• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Crimée était un territoire illégalement occupé par l’Ukraine

La Crimée était un territoire illégalement occupé par l’Ukraine

Le 19 mai, le Congrès américain a approuvé un projet de loi interdisant à l'administration américaine de définir la Crimée comme une partie légale de la Fédération de Russie. Cela n'a rien d'étonnant : le déni de la légalité du référendum de Crimée par les pays de « l'Occident collectif » est une autre carte dans le jeu global de confrontation entre ces pays et la Russie. Mais cet argument est-il justifié et tenable dans la réalité dans laquelle la Crimée ne redeviendra jamais ukrainienne ? 

Les aspirations de Washington à tenir la Russie pour responsable de la violation de l’intégrité territoriale de l’Ukraine, de l’ingérence dans ses affaires intérieures et des abus de pouvoir sont régulièrement dénoncées par les responsables du gouvernement russe comme dénuées de sens. Peu à peu, les politiciens occidentaux ont commencé à se joindre aux affirmations sur la légalité de l’entrée de la Crimée en Russie. Par exemple, la position sur la pleine légalité du référendum est soutenue par les députés du Bundestag allemand du parti Alternative pour l'Allemagne. Waldemar Gerdt a récemment annoncé que le référendum s'est déroulé conformément aux normes du droit international et que la reconnaissance de ce fait par les pays occidentaux n'est qu'une question de remplacement des élites politiques existantes en Europe. Gunnar Lindemann, qui a participé en tant qu'observateur lors du référendum de 2014 et lors du vote sur les amendements à la Constitution de la Fédération de Russie, parle souvent du fait que « la Crimée est russe ».  

Une table ronde s'est tenue en Crimée en mars, avec la participation d'une délégation d'hommes d'affaires chinois intéressés par la coopération avec les entreprises de Crimée, et cela en dit long. La Verkhovna Rada s'est inquiétée à ce sujet, affirmant que dans le contexte du scandale avec l'entreprise ukrainienne Motor Sich, la Chine pourrait changer sa position sur la Crimée de neutre à positive. Pour cette raison, des membres de la Commission Export-Import de Pékin sont arrivés en Crimée « pour établir des partenariats ». 

Il convient de noter que la tenue du référendum n'a pas contredit la Constitution ukrainienne, car en l'absence d'un gouvernement légalement élu en Ukraine à cette époque, le peuple de Crimée a profité du droit à l'autodétermination prévu par la Charte des Nations Unies, ainsi qu'à l'instauration, selon la volonté du peuple, d'un statut politique et d'une libre prestation de développement culturel et socio-économique. Les résultats du référendum correspondaient pleinement à la volonté du peuple et représentaient 96,7% des voix en faveur de l'entrée de la Crimée dans la Fédération de Russie. La majorité de la composition ethnique de la péninsule est composée de Russes, la langue russe a toujours été le principal moyen de communication entre les Criméens. Historiquement, la Crimée a toujours appartenu à la Russie, elle s'est développée en tant que partie de l'Empire russe, puis l'URSS. La RSS d'Ukraine a été transférée en 1954, puis, seulement depuis 1991, elle est devenue une partie de l'Ukraine indépendante. 

Autre fait important, rarement couvert par les médias occidentaux, mais non négligeable : l'Ukraine a violé la souveraineté de la Crimée dans les années 1990. En janvier 1991, un référendum a eu lieu en Crimée avec un taux de participation de plus de 83%, à la suite de quoi la République socialiste soviétique autonome a été formée en URSS. Le 5 mai 1992, le Soviet suprême de Crimée a adopté une déclaration sur la souveraineté de l'État. Mais en 1995, la Verkhovna Rada d'Ukraine a annulé tous les actes normatifs de Crimée, y compris la Constitution. Ainsi, de facto au cours des dernières décennies, la Crimée était un territoire illégalement occupé par l'Ukraine. 

Il est clair qu'il n'est pas rentable pour les pays du monde occidental de reconnaître un tel point de vue, pleinement étayé juridiquement. Cependant, une constante plus globale dans cette question, la ligne de comportement des États-Unis au cours de la confrontation avec la Russie, commence à inquiéter même dans la presse américaine. 

Dans un article de la publication conservatrice The National Interest, publié sous le titre accrocheur « L'Amérique, la Crimée et les dangers de l'hypocrisie », l'auteur pose une question logique : pourquoi les États-Unis reconnaissent-ils la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan, proclamée unilatéralement en 1981, qui a été précédée par son occupation illégale et son annexion ? Où sont les sanctions sévères contre la Turquie liées à la saisie du territoire du nord de Chypre par cet État du Moyen-Orient en 1974 ? 

La politique flagrante de deux poids deux mesures poursuivie par les États-Unis est un signe de jeu injuste, qui est de plus en plus reconnu par la communauté américaine elle-même. Avec le renforcement du partenariat russo-chinois, de telles actions sont menacées d'échec progressif. En effet, selon l'affirmation directe des correspondants du NI, « la position rigide actuelle à l'égard de la Crimée n'a pas non plus de sens d'un point de vue pratique. Les dirigeants américains doivent accepter la réalité selon laquelle la Russie ne renoncera pas à la Crimée » .


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • xana 27 mai 11:23

    Pauvres Américains qui rament à contre-courant...

    La Crimée est Russe et le restera. Vous n’y pourrez rien.

    Dommage pour vous, vous avez failli obtenir la base navale de Sébastopol, qui aurait été une énorme épine dans le flanc de la Russie. Mais maintenant c’est trop tard !


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 mai 11:45

      Si je dis « le Kharagagh est un territoire illégalement occupé par l’Azerbaïdjan », ça marche aussi ?

      Ah, en fait non, car le Kremlin a l’analyse inverse sur ce sujet. Pourtant, c’est exactement la même chose (découpage administratifs contestables pendant la période soviétique)

      Vous êtres trop forts les poutiniens


      • Exegemars 27 mai 12:47

        Qu’est ce qui définit en droit l’appartenance de la Crimée à tel ou tel pays ?

        Alors c’est simplement du droit international , donc voir l ONU . L’Ukraine est reconnue par l’ONU avec ses frontières incluant la Crimée .

        Lors de l’invasion des hommes verts du Kremlin en 2014 il y eu 15 jours après un référendum .

        Le référendum n’a pas été reconnu par l’assemblée générale de l ONU comme valable par un très forte majorité .

        Donc la Crimée est reconnue comme en Ukraine .

        La Russie l’occupe de manière illégale au regard du droit international .

        C’est pour cela que quand on entend Lavrov ou Poutine vous parler du respect du droit international il vaut mieux prendre cela comme une bonne blague de leur part .


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 28 mai 10:48

          @Exegemars
          C’est pour cela que quand on entend Lavrov ou Poutine vous parler du respect du droit international il vaut mieux prendre cela comme une bonne blague de leur part .


          Oui, ils s’en servent quand ça leur sert. Sinon, ils font comme tous les autres, « mes intérêts d’abord »

          Lire Emmanuel Todd, quand il voit la Russie comme « le protecteur des petits contre les gros », c’est presque comique. Il faut comprendre que la Russie poutinienne protège « les petits » qui ne sont pas dans son voisinage !


        • xana 27 mai 14:05

          Ah ça vous fait vraiment chier, hein, que la Crimée soit redevenue Russe !

          Vous, les Perriet, les Exegemar et autres suppôts ou lèche-cul des Américains !

          Il vous suffirait d’y aller pour voir à quel point les gens y sont tous soulagés d’avoir échappé aux nazis.

          Mais vous n’irez jamais, parce que vous préférez vous prosterner devant l’Amérique, qui ne vous donne pourtant que des coups de pied au cul...

          C’est vrai, en vous lisant on regrette pour vous que vous ne soyez même pas payés. Au moins un vendu a une bonne raison pour se vendre. Mais pour vous, seule la connerie vous conduit...


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 28 mai 10:45

            @xana

            très personnellement, je m’en fiche.

            Mais pour votre gouverne, très peu de pays ont reconnu l’annexion, à part les subalternes de V. Poutine (Venezuela, Syrie) :
            Même la Bielorussie de Loukachenko ne l’a pas reconnue et s’en est inquiétée... Elle se sentait un peu visée !

            Mon avis là dessus n’a pas changé :

            Poutine n’a été ni bon ni mauvais. Avec le coup d’Etat de Maïdan en février 2014, il a « récupéré le trésor » avant que l’incendie ne gagne toute la maison Ukraine. Rien de plus mais rien de moins. L’Ukraine en fait une pomme de discorde, mais elle est la première concernée. Si tous les pays faisaient pareil, ce serait le bazar.

            La guerre en Ukraine est un échec pour tout le monde, les européens et la Russie comprise. On ne me fera pas croire que tous ces conflits étaient « inévitables »... puisqu’ils ont précisément été évités pendant 20 ans ! Je ne me prosternerai donc pas devant une quelconque « propagande de guerre » qu’elle vienne du Kremlin ou de la Commission européenne, ou de la Pologne, ou de l’OTAN.

            Vous je ne sais pas ce qui vous guide, mais c’est pas l’intelligence


          • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 28 mai 19:05

            @Olivier Perriet

            « Mais pour votre gouverne, très peu de pays ont reconnu l’annexion, à part les subalternes de V. Poutine (Venezuela, Syrie) : »

            Pour votre gouverne, il n’y a pas eu d’ annexion, puisque la très grande majorité de la Crimée a voulu rejoindre la Russie.

            Mais il manque la conclusion à votre remarque ? que voulez vous dire exactement ?

            Dire que vous en fichez relève de l’hypocrisie. Vos interventions sont toujours dans le même sens. Vous êtes non seulement hypocrite mais aussi lâche.
            Non, la Guerre en « Ukraine » est une écrasante défaite por l’ OTANAZIE . dont vous êtes un partisan. Comme pour la guerre contre le Venezuela, Cuba, Corée du Nord, Nicaragua, Bolivie, bientôt Mexique, bientôt Brésil quand votre com
            pain en fascisme serra viré et remplacer par Lula, un coooommmuniste.
            On a du mal à trouver un commentaire intelligent chez vous.

            Comme vous l’avez si bien dit. VOUS VOUS EN FOUTEZ de tuer partout dans le monde. Je parie que vous êtes humaniste ? pour les droits de l’Homme et tout ça.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 31 mai 15:08

            @MAUGISMICHEL
            Dire que vous en fichez relève de l’hypocrisie. Vos interventions sont toujours dans le même sens. Vous êtes non seulement hypocrite mais aussi lâche.

            Oui, et les votres aussi.

            Et si la Russie est si prompte à remettre en cause les frontières soviétiques à cause du droit des peuples, pourquoi pas avec l’Azerbaïdjan ?


          • Esprit Critique 27 mai 16:36

            Rappel utile de l’occupation militaire de Chypre par les turcs, et depuis peu d’un morceau de la Syrie et L’UE fait le canard !

            La Crimée avait été confiée un temps a l’Ukraine. En jouant aux cons les Ukrainiens l’ont perdu.

            AMEN


            • xana 27 mai 16:41

              @Esprit Critique
              Le fait est que si les Ukrainiens n’avaient pas joués aux cons, ils auraient encore le Donbass et la Crimée.
              Mais les Américains ont essayé de s’approprier Sébastopol en s’appuyant sur ce qu’ils ont trouvé en Ukraine : Les troupes néonazies. Ils ont tout perdu, les Ukrainiens aussi.
              Bien fait pour eux.


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 28 mai 10:49

              @Esprit Critique

              l’occupation militaire de la Syrie par les Turcs est voulue par la Russie de Poutine :

              si le processus d’Astana vous déplaît, c’est votre problème !


            • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 28 mai 19:10

              @Olivier Perriet

              Le processus d’ Astana, n’implique pas que l’occupation de la Syrie a été voulu par la Russie.

              Les turcs y étaient déjà avant le processus d’Astana.
              Au lieu de vous acharner à paraître intelligent, vous feriez mieux de réviser vos dogmes égocentriques.

              Vous n’avez absolument rien d’esprit critique. Esprit faux cul serait mieux


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 31 mai 15:05

              @MAUGISMICHEL
              Le processus d’ Astana, n’implique pas que l’occupation de la Syrie a été voulu par la Russie.


              On s’en fout, de ce qui était voulu ou non dans les arrières pensées.
              Seul le résultat compte, et le résultat c’est un partage russo turc écrit noir sur blanc.


            • Daruma 27 mai 18:49

              Les USA et leur clique de larbins sont mauvais perdants. Ils voulaient l’huître avec la belle perle (la Crimée) à l’intérieur. Résultat : ils ont eu l’huître mais elle est pourrie ; quant à la perle, elle leur est passée sous le nez.


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 28 mai 14:02

                @Daruma

                c’est bien d’être voisin de la Russie, ça donne envie !


              • Daruma 29 mai 00:09

                @Olivier Perriet
                Si ça donne envie ? Non car pour le moment je vis bien ici, je n’ai pas à me plaindre. D’autant plus que, quand je vois ce qui se passe en France et en Occident en général, je m’estime chanceux. Tu sais, peu importe l’endroit où tu vis du moment que tu te sens bien, que tu te sens en paix avec toi-même. La proximité avec la Russie et avec ses valeurs, je la ressens en moi et ça me suffit. La proximité géographique n’est pas si importante. C’est pour mes filles que je m’inquiète, car elles vivent en France. Et toi, la culture Woke, ça te fait envie ? Ma question peut te paraître hors de propos, mais après tout elle ne l’est pas plus que la tienne.


              • Daruma 29 mai 07:53

                @Olivier Perriet

                Je viens de m’apercevoir que j’avais mal compris ta remarque. Je pense que tu voulais dire que la Russie ne fait pas envie aux Ukrainiens. Je n’ai pas posé la question aux gens de mon entourage. Ce que je peux dire c’est que les Ukrainiens, dans leur grande majorité, n’ont pas un sentiment d’appartenance très fort à leur pays. Comment le leur reprocher quand on voit ce qu’il est devenu ? En revanche, ils ont un fort sentiment d’appartenance à leurs coutumes et à leurs traditions. Et surtout, ce qu’ils veulent c’est vivre décemment.

                À part les nationalistes, et a fortiori les fascistes, je vois deux sortes de gens. Il y a ceux qui arrivent, malgré les conditions difficiles, à tirer leur épingle du jeu et à vivre correctement voire plutôt bien. Parmi eux, il y en a qui adhèrent au modèle occidental et qui refusent le modèle russe, qu’ils associent à l’époque soviétique, donc au passé, sans trop se poser de questions. En général ils sont jeunes et perméables à la propagande occidentale. Ils ont une image idéalisée de l’Occident et ne sont absolument pas conscients de sa détérioration en cours, à la fois économique, politique, sociale et sociétale. Ils sont vaguement au courant qu’il y a eu les gilets jaunes en France, mais cela ne suffit pas à percer l’épaisse couche de leur conditionnement idéologique.

                Parmi ceux qui arrivent à s’en sortir, on trouve aussi des gens, plus âgés, qui n’ont pas cédé aux sirènes occidentales. Difficile de savoir si la Russie leur fait envie, à moins de leur poser directement la question. Ici il faut être prudent, ne pas afficher ses opinions.

                Il y a ceux qui vivent difficilement, c’est l’immense majorité. Ceux-là assistent, impuissants, avec fatalisme, à l’effondrement économique du pays ; ils sont frappés de plein fouet par la hausse du coût de la vie. La Russie ne leur fait pas envie pour autant, car ils savent que là-bas les conditions de vie sont à peine meilleures. Ils partagent néanmoins les valeurs, les coutumes et les traditions de leurs voisins russes. Par exemple, ils fêtent chaque année la victoire contre l’Allemagne nazie. Cela n’en fait pas pour autant des nostalgiques du communisme, même s’ils évoquent souvent certaines bonnes choses de cette époque-là, comme la gratuité des soins médicaux et des études universitaires.

                Remarque : on assiste, depuis le début de la crise du Covid, à un retour au pays de beaucoup de Russes expatriés. Ils sont désenchantés et semblent ravis de retourner vivre en Russie. Il y a aussi de plus en plus d’Occidentaux qui partent vivre en Russie : des Italiens, des Allemands, des Français et même des Américains. Il serait intéressant de leur demander pourquoi ils ont choisi d’y vivre.


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 31 mai 15:04

                @Daruma

                Je voulais dire que les poutiniens ont une curieuse manière de faire apprécier la Russie :

                traiter le pays voisin d’huitre pourrie, et venir ensuite se faire passer pour le gentil contre le fasciste


              • Daruma 1er juin 07:52

                @Olivier Perriet

                Tu es trop dans l’émotionnel et la polarisation idéologique, ce qui te fait perdre ta lucidité. Tu as cru voir dans la métaphore de l’huître pourrie une intention de dénigrer ou d’insulter, alors que je ne faisais qu’exprimer un constat amer. Ce sont les Ukrainiens eux-mêmes qui disent que le pays est pourri, économiquement et surtout politiquement. Tu ne trouveras pas un Ukrainien qui te dira qu’il vit dans un pays prospère et bien gouverné. Si tu en connais un, il faut me le présenter. J’ai connu l’Ukraine avant Maïdan (1), et je connais bien l’Ukraine post Maïdan puisque j’y vis avec mon épouse. Les gens ici sont conscients que le pays, qui était l’une des républiques les plus industrialisées à l’époque de l’Union Soviétique, n’a fait que régresser depuis l’indépendance, miné par une gestion désastreuse. La descente aux enfers n’a fait que s’accélérer depuis le coup d’État de 2014. J’emploie l’expression « descente aux enfers » à dessein, car je l’entends au sens figuré mais aussi au sens propre. Que penses-tu d’un pays dirigé par des personnes qui pensent qu’il faudrait génocider la population de la Crimée et du Donbass, ou mettre les récalcitrants dans des camps de concentration pour ensuite les déporter ? Comment qualifies-tu les âmes de ces individus dont le fanatisme idéologique et la haine les rend capables de penser qu’on peut tuer des enfants ?

                En s’emparant de l’Ukraine, les États-Unis n’ont fait qu’appliquer la doctrine Brzezinski. Maintenant ils s’aperçoivent qu’ils sont dans une impasse, et ils se disent que, finalement, c’était peut-être la doctrine Kissinger qui était la meilleure : s’allier avec la Russie pour combattre l’ennemi principal qu’est la Chine. Je serais curieux de savoir ce que Biden va proposer à Poutine.


                (1) En 2007, j’ai fait l’Ukraine en voiture avec un ami. Un jour, il me dit : « C’est incroyable, ce pays c’est le tiers-monde mais avec des blancs. » Il ne croyait pas si bien dire : à présent l’Ukraine est plus pauvre que nombre de pays africains.


              • toyet 28 mai 16:31

                Monsieur Macron dans sa belle repentance a décidé ce matin de rendre la Savoie et Nice au roi d’Italie. Le Président Biden a également décidé de rendre l’Alaska à la Russie, terre gagnée par fourberie toute anglo-saxonne.

                Bonne journée les bouffons


                • troletbuse troletbuse 28 mai 18:00

                  Les mondialistes veulent détruire aussi l’Ukraine.

                  https://www.kla.tv/Coronavirus-fr/18482&autoplay=true


                  • Et hop ! Et hop ! 28 mai 19:27

                    C’est aussi ridicule que sit le parlement russe votait que la Californie et l’Arizona n’appartiennent pas aux USA mais au Mexique.

                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Acquisitions_territoriales_des_États-Unis


                    • titi 30 mai 10:57

                      Ce conflit Ukrainien est un format bien connu.

                      C’est celui de la décolonisation.

                      Ce qui prouve :

                      1. Que l’URSS était bien un empire colonial

                      2. Qu’il est illusoire de vouloir maintenir des frontières de la décolonisation.

                      Et à partir du moment ou la Russie mène des actions inamicales contre la France en Afrique, alors la France doit soutenir toutes les actions inamicales contre l’Ukraine.

                      C’est la moindre des choses.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité