• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Kozak : le début de la reprise des hostilités dans le Donbass par Kiev sera (...)

Kozak : le début de la reprise des hostilités dans le Donbass par Kiev sera le début de la fin de l’Ukraine

Le déclenchement d’hostilités à grande échelle dans le Donbass par les autorités de Kiev sera le début de la fin pour l’Ukraine. C’est ce qu’a déclaré le chef adjoint de l’administration présidentielle russe, Dmitri Kozak, qui a aussi appelé à rendre publique les négociations qui ont lieu au sein de la plateforme de Minsk.

JPEG

Si Kiev reprend les hostilités à grande échelle dans le Donbass c’est la fin de l’Ukraine

« Je pense qu’il y a déjà de telles analyses, et je soutiens ces analyses qui existent également en Ukraine, qui disent que le début des hostilités sera le début de la fin de l’Ukraine. Il s’agit d’un tir auto-infligé, un tir non pas dans la jambe mais dans la tempe », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que la Russie défendra ses citoyens vivant sur le territoire du Donbass si l’ampleur du conflit le justifie.

« Aujourd’hui, tout dépend de l’ampleur de l’incendie. S’il y aura, comme le dit notre président, un Srebrenica, nous serons, visiblement, obligés de les défendre  », a-t-il déclaré.

Il estime que le voyage du président ukrainien Volodymyr Zelensky dans le Donbass ne risque pas d’aggraver la situation dans l’est de l’Ukraine, mais que Kiev « joue avec des allumettes ».

«  Je ne pense pas que son voyage [de Zelensky] dans le Donbass sera associé à une escalade. Dans ma réponse à la première question, j’ai noté qu’aujourd’hui, il est difficile de prévoir ce que ces enfants vont faire en jouant avec des allumettes. Ici, il est difficile de prédire avec quoi ils vont jouer. Le fait qu’il y soit allé – c’est un élément du même jeu », a déclaré Kozak.

Le Président ukrainien Volodymyr Zelensky est en effet arrivé dans le Donbass, où il a l’intention de visiter les positions avancées de l’armée et de rencontrer les soldats ukrainiens.

Rendre publiques les négociations au sein de la plateforme de Minsk

M. Kozak a aussi déclaré que la Russie prône une transparence totale des négociations de Minsk sur le Donbass et la publication des documents issus des discussions entre les parties au conflit. Une proposition qui avait déjà été faite l’an passé et qui s’était heurtée au refus de l’Ukraine et de l’OSCE.

« L’Ukraine a peur de révéler son incohérence. Ils ont peur de parler en public  » estime-t-il. «  Nous avons proposé la transparence et la diffusion [des documents] afin que chacun puisse comprendre ce qui se passe. Que les documents écrits soient publics.  »

Le chef adjoint de l’administration présidentielle russe a rappelé qu’à l’été 2020, il a suggéré que les négociations soient diffusées sur Internet.

« Pour que chacun sache clairement qui fait quelles propositions et quelle position il adopte, les documents écrits devraient également être publics. Tout le monde est devenu hystérique, et les chefs d’État et de gouvernement ont commencé à dire que c’était impossible et que les négociations devaient être secrètes. Il n’y a pas de secret ici », a ajouté Kozak.

Selon lui, c’est surtout l’Ukraine qui est favorable à la confidentialité et aux négociations secrètes, et l’Allemagne et la France ne font que suivre cette ligne définie par Kiev.

« Cette confidentialité est imaginaire, conditionnelle. Nous avons également essayé de l’observer, mais elle est unilatérale, elle est uniquement nécessaire à l’Ukraine pour dominer l’espace informationnelle et poursuivre sa stratégie. C’est la seule chose qu’ils font – ils désinforment leurs citoyens », a souligné M. Kozak.

Il a rappelé que les médias ukrainiens ont diffusé la thèse des politiciens qui participent aux négociations sur le Donbass, selon laquelle les accords de Minsk sont un «  nœud coulant autour du cou de l’Ukraine » qui empêche le règlement du conflit.

« Zelensky déclare : « Les accords de Minsk, je voudrais en sortir, mais ils sont nécessaires pour maintenir les sanctions contre la Russie. » Mais, lors des négociations nous entendons  : « Nous sommes engagés à respecter les accords de Minsk de a à z », » a déclaré le chef adjoint de l’administration présidentielle russe.

«  Nous avons essayé de les aider, nous avons essayé de faciliter le règlement du conflit dans le cadre des accords de Minsk, mais il s’est avéré que vous ne pouvez aider que celui qui veut cette aide. Il est probable que, d’après l’expérience politique nationale, les médias ukrainiens et le président ukrainien Volodymyr Zelensky lui-même, ainsi que ses députés, ses assistants et ses conseillers, affirment ouvertement que le Donbass est une pilule empoisonnée qui ne peut être autorisée à pénétrer dans le corps politique sain de l’Ukraine. Et c’est là tout le problème  », a noté M. Kozak.

Changer le lieu des négociations n’en changera pas le contenu

Dmitri Kozak a aussi commenté les déclarations des politiciens ukrainiens appelant à changer l’endroit où les négociations se tiendront une fois la quarantaine levée, car la Biélorussie serait hostile à l’Ukraine et ne serait pas un État démocratique. Il a ainsi déclaré que la Russie ne veut même pas discuter de la question du déplacement de la plateforme de négociation du groupe de contact pour le règlement de la situation dans le Donbass ailleurs qu’à Minsk.

«  Nous ne voulons même pas discuter de ces questions. Ce sont des questions secondaires, techniques, et il n’est pas nécessaire d’en discuter. Le fait que les discussions aient lieu à Minsk n’ont rien à voir avec le contenu des négociations elles-mêmes, avec le problème auquel l’Ukraine est confrontée  », a déclaré M. Kozak,

« S’ils [Kiev] voulaient, excusez-moi, nuire à la Biélorussie, en disant que c’est un État non démocratique, donc nous ne mettrons pas les pieds à Minsk [] Ils prennent l’avion pour différents pays via Minsk. Cela n’a aucun sens, je ne comprends pas la logique de cette déclaration maintenant, alors que la question de la crise biélorusse n’est pas encore passée, et que la pandémie n’est pas terminée, cette question n’est pas pertinente  », a ajouté M. Kozak.

Il reste à espérer que le message du Kremlin, véhiculé par Dmitri Kozak, sera reçu cinq sur cinq par l’Ukraine et que Kiev renoncera à relancer les hostilités dans le Donbass.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • adeline 9 avril 11:20

    Bonjour, tout de même si la Russie intervient, l’Europe et US seront obligés de réagir militairement, non ?


    • samy Levrai samy Levrai 9 avril 14:00

      @adeline
      qu’ils osent et la grande dance commencera, l’Histoire a déjà montré que la Russie est un cimetière à Empire.
      Nous ne serons plus là pour apprécier les effets des politiques hégémoniques américaines , eux non plus mais qu’importe.


    • samy Levrai samy Levrai 9 avril 14:02

      @adeline
      Les russes sont chez eux et nous sommes a des milliers de km de chez nous, je me demande bien qui gagnerait... vache de logistique.


    • DantonQ DantonQ 9 avril 16:58

      Si les Russes sont obligés d’intervenir pour mettre hors d’état de nuire l’armée ukrainienne, je pense qu’ils finiront le boulot pour être tranquilles, c’est à dire qu’ils envahiront toute l’Ukraine jusqu’à kiev et renverseront le gouvernement neo nazi de ce pays pour remettre en scelle un pouvoir pro-russe en Ukraine. 

      Cela signifiera probablement la destruction totale de l’Ukraine et de leurs proxis US s’ils voulaient s’en meler... faut jamais provoquer un grizzli Russe...si l’Ukraine veut provoquer sa destruction, qu’ils continuent comme ça.  


      • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 9 avril 17:28

        @DantonQ

        Salut, pas mal le nom smiley oui je vois cela dans le domaine du possible, des fois j’ai réellement l’impression d’assister au suicide occidental, suicide pour moi = fuite impossible de sa souffrance mentale.., disons d’un certain occident et amis acheté à leurs vil prix.., occident disons si riche de certaines « choses » et disons si désespéré en même temps, tous shootés alcool, drogues et médoc vin et médicaments, car la « chose » est morte.. baser une vie sur du « mort »..y’a mieux..
        c’est donc un événement naturel et dans l’ordre des choses qui se passe..pour moi..
        drôle de moment que nous vivons..intéressant aussi..voir très car tous les masques tombent 1 à 1..

        respects et salutations


      • Guy19550 Guy19550 9 avril 18:20

        Entr’acte : Le zoulou va voir Erdogan le 10/4 : https://tass.com/politics/1276227

        C’est très bien à plus d’un titre, le zoulou va ramener une variante du virus au pays et pour le reste, sa visite est « brûlée ».

        https://tass.com/politics/1276201

        https://tass.com/defense/1276211

        https://tass.com/world/1276187

        https://tass.com/politics/1276195

        Au pire on pourrait voir des missiles US abattus par les missiles hypersoniques russes. J’en doute cependant car le principal intéressé pour cela est l’Otan pour étudier les choses.


        • adeline 9 avril 18:26

          @Guy19550
          n’est-ce pas plutôt que ces missiles n’existent pas ?


        • Guy19550 Guy19550 10 avril 05:05

          @adeline
          Bien sûr et les amerlocs auraient refusé l’offre des russes pour en avoir à cause de cela, sans oublier le financement des américains via Boeing pour en avoir aussi. Ces missiles qui n’existent pas sont en train de s’implanter un peu partout en Russie, sur terre, en mer et dans les airs.


        • Guy19550 Guy19550 11 avril 02:49

          @Guy19550
          Quelques liens fracassants sur Tass suite à l’entrevue entre le zoulou et Erdogan :
          https://tass.com/world/1276443
          https://tass.com/world/1276439
          https://tass.com/world/1276437



        • Krokodilo Krokodilo 9 avril 18:30

          Reportage hier sur France-info sur la visite du président au front du Donbass, reportage plus près du révisionnisme historique que du journalisme (ils attribuent le début du conflit à l’annexion de la Crimée, sous-entendu c’est la faute des Russes..., ils ne se prononcent pas sur la responsabilité de la poursuite des bombardements, ne disent pas qu’il parle bien mieux russe qu’ukrainien, que la censure fait rage contre le russe et le hongrois, etc.) Malgré cette vision sommaire et partisane de nos grands médias, je pense que France et Allemagne ont parfaitement compris que le problème vient de l’Ukraine. Il était clair que Zelinski fait pression pour être dans l’Otan (et continuer à recevoir des sous de l’UE). La seule question c’est savoir si les USA vont autoriser Kiev à mener une opération militaire au Donbass, et avec quel soutien, parce que sans soutien actif des USA et des soldats qui préfèreraient être ailleurs, ce serait la fin de l’Ukraine. Perso, j’espère que les gouvernements français et allemands seront assez sages pour ne pas s’en mêler. On a déjà assez déconné en soutenant le coup d’Etat.


          • Guy19550 Guy19550 10 avril 05:22

            @Krokodilo
            Je n’ai pas vu le reportage, mais la description que vous en donner ne métonne pas. Quant à penser que les collabos et les boches vont rester sages, j’en doute très fort. Ce sont des arrivistes, comme le sont les cowboys. Ce qui pourrait faire fléchir ces crétins, c’est plus de missiles lancés à partir de la Corée du nord, réanimer le conflit en Afganistan, pousser sur le champignon au Venezuela et en Bolivie, bref de quoi occuper les cowboys et leurs alliés sur d’autres cibles. Aussi la Syrie et la libye, le Japon et la Corée du sud... et l’Iran. La Chine peut demander à tout moment le remboursement de la dette si on les emmerde de trop.


          • goc goc 9 avril 18:46

            Peut-être qu’en allant dans le Dombass, le clown a réalisé que ses troupes sont largement dans l’incapacité de défendre son pays. Ce serait une bonne chose.

            Maintenant il y a un point qui m’inquiète en ce moment, c’est le fait que l’affaire de la fraude electorale US refait surface et de façon, semble-t-il, plus précise et surtout plus dangereuse pour le « système », vu qu’on parle de fraude dirigée depuis la Chine. Du coup, si c’est vrai (restons prudent), il y aurait de fortes chances que les démocrates, et surtout le système, poussent à la guerre histoire de faire oublier le reste.

            Donc attendons et surtout restons attentifs.


            • samy Levrai samy Levrai 9 avril 23:36

              @goc
              mouais , après la Russie c’est la Chine... ce sont les USA qui sont pourris et ce sont eux mêmes qui truquent leurs propres élections, il n’y a presque qu’eux qui interviennent dans toutes les élections du monde et ils « se projettent » sur les autres.


            • goc goc 10 avril 02:11

              @samy Levrai
              Je suis d’accord avec vous en grande partie.
              Mais dans cette affaire de fraude, si elle est vraie et qu’elle va plus loin, il y a un superbe piège pour le « système » en mouillant la Chine en tant qu’organisatrice de cette fraude.
              Dans ce cas, les démocrates auront beaucoup de mal à rejeter le principe de la tricherie, sans se faire passer pour complice, et du coup cela officialisera l’idée de fraude et donc poussera le gouvernement et surtout la cour suprême à remettre en question l’élection.


            • samy Levrai samy Levrai 10 avril 08:34

              @goc
              A suivre...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité