• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’effondrement du pouvoir en Ukraine a commencé

L’effondrement du pouvoir en Ukraine a commencé

Après l’élection du président Volodymyr Zelensky en Ukraine, l’étape suivante de l’effondrement du pouvoir d’État a commencé. Zelensky n’a pas réussi – et ce n’est pas pour cette compétence qu’il a été placé à ce poste – à prendre le contrôle. À peine une semaine plus tard, le monde a été témoin d’une série d’événements absolument incroyables pour un État.

JPEG - 114.2 ko
Caricature : Vitali Podvitski

1. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavel Klimkine envoie une note à l’État russe sans en informer le président Zelensky.

2. Viktor Medvedtchouk, un politicien ukrainien d’opposition, n’avertit pas Zelensky, mais entre en négociations avec la Russie sur le gaz et obtient des rabais. Après cela, il engage des négociations avec la RPD-RPL sans en informer Zelensky, tient des pourparlers avec les dirigeants des républiques non reconnues et ramène quatre prisonniers de guerre ukrainiens, non pas lors d’un échange, mais simplement comme cadeau.

En d’autres termes, Zelensky ne participe pas aux négociations avec la Russie, mais Klimkine et Medvedtchouk y participent. N’ayant pas réussi à coordonner leurs actions avec Zelensky, Klimkine et Medvedtchouk ont de facto commencé à exercer une partie des pouvoirs présidentiels en Ukraine – et ils n’ont rien reçu pour cela. À l’exception des plaintes de l’inquiet et offensé Zelensky aux journalistes disant qu’on l’avait oublié.

3. Petro Porochenko a noté que pour la première fois en 5 ans après le coup d’État, Kiev n’a pas été averti qu’Osaka accueillera une réunion bilatérale entre Poutine et Trump. Auparavant, « les partenaires européens et américains ont toujours coordonné leur position avec Kiev ». Ici, bien sûr, Porochenko se flatte – ils ne se mettaient pas d’accord avec Kiev, mais l’avertissaient simplement. Maintenant, ils ne jugent même pas nécessaire d’avertir.

4. S’adressant aux journalistes, M. Zelensky a déclaré que lorsqu’il était en Europe, on lui avait dit que la Russie revenait à l’APCE. Et que ce problème est résolu depuis longtemps. Comme tout le monde l’a compris – encore une fois sans prévenir l’Ukraine et son président.

De manière générale, la déclaration de Zelensky est un phénomène sans précédent. Le Président monte sur le podium, déclare son impuissance à gouverner et se montre insultant envers ses subordonnés et ses adversaires. Il dit qu’on lui a craché publiquement au visage et qu’il n’est pas considéré comme le Président. Et qu’il en est très contrarié, et il le déclare au monde entier.

Il ne reste plus qu’à s’offenser et à démissionner, mais Zelensky ne le fera pas, et il continuera à endurer, comme le disait Hamlet, les « coups et les tiraillements du destin offensant  » en se rapprochant toujours plus de la question essentielle «  être ou ne pas être ».

Dans le même temps, la cote de Zelensky et de son parti a montré pour la première fois une tendance à la baisse. Comme certains experts l’ont fait remarquer à juste titre, Zelensky s’est rapidement transformé en Porochenko, et Medvedtchouk devient de plus en plus Goloborodko [le personnage principal de la série Serviteur du peuple NDLR], pour qui les électeurs ukrainiens ont voté quand ils ont choisi Zelensky.

Zelensky dans le rôle du président – cela arrive lorsque ce n’est pas la personne qui peint le lieu, mais le lieu qui peint la personne. Cependant, si le trône est plus grand que la personne assise dessus, cette dernière passe de roi à bouffon. En fait, Zelensky était un bouffon qui, à la suite du jeu électoral, est devenu roi, mais qui s’est rendu compte qu’il ne convenait pas à la chaise sur laquelle il était assis, et c’est pourquoi les vrais rois évitent de parler au bouffon, de l’élever à leur propre niveau et de s’abaisser au sien.

Le Président de l’Ukraine est devenu une sorte « d’enfant terrible » – un enfant terrible avec qui on évite de communiquer parce qu’on ne veut pas se retrouver dans une situation inconvenante. Tout le monde se comporte comme s’il n’était pas là.

Zelensky rappelle à tous qu’il a de vraies bandes de pantalon [marque militaire NDLR] et des crécelles symbolisant le pouvoir, qu’il a passé tous les « rites de consécration », mais il ne possède aucun pouvoir réel. Le mystère du pouvoir a échappé à Zelensky, parce que le pouvoir n’est pas la maîtrise des procédures formelles, mais le charisme, que Zelensky n’a pas. Le soldat junior qui a volé les bottes du général, est la formule qui restera pour toujours accolée à Zelensky pour ce poste.

La dévaluation du pouvoir présidentiel accélère encore la désintégration de l’État ukrainien. Si le président est considéré comme une marionnette, il y aura de l’agitation et de la désintégration. Et cette agitation prend forme dans les batailles autour de la composition de la Verkhovna Rada. En Ukraine, les oligarques qui, par l’intermédiaire du Président, entretiennent déjà des relations contractuelles entre eux et avec les chefs d’État étrangers, gouvernent de plus en plus ouvertement. L’Ukraine, qui n’avait auparavant aucune souveraineté, se transforme aujourd’hui ouvertement en un territoire au statut flou, dont le mandat est exercé par des acteurs extérieurs, et ce sont eux qui déterminent s’il convient ou non de commencer la désintégration du territoire de l’Ukraine.

Aussi étrange que cela puisse paraître, l’effondrement de l’Ukraine n’est pas encore bénéfique pour la Russie, l’Europe ou les États-Unis. Tout le monde veut faire de ce territoire sa tête de pont, mais personne ne veut qu’il se désagrège, parce que les coûts en seront supportés par l’Europe et la Russie. Et c’est pourquoi, en Ukraine, les hetmans [chefs NDLR] qui courent entre la Russie et l’Europe vont alterner, pour citer encore Shakespeare, «  jusqu’à ce que tous ces malheurs soient détruits par le feu  ». Et probablement l’Ukraine avec.

Les cow-boys américains (les bergers, pas les héros d’Hollywood) ont une règle : s’il y a une vache rebelle et têtue dans le troupeau, elle est abattue devant tout le troupeau. C’est la seule façon de garder le troupeau docile. Si cela n’est pas fait, le troupeau cessera de prêter attention au berger et va partir dans tous les sens.

Zelensky a montré au monde entier qu’il n’était pas un cow-boy. Il ne peut rien faire avec ses vaches têtues. Au lieu de tirer, il rassemble le village et se plaint auprès des villageois qu’il n’a pas d’arme et de munitions, ni la permission de ses compatriotes de tirer sur les vaches têtues. Et c’est pour ça que les autres cow-boys ne le prennent pas au sérieux.

Si ça continue comme ça, les vaches vont non seulement courir vers d’autres bergers, mais aussi emporter une partie de leurs pâturages avec elles. Parce que personne ne voudra accepter les vaches issus du troupeau d’un autre sans nourriture supplémentaire. L’unification doit être mutuellement bénéfique.

L’effondrement de l’Ukraine est entré dans une nouvelle phase. Les experts parlent depuis des années de l’effondrement de ce sous-État, mais personne n’y a cru. Même Porochenko n’en croyait pas ses yeux quand il a vu ce qui se passait à Osaka. Cependant, la déliquescence des autorités en Ukraine est évidente et, avec l’aggravation des problèmes économiques, le potentiel de désintégration augmentera rapidement. La candidature du prochain président de l’Ukraine pourrait ne plus être pertinente pour la prochaine élection.

Alexandre Khaldeï

Source : IA Rex
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • baldis30 4 juillet 08:51

    Lui et le chaos .... !


    • Traroth Traroth 4 juillet 10:42

      L’occident laisse sur son passage un sillage d’états faillis. Haïti, Kosovo, Somalie, Afghanistan, Irak, Soudan, Libye et maintenant Ukraine. Quand on voit la difficulté de ces pays à se reconstruire une fois le désastre étasunien passé, il y a vraiment de quoi s’inquiéter...


      • Christelle Néant Christelle Néant 4 juillet 12:27

        @Traroth
        C’est d’autant plus préoccupant pour l’Ukraine que c’est un état créé artificiellement par les Bolcheviques en agglutinant ensemble des morceaux d’autres pays. C’est un état trop jeune pour jouer sur ses failles ethniques, linguistiques ou religieuses sans risquer l’explosion...


      • Traroth Traroth 4 juillet 15:15

        @Christelle Néant
        Oui, je connais un peu le pays. Les questions territoriales sont difficiles à trancher. En Crimée, par exemple, malgré toutes les affirmations occidentales, les gens se sont toujours sentis russes. J’ai des amis à Yalta qui ont changé immédiatement de nationalité quand la Crimée est redevenue russe.


      • Christelle Néant Christelle Néant 4 juillet 23:10

        @Traroth
        J’ai aussi des amis en Crimée, c’est pour ça que je sais que la version occidentale est délirante. Ils étaient heureux quand la Crimée a réintégré la Russie.


      • Kapimo Kapimo 5 juillet 00:36

        @Traroth

        Les mondialistes ont pour objectif la destruction ou l’affaiblissement des états et du sentiment national (mis à part un en particulier qui a droit à toutes les louanges). Ils souhaitent rendre irréversibles leurs destructions. 
        La constitution de l’entité supranationale UE participe du meme objectif, avec des méthodes différentes.


      • arthes arthes 4 juillet 10:56

        Les hetmans , en Ukraine, courent et galopent entre Russie et Europe...Précédant (et se préparant à fuir ?) effondrement et chaos...Comme en 1918 ?


        • Christelle Néant Christelle Néant 4 juillet 12:28

          @arthes
          Fort probable. En tout cas l’analyse de Khaldeï rejoint celle que Xavier Moreau et moi-même avons énoncée il y a déjà un moment.


        • Guy19550 5 juillet 01:00

          Je suis à cheval entre le Néerlandais et le Français. J’ai difficile à comprendre l’article. Il me semble que je passe à côté de l’essentiel. Ce que je constate quand même c’est que ça bouge comme en serpent sans queue ni tête. On ne sait pas vers où cela se dirige. Les deux points qui attirent mon attention bien plus que les propos de l’article, sont :

          Les cowboys agrandissent le port d’Odessa pour recevoir les navires de l’Otan,

          Pas d’observateurs de l’OSCE acceptés pour les élections parlementaires à venir.

          Il est donc fort possible qu’un autre pouvoir que celui du zoulou dirige le pays en ce moment.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès