont pas oublié ce qui est arrivé à la Slavonie et à la Krajina serbe.

D’ailleurs c’est l’exemple de la Slavonie, qui est donné ensuite par monsieur Grimtchak pour évoquer le troisième scénario envisagé.

« C’est la région croate qui était contrôlée par les Serbes, où la mission de l’ONU est entrée, une administration internationale provisoire fut créée et fit exactement la même chose que ce que nous voulons faire - désarmer les combattants et récupérer le contrôle sur le territoire. C’est l’option qui est aujourd’hui la plus réaliste, » a conclu le vice-ministre.

Ce scénario a abouti en Slavonie à une purification ethnique. Voilà quel genre de plan l’Ukraine envisage. Le tout énoncé par un homme dont la fonction est d’appliquer la politique ukrainienne visant à ramener la paix dans le Donbass ! La guerre c’est la paix, vive la novlangue...

Et après Kiev, Washington et tous les autres fauteurs de guerre, hurlent que la Russie, la RPD et la RPL refusent leur plan de déploiement de casques bleus dans le Donbass… Ce n’est pas parce que ces gens là prennent leurs fantasmes pour la réalité que c’est le cas de tout le monde.

À Moscou, Donetsk et Lougansk, les dirigeants sont bien conscients (et depuis longtemps) des plans envisagés par Kiev et ses patrons. Et il est bien sûr hors de question pour eux de poser gentiment la tête du Donbass sur le billot pour que l’Ukraine puisse la trancher sans effort.

La RPD et la RPL ont bien sûr rapidement commenté cette déclaration du vice-ministre ukrainien. Valeriy Skorokhodov, député au conseil populaire de la RPD, a commenté cette déclaration comme étant la preuve de l’attitude agressive de Kiev et la volonté des autorités ukrainiennes d’utiliser la force pour récupérer le Donbass (ce qui est totalement contraire aux accords de Minsk signés par l’Ukraine).

À Lougansk, la réponse (plutôt salée) à cette déclaration ignoble fut donnée par Rodion Mirochnik, représentant de la RPL au sein du sous-groupe politique de contact à Minsk.

Selon lui, le premier scénario, basé uniquement sur la capacité des Forces Armées Ukrainiennes (FAU) à reconquérir le Donbass, est perdu d’avance pour Kiev.

« Dans les deux autres [scénarios] - l’espoir excessif [des dirigeants ukrainiens] est placé dans la superpuissance américaine, qui devrait se ranger du côté de Kiev, avec l’aide des forces internationales pour « nettoyer » le Donbass des éléments politiquement non fiables et le remettre aux dirigeants issus du Maïdan  » a souligné Mirochnik.

Le représentant de la RPL a aussi tenu à doucher quelque peu les espoirs de Grimtchak et autres dirigeants ukrainiens concernant la faisabilité de ces scénarios à la croate dans le Donbass.

«  Premièrement, la population des Républiques Populaires de Lougansk et de Donetsk est au moins dix fois supérieure à celle de la Krajina serbe, qui, de plus, n’avait pas de frontière commune avec la Serbie et ne pouvait compter que sur une aide extrêmement faible de la part de Milosevic. Et en parlant de la Slavonie orientale, n’oublions pas qu’elle fut d’abord capturée par les Croates pendant l’opération « Tempête » à l’été 1995, puis l’administration internationale fut mise en place,  » a-t-il rappelé.

La conclusion de Mirochnik concernant la déclaration de Grimtchak est acerbe et sans appel, et rejoint en grande partie les craintes que j’ai exprimées à plusieurs reprises dans différents articles : le risque de voir le conflit du Donbass dégénérer et s’étendre à d’autres pays.

«  Ce sont des fantasmes ukrainiens, encore plus hypertrophiés que dans les rêves de Piotr Porochenko, et, par conséquent, encore moins envisageables. Rien que le fait d’envisager n’importe quel scénario militaire menace de faire des milliers de victimes de part et d'autre et de provoquer le choc le plus grave entre des forces armées disposant d'importantes réserves de munitions et d'armement, et de dégénérer en une guerre à grande échelle, qui peut impliquer de nombreux États et organisations internationales, » a conclu Mirochnik.

Il est temps pour les peuples d’Europe de se réveiller et d’empêcher que leurs gouvernements ne les entraînent dans une nouvelle grande guerre sur le continent.

Christelle Néant

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  2.87/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Dom66 Dom66 27 février 15:58

    Merci pour cette éclairage/analyse

    Il est évident que Kiev cherche un scénario à la « Croate » avec une ONU purement OTANESQUE.

    Mais ...ceci :

    «  Moscou, via différents officiels allant de Vladimir Poutine à Sergueï Lavrov, en passant par divers députés, a dit et répété depuis plus d’un an, que la Russie ne laissera jamais faire un scénario croate à sa porte sans réagir. Moscou a dit et re-dit qu’elle ne laisserait pas la population du Donbass subir une purification ethnique, un génocide, de la part de l’armée ukrainienne. «  

    La Russie ne laissera pas faire, c’est ce que nous éperons


    • Christelle Néant Christelle Néant 27 février 16:56

      @Dom66
      La Russie n’a pas laissé faire quand la Géorgie a attaqué l’Ossétie du Sud. Elle ne laissera pas faire dans le Donbass non plus.


    • François Vesin François Vesin 27 février 16:34

      « Il est temps pour les peuples d’Europe de se réveiller et 

      d’empêcher que leurs gouvernements ne les entraînent 
      dans une nouvelle grande guerre sur le continent. »

      Les populaces d’Europe ont de bien plus graves soucis.
      A leur décharge, ils sortent des olympiades qui les ont
      beaucoup fatigué et, il y a cet horrible tyran de Damas
      qui gaze son peuple en direct au journal TV de 20h
      alors que Macron n’a même pas fini de flatter le cul
      des vaches et que Vauquiez rajuste sa bavette...

      Christelle, vous devez comprendre qu’elle n’existe pas 
      l’Europe des peuples et que les peuples en sont conscients
      mais qu’ils ne bougeront pas le petit doigt quand L’OTAN
      les « défendra » contre l’insupportable menace russe !

      Et ne comptez même pas sur leurs « leaders politiques » dont
      le seul rêve est d’aller ronfler dans un fauteuil à Strasbourg
      et participer à la pantalonnade démocratique tandis que
      les Kommissaires attendent les directives de Washington.

      Pour certains dont je suis, vous êtes l’honneur de tout un peuple,
      pour la majorité des autres, il y a deux mots incompréhensibles
      dans cette même phrase !!! Tenez bon Christelle - Merci.
       



      • Dom66 Dom66 27 février 16:50

        @François Vesin

        Bonjour, permettez moi de signer votre post que j’approuve, c’est hélas exact

        +100


      • Christelle Néant Christelle Néant 27 février 16:56

        @François Vesin
        Sauf que l’OTAN qui les « défendra » c’est eux... Les USA n’enverront pas leurs soldats, il ne faut pas rêver... C’est ça que j’essaye de faire comprendre aux gens en Europe... Et je dis peuples d’Europe pour pas faire une liste de pays à la Prévert, car je sais bien qu’il n’y a pas d’Europe des peuples...
        Merci en tout cas de vos compliments et de votre soutien.


      • Jelena Jelena 27 février 18:35

        @Christelle Néant >> Les USA n’enverront pas leurs soldats, il ne faut pas rêver... C’est ça que j’essaye de faire comprendre aux gens en Europe...
         
        Tout comme en Yougoslavie, même si il y avait des acteurs étrangers (notamment des légions de barbus), ce conflit restera interne.


      • Alren Alren 27 février 19:03

        @Jelena

        Il n’y aura pas de soldats allemands cela rappellerait trop la Seconde guerre mondiale.
        Et ce n’est pas le moment pour Merkel d’entreprendre une action de guerre alors qu’elle va bientôt être minoritaire ou « minorée » après le vote de ses « alliés » sociaux-démocrates.

        Sans l’Allemagne, Macron ne bougera pas. Sans ces deux puissances, aucun pays d’Europe, même la haineuse Pologne ne bougera.

        Conclusion : sans l’accord des dirigeants de la RPD et de la RPL, l’ONU ne pourra pas voter l’envoi de casques bleus dans ces deux pays où ils seraient accueillis à coups de fusil.


      • Jelena Jelena 27 février 19:25

        @Alren Mais je suis d’accord, car comme je viens de le dire « ce conflit restera interne ».


      • JMBerniolles 27 février 17:14
        Bonjour,

        J’imagine que c’est dans le but de créer une dynamique de soutien international au régime de Kiev.

        Cela signifie que ce soutien n’existe pas pour l’instant. >Et l’option militaire n’est pas possible sans ce soutien.

        Compte tenu du fait que le temps qui passe ne joue pas en faveur du régime de Kiev, on peut malheureusement craindre que même sans soutien international une action militaire contre le Donbass sera déclenchée au printemps.... Les campagnes militaires que l’on croit gagner rapidement se transforment souvent en bourbier comme l’opération de l’Arabie saoudite au Yémen, un exemple du soutien occidental sur le plan diplomatique et en armements qui ne conduit pas au succès militaire, ou bien celle d’Erdogan en Syrie. 

        • Christelle Néant Christelle Néant 27 février 19:38

          @JMBerniolles
          Totalement d’accord avec votre commentaire. il faut se rappeler qu’en 2014 l’Ukraine aussi comptait régler tout cela en quelques semaines. Quatre ans plus tard le conflit dure toujours....


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 février 18:26

          Salut,

          Puisque vous rappelez la (es) guerre(s) de Yougoslavie.

          Vous dites que la Russie actuelle n’est plus la Russie de 1995, et que si à l’époque cette dernière n’était plus en état d’empêcher l’OTAN de raser la Yougoslavie.

          il s’agit (encore) d’une propagande révisionniste et mensongère smiley , puisque ce ne sont pas les USA qui ont « rasé la Yougoslavie historique » mais en premier lieu le nationalisme serbe récupéré par l’ancien apparatchik communiste Milosevic.

          En vérité, comme tous les poutiniens, vous feignez (20 ans plus tard.... je vous laisse méditer sur ce décalage chronologique et ces retours vers le passé) de ne pas comprendre que ce sont principalement des forces internes qui ont fait exploser la Youygoslavie :

          à part quelques intellectuels et quelques politiciens, personne n’a manifesté pour le maintien de Yougoslavie de Tito, à part peut-être à Sarajevo.

          Je vous rappelle que le départ de la Croatie et de la Slovénie, même poussé par l’Allemagne, a été accepté par Milosevic.

          Ce qui fait toute la différence avec la Catalogne :
          il ne s’est pas trouvé 1 millions de personnes pour crier Non au démantèlement de la Yougoslavie à Belgrade en 1991. À Barcelone, si.


          • Jelena Jelena 27 février 19:18

            @Olivier Perriet >> le maintien de Yougoslavie de Tito
             
            C’est la bourgeoisie serbo-croate qui créa la Yougoslavie, Tito n’avait fait que prendre le relais.
             
            Pour le reste du commentaire...
             
            Les croates & slovènes : On veut partir !!
            Les serbes : Bon débarras !!
             
            Ce qui fait que sans l’intervention des USA-FR-UK-DE, la Yougoslavie compterait encore 4 pays.


          • Christelle Néant Christelle Néant 27 février 19:42

            @Olivier Perriet
            Avant d’accuser les autres de propagande révisionniste commencez par vous regarder dans le miroir. C’est bien l’OTAN qui a rasé l’ex-Yougoslavie sous un tapis de bombes. Je ne vous parle de pas de son éclatement, mais bien des guerres qui y ont été menées par l’OTAN en jouant sur les nationalismes de certains camps (comme en Ukraine d’ailleurs).
            Comme tous les trolls de l’OTAN la réécriture de l’histoire est votre spécialité.


          • Doume65 27 février 21:24

            @Christelle Néant
            « C’est bien l’OTAN qui a rasé l’ex-Yougoslavie sous un tapis de bombes »

            Il n’a jamais dit le contraire. Il a dit que ce n’étaient pas les États-Unis. smiley
            Il démontre lui-même sa propre confusion.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 28 février 14:41

            Les réinterprétation vaseuses 20 ans plus tard ça peut sans doute marcher pour ceux qui n’étaient pas né en 1990. C’est un pari sur la bêtise de votre auditoire. C’est bien ça le problème des poutiniens.

            À partir du moment où on dit aux uns « bon débarras », c’est une mécanique infernale et sans fin.

            Vous vouliez une nouvelle Yougoslavie réduite à la grande Serbie.
            Vous avez la petite Serbie. Il aurait sans doute fallu y songer avant.


          • Christelle Néant Christelle Néant 1er mars 13:10

            @Olivier Perriet
            Les réinterprétations vaseuses que ce soit sur le moment même ou 20 ans après c’est vous qui les faites pas moi. Moi je me base sur les faits. Donc rayon bêtise de l’auditoire commencez par regarder le votre.


          • toma 28 février 09:44

            Je tenais a signaler que le docteur Kushner qui vient pleurer sur le sort des serbes. Trop tard, gros con, fallait l’ouvrir y a longtemps.

            https://fr.sputniknews.com/international/201802231035266628-kosovo-pristina-kouchner-violences-revelations/

            On peut remercier effectivement l’OTAN d’avoir créer la Croatie grosse comme elle l’a jamais été, avec le drapeau oustache et un hymne nationaliste créé pendant la guerre où les oustaches collaboraient avec les nazis et les gars de Mussolini pour tuer et les communistes, ou des serbes, ou autre chose qui ne plaisait pas. Je n’en veux pas aux croates, mais ils méritaient mieux. En Ukraine le scénario est là, l’armée de libération collabo, un héros dans Stephan Bandera... Oui, le scénario croate.

            Faut être aveugle pour pas le voir. De toute façon, on verra ou sera le Kosovo dans 50 ans, l’Empire voyant ses dépenses flambées, a du mal a soutenir toutes ses colonies. Les Balkans ne deviendront pas une Corée du sud, modèle de puissance économique, non, l’Albanie+Kosovo restera un pays le plus pauvre du continent, avec le plus de garages Mercedes par habitant, un état mafieux, éventuellement, le las Vegas européen, mais y a de la concurrence avec Monaco... Ils ont pris de l’avance quand même.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès