• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La communication photographique de Barack Obama

La communication photographique de Barack Obama

L’élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis fin 2008 a été annoncé comme une révolution. Le nouveau président n’est pas seulement le premier noir à accéder à la Maison Blanche de toute l’histoire du pays, il incarne aussi une rupture dans les moyens de communication traditionnellement utilisés.

La campagne d’Obama a très largement été soutenue et orchestrée par Internet. Entouré par des spécialistes comme Chris Hughes, co-fondateur de Facebook, Obama s’est efficacement servi du Web pour collecter des fonds, mobiliser et impliquer ses supporters. En 2009, le bouleversement continue avec l’arrivée d’Obama à la Maison Blanche. La communication gouvernementale revêt alors un caractère nouveau. Obama fait le choix de communiquer directement avec la population américaine par Internet, en évinçant de ce fait les journalistes, qui étaient jusqu’alors des intermédiaires puissants et incontournables entre le président et la population étasunienne.

stayconnected

Sur le site de la Maison Blanche, on peut voir l’encadré ci-dessus, nous proposant de “rester connecté” avec le président par l’intermédiaire des plus populaires réseaux sociaux ; Facebook, Twitter, Youtube ou encore Flickr. Par ce mode de communication, le gouvernement américain reste maître des éléments qu’il livre au public. Il décide de la mise en forme des informations délivrées. L’internaute peut aller librement boire à la source de cette propagande officielle, qui annonce une rupture avec les habitudes de communication des précédents gouvernements.

Dans cet article, nous tenterons d’analyser les photographies officielles de Barack Obama et de son prédécesseur Georges W. Bush. Nous expliquerons les changements dans la méthode de diffusion des photographies et dans la teneur de l’image promue.

La méthode de diffusion

Georges W. Bush a confié à Eric Draper le rôle de photographe officiel de la Maison Blanche pendant ses deux mandats. Les clichés étaient alors diffusés par les médias traditionnels ainsi que sur le site de la Maison Blanche. Les photographies étaient réparties en “reportages”, avec un titre et un thème particuliers. On peut par exemple retrouver dans les archives de la Maison Blanche un reportage sur les 100 premiers jours de présidence de Bush ou sur ses différentes apparitions officielles. Chaque reportage présente une quinzaine de photographies, très certainement issues d’une rigoureuse sélection. Les images sont soumises au copyright et un bandeau blanc sur lequel est inscrit la signature du photographe s’insère en bas de chaque cliché. Les photos sont ici mises sur le Web comme on insère des images dans un album. C’est une mise en avant statique, qui n’invite pas à l’interaction.

gbphotos

A l’opposé de cette méthode traditionnelle, l’équipe de Barack Obama a déposé les produits de communication relatifs au président sur les réseaux sociaux. Les photographies et vidéos sont externalisées, elles sont proposés par l’intermédiaire de comptes officiels créés sur les réseaux sociaux les plus populaires comme Flickr et Youtube. Sur le compte Flickr de la Maison Blanche, le reportage consacré aux 100 premiers jours de présidence d’Obama n’est pas composé d’une quinzaine de clichés mais de plusieurs centaines. Le nouveau photographe en chef de la Maison Blanche est Pete Souza, qui a aussi officié sous Ronald Reagan ; il alimente régulièrement le compte Flickr du gouvernement en photographies, elles-aussi certainement rigoureusement sélectionnées. Ici, les photographies sont proposées aux internautes sous licence Creative Commons, c’est-à-dire qu’elles sont librement diffusables et duplicables par tous, à condition de ne pas les exploiter commercialement. La Maison Blanche a aussi ouvert les photographies aux commentaires des internautes. Au bas de chacune des photographies, on peut lire les différents messages laissés par les utilisateurs de Flickr.

obamaflickr

 

 

 

En utilisant les mêmes outils que n’importe quel internaute pour diffuser des informations et des documents, Barack Obama se rapproche des électeurs/citoyens et accroît sa visibilité sur la Toile. Et l’innovation ne tient pas simplement à ce changement d’outils et de méthode mais aussi au style et à l’image promue.

L’image promue

Afin de comparer la teneur de la communication photographique d’Obama et de Bush, nous allons mettre en rapport les clichés issus des reportages d’Eric Draper et de Pete Souza, tous deux dédiés aux premiers mois d’activité de leurs présidents respectifs. Une première différence, de taille, conditionne cette analyse ; les reportages dédiés à Georges Bush ne sont composés que de trente photographies (First 100 days et We the people), celui consacré à Obama (First 100 days) comptabilise 291 clichés !

Les clichés consacrés à Georges W. Bush nous présentent un homme d’état souriant, posant avec tous les personnages ou collectivités symboliques liés à l’activité présidentielle : l’armée nationale, l’école, les représentants étrangers. Georges Bush est montré dans des situations très diverses ; au cœur d’une foule de partisans, d’agents de la bourse, aux côtés d’ecclésiastiques et d’une handicapée, mais tous ces clichés s’annoncent relativement similaires dans leur message : Georges W. Bush est mis en scène comme une figure paternaliste et bienveillante. Souriant, il rassure, accompagne et supervise.

bush1

Les photographies de Barack Obama, contrairement à celles de Bush, ne mettent pas en scène un homme d’état mais un homme, certes président, mais surtout individu. Le président n’est plus ici une figure iconique et irréelle, toujours en représentation. Obama propose une nouvelle conception du leadership, il se montre individu aux multiples facettes et s’appuie sur sa ressemblance avec l’homme de tous les jours pour susciter l’admiration.

Obama le père de famille

obamapere

Sur cette photographie, Obama et sa femme supportent leur fille lors d’un match de basket. Assis par terre, le couple casse l’image d’une présidence aux manières royales et se montre modeste, bienveillant et amusant. Les réactions des internautes ne sont font pas attendre. Graced, une utilisatrice de Flickr, commente : “Ce sont deux parents qui s’assoient par terre pendant que leur enfant joue. Ça me rend vraiment heureuse !”. D’autres utilisateurs confirment cette perception : “Superbe photo. Ce genre d’image en dit beaucoup sur lui !”, “cette photo nous montre à quel point ils sont humains et terre-à-terre”, “C’est superbe ! Il est assis par terre ! Et il est là pour sa fille ! Même le président des États-Unis peut prendre le temps de voir le match de sa fille, pensez-y !”. L’enthousiasme des commentaires démontre l’efficacité et l’impact du produit de communication. Par ce cliché, Barack Obama est montré comme un homme aimant, bon père et modeste. Le public le perçoit ainsi comme un homme de bien, avec lequel on développe une relation d’empathie sans même le connaître.

Obama l’amant

obamaamant

Obama est aussi un symbole sexuel. Élu par le magazine GQ homme le plus “classe” de l’année 2008, le président cultive un look décontracté. Les mains dans les poches, à l’aise et souple dans ses vêtements tout en restant élégant, Barack Obama forme avec sa femme un couple moderne, qui se joue des conventions et qui affirme sa complicité. Sur cette photographie, Barack Obama a retiré sa veste, qu’il a déposé sur les épaules de sa compagne ; c’est un grand cliché romantique. Front contre front, les deux individus échangent un regard complice. Sur de multiples photographies, le couple Obama partage un moment de connivence amoureuse au milieu de la foule. Sur les commentaires Flickr de la photo, on peut lire : ” Peu importe si c’était calculé, ces gens là sont terriblement humains. Superbe photo”.

Obama l’être humain

Plus que tout autre aspect, c’est le caractère “humain” de Barack Obama qui est souligné dans les clichés officiels du président. On montre le chef d’état parfois fatigué et affaibli mais aussi décontracté, plein d’humour et de légèreté.

obamabo

obamafatigue

obamacanape

Là encore nombre de commentaires insistent sur le fait que ces photographies du président auraient pu être celles de n’importe quel citoyen. Loin du cliché du président invincible et statuaire, Barack Obama est montré comme un individu simple, paradoxalement à la fois banal et ultra-charismatique. La communication de Barack Obama répond par l’image aux trois critères fondamentaux d’un discours réussi : plaire, émouvoir, et éduquer (delectare, movere, docere). Obama plaît car il est l’incarnation d’une humanité sans fard, il émeut par la représentation de ses rapports intimes avec sa famille et ses collaborateurs et il éduque par la beauté de l’exemple, comme sur ce dernier cliché, où il déplace lui-même un canapé. Dans une moindre mesure, cette action rappelle l’un des traits de la propagande personnelle de Ché Guevara lorsqu’il officiait à la Havane, consacrant un peu de son temps à la coupe de la canne à sucre dans les champs cubains, pour “montrer l’exemple”. La rhétorique visuelle de Georges W. Bush n’a quant à elle jamais cherché à remplir ces objectifs et plaçait traditionnellement l’ex-président dans le rôle convenu et central du chef.
 
Retrouvez cet article sur ComPubMarket

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Philippe D Philippe D 29 mai 2009 17:01

    Mais que va-t-il rester à notre enfileur de perles patenté, et officiel d’Avox : Sa Haute Suffisance, Paul Villach ?

    Votre article est intéressant, pourtant, aucune intericonnnnn.....nnnicitude dedans.
    Mais comment faites-vous ?
    Si en plus vous répondez courtoisement à vos lecteurs, vous risquez le procès pour concurrence déloyale.


    • ZEN ZEN 29 mai 2009 19:21

      une approche intéressante
      Je crains qu’O , issu de l’establishment , appuyé fortement par W.St, ne soit qu’un produit de com pour sauver ce qui reste des meubles..
      J’espère me tromper
      wait and see, comme on dit

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès