• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’OTAN accroît son financement militaire en Europe de (...)

L’OTAN accroît son financement militaire en Europe de l’Est

Alors qu'une grande partie du Vieux Monde est collée à ses écrans dans l'attente impatiente de nouvelles têtes à l'Euro 2020, avec un an de retard, une rencontre véritablement historique entre les dirigeants des deux superpuissances, le président américain Joe Biden et le dirigeant russe Vladimir Poutine, a eu lieu à Genève, en Suisse. 

Malgré des attentes élevées, les parties étaient très prudentes quant à l'issue des pourparlers. Et ils sont devenus de façon inattendue assez encourageants. 

Poutine a qualifié la rencontre avec son homologue américain de constructive et a déclaré qu'il n'y avait pas eu d'hostilité au sommet. Biden lui a déclaré que Moscou et Washington ne sont pas intéressés par une nouvelle guerre froide, qui pourrait dégénérer en une guerre nucléaire. Une déclaration commune des deux dirigeants a même été adoptée sur le sujet. Ce document déclare la nécessité d'un dialogue bilatéral global sur la stabilité stratégique et un engagement envers le principe qu'il ne peut y avoir de vainqueur dans une guerre nucléaire et qu'elle ne doit jamais être déclenchée. 

Pendant ce temps, malheureusement, nous pouvons voir des dangers. Non seulement la nouvelle guerre froide n'a pas encore été arrêtée, mais elle continue de prendre de l'ampleur. Les récentes déclarations et accusations contre la Russie au sommet de l'OTAN en sont la preuve. 

La déclaration finale de l'alliance déclare que « les actions agressives de la Russie constituent une menace pour la sécurité euro-atlantique ». En outre, l'OTAN estime que Moscou cherche à « saper la démocratie dans le monde ». Derrière ce langage généralement standard et de longue date se cachent des accusations et des menaces plus graves du secrétaire général de l'alliance, Jens Stoltenberg. Ce dernier a promis d'augmenter les capacités militaires de l'OTAN, y compris en Europe de l'Est, et d'utiliser « une large combinaison d'instruments différents » contre la Russie. Il n'était pas non plus exclu que la Géorgie et, en particulier, l'Ukraine rejoignent le bloc de l'Atlantique Nord, ce qui est totalement inacceptable pour Moscou et est clairement considéré comme une menace pour la sécurité nationale. 

Stoltenberg n'a pas non plus ignoré la Chine. Tout en déclarant que l'Occident ne veut pas d'une « guerre froide » avec Pékin, il a accusé la Chine de renforcement militaire, de comportement menaçant et d'utilisation de nouvelles technologies, y compris la reconnaissance faciale, pour supprimer les droits et libertés démocratiques. Le nouveau concept stratégique de l'alliance devrait être adopté l'année prochaine, avec une section entière consacrée aux « défis sécuritaires de Pékin » et les relever. 

En outre, le secrétaire général de l'OTAN s'est déclaré satisfait que les membres de l'alliance aient accepté d'augmenter leurs dépenses militaires. Il est important de rappeler que jusqu'à récemment, notamment dans les pays de la « vieille Europe », les demandes insistantes de Washington d'augmenter les dépenses de la composante militaire de l'OTAN à 2 % du PIB ont provoqué une irritation non dissimulée, voire une opposition. Compte tenu des graves dommages causés aux économies nationales par la pandémie du coronavirus, même les géants économiques occidentaux tels que l'Allemagne et la France ont été accablés par l'augmentation des dépenses militaires. 

En comparaison, le budget militaire de l'Allemagne en 2021 augmentera de 3,2% en dépense annuel pour atteindre 53,03 milliards d'euros. En France, début 2018, un projet de loi a été adopté pour augmenter les dépenses militaires de 40 %, de 34,2 milliards d'euros à 50 milliards d'euros d'ici 2025. Selon l'annuaire The Military Balance 2021, les dépenses militaires de la France en 2020 au milieu de la pandémie du COVID-19 était de 55 milliards de dollars (46,1 milliards d'euros) et n'était que légèrement inférieure à celle du principal adversaire de l'OTAN, la Russie, qui a dépensé 60,6 milliards de dollars. Les dépenses militaires totales des principaux pays de l'Alliance de l'Atlantique Nord en 2020 étaient près de quatre fois plus élevées que les dépenses militaires totales de Moscou et de Pékin. 

Quelle est la raison de la décision unanime des pays de l'OTAN lors du dernier sommet de Bruxelles d'augmenter les dépenses militaires ? 

Tout d'abord, le changement de pouvoir à la Maison Blanche et la démonstration par l'administration Biden de sa volonté de restaurer l'unité de l'Occident global, qui avait été durement ébranlée sous Trump. Pour les mondialistes libéraux qui fixent encore l'agenda européen, il s'agit d'un signal très important pour lequel ils sont prêts à sacrifier les intérêts nationaux de leurs États et de leurs peuples. 

Deuxièmement, la confrontation avec la Russie et la Chine. Son essence est de pédaler et d'exagérer les menaces militaires, politiques et économiques qui viendraient prétendument à l'Occident de Moscou et de Pékin qui ne partagent pas les mêmes « valeurs démocratiques » . 

À cette fin, les atlantistes ont lancé tout un programme construit sur des accusations non fondées et parfois complètement absurdes de cyberattaques, d'ingérence dans les élections, de bombardement d'entrepôts militaires, de violations des droits de l'homme et de persécution politique (qui, en fait, est une ingérence dans le affaires intérieures d'un État souverain) et même la propagation délibérée du coronavirus parmi leurs opposants géopolitiques. Et la recherche généralisée en Occident d'agents russes et chinois, avec étiquetage des opposants politiques comme travaillant pour les services de sécurité de Moscou ou de Pékin, ravive déjà les pires traits du maccarthysme. Cependant, aucunes de ces accusations ne sont encore prouvés. 

Aussi, les principales victimes de ces actions destructrices sont les citoyens européens ordinaires. Ils peuvent à peine se sentir en sécurité alors que leurs gouvernements poignardent désespérément un ours qui dort paisiblement dans son propre repaire, agissant à la demande de quelqu'un d'autre. De plus, ils doivent payer de leur poche ce plaisir douteux et extrêmement dangereux au détriment du social, des soins de santé et d'autres postes prioritaires et urgents du budget de l'État dans les conditions d'une épidémie universelle. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • jocelyne 22 juin 17:55

    nain porte koa


    • nemesis 22 juin 21:10

      Faudrait un Referendum pour sortir de l’OTAN comme pour l’UE !

      OTAN / CIA deux saloperies !


      • yakafokon 23 juin 18:09

        @nemesis
        Vous savez ce que ferait notre gouvernement d’un référendum sur la sortie de cette organisation criminelle du 4ème Reich de Washington qu’est l’O.T.A.N. ?
        Comme pour le référendum sur la Convention « Européenne », où les français ont répondu NON à une large majorité, mais que l’on nous a fait avaler de force par voie parlementaire, si nous voulions sortir de l’O.T.A.N., comme De Gaulle l’avait fait, ce serait le même cinéma !
        Les parlementaires français n’ont pas de mots assez durs pour salir l’honneur de Thierry Mariani, de Marine Le Pen, du R.N., et de tous ceux qui ont adhéré à ce parti « ouvertement nazi » d’après eux !
        Mais qui soutient à bouts de bras le gouvernement ukrainien, composé de nazis de la pire espèce qui ont pris le pouvoir par la force à Kiev, lors du putsch du Maïdan ?
        Ce n’est ni Thierry Mariani, ni Marine Le Pen, ni le R.N., qui n’ont pas de sang sur les mains, eux !
        C’est notre gouvernement qui approuve les exactions des milices nazies qui se sont mises à massacrer tous les ukrainiens qui parlaient russe, ont brûlé vifs des syndicalistes à Odessa, et bombardent sans relâche les villes du Donbass dont les habitants se sont rebellés pour ne pas subir le même sort ( à ce jour, plus de 15.000 civils sont morts, sous les yeux des observateurs de l’O.S.C.E. ).
        C’est notre gouvernement qui a l’audace de sermonner la Russie pour son attitude agressive envers l’Union Européenne, alors que la marine et l’aviation de l’O.T.A.N. se trouvent à ras des frontières russes.
        Les fascistes qui nous gouvernent et qui crachent sur la Russie, ont même oublié que ce pays nous a débarrassé du 3ème Reich, en anéantissant par de violents combats au sol, 350 divisions blindées, fait 5.000.000 de prisonniers, de Stalingrad à Berlin, au prix de la vie de 14.000.000 de ses soldats ( alors que les « vainqueurs » américains ne perdaient que 160.000 hommes sur le théâtre européen ).
        Alors d’après-vous où sont les nazis, au R.N. ou au gouvernement ?
        Rappelez-vous de tout ça en allant voter Dimanche, ne vous trompez pas de nazis !


      • nemesis 25 juin 08:32

        @yakafokon

        Je ne pourrai jamais voter pour Marianni... il soutient Aliyev le tyran débile et lâche de Bakou !
        Deux patibulaires qui s’assemblent !


      • Rita 23 juin 13:44

        Tout pays qui ne se soumet pas est une « menace » pour l’Empire.

        Il lui faut des bombardements « humanitaires ».

        Il lui faut du napalm, du phosphore et de l’uranium appauvri pour y instaurer la « démocratie ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité