• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Chine communiste peut-elle devenir une grande démocratie (...)

La Chine communiste peut-elle devenir une grande démocratie ?

« Si le parti communiste ne se réforme pas lui-même, s’il ne se transforme pas, il perdra sa vitalité et mourra de mort naturelle. » (26 février 2003).

Li Rui

Ce samedi 16 février 2019 à Pékin s’est éteint l’historien, poète et homme politique chinois, Li Rui. Il avait 101 ans (né le 13 avril 1917) et il avait participé à la Révolution chinoise en s’engageant au parti communiste chinois en 1937. Lycéen à Hubei, il a dirigé la rébellion étudiante contre les chefs de guerre locaux. Étudiant ayant combattu les Japonais, il fut emprisonné par le Kuomintang pour prosélytisme marxiste. Une fois libéré, il a rédigé des éditoriaux politiques pour le journal du parti communiste. Il fut emprisonné encore un an pour espionnage.

Li Rui fut un collaborateur très proche de Mao Tsé-Toung dans les années 1950 puisqu’il fut très brièvement son conseiller personnel chargé des affaires industrielles, ce qui lui a permis de fréquenter l’élite dirigeante communiste. Il fut, en 1958, nommé vice-ministre des Travaux hydrauliques. Mais il fut disgracié en 1959 et enfermé dans un camp de travail pendant vingt ans, pour avoir osé critiquer le Grand Bond en avant. La disgrâce était totale puisque même sa propre fille, Li Nanyang, a refusé de le revoir parce qu’il était considéré comme ennemi du peuple (ils se sont retrouvés seulement après sa réhabilitation).

En effet, il fut réhabilité après la mort de Mao, en 1979, nommé au comité central du parti communiste en 1982, et a repris ses fonctions de vice-ministre des Travaux hydrauliques et de l’Électricité. Il s’était opposé à la construction du barrage des Trois-Gorges sur le Yang-Tsé-Kiang, dont les travaux ont finalement commencé le 14 décembre 1994 et qui fut mis en service en 2009 (une centaine de personnes seraient mortes à cause de cette construction, près de 2 millions de personnes furent déplacées, 15 villes et 116 villages ont été engloutis).

Dans une interview accordée le 2 juin 2005 à Jonathan Watts, correspondant du journal "The Guardian" à Pékin, Li Rui a décrit l’extrême froideur de Mao : « Sa façon de penser et de gouverner était terrifiante. Il ne valorisait pas la vie humaine. La mort des autres ne lui était rien. ». Il a estimé que les crimes de Mao étaient « le plus grand problème de la Chine » : « Mao était trop autocratique. Il ne supportait pas d’entendre les désaccords. Il croyait superstitieusement qu’il avait toujours raison. Mais le problème de Mao était aussi le problème du système. Il a été causé par le système du parti unique. ». À l’évidence, il n’aimait pas son ancien patron : « Les méthodes de Mao étaient encore plus sévères que celle des empereurs des temps anciens. Il a essayé de contrôler l’esprit des gens. ».

_yartiLiRui02

Auteur d’essais et de poèmes qui fustigeaient la corruption, Li Rui a soutenu le secrétaire général du parti communiste chinois de l’époque, un "modéré" favorable au dialogue, Zhao Ziyang, lors du mouvement de la Place Tiananmen au printemps 1989 : « Les dirigeants n’ont pas compris les étudiants. Ils ont eu peur qu’ils fussent manipulés par des puissances étrangères et que ce fût une opération de prise de contrôle du parti. Les mesures prises ont été une erreur. Les appels des étudiants à plus de démocratie et moins de corruption étaient justes. (…) Nous devrions réévaluer ce qui s’est passé le 4 juin [1989]. Mais nous devons le faire correctement, pas maintenant. (…) Il est difficile de dire si cela prendra cinq, quinze ou vingt ans. » (2 juin 2005).

Li Rui n’était pourtant pas considéré comme un dissident. Il a toujours été un cadre du parti communiste depuis sa réhabilitation. Pendant sa longue retraite, il a vécu dans un immeuble réservé aux cadres retraités du régime communiste. Il a d’ailleurs admis qu’il y a eu beaucoup de progrès depuis les années 1970, puisque maintenant, il est possible de s’enrichir, en Chine, il est possible d’exprimer des points de vue différents du gouvernement aux étrangers, il est possible même de voyager à l’étranger : « Maintenant, je peux vous parler. Dans le passé, si j’avais parlé comme ça, j’aurais été tué ou emprisonné. ».

Cela ne l’a pas empêché d’être censuré par le gouvernement à partir de 2004. Il a commencé à écrire en 2002 pour demander des réformes politiques (il a eu le courage de le demander au moment du 16e congrès du PCC).

Sa dernière initiative politique a eu lieu à un moment symbolique : deux jours avant l’ouverture de la session plénière annuelle du parti communiste chinois, et quelques jours après l’attribution du Prix Nobel de la Paix au dissident chinois Liu Xiaobo (le 8 octobre 2010), dont il a trouvé la condamnation excessive.

Ce fut la diffusion le 13 octobre 2010 d’une lettre ouverte au comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (texte intégral ici) demandant notamment la liberté de la presse et des réformes politiques, en particulier, la fin du parti unique et du candidat unique aux élections. La lettre commençait ainsi : « Chers membres du comité permanent de l’Assemblée populaire nationale, l’article 35 de la Constitution chinoise adoptée en 1982 stipule clairement que : "Les citoyens de la République populaire de Chine jouissent de la liberté d’expression, de presse, de réunion, d’association, de procession et de manifestation". Pendant vingt-huit ans, cet article n’a pas été appliqué, après avoir été neutralisé par des règles et des règlements détaillés en vue de son "application". Cette démocratie d’aveu formel et de déni concret est devenue une marque scandaleuse dans l’histoire de la démocratie mondiale. ».

Cette lettre ouverte, signée par vingt-trois anciens dignitaires communistes (dont Li Rui et Hu Jiwei, ancien rédacteur en chef du "Quotidien du peuple", organe officiel du parti communiste chinois), fut immédiatement censurée par le pouvoir chinois mais a pu être diffusée par des journaux étrangers comme le "Washington Post", le "New York Times", "The Guardian", etc. : « Les citoyens ont le droit de connaître les côtés sombres du parti au pouvoir. ».

Li Riu a cité, dans la lettre ouverte, plusieurs déclarations qui devaient être encourageantes, et pourtant, qui n’ont été que des mots.

La première est du Président de la République de l’époque Hu Jintao qui a déclaré le 26 février 2003 lors d’une réunion de consultation démocratique entre le comité permanent du bureau politique du comité central du parti communiste chinois et des paris démocratiques chinois ; « La levée des restrictions sur la presse et sur l’ouverture de l’opinion publique est une vision et une revendication dominantes de la société, elle est naturelle et devrait être acceptée par le processus législatif. Si le parti communiste ne se réforme pas lui-même, s’il ne se transforme pas, il perdra sa vitalité et mourra de mort naturelle. ».

La deuxième est du Premier Ministre de l’époque Wen Jiabao qui a répondu le 3 octobre 2003 à Fareed Zakaria dans une interview à CNN : « La liberté de parole est indispensable à toute nation. La Constitution confère à la population la liberté de parole. Les revendications du peuple en matière de démocratie ne peuvent faire l’objet d’une résistance. ».

Toujours Wen Jiabao, dans un discours le 21 août 2010 à Shenzhen : « Seules des réformes progressives permettront à notre pays d’avoir de brillantes perspectives (…). Nous ne devons pas seulement impulser des réformes économiques, mais aussi promouvoir des réformes politiques. Sans la protection offerte par les réformes politiques, les gains obtenus grâce aux réformes économiques seraient perdus et notre objectif de modernisation ne pourrait pas être atteint. ».

Propos répétés par Wen Jiabao le 22 septembre 2010 à New York, peu avant son discours à la 65e session de l’assemblée générale des Nations Unies : « En ce qui concerne les réformes politiques, j’ai déjà indiqué que si les réformes économiques ne bénéficiaient pas de la protection qui peut être donnée par les réformes politiques, nous n’aurions pas réussi entièrement et même, peut-être que les gains de nos progrès jusqu’à maintenant seraient perdus. ».

Cependant, ces belles déclarations n’ont jamais été suivies par des mesures concrètes en faveur des libertés politiques. Le rêve de Li Riu serait que le parti communiste chinois se transforme en parti social-démocrate "classique" et autorise la concurrence politique en instituant le pluripartisme.

Aujourd’hui, une autre génération de responsables sont au pouvoir en Chine et Xi Jinping ne semble pas favorable à de réelles réformes politiques, alors qu’une classe moyenne commence à se développer dans le pays…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (16 février 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Li Rui.
Lettre ouverte pour démocratiser la Chine communiste, publiée le 13 octobre 2010 (texte intégral avec la liste des signataires).
Li Peng.
La maoïsation de Xi Jinping.
Zhou Enlai.
La diplomatie du panda.
Xi Jinping et la mondialisation.
La Chine à Davos.
Deng Xiaoping.
Wang Guangmei.
Mao Tsé-Toung.
Tiananmen.
Hu Yaobang.
Le 14e dalaï-lama.
Chine, de l'émergence à l'émargement.
Bilan du décennat de Hu Jintao (2002-2012).
Xi Jinping, Président de la République populaire de Chine.
Xi Jinping, chef du parti.
La Chine me fascine.
La Chine et le Tibet.
Les J.O. de Pékin.
Qui dirige la Chine populaire ?
La justice chinoise.

_yartiLiRui03
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 16 février 16:38

    Les chinois méritent mieux que ça, ils ne tomberont pas aussi bas, l’orient, c’est l’endroit où tout commence, l’occident où tout fini...


    • JPCiron JPCiron 18 février 13:16

      @Clocel

      L’anthropologue Lévi-Strauss disait que la civilisation de type occidental ne trouve plus dans son fonds de quoi se régénérer et prendre un nouvel essor, et que, s’il y avait un espoir, il viendrait de l’Orient.


      .



    • Pink Marilyn Paracétamol 16 février 17:12

      On s’est aperçu que la Chine de Mao était en peine quand son clan s’est retrouvé dans la grotte.


      • Dom66 Dom66 16 février 19:22

        @Paracétamol

        Vouai très bon,  smiley aussi certains dirigeants occidentaux sont revenus à pieds par la chine 


      • Pink Marilyn Paracétamol 16 février 20:55

        @Dom66

        Vous savez, parmi les dirigeants occidentaux certains préfèrent la Chine, et d’autres les Nippons. De toutes façons, en mer de Chine, ils ont pied partout.


      • phan 16 février 17:37
        Comme a dit Philippe Val : La plupart des anciens maoïstes sont devenus un sacré paquet de sales néo-cons (BHL, Finkielkraut, Glucskman ...) 

        • amiaplacidus amiaplacidus 17 février 17:28

          @phan
          Normal, c’est des rejetons de la bourgeoisie qui ont fait leur crise de rougeole durant les années 1970, et qui, ensuite, sont revenus bien sagement manger la soupe paternelle.


        • phan 17 février 19:44

          @amiaplacidus

          Comment, ces canards laquais n’aiment plus la soupe chinoise ?

        • Sandocan 16 février 18:20

          pour faire une révolution il faut beaucoup des gens qui n’ont rien a perdre , en Chine ce des moins en moins le cas et plus ça avance et il y a des classes moyenne moins il y aura des gens avec des couilles pour defier le parti communiste ,encore moins avec les moyens des nos jours pour tout controler sans les contraintes de la démocratie et la liberté d’expression.

          Chine sera bien la plus grande puissance du monde encore plus avec un président au pouvoir pour longtemps et des moins en moins des jeunes.


          • aimable 16 février 20:45

            @Sandocan
            A mon avis qui vaut ce qu’il vaut , c’est grâce au PC et a ses nouveaux dirigeants que la chine en est a ce stade , aucun autre système n’aurait pu le faire avancer aussi vite sans trop se préoccuper de ses travailleurs mais créant une classe moyenne , dans ce système les apparatchiks du PC sont comme dans tout autre système les nouveaux riches .


          • Sébastien A. 16 février 21:45

            La profondeur de l’analyse le dispute au style... Est-on obligé de se taper 3 articles d’un auteur aussi insipide tous les jours ?


            • Christian Labrune Christian Labrune 16 février 22:48

              @Sébastien A.

              Article extrêmement intéressant, et qui pose une question tout à fait essentielle. A laquelle, cependant, je me garderais bien de répondre !

              La Chine n’est pas sortie hier du néant. Il y a eu dans sa très longue histoire toute sorte de révolutions « culturelles » qui ont précédé dès longtemps celle de Mao, où on entreprenait de tout détruire, même les livres. Dans les ouvrages d’histoire de la Chine, on passe là-dessus en trois minutes, mais cela correspond à des perturbations historiques qui ont pu durer aussi longtemps que celles dont nous avons été les témoins souvent médusés depuis l’apparition du communisme chinois,

              Il reste que l’eschatologie de la religion communiste ne ressemble pas beaucoup au fonds immémorial de la culture chinoise. Actuellement, si on regarde assez régulièrement la chaîne diffusée en français sur le câble, on sent très bien, et jusque dans les séries télévisées qui donnent une image triviale assez exacte de la vie quotidienne, une très forte remontée des grandes questions morales du confucianisme ; et les documentaires font bien voir que la tabula rasa du communisme maoïste a fait son temps : les Chinois sont redevenus très fiers de leur civilisation et de leurs plus anciennes traditions - et ils auraient tort, assurément, de ne pas l’être !


            • seul le contenu compte... 17 février 11:22

              Sylvain a raté l’épisode ou la Chine est passé du communisme au capitalisme d’état...

              Quelqu’un peut lui dire que la propriété privée existe en Chine ?

              Quelqu’un peut lui dire qu’un étranger voulant investir en Chine ne peut pas le faire en son nom ?

              Quelqu’un peut lui dire que lorsque la Chine dévalue sa monnaie, c’est le reste du monde qui s’enrhume ?

              Attendez...

              En réalité, le sylvain, il sait très bien tout cela...

              Mais comme toutes les autres chèvres libérales, il ne peut pas vous causer de ce qui ’ le ’ dérange réellement.

              Lui et ses congénères.

              La souveraineté monétaire d’un état.

              ET la souveraineté du contrôle des investissements sur le territoire.

              Tenez, quelle est la différence entre la Chine et le Venezuela ?

              Et essayez de vous sortir de la tronche toutes les débilités rabâchées par ces mêmes chèvres libérales à propos de 2 pays.

              La seule et réelle différence est le niveau culturel de la population.

              Et contrairement aux stupidités lues dans les ’ commentaires ’ et dans cet ’ article ’, lorsque les Chinois auront évolué culturellement...

              Qu’est-ce à dire ?

              Lorsqu’ils auront pris conscience qu’ils sont exploités.

              Et qu’ils demanderont davantage que les miettes que l’on veut bien leur laisser.

              Le sylvain est comme toutes les autres chèvres libérales.

              Tout ce qu’il veut, c’est la fin de la souveraineté monétaire et économique de l’état.


              • Le421 Le421 18 février 13:07

                @seul le contenu compte...
                Question d’être exploités, je trouve qu’en France, on a des connaisseurs du problème... Hélas, payer son loyer avec des bols de riz, ici, ça ne marche pas !!


              • Le421 Le421 17 février 18:17

                Penser que le communisme n’évolue pas, c’est croire que le chêne au fond du jardin ne fera jamais qu’un mètre cinquante de hauteur...

                En même temps, si j’ose dire, penser à l’avenir est un réflexe de vieux con. La culture de l’immédiat est devenue omniprésente.


                • Christian Labrune Christian Labrune 17 février 19:35

                  Penser que le communisme n’évolue pas, c’est croire que le chêne au fond du jardin ne fera jamais qu’un mètre cinquante de hauteur...

                  ================================
                  @Le421

                  Si le communisme n’évoluait pas, vous avez raison, ce serait catastrophique, et Cuba constitue un excellent exemple de cette stagnation mortifère.
                  L’évolution normale du communisme lui impose nécessairement de tendre vers l’économie de marché capitaliste. La plus longue expérience communiste n’aura duré que soixante-douze ans et elle aura été une terrible catastrophe. Le capitalisme, en revanche, commence à se développer vers le XIIIe siècle dans l’Italie et les villes hanséatiques. Il n’aura cessé, depuis, de crise en crise, d’évoluer. permettant un développement du rationalisme à l’époque classique, puis la révolution industrielle et bientôt l’émergence de l’IA.
                  Pas plus que la démocratie, le capitalisme n’incarne la perfection, mais c’est tout de même mieux que le totalitarisme féroce des utopies niaises et calamiteuses.


                • Cadoudal Cadoudal 17 février 19:45

                  @Christian Labrune
                  Le 421, il à que 18 ans et déjà Alzheimer, faut être tolérant...

                  http://www.reveilcommuniste.fr/2015/04/en-1991-avant-la-boboisation-du-pcf.html


                • Christian Labrune Christian Labrune 17 février 22:57

                  @Cadoudal

                  Beaucoup de gens de mon âge sont passés par le communisme ; ils l’ont ensuite, souvent, amèrement regretté, et cela leur fait toute sorte d’histoires à raconter à leurs petits-enfants, mais je n’ai jamais fait cette expérience. Probablement à cause d’une institutrice communiste que j’avais subie dans mon enfance, et dont la pédagogie reposait sur la paire de claques. J’en avais reçu une mémorable parce que j’avais négligé, dans une dictée, de mettre l’accent sur le « a » de « déjà ». Quand je dois écrire ce mot, comme je viens de le faire, j’en tremble encore.

                  Mais je regrette un peu, quand même, de n’avoir pas connu ce passage initiatique. Une nuit, avec ma copine, il y a bien vingt ans, nous nous étions dit que nous allions adhérer pour toute une journée au moins au Parti communiste français, Pour voir ! A deux heures du matin, nous arrivons donc devant l’imposante bâtisse du Colonel Fabien. Nous en faisons le tour en quête de l’entrée des urgences, mais nous ne l’avons jamais trouvée : tout était morne, silencieux, désert, éteint. Si nous avions pris la direction du 14e, à Sainte-Anne, au moins on nous aurait convenablement accueillis.


                • julius 1ER 18 février 11:33

                  @Christian Labrune
                  ah Labrune élevé au biberon de Paris-Match n’a encore rien compris à ce qu’est le communisme, tout se mélange dans sa tête !!!
                  la Chine est communiste dans ses institutions et dans son régime politique mais c’est un communisme stalinien qui n’ a jamais été réformé et c’est bien ce à quoi se réfère ce « dissident -écrivain » chinois qui vient de mourir et même s’il n’emploie pas les mêmes mots que moi c’est bien contre ce stalinisme institutionnel qu’il se réfère ... 
                  Bravo Mr Ratko vous avez levé un lièvre superbe !!!!
                  quand à l’économie chinoise c’est une économie Capitaliste type CME mais avec une part importante d’économie privée mais elle est à la croisée des chemins car certains voudraient qu’elle bascule dans un libéralisme pur et dur ... mais ce n’est pas gagné !!!
                  de plus je vais dire une vérité première Mr Labrune vous êtes un imbécile, vous mélangez tout économie de marché / capitalisme etc ... 
                  l’économie de marché ou plutôt le marché existe et préexiste avant le Capitalisme il n’est pas consubstantiel au Capitalisme, ce n’est pas lui qui a inventé le « Marché » même si les propagandistes font tout pour accréditer cette idée ... 
                  les manufactures sous Louis XIV ou XV ou XVI n’étaient pas Capitalistes elles étaient privées avec une raison familiale ou d’état pour certaines car l’actionnariat multiple n’existait pas et c’est çà qui est consubstantiel au Capitalisme c’est l’actionnariat parler de Capitalisme sans actionnariat c’est du vent cela n’existe pas !


                • julius 1ER 18 février 11:43

                  @l’auteur, 

                  ce n’est pas souvent que j’ai l’occasion de vous féliciter Mr Ratko mais cet article est des plus intéressant voir édifiant sur la nature des éléments et des forces qui traversent la société chinoise aussi trouver un personnage qui a traversé tout le siècle et a vu se construire la Chine et devenir ce qu’elle est aujourdhui est extraordinaire car on ne peut pas qualifier cet homme de suppôt du Capitalisme mais bien d’authentique révolutionnaire et d’honnête homme avec une vraie vision de ce que devrait être le Communisme cad libertaire et démocratique et pas stalinien et autocratique comme on l’a vu trop souvent !!!

                  en tous cas ce LI Rui quel personnage presque un personnage de roman !!!


                  • JPCiron JPCiron 18 février 13:24

                    @julius 1ER

                    cet article est des plus intéressant voir édifiant sur la nature des éléments et des forces qui traversent la société chinoise >

                    Effectivement. Il montre aussi qu’au fond, rien n’est jamais simple, binaire, blanc ou noir. Dans la complexité, l’approche Orientale accepte d’aller de l’avant en acceptant une vérité et aussi son contraire. Ce que nous ne savons plus faire.


                  • Christian Labrune Christian Labrune 18 février 15:46

                    avec une vraie vision de ce que devrait être le Communisme cad libertaire et démocratique et pas stalinien et autocratique comme on l’a vu trop souvent !!!

                    ======================================
                    @julius 1ER

                    Quand on est capable de pondre une assertion révélant un niveau de connerie aussi indécrottable après avoir traité Labrune d’imbécile, si on se trouve un jour au chômage, on pourra toujours s’engager dans un cirque pour y monter un numéro de clown qui fera bien rire.


                  • julius 1ER 19 février 11:17

                    @Christian Labrune

                    je ne retrancherai pas un mot vous êtes un imbécile Mr Labrune ... la preuve vous êtes fossilisé dans une pensée archaïque cad le communisme c’est caca et le capitalisme c’est merveilleux ... preuve à l’appui Cuba !!!
                    Cuba 60 ans sous embargo .. bien sûr l’embargo çà n’est pas important pour vous puisque vous avez décrété que c’est affreux que le communisme ne marche pas c’est vrai que Cuba c’était mieux lorsque le pays servait de « bordel » aux Yankees...je n’ose imaginer ce que vous seriez Mr Labrune après 60 ans dans un pays sous embargo enfin peu importe !!!
                    et que dire du Capitalisme version Yankee 20 ou 30 millions d’indiens au 18/19 ie siècle les natives comme ils disent et en 1880 il en restait à peine 200 000 mais bon les indiens çà n’était pas bon pour l’économie alors il fallait faire venir des « nègres » par millions aussi c’est vrai qu’il en mourrait des tas 1 sur 3 qui passait l’arme à gauche mais bon les « nègres » ne sont pas très solides et puis les voyages ils n’aiment pas trop .... traverser l’atlantique il yen a qui auraient payé pour çà . ;;
                    mais bon que peut-on demander à ces sauvages ??
                    et avec çà l’imbécile de service n’a toujours pas compris que ce sont les hommes qui font le système et si le système n’est pas démocratique dès le départ.. il ne le sera pas plus à l’arrivée sauf s’il y a une grande part d’humanisme dans le système et çà c’est la leçon du 20 ie siècle mais quand on refuse de voir les choses dans leur vrai contexte il n’est guère possible de faire évoluer une pensée fossilisée !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès