• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’État d’Ukraine est un projet anti-russe des Occidentaux

L’État d’Ukraine est un projet anti-russe des Occidentaux

Le 23 août, un sommet appelé « Plate-forme de Crimée » a été lancé à Kiev, où le président ukrainien Volodymyr Zelensky a de nouveau blâmé la Russie pour tous les malheurs de l'État ukrainien et des Ukrainiens en général. Cependant, les véritables causes des processus qui déchirent actuellement l'Ukraine se trouvent profondément dans les racines de l'État ukrainien lui-même. Qu'on le veuille ou non, l'Ukraine est un État créé artificiellement et qui n'est devenu indépendant qu'à la fin de l'Union soviétique. 

 

 

Ukrainisation polonaise :

Le « projet ukrainien » original a été développé par les cercles dirigeants polonais et le clergé catholique pour coloniser les terres de l'ouest et du sud de la Russie. La colonisation a été couronnée de succès et au cours de trois siècles de domination polono-catholique, de nouvelles manifestations culturelles et historiques ont émergé à la périphérie de la Russie. Les anciens Russes sont progressivement devenus des Occidentaux qui ont rompu les liens avec le monde russe. 

Cependant, les efforts d'assimilation de la population russe n'ont touché qu'une petite partie de la population et n'ont pas abouti à un rejet complet de la culture mère. Les gens de la périphérie de la Russie n'avaient pas perdu leur Russie. La foi, la langue et les traditions ont été préservées et transmises de génération en génération. Un nouveau peuple ukrainien n'a pas émergé, ce qui a dans une large mesure prédéterminé la future victoire dans la guerre de libération nationale commencée par Bohdan Khmelnitsky. La culture russe a pris une revanche historique et l'assimilation artificielle de la population a reculé jusqu'au prochain tournant historique. 

Le projet austro-hongrois en Ukraine :

La prochaine vague d'ukrainisation a été associée à la période de domination austro-hongroise. À la fin du XIXe siècle, une période de croissance économique active de la Russie a commencé. L'Autriche-Hongrie voisine l'a fortement détesté. Les dirigeants autrichiens, craignant à juste titre l'influence russe sur les frères slaves, ont décidé d'anticiper la situation pour tenter de contrer le rival géopolitique et ont commencé à développer le projet appelé « Ukraine ». 

La création d'une nouvelle formation étatique était censée créer une zone tampon entre la Russie et l'Autriche-Hongrie. L'ukrainisation des Galiciens russes a commencé, à travers laquelle il était prévu de semer la discorde parmi le peuple russe, créant un foyer de tension à la frontière occidentale de l'Empire russe et affaiblissant son développement économique. 

Idéologie et langage :

Pour créer le nouvel État, les Autrichiens ont dû inventer et justifier scientifiquement la légende d'origine des Ukrainiens et légitimer l'idéologie anti-russe, en introduisant la langue ukrainienne dans l'usage général du pays. Cela a commencé par une histoire inventée d'une « ethnie spéciale » qui était radicalement différente de tous les Slaves de l'Est. 

Lorsque la question de la « mémoire historique » fut résolue, les Autrichiens se mirent à créer une nouvelle langue. Ils ont essayé de remplacer l'alphabet cyrillique habituel par l'alphabet latin. Il est vite devenu évident qu'un changement aussi radical ne prendrait pas racine et cette idée a été abandonnée. L'alphabet abrégé de l'écrivain Panteleimon Kulish, qui a développé une version simplifiée de l'alphabet cyrillique pour éradiquer l'analphabétisme, a été pris comme base. Certains mots ont été empruntés à l'allemand et au polonais, et d'autres ont été inventés. En 1893, le parlement autrichien a approuvé l'écriture ukrainienne et les Galiciens russes ont été appelés Ukrainiens. 

Le projet bolchevique :

La Première Guerre mondiale a pris fin et les empires russe et austro-hongrois ont disparu de l'arène politique mondiale. Aussi, le projet géopolitique « Ukraine » , jadis lancé par les Polonais et poursuivi par les Autrichiens, continuait d'exister. La prochaine vague qui a relancé l'ukrainisation a été l'arrivée au pouvoir des bolcheviks et la création de la République socialiste soviétique d'Ukraine. On croyait à l'époque que l'octroi d'une plus grande autonomie à ces territoires et l'ukrainisation de la population aideraient à lutter contre le séparatisme ukrainien croissant. 

D'énormes pouvoirs d'État ont été déployés à cette fin : des « troïkas d'ukrainisation » ont été créées, les russophones ont été traduits de force en ukrainien, et l'identité et l'autodétermination ukrainiennes ont été littéralement implantées sous la menace de la terreur. Et il en fut ainsi pendant une décennie, jusqu'à ce que les internationalistes révolutionnaires soient dépassés par Joseph Staline. 

Occupation allemande :

Une autre exploitation de la question ukrainienne a commencé pendant la Seconde Guerre mondiale. Les partisans du nazisme en Ukraine ont salué l'occupation allemande et placé de grands espoirs dans les envahisseurs. Les journaux en russe étaient fermés et seule la langue ukrainienne était autorisée à être utilisée dans l'éducation et le service. Avec le soutien d'une population fidèle à Hitler, le peuple russe fut purgé. Pendant la guerre, l'ukrainisation est devenue une forme de génocide culturel, linguistique et national. 

Les commandants d'Hitler partaient d'une logique simple : plus il y avait d'Ukrainiens, moins il y avait de Russes. Le but n'était pas seulement de détruire la Russie, mais aussi de semer la discorde parmi les représentants du peuple russe. Il était important pour les envahisseurs de diviser l'ethnie à l'origine unie et de pousser les parties d'une même ethnie les unes contre les autres. Heureusement, le plan allemand « Diviser pour mieux régner ! n'a pas été mis en œuvre. L'Armée rouge a mis fin aux idées d'Hitler, et avec elle aux rêves des nazis ukrainiens d'un « État autoproclamé » sous le protectorat du « Reich millénaire ». 

Après l'effondrement de l'URSS et jusqu'à nos jours :

S'étant retrouvé privé du soutien de l'État, le « projet ukrainien » a commencé à dégénérer et à s'estomper. Cependant, il a été aidé par l'effondrement de l'Union soviétique, qui a divisé la nation russe en plusieurs parties inégales. Cette fois, ce sont les colonisateurs victorieux de la guerre froide qui se sont engagés dans l'ukrainisation. Malgré les jolis slogans en forme de lutte pour les droits, les libertés, la démocratie et l'égalité, les objectifs restent les mêmes : affaiblir le noyau impérial, créer une formation quasi-étatique avec un agenda anti-russe près de la frontière russe, pousser les deux parties du peuple russe l'une contre l'autre.

Et tout cela se passe sous nos yeux, il est donc insensé de dire que les problèmes de l'Ukraine moderne sont causés par une « agression russe » ou par le président russe Vladimir Poutine personnellement. Ils sont causés par la nature même historique de cet État et les principes qui y ont été mis il y a des centaines d'années par les idéologues d'Ukrainizm. Malheureusement, peu de choses ont changé ces dernières années et les anciens Ukrainiens ont été remplacés par de nouveaux qui continuent d'utiliser le territoire de l'Ukraine comme instrument de lutte géopolitique. Il y a maintenant une guerre civile en Ukraine et la Russie voisine est perçue comme un ennemi. Cela signifie que les jeux mondiaux mettent en œuvre avec succès les objectifs du « projet ukrainien » pour lequel il a été conçu à l'origine. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.39/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Buzzcocks 24 août 16:17

    Vous pouvez faire ce travail pour tous les pays... vous prenez les cartes de France, de Russie, de Pologne au fil des siècles, et on constate vite que rien n’est jamais figé.

    Si on prend la guerre entre Suédois et une alliance autricho-russe pour le controle de la Pologne, ça a donné un duc de lorraine Polonais qui par mariage a provoqué le rattachement de la Lorraine à la France.

    Que L’ukraine soit une création artificielle pour ménager des grands empires belliqueux, c’est sur. Mais c’est aussi la cas de la Belgique.

    Et on va trouver partout des catalans, des corses, des moldaves, des rollmops, pour trouver qu’il faut revenir aux frontières originelles de je ne sais où et recréer le Rollmopsland.

    Un lorrain actuel peut se demander pourquoi son duché, a été annexé par mariage avec un polonais déchu et un roi de France.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 août 16:20

      La Russie n’est pas occidentale, soit.

      Mais alors elle est quoi ??

      Chinoise ?

      Musulmane ?

      Vite, une réponse


      • chantecler chantecler 24 août 16:51

        @Olivier Perriet
        T’es con ou quoi ?


      • Iris Iris 24 août 20:04

        @Olivier Perriet
        Russe ?


      • Esprit Critique 24 août 17:00

        L’Ukraine a toujours été proche et allié de la Russie.

        Les USA sous le faux Nez des gogos qui croient diriger l’UE, sont venus foutre la merde en essayant de faire miroiter a l’Ukraine des avantages économiques a se rapprocher de l’UE. L’association de l’Ukraine avec la Russie est l’intérêt bien compris des deux pays. Même après avoir vendu l’Alaska, la Russie reste de loin le plus grand pays du monde. S Jo Biden est un minable, Poutine est un stratége.

        La fin des USA a bien commencé.


        • titi 24 août 23:21

          @Esprit Critique
          «  Jo Biden est un minable, Poutine est un stratége. »

          Vous gagnez la place de lauréat au Poutine Méga Top Suce Boule du jour.

          Bravo !



        • xana 25 août 15:20

          @Esprit Critique
          Ne te fatigue pas à donner des sources à lire à un Titi...
          Ni des arguments intelligents. Il ne peut pas comprendre...


        • sylvain sylvain 24 août 17:03

          Si on regarde un peu l’histoire il semble que l’Ukraine soit a la place ou elle a toujours été : entre l’europe et la russie.

          Peut être l’erreur actuelle vient elle des deux parties qui aimeraient chacune l’assimiler alors qu’elle est une frontière, ou un tampon, et qu’elle pourrait trouver un rôle très positif dans ce positionnement.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 25 août 14:49

            @sylvain

            Enfin, un qui est moins borné que les autres ! Je salue !

            C’est étymologiquement le sens de Ukraine « U Kraijna », « près des confins », c’est à dire à la limite.

            C’est là la faute des « Zoccidentaux » et de la Russie aussi, mais l’un entraîne l’autre :
            vouloir satelliser l’Ukraine et l’entraîner à 100% dans « un camp » alors que par nature elle est dans les 2.

            Et qu’on ne vienne pas me dire que le conflit était inéluctable : à la chute de l’URSS, il y a eu une entente relative pendant plus de 20 ans.


          • Daruma 27 août 22:19

            @sylvain
            Je suis d’accord avec vous. C’est ce que je dis à mes amis ukrainiens lorsque nous parlons politique, ce qui arrive rarement car, ici en Ukraine, il vaut mieux ne pas afficher ses opinions politiques quand celles-ci s’écartent du discours officiel, quand celles-ci s’opposent à la dictature de la pensée, à la dictature tout court. Il vaut mieux être prudent. L’histoire de l’Ukraine est une histoire complexe, et surtout – ce que montre bien l’article – elle s’est constituée sous l’effet d’influences extérieures occidentales hostiles à la Russie. L’histoire de l’Ukraine n’est malheureusement pas l’histoire de l’unité ukrainienne mais l’histoire de la séparation d’avec la Mère Patrie russe. C’est une histoire qui est fondée, dès le départ, sur la division, sur l’arrachement d’une partie du peuple russe qui s’est retrouvée, par l’effet des luttes d’influence et des convoitises des puissances riveraines – dans cette partie occidentale du monde russe – sous la domination de ces puissances, d’abord par simple colonisation, puis par ingérence politique et culturelle.

            Mais quelle que soit la manière dont l’entité ukrainienne s’est formée, elle s’est formée. Qu’un enfant soit un enfant légitime ou un enfant « naturel », peu importe, l’enfant est né. Savoir si l’Ukraine est un pays factice ou un véritable pays riche d’une histoire séculaire, est un faux problème. Au fond, un pays est toujours une construction artificielle. Que ce soit par conquête territoriale, par don d’un pays à un autre, par mariage princier ou par création administrative, il y a un peuple qui se constitue sur un territoire défini par les aléas historiques. Ce peuple acquiert, avec le temps, une forme d’identité et d’unité, et ce quelle que soit la manière dont il a été engendré : le temps fait son travail, pour autant que la structure politique fédérant les différences assure le bien-être à la population. Si cette identité n’est pas ethnique (et pourquoi devrait-elle être ethnique ?) elle n’en est pas moins réelle, surtout si elle exprime une volonté de vivre ensemble. L’Ukraine réunit trois de ces caractéristiques, c’est pourquoi on peut qualifier ce pays d’entité artificielle. Cependant, comme je l’ai dit, tout pays est le résultat d’un processus historique artificiel, à moins que l’on considère qu’une conquête est un processus naturel et légitime, ce qui est absurde.

            L’Ukraine aurait pu être une sorte de paradis, un espace où vivent différentes ethnies, différentes langues, différentes cultures, dans l’harmonie, le respect mutuel et la poursuite d’un bien-être et d’un bénéfice communs. Elle aurait pu être une sorte d’Europe miniature, avec ses Hongrois, ses Roumains, ses Ukrainiens de l’ouest, ses Polonais, ses Grecs, ses Juifs, ses Russes. Ou alors une sorte de grande Suisse.

            L’ex président Yanoukovitch avait bien compris le profit qu’on pouvait tirer de cette position privilégiée de l’Ukraine, sorte de trait d’union entre l’Europe et sa partie orientale qu’est la Russie. Il était incompétent et corrompu jusqu’à la moelle, mais au moins il avait compris l’intérêt, pour son pays, de faire valoir sa position hautement stratégique et géopolitiquement cruciale, en essayant d’obtenir des avantages des deux côtés. L’Ukraine avait tout pour réussir, elle aurait pu être florissante et prospère. Malheureusement, elle a été gouvernée par des élites qui n’ont fait que dilapider le patrimoine industriel et technologique légué par l’Union soviétique : l’incompétence et la corruption des élites politiques ont gâché les atouts dont disposait l’Ukraine. Le nationalisme stupide fondé sur l’exclusion et la volonté d’ukrainisation forcée, et donc d’uniformisation, ont fini le travail, sabotant le pays, dans une totale inconscience et en précipitant le pays, par stupidité idéologique, vers son autodestruction. L’Ukraine a été livrée, depuis 2014, à ce qu’il y a de pire en elle, sa faction nationaliste aux relents nazis. Faction largement minoritaire mais suffisamment influente, par sa violence, pour orienter la politique du pays, politique sponsorisée par l’Occident. Inconsciente de ses actions et de leurs conséquences désastreuses, elle a pris le pays en otage pour qu’aucun changement bénéfique pour le pays ne soit possible, se lançant tel un bolide sans frein dans une voie suicidaire, satisfaisant à la fois les aspirations idéologiques de ses composantes extrémistes et les intérêts géopolitiques de ses maîtres occidentaux. C’est un gâchis monumental auquel nous assistons. La composante russe est, et devrait être, aussi importante que la composante ukrainienne. C’est une richesse linguistique qu’il serait stupide, et même criminel, de supprimer. Les Ukrainiens sont bilingues. Pour combien de temps encore ? On pourrait même imaginer (pourquoi pas ?) que les Ukrainiens parlent (ou comprennent) plusieurs langues qui sont parlées en Ukraine, comme le roumain, le polonais ou le hongrois, en les enseignant à l’école dès le plus jeune âge. Au lieu de cela, la bêtise et la folie règnent au sommet de l’État, avec des élites pro-gouvernementales s’imaginant que l’uniformisation est la solution alors qu’elle est le problème. Dans le contexte ukrainien, l’uniformisation forcée est un crime, un ethnocide. Son instrument est la propagande, la coercition, la falsification de l’histoire et de la mémoire des populations qui peuplent ce territoire qu’on nomme Ukraine. Le peuple, impuissant et résigné, assiste à cette folie, et attend des jours meilleurs.


          • Pie 3,14 24 août 19:13

            Aujourd’hui Christelle Néant joue à l’historienne.

            En bonne propagandiste poutinienne son objectif est toujours le même, expliquer que l’Ukraine n’existe pas en tant que nation et qu’elle n’a aucun avenir en dehors de la Russie.

            Le problème est qu’elle ne connait rien dans ce domaine comme dans bien d’autres.

            Pour elle l’Ukraine est une création artificielle et s’il n’y avait pas de vilains nazis à Kiev il y a longtemps que le pays accueillerait à bras ouverts un nouveau dictateur diligenté par la Russie.

            Anne-Marie Thiesse a écrit un très bon ouvrage sur la création des identités nationales (Seuil, 1999). Certes c’est un travail d’historien, pas un torchon propagandiste mais cela pourrait être utile à l’auteur.

            Il va sans dire que j’attends avec gourmandise d’être censuré pour ce message qui ne va pas dans le sens de la doxa néantienne.

            Vous préférez le confort de vos 5 commentaires quotidiens élogieux téléphonés au véritable débat. Cela vous résume bien.


            • Attila Attila 24 août 19:53

              @De mal en Pie
              L’auteur de cet article n’est pas Christelle Néant : regardez !
              Hihihi

              .


            • princenaturel princenaturel 25 août 08:07

              @Attila
              La preuve que ce n’est pas elle est que ce commentaire n’a pas été effacé et son auteur bloqué. Car, en bonne servante de Poutine, elle a un sérieux problème avec la liberté d’expression. 


            • troletbuse troletbuse 25 août 08:51

              @Attila
              Trop marrante la réponse de Pie 3 fois.0
              Merci pour cette remarque . smiley


            • Attila Attila 25 août 14:23

              @troletbuse
              J’en ai trouvé une autre qui devrait bien vous plaire : là.

              .


            • troletbuse troletbuse 25 août 16:22

              @Attila
              Merci pour le lien.
              Son cercle d’amis qui souhaite élargir le sien.  smiley


            • Pie 3,14 24 août 21:28

              Au temps pour moi. 

              Cet article respirait tellement le Néant que je n’ai même pas vérifié l’auteur.

              Cela dit on a affaire à son frère jumeau. Christelle est-elle en vacances...en Crimée ?

              En tout cas, je suis heureux de constater que Attila est toujours sur la brèche.


              • Pie 3,14 24 août 21:37

                En tout cas bravo à Etan Roffe, un auteur qui n’existe pas, un « journaliste » introuvable sur le net, une photo bidon. 115 articles, 3 commentaires...

                Un cador dans son genre.


                • Attila Attila 25 août 13:11

                  @Pie 3,14
                  En plus, l’auteur veut vous faire tourner en bourrique : il ne s’appelle pas Etan Roffe mais Philippe Khalfine.

                  .


                • princenaturel princenaturel 25 août 13:58

                  @Attila
                  Pauvres de nous ! La Russie nous attaque avec ses agents doubles.

                  Déjà que l’idéologie de mamzelle Christelle Néant est des plus obscure. figaro.fr/politique/le-scan/2017/09/28/25001-20170928ARTFIG00158-un-ex-fn-s-autoproclame-ambassadeur-de-la-republique-non-reconnue-de-donetsk.php


                • Pie 3,14 24 août 21:45

                  J’oubliais, le brave Ethan a proposé 445 articles au site depuis février 2019...

                  Plus fort que Jack London !

                  Comme quoi le treillis n’empêche pas l’écriture...

                  A moins que ce pseudo exotique masque maladroitement la ritournelle continuelle des usines à trolls russes ?


                  • troletbuse troletbuse 25 août 09:37

                    @Pie 3,14
                    N’insiste pas, tu t’enfonces. Trop bien mouché !  smiley


                  • princenaturel princenaturel 25 août 08:27

                    Apparement les « bannis » de mamzelle Néant se retrouvent ici. haha !

                    L’occasion pour moi de souligner l’envie de m’esclaffer à la lecture du titre de son dernier article sur la censure ukrainienne. Censure bien sûr inexistante chez son ami le président russe à vie.

                    Il est vrai qu’en terme de censure elle sait de quoi elle parle. C’est qu’elle a la gâchette facile la snipeuse de com contradictoire.

                    Agoravox se voulant être un média citoyen devrait d’ailleurs se pencher un peu plus sur son cas.


                    • Darks67 Darks67 25 août 22:06

                      @princenaturel
                      Il est vrai que Mme Néant ne supporte pas la contradiction et n’argumente pas aussi bien que ses articles pour s’expliquer, limite mesquine dans ses réponse souvent, mais de là a ce pencher sur son cas, je pense que c’est abusé, il y a pire bien bien pire un bon exemple et monsieur passe droit rakoto poubelle que je n’ai jamais vu contribuer ne serait ce qu’une fois à ses « articles » à se demander si ce n’est pas un bot. Et là je ne parle même pas de la qualité de réflexion, objectivité de ses articles, je parle là simplement de son passe droit automatique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité