• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La crise nucléaire iranienne  : «  bientôt  » ou « (...)

La crise nucléaire iranienne  : «  bientôt  » ou «  plus tôt  ?  »

JPEG

Malgré quelques allusions à la reprise des négociations sur le programme nucléaire iranien à Vienne, des indications plus précises confirment que le dilemme ne réside pas dans le septième cycle de négociations, au point mort depuis des mois.

La véritable crise réside dans plusieurs problèmes, notamment la divergence des positions iraniennes et américaines, puis la perte de confiance entre Téhéran et l’agence internationale sur le nucléaire.

Le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, prévient depuis quelque temps que la capacité de l’AIEA à surveiller le programme nucléaire iranien s’amenuise. Lors de sa récente visite à Washington, il a noté que les mesures en place pour surveiller le programme nucléaire iranien ne sont plus exactes.

L’officiel non identifié a demandé une rencontre avec le nouveau ministre des affaires étrangères iranien Hossein Amir Abdullahian. Mais il n’a pas encore été approuvé par les mollahs, qui jouent délibérément au plus fin.

«  Je n’ai pas encore pu m’entretenir avec le [nouveau] ministre des Affaires étrangères  », a déclaré Grossi au FT lors d’une visite à Washington. «  J’ai besoin de ce contact au niveau politique. C’est essentiel. Sans cela, nous ne pouvons pas nous comprendre.  »

Cette position constitue à elle seule une preuve évidente que les mollahs tiennent délibérément l’AIEA à l’écart de leurs activités nucléaires aussi longtemps que possible. Leur retour pourrait même ne pas servir le contrôle.

Leur absence a déjà pu brouiller les pistes et amener les inspecteurs de l’AIEA à prendre beaucoup de temps pour réaffirmer les normes de contrôle des activités nucléaires iraniennes. Cela signifie que les mollahs s’arrêtent délibérément à mi-chemin et ne donnent pas aux inspecteurs suffisamment d’opportunités pour accomplir leurs tâches.

Le résultat de toutes ces manips a été résumé par Grossi lui-même lorsqu’il a déclaré que le temps nécessaire à l’Iran pour se doter de capacités nucléaires militaires diminuait de jour en jour. Cette déclaration, à elle seule, donne au Conseil de l’AIEA la tâche d’aborder le comportement négatif de l’Iran lors de la réunion trimestrielle du Conseil prévue en novembre.

Les mollahs sont réticents à recevoir le chef de l’AIEA pour discuter de la mise en œuvre des mesures de l’agence.

Des médias iraniens rapportent même que Téhéran s’est abstenu de fixer une nouvelle date pour la visite de Grossi parce qu’il considère le rôle du directeur général de l’AIEA - que les mollahs considèrent comme «  l’un des principaux obstacles à la reprise des pourparlers nucléaires de Vienne  » - comme «  destructeur  » et politiquement motivé, bien qu’il n’y ait pas de relation claire entre les mesures de surveillance de l’AIEA, d’une part, et l’ordre du jour des pourparlers liés aux engagements des mollahs envers l’accord nucléaire, d’autre part.

Parallèlement à l’évasion de l’Iran du contrôle de l’AIEA, le régime des mollahs pratique d’autres ruses avec les puissances internationales concernant la date de reprise des pourparlers de Vienne qui visent à relancer l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et le groupe des 5+1.

Les mollahs assurent aux Européens qui font office de médiateurs pour la reprise des pourparlers qu’ils reviendront «  bientôt,  » bien que personne ne sache la signification exacte du mot «  bientôt  » du point de vue iranien. Ils le répètent depuis l’arrivée au pouvoir d’Ibrahim Raisi.

À l’époque, ils ont dit qu’ils examineraient les résultats des six précédents cycles de négociations, puis élaboreraient un scénario pour le septième cycle. A ce jour, les mollahs n’ont pas achevé cet examen.

Je ne pense pas qu’ils finiront de sitôt, à moins qu’ils ne parviennent à une conclusion stratégique claire ou qu’ils estiment que le sort du régime est en danger, c’est-à-dire que le scénario alternatif est là pour contrer leurs faux-fuyants.

Les capitales occidentales, Washington en tête, évoquent la nécessité pour l’Iran de revenir à Vienne «  dès que possible  » et de déployer des efforts intensifs pour sonder les intentions des mollahs.

Enrique Mora, secrétaire général adjoint de l’UE pour les affaires politiques, s’est récemment rendu à Téhéran pour se faire préciser les intentions des Iraniens concernant leur retour à Vienne et la date à laquelle ils le feront s’ils sont vraiment sérieux. Mais le fruit de ces efforts n’était pas du tout rassurant.

Il est certain que les mollahs exercent une forte pression sur les épaules de l’AIEA et de son directeur général afin d’éviter de présenter une résolution condamnant le comportement de l’Iran lors de la prochaine réunion du Conseil des gouverneurs de l’AIEA. Il est important de réaliser la gravité de la démarche de l’Iran qui consiste à mettre tout le monde au pied du mur.

Les «  bientôt  » et «  plus tôt  » dans les positions iraniennes et occidentales sur la reprise des négociations nucléaires reflètent le dilemme du temps dans cette crise autant que le futur incertain du traitement des activités nucléaires iraniennes.


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 18 novembre 2021 17:31

    Qui donc est sorti des accords sur le nucléaire iranien ?

    qui donc met des sanctions sur l’autre ?

    Qui veut négocier avec des gens qui ne respectent jamais leur partie du contrat ?


    • xana 19 novembre 2021 13:53

      A tricheur, tricheur et demi.

      Ne comptez pas sur moi pour plaindre les Occidentaux.


      • xana 19 novembre 2021 13:56

        Quant à vous Salem Alketbi, vous me paraissez trop partial pour juger les responsables iraniens.

        Qui vous paie ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité