• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’affaire Istiqlal : nous avons humilié le Maroc gratuitement...

L’affaire Istiqlal : nous avons humilié le Maroc gratuitement...

Maintenant que la poussière est retombée, on peut dire les choses comme elles sont… Comment une déclaration d’un secrétaire général d’un parti qui n’est pas au gouvernement Marocain a pu secouer la Mauritanie jusqu’à obliger le Makhzen marocain à déployer toute l’artillerie diplomatique pour s’excuser d’un crime que le Maroc n’a pas commis ?

Seuls certains enfants mauritaniens ignorent que le légendaire parti Istiqlal a toujours estimé que la Mauritanie faisait partie du grand Maroc. Le Maroc lui-même n’a reconnu la Mauritanie que 9 ans après son indépendance officielle et toute une partie de l’intelligentsia mauritanienne a toujours plaidé en faveur de notre marocanité. Un ministre de la santé du gouvernement Aziz, Horma Ould Babana a déjà écrit que la Mauritanie était une terra nullius. Il se referait certainement à l’article 6 du traité de Lalla-Maghnia 1845 entre les français (alors maîtres de l’Algérie) et le Maroc :

«  Art. 6.- Quant au pays qui est au sud des kessours des deux gouvernements, comme il n'y a pas d'eau, qu'il est inhabitable et que c'est le désert proprement dit, la délimitation en serait superflue. »

Il faut dire que Horma Ould Babana appartient à une famille où l’orientation politique à ce sujet n’est un mystère pour personne comme Dey Ould Sidi Baba ou même l’émir du Trarza Fall Ould Oumeir qui fut aussi pour le Maroc ministre de la Mauritanie et du Sahara.

De là que certains comme l’ex-colonel Beibacar rappellent que la résistance oumtounsienne à la pacification française était surtout motivée par les intérêts de la « métropole » marocaine.

Historiquement, qui peut nier que des territoires mauritaniens faisaient partie de l’empire chérifien jusqu’à ce que les Français en décident autrement ? Et même avant les alaouites, qui peut nier que l’empire Saadien englobait une grande partie de la Mauritanie jusqu’à Tombouctou ? On peut ainsi remonter dans le temps on ne trouvera nulle part une trace de cette Mauritanie née de la pacification française et si on s’intéresse aux peuples sur ce territoire, on se perd vite entre les différents empires arabo-berbères et africains qui l’ont occupé avec chacun autant de mérite que de prestige.

Le seul point d’accroche historique pour en imposer au Maroc actuel n’a pas été raté par l’UPR car l’empire almoravide berbère est né aux environs de Tidra dans le territoire mauritanien actuel mais n’est-ce pas absurde de vouloir priver les marocains de leur almoravidité en parlant de « nous le tout et eux la partie » comme si les arabes fiers d’avoir soi-disant inventé le zéro estimaient que le reste des mathématiques qui a vu le jour ailleurs était la partie…

Cela dit, on ne peut pas comme Israël et d’autres puissances revendiquer éternellement des terres au nom de l’histoire ancienne car les nations naissent et périssent, les peuples se transforment, les identités se créent et s’établissement définitivement quand elles sont reconnues par le droit international jusqu’à ce qu’elles implosent ou explosent.

Ainsi la Mauritanie est désormais un état indépendant reconnu même par le Maroc et même par le parti Istiqlal dont le fameux secrétaire général est déjà venu par deux fois récemment en Mauritanie sous l’ère Aziz en bonne intelligence. Sa sortie à propos de la marocanité des territoires mauritaniens a été mal articulée car il aurait dû s’en tenir aux termes historiques défendables en parlant d’empire chérifien etc. au lieu de ça il a parlé du Maroc et de la Mauritanie.

La situation politique du parti Istiqlal au Maroc, son score aux dernières élections, ses rapports difficiles avec le Makhzen et sa sortie du pouvoir, le tout à la veille de la création d’un nouveau gouvernement, ont poussé le secrétaire général à la faute sémantique et non historique. Peut-être a-t-il voulu embêter le Makhzen en sachant pertinemment le résultat de sa provocation, peut-être a-t-il voulu exciter le nationalisme marocain à propos du grand Maroc et grappiller quelques voix au moins dans les cœurs en attendant les futures élections, toujours est-il qu’il a oublié que la Mauritanie n’est pas un petit pays isolé dans le désert car elle aura toujours la puissante Algérie comme alliée contre le Maroc.

C’est là la bêtise principale du secrétaire général de l’Istiqlal Hamid Chabat dans cette affaire.

Reste à savoir qui a médiatisé ses propos pour remuer l’opinion mauritanienne avant que l’Istiqlal ne les retire vite de leur site ? Est-ce le pouvoir mauritanien ? Est-ce l’opposition mauritanienne ? Toujours est-il que ses propos ont vite été médiatisés pour exciter les mauritaniens, les partis politiques et cela a marché au-delà de toutes les espérances du pouvoir mauritanien trop heureux de tenir là de quoi secouer le makhzen marocain qui héberge de puissants opposants mauritaniens surtout que le pouvoir mauritanien avait là de quoi jouer la victime en mode légitime défense.

Ainsi sans attendre le communiqué du ministère des affaires étrangères marocain, l’UPR, parti d’Aziz s’est réuni d’urgence pour faire un communiqué outrancier et à côté de la plaque vu que le parti Istiqlal n’est pas même au gouvernement et en perte de vitesse au Maroc.

Ensuite vint le communiqué du ministère marocain. Communiqué largement suffisant pour éteindre le feu que l’UPR excitait sans ménagement car cela permettait au pouvoir mauritanien d’avoir le beau rôle nationaliste à l’heure d’Oumtounsi et autre révisionnisme…

La suite fut vulgaire… Toute la république mauritanienne s’est crue obligée de jouer de l’ergot comme si le Maroc venait de nous insulter et voulait nous avaler alors qu’il n’en est rien car les propos du secrétaire général n’engageait que lui et l’Istiqlal. Parti qui allait vite prendre ses distances avec son secrétaire général en réalisant l'irresponsabilité des propos à l’heure où le Maroc s’est engagé à fond dans le soft power : gagnant les esprits par l’investissement en Mauritanie et l’hospitalité au Maroc devenu incontournable pour les études, les soins et bientôt le commerce.

Le Chabat n’a fait que donner au pouvoir mauritanien de quoi jouer au fier alors que sa fierté en l’occurrence ne tient que sous le parapluie algérien sans lequel l’élite mauritanienne comme toujours ne tarderait pas à embrasser toute main qu’elle ne saurait couper.

Ainsi sachant combien face au Maroc nous ne sommes militairement rien sans l’Algérie et vice-versa, condamnés que nous sommes à jouer entre les deux pour sauver notre indépendance, il ne faut humilier personne or c’est ce que nous avons fait avec le Maroc en mettant de l’huile sur le feu ; obligeant le Maroc à tout faire pour ne pas perdre l’opinion mauritanienne aux mains des manipulateurs de toute sorte. Ainsi le Maroc, après la déclaration claire et sans équivoque de son ministère des affaires étrangères condamnant les propos d’Istiqlal, nous a envoyé le premier ministre s’excuser pour les propos d’un parti qui n’est plus au gouvernement.

Nous avons reçu le PM Marocain en lui envoyant à Zouérate notre ministre des affaires étrangères. Humiliation gratuite. Puis rien ne lui a été épargné pour qu’il aille voir Aziz à Zouerate alors que cette affaire aurait pu se régler à Nouakchott entre autorités compétentes sans aller si loin vu qu’il s’agit de propos n’engageant ni le gouvernement marocain ni le Palais.

Au lieu de ça, tout a été fait pour montrer au peuple mauritanien nourri de folie des grandeurs un Maroc à quatre pattes devant la Mauritanie. Un Maroc fautif. M6 est allé jusqu’à appeler Aziz. C’était trop noble de la part du Maroc, un geste que Hassen II n’aurait certainement jamais fait en pareilles circonstances, un geste d’un M6 pacifiste et dont l’orgueil est à taille humaine, un geste reçu sans délicatesse par une fierté mauritanienne guerrière sous tutelle algérienne dans cette affaire. On dirait qu’il fallait que la Mauritanie reçoive le PM marocain comme si nous étions algériens. C’est très petit. 

J’ai entendu longuement la sortie du PM marocain. C’est un bon et grand monsieur qui a parlé avec le cœur, peut-être un peu trop en disant combien le peuple marocain et le peuple mauritanien ne faisaient qu’un : un même peuple, deux états. N’est-ce pas un peu dire que nous sommes la partie du tout… Ce fut too much car nous ne sommes ni la partie ni le tout comme dit l’UPR, nous sommes un tout… Un tout fait d’une spécificité territoriale où chacun a des racines un peu partout autour de la Mauritanie.

Le Maroc a été plus grand que l’élite mauritanienne dans cette affaire car le Maroc a plus à perdre en Mauritanie que l’Algérie. Le Maroc investit, l’Algérie observe.

Qu’on ne pense pas une seconde que je sois pour le Grand Maroc jusqu’au Sénégal. Je tiens à la Mauritanie indépendante et même pauvre, sous-armée, je suis fier de n’être le sujet de personne. Chez nous nous sommes tous des petits rois mais je tiens aussi à respecter celles et ceux qui ont des racines au Maroc et Aziz lui-même ne doit pas avoir honte d’être qualifié pour être un sujet Marocain s’il le désire comme bien des mauritaniens. Il ne doit pas en faire une affaire d’état comme si le décomplexe des origines complexes pourrait lui créer des problèmes de légitimité en Mauritanie et qu’il lui fallait entretenir cette guerre froide afin de ne jamais prêter le flanc à l’accusation de faire le jeu du Maroc surtout qu’on l’accuse de brader les symboles de l’état…

Pour le reste, on ne peut pas continuer éternellement à jouer entre le Maroc et l’Algérie, il nous faut un protecteur indépendant. Nous avions la France sans laquelle une bonne partie du pays serait Marocaine. Désormais nous n’avons plus personne…


Moyenne des avis sur cet article :  1.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • cedricx cedricx 4 janvier 2017 19:45

    Je ne voudrais pas remuer le couteau dans la plaie mais je vous rappelle qu’un petit îlot ( Persil Perejil ) a quelques mètres des plages marocaines est propriété du royaume d’Espagne, le Maroc revendique ce minuscule caillou rebaptisé pour l’occasion Leila, en 2002 des gendarmes marocains débarquent sur ce dernier histoire de forcer la main aux espagnols et les mettre devant le fait accompli jusqu’à ce que leurs forces spéciales viennent déloger les militaires marocains avec des coups de pieds au derrière... Ce petit rappel pour vous ramener à la réalité cher monsieur Vlane, la propagande c’est bien beau mais ça ne mène jamais très loin. En bref vous revendiquez la Mauritanie, une grande partie du Sénégal, la moitié de l’Algérie, les territoires espagnols, et ce sur la foi de documents sans valeurs !, Et si cela était, que serait le monde si les états revendiquaient leurs possessions d’antan, si la France demandait la restitution des territoires acquis sous Charlemagne ou Napoléon... Ce qui n’est d’ailleurs pas le cas du Maroc qui n’a connu la monarchie telle qu’elle est aujourd’hui que sous l’impulsion et le commandement de Lyautey. Vous me faites penser à la grenouille qui veut être plus grosse que le bœuf de la célèbre fable.



    • othman 4 janvier 2017 21:07

      @cedricxl Algrie aime developper l idee que le Maroc est n avec lyautey alors que les discours de lyautey sont l pour tmoigner du pass du Maroc. Les algeriens veulent meme ignorer que abdekader et son pre avant lui tait vassal du sultan du Maroc. Que la bataille de Isly bien precede le protectorat et que le traite de Tafna precede celui de Lalla Maghnia. C’est Abdekader qui a ete le premier oblige de reconnaitre la souverainete de la France en Algerie . Et d’etre heureux qu elle lui concede un statut face elle. La chute de l empire Ottoman a laisse une porte ouverte en Algrie a la penetration de la oumma...... l’auteur a qualifie les beylik de Oran Alger .... de poussieres de cet empire tandis que le Maroc a forc son admiration tant il etait organise et structure........ d ailleurs il n jamais cede sur Tindouf et la saoura contre l tat major franais d alger une confrence s’est tenue Alger sur ce sujet en 1924 ......


    • Ben2000 6 janvier 2017 15:59

      @cedricx

      Le pouvoir algérien a passé 40 ans à faire odieusement chier le Maroc et les Marocains… à tenter tous les bas coups dans l’espoir de voir plier le Maroc dans la misère, et continue comme un taré fini à faire chier le Maroc et à lui coller comme une merde persistante et nauséabonde !


      Vous ne voyez donc point que dans les couloirs de l’ONU et à Genève certains diplomates s’amusent à dire : Si avec beaucoup d’argent, la diplomatie algérienne n’est jamais arrivée à rien, comment peut-elle y arriver avec un budget qui se réduit comme une peau de chagrin ? 
D’autres affirment que certains lobbies et ONG mercantiles ne font que profiter depuis 40 ans de la grande générosité de la diplomatie algérienne, qu’ils considèrent comme « une bonne vache à lait ! »


      Sachez Monsieur que l’Algérie n’atteindra jamais aucun objectif dans le dossier du Sahara ! C’est promis, c’est juré ! Ceci pour une raison objective simple : le Maroc est solide comme un rock et debout droit dans ses bottes, serein quant à la justesse de sa cause et ferme quant à l’absolu de son droit sur sa terre ancestrale.


      Vous les aboyeurs professionnels d’une dictature finissante, vous faites dans le bruit des seaux vides et des prétentieux sans consistance, mais vous restez insensible et stoïque aux claques que la réalité « réelle » vous assène depuis quarante ans ! Vous êtes ce qu’on appelle communément « des têtes à claques ». Et ce n’est pas fini !


    • BLB956 5 janvier 2017 00:18

      Les Arabes n’ont pas inventé le nombre ZERO ; il vient d’Inde


      • Ben2000 8 janvier 2017 08:38

        La seule voie profitable et intelligente pour la Mauritanie est de reprendre les liens ancestraux qui l’unissent au Maroc ; Des liens brisés par la France.

        Ce n’est un secret pour personne : Les Oulad Bou Sbaa la tribu d’appartenance du président Mohamed Abdel Aziz de Mauritanie, descendants de Sidi Ali El Kamel Es-Soubâï, né à Fès, (fin du XII siècle), revendiquent avec orgueil leurs origines marocaines (El Haouz-Marrakech). Avec les Rguibat et les Ouleds Dlim, les Ouled Bou Sbaa sont une des composantes des populations Marocaines et Mauritanienne.

        Quand on fait la cartographie de l’implantation géographique et historique des Rguibats par exemple, les territoires de leur peuplement couvrent certaines régions de Oued Draâ, Seguia Hamra, Oued Dahab, Guelmim, Tantan, Mhamid L’Ghozlane, Zagora, Ouerzazate, Agadir, Ben Grir... Il en est de même des Ouleds Bou Sbaa qu’on retrouve au-dela de Marrakech, dans la région du Gharb au Maroc. Il en est aussi de même des Ouled Dlim qu’on retrouve aussi bien en Mauritanie qu’au Maroc dans les régions de Oued Oum Errabi du côté d’Azzemour ou dans la région entre Fès et Sidi Kacem. Il en est aussi de même des Filala, (de Tafilalet, creuset de la dynastie régnante au Maroc), qui vivent aussi en Mauritanie et au Sahara marocain ainsi qu’au Touat. Le Touat, aujourd’hui en Algérie, n’est que le prolongement naturel, ethnique et politique de la province marocaine du Tafilalet qui s’étendait jusqu’à la Saoura, avant que les Français ne l’annexent (en 1933) au profit de leur département algérien. 

        Ces quatre tribus ont historiquement été parmi celles qui ont appuyé ou donné naissance à au moins deux grandes dynasties marocaines.

        Je vous laisse deviner le nom de ce célèbre Filalien, connu pour avoir demandé la main d’une fille de Louis XIV, la princesse de Conti, et qui était non seulement le fils d’une chenguiti, mais aussi fut marié à Lalla Khnata Bint Bekkar de chenguit. Lalla Khnata bint Bekar, qui fût l’épouse puis la mère et la grande mère de trois sultans Marocains, est cette grande dame du Maroc, la seule enterrée aux côtés de Moulay Ismaël à Meknès, est la seule a avoir gouverné le Maroc pendant 25 ans, jusqu’à l’accession au trône du Maroc de son petit fils le Sultan Mohammed III (aïeuls du Roi Mohammed VI) qui a fait du Maroc le tout premier pays à reconnaître l’indépendance des États Unis.

        le Roi Hassan II, aimait remonter sa filiation aux Mghafra, la tribu de Lalla Khnata Bint Bekkar. Et que des Sahraouis, et non des moindres, se vantent des liens familiaux avec les Rois du Maroc, par le truchement de Lalla Khnata Bint Bekkar et Moulay Ismaël.

        Oui, la seule voie profitable et intelligente pour la Mauritanie est de reprendre les liens ancestraux qui l’unissent au Maroc. Il en est de même pour le Maroc.

        L’histoire est comme la rivière. Même quand on la détourne de son court naturel, elle fini toujours par retrouver son lit. le Maroc et la Mauritanie retrouveront à n’en pas douter tout simplement et naturellement leurs racines communes historiques, culturelles, cultuelles, spirituelles, familiales, géographiques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

vlane

vlane

.


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès